AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Message
MessageSujet: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Jeu 23 Mar - 9:57

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Vous avez



dit



inhospitalier?



Voilà Une fois n’était pas coutume, j’avais posé le pied sur une île au fonctionnement bien étrange. Seul des navires pirates amarrés au port, aucun marine, aucune de leur base à l’horizon, aucun roi ni gouvernement n’ayant de quartiers ici. Je le sais, j’ai vérifié moi-même ! Un panneau donnait le nom de ce bout de terre : Jaya. Quelqu’un qui avait barré le « J » et mit « pirat- » à la place. Il ne fallait pas être un génie pour comprendre la suite… Un peu mal à l’aise, j’avais donc exploré l’île, évitant soigneusement le centre-ville. De manière générale, les humains qui voyageaient sous pavillon noir avaient soit peur en me voyant, soit envie de se battre contre moi mais j’avais remarqué que plus ils étaient nombreux, moins ils étaient intimidés (ou au plus ils se croyaient forts, au choix).

Il valait mieux que je prenne mes précautions de toute façon ! Si ça tombe, peut-être y avait-il des brutes qui s’étaient auto-proclamés maitre de l’île. J’avais déjà croisés des marines capables de me capturer alors je restais prudent. Continuant ma route, je traversais maintenant une jungle. Mon ventre commençait à remuer, signe que je devrais bientôt me trouver à manger, d’une façon ou d’une autre. Observant la nature qui m’entourait, je remarquais quelque chose d’assez grand au travers des arbres. On aurait dit une matière qui se dressait dans les airs, faisant plus ou moins ma taille. Ma curiosité reprenant le dessus, je me dirigeais dans cette direction. Une fois arrivé aux derniers arbres je me stoppais net. Un type avait construit sa maison là et il avait aussi dressé une grande surface que je devinais maintenant être du carton.

Il n’y avait pas de couleurs, peut-être que le côté face à la mer était peint mais impossible de la savoir. Ça ressemblait vaguement à un château. Peut-être que la personne vivant là était nostalgique du passé ? Les pirates n’avaient pas dû investir le paysage depuis longtemps, j’imagine. Je me rapprochai mais ne vit personne, dommage. J’aurais bien voulu discuter un peu ! Peut-être que c’était la seule habitation n’abritant pas un pirate ? Soupirant, je me faisais à l’idée que je devrais bien aller faire un tour vers le centre-ville. Si je devais m’amuser à chasser des animaux aussi petits j’en aurais pour des jours ! Les restaurateurs et les taverniers avaient certainement de la réserve, il fallait juste prier pour qu’ils soient plus sympathiques que le pirate de base…

Trainant un peu les pieds, je rebroussais donc chemin, réempruntant la route que je m’étais créé en passant une première fois. Ben oui, un géant qui marche, ça laisse des traces ! Au moins ça m’évitait de tourner en rond ou de me perdre ! Concentré sur ma destination, un bruit étrange me fit tourner la tête. J’étais au beau milieu de la jungle, ça ne faisait que quelques minutes que je marchais. Y avait-il quelqu’un d’autre ? J’attendais, immobile. Je vis passer à côté de moi une nuée d’oiseaux bizarres, qui gardaient constamment la tête tournée dans une direction. C’était leur cri qui faisait ce bruit étrange. Ils semblaient énervés et derrière eux un troupeau de divers insectes et animaux les suivaient. J’avais d’abord pensé qu’ils étaient poursuivis mais non… On aurait vraiment dit que les piafs menaient la dance !

Alors là ! Je ne pouvais pas ne pas les suivre ! J’étais trop curieux pour laisser filer cette occasion ! J’attendais que toute « l’armée » de la forêt passe et je les suivais ensuite, le plus discrètement possible. J’avais pas envie qu’ils se retournent contre moi après tout ! Je riais intérieurement, j’avais hâte de découvrir la cause de tout ce ramdam ! Souriant de toutes mes dents, j’approchais finalement du but, le vacarme causé par les animaux s’amplifiant à chacun de mes pas. Je m’accroupis ensuite et me cacha du mieux que je pus derrière un arbre. Je fis dépasser ma tête pour voir qui ou quoi était la cause de la fureur de la jungle et pour toute réponse je ne vis qu’un homme. Il était seul et cueillait des fleurs. Il ne semblait pas avoir peur des bêtes lui fonçant dessus et ne leur prêtait aucune attention.

Il était dos à moi, je ne savais pas qui s’était mais je me demandais comment il allait pouvoir se sortir de cette situation. C’est alors que je vis un sanglier plutôt costaud pour l’échelle humaine foncer sur lui. L’inconnu ne bougea pas et l’animal lui passa dessus. Du moins, c’est ce que je crû quelques instants avant de voir une brume à la place du type accroupi. Elle se reforma ensuite et le mec réapparu, reprenant ce qu’il faisait mais tout comme moi, il se rendit compte que c’était impossible. En le chargeant, la bestiole avait détruit toute la flore, aucune fleur n’était encore intacte. Le modèle réduit s’énerva alors d’un seul coup, enveloppant toute la zone de brouillard. Surpris, je manquais de tomber à la renverse mais je me rattrapais in-extremis. C’est alors que je sentis quelque chose se heurter au bras que je venais de poser.

J’entendis très clairement un juron. Je ne l’avais pas fait exprès mais j’étais tombé de travers, je n’étais donc plus derrière ma cachette mais entre deux arbres. L’humain avait peut-être voulu s’enfuir via la route où je me trouvais, manque de bol pour lui, je prenais de la place ! Un peu mal à l’aise, je le voyais maintenant poser ses yeux sur moi. Bordel, il avait un visage pas commun ! Des yeux noirs et rouges, des piercings, le crâne rasé par endroit ! Je ne savais plus maintenant comment réagir alors je lâchais les premiers mots qui me vinrent à l’esprit !

