AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Message
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Dim 14 Mai - 5:25

Yamakiro CaligoBandit
avatar

Messages : 346

Navigation
Doriki:
840/0  (840/0)
Fruit du Démon: Kiri kiri no Mi


Vous avez dit inhospitalier?


(Troublemake) ▽ You’re a troublemaker (You’re a troublemaker). You ain't nothing but a troublemaker girl. You had me hooked again from the minute you sat down. The way you bite your lip got my head spinnin’ around. After a drink or two, I was putty in your hands. I don’t know if I have the strength to stand
Tu étais plutôt content pour le coup, en ce moment. Ta rencontre avec Grigory te plaisait bien, te détendait même d'une certaine façon. Malgré qu'il fut au courant d'une bonne part de ton passé et de ton état mental, le géant ne te jugeait pas ni ne t'insultait. Cela te faisait changement des regards désapprouvant ton apparence, ou la pitié dans leurs yeux lorsqu'ils savaient, et aussi les insultes. Ça faisait du bien quelque part de ne pas se faire traiter de freak ou de monstre au bout de 5 minutes parce que ta mentalité n'était pas la même. Tu n'y pouvait rien de toute façon et personne n'avait jamais tenté de te réexpliquer la différence entre le bien et le mal.

Bien que Grigory se penchait, te lançant un regard à un moment, ça ne te dérangeait pas. Il en fallait plus pour te faire perdre l'équilibre et de toute façon avec ton fruit tu pouvais flotter et rester en place puis suivre le mouvement.

Tu trouvais agréable sa présence, changeant de tes voyages solitaires que tu faisais en permanence. Tu te liais difficilement d'amitié avec les gens, tout du moins, tu avais de la difficulté à t'attacher à eux et s'était sans doute une part du pourquoi tu étais si solitaire. Ça et aussi parce que peu accepterait sans doute la compagnie d'un homme comme toi qui n'avait aucun sens morale.

Mais voilà, Grigory te faisait sourire et te complimentait, tu trouvais cela agréable. Une personne qui, d'une part, pouvait sans doute comprendre ce que tu avais vécu. Bien que lui n'avait pas été l'esclave de son frère - tu ignorais même s'il en avait un - vous aviez ce point commun de ne pas avoir eu de contrôle sur vous même à cause d'une tierce personne ou plus. Votre confiance ne se gagnait pas aisément. Tu y trouvais du réconfort malgré la différence, préférant voir la ressemblance.

- « Et pourtant je ne vois même pas ce que j'ai fait pour avoir une prime aussi élevé! » rigolas-tu, amusé même si il était probable que tu ais prit la vie de certaines personnes importantes, plus tes confrontation avec quelques marines... « Je dois racheter des scalpels, à force de me battre avec eux je dois souvent les changer. Il faudrait que je m'achète une arme blanche plus adapté pour le combat... » répondis-tu alors que vous entriez dans la ville.

Mais comment dire que tu préférais tes bons vieux scalpels et leur précision? Certes, avec un couteau la plaie serait plus grande, donc plus de dégâts, mais tu restais habitué au scalpel et tu avait un peu la flemme de pratiquer avec une autre arme.

Autour de vous les pirates ne semblaient pas en croire leurs yeux, ou mettaient la présence de Grigory sur le dos de l'alcool ingéré. Des hommes qui ne se préoccupaient clairement pas de la santé de leur foie et qui finiraient par se tourner vers le Marché Noir pour un nouveau. Plus d'argent pour toi donc tu ne dirais rien.

Le géant s'arrêta devant le premier magasin sur ta liste, une petite boutique vendant quelques trucs médicaux. Ce ne serait pas le meilleur magasin où faire tes achats, mais tu avais gravement besoin de scalpel et de fil. On a jamais trop de fil dans ce bas monde! Descendant en flottant, tu entras faire tes achats.

Alors que tu hésitais face à certains instruments médicaux qui te manquaient, tu entendis du grabuge dehors. En d'autre termes; des personnes pas ravis parce qu'une personne les ignorait ou quelque chose du genre. Ignorant l'altercation, tu finis par faire ton choix; de nouveaux écarteurs, des ciseaux chirurgicaux et naturellement cinq scalpels, tous différents. Alors que tu payais tes achats tu sentis le sol trembler et écarquillas les yeux. Mais qu'est-ce qui se passait dehors?

Sortant prestement, tu regardas le pirate avec la main immense, puis Grigory. Ok, est-ce que ce petit con venait de s'attaquer au géant? Fronçant les sourcils plutôt mécontent, tu décollas du sol pour t'approcher de Grigory.

- « Qu'est-ce qui se passe? Ce crétin t'embête? »

Tu l'avais vu déposer son sac et bien que tu ne voyais pas le mal de te battre en ville, tu ne savais pas si s'était une bonne idée. Mais si le géant rentrait en combat, tu le suivrais.

(c) AMIANTE


_________________

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Jeu 18 Mai - 10:26

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 348

Navigation
Doriki:
632/6000  (632/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Duel éclair



On s’était à peine arrêté devant un magasin d’attirail de médecin pour Caligo que, déjà, des pirates venaient zoner autour de moi. Je ne m’étais pas vraiment méfié, les envoyant juste un peu plus loin d’un petit coup de pied. N’étant pas bien puissant, la majorité se vit manger le sol quelques mètres plus loin, me laissant face à un dernier récalcitrant qui, lui, vit les choses en grand ! C’était bien la première fois que j’avais vu un pouvoir pareil ! Le type avait su rendre son bras aussi imposant que le mien pour m’asséner un coup bien placé dans le ventre. J’avais manqué de tomber, effrayant quelques personnes et sans doute aussi quelques propriétaires de bâtiments mais j’avais pu retrouver mon équilibre juste à temps !

Il me fallut quelques instants pour retrouver ma respiration correcte et c’est ce moment que choisit Caligo pour pointer le bout de son nez. Ma petite cabriole avait sans doute fait du bruit et secouer un peu les chaumières alentours, ça j’en pouvais rien ! Venant près de mon oreille, il me demanda si tout allait bien. C’était tout à son honneur de s’inquiéter pour moi mais exceptionnellement, j’allais lui dire de ne pas se mêler de mon duel. Après tout, si je ne parvenais même pas à battre un humain se faisant passer pour un géant, je ne valais pas grand-chose en tant que géant moi-même ! Mais j’allais tout de même lui répondre, puisqu’il avait pris la peine de venir me poser la question !

« Rien, juste un type qui veut entrer dans la cour des géants, n’intervient pas s’il te plait, sauf si ses copains tentent de venir à la rescousse. »

Le terrain n’était pas idéal, j’en était bien conscient. On était au beau milieu de la ville, on allait faire du grabuge. Heureusement, c’était pas ici qu’on verrait un marine se pointer, c’était déjà ça ! Je prenais donc appui sur mes jambes et je m’élançais sans plus attendre sur mon ennemi du jour. Sûr de lui, il semblait m’attendre. Il allait s’en mordre les doigts… Il pensait sans doute que j’allais user de mon poing ? j’allais lui donner une bonne surprise tiens ! Après quelques pas pour me donner de l’élan, je me laissais glisser au sol. Son poing survola ma jambe, incapable sans doute d’en modifier la trajectoire, il tenta d’esquiver mon pied en transformant l’un de ses jambes pour se donner de la hauteur mais le résultat fut le même, avec son poids augmenté à ses extrémités il tomba dans ma direction.

Parfait, je l’attendais à bras ouverts ! Réceptionnant mollement son bras en premier, je tentais de le lui tordre mais il le rétracta et augmenta l’autre. Je tournais rapidement la tête, l’attaque me frôlant de justesse ! Je tentai alors d’utiliser mon coude pour l’envoyer voler ma au passage il accrocha sa main à mon visage. Tentant le tout pour le tout, j’essayais alors de placer un coup de boule qui étrangement porta ses fruits ! Ça voulait dire qu’au moins il ne savait pas grossir sa tête ! Il parcouru quelques mètres dans les airs, je me redressais alors et suivit sa chute. Il tenta de m’envoyer des coups mais à cause de sa chute, il n’arrivait pas à être précis.

