AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Graveyard Island, l'île des récupérateurs d'épaves

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Message
MessageSujet: Re: Graveyard Island, l'île des récupérateurs d'épaves   Lun 23 Mai - 23:58

InvitéInvité
avatar


Read détailla longuement la gamine qui lui faisait face, elle ne semblait pas impressionnée le moins du monde, et lui répondit calmement. Alors comme cela elle n’était pas impressionnante ? Tant pis, elle n’avait sûrement pas hérité les bons gènes de sa mère, de toute façon tout le monde lui répétait sans cesse qu’elle était le portrait craché de Yohan, son papa adoré. Et tant qu’à faire, il valait mieux ressembler à un Coxon qu’à la princesse d’un royaume disparut depuis longtemps, et dont les derniers survivant avaient été assassinés sans problème par un marine un peu trop zélé. Non sérieusement, être une des dernières Riddle sur terre c’était plutôt la honte ! Enfin, il semblait que Zoya en était une également, ce mystère restait à éclaircir mais le moment était mal choisi.

"Si tu n'as rien de mieux à faire, tu n'as qu'à m'aider"
Et puis quoi encore ? Elle ne manquait pas de toupet cette petite haute comme trois pommes ! Et puis nettoyer une caravelle ça devait être fatigant !

"Tu crois que tu te sens capable d'accomplir un tel travail, ou tu es trop faible pour ça ?"
Évidemment qu’elle allait le faire, il n’y avait rien de bien intéressant sur cette plage à part cette sale gamine insensible au charme des Coxons… Enfin, elle avait attiré la sympathie de John puisqu’il l’avait engagée, et Read voulait comprendre pourquoi. Mais elle pouvait trouver toutes les excuses du monde, elle ne faisait que répondre à la provocation de Noichigo.

Une fois que cette dernière eut disparu à l’horizon, La petite Read releva ses manches et détailla la caravelle avec un air de défi.
-« Et bien voyons qui de nous deux est la plus forte ! » Jeta t’elle pour se donner du courage. Et du courage, il lui en fallut, pour enfoncer ses deux petits pieds dans le sable humide.
*Berk ! j’espère que rien ne vit la dedans…*

Quand elle eut fait le tour complet de leur future embarcation, Read ressentit une étrange sensation de déjà-vu qu’elle ne s’expliquait pas. Se rappelant pourquoi elle était là, ses poings se serrèrent à l’idée de tout le travail qui l’attendait, des algues il y en avait partout !!
Les mains dans la vase, le front dégoulinant de sueur, Read chantonnait un air doux qui n’aurait jamais laissé deviner que cette enfant était une pirate sans merci. Ce qu’il faisait chaud quand on s’activait ainsi, et comme sa tâche paraissait insurmontable quand on avait à peine 10 ans… Mais elle ne renonçait pas, elle ne le faisait jamais et quand elle avait dit quelque chose elle comptait bien s’y tenir, enfin… Dans la mesure où elle n’avait pas menti sciemment.

Au bout d’une heure, Read se demanda si la petite charpentière ne lui avait pas menti pour se débarrasser d’elle. Peut-être était-elle cachée quelque part et se moquait de ses faits et gestes ? Mais cette idée disparut aussitôt avec une bonne glissade dans les algues qu’elle venait juste de rassembler. Pestant contre l’odeur de ces végétaux qui la recouvrait à présent des pieds à la tête, Read se serait bien autorisé une petite baignade…
Le bruit des vagues la berçait, quand elles venaient s’écraser sur la plage, poussant de nouveaux débris de bateaux comme autant de trésors invisibles pour des yeux ignorant tout du métier de charpentier naval. Si c’est vrai qu’au départ la petite fille au bonnet de panda l’avait irritée, Read s’était un peu rasséréné depuis son départ, et il lui arrivait même de constater qu’elle attendait son retour avec impatience. C’était plus amusant de travailler à plusieurs, et puis personne n’était là pour la complimenter sur son travail, c’était frustrant à force.
En même temps, Noichigo ne semblait pas le genre de personne à complimenter une fillette couverte d’algues gluantes, qui avait arraché plusieurs planches de bois moisissant de la coque de son futur « chef d’œuvre » en essayant d’escalader un peu. Mais ça Read ne s’en préoccupait pas.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Graveyard Island, l'île des récupérateurs d'épaves   Mar 24 Mai - 15:28

InvitéInvité
avatar


Une passion peut vite devenir envahissante, et c'est précisément ce qui se passait avec la Vice-Amirale Callo, fana de mécanique et d'artillerie. Elle avait croisée Graveyard Island il y avait maintenant... une semaine, mais elle n'en est jamais revenue. Et la raison est simple: Elle adoooore réparer tout ce qu'elle voit d'abîmé. Mais le hic, c'est que dans un cimetière de bateaux, il y en a à foison, des choses à réparer. Callo était complètement absorbée par sa passion, tantôt réparant à vitesse grand V un navire entier à elle seule, et en un temps record, tantôt cassant ce même bateau par accident, à cause d'une bête maladresse, du genre l'invoquer par accident au dessus d'un rocher pointu, grâce à sa clé géante de fer ayant le fruit du démon du portail. Elle avait maintenant repérée une caravelle, qui avait sans doute assez de résistance pour naviguer, mais qui était trop peu équipé au goût de Callo. Il y avait un homme blond et une petite fille tout aussi blonde qui fouillait dedans, afin de nettoyer cette perle comme ils pouvaient, sans doute. Callo fit de grands yeux étoilés, bavant devant ce navire quasi en état de marche, et se précipita dans sa direction, clé en main.

Ce n'était pas un travail pour une petite fille, la Marine voulait réparer ce navire à elle seule. Elle fonça vers la caravelle, sans même prêter attention à la gamine qu'elle avait percutée par inadvertance, l'enfonçant dans la boue, et câlina le bateau avec amour.


‹‹ Nyaaaa... Je vais te réparer... t'armer jusqu'aux dents.. te nettoyer... te transformer en caravelle de compétition... Tu es toute à moii, mon amouuur... ♥♥››

La mi-géante ne remarqua même pas la présence des deux autres, se focalisant totalement sur le bateau. Son insigne de la Marine était clairement visible, sans aucune discrétion, ainsi que ses galons de Vice-Amiral. Elle explora alors le chantier de fond en comble, invoquant avec sa clé moultes outils, canons, armes, matériaux, plaques de fer, et se mit au travail à grande vitesse, et c'était le cas de le dire. En moins d'une dizaine de minutes, le navire était déjà totalement nettoyé, mais ce n'était que le début...

‹‹ Il me faut... une clé de 27...››

Un outil manquait à l'appel. Elle prit donc Juggernault, sa grande clé de fer, et tenta à plusieurs reprises d'en invoquer une avec son fruit, sans succès. A la place, un poisson-volant apparut, puis un piano, suivit de plusieurs barils de TNT très instables. Elle tenta une dernière fois, mais elle invoqua un poulet à chaque essai... elle abandonna donc, serrant les visses de la seule force de ses doigts. En effet, elle avait une force colossale.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Graveyard Island, l'île des récupérateurs d'épaves   Mar 24 Mai - 21:44

InvitéInvité
avatar


Dès qu'elle fut certaine que Jun n'allait pas faire tomber Kaze, Zoya se hâta de dire au navigateur que les explications arriveraient plus tard, et qu'il fallait qu'il suive le chien-docteur pour soigner le jeune homme, ayant elle encore quelque chose à faire... C'est alors en tentant de cacher un petit soupir exaspéré que le rouquin obéit à la jeune fille. Pour sûr, s'il n'y aurait pas eut la vie de son ami en jeu, Delloka se serait très certainement immédiatement énervé, n'aimant pas tellement recevoir des ordres de personnes n'étant pas censées lui en donner. Mais bon, ce cas là était différent, ainsi, le Borgne se contenta d'une simple petite moue contrariée.