« Ha ! Heu… Désolé, j’ai pas fait exprès ! Heu… Sympa ton pouvoir mais un peu surprenant ! »


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Ven 24 Mar - 18:50

Yamakiro CaligoBandit
avatar

Messages : 448

Navigation
Doriki:
1352/6000  (1352/6000)
Fruit du Démon: Kiri kiri no Mi


Vous avez dit inhospitalier?


(Troublemake) ▽ You’re a troublemaker (You’re a troublemaker). You ain't nothing but a troublemaker girl. You had me hooked again from the minute you sat down. The way you bite your lip got my head spinnin’ around. After a drink or two, I was putty in your hands. I don’t know if I have the strength to stand
Jaya, une île que tu avais rarement visitée, malgré sa flore locale des plus intéressantes ! Mais, bien sûr, tu y avais mis le pied à quelques reprises pour cueillir quelques fleurs médicinales. Depuis que tu avais maintenant ton île, tu avais d'ailleurs entrepris de récolter le plus de graines possible pour ainsi les cultiver toi-même. Avoir tes propres cultures t’éviterait ainsi de devoir te déplacer d'île en île, risquant l'épuisement et donc la noyade ou de croiser les marines. Sans doute pire que la noyade...

Jaya, cet endroit avait toujours su piquer ta curiosité. Voir tous ces navires pirates amarrés à quai sans qu'il n'y ait d'échange de tirs de canon, sans abordage ou autres futilité t'amusait quelque part. Parfois tu t'étonnais que les pirates parviennent à se supporter sans se taper dessus, car parfois tu avais l'impression que dans leurs gènes était inscrit le besoin de se taper mutuellement dessus. Peut-être pour cela que tu n'avais pas suivi la voie de la piraterie, mais plutôt de la criminalité. Plus tranquille, moins à la vue des marines qui se préoccupaient plutôt des grosses têtes.

Avec ton fruit, tu ne risquais pas grand-chose, les bêtes et autres créatures qui voudraient t'attaquer te passeraient littéralement au travers. C'est pour cela que tu ne te préoccupais absolument pas de ton entourage, restant au contraire, concentré sur le sol et les plantes que tu voyais. Tu avais appris à identifier les bonnes plantes, des mauvaises plantes de Jaya. Bien que l'île soit principalement peupler d'êtres peu recommandables, tu n'avais pour le moment jamais eu de problème avec eux. Une chance d'ailleurs! Tu ne t'imaginais pas avoir tout un équipage pirate à tes trousses, ou d'autres bandits qui voudraient ta peau ou autre chose.

La seule chose que tu n'avais pas à craindre était la marine naturellement. Elle n'était pas ici, ils ne possédaient aucune base dans les alentours. Le coin parfait pour pirates et bandits! Tu te disais d'ailleurs que, sans aucun doute, s'ils étaient ici tu aurais beaucoup de mal à récolter des plantes. Comme aujourd'hui par exemple. Agenouillé, tu récoltais des fleurs. Tu avais déjà mise des graines dans tes poches, pour les planter une fois de retour sur ton île, mais tu ne voulais pas attendre qu'elles poussent. Il t'en fallait donc déjà en état de fleuraison comme celles que tu cueillais en ce moment.

Tu avais de la chance de t'être souvenu d'à quel moment le temps de la cueillette était ici, parce que sinon tu les aurais manqué! Déjà, elles semblaient vouloir commencer à se faner par endroit sur la plaine et tu n'aimais pas trop cela. Exigeant avec les plantes que tu récoltais, tu t'étais alors mis à les choisir minutieusement. Durant tout ce temps, à aucun moment avais-tu eu l'impression d'être observé et en danger encore moins.

C'est pour ça que tu fus surprit lorsqu'un sanglier, ou une bestiole y ressemblant, te passa au-travers. Pour le coup tu ne t'y attendais pas, mais remercias tes réflexes naturels sur ton fruit. Or, lorsque tu te recomposas, tu ne pus qu'être le témoin du carnage que la bête avait fait sur les fleurs et tu te mis en colère pour une des rares fois de ta vie. Chose naturelle, quand l'on savait que tu aurais à attendre un long moment avant de ravoir de ces fleurs car tu devrais les planter.

Tu enveloppas toute la zone de brouillard, pour ainsi cacher la vue aux bestioles des alentours, ne voulant pas détruire d'avantage ce qui restait de flore et pris la fuite. Bien sûr, s'était ridicule, tu pourrais très bien faire la peau à ce cochon sauvage, sauf que tu n'aimais pas particulièrement la viande. Même que tu détestais cela, préférant de loin le poisson et les légumes, fruits, autre chose que la viande. Pas que tu fus dégoûter du sang ou de tuer un être vivant, mais la faute revenait sans doute à la texture ou à l'odeur.

Alors que tu partais enfin, tu percutas quelque chose, assez fort pour tomber à la renverse. Tu t’étalas sur le dos, légèrement sonné. Bon sang, il n’y avait pas d’arbre là pourtant auparavant?! Est-ce que l’île abritait aussi des arbres pouvant se déplacer? Parce que si tel était le cas, tu commencerais sérieusement à te demander si tu ne récoltais pas une sorte d’herbe pas très saine pour ta santé mentale. T’assoyant finalement, frottant ta tête tu entendis une voix qui te fit redresser la tête et tu n’en crus pas tes yeux.

Mais bordel! Cet homme faisait quelle taille? Tu le regardas, non pas effrayé, mais surprit, presque fasciné par sa taille. Tu lui souris finalement, secouant la tête amusé.

