AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 I just followed your scent, you can just follow my smile ⊗ ft Clown Caesar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: I just followed your scent, you can just follow my smile ⊗ ft Clown Caesar   Ven 11 Aoû - 18:21

Carter Barbara
avatar

Messages : 41

Navigation
Doriki:
378/6000  (378/6000)
Fruit du Démon: Oto Oto no mi

I just followed your scent, you can juste follow my smile × ft. CAESAR CLOWN

Voguant sur les flots depuis de nombreux jours maintenant, l'équipage du Hook Crew s'était enfoncé un peu plus profondément dans les méandres de Grand Line. Les victuailles s'amenuisaient, tout comme la patience de certains hommes. Il leur faudrait bientôt faire escale.
En sa qualité de navigatrice, Barbara devait s'assurer que le Maraudeur puisse rejoindre l'île la plus proche sans encombre. Cette tache aurait pu être davantage aisée si le navire ne s'était pas retrouvé piégé dans ce qui pourrait s'apparenter à un blizzard. Le vent glacé faisait claquer et les voiles et les dents, tout en faisant souffrir la moindre parcelle de peau dénudée. L'immaculée n'était pas une grande adepte de ce type de climat, mais les caprices de la météo étaient hors de son contrôle. La seule chose qu'elle pouvait faire, c'était s'emmitoufler et veiller à ce qu'ils arrivent à bon port.
Malgré un tel temps, elle avait bon espoir. Si elle voyait juste et avait scrupuleusement respecté le cap imposé, le Hook Crew se dirigeait droit sur l'île de Bulgemore. Celle-ci était réputée pour son climat rude, mais surtout pour être un lieu très avancé technologiquement partant. En y accostant, ils pourraient non seulement y refaire le plein de vivres, mais peut-être pourraient-ils également mettre la main sur quelques types d'inventions intéressantes ?

Le sens de la navigation de la jeune femme fut bientôt récompensé, puisqu'au loin pouvait-on désormais apercevoir les reliefs de l'île. Ils prirent soin de faire le tour de celle-ci, jusqu'à trouvé un endroit sûr et isolé où s'arrimer. Afin de ne pas éveiller les soupçons des habitants, seule une partie de l'équipage fut autorisée à se rendre en ville. Même si le nom de Crocodile en faisait encore frémir plus d'un, il n'aurait été guère raisonnable de faire une razzia et de se mettre à dos ces personnes équipées sans nul doute d'un très bon armement. Barbara était du voyage, et elle comptait bien en profiter un peu pour assouvir sa curiosité. Après tout, elle se trouvait à l'endroit qui avait vu naître Vegapunk, qui sait ce dont cette île pouvait regorger ?

C'est ainsi qu'elle et une douzaine d'hommes se mirent en route vers la ville la plus proche, tout en prenant soin de se séparer peu avant d'y entrer. Tandis que certains se procuraient armes et nourriture, l'amazone opta quant à elle pour l'auberge du coin. Quoi de mieux qu'un tel endroit pour récolter quelques informations après tout ?
En entrant, elle se délaissa de son long manteau qui la tenait jusque là au chaud, dévoilant ainsi sa personne. Ses longs cheveux blancs cascadaient sur ses épaules et le long de son dos tandis qu'elle arborait une longue et sobre robe noire. Ce n'était pas vraiment le genre de vêtement que l'on portait par ici, mais c'était bien le dernier de ses soucis. Ça lui permettait de dissimuler la paire de matraques qu'elle avait attaché autour de la cuisse, juste au cas ou.
Son regard glissa sur l'assemblée présente dans la grande salle. La plupart n'étaient que de vieux hommes et des enfants, quoi que l'on trouvait également bon nombre de voyageurs. En revanche des femmes, il n'y en avait guère. Elles devaient être trois, quatre à tout casser.

Barbara se promena parmi ces gens, tendant l'oreille et donnant de rapides coups d’œil à droite et à gauche. Les discussions n'étaient pas des plus intéressantes, se limitant la plupart du temps à la météo et à l'actualité. Néanmoins, un incident éveilla sa curiosité. L'immense laboratoire du docteur Vegapunk se trouvant sur l'île aurait explosé il y a un peu plus de deux ans et aurait été détruit. Du moins en partie. Trouvant cette histoire à son goût, la jeune femme se permit de rejoindre la tablée d'hommes d'où elle provenait, feignant l'émerveillement et usant de la flatterie pour en apprendre plus. De ce qu'elle comprit, il restait encore une partie du bâtiment debout, mais il restait à voir à quel point il était endommagé.

Le bruit robotisé de la porte qui s'ouvrait lui fit lever la tête. Dans l'entrée se trouvait deux hommes, l'un était blond et élégamment vêtu de noir comme elle, tandis que le second était plus grand et plus... spécial. C'est en fixant ce duo atypique que la blanche reconnu l'un d'eux, Sanji la Jambe Noire, membre des Mugiwara. Comment passer à côté de cet équipage qui faisait tant parler de lui ces derniers temps, et dont elle avait si souvent entendu parler par son capitaine ? Un embryon d'idée germa alors dans sa cervelle.
Descendant de la table sur laquelle elle s'était assise, et s'excusant auprès des hommes, elle s'avança en direction des nouveaux arrivants. Sur le chemin, elle attrapa une coupe à moitié vide qui semblait abandonnée et adopta une démarche davantage fébrile et chancelante. Une fois à portée d'eux, Barbara se laissa heurter par le cuistot, renversant au passage le contenu de son verre sur elle et se collant contre lui, la poitrine en première ligne.