Qu'avait-elle à faire, d'abord ? Et qui était cet inconnu que Kaze avait apparemment abattu ? Uhm, mystère mystère. Et aussi, comment un chien pouvait-il être médecin ?! Encore un mystère. Décidément, Grand Line était vraiment remplie de mystères. Enfin.

Coup de chance, les Troublemakers étaient, semble-t-il, hébergés au sein de la même auberge que ce chien. Oui, car en plus d'être un médecin, il avait aussi loué une chambre. Bah. Il y avait sûrement une raison plus ou moins rationnelle quant à tout cela, et à vrai dore Jun s'en foutait présentement assez royalement, s'inquiétant plus pour l'état de Kaze que des aptitudes de ce cabot.

Une fois arrivés à la fameuse chambre de ce dernier, le rouquin déposa son ami le plus délicatement possible sur le lit, puis alla s'assoir à califourchon sur une chaise à l'envers, ventre contre le dossiers où sur le haut étaient croisés ses bras tandis qu'il posa la tête dessus. Cookie, elle, après avoir posé les sacs de Jun avec difficulté, se dépêcha de rejoindre son ami pour se coucher à plat ventre sur sa tête. Les deux fixaient à présent le chien se préparer à soigner Kaze, d'une figure impassible pour Jun qui n'en demeurait pas moins de plus en plus intrigué. S'il n'était pas tellement choqué du fait que ce chien savait parler, il l'était déjà un peu plus sur le fait qu'il était toubib.

Jun se demandait très franchement comment il pourrait faire un travail soigné avec des petites pattes de chiens, et surtout sans ce fameux pouce si propre à la réussite humaine. En fait, il n'était pas tellement intrigué, mais plus inquiet pour Kaze. Bien heureusement, il s'inquiétait apparemment pour rien, car ce chien paraissait fichtrement doué pour la médecine. Phrase qu'il n'aurait jamais envisagé de penser un jour.

« C'est une entaille nette et propre, un vrai travail de pro »

Pris dans ses pensées, c'est dans un léger sursaut que Jun se redressa pour relever les yeux vers le médecin. Son cerveau était d'ailleurs un peu déconnecté, et il lui fallu quelques secondes pour comprendre ce qu'il venait de dire...Et à l'entente d'une telle chose, Jun ne savait pas tellement si cela était une bonne ou une mauvaise nouvelle. Il ne savait d'ailleurs pas trop quoi répondre.

« Ah... » se contenta donc de soufflé en s'affalant de nouveau sur ses bras.

Le navigateur observa ensuite avec attention ce chien, tentant de comprendre comment diable faisait-il pour suturer une telle plaie. Si un animal était capable d'une telle chose, peut-être fallait-t-il qu'il apprenne de telles choses à Cookie. Déjà qu'il savait déjà qu'elle savait lire – par ne-sait-quel miracle, en y repensant, peut-être allait-t-elle pouvoir devenir une super-chauve-souris. Enfin, ce n'était pas tellement le moment de laisser son esprit tordu divaguer sur des choses toutes autant tordues.

« Il a perdu beaucoup de sang mais c'est un gaillard solide, il faut juste qu'il se repose pendant deux ou trois jours. »

Cette fois-ci par contre, Jun n'eut besoin d'aucun temps de réaction pour bien comprendre ce qu'on venait de lui dire, et il s'autorisa d'ailleurs un énorme soupir de soulagement, se détendant d'un seul coup totalement. Apparemment, le fait que la coupure soit faite « par un pro » était une bonne nouvelle. Et pendant que le chien partit se laver les papattes tout en vaquant à ses affaires, Jun se pencha en arrière bras tendus accrochés sur le dossier de la chaise pour lever la tête dans un grand sourire, tout en levant les yeux en direction de Cookie.

« Pffiouu, on l'a échappé belle, hein, Cookie ! J'ai vraiment eut peur, là, la trouille de ma vie !
- Iik iik iik ikik iik !
- Tu m'étonnes, que j'avais pas autant peur avec l'autre imbécile ! J'étais plutôt du genre à faire la fête, avec eux ! »


Rigolant légèrement histoire de faire tomber la pression, le rouquin se mit alors à observer le petit toutou se sortir des cigares et allumettes. Ben tiens, une chose de plus ou de moins, cela ne l'étonnait même plus.

« Moi c'est Rakki, je suis médecin et ancien pirate, se présenta le carlin. Pour mon corps de chien, c'est une longue histoire à raconter. Au fait, t'en veux un ? »

Le dénommé Rakki lui proposa alors ses cigare.

« Euuuh, non merci. J'aime pas trop ces choses-là.
- IIIk iik ikik iiik ! Fit soudainement Cookie en se relevant de la tête de Jun.
- NON MAIS CA VA PAS ?! Lui beugla alors celui-ci. Ces machins sont plus gros que toi, à peine une bouffée de cette fumée que tu serais déjà K-O ! Un par jour, c'est peut-être déjà un peu suffisant, non ?! Continua-t-il en montrant Kaze d'un geste négligé de la main.
- Iik iik iik...
- Ouais, ouais, c'est ça, boude, souffla-t-il, irrité, avant de se tourner vers Rakki. Bref. Moi c'est Jun, navigateur d'un équipage de pirates. Lui, c'est Kaze, le pilote... Et cette idiote, fit-t-il en désignant son amie, c'est Cookie. Oui, je la comprends, non, je ne parle pas aux animaux et non je ne suis pas fou. C'est pas tellement une longue histoire, pour ma part. »


Le rouquin tourna alors les yeux vers Cookie qui semblait à présent bien décidée à bouder. En voyant cela, ça lui faisait bien rire qu'elle le traite de gamin. Enfin bon. Le navigateur n'eut pas tellement le temps de penser à cela, car Rakki reprit la parole.

« Faudra que ton pote évite de faire trop d'effort tant que sa blessure ne sera pas cicatrisée ! »

Jun tourna une petite seconde son regard sur le chien, pour ensuite le poser plus concrètement sur son ami. Ca ne l'étonnait pas vraiment. Avec une entaille pareille, l'évidence même était là : La cicatrisation n'allait pas se faire en un jour.

« Zoya va devoir faire ses tâches ingrates toutes seule, en somme » souffla le jeune homme dans un reniflement moqueur, sans lâcher son ami du regard.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Graveyard Island, l'île des récupérateurs d'épaves   Mar 24 Mai - 22:20

InvitéInvité
avatar


En gagnant la ville, Nono avait croisée une marine qui était insupportablement bruyante. La charpentière se dit qu'elle devait certainement avoir une case en moins. Par contre, elle reconnut son grade de vice-amiral et cela suffit à l'inquiéter quelque peu.