- "Ce n'est rien, j'aurais mieux dû regarder où j'allais. Merci, et ta taille est fascinante. C'est de naissance ou cela vient d'un FDD ?"

(c) AMIANTE


_________________

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Sam 25 Mar - 15:32

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Des rires et



des gaffes




Au départ je pensais avoir fait une gaffe de plus dans ma journée. C’est vrai après tout, je le connais pas ce type ! Il venait de balancer un écran de brouillard bien épais juste devant moi, qui me dis qu’en me mettant sur son chemin, je n’ajouterais pas à sa colère ? A la limite s’il n’avait pas de pouvoir particulier, je me serais moins posé la question. Que pouvait bien faire un simple humain qui fuit à toute jambes un sanglier contre moi ? Mais ici c’était pas pareil, il semblait détenir un fruit logia, puisqu’il fonctionne un peu de la même façon que celui d’Ace. Il pouvait donc très bien me donner du fil à retordre si on en venait aux mains, bien que ce soit une éventualité que je préférais mettre de côté.

A la base, je ne suis pas une brute, j’ai appris à me battre pour me défendre et pour survivre, pas pour taper gratuitement sur la gueule de mes voisins, aussi petits soient-ils. Et puis, se taper dessus n’amène que des emmerdes généralement ! Inutile d’en passer par là, j’avais bien d’autres choses à découvrir et à faire plutôt que de perdre mon temps à ça ! De toute façon mes appréhensions s’envolèrent aussi rapidement qu’elles étaient arrivées : plutôt que de m’engueuler, comme l’avait fait une femme aux cheveux roses que j’avais déjà croisé, cet inconnu posa sur moi un regard que je connaissais bien : après l’étonnement vint l’admiration. Ouf, tant mieux ! En plus il commençait par s’exprimer poliment et en me remerciant sur mon commentaire maladroit.

C’était peut-être maladroit mais j’étais sincère, c’est clair ! Son fruit était impressionnant pour tout qui l’observerait la première fois ! Le voilà même qui me souriait… J’en viendrais presque à regretter d’avoir pensé qu’il puisse m’en vouloir si ça continuait ! Pour finir, il me posa une question, liée à ma taille. Si y avait bien une chose que j’aimais c’était cette admiration à mon égard, sauf quand bien sur ça allait dans l’excès, genre des gens qui veulent que je travaille pour eux tout en étant leur prisonnier. Quand finirais-je de casser du sucre sur le dos de cette sympathique Marine ? Jamais, je crois, y m’ont trop fais chier pour ça ! Quoi qu’il en soit, je rendais son sourire au modèle réduit devant moi et m’empressait de lui répondre.

« Ho non, je fais partie de la race des géants, tout simplement ! Ouhahahaha ! C’est la première fois que tu en vois un, j’me trompe ? »

Je ricanais, tout sourire. J’avais un bon feeling avec cet humain-là, je ne savais pas pourquoi. Ça me rappelait un peu ma rencontre avec Ace même si c’était impossible qu’il soit aussi chiant que lui ! Un vrai professionnel qu’il était mais il avait aussi une gentillesse à toute épreuve… Ça me donnerait presque envie de le revoir ! Enfin… Je me rendis subitement compte que je n’avais même pas dit mon nom à mon compagnon de bavardage. J’allais rectifier le tir mais un cri bizarre perça la masse nuageuse, c’était le même que tout à l’heure, j’en déduisait donc que c’était toujours le même piaf qui n’avait pas dit son dernier mot. Si on restait là on allait devoir la gagner, notre tranquillité ! Je jetais un regard à l’homme-brouillard, attendant de voir ce que, lui, déciderait.

J’avais pas de préférence en fait : j’avais autant la flemme de fuir que de devoir faire face à une bande d’animaux énervés ! Mais je doute que ces pauvres bêtes sachent à qui elles avaient à faire ! De toute façon il allait faire un choix rapidement parce que je pense qu’à cause de mon rire, elles ont compris dans quelle direction aller pour nous retrouver… Quand je vous dit que j’suis du genre gaffeur !



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Lun 27 Mar - 18:19

Yamakiro CaligoBandit
avatar

Messages : 448

Navigation
Doriki:
1352/6000  (1352/6000)
Fruit du Démon: Kiri kiri no Mi


Vous avez dit inhospitalier?


(Troublemake) ▽ You’re a troublemaker (You’re a troublemaker). You ain't nothing but a troublemaker girl. You had me hooked again from the minute you sat down. The way you bite your lip got my head spinnin’ around. After a drink or two, I was putty in your hands. I don’t know if I have the strength to stand
Tu avais cru, au départ, que ta journée serait des plus banales et ordinaire, que rien ne viendrait te surprendre. Mais, bien sûr, tu aurais dû t'attendre à ce que rien ne se passerait ainsi. D'abord il y avait eut cette saloperie qui avait tué toutes les fleurs que tu avais voulu cueillir - une chance encore que tu avais les graines - et maintenant tu percutais un homme si grand... que tu avais du mal à croire qu'il puisse être réel. Est-ce qu'un être vivant pouvait réellement être aussi grand? Tu te le demandais réellement. Ce dernier avait semblé, peut-être, inquiet de comment tu réagirais après l'avoir percuté? Cela avait été ton impression.

Tu ne t'inquiétais pas d'une possible confrontation, tu fuirais bien avant qu'il ne tente de te toucher. Tu ne désirais pas le moindrement combattre de toute façon. Certes, tu voulais performer tes techniques offensives, mais faire face à un tel être pur commencer semblait être pure folie. De toute façon, cet inconnu ne t'avais absolument rien fait alors tu n'avais pas de raison de t'attaquer à lui pour le moment. S'il se montrait violent envers toi l'on verrait alors quoi faire, si tu fuyais comme à ton habitude ou si tu combattrais. Tu n'étais pas de nature combattante, ton corps et ton fruit en étant la preuve. Tu n'aimais pas cela, tout du moins pas tant que l'on t'y forçait.