« Excusez-moi, je n'ai pas fais attention où j'allais... Oh non, on dirait bien que j'ai taché ma nouvelle robe... » Elle baissa les yeux et les laissa se remplir de larmes avant de continuer dans un reniflement. « Mon fiancé va être tellement tellement en colère... Ne lui dites rien s'il vous plaît ! »

Si elle parvenait à soutirer quelques informations à ces types en jouant la comédie, elle parviendrait probablement à renforcer l'estime qu'avait Crocodile pour elle. Ma fille, il est temps de te mettre au travail !
code by lizzou × gifs by tumblr


Dernière édition par Carter Barbara le Mar 15 Aoû - 19:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
MessageSujet: Re: I just followed your scent, you can just follow my smile ⊗ ft Clown Caesar   Sam 12 Aoû - 15:26

Clown Caesar
avatar

Messages : 19

Navigation
Doriki:
0/0  (0/0)
Fruit du Démon: Gasu Gasu No Mi

I just followed your scent,
you can just follow my smile

Feat.
Carter Barbara
Image illustrant le rp

Bulgemore, sa neige et ses cyborgs. Les Mugiwaras n’étaient pas restés très longtemps sur le Shin Sekai, au grand dam de leur capitaine et de Caesar qui voyait s’agrandir la distance entre lui et son sauveur, Doflamingo. D’habitude, le scientifique était isolé mais force était de constater que Luffy avait vraiment tout tenter pour ne pas faire marche arrière. Comment auraient-ils pu faire autrement, de toute façon ? Ces guignols ne pourraient jamais faire face à ce qui les attend sur le Nouveau Monde sans avoir un peu plus de temps pour échafauder des plans idiots. Le captif doutait même qu’au complet ils puissent seulement porter un coup à Joker et à son organisation.

Son sauveur, son patron, il était plus futé que ça ! Ils le sous-estimaient ! Rabâchant sa mauvaise humeur dans son coin, il avait fallu qu’une nouvelle mauvaise nouvelle s’ajoute : en plus de ne pouvoir recouvrer sa liberté dans peu de temps, il fallait que la petite troupe fasse un arrêt sur Bulgemore ! Et pourquoi ? A vrai dire l’homme gazeux s’en moquait éperdument. Mais puisqu’il était là…

~ Cette île de malheur, et ce maudit Végapunk ! Marre d’être trainé partout ! Peut-être qu’avec un peu de chance je pourrais trouver de quoi me débarrasser d’eux ici ! Après tout, même s’il ne reste que des ruines, il doit pouvoir rester des choses à voir ! ~

Le tout, pour lui, était de savoir comment il allait se débrouiller pour pouvoir faire cette escapade. Pratiquement toujours enchainé et escorter, faire valoir ses droits humains n’allait pas être facile. Il écoutait patiemment ce qui se disait sur le pont, attendant de voir ce qui allait se passer. Certains partaient pour l’île, ils comptaient se séparer pour faire le tour des commerces, histoire de refaire le plein. Franky semblait impatient de rejoindre des types qu’il connaissait, à part ça, Sanji, Luffy, Chopper et Robin s’occuperaient du reste. C’est alors que le détenu cornu tenta de faire entendre sa voix.

- Je veux partir avec vous, moi aussi ! C’est l’île qui a vu naitre Végapunk, je n’ai jamais eu l’occasion de la voir de mes propres yeux ! Et puis, je vais attraper des courbatures à rester assis ici ! Ces conditions de vie sont indignes de moi !

Après quelques regards suspects, plusieurs avis réprobateurs et une ou deux insultes gratuites, Caesar put finalement s’en sortir, le sourire aux lèvres ! C’était déjà ça, il ne restait plus qu’à trouver un moyen d’aller jusqu’au labo ! Rien n’était gagné, il fut décidé qu’il devrait rester avec Sanji et une fois qu’on confia les clefs des menottes et le cœur, ils partirent directement vers une auberge que le cyborg leur conseilla. Tout ne se passa pas comme prévu sur le chemin. Plusieurs bestioles tentèrent de leur barrer la route, et un blizzard se leva. Le premier problème fut vite réglé par le cuistot mais le second par contre… Tourna finalement à l’avantage de notre ami !

Puisqu’on ne voyait goutte et qu’il ne valait mieux pas se perdre pour éviter de mourir de froid, Sanji lui défit temporairement ses liens ! Il devait jouer la bougie mais au moins il pouvait dorénavant profiter de ses pouvoirs. Impossible de faire quoi que ce soit contre la Jambe Noire directement bien sûr, mais au moins le froid n’avait maintenant plus d’effets sur lui et il pouvait gouter à un semblant de liberté. Pour la forme, il garde une moue désapprobatrice sur son visage, histoire qu’on ne croit pas qu’il adorait jouer la lanterne et ils achevèrent finalement leur aventure, les premiers bâtiments d’un village se distinguant dans le ciel terne. Evidemment, il avait fallu que tout l’ile bénéficie de l’avancée technologique de ce charlatan…

Arrivant donc devant une porte automatisée et des infrastructures métalliques, les deux hommes entrèrent dans l’auberge. Visiblement, le bar jouissait d’un petit succès, étant donné le nombre de personnes présentes. Toujours un peu méfiant sur les bords, le scientifique s’employa d’abord à observer les visages de l’assistance. Beaucoup de gens voulaient soit sa mort, soit bénéficier de ses prouesses, des personnes autrement plus dangereuses que le Chapeau de Paille, alors il faisait toujours attention. Il ne remarqua paradoxalement pas la jeune femme qui fonça droit sur Sanji.