Je contrais puis attendit qu’il touche presque le sol pour envoyer un coup du haut vers le bas écrasant l’importun de toute la force que je pouvais mettre dans mon bras. Sous le choc, le sol boisé se brisa et je m’arrêtais seulement lorsque je touchais la terre. Laissa là un petit cratère, je me retournais ensuite pour voir que mon partenaire ne s’était pas contenté de regarder et s’était tout de même occupé des autres pirates qui avaient sans doute tentés de revenir à la charge. Fier de mon face-à-face et de mon orgueil sain et sauf, je riais de bon cœur, ironisant sur la situation ! Après tout, y avait de quoi se sentir parano !

« Ouhahaha ! A peine achetés, déjà usés ! J’espère que tu comptais pas les revendre ! J’sais pas qui de nous deux porte la poisse mais depuis tout à l’heure on dirait que le monde nous en veut, en tout cas ! Ouhahahahahaha ! Bon, faut que j’récupère mon sac moi ! On doit aller ailleurs pour toi ? »



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Lun 22 Mai - 1:43

Yamakiro CaligoBandit
avatar

Messages : 346

Navigation
Doriki:
840/0  (840/0)
Fruit du Démon: Kiri kiri no Mi


Vous avez dit inhospitalier?


(Troublemake) ▽ You’re a troublemaker (You’re a troublemaker). You ain't nothing but a troublemaker girl. You had me hooked again from the minute you sat down. The way you bite your lip got my head spinnin’ around. After a drink or two, I was putty in your hands. I don’t know if I have the strength to stand
Tu étais à l'intérieur de l'échoppe depuis à peine quelques minutes lorsque tu avais sentit et entendu le grabuge à l'extérieur. Il faut dire qu'avec sa masse musculaire - et de son corps en général - le géant n'était pas un poids plume comme toi qui avait limite la peau sur les os. Tout du moins, avais-tu bien moins de masse musculaire que bien des hommes, mais cela s'expliquait par ton manque d'habileté à combattre au corps à corps. Mais tu étais sortit, alerté par ce grabuge, et inquiet aussi. Qu'est-ce qui se passait?

Tu t'étais envolé aux côtés du géant, en colère en réalisant qu'on l'avait attaqué. Qui, pourquoi? Telles étaient les deux questions qui passaient dans ta tête en cet instant avant de poser ton regard sur le responsable. alors cette vermine s'en prenait à ta nouvelle connaissance, comme ça? Peut-être qu'un coup de scalpel dans la gorge le ferait réfléchir. Ou alors tu pourrais lui trancher tous les tendons du corps et le laisser choir au sol telle une poupée à qui l'on aurait couper les fils. Qu'est-ce que s'était tentant! Même un peu trop.

Ton regard de sang et d'encre posé sur son membre disproportionné t'apprit que l'agresseur de Grigory était un possesseur d'un fruit du démon. Plus qu'évident naturellement, aucun humain normal serait capable de faire une telle chose! Tu aperçus d'autres pirates au sol, se relevant. D'autres agresseurs ? Mais pourquoi? Le qui, d'une certaine façon, ayant été répondu il ne restait que cette question à répondre. Pourquoi s'attaquer au géant? Pensaient-ils donc avoir une chance? Voulaient-ils le capturer? Cette simple pensée te fit voir rouge! Non, mais pour qui se prendraient-ils de prendre la liberté d'une personne que tu appréciais et que tu venais de rencontrer?!

Tu te calmas cependant, entendant la voix du géant qui t'expliqua la situation. Tu hochas la tête lorsqu'il te demanda de ne pas intervenir et tu comprenais parfaitement la situation, ne pouvant lui en vouloir de désirer se charger lui-même de son agresseur. Tu tournas alors ton regard vers les autres pirates, certains prirent la fuite, mais d'autres restèrent et c'est ceux-là que tu observas, bien que tu gardas un œil sur ton nouvel ami au cas où il serait en danger. Ne sait-on jamais.

Le truc étant, que vous étiez dans la ville et donc, naturellement, le géant n'était pas à sa place pour combattre. Il risquait de détruire des habitations, de tuer des gens qui deviendraient des dégâts collatéraux. D'un côté tu t'en fichais éperdument de ces vies prisent par accident, mais de l'autre tu ne désirais pas que le gentil géant se retrouve encore plus dans les ennuis à cause de ça.

Tu observas Grigory prendre son élan, ce qui eu tôt fait de faire fuir les derniers pirates en place, sauf celui avec son fruit étrange. Tu te demandais bien son nom d'ailleurs, mais ne parlas pas, observant simplement le géant glisser sur le sol, l'autre faire grandir sa jambe puis tomber en direction de Grigory qui l'attendait, ça se voyait. Tu regardas les deux mâles combattre, enregistrant dans ta tête leur style de combat. Naturellement, vous n'aviez pas le même genre, Grigory et toi. Toi tu étais un vicieux, un être qui n'hésitait pas à user de coups de pute pour parvenir à tes fins dans un combat et ce sans aucune hésitation. Attaquer par derrière, il n'y avait aucun mal. Seul la victoire comptait après tout. Tuer, ou être tué. Dans ce cas, tous les coups étaient permis.

Or, quelle ne fut pas ta surprise de voir revenir les pirates. Avaient-ils eut une poussée de courage en voyant leur capitaine dans une telle situation? Tu l'ignorais, mais sans aucune hésitation tu transformas ta main en brouillard, usant directement de Giant Hand pour ensuite balayer la zone, les envoyant au loin. Puis tu fonças sur eux, relâchant Sea of Smog, restant connecté avec son épais brouillard que tu manipulas pour entrer dans leurs poumons, commençant alors à augmenter sa densité, toujours plus. Tu fis disparaître le tous après 3 minutes, ne retrouvant alors que des hommes inconscients au sol, asphyxiés, mais vivants. Tu ne pouvais tuer avec cette technique; en fait si, mais il t'aurait fallu tenir plus de 8 minutes pour être sûr que les insectes seraient morts par manque d'oxygène.

Tu tournas finalement le regard vers le géant, voyant qu'il avait lui aussi terminé et avait laissé un joli trou dans le sol. Tu ne pus retenir un sourire face à la remarque du géant, rigolant doucement en fait.

- « Il faut croire qu'aujourd'hui n'est pas notre jour de chance. On dirait que tout le monde désire se confronter à nous, sans raison. » tu regardas ton scalpel ensanglanté, tu en avais tué deux au passage parce... parce qu'ils étaient sur ton chemin, mais souris à Grigory. « Ça ne fait rien, au pire des cas j'en rachèterai encore une autre fois. Ils auront servit pour une bonne cause. »

Tu réfléchis un moment à sa question.

- « Hum... Non, moi ça va aller. »

Tu lui souris, flottant à sa hauteur maintenant.
(c) AMIANTE


_________________

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Mar 30 Mai - 15:51

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 348

Navigation
Doriki:
632/6000  (632/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Prochain


arrêt :



le boucher !