Mine de rien, tu avais été agréablement surprit lorsque l'inconnu t'avait dit que ton fruit était sympa, bien que surprenant. Tu n'y avais pas l'habitude, surtout que tu avais souvent - voir toujours - cru qu'il était extrêmement faible. Voir le plus faible logia. Mise à part son utilité stratégique et défensive, il n'avait aucune utilité offensive ou presque. Tu n'avais pas encore eu la chance de tester ton fruit sur le plan offensif, mais peut-être te surprendrait-il?

Tu lui avait posé une question par rapport à sa taille, et l'homme gigantesque te sourit en retour. Peut-être que tout le monde le lui demandait lorsqu'ils le voyaient? Il se dépêcha d'ailleurs de te répondre. Tu fus d'ailleurs surprit par celle-ci, ne t'attendant pas à rencontrer un géant.

- "En effet, c'est la première fois que je rencontre un géant. J'avais entendu parler ta race, mais jamais rencontré. C'est fascinant!

Tu le pensais réellement. Tu avais aussi une bonne impression du géant. Il ne semblait pas mauvais, ni méchant. Il n'avait montré aucun signe d'hostilité à ton égard, chose que tu appréciais. Tu avais quelques affiches de recherches à ton nom et toutes tes rencontres ne donnaient pas dans la joie et la bonne humeur. L'appel du gain semblant attirer bien des gens. Mais ce dernier ne semblait pas intéressé par ta récompense. Oui, pour une fois tu sentais bien cette rencontre!

- "Je ne me suis pas encore présenté; je m'appelle Yamakiro Caligo ! Médecin au noir..." Tu rigolas doucement. " Il en faut bien un pour soigner bandits et pirates!"

Mais un cri étrange dans les nuages te fit redresser la tête. Décidément, il y avait encore des bestioles pour te faire chier? Après avoir détruit les fleurs que tu voulais récolter, voilà qu'ils voulaient en plus te trouer la peau? Malheureusement pour eux, leurs atouts seraient inutiles contre toi. Tu ignorais quoi faire pour le coup, mais leur faire la peau pourrait faire un excellent entraînement. Tu levas finalement la tête vers le géant et eux un léger sourire.

- "Ils ne nous laisseront certainement pas tranquille, il vaut peut-être mieux les confronter. Cela ferais aussi une sorte d'entraînement intéressant face à ces bestiaux..."
(c) AMIANTE


_________________

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Mar 28 Mar - 16:48

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Quelques



claques plus



tard...




On était à nouveau en train de s’observer mutuellement. La première fois c’était sous le coup de la surprise, ne sachant sans doute ni l’un, ni l’autre, comment réagir. Cette fois par contre, c’était plutôt sous le coup de la complicité, comme quoi l’imminence d’un affrontement soude même différentes races entre elles. J’attendais donc une réponse de l’humain que je venais à peine de rencontrer et voilà que la sentence tombait : ces animaux allaient bientôt savoir de quel bois on s’chauffe ! L’heure n’était plus à la discussion pour l’instant, même si j’avais encore à me présenter correctement et à lui poser une question en lien avec les derniers mots qu’il m’avait dit. Je me penchai donc sans attendre vers l’avant, en direction du brouillard.

Mes mains bien à plat sur le sol j’exécutais une technique qui ne manquerait pas d’étonner le modèle réduit à côté de moi ! Après tout, il ne savait pas que je possédais moi-même un fruit du démon ! Tout sourire, la terre commença à serpenter autour de mes mains puis elle remonta le long de mes bras et de mon corps pour le couvrir entièrement d’une couche de terre lisse de quelques centimètres. Tout cela me fit perdre du temps à rester immobile, mais j’avais besoin de matière et c’était autre chose que de créer des golems. Tout ça ne serait pas inutile pour autant ! La matière que j’avais prise à la terre avait créer une cuve impressionnante devant moi ce qui ferait une arène parfaite pour me dépenser.

Muni de ma pseudo armure, les premiers animaux arrivèrent à ma rencontre, attirés maintenant par le mouvement du sol. Certains restèrent figés. Il fallait dire que j’avais modelée mon armure comme je modèle mes golems : j’aimais donner un style tout particulier à ma réalisation ! Le masque couvrant mon visage me donnait un air sans doute effrayant pour ces pauvres bêtes. Des oiseaux vaillants vinrent tout de même me picorer le front alors que le sanglier de tout à l’heure fonçait vers moi. Avait-il compris qu’il ne vaudrait rien face à l’autre et son logia ? Toujours est-il que je me fis une joie de le balayer d’un mouvement de bras, profitant de ne rien sentir momentanément des attaques aériennes qui m’étaient destinées.

Par curiosité, je trainais mon regard sur ma gauche, observant comment se débrouillait l’homme à côté de moi mais je n’en eu pas l’occasion. L’association du brouillard qu’il manipulait et d’autres animaux fondant sur moi eurent raison de ma curiosité, il ne fallait pas que je sous-estime le bétail, il était en surnombre ! A nouveau concentré, ce combat me parut extrêmement court, tout s’était passé à une vitesse folle ! J’avais du écraser des cafards, repousser quelques ours, donner une bonne leçons aux satanés volatiles qui avaient presque entièrement picoré mon visage et enfin cette folie vengeresse sembla s’apaiser. Ou plutôt, ils commencèrent enfin à avoir peur de nous ! Les assaillants désertant finalement les lieux, on put enfin se poser, Caligo et moi (puisque maintenant je connaissais son nom).

