AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De Asturias Francesco - Pirates ... in how many pieces should i cut you... ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: De Asturias Francesco - Pirates ... in how many pieces should i cut you... ?   Lun 12 Juin - 19:02

De Asturias Francesco
avatar

Messages : 5

• Mon Identité •
• Nom : De Asturias
• Prénom :Francesco
• Surnom :/
• Sexe :Masculin
• Âge : 46 Ans
• Taille : 1 M 90
• Famille : Femme décédée, Fils décédé, Les De Asturias vivants hormis Feu le père.
• Originaire de : North Blue
• Rang : Sous Amiral
• Equipage : The Bastard
• But :Créer une île faite du corps de tous les Pirates
• Aime :Très peu de chose, mais justice et honeur sont ses maîtres mots
• Déteste : Les pirates, les incompétents, les insubordonnés
• Haki : de l’armement ( et de l’observation si possible )
• Sabre (12,21,50) :Le matériel de la marine est bien suffisant
• Fruit du démon : /

• Votre personnage •

• Profil Physique •


Détails du physique :

En tant que bon vieux quarantenaire, Francesco a pas mal d’aventure, de danger et de combat à son actif. Dans la fleur de l’âge si l’on peut le dire ainsi, le représentant de la famille De Asturas s’est modelé un corps qui au fil du temps devint aussi efficace et terrifiant qu’une machine de guerre.

Il n’ait pas grand-chose qui se démarque de son physique, si ce n’est sa musculature saillante et les quelques cicatrices qui parcourent çà et là son corps, les témoins d’une vie passée à croiser le fer et éviter les balles. La première chose que vous remarquerez en le voyant sert ailleurs à couvrir la plus disgracieuse d’entre elle ; il s’agit d’un cache œil noir prônant sur le côté gauche de son visage. Perdu au court d’une bataille dont il ne parle que très peu, Francesco ne le regrette en rien ; son sacrifice lui permit de voir les choses d’un nouvel œil.
Concernant son style vestimentaire, le borgne reste très classique, ne se contentant que des tenues qui lui sont attribuées en fonction de son grade ; généralement dans un costume militaire à manche longue, le manteau sur lequel l’on peut lire son grade flottant simplement au gré du vent, accroché à ses épaules. Ce n’est que lorsqu’il sort sa lame que Francesco brise ses propres règles vestimentaire. Revêtant dans ce moment-là un habit près du corps noir à manche courte, le De Asturias soutient qu’il est hors de question que le sang de pareilles nuisances ne vienne souiller ces représentations de son dur labeur en tant que Marine.


• Profil Psychique •


Mental :

Francesco est un individu qui par le passé à cru en l’humanité, il a voulu lui donner sa chance, il croyait véritablement que l’homme ne pouvait que désirer vivre et prospérer dans un Havre de paix… Il y crut sincèrement, jusqu’à ce qu’on lui ouvre les yeux, au prix de l’un d’entre eux. Ses désirs et ambitions furent balayés par la nature profonde de bien des malfrats, ses rêves piétinés, son amour perdu, son plus beau trésor abattu comme un vulgaire animal, sont tant d’expériences qui forgèrent le monstre que nous avons aujourd’hui.
Sa foie était devenue haine, sa patience était devenue colère, ses désirs étaient devenus sanglants et ses rêves les plus fous sont maintenant parsemés des cadavres de ces vermines des mers. Il n’en a point fait le vœu, mais ceci relève de la certitude ; plus jamais vous ne verrez un sourire jovial balafrer son visage, visage semblant maintenant sculpter dans le marbre. Francesco n’en reste pas moins doué d’un surprenant sens de l’honneur, pour le bien de la postérité, pour que puisse être prononcé avec fierté le nom « De Asturias » et surtout pour qu’en aucun cas ses actions ne ternissent la pureté du mot « justice » qu’il protège et applique d’une main de maitre, le sous-amiral est toujours droit, fier et digne.