La maladroite se confondait en excuses, tout en se pressant tout contre le blond qui, lui, sembla absolument ravi, au vu de ses yeux qui se métamorphosèrent en cœur. Mais elle se mit à pleurer subitement en parlant de son fiancé. Autant le dire, Caesar n’en avait absolument rien à foutre. Il l’aurait laissée là, après tout c’était elle la responsable de son propre malheur mais bien sûr, l’homme au caractère n’allait pas en rester là ! Voilà qu’il se proposait de l’aider, ne supportant pas de la voir dans cet état ! L’ex-Master ne prit même pas la peine d’essayer de le raisonner, il commençait déjà à le cerner. Poussant un long soupir, il se contentait alors d’écouter pour le moment.

© Teika sur Epicode


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I just followed your scent, you can just follow my smile ⊗ ft Clown Caesar   Sam 12 Aoû - 21:45

Carter Barbara
avatar

Messages : 41

Navigation
Doriki:
378/6000  (378/6000)
Fruit du Démon: Oto Oto no mi

I just followed your scent, you can juste follow my smile × ft. CAESAR CLOWN

Touché. Son petit tour et ses larmes de crocodile venaient de lui mettre le blondin dans la poche, quoi que réflexion faite, ses atours auraient amplement suffi.
Essuyant ses larmes, elle profita de l'occasion pour dégager une mèche de son visage puis leva les yeux vers les deux hommes. Celui auquel elle était accrochée, la Jambe Noire, semblait tout à fait ravi de la situation. L'autre en revanche, c'était une toute autre histoire, à peine semblait-il se soucier d'elle. "Égoïste", jugea-t-elle. La blanche devrait trouver autre chose pour parvenir à se jouer de celui-ci.
Le coup du fiancé colérique fonctionna en tout cas à merveille sur le Mugiwara, qui ne tarda guère à lui proposer son aide, fut-ce de n'importe quelle façon.

« Vraiment ? Oh que vous êtes bon, noble voyageur ! » Elle le gratifia d'un sourire, avant de reprendre un air plus maussade. « Mais je ne sais de quelle façon vous pourriez m'aider contre lui...»

Le cuistot insista pourtant, affirmant qu'il devrait bien y avoir quelque chose à faire. Pendant un instant, Barbara le crut bien capable de lui demander de partir avec lui. La jeune femme détourna les yeux un instant et marqua une pause, simulant un instant de réflexion.

« Il y a bien une chose finalement... Mon fiancé est un homme de sciences cherchant la reconnaissance de ses paires, c'est d'ailleurs pour cette raison que nous sommes venus sur cette île, il voulait s'imprégner des traces laissées ici par le Docteur Vegapunk, mais ça n'a pas vraiment aboutit... » Elle leva timidement ses yeux bleus vers le pirate et cligna plusieurs fois. « Accepteriez-vous de m'aider à gagner le laboratoire de celui-ci ? Si je pouvais y trouver ne serait-ce qu'un parchemin, il en oublierait aussitôt ma bavure de tout à l'heure ! »

Elle lui attrapa la main, et la pressa un moment dans les siennes. L'effet fut immédiat, et bientôt le jeune homme lui promit de faire tout ce qui était en son pouvoir pour l'aider dans sa quête. Ravie, elle le gratifia d'un baiser sur la joue. Tandis que le blond batifolait joyeusement, Barbara reporta son attention sur l'autre homme. Grand, mystérieux, étrangement vêtu, il éveillait sa curiosité.
Elle se rapprocha alors de lui avant de lui adresser directement la parole, entremêlant ses doigts et lui décochant une mine gênée.

« Désolée de m’accaparer ainsi de votre ami, vous aviez probablement d'autres choses de prévues... S'il vous plaît, venez avec nous ! Vous avez l'air d'un homme brillant, je suis certaine qu'avec vous à mes côtés, nos recherches n'en seront que plus fructueuses ! »

Etant donné que la vue d'une femme en détresse l'avait laissé de marbre, peut-être qu'un peu de flatterie donnerait de meilleurs résultats. Il n'avait pas vraiment la carrure type d'un combattant, alors l'immaculée paria sur l'esprit. Le choix était-il judicieux ? Elle serait rapidement fixée.
Barbara se posait néanmoins des questions. Qui était-il ? Un nouveau compagnon des Mugiwara ? Un ami ? Un simple fardeau ? Était-il un allié ou un ennemi ?
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
MessageSujet: Re: I just followed your scent, you can just follow my smile ⊗ ft Clown Caesar   Dim 13 Aoû - 19:00

Clown Caesar
avatar

Messages : 19

Navigation
Doriki:
0/0  (0/0)
Fruit du Démon: Gasu Gasu No Mi

I just followed your scent,
you can just follow my smile

Feat.
Carter Barbara
Image illustrant le rp

Ils n’avaient même pas eu le temps de s’asseoir, qu’à peine arrivé dans l’auberge, voilà qu’une femmelette inutile venait de bousculer Sanji. Et puis bien entendu, il avait fallu qu’il se propose ensuite de l’aider ! Caesar regardait tout cela d’un œil vaguement mécontent. Ces pitreries ne l’intéressaient pas. Il l’avait déjà vu à l’œuvre, le bougre, à tourner autour des deux femmes de l’équipage comme un pervers. Malgré que celle-ci ne soit plus célibataire, ce type avait toujours un problème avec les femmes, il ne savait pas se tenir, ça c’était certain. Spectateur obligé, le scientifique attendait donc de voir la suite des événements.