M’adossant à un arbre, je mettais mes mains derrière ma tête et lâchait finalement une réplique cinglante à l’adresse de ceux qui nous avaient dérangés un peu plus tôt avant de reparler enfin avec ce fameux médecin « au noir » !

« Bon débarras ! Héhéhé ! Bon, où est-ce qu’on en était ?! Ha oui ! D’abord, te dire mon nom, c’est la moindre des choses ! Moi c’est Grigory ! Ravi d’te rencontrer, Caligo ! Alors comme ça tu soignes les hors-la-loi ? J’imagine que les « bleus-blancs-chiants » doivent pas te porter dans leur cœur ? »

Fier du surnom que je venais d’inventer pour parler de la Marine, je riais une nouvelle fois avant de continuer avec l’autre question qui m’était venue en tête avant de devoir faire face à l’attaque des évadés du zoo.

« Et, au fait, t’as parlé d’un entrainement avant qu’on se fritte, ça veut dire que t’as mangé ton fruit y a pas longtemps ? »





HRP : Au cas où, son armure ressemble à celle-ci (il donne d'ailleurs la même forme à ses golems).
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Sam 1 Avr - 21:41

Yamakiro CaligoBandit
avatar

Messages : 448

Navigation
Doriki:
1352/6000  (1352/6000)
Fruit du Démon: Kiri kiri no Mi


Vous avez dit inhospitalier?


(Troublemake) ▽ You’re a troublemaker (You’re a troublemaker). You ain't nothing but a troublemaker girl. You had me hooked again from the minute you sat down. The way you bite your lip got my head spinnin’ around. After a drink or two, I was putty in your hands. I don’t know if I have the strength to stand
Les présentations officielles n'étaient même pas complétées que vous vous lanciez ensemble dans ce qui serait clairement un combat en tant qu'alliés, partenaires contre ces bêtes qui vous cherchaient. Vous vous étiez de nouveau observé durant un moment, mais pas de la même façon que la première fois. Non, cette fois avec complicité face à cette alliance de dernière heure, cette opportunité que vous n'aviez pas laissé passé. de toute façon, ça ne serait pas à tos les jours que vous rencontrerez quelqu'un comme l'autre. Peut-être même que vous ne vous verriez plus, même si quelque part tu espérais sincèrement le revoir. Ce géant piquait positivement ta curiosité, même si tu ne connaissais pas encore son nom.

Or, il faudrait remettre cela, car en plein combat ça ne serait certainement pas le meilleur moment. Tu tendis les mains vers vos adversaires et produisit du brouillard leur masquer a vue, pour les empêcher de vous voir, mais vous vous saviez qu'ils étaient dans le brouillard! À côté de toi, l'inconnu de grande taille se pencha jusqu'à poser ses mains aux sols; tu te demandas ce qu'il était en train de faire jusqu'à ce que la terre se mette à serpenter autour de ses mains, remontant sur ses bras. Pour le coup, tu le regardas plus qu'étonné. Ainsi, ton homologue possédait lui aussi un fruit du démon, mais lié à la terre dans son cas! Dire que tu étais surpris serait trop faible pour décrire ton étonnement. Tu regardas la terre recouvrir entièrement son corps de quelques centimètres. Tu ne comprenais pas réellement de quel fruit il s'agissait sur le coup; il en existait tellement!

Laissant ton allié du moment se préparer à se battre, tu sortis ton scalpel et changeas le bas de ton corps en brouillard avant de t'élancer pour plonger dans ton brouillard. Tu localisas rapidement une première cible, et vif, passas derrière elle pour planter ta lame à la base de son crâne, tranchant net la moelle épinière. Ta victime tomba au sol, morte à ta satisfaction. Dommage que tu n'aimais pas particulièrement la viande, quel gâchis cela allait être! Bien que d'un autre côté tu n'en avais absolument rien à faire. Les autres pirates, bandits vivants sur l'île allaient peut-être se servir, ou les charognards se ferait un plaisir de nettoyer le carnage que vous ferez. Tu sortis néanmoins de ton brouillard alors que les animaux en sortaient sans que tu ne saches pourquoi. Tu dissipas alors ton attaque, posant ton attention sur le modèle géant.

Ce dernier se débrouillaient bien, mais au vu de sa taille cela ne te surprenais pas; qui parviendrait à tenir tête à un géant? Tu retournas à tes propres adversaires, visant particulièrement la faune aérienne que tu attaquas, usant sur eux de ton Eight vitals points pour en frapper le plus possible dans leurs points vitaux. Ils tombèrent comme des mouches aux sols, mais tu trouvas aussi que cette confrontation avec la faune locale se passa rapidement. Mais tu ne t'en plaindrais pas. Qu'ils fuient autant qu'ils le veuillent, ils n'auraient pas votre peau même s'ils revenaient plus nombreux. Tu te posas de nouveau au sol, prêt du géant et le regardas. Il ne te sembla pas blessé, ou tout du moins il n'avait pas de blessure visible pour toi. Tu te laissas choir au sol, profitant du soleil contre toi. Tu redressas la tête lorsque le géant lâcha une réplique cinglante à vos agresseurs et souris face à cela.

- "Enchanté Grigory! En effet, ils ne m'apprécient pas trop, mais je fais normalement gaffe à ne pas me frotter à eux sauf si je n'ai pas le choix. Je n'ai pas une immense prime sur ma tête, donc je suis plutôt tranquille."

Pour le moment tout du moins ta prime n'était pas très élevée, mais elle augmentera peut-être un de ces jours. Tu rigolas doucement quand il demanda si ça ne faisait pas longtemps que tu avais mangé ton fruit.