Une heure environ s'écoula et la petite aux bonnet-panda avait réunis tout le matériel nécessaire pour construire son bateau. Elle avait même recrutée de la main d’œuvre, dont un père et un fils qui passaient leur temps à se chamailler pour x raison.
Avant de retourner sur ce qui allait bientôt devenir un chantier naval, Nono fit un break par l'auberge. Elle voulait récupérer ses feuilles à dessin et ses crayons, règles et tout le toutim nécessaire pour tracer un plan.
En ouvrant la porte de la chambre, elle resta un instant figée devant l'homme totalement inconnu qui se trouvait assit là sur une chaise. Jetant un rapide coup d’œil en direction du lit, elle vit un autre homme allongé sur le ventre avec un pansement sur le dos. Son regard se posa ensuite sur Rakki qui fumait tranquillement un cigare, assis sur la table.
Nono ne chercha pas à comprendre et referma la porte sans dire un mot. Elle quitta l'auberge, s'arrêta dans la première papeterie qu'elle croisa sur sa route, et acheta du matériel à dessin.
Après cela, elle retourna au cimetière d'épaves, où l'attendaient ses ouvriers et les livreurs.
Tous semblaient avoir les yeux fixés sur une drôle de créature qui s'activait telle une forcenée tout autour de la caravelle.

Nono tiqua en voyant la gamine blonde étalée dans la vase, et surtout en reconnaissant la marine qui visiblement, avait totalement nettoyer la coq du bateau.
S'approchant de la scène, notre amie charpentière enfonça son doigt nonchalamment sur le flan gauche de la vice-amiral. En effet, elle avait repérée que se trouvait pile à cet endroit une cotte fraichement cassée.
L'effet fut immédiat et la marine se tordit de douleur avant de défaillir et s'écrouler dans la boue.

"Cette épave est déjà réservée" fit Nono. "Mais merci de l'avoir nettoyer pour moi ! Maintenant, allez donc voir ailleurs si j'y suis !"
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Graveyard Island, l'île des récupérateurs d'épaves   Mar 24 Mai - 23:46

InvitéInvité
avatar


Zoya était complètement perdue. Un membre de son nouvel équipage venait de tuer un pirate de son clan, de son royaume perdu. Elle aurait voulu pleurer la mort de Dick mais elle avait autre chose à faire pour le moment, elle se devait d’être forte. Résolument elle prit le chemin vers une petite maison isolée du reste de la ville.

Si Dick était sur cette île ce n’était pas un hasard, en réalité il était - Son cœur se serra en pensant qu’elle ne pourrait plus jamais parler de lui au présent – Dick était un gardien. Il l’avait gagné de longue année auparavant au cours d’un Davy back fight contre un autre équipage. Depuis lors il s’était complètement dévoué à leur cause, et avait été jugé digne de confiance, au point où on lui avait attribué une mission importante. Oui, s’il était resté toutes ces années sur Grandline s’était pour protéger une personne importante.

Face à une lourde porte en chêne, la princesse hésita quelques secondes avant de frapper. Le bruit qui lui parvint de l’intérieur l’assura que les habitants étaient présents, et une minute plus tard la porte s’ouvrit lentement pour laisser entrevoir une magnifique femme d’âge mûr. Ses longs cheveux bruns tombaient en cascade sur son dos tout comme dans le souvenir que Zoya avait gardé d’elle. Et les deux yeux ambrés qui la fixaient s’illuminèrent quand la femme reconnue sa princesse.
-« Zoya !! Mais entre donc. Vous êtes en ville ? Mais je n’ai pas été prévenu ! »

Devant l’excitation qu’elle causait à cette personne, Zoya se sentit mal à l’aise, et voulut interrompre tout de suite les espoirs de son hôte.
-« Ce n’est que moi Juliana, les autres ne sont pas là. Je suis venue avec d’autres pirates. »
Le timbre de sa voix était sûrement empreint de toutes les émotions de la princesse puisque la fameuse Juliana sembla tout de suite percée à jour le malaise de sa jeune maîtresse. Elle la fit assoire d’un mot avant de disparaître dans une autre pièce pour lui rapporter presque instantanément une tasse de thé. L’odeur douce et âcre du thé parut libérée la princesse de Riddle de toutes ses craintes, et elle s’effondra en sanglot dans les bras de la femme adulte qui la recevait.

-« Allons, allons princesse. Que s’est-il donc passé de si grave depuis tout ce temps. »Demanda Juliana légèrement affolée. Voir Zoya aussi abattue était rare, et elle ne pouvait qu’imaginer le pire. Bercé dans les bras de son amie, la pirate entreprit de lui raconter tout ce qui était arrivé depuis son départ de son navire. Même si Juliana aurait voulu l’interroger, elle ne se le permit pas et laissa la jeune femme poursuivre son récit jusqu’à son terme, jusqu’à la mort de Dick.

Une heure passa ainsi, entre les larmes et les souvenirs qu’elles partagèrent sur leur défunt ami. Puis Juliana entreprit de mettre Zoya au courant des dernières nouvelles d’Alabasta. Vivi Néfertari était revenu au pays et avait calmé la rébellion. À ces mots, le cœur de la princesse de Riddle se tranquillisa, enfin une bonne nouvelle.
-« Et il y a autre chose. Avec la disparition de Dick, je serais plus en sécurité de savoir Jack auprès de toi. » Fini par avouer Juliana.

Zoya resta muette un moment. Jack était le fils de son second, un jeune garçon qui devait avoir 8 ans aujourd’hui. Que diable aurait-elle fait d’un gamin pareil ?
-« Écoute Juliana, je veux bien comprendre que tu t’inquiètes pour lui, mais actuellement je ne suis plus la princesse de… »
Mais la femme l’arrêta, peut lui importait son rang ou l’équipage qu’elle menait à présent. Son fils était son plus grand trésor mais il n’arrêtait pas de lui rappeler qu’il voulait suivre les traces de son père, qu’il serait pirate peu importe ce qu’elle en pensait.

-« C’est un garçon obstiné, comme Zack. Je ne pourrais plus le retenir très longtemps, promets moi de le protéger comme s’il était un des tiens. Je me rendrais à Alabasta en temps utile, mais comme tu le sais j’ai toujours aimé cette île, c’est ici que je suis née. Au pire escorte le simplement chez les nôtres. »
Zoya ne savait plus quoi dire, et c’est alors qu’elle le vit entrer dans la pièce. Un jeune garçon ténébreux, avec le regard fier de son père. Zack lui manquait tellement depuis qu’elle suivait John dans ses aventures, pourquoi pas après tout.

Les affaires de l’enfant emballé, ce qui ne prit pas longtemps vu qu’il prévoyait sans cesse de fuguer dès que sa mère aurait le dos tourné, et la princesse quittait déjà son ancienne amie.
Main dans la main, Jack et Zoya marchèrent en silence. La princesse reprenait confiance en l’avenir, avec ce petit Riddle elle ne pourrait pas faillir une autre fois.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Graveyard Island, l'île des récupérateurs d'épaves   Mer 25 Mai - 0:12

InvitéInvité
avatar


Read se demandait si on pouvait mourir étouffée dans la boue, pendant qu’elle s’amusait en soufflant le peu d’air qui lui restait pour faire des bulles dans cette substance visqueuse. Depuis longtemps maintenant elle ne se souciait plus de l’odeur nauséabonde qui la recouvrait, ni de tacher ses vêtements, mais la peur de mourir finit par l’obliger à se relever. Essuyant rageusement la pâte collante qui lui recouvrait le visage, elle porta ses grands yeux bleus sur Callo avec une lueur féroce qu’elle aurait voulu capable de pétrifier la marine. Mais bien sûr cela n’était pas possible, aussi se contenta-t’elle de son regard le plus meurtrier.