Je venais de récupérer mon gros sac plein de carcasses d’animaux et en plus j’avais encore trouvé le moyen de blaguer sur notre situation qui, d’heure en heure, ne semblait pas s’améliorer. D’abord des animaux, maintenant des pirates, et quoi ? Après ce serait qui ?! Riant de bon cœur, je voyais Caligo, le sourire aux lèvres, s’approchant de moi en flottant. Une fois à la hauteur de mon visage il me parla à nouveau, ironisant aussi sur nos soucis, tout en me disant que maintenant il n’avait plus besoin de rien. Il ne m’en fallait pas plus pour prendre le commandement ! Par chance, je connaissais déjà l’endroit où je voulais aller alors je pointais la direction avec mon bras et puis je me tournais vers mon compagnon en lui disant :

« Bien, alors c’est par là, je vous en prie cher monsieur, suivez-moi ! »

J’étais toujours d’aussi bonne humeur, mes dents pointues bien visibles ! Je partais dans l’une des rues qui s’offrait à nous. Je replaçais correctement mon sac dans le creux de mon omoplate et … Je me mangeais le sol. J’avais détourné les yeux deux secondes mais c’est le temps qu’il me fallut pour me vautrer sur l’étal d’un marchand de légumes ambulant qui, lui non plus, ne m’avais pas vu ! Heureusement je n’avais écrasé personne, mis à part des choux et j’assistais alors impuissant à l’effondrement psychologique du vieux marchand myope qui parvenait à peine à articuler entre ses larmes « Mes choux ! Mes beaux choux ! ... ». Me remettant debout je tentais de m’excuser mais le type semblait comme parti dans son monde…

Puisqu’il ne m’écoutait pas, je m’éloignais le plus discrètement possible pendant que mon coéquipier du moment se moquait gentiment de ma situation. Lui tirant la langue, on continuait encore quelques instants notre marche avant d’arriver devant une façade adéquate pour un boucher : son nom était dessiné avec du sang d’animaux. Visiblement, il avait pas peur d’effrayer la clientèle ! Je déposais donc mon sac, frappant avec un seul de mes doigts à la porte. Je ne pouvais pas rentrer alors, il allait bien falloir qu’il sorte ! Sauf qu’il s’obstinait à me crier d’entrer du coup… Je demandais à mon nouvel ami s’il pouvait entrer et demander à ce brave homme de sortir, sinon on allait encore rester longtemps comme ça !

Une fois cela fait, il sortit enfin de son magasin et failli tomber à la renverse par deux fois : la première en me voyant et la seconde avec la quantité de viande que j’apportais. Il me donna son prix, je le payais et il tira ensuite avec grand peine le sac à l’intérieur. Y avait plus qu’à attendre ! Dommage qu’on avait pas un peu d’alcool sous la main ! Pour la peine il faudra se « contenter » de discuter ! Je m’assis en tailleur et en profitais donc pour ouvrir les hostilités :

« Merci encore de m’accompagner, c’est sympa de ta part ! Et puis, j’me sens mieux avec mon garde du corps ! Ouhahaha ! Tiens, je t’avais pas demandé mais… Est-ce-que ça fait longtemps que tu voyages sur les mers ? Moi j’adore découvrir de nouveaux lieux et de nouvelles cuisines alors si t’as des bonnes adresses j’suis preneur ! »

Je finissais ma phrase avec un clin d’œil. Maintenant que j’en parle c’est vrai qu’il commence à faire faim. Y avait-il seulement un resto qui en valait la peine sur cette île de malfrats ? Il allait falloir tirer ça au clair, mais pas tout de suite, j’écouterais d’abord Caligo avant de proposer l’idée !



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Mar 30 Mai - 21:18

Yamakiro CaligoBandit
avatar

Messages : 346

Navigation
Doriki:
840/0  (840/0)
Fruit du Démon: Kiri kiri no Mi


Vous avez dit inhospitalier?


(Troublemake) ▽ You’re a troublemaker (You’re a troublemaker). You ain't nothing but a troublemaker girl. You had me hooked again from the minute you sat down. The way you bite your lip got my head spinnin’ around. After a drink or two, I was putty in your hands. I don’t know if I have the strength to stand
Tu te demandais encore ce qui allait vous tomber sur le bord de la gueule. Après les animaux et les pirates, un géant? Tu ne le savais pas, ignorait tout de ce qui allait se passer. Après tout, tu n'étais pas un oracle ou un voyant. Puis, le mystère que recelait l'avenir avait quelque chose d'excitant non? Ne pas savoir si vous feriez face à une menace organique ou inorganique? Parce que peut-être que vous alliez vous prendre un orage électrique ou tu ne savais quoi d'autre. Il faudrait cependant, si cela arrivait, que tu te caches. Te prendre un éclaire te tuerais sur le coup au vu de ton fruit, après tout le brouillard étant composé d'eau vaporeuse, tu étais plus sensible à l'électricité.

Tu regardas le géant lorsqu'il pointa une direction de son bras, puis te regarda avant de te dire de te suivre. Tu rigolas légèrement et le suivis. Le géant semblait bien heureux, ce qui te faisait bien sourire d'ailleurs. Mais alors que tu flottais, tu perdis le géant de vu après un grand courant d'air. Tu clignas des yeux à quelques reprises, perdu. Comment ça que tu avais perdu de vu Grigory? Tu penchas la tête et fixas le sol pour voir Grigory, et bien, au sol. Tu haussas un sourcil, ne comprenant pas comment le géant s'était retrouvé là. Tu aperçus un étal de chou détruit et haussas un sourcil. Ah oui, maintenant tu voyais.

Tu rigolas doucement avant de descendre à la hauteur de Grigory, entendant le marchant se lamenter sur ses choux, mais l'ignoras royalement.

- « Ça va? Tu ne t'es pas fait trop mal j'espère? Il faut dire que je ne te savais pas aussi fan de choux que cela! »

Pendant se temps, l'autre vieux semblait perdu dans son monde où ses choux étaient morts. Oui, bon, ça restait des choux. Ils auraient fini dans l'estomac d'une personne, à être digérés. Pas mieux qu'être écrasé par un géant. Tu rigolas finalement, suivant Grigory une fois qu'il fut debout. Tu n'avais pas pu t'empêcher de te moquer gentiment de lui et en réponse il te tira la langue, te faisant encore plus rire.

Une fois à la boucherie, tu observas l'enseigne, curieux. Sang animal ou sang humain? Tel était la question! Mais tu doutais du sang humain. Le mec ne voulait certainement pas faire fuir les clients, mais plutôt les attirés. Du coin de l'œil tu regardas Grigory poser son butin de viande puis cogner avec son doigt, te faisant sourire. En effet, le géant ne pouvait pas frapper avec ses mains comme toi tu le ferais. Et lorsque le boucher sortit, tu ne pus t'empêcher de sourire face à sa réaction.

Lorsque Grigory s'assit en tailleur, tu t'installas sur le toit de la boucherie pour être plus haut.

- « Ça fait plaisir de t'accompagner, tu es d'une très bonne compagnie. Ça fait quelques années que je voyage sur les mers, peut-être trois, je ne sais plus en fait. » tu rigolas doucement, car en effet tu n'avais absolument pas compter le temps. « Water Seven est une excellente place, Drum aussi. » dis-tu en réfléchissant aux endroits où tu étais allés récemment. « Bien que Drum soit hivernal, je la trouve plaisante. »

Tu posas le regard sur Grigory et souris. Il était vrai que tu commençais néanmoins à avoir faim, mais tu pouvais bien attendre que Grigory récupère sa viande.

(c) AMIANTE


_________________

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Mer 31 Mai - 19:12

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 348

Navigation
Doriki:
632/6000  (632/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Le destin



s'acharne !




Tout content que j’étais ! Et bien non, paf, me voilà à terre ! Vint ensuite Caligo, qui se moqua un peu de ma poire pour m’être pris les pieds dans l’étal en me demandant si j’étais fan des choux. C’était la cerise sur le gâteau ! Enfin, je gardais le sourire, lui tirait la langue et quittait le lexique des fruits et des légumes définitivement, enfin, je l’espérais ! On laissa le vendeur à ses divagations et on arrivait finalement au boucher, se renvoyant notre bonne humeur. Y avait maintenant plus qu’à attendre que l’homme de métier finisse son travail pour que j’puisse récupérer ma petite réserve ! En attendant, je m’asseyais et continuais de taper la discute avec mon compagnon de voyage. D’ailleurs, il préféra se mettre face à moi, sur le toit de la boucherie, plutôt que sur mon épaule.

L’un ou l’autre ne me dérangeait pas mais c’est clair que je risquais moins de me choper le torticolis comme ça ! Je prenais alors une nouvelle fois l’initiative, lui posant plusieurs questions. Alors comme ça, ça faisait trois ans qu’il avait pris la mer ? Ce n’était que 2 ans de moins que moi ! Enfin, j’avais aussi droit à un compliment de sa part et aussi plusieurs noms d’îles à visiter ! C’est parfait, ces îles ne me disaient rien donc se seront autant de surprises et de découvertes, cool ! Ça attisait d’autant plus ma curiosité, je ne pouvais donc m’empêcher de lui demander pourquoi il trouvait Drum plaisante. Me souriant toujours il articula quelques mots avant qu’une furie ne déboule et ne commence à me crier dessus ! Bordel ! Mais on n’est jamais tranquille !