- "Presque vingt ans, je l'ai dévoré à 12 ans par accident; je ne savais pas de quoi il s'agissait... Mais je n'ai jamais entraîné mon fruit du point de vu de l'attaque, plutôt défensivement. Je ne suis pas taillé pour être combattant, donc je n'y ai jamais porté importance jusqu'à plus récemment. J'ai décidé d'explorer son côté offensif. Et toi, tu as mangé le tient récemment?"
(c) AMIANTE


_________________

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Mar 4 Avr - 18:37

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Questions



réponses




Le soulèvement animal ne fit pas long feu. J’veux pas me jeter des fleurs mais avec moi, en même temps, ces bestioles n’avaient pas la moindre chance ! J’avais revêtu une armure mais elle n’aurait même pas été nécessaire ! Qu’auraient-ils pu faire ? Aucune blessure conséquente sur mon énorme corps en tout cas ! Je souriais en m’occupant du dernier mammifère. Au moins ils nous avaient permis, à Caligo et à moi, de nous dépenser un peu ! L’homme dissipa son brouillard alors qu’il s’occupait des derniers piafs rebelles, ceux-là même qui avaient commencé à me picorer le front. Je lui adressais un signe de tête pour le remercier avant que je ne m’assoie contre un arbre. Il fit de même et on put enfin reprendre où nous en étiez avant l’interruption.

Ayant pris l’initiative, j’avais posé deux questions à ce petit humain au look bien spécial avant de me taire pour l’écouter parler. C’était marrant parce que si on ne regardait que le physique, on pourrait croire que c’est un « bad boy », un mec qui vous regarderait dans les yeux e vous tabassant mais le look qu’il se donnait tranchait assez bien avec son caractère… J’étais donc encore plus curieux sur son compte ! Je me demandais bien ce qu’il avait dû vivre pour en arriver à sa situation actuelle ! En tout cas il était également enchanté et il était du genre prudent et prévoyant. J’imagine ! Moi j’avais encore un peu de mal avec la discrétion ! La suite par contre me surpris un peu plus. Je ne pensais pas que ça faisait si longtemps qu’il avait mangé son fruit !

« Vingt ans ! Dingue ! Mais je peux comprendre, après tout c’est un pouvoir logia ton truc. Personne peut t’atteindre c’est ça ? Si j’avais mangé un fruit du même genre j’aurais certainement eu la flemme aussi ! Ouhahaha ! Et puis tant mieux pour ta prime ! Moi j’en ai pas une énorme non plus mais j’ai un problème de taille, littéralement ! Ouhahahahaha ! »

Fier de ma blague, j’en riais tout seul. Reprenant un peu de contenance, je me rappelais qu’il m’avait aussi posé une question. Je lui répondais alors, expliquant que ça faisait plus ou moins 5 ans que je l’avais avalé, sans vraiment m’être rendu compte de ce qu’il offrait. Sur ma lancée, je lui expliquais le contexte autour de cette découverte. J’étais en mer depuis à peine quelques jours, des tempêtes ayant rassis mes provisions. J’avais abordé le premier bateau en vue, à cette époque je n’avais encore que peu de considérations pour les modèles réduits. J’avais pu régler leurs comptes aux pirates et dans la nourriture que j’avais dérobée, un fruit se trouvait là, à l’écart des autres. Je l’avais croqué pensant avoir affaire à une denrée exotique. J’étais loin du compte…

C’est alors que je me rendis compte que je monopolisais vachement le temps de parole ! Mes yeux se baladèrent sur les cadavres d’animaux encore frais. Et les mots qui me vinrent ensuite furent des remerciements pour cette sympathique petite bataille. Moi j’adorais la viande ! Y restait plus qu’à faire un feu et tout ce petit monde fera mon bonheur ! Je cherchais justement des provisions, ça faisait d’une pierre, deux coups comme ça. Il ne me restera plus qu’à aller en ville pour prendre cette fois des réserves en eau et autres liquides. Mon petit bonheur mis à part, je passais finalement la parole en posant de nouvelles questions au médecin assis face à moi.

« Et quoi, c’était une vocation de vouloir soigner les « méchants » ? Et tes yeux, y sont comme ça de naissance ?! Au fait, tu as besoin des carcasses ? Moi ça m’intéresse ! »

Une « avalanche » de questions serait un terme plus adéquat. J’étais comme ça moi, curieux ! Et avec le sourire s’il vous plait !


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Sam 8 Avr - 23:11

Yamakiro CaligoBandit
avatar

Messages : 448

Navigation
Doriki:
1352/6000  (1352/6000)
Fruit du Démon: Kiri kiri no Mi


Vous avez dit inhospitalier?


(Troublemake) ▽ You’re a troublemaker (You’re a troublemaker). You ain't nothing but a troublemaker girl. You had me hooked again from the minute you sat down. The way you bite your lip got my head spinnin’ around. After a drink or two, I was putty in your hands. I don’t know if I have the strength to stand
Décidément, vous étiez venu à bout de l’attaque de la faune locale bien rapidement. Il ne vous avait pas fallu grand temps pour en venir à bout en effet. De toute façon, quelle chance pouvait avoir des animaux face à vous? Avec ton fruit du logia, ils ne pouvaient point t’atteindre et encore moins te toucher, mais aussi, avec le géant ils se feraient rapidement balayer. D’ailleurs, tu l’avais observé se battre et son fruit t’avais fasciné, avait piqué ta curiosité. Mais au vus de comment tu pouvais être curieux envers tout ce qui t’entourait, il n’y avait aucune surprise.