Bonté ? Pitié ? Empathie ? « De bien jolis mots pour un ramassis de balivernes » vous répondrait-il ; vous l’aurez compris, ce genre d’humanisme a suivi sa chère et tendre dans la tombe. C’est probablement l’absence de cette humanité qui a rendu si facile d’emplois pour lui le mot « Dommage collatéral ».
Le De Asturias est froid, cruel et a depuis longtemps perdu de vu ce qu’était que le « bien-être » ; il ne vit que pour deux choses, une justice si implacable qu’elle en est oppressante et son rêve d’un jour créer une île, une île faite des cadavres putréfiés des innombrables victimes de ses lames.
Il existe nombre de choses ici-bas sur terre que déprécie le Sous-Amiral, mais si quelque chose doit suivre sa haine des pirates, ce serait sans aucun doute son dégout prononcé pour l’incompétence. Il a l’échec en horreur et par conséquent ne peut que rarement supporter la vue de subordonnés inaptes à éliminer des pirates, pire encore : incapable de se soumettre à la hiérarchie et suivre les ordres. C’est bien à cause de ces mêmes ordres qu’il fait violence sur lui-même à la vue d’un Shishibukai pour ne pas le passer au fil de l’épée. Pour ce genre de mutins, disons simplement qu’ils ne répondront plus jamais à l’appel, sauf cette exception confirmant la règle : Anderson Integra.

Qui peut donc vivre aux côtés d’une personne aussi acariâtre ? Simples, des personnes partageant le même point de vue que lui, ou des fous furieux ayant une dent contre la piraterie ; des personnes si rare et singulière qu’il en a fait son équipage : Les Bastards.


• Histoire •


Histoire :

De Asturias, depuis quelques générations déjà ce nom résonne avec une certaine fierté dans les rangs de la marine. Cette famille n’est pas spécialement connue, mais la plupart des hautes sphères de la marine et certaines du gouvernement ont certainement déjà lu ce nom au bas d’un rapport de mission. Il s’agit comme vous vous en doutez d’une vielle, très vielle famille de marine, chaque génération de celle-ci vit la naissance d’au moins un ou deux nouveaux de ces soldats des forces de l’ordre ; ou comme le dirait un De Asturias, « Nous combattons pour que justice soit faite ! ».
M’enfin tout irait bien si la justice dont ces fanatiques font mention est la flexible, molle et mielleuse ‘Justice’… l’on déchante assez vite en entendant ces mots, caractérisant ce qu’est pour ladite justice pour laquelle ils se battent :

La Justice nait d’une application stricte de la loi
Elle se doit d’être forte
Elle se doit d’être une
elle se doit d’être indivisible
Rien ne la ternit ni ne l’entrave
Rien ne la pervertit ni ne la restreint
Rien ne l’avilit ni ne domine
Si votre bras lui fait obstacle tranchez-le
Si votre jambe lui fait obstacle tranchez-la
Si vous lui faite obstacle…

L’on peut retrouver ce poème encadré à l’entrée de leur domaine et croyez-le ou non, d’aussi loin que remontent les souvenirs des occupants de l’île sur laquelle ils résident, jamais un membre de cette famille n’est allé à l’encontre de celui-ci. Plus qu’une simple croyance, plus qu’une pathétique affirmation fanatique ; ces mots sont pour eux un mode de vie.
Ils sont depuis plusieurs générations les dirigeants de cette petite île sur north blue, il y règne une doucereuse paix et un taux de criminalité si faible qu’elle en est presque un idéal. C’est dans ce monde que nous rencontrons un De Asturias bien singulier, sa vision de la justice ne déviait point, mais il était persuadé que les criminels n’étaient que des ignorants, des brebis égarées qui n’avaient pas eu la chance de vivre la félicité dont il avait été béni. Être juste, être droit, prospérer en faisant prospérer son entourage, il faisait depuis sa plus tendre enfance mention de ceci à ses aînés et à ses proches, mais du haut de sa petite dizaine d’années, ses vœux et espérances ne suscitaient chez eux qu’un sourire compatissant qu’il prenait pour une insulte.