Depuis toujours, Read détestait les marines. Mais là, c’était un peu trop ! Peu importait que cette femme soit vice-amiral, d’ailleurs la petite fille ne devait sans doute pas avoir deviné son grade, mais elle savait qu’elle ferait payer à cette femme son acte !
-« Hey, la géante ! tu ferais mieux de faire attention à ceux que tu piétines, je te préviens que je suis une Coxon ! »
mais apparemment Callo n’avait pas vu la fillette, elle se tournait dans tous les sens pour chercher la source de cette voix fluette qui osait l’interpeller. Profitant de cette aubaine, Read fonça directement aux pieds de la marine qu’elle écrasa de toutes ses petites forces avec les siens. Mais les bottes en acier ne plièrent même pas sous le poids de l’enfant, et tout ce que Read réussit à faire fut de se blesser elle-même.
-« Ouille, ouille, ouille, ça fait mal. » Gémit-elle pitoyablement.

Part dépit, la petite se retourna sur Noichigo. Celle-là ferait l’affaire songea-t’elle. Quand on ne peut se mesurer à un géant autant attaquer quelqu’un de plus petit que soit, et Nono était parfaite pour cela puisqu’elle mesurait quelques centimètres de moins qu’elle.
-« Je te signale que c’est moi qui ai nettoyé ton fichu raffiot, pas cette folle furieuse ! Tu pourrais avoir l’obligeance de me remercier… » Tout en disant cela, elle envoya un petit coup de poing en direction de la charpentière qui l’esquiva sans y prendre garde en attaquant le monstre qui se prétendait de la marine.
*Mauvaise idée…* Commenta intérieurement la petite Read en voyant Callo s’effondrer.

Prévoyant une riposte désastreuse, la jeune pirate fuit vers la ville.
*Tout ça c’est la faute de grand père aussi, s’il n’avait pas voulu engager cette drôle de gamine c’est moi qu’il aurait encouragé d’une tape sur la tête. Je comprends vraiment pas ce qu’il lui trouve, moi je la déteste !! *


Dernière édition par Coxon D. Read le Mer 25 Mai - 23:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Graveyard Island, l'île des récupérateurs d'épaves   Mer 25 Mai - 1:58

InvitéInvité
avatar


Kaze s’était évanoui, il n’avait rien vu venir car il pensait son adversaire mort pour de bon. Mais il n’en était rien finalement. Le pirate était tombé à la renverse devant Zoya et la dernière chose qu’il vit avant de sombrer dans l’inconscience c’était les yeux de la princesse qui le regardait tomber devant elle. Alors qu’il était inconscient, Kaze fit un rêve, il rêva de toutes les aventures que lui avait racontées son grand père. Toutes ses choses qu’il lui avait dites sur Grand Line, toutes ses aventures vécus lorsqu’il était un pirate, voilà ceux à quoi rêvé Kaze. Mais se rêve tourna rapidement au cauchemar lorsqu’il réalisa que tout ce qu’il voyait dans son esprit commencé à s’éloigner de lui. Cela voulait-il dire qu’il allait passer à côté de toutes ses aventures à cause de cette ‘égratignure ‘ ? Est-ce que cette seule erreur commise sans le vouloir allait-il lui ôter la possibilité de réaliser ses rêves ? NON ! Cela il n’en était pas question, il n’était pas décidé à mourir aujourd’hui. Il avait encore beaucoup trop de choses à faire et à voir en ce monde pour mourir maintenant. Et il avait aussi une promesse à honorer. La promesse de vivre ses rêves quoi qu’il arrive et surtout, de ne jamais abandonner quel que soit la difficulté de la tâche à accomplir.

C’est dans un grand sursaut que Kaze se réveilla allongé sur le ventre posé contre un lit et le haut du corps déshabillé couvert de bandage. Quelqu’un avait soigné sa blessure. Voulant ce relever pour regarder où il pouvait bien se trouver, Kaze essaya de pousser sur ses bras pour se lever mais la douleur de la blessure qu’il avait reçu lui faisait encore atrocement souffrir. Inutile d’essayer une nouvelle fois, il savait pertinemment qu’il n’arrivera pas à se relever. Mais il y avait au moins un côté positif à tout cela, il était en vie et c’était le plus important. Le jeune pirate toujours allongé sur le lit tourna la tête pour regarder autour de lui, il vit alors Jun qui avait son ami Cookie allongée sur sa tête et tous deux était en train de discuter avec un chien qui semblé être doté de la faculté de parler et même… DE FUMER ??? Le jeune blessé commença à penser qu’il commençait à avoir des hallucinations. Il appela faiblement Jun pour que ce dernier vienne le voir.


« J… Jun… dit moi… ou est-ce que je suis ….? Et qui… ma sauver ? » Demanda alors le jeune pilote à son camarade le navigateur.

Kaze vit alors Jun s’approchait de lui pour l’écouter, car le blessé parlait faiblement. Il faut dire que dans son état, cela aurai été étonnant qu’il se lève tout à coup pour danser la gigue.

« Dit moi… j’ai des hallucinations ou je vois bel et bien… un chien qui fume un cigare…. ? » lui demanda-t-il à nouveau faiblement.

Mais tout à coup, Kaze se rappela qu'il avait laissé seule Zoya. Apparemment, elle n'était pas dans la pièce avec Jun et le chien alors où était-elle?

" Zoya?... Ou est Zoya... Jun? Est-ce qu'elle va bien...?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Graveyard Island, l'île des récupérateurs d'épaves   Mer 25 Mai - 15:36

InvitéInvité
avatar


Du travail, du travail, encore du travail. Callo cloutait des planches à la vitesse de l'éclair, tout autour de la caravelle, possédée par une folie furieuse, ne semblant pas pouvoir s'arrêter. Elle était si absorbée par sa passion qu'elle n'avait pas remarquée du premier coup la présence d'une nouvelle personne, et avait totalement oubliée l'existence de la jeune fille dans la boue. Mais un pincement dans les cotes lui fit sortir de son hypnose. La nouvelle sur les lieux avait touchée un point sensible de sa dernière bataille, et Callo tomba de tout son poids... sur un baril de TNT qu'elle avait invoquée précédemment. Une grosse explosion titanesque souffla dans la zone, faisant voler la clé de fer de Callo loin dans les airs, qui, par une chance infâme, réinvoqua Callo en dehors de l'explosion. La Vice-Amirale reprit ses esprits, totalement sonnée, avant de voir une épaisse fumée noire, entourée de multiples planches cassées, et d'un sol tout aussi noir, l'explosion ayant fait voler toute la boue. La moitié gauche de la coque était excessivement endommagée, des planches ayant sautés ici et là. Elle fit les gros yeux quand elle vit que son boulot était totalement foutu, et se dirigea en direction de la gamine qui avait causée ceci.

‹‹ Nyaaa, c'est pas sympa ! Si tu t'ennuies, joues donc avec eux ! ~ ♥››

Elle prit sa clé géante dans sa main droite, avant d'invoquer trois bleus de la Marine. Callo avait une drôle notion du "jeu". Les trois hommes étaient assis sur une table, un bol de nouilles en main, qui avait été invoqué du même coup, se demandant où est-ce qu'ils avaient atterris. L'un fit aux deux autres.