Tu ne t’étais pas inquiété pour lui; sa peau devait être naturellement plus épaisse que la tienne sans parler de l’armure de terre qu’il s’était fait. D’ailleurs, tu ne pouvais que te questionner sur son fruit; était-ce un logia ou un paramecia ? Car pour le moment il avait toutes les propriétés d’un logia à ta connaissance. Si tel était le cas, alors il serait le premier logia que tu rencontrais! Mine de rien, ces fruits étaient plutôt rare et que tu aies pu en manger un – par accident d’ailleurs – restait surprenant. Tu avais néanmoins protégé le colosse des attaques aériennes des oiseaux.

Le géant te remercia d’ailleurs d’un mouvement de tête auquel tu répondis par un sourire. Tu finis néanmoins par te poser alors qu’il s’appuyait contre un arbre. Une chance que ce dernier ne céda pas sous le poids, sinon tu aurais clairement eut un bon éclat de rire – même si cela n’aurait certainement pas été très poli pour le coup. Il te posa d’ailleurs deux questions auxquels tu répondis sans problème; tu n’avais rien à cacher et, de toute façon, ces dernières ne te dérangeaient absolument pas. Tu ne doutais pas aussi que l’autre devait être curieux vis-à-vis de ta personne. Et pas uniquement à cause de ton look.

Tu rigolas de la réaction de ton homologue sur le temps depuis que tu avais mangé ton fruit. En effet, cela faisait bien longtemps déjà et de l’eau avait coulé sous les ponts depuis. Tu ne regrettais pas de l’avoir mangé par accident, il t’avait offert de sérieux atouts, mais aussi la possibilité de virer définitivement de ta vie une épine de ton flanc. Tu rigolas doucement lorsqu’il plaisanta avec sa propre prime et son problème de taille. En effet tu pouvais voir où était le problème de taille.

- « Le Kiri Kiri no Mi est plus un fruit défensif/stratégique, mais il offre quelques possibilité offensives que je suis en train d’expérimenter. »

Naturellement, cela ne ferait certainement qu’attiser encore plus la colère de la marine à ton égard et donc leur volonté de vouloir te mettre de plus en plus souvent la main dessus. Mais tu ne craignais rien pour le moment. Si tu avais su éviter ses membres depuis ces dernières années, aucun doute que tu y parviendrais encore. Et s’il devait y avoir confrontation, la fuite serait ta meilleure amie; qui pourrait te suivre sur l’eau en volant?

Il en rit lui aussi d’ailleurs. À son tour il te raconta comment il avait découvert et mangé son fruit. Tu trouvais que cela ne faisait pas longtemps, mais avant de faire des décennies il faut commencer par les premières années bien sûr. Cela ne te surpris pas qu’il l’eut mangé sans savoir de quoi il s’agissait tu eus même un sourire.

- « J’ai aussi cru à une sorte de fruit exotique lorsque je l’ai découvert dans sa caisse. Je l’ai mangé au complet malgré le mauvais goût de la première bouchée; j’ai toujours détesté gaspiller ce que je mangeais. »

Tu le regardas regarder le corps des animaux. Pour toi ils étaient loin d’être appétissant, toi qui détestais la viande plus que tout. Bien que tu ne pouvais dire non si quelqu’un en cuisinait pour toi, simple question de politesse et de respect. Puis, ton homologue se mit à te poser une multitude de questions, t’arrachant un sourire.

- « Avant j’étais simple médecin, je soignais des patients « normaux » mais après que j’ai dû tuer mon frère je me suis mis au noir. Cela rapporte plus et on se fait des alliés bien intéressant, et des amis plus que bienvenu. » Tu songeas pour le coup à Hunter Vesperine. « Mes yeux sont en effet de naissance. Ils sont uniques à ma famille et j’en suis le dernier descendant. Les carcasses ne m’intéressent pas, je te les laisse volontiers.»

Tu ne pus que sourire face à toutes ses questions, toi qui n'avais pas l'habitude d'en être envahis.

(c) AMIANTE


_________________

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Dim 9 Avr - 14:40

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Soigner,



tuer,



soigner ?




Ça me faisait plaisir de discuter avec cet humain. Je ne comptais pas vraiment les jours mais ça devait bien faire presque une semaine que j’avais rencontré mon sauveur, Ace, avec qui j’avais noué des liens qui ne s’effaceront pas de sitôt ! Trouver quelqu’un avec qui parler franchement, depuis avait été difficile, oui, pas étonnant mais difficile. Je savais bien que ces modèles réduits étaient tous différents, comme moi et les miens ! On avait tous un caractère différent. Avant, j’aurais été du même genre que la pirate eux cheveux roses que j’avais rencontré ; il ne fallait pas venir m’emmerder, les autres ne m’intéressaient pas trop. C’était là l’erreur qui m’a amené à être traité comme un esclave pendant quelques temps.

Voilà pourquoi je cherchais à nouer le contact maintenant. Il y aura toujours une différence entre eux et moi mais cela ne voulait pas dire que ça valait la peine de la jouer en solo. Si je voulais pouvoir continuer à vivre librement il allait falloir que je trouve des gens avec qui faire un bout de chemin, vivre des aventures ! Ne disait-on pas que le nombre faisait la force ? Je mettrais peut-être du temps, mais je savais qu’il fallait que je trouve un équipage ! Amusant comme le destin me forçait au final à côtoyer des modèles réduits qui m’avaient attaqué les premiers ! Il fallait que je me le prouve à moi-même et à Ace ! Je trouverais ma place dans ce vaste monde aux habitants si riquiquis ! Ma curiosité et ma bonne humeur étaient donc au beau fixe en parlant avec ce petit médecin !