Les années passèrent, sa formation aux arts du combat comme de la guerre était allée bon train, peut-être même trop bon train. Il ne fallut pas longtemps à ses différents maîtres pour se rendre compte que leur élève était bourré de talent, tous s’entendaient sur ce point ; il ferait un combattant des plus formidable, excellent aussi bien-sur la stratégie, le corps à corps que son domaine de prédilection qui se révéla être l’usage de sabres : le Nitoryuu.
Sa carrière est l’une de celle que l’on observe d’un œil admiratif, Francesco s’illustra de bien des manières au court de ses différentes missions, s’entêtant contre les différents principes de la marine en faisant appliquer son sens de la justice. Tout homme quel qu’il était, toute femme quelle qu’elle était, tout individu devait avoir le droit à une seconde chance ; et parce que capturer ses adversaires vivants demandait bien plus de dextérité que de ramener des cadavres, le De Asturias travaillait bien plus dure que ses confrères. Gagnant en galon, en expérience et en estime, il forçait tout simplement le respect.

C’est au cours de sa vingt-huitième année qu’il trouva l’âme sœur, envoyé pour purgé une île des pirates qui y sévissaient, notre chevalier de la justice se déchaîna sur une portion de l’île alors que son capitaine du moment, bien plus radicale prenait d’assaut l’autre versant de celle-ci. S’afférant à vite mettre hors d’état de nuire ses opposants, Francesco s’attaqua à la zone qu’occupait son capitaine, essayant d’en neutraliser le plus possible avant qu’il ne finisse par tous les abattre. Après quelques jours, patrouillant pour trouver les fuyards et des marines manquant à l’appel, il finit par la trouver.
Une infirmière qui, cachée dans un cellier s’afférait à soigner les victimes, aussi bien civiles, marines, que pirates. En utilisant la configuration de la pièce, elle les avait séparés de sorte que leurs regards ne se croisent pas et leur promulguait équitablement soins et attention, malgré ce que ces hors-la-loi leur avaient fait vivre ces jours durant. Après lui avoir fait comprendre qu’il ne venait pas en ennemis, nos deux épris d’une justice universelle apprirent à se connaitre, s’entendirent sur bien des points, divergents sur certains d’entre eux, ce sont les irréprochables états de services de notre marine qui lui permirent de tirer Selena future De Asturias de la situation précaire dans laquelle s’était mise. Deux ans plus tard, après avoir passé près d’une année avec celle qu’elle avait déjà acceptée comme sa nouvelle famille, notre famille de marine se vit bien obligée de l’approuver ; acceptant cette réalité comme quoi, leur fils devenait plus fort dans son désir de protéger des vies et que la femme qui allait partager son existence le suivrait éternellement sur cette route tortueuse.

Francesco confiait sa femme à la famille durant ses absences, sûre de l’intégrité de ses frères, leur vouant une confiance aussi bien aveugle que fondée, c’est un homme accompli qui continua d’arpenter les mers à la recherche de nouveau repris de justice pour tâcher de les remettre sur le droit chemin. Vrai, nombre d’entre eux crachaient sur ses mots, vrai nombre d’entre eux ignoraient sur cette main qu’il leur tendait, mais fort d’une nouvelle croyance en plus de la sienne, il ne s’enfonçât que plus encore dans cette utopie, dans ce monde qu’il espérait rebâtir à l’image de son île natale ! Un monde où tous évoluaient dans le respect de la justice et de l droiture, un monde où tous se souriaient et s’entraidaient, un monde… qui semblait littéralement tiré d’un conte de fées. Si seulement…
Ce qui devait arriver arriva, un peu moins de cinq ans plus tard vint finalement le jour où sa lame ne cessa sa danse macabre qu’une fois reput de l’existence d’une flotte entière de pirate. Depuis sa dernière promotion, le Contre-Amiral De Asturias Frascesco avait finalement accepté de quitter l’équipage au sein duquel il avait passé tant d’années, les mots du supérieur dont il avait rattrapé le grade, supérieur sous les ordres duquel il avait été placé, car étant une connaissance de son défunt père, supérieur qui s’était entêté à essayer d’être un père pour lui avait réussi à l’en convaincre :

« Aussi papa poule soit-il, nul père ne souhaite voir son fils évoluer, il en est de même pour moi, même si nous ne partageons point les liens du sang »

