AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Terre du Grand Froid [PV: Byakuran Ryouta]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Terre du Grand Froid [PV: Byakuran Ryouta]   Lun 22 Mai - 21:54

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2551

Navigation
Doriki:
3540/6000  (3540/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Le froid était vraiment un élément qui me dérangeait quand je devais y faire face. Je n'étais pas avare de ce temps. Au contraire. Je n'étais pas spécialement frileux, heureusement d'ailleurs, cependant je préférais lorsque le soleil pointait le bout de son nez. Je me sentais d'une toute meilleure humeur lorsque les rayons de chaleur se posait sur moi. J'étais friand de soleil. Là, c'était évidement loin d'être le cas. Je ne pouvais rien y faire. Je ne pouvais guère changer le climat de cette île ; je n'en avais pas le pouvoir et j'allais devoir faire avec malgré mon envie. La neige tombait sur cette blanche terre sans la moindre interruption. J'observais ce phénomène avec impuissance. J'avais dû me couvrir d'épais vêtements pour l'occasion, et je ne me sentais pas vraiment à mon aise. J'avais la sensation de littéralement étouffer. L'incroyable armure de vêtements que j'avais créer pour l'occasion afin de lutter contre le froid me serrait le corps. J'avais un peu de mal à respirer. Je n'avais pas l'habitude de me vêtir autant. Je devais faire des efforts. Je ne voulais pas geler. J'étais venu pour le travail, et je comptais repartir en vie. Je parlais de travail, mais ce n'était pas la réelle raison de mon arrivée. J'avais de terribles actes à entreprendre.

Oui. Je me permets de vous l'annoncer en personne. De terribles actes se préparaient dans les ténèbres. La partie touchait à sa fin. Certes ce n'était pas encore le moment, mais nous y arrivions à pleine vitesse. L'heure approchait. Je l'entendais s'approcher de moi. Silencieuse. Sans faire de bruits. Avançant sans s'arrêter. Je sentais derrière moi sa funeste présence prendre place. J'allais ainsi prendre plaisir avant que cela ne vienne me faucher. J'étais serein quant à que faire en attendant ce moment. J'avais des plans pour le présent, et pour l'avenir, et rien ne pourrait se mettre en travers de mon chemin. J'allais les réaliser quoi qu'il en coûte car j'en étais tout bonnement capable. Je n'étais pas n'importe quel homme. J'étais un génie. J'étais un stratège. J'étais Taizone Nazario, et je me sentais en mesure de changer le monde.

Ma quête de puissance était totale. Voilà pourquoi j'étais venu pour le travail. Je souhaitais devenir puissant. Je cherchais un moyen. Je m'étais alors rendu sur cette île pour en obtenir. Enfin de base je m'y trouvais pour que le navire soit réapprovisionner de vivres, néanmoins personnellement j'avais un but bien différent. J'avais envoyé mes subordonnés s'occuper d'obtenir autant de nourriture que possible. Je souhaitais partir de mon côté à l'aventure. J'avais pris mes armes dans l'éventualité où un combat pourrait se présenter. Mes sabres, mon couteau et mes dagues étaient en ma possession. Je ne laissais rien au hasard. J'étais parti me promener, et dès que l'opportunité de me poser dans une taverne se montra, je ne pu m'empêcher de m'y rendre. Je voulais me mettre au calme, et je le fis. J'avais fais pas mal de marches pour y accéder depuis le coin où nous avions accosté. La taverne était perdue dans une zone sans vie. Il n'y avait pas la moindre habitation autour, rien que de la neige et de la neige. J'étais donc plus que content de trouver un endroit où je pourrais boire une boisson chaude pour me remettre d'aplomb. Je m'assis alors à une table. Elle se trouvait au milieu. Du monde peuplait l'endroit. Les regards s'étaient rapidement tournés dans ma direction. Le tavernier me demanda ce que je voulais, après lui avoir indiqué vouloir un chocolat chaud, il me l'apporta. J'étais bien content de mon choix. Il avait l'air délicieux. L'odeur était enivrante. Payant le bonhomme pour ma boisson, un type s'approcha l'air sur de lui. Il me cria d'un air dédaigneux qu'il était un chasseur de primes, et que lui et ses amis qui se trouvaient également dans la taverne, avaient envie de prendre la tête d'un des lieutenants de Barbe Noire.