<< Je vous l'avais dit ! Les sushis du chef ne sont pas frais. On voit des hallucinations maintenant. >>

Mais c'est lorsqu'ils virent le sourire niais de Callo qui était non loin qu'ils se rendirent compte de la situation, et quittèrent la table avec frayeur pour s'éloigner d'elle, en prenant les armes, et cherchant les pirates de la zone.



Spoiler:
 

La Vice-Amirale avait déjà totalement oubliée ce petit tracas, éteignant les petits feux restants d'un gros coup de pied robuste. Elle se remit ensuite à la tâche, tout aussi vite et avec autant de passion, comme s'il s'agissait d'un autre bateau. Elle allait réparer les trous dans la coque, en remplaçant le bois par de l'alliage, dont elle recouvrira tout le reste, pour garder l'uniformité.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Graveyard Island, l'île des récupérateurs d'épaves   Mer 25 Mai - 23:45

InvitéInvité
avatar


Cette vice-amiral n'était définitivement pas très nette. Non seulement elle faisait absolument n'importe quoi avec son pouvoir du démon, mais en plus elle faisait absolument n'importe quoi avec son pouvoir du démon, sans compter qu'elle faisait absolument n'importe quoi avec son pouvoir du démon... et qu'accessoirement elle avait un grain de folie dans ce qui lui servait de cerveau.

Elle avait téléportée un baril de TNT... qui explosa on ne sait trop comment, envoyant valdinguer dans les airs la pauvre marine, mais ne causa miraculeusement aucun mort du côté de Nono et de ses ouvriers.
Oui, là on pouvait vraiment parler de miracle, ou plutôt de chance, celle dont était dotée Callo et qui enveloppa également les spectateurs de la scène.

Nono, qui n'eut que son chapeau soufflé par le choc, regarda sans dire mot la marine dérangée du ciboulot revenir et refaire n'importe quoi. C'était à croire que c'était sa grande spécialité à celle-là !
Elle fit donc venir trois marines qui ne comprenaient pas ce qu'ils faisaient là.
Réalisant finalement que c'était leur supérieur loufoque qui les avait fait venir, ils prirent les armes et semblèrent chercher d'éventuels pirates à arrêter. En fait, ils ne trouvèrent strictement personne, car il n'y avait aucun pirate dans les environs, juste une charpentière et ses ouvriers.
Les marines rejoignirent donc la vice-amiral afin de lui demander ce que tout cela signifiait. Pendant ce temps, Nono constata les dégâts causés par l'explosion à la caravelle et maudit cette satanée marine de ses monumentales conneries.

"A cause de cette imbécile, nous avons encore plus de boulot qui nous attend !"

Tout le monde mis la main à la patte sans tarder. Ils n'avaient qu'un mois devant eux pour achever le chantier.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Graveyard Island, l'île des récupérateurs d'épaves   Jeu 26 Mai - 0:08

InvitéInvité
avatar


Très loin d'imaginer toutes les turpitudes qu'étaient en train de vivres certains membres de son équipage, John avait flâné un peu sur le marché aux puces, trouvant un joli cadeau pour Read. C'est qu'il l'aimait bien cette petite tête blonde !

La tête blonde justement, il l'a rencontra en retournant vers l'auberge. Elle courait comme si elle cherchait à fuir quelque chose et cela inquiéta l'adulte.

"Read, un problème ma puce ?"

La gamine semblait heureuse d'avoir retrouvée son capitaine, bien que sa joie apparente fit vite place à une mine boudeuse assez trognon. Par contre, quelque chose faisait sacrément tiquer John : Read était sale des pieds à la tête !
Ne cherchant pas trop à comprendre ce qu'il pouvait bien arriver à la petite, John l'emmena aux bains publics et la laissa se débrouiller seule pour se laver.
Il attendit dehors patiemment, essayant de se persuader que la môme devait avoir été s'amuser dans le cimetière d'épaves, seule explication logique à son état.
Une fois sortie des bains, Read rejoignit celui deviendrait bien plus tard son grand-père. La petite était désormais bien plus présentable et plus personne dans la rue ne se retournait avec un air de dégoût sur son passage.
John lui tendit bientôt un paquet cadeau dont la fillette se saisit avec une réelle surprise dans le regard.

"Ça te sera utile je pense. Au fait, tu as un petit creux ?"

Les deux pirates se dirigèrent vers une taverne. Ils y furent accueillis par une jeune fille plutôt mignonne qui les plaça à une table près de la fenêtre. La serveuse alla ensuite chercher les menus, mais en revenant elle perdit l'équilibre et tomba tête la première par terre. John s'empressa d'aller l'aider à se relever.

"Je suis désolée !" fit la demoiselle. "Je suis parfois un peu étourdie ! Ah-ah-ah !"

C'est le moins que l'on puisse dire, car après avoir distribuée les menus, elle trouva le moyen de chuter de nouveau. John se demandait vraiment comment elle avait fait, car il n'y avait strictement rien sur le sol pour provoquer la chute.

"Bon, si tu m'expliquais ce qu'il t'es arrivée ?" demanda John à Read après s'être détourné de la serveuse qui se relevait péniblement en s'excusant une seconde fois de son étourderie.


Dernière édition par Coxon D. John le Jeu 26 Mai - 0:36, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Graveyard Island, l'île des récupérateurs d'épaves   Jeu 26 Mai - 0:25

InvitéInvité
avatar


Pendant toute la durée où Rakki avait fumé tranquillement son cigare, Jun n'avait cessé de faire une tête d'ahuri. C'est sur que un chien qui parle, ça se voyait quand même pas tous les jours, et Rakki en était conscient, mais la tronche d'enterrement que faisait l'autre commençait sérieusement à l'énerver.

"Si ça t'étonnes tant que ça de voir un chien qui parle" se mit à aboyer le carlin. "Et biens dis-le ! En attendant, moi je t'ai rien dis sur le fait que tu jactais avec une chauve-souris !"

Rakki écrasa son cigare contre la pierre du mur, laissant au passage une légère trace noirâtre.

" Zoya?... Ou est Zoya... Jun? Est-ce qu'elle va bien...?" fit alors la voix de l'autre énergumène sur le lit.

"Si tu causes de la gamine rousse, elle s'est tirée je n'sais où ! Au fait, z'êtes des pirates tous les deux non ? Et l'autre gazelle c'est votre capitaine je présume ! Vous cherchez pas un médecin de bord des fois ? J'en peux plus de devoir supporter l'autre chiarde aussi bavarde et dynamique qu'un arbre mort."

Rakki faisait bien évidemment référence à Nono, mais ses deux interlocuteurs n'étaient guère en mesure de le comprendre. Nono justement, elle venait d'ouvrir la porte à l'instant même, dévisager toutes les personnes présentent dans la pièce, puis refermer la porte. Le tout se passa en à peine une minute. Rakki soupira bruyamment. Décidément, plus étrange que cette gamine ça n'existait pas.

"Bon sinon, v'la mon histoire !" se mit ensuite à raconter le chien-toubib. "Avant j'étais un homme, comme vous, puis j'ai becté un fruit du démon et j'ai obtenu le pouvoir de téléporter mon esprit dans n'importe quel autre corps. Donc un jour j'ai eu la géniale idée de m'téléporter dans ce corps de clébard et j'me suis retrouvé coincé d'dans ! Me demandez pas pourquoi, sinon je vous mord !"

Rakki n'avait vraiment pas envi d'évoquer son autre étonnante faculté, celle de n'être pas fichu de s'orienter même sur un chemin complètement balisé par des flèches clignotantes, balises argos et autres petits cailloux.