Seulement, à peine quelque temps après qu’il les eu quitté, lors d’une mission de transfert de prisonniers dont le tout nouveau contre-amiral avait assuré la capture, la marine perdue tout contact avec leur petite flotte au court du transfert de la caserne de west blue vers impel Down, les derniers rapports au denden mushi demandait des renforts suite une embuscade pirate. Francesco alors non loin dudit itinéraire se porta volontaire pour cette mission de sauvetage, ce malgré l’immaturité de son tout nouvel équipage. Une vague de suspicion s’était levée au sein de celui-ci, mais alarmés par la hiérarchie, ou plutôt par l’inquiétude qui avait marqué le visage de leur capitaine, ils s’exécutèrent. Ils n’arrivèrent sur place qu’au petit matin, sur les épaves flottant çà et là que très peu de matelots purent être sauvés, mais ils étaient dans un état tel que leur demander plus que simplement survivre aurait ressemblé à de la torture.
C’est en suivant les débris dérivant au gré des flots que terre fut en vue sur ses plages siégeaient plusieurs navires-pirate dont une épave marine… une épave qu’il reconnut à la longue vu comme étant les restes de feu son foyer flottant. Ordonnant à son équipage de faire un détour pour accoster hors du champ de vision de ces malfrats, tout survivant de ce navire pourra vous l’affirmer encore aujourd’hui, jamais, au grand jamais le visage de Francesco n’avait été aussi déformé par la rage.

La matinée fut longue… ayant débarqué avec très peu d’hommes, cet homme qui semblait enfouir sous ses chaires une colère divine, fini par littéralement exploser de rage à la vu des membres mutilés et sans vie de feu son équipage. Les matelots ayant assisté au spectacle qu’il leur offrit en ce jour en sont revenus à jamais transformer :

« je n’aurais jamais cru voir autant de sang dans une vie… »

Avait affirmé l’un d’entre eux, mais pourquoi tant de haine ? Pourquoi tant de hargne ? Certes la douleur de perdre des êtres chers y était pour beaucoup, mais c’était surtout qu’il s’en volait. Il en voulait énormément à sa propre faiblesse, il en voulait énormément à sa propre folie, celle de s’être laissé convaincre que les pirates qu’il avait arrêtés allaient changer ; celle d’avoir voulu espérer que ces vermines s’étaient véritablement repenties et regrettaient véritablement leurs erreurs… finalement quel en avait été le résultat ? Leur ami, ou leur coalition de nuisibles s’étaient associée pour les récupérer et eux s’étaient visiblement amusés à torturer leur geôlier malgré leurs vœux de repentances… à ce jour Francesco les compris enfin, les sourires compatissants qui avaient bercé sa jeunesse alors qu’il prétendait vouloir sauver des monstres ; comment sa famille avait réussi à ne pas éclater de rire en l’entendant bafouiller ces inepties.

C’est en rentrant de ce bain de sang, avec tous les corps des marines tombés à ce jour qu’il reçut sa nouvelle promotion en tant que sous-amiral. Félicité par Aka Inu en personne de cette mission qu’il accomplit au prix d’un de ses yeux, il restait tout de même une préoccupation à notre désillusionné. Le jour même, il avait essayé de joindre sa femme, lui faire part de ses dotes dans cet univers qu’il découvrait finalement. Peut-être s’étaient-ils trompés… il voulait son avis, mais aucun denden mushi n’était en mesure de les atteindre, il voulait entre la voix de l’enfant qu’ils avaient eu, mais aucune nouvelle d’eux ne lui parvenait… pourquoi donc, lui était interdit de retrouver un semblant de sérénité ?
C’est finalement la voix brisée de sa sœur cadette, la petite dernière des De Asturias qui lui porta le coup de grâce. C’était-elle qui s’était le plus rapprochée de sa famille, elle qui avait passé le plus de temps avec sa femme, elle qui s’était promis d’aider sa femme à faire de son fils un homme honorable… c’est elle qui lui appris que l’ile dont il était le gouverneur, l’ile sur laquelle avait été récemment construit un QG dont il serait aux commandes avait été prise d’assaut par des pirates… un assaut qui ne laissa pas le moindre survivant.