Et la suite ne manqua pas de le surprendre ! Après quelques instants voilà qu’elle proposait d’aller à l’ancien laboratoire de Végapunk ! Quelle veine ! Heureusement qu’il était derrière le blond, il ne put masquer sa surprise et sa bouche prit la forme d’un « o » furtif avant qu’il ne décoche un large sourire et qu’il tente de le masquer en reprenant un visage neutre. Intérieurement, il jubilait ! Finalement, nul besoin d’un quelconque plan pour fouiller des ruines en quête de trésor ! Cette gonzesse venait de le faire pour lui ! Le vent semblait enfin tourner pour le fameux détenu !

~ Shurorororororo ! Voilà ma chance ! Je vais même pouvoir être aux commandes puisque je suis le plus calé en la matière et je pourrais facilement me jouer d’eux ! Ces idiots ne perdent rien pour attendre ! ~

Le cuistot, quant à lui, promettait toujours monts et merveilles alors qu’il succombait aux assauts féminins. Il partit ensuite dans une rêverie en tournant sur lui-même. Le cornu le regarda, dubitatif, tout en se demandant une nouvelle fois comment des guignols pareils pouvaient bien naviguer en toute tranquillité sur ces mers, lorsqu’il remarqua du coin de l’œil que la jeune femme s’avançait vers lui maintenant. Elle semblait toujours gênée et s’excusa du dérangement auprès de lui. Elle proposa qu’il vienne avec eux, tout en le flattant allègrement. L’homme gazeux ne fit pas attendre sa réponse, cette petite venait de marquer dans l’un de ses points faibles !

~ Ha, si elle savait… Des choses de prévues ? Shuroror- ~

- Shurorororo ! Un homme brillant ?! Comment tu as deviné ?!

La face ridée par sa grimace de satisfaction, Caesar ne put s’empêcher de ricaner de bonheur. Voilà qu’on reconnaissait son talent avant même qu’il ne démontre son génie ! Elle commençait à lui plaire, celle-là ! Mais il n’eut pas le temps d’en dire plus, le cuistot revenait déjà, comme alerté par la voix de son prisonnier. Ça tombait merveilleusement bien ! Souriant toujours mais reprenant ses traits habituels, notre ami au teint éternellement livide demanda tout guilleret s’il comptait faire encore attendre longtemps cette ravissante demoiselle et une fois que la Jambe Noire eut fini de le dévisager du regard, il reparti tout contre elle et ils sortirent.

« L’ex-Master » se contentait de flotter à leur côté, tout en lui posant quelques questions, sa curiosité ayant été titillée avec ce qu’elle avait dit. Il aurait pu relever la robe, étrange vêtement porté sur une île hivernale où tous les habitants du coin se baladaient emmitouflés dans d’épais manteau de laine mais il se demandait s’il connaissait cet époux aussi en recherche de reconnaissance. Maintenant qu’il y pensait, cet homme ou bien ces deux-là étaient-ils des marines ? Il préféra poser ces deux interrogations directement. Il fallait s’assurer qu’elle ne soit pas une ennemie, même si mentir était toujours possible.

© Teika sur Epicode


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I just followed your scent, you can just follow my smile ⊗ ft Clown Caesar   Dim 13 Aoû - 22:13

Carter Barbara
avatar

Messages : 41

Navigation
Doriki:
378/6000  (378/6000)
Fruit du Démon: Oto Oto no mi

I just followed your scent, you can juste follow my smile × ft. CAESAR CLOWN

Flatter l'ego de cet homme lui procura davantage de résultats qu'escompté. Lui qui jusque là s'était montré distant et en rien concerné, ronronnait désormais de satisfaction. "Gagné." Elle n'eut cependant pas le loisir de répondre à son interlocuteur, car le cuistot, dans un regain de lucidité, revint vers eux, et bientôt le trio improbable se mit en branle et ressortit dans le froid de l'île. Le blondin offrit son bras à Barbara, et elle l'accepta volontiers. Il avait beau être son ennemi, la blanche ne pouvait que lui reconnaître sa formidable galanterie. Et puis un peu plus de chaleur par le temps qu'il fait, ça ne pouvait être que bénéfique !
Tandis qu'ils avançaient dans la cité robotisée, laissant derrière eux nombre d'empreintes qui seront bientôt de nouveau recouvertes, elle en profita pour répondre au cornu.

« A dire vrai, ça n'a pas été bien difficile, votre aura transpire d'un tel savoir que j'ai la conviction que vous pourriez résoudre n'importe lequel des problèmes de ce monde. » lui répondit-elle avec un sourire timide. « Le seul fait d'être à vos côtés me donne l'impression de gagner en intelligence ! »

Elle secoua doucement son joli visage, faisant s'ébranler sa longue chevelure incolore. La navigatrice sentit Sanji se retenir de rire, mais ne releva pas. L'immaculée nota également une particularité par rapport au plus grand, il flottait littéralement à côté d'eux. "Un logia." C'était bien la seule explication possible à ce fait. Pour le coup, elle en regretterait presque de ne savoir maîtriser le haki, à l'instar des siennes. Barbara repoussa cette pensée morose dans un coin, et écouta patiemment chacune des questions que lui posait l'homme flottant. Le fait qu'il les enchaînait lui permettait d'inventer une nouvelle histoire pour le précédent, si bien qu'elle fut prête à lui répondre quand vint son tour.