Quelle bande d'idiots. Ils avaient commis une énorme erreur en s'attaquant à moi. J'étais seul entouré d'ennemis. Triste était l'issue qui les attendait. Je n'avais même pas besoin de dégainé l'un de mes sabres pour attraper celui du débile qui tentait de me trancher. Mes bras étaient enduits de fluide. J'étais toujours assis sur ma chaise, et me levant d'un vif mouvement, mon autre poing s'envola dans son visage. Il décolla du sol avant de s'encastrer dans le mur. Quel charmant moment. J'étais en phase. Motivé à l'idée de les terminer. Mes poings se jetèrent ensuite sur les visages de tous ceux qui osaient se dresser contre moi ; tous furent à terre en l'espace de quelques secondes. Je détruisais ces faibles adversaires. Enchaînant les coups, le sang commençait à s'échapper des endroits que je ciblais de leur visage. Cela m'attirait d'autant plus que je m’efforçais de faire le plus de dégâts possible. J'adorais me lâcher. Je continuais avec une dévorante fougue jusqu'à ce que tous ces idiots trop confiants jonchaient le sol dans leur sang. J'étais assez fier. Dès que j'en avais alors fini avec eux, je toucha de mes doigts la tasse qui contenait mon chocolat. Il n'était plus chaud. J'étais complètement dégoutté. Le buvant d'une traite, j'étais déterminé à en boire un second, cependant une personne entra dans la taverne. Je me stoppa innocemment en ne le quittant pas du regard. Que nous préparait l'avenir ? Je me le demandais, une main sur l'un de mes sabres.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Terre du Grand Froid [PV: Byakuran Ryouta]   Ven 26 Mai - 18:14

Byakuran RyoutaMarine
Marine
avatar

Messages : 51

Navigation
Doriki:
605/6000  (605/6000)
Fruit du Démon: Toke toke no mi



Confrontation avec un lieutenant.
ft: Nazario Taizone

Comme d’habitude tout commença durant une mission… et comme toujours, elle était compliqué et pour encore plus d’originalité, je mangeais mes marshmallows… J’en ai marre de la routine, à part pour mes marshmallows bien sur mais bon voilà quoi. Je devais me rendre sur île enneigé dont le climat n’allait pas me plaire je sens. Enfin, durant mon entrainement j’avais déjà accosté sur une ile de ce genre mais bon … c’est jamais agréable un tel temps.

Si j’étais sur cette île c’est à cause d’un pirate de barbe noire qui se serait rendu dans la région. Mais c’est fou non ?! Je suis juste un adjudant-chef et je dois m’en prendre à si gros… Soit la marine me fait extrêmement confiance, soit elle veut se débarrasser de moi … Enfin bref, une mission de telle ampleur allait m’offrir gros si elle est un succès. Je devais absolument me motiver, etc’est ce que je me mis dans la tête. J’étais maintenant déterminé mais pas autant serein.

Alors que la température était plus que glaciale je dus prendre une grosse veste très laide, mon moral était au plus bas … Je continua d’avancer malgré cette accoutrement honteux. Le trajet était long et compliqué, je n’avais aucun moyen de savoir où j’allais ce qui était problématique. En plus de ça, l’île semblait déserte, donc je ne pouvais demander à personne mon chemin. J’était au bout du rouleau, ma seule motivation était la récompense ainsi que mon but ultime.

Alors que je marchais depuis déjà un très long moment, je vis finalement au loin une taverne. Remotivé comme jamais, je me mis à sprinter pour l’atteindre le plus vite possible. J’étais devant la porte, j’allais l’ouvrir quand j’entendis comme une bagarre à l’intérieur. Au lieu d’entrer, je me dirigea vers la fenêtre, regarda au travers et vis ma mission. Ce pirate était le lieutenant de Barbe noire et était actuellement en train de tabasser de pauvres et faibles chasseurs de prime.

Une fois la scène terminée, il but cul sec sa tasse de chocolat chaud. Je me prépara à entrer quand je vis le manteau sur moi, je m’empressa alors de le jeter par terre. J’entra finalement et le vis reprendre du chocolat. Il était devant moi, l’ambiance était glaciale… je sortis alors Orchid et le pointa avec tout en lui demandant ce qui faisait ici. Avant d’entendre sa réponse, je lui tire dans l’épaule avec une balle en granit accélérée par mon fruit du démon.