"Par contre toi" fit-il en voyant Kaze commencer à s'agiter dans son lit. "T'évites de trop bouger tant que t'es pas guéris ou j'te défonce la tête, compris !"


Dernière édition par Rakki Dogbullet le Jeu 26 Mai - 1:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Graveyard Island, l'île des récupérateurs d'épaves   Jeu 26 Mai - 1:25

InvitéInvité
avatar


Une petite fille courrait dans les rues de Graveyard Island, ses cheveux blonds s’étaient emmêlés avec le vent, sa bouille était recouverte de boue, ses vêtements d’algues sèches, et le tout sentait un peu fort l’iode et la décomposition. Rien de bien réjouissant pour cette petite dont les beaux yeux bleu océan recommençaient à déverser son malheur le long de ses joues humides. Si elle devait rencontrer son prince charmant aujourd’hui nul doute qu’elle le ferait fuir avec cette apparence misérable, mais de toute façon cela ne risquait pas d’arriver. Déjà parce qu’elle avait à peine 10 ans, et qu’à cet âge-là les princes restaient enfermés dans leurs palais de cristal, et ensuite parce que cette journée n’avait pas été des plus prometteuses jusque-là. Tous ses amis l’avaient abandonné, ignoré, et les personnes qu’elle avait rencontrées n’avaient eu de cesse de la tourmenter. Rien ne laissait présager que sa chance allait tourner, même le ciel bleu et les rayons réconfortants du soleil l’ennuyaient. Elle avait chaud, et n’ayant pas eu le temps de plonger dans la mer qui n’attendait qu’elle, elle était encore recouverte de toute sa transpiration. Ses vêtements sales collaient à sa peau, irritaient sa peau par leur simple contact, et comble du malheur, elle constata que sa robe était déchirée par endroits suite à ses tentatives infructueuses d’escalade. Charmant tableau !

"Read, un problème ma puce ?"
La fillette reconnu instantanément la voix de l’homme qu’elle venait de percuter, son cœur se mit à cogner à toute vitesse et elle passa ses petits bras autour de la taille de son capitaine, se lovant contre lui. Mais bien vite elle recula, toute désolée de le salir avec sa vilaine tenue, et également parce qu’elle revit la scène sur la plage, où John discutait avec une gamine de son âge. Elle n’était pas prête à lui pardonner aussi facilement cette trahison, mais l’homme ne lui laissa pas le temps d’envisager une attaque qu’il l’entraîna directement à un endroit étrange où les gens venaient se laver apparemment. Quittant à regret son grand père, la petite se nettoya sans perdre de temps, profitant de l’endroit pour laver également sa robe qu’elle aimait beaucoup. Pour la couture, ça attendrait un peu.

Une fois en meilleure condition, la petite avait oublié toute sa rancœur envers John, trop heureuse de déambuler au milieu de la rue avec cette douce odeur de savon et ses cheveux encore humides peut être, mais lisses. Elle s’amusa à courir derrière quelques pigeons, mais John la rappela bien vite à l’ordre en lui glissant dans les bras un long paquet envelopper d’un joli papier. Il voulait lui faire porter ses achats ?
"Ça te sera utile je pense. Au fait, tu as un petit creux ?"

Read n’en revenait pas, un cadeau ? Pour elle ? Elle rit intérieurement en songeant que la fillette de la plage elle, avait eu le droit à un boulot. Après tout, John était son grand père à elle.
-« Ah oui j’ai vraiment faim ! » S’exclama t’elle ravie de la proposition.
Tout au long du trajet, Read observait son cadeau sans savoir si elle devait l’ouvrir maintenant ou attendre d’être arrivée à l’auberge. Elle le tournait dans tous les sens, essayant de deviner ce qui pouvait entrer dans une boîte de cette taille. 50 centimètres de long, pour 15 de large, d’une forme rectangulaire et d’un poids approximatif de 500g… Et quand on le secouait on entendait un léger son métallique. Read restait songeuse face à ces indices, sans pour autant trouver ce que son grand père pouvait lui offrir. Celui ci lui lançait des regards amusés de temps à autre, avant de s’arrêter devant une taverne dont l’apparence misérable contrastait avec le délicieux fumet qui s’échappait des cuisines. Read salivait déjà à l’idée de manger dans ce taudis, il faut dire qu’elle n’avait rien mangé depuis longtemps, qu’elle avait beaucoup travailler… Une chance qu’elle soit tombée sur quelqu’un pour l’inviter au restaurant.
Sa mère lui avait toujours appris à se méfier des gens qui vous invite et vous font finalement payer l’addition, mais avec son grand père elle ne risquait pas grand-chose. C’était elle aussi qui lui avait empli la tête avec cette histoire stupide de prince charmant qui vous attendent dans un palais doré et qu’on ne rencontre jamais. Des histoires pour enfants, mais Read n’était plus un bébé ! Il n’y avait rien de honteux d’être sali par un travail honorable, pourquoi avait-elle pleuré avant ? Peut-être se sentait-elle simplement seule.

Bien assise sur sa chaise, le dos droit et la tête haute, la petite fille balançait ses jambes dans le vide en attendant d’être servie. Elle se sentait comme une reine au milieu de tout le vacarme environnant, elle retrouvait l’ambiance dans laquelle elle avait toujours grandi, rien avoir avec le décrochage des moules sur la coque pourrie d’une épave dont plus personne ne voulait. Elle ne pouvait même pas imaginer alors que cette « chose » deviendrait une fois terminée le Crash’O Van, le bateau sur lequel elle avait vu le jour.
Déballant précautionneusement son cadeau de l’emballage comme s’il se fut agit d’un trésor inestimable, alors que John avait dû l’acheter une misère s’il ne l’avait pas voler, Read continuait à s’interoger sur la signification de ce présent.
*N’accepte jamais de cadeau d’un inconnu* Lui disait une petite voix dans sa tête, mais elle ne l’écoutait pas, cela marchait seulement pour les bonbons et là il s’agissait… d’un sabre ?!
Un mini si on jugeait sa taille, un couteau de poche pour Zoya, mais assez long pour la petite fille. L’expression de surprise passé, le visage de Read s’éclaira d’un sourire de reconnaissance envers son grand père qu’elle remercia à plusieurs reprise. L’objet était magnifique, le fourreau noir et rouge était orné d’un ruban des mêmes couleurs, la garde était tressée avec des fils dans les mêmes tons et même la lame sombre promettait de se teindre de rouge à la première blessure.
-« Je l’appellerais… Akayuri » Décida t’elle après un moment d’hésitation.

Encore toute émue, la petite imaginait déjà ses prochains duels avec sa nouvelle amie quand son ventre émit un grognement d’insatisfaction devant la lenteur du service. D’ailleurs leur serveuse semblait un peu maladroite, et même si elle s’en excusa, cela ne remplissait pas le ventre impatient de Read. Heureusement John était là, et il trouva le moyen de faire oublier à la fillette le temps qui passait.