« Il se prénomme Oscar. Il était un petit assistant du Docteur Vegapunk, mais c'était plus de pression qu'il ne pouvait le supporter, alors il l'a rapidement quitté. Depuis ça le torture, il ne vit que pour se prouver qu'il n'est pas qu'un moins que rien. Il n'est plus que l'ombre de lui-même, il ne me laisse même plus le réconforter... Je devrai peut-être songer à le quitter... »

L'idée parut ravir la Jambe Noire. D'un revers de la main, elle essuya une paire de larmes grossières dues davantage au froid cuisant qu'à son histoire de scientifique torturé. Elle s'excusa auprès d'eux, avant de continuer.

« La Marine ? Oh non, mon Oscar avait beau les tenir en estime,
il n'avait pas l'étoffe qu'il fallait.
» Elle se penchait vers le nuage parlant, et lui chuchota doucement à l'oreille. « Le pauvre est asthsmatique. »

Sa déclaration fut suivie d'un petit rire, comme pour s'en moquer gentiment. Les détails qu'elle apportait à son histoire la rendait certes plus solide, mais il aurait été fort aise à certaines personnes proches de Vegapunk de la balayer entièrement. Qu'importe. Etant donné sa situation ce risque valait la peine d'être pris.

« Quant à moi, je n'étais qu'une simple serveuse jusqu'à notre départ. » leur dit-elle sur le ton de la confession.

Les "associés" ne mirent pas longtemps à quitter la ville et à s'en éloigner. Pour arriver jusqu'au bâtiment, il leur fallait d'abord traverser une forêt gardée, à ce que l'on racontait, pas d'étranges animaux automatisés. La rumeur prit un tournant véridique quand ils tombèrent nez-à-nez avec un panneau qui lui signalait la dangerosité de la zone dans laquelle ils s'apprêtaient à pénétrer.
Avant qu'ils ne puissent faire un pas de plus, Barbara s'immobilisa et attrapa le bras du dénommé Sanji plus fermement.

« Avant que nous n'allions plus loin, je voudrai vous demander... Comment vous nommez-vous, voyageurs ? Quels sont les noms de ces hommes valeureux prêts à me défendre au-delà de cette pancarte ? »

La jeune femme avait eu beau revêtir son manteau avant de quitter l'auberge, le vent glacé n'en restait pas moins mordant. Son nez et ses pommettes commençaient à tirer vers le rosé, tandis qu'elle les fixait l'un après l'autre.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
MessageSujet: Re: I just followed your scent, you can just follow my smile ⊗ ft Clown Caesar   Lun 14 Aoû - 22:04

Clown Caesar
avatar

Messages : 19

Navigation
Doriki:
0/0  (0/0)
Fruit du Démon: Gasu Gasu No Mi

I just followed your scent,
you can just follow my smile

Feat.
Carter Barbara
Image illustrant le rp

Dehors, les flocons dégringolaient tranquillement pour le moment. Le froid était sans doute encore mordant mais au moins, Caesar ne devait pas s’abaisser à jouer la lampe en face d’autres personnes que ses géôliers. C’était déjà suffisamment humiliant comme ça ! Surtout qu’en plus, la femme qui les accompagnait semblait subjuguée par son talent ! Raison de plus pour ne pas froisser cet égo qui venait de renaitre au creux de sa poitrine ! Les voilà donc qui marchait tranquillement en direction du fameux labo. Sanji, lui, continuait d’observer son prisonnier par moments, à l’affut de ce qu’il pourrait dire.

Peut-être le frapperait-il s’il se montrait insultant avec sa protégée du moment ? Ou bien vérifiait-il simplement qu’il ne fasse pas de bourde ? C’était déjà risqué que le fournisseur de Smiles de Joker se balade à l’air libre, probablement. Qu’il continue donc à l’épier ! On l’avait écroué mais personne ne l’empêcherait de parler ! De toute façon, ils devaient bien le traiter, sinon ils auraient à faire face à la colère du pire ennemi qu’ils pouvaient bien se mettre à dos ! Gardant un léger sourire à cette pensée, son visage se fit d’autant plus radieux lorsque celle qui les accompagnait l’encensait encore ! Que de douces paroles parvenant à ses oreilles !

Posant ensuite quelques questions, même s’il pouvait passer la journée à entendre les autres le congratuler, il attendit qu’elle réponde en fusillant du regard le cuistot.

~ Qu’il ose seulement rire ! Personne ne m’égale dans mon domaine ! ~

D’une oreille plus attentive qu’auparavant, notre savant fou préféré écoutait son interlocutrice. Oscar, un assistant de Végapunk, un asthmatique, par-dessus le marché ! Ça, il lui était impossible de savoir si c’était vrai ou non. Déjà, ça faisait quelques années qu’il n’était plus « l’éternel second » et puis, égocentrique comme il l’était, il ne s’était jamais soucié de connaitre les petits détails de la vie des petites gens. Il était destiné à de grandes choses ! Il n’avait pas le temps de parler de la pluie et du beau temps avec des types qui ne lui arrivaient même pas à la cheville ! La suite du discours de la petit le fit tiquer par contre.

Elle songeait à le quitter ? Bizarre pour une femme qui semblait redouter la colère de l’homme qui partage sa vie. En général les femmes avaient un autre comportement lorsqu’elles étaient dans cette situation… Le cornu ne préféra pas relever. De toute façon, elle tenait le crachoir pour le moment et nul doute que l’autre avec les sourcils vrillés devait lui manger dans la main. Dire quelque chose aurait pu lui donner de nouvelles bosses à ajouter à la liste des choses à faire payer aux Mugiwaras. Pendant qu’elle continuait son monologue – interrompue uniquement par les minauderies du blond – ils arrivèrent devant une grille.

