AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Confusion à Water Seven [Ft. Taizone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Confusion à Water Seven [Ft. Taizone]   Mar 9 Jan - 22:54

Whirlwind LexyLieutenant
Lieutenant
Whirlwind Lexy

Messages : 986

Navigation
Doriki:
1000/6000  (1000/6000)
Fruit du Démon: Pawaa Pawaa no mi

Confusion à Water Seven

ft. Nazario Taizone

Je ressemble
à un
pirate ?

Le navire avait vogué pendant plusieurs jours déjà. La fatigue s’accumulait sur le bateau et les officiers semblaient s’ennuyer de la terre ferme. Cependant, ce qui avait épuiser les matelots fut la tempête. Trois jours plus tôt, un orage violent s’abattit sur le navire. Plusieurs ont dû visiter l’infirmière pour diverse raison. Au moins, personne n’avait tombé par-dessus bord. Puis, un officier entra dans la pièce. Le capitaine ne leva même pas les yeux. Seule Lexy semblait porter attention à l’homme qui venait d’entrer. Paresseusement, elle leva la tête et les yeux avant de plonger son regard bleuté dans celui du marin.

« Nous approchons de Water Seven. Nous devrions arriver dans approximativement 2 heures. »

Un sentiment de joie et de soulagement envahie Lexy. Cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas vu d’île, de plus, elle savait que les autres aussi avait hâte de pouvoir marcher sur un sol stable. Pendant deux heures, tout le monde semblait excité. Le navire allait pouvoir se faire réparer, ce qui voulait dire que pendant ce temps, tout le monde pourrait avoir un moment pour soi.

« Lieutenant Whirlwind, je vais devoir aller à la base rencontrer quelqu’un. Tu seras responsable de la patrouille lorsque nous arriverons. »

Un moment de silence passa. Lui aussi il était soulagé d’être arrivé sur une île. Avec un sourire, elle le salua et quitta la cabine Enfin, le navire s’était arrêté sur Water Seven. Malheureusement pour ceux qui pensaient qu’ils pourraient avoir un congé des devoirs de marine, ils furent bien déçus. Ces derniers temps, le taux de criminalité avait augmenter et les marines sur l’île ne refuseraient pas un petit coup de main pour arrêter les turbulences dans les rues.

« Pour couvrir plus de terrain, nous allons nous séparer en groupe de deux. »

Tout le monde fut donner une carte où était noté les endroits où les crimes étaient plus fréquents, puis les groupes se sont dispersés. La jeune rose partie avec la nouvelle recrue, officier Orion, afin de pouvoir lui montrer les alentours. Il n’était pas très bavard, mais il était si craquant. Elle pouvait se perdre dans son regard sombre. Il était comme un mystère qui n’attendait que d’être découvert. Et ses cheveux avaient un reflet bleuté. Et quoi dire de son corps d’Appolon. Bien sculpter et des muscles assez visibles, mais pas trop. On pouvait voir qu’il s’entrainait beaucoup. Lexy était tellement concentré sur le corps « parfait » d’Orion qu’elle ne remarqua pas la bataille qui se déroulait dans un magasin à quelques mètres d’elle.

« Lieutenant ? Vous m’écoutez ? Voulez-vous que je m’en occupe ? »

Elle ne dit rien. Elle ne fit que hocher la tête. Bien sûre qu’elle voulait qu’il s’en occupe. Elle allait enfin pouvoir voir ce corps en action. Mais soudainement, quelque chose attira son attention. Elle pouvait presque sentir le regard intense sur elle. La jeune femme se tourna et regarda la personne. Que lui voulait-il ? Les deux personnes se fixèrent jusqu’à ce qu’une cloche sonne dans la tête de Lexy. Un pirate de Barbe-Noire. Nazario Taïzone ! Elle posa une main sur sa rapière, prête à toute éventualité, mais pour le moment, elle allait devoir découvrir ses intentions.