"Bon, si tu m'expliquais ce qu'il t'es arrivée ?" lui demanda t’il gentiment.
Read le fixa un moment avant de répondre gênée
-« Bah tu sais… Cette fille avec le panda sur la tête…Moi aussi je voulais t’aider alors je suis aller la voir. »
La petite leva un œil sur son grand père pour voir sa réaction avant de continuer.
-« Elle m’a torturé, je te jure c’est vrai !! Elle voulait que je nettoie un vieux bateau et puis elle est partie. Mais comme j’avais dit oui alors je l’ai fait. »
Read se demandait si elle devait lui dire que Nono l’avait provoquée, mais elle préféra taire ce fait. Un Coxon ne revient jamais sur sa parole, il comprendrait cela.
-« Et puis j’avais presque fini quand la folle est arrivée. Une marine complètement cinglée qui fait tout exploser autour d'elle !! Et pis voilà… »
Son capitaine aurait sans doute envie de savoir ce qu’il s’était passé ensuite, comment se portait sa charpentière et surtout son futur navire, mais la serveuse était revenue et par miracle, elle n’avait pas renversé leurs plats en chemin. Placée devant une immense assiette de pâtes au chocolat et à la tomate, Read commença à dévorer son contenu sans plus prêter la moindre attention à John.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Graveyard Island, l'île des récupérateurs d'épaves   Jeu 26 Mai - 15:35

InvitéInvité
avatar


Elle se dépoussiéra, toussant quelques nuages de poudre au passage. Elle n'avait même pas portée attention au travail de la jeune fille. Il semblerait qu'elle soit charpentière, après tout, même si cela semblait improbable. Les trois marines invoqués revinrent vers Callo, se demandant où était la cible. Cette dernière ne leur répondit pas du premier coup, absorbée par ses réparations. Puis, après plusieurs tentatives, elle réagit enfin, mais... elle avait complètement oubliée la raison qui les avait amenés ici, et se contenta de hausser les épaules. Les trois bleus soupirèrent en coeur, livrés à eux mêmes. Ils revinrent donc à la table invoquée avec eux, et jouèrent aux cartes. Après tout, dans un lieu comme celui ci, il n'y avait pas grand chose à faire d'autres. Callo, quant à elle, réparait avec passion, redoublant d'ingéniosité et de patience. Après une bonne vingtaine de minutes, elle avait réparée tous les dégâts causés précédemment, et avait renforcée la coque avec des tiges de fer, aux endroits sensibles. Après tout, rien de mieux que de faire exploser une coque pour y voir ses points faibles, même s'il semblait que la petite fille pouvait le faire aisément. D'ailleurs, elle intriguait la marine, et elle finit par se pencher vers elle avec un regard curieux.

‹‹ Tu sais, je ne vais pas vous piquer votre navire, hein ! Je suis comme ça ! Je déteste voir quelque chose de cassé ! Plus vite il sera en état, mieux ça sera... moi c'est Callo ♥››

Elle souria de toutes ses dents. Mais ayant quittée son travail du regard, elle avait défoncée une planche en la cloutant de travers, faisant un trou dans la coque. Elle en ria, et se pressa de réparer sa faute. Elle se dirigea ensuite vers sa clé de fer, qu'elle avait pris soin de déposer au sol pour mieux travailler, et invoqua un tronc entier d'un bois très solide et souple de South Blue, étant initialement stocké dans les hangars de Marineford pour les meilleurs navires de la Marine. Après tout, rien de meilleur qualité que les planches fabriquées sur place. Elle prit donc sa clé, et asséna de violents coups contre le tronc, afin d'en former des planches de taille égale, et de dimensions respectables.

‹‹ Nous sommes la cinquième compagniiieuuuh ~ ♪ La la la laa.. ~ ♪››

Elle aimait chantonner durant son service. Ça la motivait, rendant moins gris ses heures de réparation. Elle était totalement dans son délire, découpant et polissant des planches, ne prêtant pas attention aux quelques passants qui venaient de temps en temps, par simple curiosité. D'ailleurs, l'un d'eux faillit se prendre un éclat de bois massif dans la face, et avait esquivé en se baissant par réflexe, puis en s'écartant petit à petit, avec de gros yeux terrifiés.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Graveyard Island, l'île des récupérateurs d'épaves   Jeu 26 Mai - 21:54

InvitéInvité
avatar


Alors que Jun étais tranquillement en train de penser à tout ce qui lui passait par la tête sans vraiment faire attention à ce chien qui venait de sauver la vie de son ami, celui-ci se mit soudainement à beugler contre le garçon...

« Si ça t'étonnes tant que ça de voir un chien qui parle" se mit à aboyer le carlin. "Et biens dis-le ! En attendant, moi je t'ai rien dis sur le fait que tu jactais avec une chauve-souris ! »

Lorsqu'il entendit cela, Jun senti monter en lui une grande vague d'irritation et de colère. Pour qui il se prenait, le cabot ?! En tout cas ce qu'il ne savait apparemment pas, c'était que le navigateur avait la gueulante facile, et que sa période « tout le monde il est beau tout le monde il est gentil » était maintenant belle et bien fini. Ainsi, sans même attendre une seconde de plus, le jeune homme rétorqua de vive voix :

« Pardon ? Il peut répéter, le toutou ? J'en ai rien à foutre, moi, que tu causes, Cookie le fais bien elle aussi ! C'qui me gênait, c'est CA ! Continua-t-il en montrant ses propres pouce. T'as pas de pouce ! Alors normalement tu devrait être aussi habile qu'un manchot centenaire amputé ! Alors je m'inquiétait pour Kaze, c'est bien normal ! Faudrait arrêter de se prendre pour le centre du monde... » acheva-t-il finalement en râlant, tout en s'affalant sur sa chaise.

Pendant quelques secondes après cette tirades, Jun continua de râler dans sa barbe, sourcils froncés, tentant d'ignorer Cookie qui rigolait, trouvant l'état de colère de son ami assez drôle.. ce qui avait pour effet de l'énerver encore plus. Voilà un cercle vicieux dont il était malheureusement presque tout le temps prisonnier, et autant dire qu'il maudissait le fait d'être « drôle » alors qu'il était en colère...

Quoi qu'il en soit, lorsqu'il remarqua son ami éveillé, le navigateur cessa de suite dans la rochonnade, se ruant ainsi vers lui pour l'écouté, étant présentement trop loin pour pouvoir l'entendre.

« Dit moi… j’ai des hallucinations ou je vois bel et bien… un chien qui fume un cigare…. ? »

A l'entente de cette question, Jun ne put s'empêcher un reniflement moqueur. Il lança alors un petit regard à Rakki avant de reporter son attention sur son ami, pour lui répondre doucement.

« Non, tu n'as pas d'hallucination, ce chien parle bien. C'est lui, qui t'as sauver, d'ailleurs. Ah, mais tu devrais pas trop faire de remarque sur ses capacité, ça à l'air de le titiller ! » rajouta-t-il alors dans un petit sourire goguenard.

Jun était réellement soulagé. Maintenant que Kaze s'était réveillé, cela voulait dire qu'il allait bien mieux, et que le rétablissement était à prévoir ! Ce qu'il espérait, c'était que celui aille bien vite, mais là, il n'y avait qu'à voir comment allait évoluer les choses.

Kaze demanda alors à Jun où était Zoya, sûrement avait-il remarqué qu'elle n'était pas dans la pièce. Le rouquin allait d'ailleurs lui répondre qu'elle était en bon état, mais qu'elle avait eu des choses à faire, lorsque Rakki répondit à sa place.