Il n’avait pas vu le temps passer, tiens ! En soi, ce n’était pas vraiment étonnant. Il se perdait souvent dans ses pensées et il était insensible aux caprices météorologiques sous sa forme gazeuse. Ajoutez à cela qu’il parvenait superbement à ignorer son entourage lorsque celui-ci ne faisait que parler et vous avez la recette parfaite pour avoir la sensation que le temps se dérobe sous vos pieds ! Reprenant goût à ce qui se passait autour de lui, il entendit une question à laquelle la Jambe Noire s’empressa de répondre, roucoulant son nom et désignant, comme s’il se faisait mal à chaque syllabe, le scientifique mais sans donner son vrai nom.

Voilà qu’il s’appelait Cheddar maintenant ! Quel plaisir d’entendre une nouvelle fois le sobriquet idiot que le Chapeau de Paille lui avait affublé ! Ne cachant pas son énervement, même s’il se contentait d’opiner du chef, il préféra changer de sujet directement alors que Sanji venait à peine de lui demander comme elle s’appelait. Alors qu’il traversait nonchalamment la grille, son corps gazeux ne subissant aucun dommage. De l’autre côté, il nargua ses deux vis-à-vis.

- Et bien ? Nous avons assez trainé, non ? Il est temps d’explorer ces ruines !

Ricanant doucement, il attendit que l’autre transporte la fille comme une mariée dans ses bras avant de voler au-dessus du grillage et de la reposer. L’instant suivant, diverses créatures cybernétiques les entourèrent mais elles furent bien rapidement mises à mal par les coups de pieds du cuisinier. Caesar se faisait un plaisir de le laisser se débrouiller, jusqu’à ce que des animaux tente de l’attaquer lui. Il se débarrassa d’eux le plus facilement du monde en les empoisonnant avec son gaz personnel. Il avait hésité à sortir son épée mais… Utiliser du feu en cet endroit ne serait pas très avisé. C’est alors que leur invitée proposa quelque chose qui ne manqua pas de le faire sourire intérieurement.

Voilà qu’elle proposait que le groupe se sépare ! Cerise sur le gâteau : elle voulait rester avec le kidnappé sous couverture ! Quelle chance ! Elle réalisait tout ce qu’il souhaitait aujourd’hui ! Mais ses doutes lui revinrent en mémoire… Ils avaient des choses à se dire tous les deux ! Une fois que le pitoyable fumeur lachait l’affaire, en lui faisant promettre de l’appeler si elle avait le moindre problème avec « Cheddar », chacun parti de son côté. Dorénavant il ne cachait plus son sourire alors qu’ils arrivèrent prêt des premiers gravats. Chacun observant les débris à la recherche d’indices, cela n’empêcha pas l’homme au teint livide de commencer à parler franchement.

- Alors comme ça tu as peur de la colère de ton cher fiancé mais tu penses à le quitter ? Etonnant ! En général, soit les femmes s’écrasent, soit elles se rebellent ! Rarement les deux ! Shurorororo… Et si tu la jouais franc jeu, maintenant ?

Pour l’instant il restait sobre. Il ne la regardait pas mais continuait d’observer distraitement le sol. La suite restait à voir. Soit il faudrait user de menaces, voir même « lui couper la parole » si elle comptait faire l’idiote, ou bien alors elle viderait son sac. Après l’effet de la première rencontre et des flatteries, il était pratiquement sûr qu’elle n’était pas franche avec eux.

© Teika sur Epicode


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I just followed your scent, you can just follow my smile ⊗ ft Clown Caesar   Mar 15 Aoû - 19:03

Carter Barbara
avatar

Messages : 41

Navigation
Doriki:
378/6000  (378/6000)
Fruit du Démon: Oto Oto no mi

I just followed your scent, you can juste follow my smile × ft. CAESAR CLOWN

Face à sa question, le Mugiwara ne perdit pas de temps et lui donna son véritable nom. La blanche se serait attendue à davantage de précaution de la part d'un pirate autant recherché, mais elle mit cela sur sa faiblesse vis à vis des femmes. L'autre fut présenté comme se nommant Cheddar, un nom qui, ma foi, ne manquait pas d'ouvrir l’appétit. Celui-ci franchit sans difficulté le grillage devant lequel ils se trouvaient, le traversant tout bonnement. La Jambe Noire se montra quand elle bien plus galante, puisqu'elle saisit Barbara dans ses bras comme si elle n'était qu'une jeune mariée, et franchit la barrière en passant au dessus. Quand il la reposa au sol, elle le gratifia d'un sourire et d'un chaste baiser sur la joue. Cela lui suffit à roucouler pour un moment. Elle profita de ce moment pour à son tour, donner son nom aux deux hommes.

« Oh, pardonnez mon impolitesse ! Je me nomme Barbara, mais vous pouvez m'appeler Bobbi ! »

Tandis qu'ils s'enfoncèrent dans la forêt, la neige se fit plus abondante et le froid plus mordant, mais leur plus gros problème fut les animaux cybernétiques qui rôdaient dans le coin. Aucun d'eux cependant n'eut le loisir de s'approcher de l'amazone qui put compter sur la protection de Sanji et du fameux Cheddar. Celui-ci se débarrassa de ses opposants à l'aide d'un nuage de gaz comme s'il s'agissait de la chose la plus simple au monde. Des deux, c'était bien lui qui l'inquiétait le plus.

Le trio se remit bientôt en route, et ils ne mirent pas longtemps avant d'apercevoir au loin les restes du fameux laboratoire. Maintenant qu'il avait joué son rôle et l'avait protégée jusque là, Barbara voulait écarter le Mugiwara pour quelques temps. Doucement, la blanche attrapa son bras qu'elle glissa timidement au contact de sa poitrine, avant de lever vers lui ses grands yeux bleus.