Ce tir servait juste à l’empêcher d’utiliser son fruit et à l’effrayer même si il y avait peu de change que ça marche. J’attendais sa réaction en le regardant d’un air insolent cachant ma haine.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Terre du Grand Froid [PV: Byakuran Ryouta]   Mer 14 Juin - 11:33

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2551

Navigation
Doriki:
3540/6000  (3540/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Dès que j'en eu terminé avec ce chocolat, qui était d'ailleurs exquis, je posa la tasse sur la table. Le sang de ceux que j'avais détruit coulait dessus ; contrastant alors avec le blanc de la tasse. Le délicieux liquide rouge s'y offrait un court séjour. Je comptais sur lui pour qu'il profite. Ce séjour était gratuit, mais il n'allait pas être éternel. Tout avait une fin. Il ne faisait pas exception. J'étais dans le même cas ; j'allais finir par crever à un moment. Le tavernier allait sûrement laver cette tasse une fois qu'il m'en aurait débarrassé, pour m'en servir une propre pleine d'un autre chocolat chaud qui serait sans aucun doute aussi bon que le précédent. Je pouvais aisément faire un étrange parallèle entre cette fameuse babiole et moi ; comme elle j'étais sale et souillé, néanmoins il suffisait de nettoyer pour que cela disparaisse à tout jamais. Je voyais le futur de cette façon, cependant comme je l'avais dis précédemment, nous venions d'être interrompu par un mystérieux personnage. Dérangement soudain. Rapide. Personne ne pouvait rien y faire. Quelqu'un venait d'entrer dans la taverne. Il avait ruiné ce bon moment. Brisé ma tranquillité. Un homme qui n'avait pas l'air de connaître les bonnes manières. Un misérable malotru maltraitant la juste politesse. Oui j'étais un effroyable et effrayant effronté. Par contre, en toute franchise, je ne voyais pas en quoi cela pouvait constituer un rempart à la politesse. Je méritais que l'on me respecte au moins légèrement, de part mon titre de lieutenant, pour ce que j'étais en mesure de réaliser.

Faisait-il cela pour me mettre en colère ? Il allait y parvenir sans le moindre soucis puisque je ne comptais aucunement me retenir. Il en avait de la chance le bougre. Son jour de chance devait être arriver. Il était donc temps de jouer à un certain jeu de loterie que j'affectionnais particulièrement pour l'exaltation que cela me procurait à chaque nouvelle tentative. Tous les essais étaient fructueux. Je disais cela assez niaisement dans le sens où ils permettaient de grandir. Je m'en sortais toujours plus puissant. J'aimais combattre. Je me motivais par la haine. Moteur suprême à la découverte d'obscurs penchants. Le cannibalisme m'avait par exemple rencontrer grâce à cette charmante chose qui me fait vivre les jours où ma raison s'abandonne à la folie. J'étais une bête assoiffée de vulgaires violences. Pouvait-je vivre autrement que de cette manière ? Évidemment que j'en étais capable. Je n'étais pas un faible. Pas aveuglé sans arrêt par cette haine. Il m'arrivait, lorsque je suivais ma raison, d'être incroyablement humain et de même faire de bonnes actions. Je ne me voyais plus comme une bête dans ces moments, comment le faire ? Je n'étais plus celui que je suis alors je n'avais pas besoin.

Pour en revenir à ce qui passait à un autre endroit que dans ma tête où toutes ces pensées se bataillaient, je vous avais dis qu'un homme était entré, mais j'avais oublié de vous avertir qu'il avait usé d'une arme à feu pour me tirer dessus. Il voulait me blesser. La balle s'approchait de moi à une vitesse impressionnante. Je devais réagir au risque d'avoir une jolie cicatrice prendre vie sur mon pâle corps. Je me posais une question en attendant que le projectile m'atteigne de toute sa vitesse. Vous pensez que le pauvre cherchait un moyen de mourir en me provoquant de la sorte ? Franchement il y avait mieux à faire que d'essayer de m'user psychologiquement ; surtout que cette technique ne pouvait aboutir à un résultat qui irait le satisfaire. J'avais un mental d'acier. J'avoue qu'il était plus que possible que ses idioties me mettent en colère, cependant difficile de faire davantage. En parlant de cette douceur, je la sentais monter, et pendant qu'elle arrivait à son rythme, un mur d'acide mêlé au fluide prit position entre la balle qui était proche et moi qui me tenait si près. La balle tomba alors sur le sol. Rejoignant le monde de ceux qui dorment paisiblement sur celui-ci, le monde des inutiles, le monde des morts.

« As-tu une idée de ce que tu viens de faire ? Tu es qui, toi, le malpoli ? Tu me veux quoi ? T'excuser de m'avoir attaqué sans même t'être présenté avant ? Il est encore temps alors vas y  ! »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Terre du Grand Froid [PV: Byakuran Ryouta]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Terre du Grand Froid [PV: Byakuran Ryouta]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tyrias V3.0 La Fin.
» SDF/plan grand froid...
» Nouveau lac formé par le séisme en Haïti menace d'inonder Grand-Goâve
» L’amerique du sud, nouvelle terre d’acceuil pour la main d’oeuvre haitienne
» La venue des Numénoriens en Terre du Milieu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Bulgemore-