Le pire c’est que je l’avais vue arriver, j’avais espéré de tout cœur qu’elle rentre dans l’une ou l’autre bicoque mais non il a fallu qu’elle me fixe en marchant d’un pas décidé vers moi… J’allais donc avoir l’insigne honneur de savoir quelle était la raison de sa venue (et de sa colère, accessoirement). Elle m’engueula donc, parlant tellement rapidement que j’avais du mal à suivre. Je vous passe les détails mais en somme, elle était outrée que j’en vienne aux mains avec son mari (sans dec’, un pirate marié !), que maintenant il allait rester pour des semaines à l’hosto et que je devais payer, parce que, et bien c’est moi qui lui avait gentiment rabattu son caquet. Le reste consista en une succession de noms d’oiseaux plus folkloriques les uns que les autres…

Et j’étais sensé faire quoi, moi, maintenant ?! Bon, j’allais pas l’envoyer valser comme son mari, après tout elle ne m’avait pas agressé physiquement, bien qu’on dise souvent que les mots font parfois plus mal que les poings. J’allais pas non plus donner un centime à ce pauvre con qui s’était senti si supérieur et c’était pas en m’insultant que je changerais d’avis ! Je ne l’avais pas quittée des yeux mais si j’avais pu, j’aurais jeté un œil à Caligo, juste pour voir sa tête. Est-ce qu’il souriait ? Est-ce qu’il allait se mettre à rire ? Ou bien alors il allait sortir de ses gonds ? Du peu que je le connaissais, je parierais pour qu’il se foute encore de moi, c’était qu’une supposition mais en tout cas, si les rôles avaient été inversés, moi je suis quasi-sûr que j’en rigolerait déjà.

Je pensais qu’elle allait un jour finir de parler mais son vocabulaire ne connaissait aucune limite ! Son esclandre commençait à faire tourner quelques têtes et il était temps de faire quelque chose. Soudainement je me ressaisis enfin et je posais une main au sol pour créer un golem derrière elle qui soit un peu plus grand et massif, pour ne pas qu’elle s’en aperçoive. Alors qu’il s’assemblait toujours, j’attrapais soudainement la furie avec mon autre main et puis je la collais contre ma création. Le golem s’assemblait toujours, la matière vint s’agglomérer autour de la fille, au final, ses jambes dépassaient d’un côté et sa tête de l’autre. Dieu soit loué, sa bouche était obstruée et il ne restait que ses yeux pour m’indiquer toute la surprise et la haine qu’elle me portait.

Fier de mon coup, j’ordonnais à mon golem de partir de l’autre côté et d’aller se jeter dans le port. Ça lui rafraichirait les idées tiens ! Heureusement qu’y avait pas la marine pour m’emmerder, là je commençais à en avoir marre que des trucs me tombent sur le coin de la gueule ! J’avais alors totalement oublié mon compagnon, trop absorbé que je l’étais par la douce satisfaction de voir cette gonzesse s’éloigner de moi. Ce n’est que lorsqu’il me parla à nouveau que je reportais mon attention sur lui, en m’excusant. Bon, au moins maintenant je saurais s’il allait rire ou pas !



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Mer 31 Mai - 23:28

Yamakiro CaligoBandit
avatar

Messages : 346

Navigation
Doriki:
840/0  (840/0)
Fruit du Démon: Kiri kiri no Mi


Vous avez dit inhospitalier?


(Troublemake) ▽ You’re a troublemaker (You’re a troublemaker). You ain't nothing but a troublemaker girl. You had me hooked again from the minute you sat down. The way you bite your lip got my head spinnin’ around. After a drink or two, I was putty in your hands. I don’t know if I have the strength to stand
Décidément, le sort semblait vouloir s'acharné sur vous. Tout du moins, au début s'était sur vous deux, mais maintenant? Tout semblait visé le géant avec qui tu avais sympathisé et avec qui tu te promenait sur Jaya. D'abord les pirates qui l'attaquaient alors que tu faisais tes courses, donc tu n'avais pas été concentré bien que tu eus prit la vie à quelques uns qui désiraient s'en prendre à Grigory et porter secourt à leur chef dont s'occupait ledit géant. Puis il y avait eut l'étale de choux; faute à pas de chance ou plutôt au fait que Grigory ne regardait pas où il marchait. Mais à sa place, tu aurais certainement fait pareil, mais il n'y avait rien à pleurer. Sauf des choux écrasés. Mais décidément, tu ne t'étais absolument pas attendu à ce qui allait venir.

Vous aviez finalement atteint le boucher avec son enseigne unique. Disons que le boucher n'avait décidément pas peur du sang ni froid aux yeux. Quelque chose que tu respectais, mais à la vu du géant il avait semblé plus que surprit. Tien, il ne lui en fallait pas beaucoup. Peut-être que tu avais trop l'habitude de certaines choses vu ton domaine de métier, mais cela avait son avantage. Ou alors tu te fichais éperdument que Grigory soit un géant ou non, il restait quelqu'un de décidément bien.

Assit, tranquille, tout semblait s'être calmer. Personne ne venait vous agressé pour aucune raison, la faune sauvage semblait décidé à rester là où elle était, peut importe où là se trouvait. Pendant ce temps, vous parlâtes, de ton temps en mer, des îles intéressantes à visiter et tu lui donnas deux noms intéressants. Water Seven et Drum. Le géant te demanda pourquoi tu trouvais Drum intéressante et, souriant, lui répondit.

- « Il s'agit d'une île hivernal, cependant elle est connu pour ses médecins. C'est aussi un endroit autant intéressant pour apprendre de nouvelles choses quant à la médecine que pour passer du bon temps. Le paysage est magnifique, il faut juste faire attention aux avalanches, mais avec ta taille tu ne craindrais rien. »

Mais tu dû t'interrompre car une fury arriva dans votre direction. Tu ne la vis pas sur le coup, se fut Grigory par son regard qui attira le tien sur elle. Elle semblait plus que décidée à venir droit sur vous à ta consternation. Qu'est-ce qu'elle voulait? Était-elle la fille du mec aux choux et exigerait des explications ou une compensation? Tu l'ignorais, mais plus elle s'approchait, plus tu avais envie de l'envoyer promener depuis ton perchoir.

Quelle ne fut pas ta surprise lorsque la femme se mit à crier sur le géant. Tu ne pus t'empêcher d'hausser les sourcils en l'observant. Cette femme avait de sacrer ovaires pour se mettre à crier sur un homme qui faisait un nombre incalculable de fois sa taille et qui pourrait lui faire subir le même sort que l'autre pirate. Si tu avais été à sa place, tu n'aurais eu aucune hésitation à l'asphyxier. Un peu de brouillard dans les poumons, augmenter la densité et puis bye bye, inconsciente pour un bon moment!

Mais bon, tu n'allais pas t'en mêlé, Grigory était assez grand - dans le figuré comme littéralement - pour s'occuper par lui même de cette femme, même si sa voix stridente commençait à sérieusement te tapper sur les nerfs. N'avait-il pas envie de l'envoyer vers d'autres cieux d'un revers de la main? Ou peut-être devrais-tu le faire toi-même finalement... Mais est-ce qu'elle finirait par arrêter de crier? Est-ce que sa voix pouvait se briser, se perdre ou le chat venir lui voler sa langue? Non, il semblerait que ses cordes vocales parviennent à supporter le calvaire et que le chat n'avait pas faim. Que s'était dommage. Peut-être que d'un coup de scalpel rapide tu parviendrais à la rendre muette?