Ainsi était né le capitaine des Bastard, de sa peine et sa frustration avait germé une haine si grande qu’elle en était presque palpable. Francesco devint amer, tuant encore et encore ces immondices sur pattes qu’étaient ces vermines des mers, pendant quelques années il se noya dans cette folie meurtrière, créant bain de sang sur bain de sang, charnier sur charnier, jusqu’à ce qu’éclose l’œuf écarlate dans lequel il s’était refermé. Ce qui en sortit était un être froid, une deuxième version de l’actuel Amiral en chef Aka Inu !


• Vous de l'autre côté •

• Prénom : Est-ce néccéssaire ?
• Âge : 27 Hivers
• Sexe :Masculin
• Comment avez-vous connu le forum ?Une subordonnée plus que loyale [ Victoria ]
• Taux de présence : 07/10.
• Code règlement : Validé par Vesp o/
• Nom du personnage et manga de l'avatar : King Bradley Full Metal Alchimist Brother Hood
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De Asturias Francesco - Pirates ... in how many pieces should i cut you... ?   Lun 12 Juin - 19:42

Yamakiro CaligoBandit
avatar

Messages : 346

Navigation
Doriki:
840/0  (840/0)
Fruit du Démon: Kiri kiri no Mi

Re bienvenu o/

_________________

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De Asturias Francesco - Pirates ... in how many pieces should i cut you... ?   Lun 12 Juin - 21:26

De Asturias Francesco
avatar

Messages : 5

Merci beaucoup ^^ Mais... pendant combien de temps encore pense tu pouvoir échapper à la marine ?

( Excusez moi j'ai un peu dépassé la limite de mots u_u )



Dernière édition par De Asturias Francesco le Mar 13 Juin - 1:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De Asturias Francesco - Pirates ... in how many pieces should i cut you... ?   Lun 12 Juin - 21:52

Marshall D. Teach☼ The King of Darkness ☼
☼ The King of Darkness ☼
avatar

Messages : 4306

Navigation
Doriki:
5184/6000  (5184/6000)
Fruit du Démon: Yami Yami & Gura Gura no mi

Bienvenue !

C'est avec grand intérêt que je lirais la pres' de celui qui reprendra le flambeau de ce personnage que j'ai eu plaisir à jouer !

_________________
Doubles Comptes:
 

The Blackbeard Crew:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De Asturias Francesco - Pirates ... in how many pieces should i cut you... ?   Mar 13 Juin - 1:53

De Asturias Francesco
avatar

Messages : 5

Merci pour cette délicate attention ^^ J'y repenserais avant de te mettre en pièces Teach

J'ai suivi les informations données dans sa fiche de prédéterminé, mais mon cheminement pour arriver à son caractère actuel pourrait certainement différer de ta création d'origine. J'ai, selon moi du moins, essayé de supprimer chez lui toute possibilité d'éventuel attendrissement pour un hors-la-loi quel qu'il soit, au cour de mes éventuels rp à venir. J'espère ceci dit ne pas avoir trop écorché ton œuvre (si tel est le cas puisse tu m'en excuser )
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De Asturias Francesco - Pirates ... in how many pieces should i cut you... ?   Mar 13 Juin - 6:53

Marshall D. Teach☼ The King of Darkness ☼
☼ The King of Darkness ☼
avatar

Messages : 4306

Navigation
Doriki:
5184/6000  (5184/6000)
Fruit du Démon: Yami Yami & Gura Gura no mi

Ho mais je ne me fais pas de soucis ! x) De toute façon, chacun écrit d'une façon différente et puis il faut toujours prendre un peu de temps pour s'adapter à un personnage que l'on a pas créé. Mais rien qu'en lisant ta pres' je vois que t'es sur la bonne route

Si jamais j'ai gardé traces de certains des rps que j'ai fais sur ce topic.

_________________
Doubles Comptes:
 

The Blackbeard Crew:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De Asturias Francesco - Pirates ... in how many pieces should i cut you... ?   Mar 13 Juin - 21:21

Sir CrocodileDesert King | Crocoboy
avatar

Messages : 430

Navigation
Doriki:
3600/6000  (3600/6000)
Fruit du Démon: - Suna Suna no mi

Olé ~ Déjà bienvenu !