« J'aurai une autre requête à vous demander, Sanji-Sama... Vous pouvez la refuser, bien entendu, mais j'aimerai que vous alliez surveiller mon fiancé le temps que nous fouillions les lieux. Je ne voudrai pas qu'il se doute de quelque chose... Je surveillerai votre ami pour vous, ne vous en faites pas ! »

Elle battit ridiculement des cils, et le blondin ne mit pas longtemps à céder. En guise d'adresse, et lui donna celle d'un bordel à l'écart de la ville devant lequel elle était passée en arrivant. Etant donné ses penchants, ça devrait suffire à l'occuper un moment.

Maintenant qu'ils n'étaient plus que deux, la jeune femme comptait bien obtenir des informations sur les Mugiwara, mais également sur ce mystérieux Cheddar.
Il ne leur fallut que quelques minutes pour arriver devant les premières ruines, qu'ils se mirent à fouiller plus ou moins minutieusement. Au bout de quelques instants, celui baptisé en l'honneur d'un noble fromage prit la parole.

« Alors comme ça tu as peur de la colère de ton cher fiancé mais tu penses à le quitter ? Etonnant ! En général, soit les femmes s’écrasent, soit elles se rebellent ! Rarement les deux ! Shurorororo… Et si tu la jouais franc jeu, maintenant ? »

Il l'avait percée à jour, et ce, plus tôt qu'elle ne l'espérait. La pirate se doutait que sa couverture tomberait, mais elle ignorait que se serait sur un faux raccord comme celui-là. Elle avait suspecté ce Cheddar d'être un scientifique du fait de son enthousiasme à gagner les ruines de l'antre de Vegapunk, peut-être même avait-il travaillé avec celui-ci et ce qui l'avait inquiétée. Enfin, son mensonge avait tenu suffisamment longtemps pour se débarrasser de ce Sanji, c'était l'essentiel.
Continuant à fouiller les gravas, elle ne s'émut pas outre mesure et lui répondit sur le même ton calme que son interlocuteur.

« C'est donc cela qui m'a porté préjudice... Dire que je me figurais être assez bonne comédienne pour vous tromper un peu plus longtemps... Enfin. »

Un débris scintillant attira son attention un peu plus loin. Afin de s'en approcher, la jeune femme s'aventura parmi la foule de ruines qui se trouvait autour d'eux.

« Vous voulez la vérité ? Soit. Je me nomme Barbara, Barbara Carter, cette partie est vraie, et je suis une pirate. Ce n'est pas tous les jours que l'on tombe sur des types autant recherchés que les Mugiwara, je n'allais tout de même pas laisser passer cette occasion. »

Elle se garda bien de lui dire qu'elle travaillait pour Crocodile. Qui sait, cette information lui serait peut-être utile tout à l'heure ? Elle arriva finalement en face de l'objet de ses convoitises. Il ne s'agissait en revanche rien d'un débris, mais bien de l'extrémité d'une porte devant laquelle s'amoncelait une forte quantité de gravats. L'immaculée soupira. Etant donné le physique de l'autre, elle ne pourrait compter que sur elle pour déblayer le passage.

« Conseil d'amie: couvrez-vous les oreilles. »

Sans se soucier de savoir s'il l'avait entendue, Barbara prit une profonde inspiration puis utilisa son Canary Cry. La vague sonore qui suivit ébranla les débris avant de les faire repousser les uns après les autres vers un lieu où ils gêneraient moins. Il en restait encore quelques uns, mais rien d'handicapant. Elle examina la porte un instant, et se figura rapidement qu'elle ne possédait point de poignée. Il faudrait l'ouvrir autrement.

« En parlant de vérité, je doute que vous vous nommiez réellement Cheddar. Auriez-vous quelques secrets à me partager à votre tour ? »
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
MessageSujet: Re: I just followed your scent, you can just follow my smile ⊗ ft Clown Caesar   Ven 18 Aoû - 21:01

Clown Caesar
avatar

Messages : 19

Navigation
Doriki:
0/0  (0/0)
Fruit du Démon: Gasu Gasu No Mi

I just followed your scent,
you can just follow my smile

Feat.
Carter Barbara
Image illustrant le rp

Les lèvres mauves du scientifique laissèrent lentement apparaitre son rictus au fil de ce qui lui était donné d’entendre. Il était ravi de voir que cette fille la jouait franc jeu, ce qui était tellement amusant lorsque lui-même avait tout le loisir de lui raconter n’importe quoi, ou bien de ne simplement rien lui dire. Jusqu’à présent, rien ne présageait qu’elle puisse avoir le moindre avantage sur lui. L’orgueil de l’homme se laissa donc porter, ne cherchant même pas à savoir si elle utilisait le haki ou quoi que ce soit d’autre. Il était bien trop occupé à l’écouter vider son sac, tout en observant un morceau noirci qu’il pensait être un assemblage venant d’une machine.

La seconde partie du monologue fut d’autant plus intéressant. Ainsi, c’était une pirate qui en voulait aux Mugiwaras. Il est clair que tout ce beau monde passait difficilement inaperçu. Si elle avait une quelconque vengeance elle les aurait attirés dans un piège ou bien attaqués directement. Mais puisqu’elle avait pris la peine d’éloigner le cuistot, sans doute Caesar l’intriguait. Après tout, c’était logique, non ? Si elle le connaissait, elle aurait réagi différemment. Elle lui aurait entravé les mouvements, d’une façon ou d’une autre, son fruit logia étant terriblement efficace après tout. Quoi qu’il en soit des réflexions de l’ex-Master, sa compagne du moment semblait s’éloigner de lui.