Mais Grigory, sans doute aussi fatigué de la situation que toi, fini par prendre les choses en main avec un golem. En effet, le géant la colla dans sa création toujours en formation, la matière englobant l'exubérante créature bipède hurlante. Tu ne lui vis que les pieds et un bout de tête, mais par chance sa bouche semblait être prise dans la création de ton nouvel ami. ENFIN. Du silence, que cela faisait du bien! Tu regardas le golem partir vers le port en souriant, finissant par éclater de rire face à l'absurdité de la scène.

- « Est-ce moi, où tout semble s'acharner sur toi? D'abord les pirates, puis les choux et maintenant une furie? Je me demande ce qui va te tomber dessus la prochaine fois. »
(c) AMIANTE


_________________

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Ven 2 Juin - 19:22

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 348

Navigation
Doriki:
632/6000  (632/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Pas le temps



d'se poser !




Heureusement que je m’étais assis sinon je pense qu’à l’heure actuelle, j’aurais fini sur le cul ! Non mais c’est vrai, quoi ! On dirait que depuis que j’avais « sauvé » Caligo, il m’avait filé sa poisse, les personnes qu’on rencontrait semblaient toutes m’en vouloir, d’une façon ou d’une autre ! J’étais pourtant pas un enculé de première, en général je faisais que répondre à l’une ou l’autre provocation, j’étais dans mon bon droit ! Les humains devraient savoir que s’ils cherchaient des noises à un géant, ils n’allaient pas en ressortir indemne… Enfin, la compagnie pacifique de Caligo me rassurait sur un point : au moins ils n’étaient pas tous comme ça. Y a des jours, c’est difficile de ne pas tous les mettre dans le même panier…

En tout cas, mon compagnon d’infortune, lui, n’avait sans doute jamais autant rigolé de sa vie ! Je posai mon regard sur lui, il me regarda et se contenta de me demander si le destin s’acharnait sur moi. Je restais silencieux quelques secondes avant d’exploser de rire, sans doute à cause des événements de cette journée que je visualisais à nouveau dans ma tête. J’essayais de protester mais il me fallut plus de temps pour maitriser mon fou rire, ma réponse fut donc un peu hachée.

« Ouhahahahaha ! Une prochaine fois ?! Ouhahaha ! J’espère qu’y en aura pas oui ! J’ai assez donné ! Quelle journée ! Ouhahahahahaha ! »

C’était bien la première fois qu’il se passait tellement de truc autour de moi, je pouvais pas le nier ! J’avais presque l’impression qu’à chaque minute qui passait, on lançait un dé pour décider de mon sort ! Graduellement, je reprenais le dessus et réussi à retrouver une certaine contenance, malgré un large sourire parcourant mon visage. Après ça, autant dire que mes abdos étaient devenus du béton ! Je me rappelais aussi que ma nouvelle connaissance avait quand même eu un peu le temps de me répondre avant l’arrivée de la gonzesse un peu trop casse-pieds. Je lui redemandais donc de répéter ce qu’il m’avait dit puis je m’exclamais :

« Pour un médecin comme toi, visiblement, c’est le paradis ! En tout cas je retiens, ça à l’air amusant ! Faudra juste que je me trouve des vêtements un peu plus adaptés au climat hivernal ! héhéhé ! »

Lui faisant un clin d’œil, je reportais mon attention quelques secondes sur la porte d’entrée du boucher. J’espérais qu’il finisse bientôt ! Soudain, un léger tremblement ainsi que du bruit semblable à une maison qui s’effondre me firent me retourner. Je pensais que c’était encore moi, que peut-être la maison sur laquelle je m’étais appuyé pour m’asseoir s’était finalement rétamée mais non, rien. Intrigué, je tournais ma tête vers Caligo. Il sembla tout aussi perdu que moi ! C’est alors que je m’en aperçu. Derrière lui, enfin pas directement derrière lui mais de l’autre côté d’où on se trouvait, un nuage de poussière s’était soulevé. Je me relevais, comme si ce simple fait confirmerait ce que je voyais. Oui, oui, il y avait bien un truc qui s’était passé là-bas !

Je demandais alors à mon ami si ça ne lui disait pas de tirer ça au clair. Il semblait aussi curieux que moi pour la peine ! On prévenu donc le boucher, avant de partir en direction de cette nouvelle aventure. Un peu ralenti par les modèles réduits qui se trouvaient sur le trajet, ce fut mon compagnon qui arriva le premier, grâce à ses pouvoirs qui lui permettaient de flotter dans les airs. Le voyant arrêté un peu plus loin, je lui lançais une question de loin avant de m’arrêter aussi net. Pas besoin de me répondre finalement. Devant nous, un géant - un vrai cette fois, pas un mongol avec un fruit - gisait dans les décombres d’une habitation. Quelques humains s’étaient rassemblés, se demandant ce qu’ils allaient faire de cet invité imprévu.

Lorsqu’ils me virent arriver, certains commencèrent d’ailleurs à me prendre pour un pote de ce mec et donc demandaient des réparations, sauf que je le connais pas moi, ce mec ! J’veux bien que c’est plutôt rare que deux géants se trouvent au même endroit, au même moment mais là, juré, c’était pas ma faute ! Ils m’avaient un peu énervés pour le coup, à assumer des trucs aussi vite mais bon, j’allais pas non plus les laisser dans leurs merdes ! Contrairement à l’homme d’avant, eux semblaient vraiment être des habitants du coin. Y en avaient déjà pas beaucoup et si je comprenais bien, c’était surtout grâce à eux que cette île « prospérait ». Pour le fait de pouvoir marcher sur une île sans craindre l’arrivée de la Marine, y méritaient bien que je leur donne un petit coup de pouce !

« Wow, wow, wow ! On va se calmer tout de suite ! C’est pas parce que j’suis un géant que je connais tous les autres géants, c’est complètement con comme raisonnement ! Bon. Vous êtes pas méchants, c’est d’ailleurs un peu grace à vous que cette île perdure et pour ça, j’vais vous faire une fleur : je me charge de le trimballer où vous voulez et puis vous, vous en faites ce que vous voulez, ok ? »

Un peu incrédule, l’assistance resta silencieuse. Qu’à cela ne tienne, j’approchais du type, attrapais ses deux bras, puis le mit sur mon dos. Sa tête juste derrière la mienne, je sentais l’agréable odeur qui s’échappait de sa bouche. C’était tellement agréable que ça me fit lâcher un juron d’ailleurs !

« Ho putain ! Tu m’étonnes qu’il s’est vautré sur une maison ! Il pue l’alcool ! »



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Jeu 8 Juin - 21:37

Yamakiro CaligoBandit
avatar

Messages : 346

Navigation
Doriki:
840/0  (840/0)
Fruit du Démon: Kiri kiri no Mi


Vous avez dit inhospitalier?


(Troublemake) ▽ You’re a troublemaker (You’re a troublemaker). You ain't nothing but a troublemaker girl. You had me hooked again from the minute you sat down. The way you bite your lip got my head spinnin’ around. After a drink or two, I was putty in your hands. I don’t know if I have the strength to stand
Il y avait des personnes dans la vie, sur qui le sort semblait s’acharner sans arrêt. Dans ton cas, tu n’avais jamais croisé de telles personnes si malchanceuses. Tout du moins, si l’on oubliait celles ayant croisées ton chemin et dont le corps nourrissait maintenant la terre, servant d’engrais à tout ce qui le voudrait, ou de repas même. Mais en cet instant, tu commençais à te demander s’il était possible que tu sois en présence d’une telle personne, de celles qui attires la malchance même si elles n’ont rien fait de trop horrible, ou rien du tout même. Mais peut-être en étais-tu la cause, peut-être que la malchance que tu possédais lors de votre rencontre s’était transmise à ta nouvelle connaissance, telle une maladie. La malchance se transmettait-elle? Tu n’y avais jamais songé, et en doutais au vu de ton esprit logique.

Ou alors ce n’était juste pas son jour à Grigory. Ça arrivait, de temps à autre, où tout nous tombe sur la gueule en même temps sans qu’on s’y attende, mais on finit par se relever et continuer d’avancer. Au moins, il n’y avait rien eu de réellement grave qui se fût produit, vous mettant en danger. Pas comme si un autre géant venait pour casser la gueule à tout le monde! Tu devrais taire ton esprit, parce qu’on ne savait pas ce que réservait l’avenir, et avec la poisse actuelle de Grigory, ça ne te surprendrait pas de voir débarquer un Shichibukai ou un Barbe Noir ou tu ne savais pas quoi encore de catastrophique.