Ensuite ... Mon DC et ton Francesco ont ... Une grande histoire ensemble. J'espère pouvoir RP avec toi bientôt ;)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De Asturias Francesco - Pirates ... in how many pieces should i cut you... ?   Mer 14 Juin - 21:19

Hunter VesperineThe Loose Cannon
The Loose Cannon
avatar

Messages : 1090

Navigation
Doriki:
1637/6000  (1637/6000)
Fruit du Démon: Itami itami no Mi

Bienvenue o/

Je passerais lire ta présentation demain ^^

_________________

Babble, Babble, Bitch, Bitch. Rebel, Rebel, Party, Party. Sex, sex, sex and don't forget the violence. Blah, blah, blah, got your lovey-dovey sad and lonely. Stick your stupid slogan in. Everybody sing along
Double comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De Asturias Francesco - Pirates ... in how many pieces should i cut you... ?   Mer 14 Juin - 22:05

De Asturias Francesco
avatar

Messages : 5

Merci Jinx San o/ The loose cannon... don't worry Jinx, we will find you and you will find your self, in a bloody end

Mais, si possible, après avoir discuté un peu avec Teach, il y aurait un paragraphe que j’aimerais ajouter un peu plus tard ; mais j'aurais besoin d'un peu de temps pour ça ><.

C'est justement a propos de ton DC Corco san,je vais m'y pencher pour ajouter un truc ou deux à la présentation. Je te promet d'essayer de faire un sac avec ta peau


Dernière édition par De Asturias Francesco le Mer 14 Juin - 22:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De Asturias Francesco - Pirates ... in how many pieces should i cut you... ?   Mer 14 Juin - 22:08

Hunter VesperineThe Loose Cannon
The Loose Cannon
avatar

Messages : 1090

Navigation
Doriki:
1637/6000  (1637/6000)
Fruit du Démon: Itami itami no Mi

Ah pas de soucis! Dans ce cas fait moi signe quand tu aura fini et je lirais à ce moment-là ^^

_________________

Babble, Babble, Bitch, Bitch. Rebel, Rebel, Party, Party. Sex, sex, sex and don't forget the violence. Blah, blah, blah, got your lovey-dovey sad and lonely. Stick your stupid slogan in. Everybody sing along
Double comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De Asturias Francesco - Pirates ... in how many pieces should i cut you... ?   Mer 14 Juin - 22:15

De Asturias Francesco
avatar

Messages : 5

Ok pas de problème ^^
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De Asturias Francesco - Pirates ... in how many pieces should i cut you... ?   Jeu 15 Juin - 20:19

Sir CrocodileDesert King | Crocoboy
avatar

Messages : 430

Navigation
Doriki:
3600/6000  (3600/6000)
Fruit du Démon: - Suna Suna no mi

Ça marche ! Si tu veux, tu peux me MP pour plus d'infos sur mon DC pour ta prez ;)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De Asturias Francesco - Pirates ... in how many pieces should i cut you... ?   Mer 21 Juin - 20:03

NamiNavigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar

Messages : 3771

Navigation
Doriki:
2367/6000  (2367/6000)
Fruit du Démon: -

Bienvenu et bon courage pour la présentation :)
Si tu as des questions n'hésite pas

On a de nouveau un Fran
Je suis trop contente

Parfais si tu vois déjà avec Teach pour ce qui a déjà été fait sur le forum

Il y aura un test RP à faire :)

_________________
Il y a des liens qui peuvent être plus fort que ceux du sang

by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: De Asturias Francesco - Pirates ... in how many pieces should i cut you... ?   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

De Asturias Francesco - Pirates ... in how many pieces should i cut you... ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Soirée Pirates à l'asso Griffon Rouge de Vitrolles le 29 mai
» Les Dandy's Pirates ! ( En attente de validation. )
» Pirates pô-vertes
» Jishin Kaizokudan(Earthquake Pirates)
» Recensement des quêtes pirates

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: Debut de l'aventure :: Votre présentation-