Tournant la tête, il confirma visuellement ce que ses oreilles lui suggéraient. Intrigué qu’elle ne tente rien contre lui mais qu’elle semble tout aussi impliquée que lui dans les recherches, il la suivit tranquillement, prenant le temps d’observer les débris proches. Soupirant et commençant à enlever des gravats, le cornu la laissa faire. Il en profita même pour prendre le relais de leur conversation.

- Comme tu l’as dit, je suis un homme brillant, non ?! Alors ce n’est guère surprenant que j’ai pu te percer à jour ! Shurororo… Et que veux-tu à cet équipage de dégénérés dis-moi ?

Pour toute réponse, l’homme-gaz n’eut que le bruit étouffé du dernier rocher qu’elle déplaçait. Elle semblait en avoir marre de les écarter du chemin. Après ça elle se contenta de lui donner un conseil qu’il prit à la légère. Pourquoi donc se boucher les oreilles ? Grossière erreur. Après une inspiration profonde, la jeune femme poussa un cri strident qui eut l’effet d’une onde de choc suffisante pour qu’ils se meuvent d’eux-mêmes. Trop tard pour protéger ses tympans ! Un léger bourdonnement régulier lui rappellerait de faire plus attention à l’avenir.

Un peu énervé pour la peine, il n’en était pas moins content : avec cette petite démonstration, il pouvait entrevoir les capacités de cette petite comédienne ! Il entreprit de se masser les lobes d’oreilles, même si ça ne changerait strictement rien à son acouphène temporaire. C’est à ce moment qu’elle se retourna pour lui poser une nouvelle question, tout ça alors qu’elle n’avait pas encore répondu à la sienne…

- Et en quel honneur je te révélerais quoi que ce soit ? Toi non plus tu ne réponds pas à mes questions… Mais je dois bien avouer que je déteste ce surnom ! Tu peux m’appeler Master à la place ! Shurorororo !

Tout sourire, il laissa loisir à cette impudente de réfléchir pendant qu’il reportait son attention sur la porte qu’elle avait dégagée. Malgré l’explosion, du labo et l’onde vocale, elle tenait bon. Elle ne possédait bien sur aucune poignée et semblait conçue pour être hermétique. Au final, c’était typique pour tout établissement scientifique qui se respecte. Tout indiquait que ce genre d’installation n’était déverrouillable que de l’intérieur. Cependant, nulle raison pour qu’il laisse filer une opportunité pareille ! Si un sous-terrain existait il devrait abriter des documents ! L’homme au teint pâle sorti alors son fourreau d’une des poches de son manteau. La demoiselle allait sans doute s’interroger.

Elle allait être servie en un instant ! L’innocent fourreau, sous l’impulsion du fruit du gaz, se vit pourvoir d’une lame d’un bleu pénétrant. Caesar n’eut ensuite qu’à simplement enfoncer l’arme dans l’acier, le faisant fondre aussi aisément qu’on couperait du beurre. Une fois le tour de la porte réalisé, elle s’écrasa comme un domino vers l’intérieur mais il en ralentit la chute en accumulant du gaz derrière elle. Sans cela, elle aurait rencontré le sol métallique qui s’ouvrait à eux et donc aurait fait un boucan de tous les diables. Dans une zone fermée au public et surveillée par des cyborgs ainsi que la marine, il valait mieux éviter !

Un tunnel sombre s’ouvrait maintenant devant eux. Il faudrait restaurer le courant pour plus de facilité, encore fallait-il que la batterie ne soit pas partie dans l’explosion. Pour l’instant, notre ami gardait donc son sabre devant lui pour qu’ils puissent se diriger. Le couloir ne faisait pas plus de deux mètres de largeur et s’étirait comme à l’infini devant eux. Bientôt, ils purent voir des portes apparaitre de chaque côté, une nouvelle phase d’exploration allait pouvoir débuter. Jusqu’ici tout était resté très silencieux mais un léger bruit les attira sur la droite. Impossible de dire ce que c’était de prime à bord, ça oscillait entre une espèce de mastication et de couinements.

Une fois que la lumière entra dans la pièce, les deux explorateurs en découvrirent la source… Des souris ! Médusé, le scientifique laissa béer sa bouche sans qu’un seul son ne sorte. Jusqu’ici ils avaient été discret mais malheureusement ça n’allait pas durer. La stupéfaction fit place à la colère noire. Ces cobayes bouffaient des documents manuscrits ! Son sang ne fit qu’un tour et, tout en gesticulant il cria, rageur :

- Dégagez de là espèces de rongeurs inutiles ! Ouste !

L’instant suivant il ôta l’oxygène devant lui, immobilisant toutes les bestioles qui n’avait pas jugé bon de fuir. Un silence de mort retomba avant que d’autres choses se mirent en mouvement. Cette fois, c’était plus gros et ça se rapprochait d’eux. Ensuite, apparu le premier visage d’un mort-vivant, suivit d’un autre, et encore un autre. Une dizaine, une vingtaine de zombies se pressèrent dans l’encadrement de la porte que le duo venait de franchir.

© Teika sur Epicode


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I just followed your scent, you can just follow my smile ⊗ ft Clown Caesar   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

I just followed your scent, you can just follow my smile ⊗ ft Clown Caesar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Baek Adrian ☾ Your scent is a sweet felony
» Dandelo [Clown & Magicien]
» Le clown de Giani Esposito
» Wyclef fait le clown - mais qui dirige le cirque?
» Paris de Longueville ~ Dédales de visages

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Bulgemore-