Dans tous les cas, tu te ravissais de ne pas être dans sa peau. Bien qu’il était dit qu’il valait mieux rire que pleurer, dans ce cas-ci tu ne savais pas si tu aurais ris ou pleuré à sa place. Parce que, soyons sérieux un moment, il était littéralement la cible de toutes les merdes pour l’heure. Malgré tout, tu restais en sa compagnie. Tu n’allais pas le fuir pour une malchance passagère, puis toute façon, quel mal y avait-il ? Aucun, vous alliez bien et pour l’heure tu te marrais comme jamais. Plus de raisons de rester que de partir!

Le géant éclata d’ailleurs de rire lorsque tu mentionnas sa malchance et ce qui pourrait arriver la prochaine fois. Tu ne pus retenir un sourire à son éclat de rire unique et à ses paroles.

- « En effet, cette journée est des plus folles. On dirait que les étoiles se sont alignées juste pour te faire chier. »

Tu ne savais pas grand-chose à propos de l’astronomie, mais tu avais entendu parler de certaines personnes croyant que l’alignement des étoiles pouvait influencer l’avenir d’une personne, ou que celui-ci y était inscrit. Des idioties selon toi, mais qu’importe s’ils désiraient croire à quelque chose stupide. Lorsque le gentil géant eut repris contenance, ses côtes devaient le faire souffrir d’ailleurs, il te demanda de répéter ce que tu avais dit avant que l’hystérique n’arrive, ce que tu fis sans rechigner.

D’ailleurs, qu’était advenue cette femme? Était-elle noyée dans l’eau de mer? Car si comme son époux elle eut possédé un fruit, tu ne donnais pas cher de sa vie, à moins bien sûr qu’elle ait eu pied. Mais de toute façon, tu te fichais bien qu’elle vive ou meurt, juste pour le son strident de sa voix tu aurais bien aimé l’égorgée d’un coup de scalpel net et précis pour la faire taire pour de bon. Tu plaignais ses voisins.

Tu souris aux paroles de ton ami et hochas tête.

- « En effet, un véritable paradis de connaissance, il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre. Je te conseil des habits de fourrures pour à l’extérieur, le froid est mordant lorsque le vent se lève. »

Un petit conseil, pour éviter que le géant ne fasse face à une surprise de taille avec la température. Toi-même, tu avais été surpris, ne t’attendant pas à un tel froid, malgré la saison éternelle de l’île. Mais alors que vous parliez, tu sentis le sol trembler, juste comme Grigory lorsqu’il avait bouffé le sol. Sauf que, eh bien, le géant était juste en face de toi et il n’avait pas bougé d’un cheveu de sur la maison! Vous échangeâtes un regard, toi aussi consterné que lui. Est-ce qu’il y avait un volcan sur l’île? Si ce tremblement annonçait une éruption, vous n’aviez pas grand temps pour fuir! Mais son regard se porta derrière toi. Avait-il vu quelque chose?

Curieux, tu ne pus que jeter un regard par-dessus ton épaule et constater qu’un nuage de poussière s’élevait plus loin. Une question; qu’est-ce qui avait pu causer se soulèvement? Tu penchas la tête, réfléchissant aux possibilités qui s’offrait à toi. Lorsque Grigory te demanda si tu voulais tirer cela au clair, tu ne pus qu’être affirmatif, ta curiosité prenant le dessus. Tu voulais savoir ce qui avait provoqué ça! Tu décollas, passant devant lui. Avec ton fruit, il était normal que tu ailles plus vite, mais, surtout, tu voulais mettre les choses au clair le plus rapidement du monde ! Et quelle surprise!

De choc, tu t’arrêtas, flottant sur place sans quitter du regard la cause du fracas; un géant. Un autre, pas Grigory, et celui-ci ne semblait pas dans le même état. Sentant l’air, il y avait celle de l’alcool. Combien de litre et de litre avait-il but pour être dans un tel état?! Tu n’osais estimer, te disant que la quantité serait astronomique. Tu entendis Grigory te poser une question de loin, et te tournas pour lui répondre, mais cela sembla surfait; ton géant semblait avoir déjà entraperçu son semblable. Peut-être qu’il le connaissait?

Mais cela ne semblait pas être le cas, car lorsque les humains demandèrent réparation, Grigory affirma ne pas le connaître. Oui bon, s’était assez logique qu’il ne connaisse pas tous les géants, comme toi tu ne connaissais pas tous les humains. Bon sang que ça serait le bordel dans tes connaissances sinon! Tu ne pouvais imaginer ta position actuelle, prisonnier entre les conflits des autres.

Tu ne pus retenir un éclat de rire face au commentaire sur l’haleine de l’autre géant.

- « Je peux le sentir jusqu’ici moi! Je vais de dégager la voie si jamais quelque chose se met devant toi. »

Ou quelqu’un. Tu flottas devant lui, attendant qu’il prenne une direction.

(c) AMIANTE


_________________

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Sam 10 Juin - 15:43

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 348

Navigation
Doriki:
632/6000  (632/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Au pas de



course !




« Pas étonnant ! Ouais merci, mais tu sais avec l’odeur qu’il dégage, j’crois qu’il pourrait faire fuir des sangliers ! »

Un villageois me cria de vérifier ses poches pendant qu’un autre nous demandait d’aller faire le tour de l’île pour voir d’où il était venu. Je l’avais déjà sur moi alors c’était un peu compliqué de le fouiller et puis il était hors de question de trimballer cette épave d’un bout à l’autre de l’île. Je demandais alors à Caligo s’il pouvait se charger de vider ce qu’il y avait dans le pantalon alors que je restais immobile pour lui faciliter la vie. Je ne savais pas s’il allait le faire, rien ne l’y obligeait après tout mais de toute façon, quoi qu’il fasse je m’en fichais. Je voulais bien être sympa mais je jouerais pas le marine pour eux ! Je fis quelques pas, déposa le géant contre un arbre au tronc suffisamment large et puis je me retournais vers les modèles réduits.

« Z’êtes gentils mais lui, j’le pose là en attendant. On fera le tour de l’île pour vous mais c’est tout. Si vous voulez j’peux aussi tester de le réveiller en lui mettant la tête dans l’eau mais j’suis pas sûr que ça soit très efficace et puis… Autant qu’il dorme encore un peu ! »

Je regardais mon compagnon d’infortune et je lui demandais si ça ne le dérangeait pas de m’accompagner pour faire ce petit tour. Après tout, je ne l’avais pas vraiment concerté jusqu’à maintenant et puis, il était en droit de refuser ! Enfin, j’avais rien d’autre à f… ~GROUIIIK~ Et voilà que mon ventre gargouillait maintenant ! C’est vrai qu’avant qu’on aille voir ce qu’il s’était passé avec cette maison j’avais envie de casser la dalle mais là ça commence à bien faire ! Pourquoi je leur avais dit ça moi ! Maintenant j’étais obligé de me balader avant de manger ! Je regardais une nouvelle fois le médecin qui volait devant moi, une main sur le ventre. Je lui proposais un jeu de rapidité pour satisfaire tout le monde.

« Et si on faisait la course ? Le dernier arrivé paye sa tournée à l’autre ! On longe la mer, on fait notre rapport, je repasse chez le boucher et on mange un truc ! T’en penses quoi ? »

Autant me donner à fond pendant quelques minutes puis pouvoir se reposer que de prendre une heure pour faire tout le tour en marchant moi j’allais plus tenir et m’effondrer avant si on faisait ça ! Mon ami soupesa l’idée puis accepta finalement. Pour la peine je tendais mes bras en l’air en signe de victoire puis je m’accroupissais en me posant un genou à terre comme les athlètes de course ! Je commençais à faire le compte à rebours, trois… Deux… Un… Zéro ! Enfonçant un peu mon pied d’appui dans la terre je parvins cependant à prendre un bon départ ! D’abord, on suit l’orée de la forêt, puis une fois arrivé en face de la mer, on tourne et on commence notre tour ! On était les deux premiers participants du « Jaya-running » !