« Hey ! Toi ! Nazario Taizone ! Pourquoi es-tu là ? »


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Confusion à Water Seven [Ft. Taizone]   Mer 17 Jan - 0:23

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Nazario Taizone

Messages : 2683

Navigation
Doriki:
3893/6000  (3893/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Water Seven. Une de mes îles préférées de toutes celles de Grand Line par son indescriptible et incomparable beauté, presque indigne du personnage que j'étais, apparaissait sous mes yeux emplis d'émotions. A chacune de mes venues, j'en étais comme charmé davantage, toujours plus qu'à ma précédente. Je pourrais aisément m’imaginer me poser dans une de ses habitations pour faire mes vieux jours. J'en serais heureux. Pour le moment, cela faisait longtemps que je ne m'étais pas arrêté des jours sur cette si jolie île. Quelques semaines. Peut-être quelques mois. Je ne savais plus. Le temps passait trop vite à mon goût. J'avais arrêté d'épuiser mon énergie à le compter. Après tout, j'en avais besoin pour m’entraîner et me battre au quotidien. Être l’ennemi de bien trop de monde parmi tous ceux encore en vie, je ne comptais pas les nombreux morts qui devait souhaiter la mienne, ne laissait que peu de repos pour que mon corps fasse de nouveau assez d'énergie.

Il fallait se montrer patient. Attendre en gardant le reste d'énergie bien au chaud dans un coin. Faire le vide dans son esprit afin de profiter au mieux de l'île tout en évitant de le gaspiller de manière inutile dans des futilités. J'étais capable de céder, de perdre le contrôle, cependant je ne devais pas et c'était important que je m'y tienne. Comment tenir alors ? Bonne question à se poser. Ma pensée, pour y répondre franchement, était de rester loin des ennuis. Cela représentait sans aucun doute le choix le plus simple à faire et surtout le meilleur. Face à un ennui, dressé de tout son être sur ma route, je ne saurais rester calme. Je me connaissais donc j'en étais convaincu.

Lorsque je fus arrivé, pieds à terre, je suivis ma première intention qui était évidemment de me balader dans les rues en quête d'un endroit où apprécier le temps du jour. Le plan me semblait sans brèche. Il en contenait une que j'avais complètement oublié. Énorme erreur. Je me disais souvent stratège, et juste car j'étais sur cette île, je commettais des erreurs qui pourraient s'avérer fatales. Des soldats de la marine, dont j'étais une de leur cible, étaient également présents. J'en fis la découverte en croisant deux membre de cette organisation dans une rue. Un homme et une femme me tournaient le dos. Des gens se battaient dans un magasin, l'un des deux, l'homme, s'en alla dans la direction des affrontements.

Je cherchais un moyen de la contourner afin de passer inaperçu, mais je ne fis rien de tel. Au contraire. Cette femme, même de dos, me rappelait une personne que j'avais tué et que j'aurais aimé garder loin de la mort. Cela m'attira près d'elle. Je voulais être certain d'avoir tord ou raison. Je voulais savoir. Je ne pouvais ignorer mon envie de découvrir pourquoi elle me rappelait tant cette personne. Ses cheveux ? Peut-être. Son aura ? Peut-être aussi. Je n’hallucinais pas.

Mon corps s'approcha d'elle. Je gardais toutefois mes distances afin de ne pas me faire repérer. Je fus choquer par cette vision. Vitanie était là. Je la voyais en chaire et en os. Je me souvenais avoir mis fin à son existence, lui avoir trancher la gorge pour m'assurer que sa capacité à soigner ne soit plus d'actualité, et elle était là. Mon regard n'arrivait plus à se décoller d'elle. Il était autant perturbé que je ne l'étais. Nous étions pétrifié par l'incompréhension. Je voyais Vitanie. Exactement la même qu'à l'époque. La seule différence était sa tenue de la marine. Avant, c'était une fière pirate membre de l'équipage de Barbe Blanche et amie proche de Strange D. Nana, et désormais elle représentait la marine.

Sentant mes yeux sur elle, sûrement à cause de l'intensité de ces derniers, la femme se tourna ainsi vers moi et me fixa comme je la fixais. Elle devait se demander ce qui me passait par la tête pour que la regarde d'une si étrange façon, et je ne saurais pas le lui expliquer.

Posant ses mains sur son arme, une rapière, elle me parla ensuite, m'appelant par mon nom et prénom puis en me tutoyant pour me demander ce que je faisais là, je n'arrivais plus à prononcer le moindre mot. Ma bouche était bloquée. Moins d'une minute heureusement, néanmoins le temps sembla passer longuement pendant que je forçais pour passer outre mon incompréhension. Une fois que cela fut réussi. Je pris la parole pour lui répondre.

« Vitanie ? Tu devrais être morte ! Qu'est ce que toi tu fais là ? »

_________________
« Ne juges pas un homme au chemin qu'il choisit.
À moins d'avoir toi-même parcouru le même chemin de bout à bout, tu ne peux dire à autrui ce qui l'attend, ni ce qu'il laisse derrière lui. »
Thème :
Partenaires