« Si tu causes de la gamine rousse, elle s'est tirée je n'sais où ! Au fait, z'êtes des pirates tous les deux non ? Et l'autre gazelle c'est votre capitaine je présume ! Vous cherchez pas un médecin de bord des fois ? J'en peux plus de devoir supporter l'autre chiarde aussi bavarde et dynamique qu'un arbre mort... »

Le borgne était justement en train de ce demander de quoi ce chien parlais, lorsque d'un seul coup, la porte d'entré s'ouvrit sur une petite fille. Petite fille qui ferma aussitôt la porte après avoir aperçut les protagonistes se trouvent dans la chambre, et ce, sans la moindre émotion sur le visage. Ah, oui, d'accord. La, d'un seul coup, Dell savait de quoi parlait le médecin. C'était sûr que si la fillette était tout le temps comme ceci, vivre en sa compagnie ne devait pas être très joyeux. Enfin. Après un soupir, et tout en se retournant vers Rakki, Jun répondit calmement à celui-ci.

« C'est pas notre capitaine, Zoya. Juste la seconde. C'est vrai qu'on a pas de médecin, sur le bateau, ça serait pratique d'en avoir un, fit-il dans un petit reniflement ironique. Mais c'est pas tellement à nous de décider de ça. Il faudrait trouver John, notre capitaine. Même si je ne pense pas qu'il n'y aurait ne serait-ce qu'une seule objection, à moins qu'il soit allergique aux poils de chiens, bien sûr... »

Jun n'eut alors même pas le temps de penser à autre chose que d'un seul coup, Rakki reprit la parole...

« Bon sinon, v'la mon histoire ! Avant j'étais un homme, comme vous, puis j'ai becté un fruit du démon et j'ai obtenu le pouvoir de téléporter mon esprit dans n'importe quel autre corps. Donc un jour j'ai eu la géniale idée de m'téléporter dans ce corps de clébard et j'me suis retrouvé coincé d'dans ! Me demandez pas pourquoi, sinon je vous mord ! »

... Et Jun en fut tellement surprit qu'il resta alors une ou deux secondes sans rien dire. Pourquoi ce mettait-il soudainement à raconter sa vie, celui-là ? Il fallait être barjo, surtout lorsqu'on la racontait à de parfaits inconnus. Finalement, bien que ce chien faisait comme s'il était énervé du fait qu'on se pose des question sur lui, le Borgne avait bien l'impression qu'en fin de compte il aimait bien cela, surement une histoire d'ego.

Son histoire, quant à elle, eh bien, pour dire vrai, Jun la trouvait assez... Bête.

« Ouais, en fait t'es juste pas doué » fit-il d'ailleurs calmement remarquer sans une once de plaisanterie dans la voix, le regardant fixement d'un air vaguement impassible.

Et puis d'un seul coup, le pilote de l'équipage commença à tenter de se lever, surement fatigué d'être alité. Pas étonnant, Jun lui-même ne supporterait pas vraiment cette situation. Mais il n'empêchait que cette action était bien bête de sa part, étant encore blessé. D'ailleurs, Rakki se hâta bien de lui faire remarquer dans une charmante menace.

« T'as la bougeotte ? Lui demanda alors le navigateur. Si tu t'inquiètes pour Zoya, ben elle va bien, elle a juste été un peu secouée. Elle m'a dis qu'elle avait des « choses » à vérifier, je sais pas trop ou elle est partie. Et elle m'a pas raconté ce qui s'est tramé, d'ailleurs... »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Graveyard Island, l'île des récupérateurs d'épaves   Jeu 26 Mai - 23:39

InvitéInvité
avatar


Zoya marchait depuis dix bonnes minutes sans avoir prononcé le moindre mot.Le jeune Jack la suivait, respectant son silence et sa démarche rapide. Il était ravi de cette rencontre inattendue, et même s’il ne rencontrait pas l’équipage dont il rêvait depuis tout petit, le simple fait de pouvoir protéger sa princesse le réjouissait entièrement. Il avait cette chance que son père lui-même devait lui envier, il était près de la personne la plus importante du monde, et s’il l’eut fallu, il aurait donné sa vie pour elle, c’est ainsi qu’il avait été élevé.

De son côté, Zoya s’inquiétait pour Kaze. Elle se hâtait vers l’auberge où ils étaient descendus, dans l’espoir de retrouver Jun et de lui demander ce qui s’était passé, mais le jeune homme avait probablement dû rester auprès de leur ami commun, elle ne trouverait sans doute que ce fainéant de Touya à l’auberge, mais elle n’avait nul autre endroit où aller.

Passant devant le bâtiment, la princesse fut incommodée par une odeur de cigare, mais elle n’y aurait sans doute pas plus porté d’attention si le jeune garçon qui l’accompagnait ne se fut écrier :
-« On dirait un chien qui fume ! »
Levant les yeux vers la boule de poil, Zoya fut surprise de voir effectivement un chien fumer le cigare.
-« Aaaaaaah ! C’est quoi ce truc ? » Hurla t’elle avant de réaliser qu’elle avait déjà vu une chose semblable… Mais où donc ? Sa mémoire se mit en marche, et après un long effort de concentration, elle se remémora une phrase qu’elle n’avait pas analysée sur le coup :
"Ouais bon ok, je suis un chien qui parle mais je t'expliquerai ça plus tard ! Pour le moment t'as juste besoin de savoir que je suis aussi médecin… »

Le sang de Zoya ne fit qu’un tour. Un chien qui parle ? C’était impossible… Mais il y avait quelque chose de plus urgent.
-« Kaze ! » cria t’elle en s’élançant à l’intérieur de l’auberge, Jack sur les talons.

Après une série de portes ouvertes à grands coup de pieds, et de cris de clients effrayés par cette princesse en furie, Zoya trouva finalement la chambre de Noichigo et Rakki. Son entrée fracassante fut bien entendu remarquée par les occupants, mais déjà la princesse se jetais au chevet de son garde du corps et lui prit la main avant de la serrer assez fort pour vérifier que son ami était bien conscient.
-« Kaze, je suis désolée de t’avoir abandonné, mais il fallait que je m’occupe du corps de cet homme qui t’as blessé. »
La princesse se mordit la lèvre pour s’empêcher de révéler à l’homme encore alité qui était cet étranger qui l’avait abordé, elle n’allait pas l’accabler avec des détails.

Une fois rassurée sur l’état de l’homme griffon, la princesse lui donna un léger coup de poing sur le torse qui ressemblait davantage à une caresse qu’une attaque mortelle.
-« Tu aurais pu te faire tuer imbécile ! » Lui dit-elle les larmes aux yeux.
Elle ne voulait pas penser à Dick, mais devant l’homme qui l’avait froidement assassiné elle ne pouvait s’en empêcher.
-« La prochaine fois laisse les en vie, que je puisse torturer les ennemis qui oseront te blesser, je n’ai rien pu faire pour te venger. Et nous ne sauront jamais ce qu’il voulait.»

Jack regardait sa princesse et trouva la scène pathétique, étais-ce cela la grande capitaine dont il avait tant entendu parler ?Mais elle dut percevoir son trouble car en tournant la tête vers lui elle lui fit un demi-sourire entendu et il comprit tout de suite de quoi il retournait.
*Quelle personne incroyable* Songea alors le jeune homme en voyant les autres personnes présentes tomber dans son jeu.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Graveyard Island, l'île des récupérateurs d'épaves   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Graveyard Island, l'île des récupérateurs d'épaves

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» Les récupérateurs
» GHOST ISLAND
» [Misty Moutain Island] Sauvetage en haute montagne. [Quête]
» The island: Motu Iti
» Mousquet et Tomahawk : 27 aout 1776 - Bataille de Long Island

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Autre îles-