C’est idée venue de nulle part me fit rire tout seul alors que je voyais une trainée entre le blanc et le grisâtre me dépasser ! Hey ! Mais c’est qu’il était rapide le petit ! Arriver à distancer un géant en train de courir, fallait le faire !




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Mer 14 Juin - 23:52

Yamakiro CaligoBandit
avatar

Messages : 346

Navigation
Doriki:
840/0  (840/0)
Fruit du Démon: Kiri kiri no Mi


Vous avez dit inhospitalier?


(Troublemake) ▽ You’re a troublemaker (You’re a troublemaker). You ain't nothing but a troublemaker girl. You had me hooked again from the minute you sat down. The way you bite your lip got my head spinnin’ around. After a drink or two, I was putty in your hands. I don’t know if I have the strength to stand
Tu ne pus t’empêcher d’éclater de rire lorsque Grigory te répliqua que l’autre géant pourrait faire fuir les sangliers, juste avec son odeur. Tu ne pouvais que confirmer ses dires. Les pauvres bêtes avaient un odorat plutôt bien développé, alors leur pauvre nez serait agressé par une telle odeur. Rien de surprenant si vous veniez à en voir fuir pour vrai. Il n’y aurait certainement pas que les sangliers qui fuiraient l’odeur que dégageait le pauvre bourgue. Alors que tu riais à t’en briser les côtes, tu entendis les humains en bas demander un tas de chose à ton compagnon du moment. Fouiller ses poches et faire le tour de l’île. Le premier ok, le second; putain, quoi? Ils vous prenaient pour quoi? Des membres de la marine?

Ton rire s’intensifia tout bonnement. Tu avais presque envie de leur demander s’ils croyaient que tu portais l’uniforme de la marine, mais Grigory t’en empêcha en te demandant de fouiller ses poches. Reprenant tant bien que mal ton sérieux, n’arrêtant pas de rigoler, tu fis les poches au géant, ne trouvant pas grand-chose. Uniquement une bourse que tu serais bien incapable de soulever seul.

- « Une bourse, mais elle est trop grosse pour moi Grigory… »

Tu lui montras la poche où elle se trouvait, puis continuas de fouiller, juste au cas-où. Tu faisais aisément fit de l’odeur, vu le nombre de fois où tu t’étais retrouvé sur un navire empestant le vomi et le lendemain de fête. Puis il y avait des odeurs pires, comme celle des intestins. Une fois les poches du géant faites, tu suivis Grigory lorsque celui-ci le déposa contre un arbre assez solide pour le supporter. Pauvre arbre tout de même. Tu espérais que l’ivrogne ne se pisserait pas dessus, des plans pour tuer une pauvre plante innocente.

Tu levas les yeux sur ton géant, tout du moins façon de parler, alors qu’il prenait la parole. Vous alliez vraiment faire le tour de l’île? Mais comment vous pourriez savoir d’où il venait?! Oui, bon, en vous fiant aux arbres déracinés et aux empruntes de pas, cela devrait être vite régler, mais néanmoins, d’où ils demandaient ça? Comme tu le pensais, vous n’étiez pas la Marine, alors pourquoi faire leur saleté de boulot? Tu n’avais pas signé pour leur merde, alors qu’ils la gardent! Mais voilà, le gentil géant avait accepté, alors autant le faire. Après, manger! Parce que sérieusement, tu commençais à avoir faim.

Lorsque Grigory te demanda si cela te dérangeait, tu secouas la tête en confirmant que tu lui refilerais un coup de main. Pour cette fois, tu ne ferais pas ta pute en refusant de donner un coup de main à quelqu’un, après tout tu appréciais bien le géant, alors pourquoi pas? Mais tu ne pouvais t’empêcher de poser une main sur ton estomac qui gargouilla, suivit de celui de Grigory qui fut des plus audibles, t’arrachant même un sourire. Tu tournas cependant la tête vers lui lorsqu’il reprit la parole. La course? Pourquoi pas. Le reste de sa proposition te convint parfaitement.

- « Tout ça me semble parfait. Je commence à avoir la dalle, mais va pour la course! »

Tu t’amusas du geste de victoire de Grigory, puis de sa position de course. Flottant, tu ne pouvais en faire autant, mais tu attendis patiemment le signal de départ. Tu rigolas avant de le suivre, et même tu finis par le dépasser, lui envoyant gentiment la main pour le narguer sans méchanceté.

(c) AMIANTE


_________________

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Jeu 15 Juin - 16:00

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 348

Navigation
Doriki:
632/6000  (632/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Le lièvre et



la tortue !




Moi qui pensait qu’on ne trouverait rien dans ses poches ! Finalement, Caligo avait trouvé de quoi dédommager toute une maison ! J’avais alors posé le géant et j’avais effectivement senti une bourse en cuir remplies de pièces mais adaptées à ma taille ! En somme, ça voulait dire que si j’en laissais tomber une, je pouvais tuer des humains. Je reposais donc le petit sachet à terre ouvert. Voilà, après ça ils allaient certainement nous lâcher la grappe ! Enfin, après qu’on ait fait le tour de l’île puisque je leur avais dit que je le ferais. J’avais d’ailleurs observé mon compagnon, qui lui, semblait moins motivé. Qu’à cela ne tienne, je lui proposais une course pour pouvoir faire l’unanimité. Il sembla réellement apprécier l’idée tant mieux !

De toute façon, on était tous les deux sur les rotules à cause de notre estomac ! Il semblait aussi avoir faim, même si je doute qu’il mange autant que moi ! Je me mis finalement en position, puis criait le départ ! J’entendais mon ami rire derrière moi à mesure qu’il se rapprochait puis me dépassait, avant de me faire un signe de main pour ne narguer, s’étant visiblement pris au jeu ! Soit, je me vengerais ! Je sais pas comment, mais j’le ferais ! Je continuais à courir, voyant déjà au loin la mer et donc notre premier tournant. Puisque mon challenger était un logia volant, il prit le tournant sur la largeur, passant au-dessus de l’eau avant de rejoindre la terre ferme, c’était ma chance de gagner du temps !

Je trichais légèrement en tournant un peu avant, pour gagner quelques secondes et c’est pile à ce moment-là que je me pris un piaf dans l’œil ! Je frottai le plus rapidement possible mon œil mais ça me suffit pour me prendre une branche en pleine tête ! Et merde, y manquait plus que la racine dans le sol ! Fallait pas que je me plante sinon le vainqueur serait vite décidé ! Je gardais ma main sur ma tête, à frotter la zone endolorie et je ne pouvais que constater l’avance faramineuse de mon adversaire du moment ! Punaise avoir un logia c’était pas du jeu ! J’essayais de réfléchir à un truc pour renverser la tendance mais y avait rien ! Que de l’eau et des arbres ! C’est alors que je me souvenais du moment où j’avais rencontré Caligo.

Il s’était heurté à ma main, ça l’avait stoppé net ! Et si j’essayais avec des arbres ?! De toute façon c’est pas comme si ça allait lui faire mal ! Courant toujours mais commençant à perdre haleine, je tentais une dernière fourberie, j’arrachais un morceau d’un arbre qui s’apparentait pour moi à une branche mais qui, pour les modèles réduits, était bien plus gros, et je la lançais le plus loin possible ! Sans que je m’en sois rendu compte, on était presque arrivé en fait, du coup mon petit coup de pute allait soit fonctionner et me laisser gagner, soit mister brouillard s’en rendrait compte et il l’éviterait. Quoi qu’il en soit, je continuais jusqu’à arriver de nouveau à côté de ma branche voilà qu’on était déjà revenu à la ville !

Maintenant hors d’haleine, je m’écroulais juste un peu plus loin alors que je voyais arriver mon compagnon. J’essayais alors de lui demander…

« Ha… Ha… Ha… Alors ? … Qui a gagné ?! … J’ai pas fais gaffe ! … J’ai réussi à te ralentir ou pas ? »



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Lun 19 Juin - 22:48

Yamakiro CaligoBandit
avatar

Messages : 346

Navigation
Doriki:
840/0  (840/0)
Fruit du Démon: Kiri kiri no Mi


Vous avez dit inhospitalier?


(Troublemake) ▽ You’re a troublemaker (You’re a troublemaker). You ain't nothing but a troublemaker girl. You had me hooked again from the minute you sat down. The way you bite your lip got my head spinnin’ around. After a drink or two, I was putty in your hands. I don’t know if I have the strength to stand
Tu ne t’étais pas entendu à ce qu’aujourd’hui soit si plein de surprise. Première rencontre avec un géant, suivit de ses mésaventures et maintenant tu rencontrais un autre géant qui, lui, était complétement ivre. Combien de litre d’alcool avait-il bu pour être dans cet état, sérieusement?! Tu ignorais tout du métabolisme des géants et ta curiosité était maintenant piquée. Bien sûr, par précaution, tu ne poserais pas de questions à ce sujet à Grigory. Après tout, tu voulais respecter sa vie privée et ne pas y empiéter. Comment réagirait-il à tes questions intrusives?

Mais cela n’avait pas d’importance pour le moment, puisque les choses promettaient d’être des plus intéressantes! En effet, Grigory avait proposé une course. Encore une chance que tu savais voler, sinon tu savais que tu n’aurais jamais pu tenir le rythme face au géant. Déjà que tu n’étais pas le plus sportif des hommes, alors courir contre lui? Tu aurais perdu de façon mémorable oui! Mais en tant que Logia de brouillard, oui tu acceptais. Lorsque le gentil géant donna son signale, tu parvins même à le dépasser à un moment, ne pouvant t’empêcher de sourire. Quels gamins vous étiez en ce moment! Qu’importe ce que les gens pouvaient penser de vous, vous étiez libre de leur jugement.

Tu aperçus aisément la mer, cette endroit qui serait votre premier tournant et passa par-dessus l’eau. Le bruit des vagues te fit plaisir, l’odeur marine aussi. Ton tournant large, cependant, offrit une chance à ton adversaire de te doubler. Mais du coin de l’œil, tu le vis simplement se mettre à se frotter l’œil. Tu haussas un sourcil, te demandant bien ce qui avait pu arriver. Un cil dans l’œil? Peut-être bien. Il faudrait que tu lui demande plus tard. Mais tu gardas ton avance, le perdant de vue. Cela ne t’empêcha pourtant pas d’entendre des bruits étranges, te faisant te demander si le géant allait bien. Après toutes ses mésaventures, peut-être devrais-tu le garder à l’œil?

Mais quelque chose capta ton attention; un bruit comme si on arrachait quelque chose. Une ombre te passa au-dessus, te forçant à figer par réflexe. Un morceau d’arbre, à première vue, te passa par-dessus la tête. Mais quoi??? S’était quoi ça? Tu ne restas cependant pas figer à te poser des questions et repris la course. Tu rejoignis Grigory, flottant doucement au-dessus de lui alors qu’il était hors d’haleine. Toi aussi tu te sentais épuisé et te posas sur une branche pour te remettre de cette course. Tu secouas la tête doucement, souriant.

- « Aucune idée, je n’ai pas payé attention après avoir vu un arbre tenter de voler… »

Inutile de dire que tu savais que ce cadeau venait de lui, mais ne lui en tenait pas rigueur. Ça aurait été ridicule après tout.

- « En effet, tu as réussi à me ralentir, j’ai dû me figer! »

Tu rigolas doucement.

(c) AMIANTE


_________________

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Mar 20 Juin - 16:13

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 348

Navigation
Doriki:
632/6000  (632/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Ingrédients


pour une


soirée


réussie !




J’en pouvais plus ! J’essayais de reprendre mon souffle et de calmer les battements de mon cœur mais l’énergie déployée d’un coup associée à ma faim me faisait prendre plus de temps que d’habitude. J’avais quand même tenté d’articuler quelque chose à Caligo mais maintenant je préférais attendre que ma respiration retourne à la normale ! Je l’écoutais alors me répondre, apprenant que lui non plus ne savait pas qui avait gagné. C’est con, on a réussi à faire une course sans gagnants ! Ça manqua pas de me faire rire, ma cage thoracique se soulevant irrégulièrement alors que je récupérais encore. Je posais mes yeux sur mon ami, riant avec lui une nouvelle fois lorsqu’il me dit qu’il avait dû se stopper.

« Ouahaha ! Ouahahahaha ! On a même pas été foutu de savoir qui a gagné ! Au moins j’pourrais m’vanter d’avoir figé un logia qui pourtant n’avait rien à craindre ! Ouhahahaha ! »

Il semblait garder de bons réflexes malgré son intangibilité. J’savais pas vraiment comment ces fruits marchaient mais pour moi ils rendaient en tout temps intouchable alors je m’imaginais qu’il n’aurait pas dévié de sa trajectoire d’un iota. Et bien j’avais eu tort visiblement ! Depuis mon arrivée, une chose était sûre : ce modèle réduit n’avait pas arrêté de m’étonner ! Je me redressais, mon ventre se faisant une nouvelle fois entendre. Je lui demandais s’il pouvait payer une visite aux villageois de toute à l’heure pendant que moi j’irais chercher ma viande. On n’avait qu’à se donner rendez-vous ici même, à l’orée de la forêt. Je ferais un feu et s’il voulait autre chose que d’la bidoche, il allait falloir qu’il prenne ce qu’il souhaite manger !

Mince, j’en oubliais l’alcool ! Comment est-ce qu’on allait faire ? J’connaisses pas vraiment les bars dans le coin alors je lui posais donc la question. Un bon repas, ça ne se fait pas sans au moins un minimum d’alcool ! Je blaguais ensuite sur le fait qu’en général les géants avaient plutôt une bonne descente et que de toute façon j’allais pas me bourrer la gueule pour ressembler à celui que j’avais déménagé ! Après qu’il m’ait répondu, on partit donc chacun de son côté, comme convenu. Je parcourais une nouvelle fois le chemin m’amenant jusqu’à la boucherie. Sur le chemin, je m’imaginais déjà la viande que je mettrais à griller au-dessus des flammes… J’en bavais d’avance ! Ho ! Lorsque j’arrivais enfin, devinez qui est-ce que j’aperçu ?

Mais oui c’était l’horrible humaine que j’avais balancé dans le port ! Ses cheveux dégoulinaient encore ! Hooooo et en plus elle tirait son crétin de mari, celui qui avait osé me défier, dans un chariot derrière elle ! Si c’était pas mignon tout plein ! Alors que son visage se figeait, je me contentais de lui tirer la langue avant de frapper à la porte du paradis, heu, je voulais dire, de la boucherie. Le même homme que tout à l’heure ouvrit la porte, tirant un large sourire, sans doute parce qu’il allait certainement renflouer ses caisses grâce à moi. Je lui donnais son dû, puis moi aussi je me mis à sourire lorsque je revis mon cher petit sac ! Ça c’est fait ! Bon et maintenant, qu’est-ce que j’avais encore conclu par rapport à la boisson avec Caligo moi ?

Ah oui ! Chacun prendrait un peu dans quelques bars, comme ça y aurait certainement de la qualité dans le lot ! Je me mis donc en chasse d’un premier bar, de plus en plus impatient à la pensée de mon souper ! A partir de là, le temps passa très vite, j’avais enchainé quelques établissements avant de retomber, comme par hasard, sur mon compagnon du jour ! Décidément ! Lui décochant un clin d’œil, mes dents se dessinèrent une nouvelle fois lorsque je lui demandais :

« Alors ?! "La chasse" fut bonne ? »



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Georges Saati, vous avez raison mais ...
» [Inutile] Qu'est ce que vous avez fait hier ?
» Si vous avez du temps à perdre :)
» Vous avez dit couleurs primaires ?
» Vous avez lu l'histoire de Jessie James? - Clyde's links

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Jaya-