Lui aussi semblait content, il souriait et riait de bon cœur avec moi. Il était moins bavard, c’est clair mais je l’intimidais sans doute ! Pas étonnant ! Il semblait aussi solitaire que moi je l’étais, il ne devait pas être habitué à ce qu’on lui pose une tonne de questions, c’était lui qui devait en poser en tant que médecin ! Je prenais donc le soin d’écouter ce qu’il me disait. D’ailleurs tout ce dont il me parlait me donnait envie de continuer à l’écouter ! Il parlait de son pouvoir, de son passé… J’étais d’ailleurs resté scotché quand il m’a lâché tranquillement qu’il avait buté son frère. Si j’avais été en train de boire de l’eau, je l’aurais sans doute recrachée ! A part ça, il n’avait pas tort lorsqu’il parlait de se faire des alliés et des amis. N’était-ce pas ce qu’ils faisaient tous les deux à cet instant ?

Le voyant sourire, je ne pus m’empêcher de rire un peu une fois qu’il se tût. Il m’impressionnait par sa façon d’être après avoir vécu ce qu’il me racontait ! Et puis ça devait pas être facile tous les jours, ça, moi aussi je pouvais le comprendre ! Je continuais ensuite sur ma lancée ne pouvant que poser d’autres questions !

« A première vue, moi aussi j’me demande ce que d’la brume pourrait bien faire d’offensif mais ça reste un fruit du démon, j’suis sûr qu’il y a moyen que tu trouves un truc ! Après tout, moi j’ai aussi trouvé quelques ficelles avec mon fruit plutôt sans surprise ! D’ailleurs c’que t’as vu tout à l’heure c’était même pas la base de mon pouvoir, c’est une technique que j’ai trouvée tout seul ! A l’origine j’ai mangé le fruit du golem, je peux créer des statues « vivantes » si tu préfères. Sauf qu’elles ont pas d’libre arbitre. C’est moi qui suis aux commandes ! »

Pour la peine je lui montrais comment ça fonctionnait en posant ma main sur l’arbre derrière moi, créant un golem pas plus grand qu’un humain pour éviter que la structure de l’arbre ne soit pas trop chamboulée et que je ne tombe pas à la renverse. Je faisais ensuite danser ma nouvelle marionnette à l'air patibulaire devant moi d'une façon ridicule. Il semblait passionné et surtout amusé par ce que je venais de lui révéler, souriant également, je continuais encore mais avec une question ce coup-ci !

« Se faire des alliés et des amis ? J’suis plus que d’accord ! Et… T’as buté ton frère ?! Tu vas sans doute me rembarrer mais… Pourquoi ? »



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Lun 10 Avr - 18:50

Yamakiro CaligoBandit
avatar

Messages : 448

Navigation
Doriki:
1352/6000  (1352/6000)
Fruit du Démon: Kiri kiri no Mi


Vous avez dit inhospitalier?


(Troublemake) ▽ You’re a troublemaker (You’re a troublemaker). You ain't nothing but a troublemaker girl. You had me hooked again from the minute you sat down. The way you bite your lip got my head spinnin’ around. After a drink or two, I was putty in your hands. I don’t know if I have the strength to stand
Tu n’avais pas l’habitude d’être celui qui parlait, celui qui répondait aux questions des autres. Étrangement, d’habitude les gens te parlaient, répondaient aux questions que tu posais ou comblaient le silence que tu leur laissais. Cela faisait étrange que quelqu’un s’intéresse à ton passé, ou à toi tout simplement, mais tu ne t’offusquais pas des questions ni de la curiosité de celui qui les posaient. Elles ne te dérangeaient pas et tu ne voyais nullement de mal à ce qu’elles soient demandées d’ailleurs. Après tout, tu avais aussi les tiennes de ton côté, ne te gênant pas pour les poser.

Tu avais d’ailleurs bien l’impression que ton homologue n’avait pas eue une telle conversation depuis longtemps. Mais s‘il avait eu une histoire avec la Marine, cela ne te surprenait pas. Tu n’aimais pas la Marine, ne la craignais pas non plus et n’avais pas de respect pour elle. Tout du moins, tu n’avais pas encore croisé de ses membres à respecter et la peur était une émotion que tu ne ressentais que rarement depuis que tu avais mis fin à l’existence de ton jumeau. Depuis, il y avait toujours ce petit vide dans ton cœur et tu savais que jamais il ne pourrait être comblé, car une partie de toi était morte avec lui.

Néanmoins, vous étiez tous deux enjoué de cette rencontre. Vous riiez et faisiez des blagues. Cela faisait un moment que tu n’avais pas croisé une telle âme qui sache de faire réagir ainsi. Qui sache te remettre du baume au cœur, toi qui avais souvent l’impression de n’être qu’une coquille vide malgré tes sourires. Mais en cet instant, pas du tout. Bien que tu fus moins bavard que Grigory, mais tu ne l’avais jamais réellement été. Tu ne fus d’ailleurs pas surpris lorsqu’il sembla choqué lorsque tu mentionnas avoir tué ton frère.

Lui aussi fut d’accord que ton fruit ne semblait pas avoir bien des voies pour être offensif, sauf que tu avais quelques idées que tu essaierais dans toute plus tard. Par exemple jouer sur la densité? Tu n’avais jamais vraiment poussé à ce point ton fruit, il te faudrait t’entraîner plus intensément dans les temps à venir. Il t’expliqua d’ailleurs son fruit et tu fus étonné qu’il ne s’agisse pas de celui de la terre, mais d’une certaine façon il lui était lié. Le fruit des golems! Tu n’en avais jamais entendu parler, mais juste le nom te donnait une idée de ses capacités.

Ainsi pouvait-il créer des golems et les contrôlés, puisqu’ils n’avaient aucune volonté, aucune âme en eux. Ça ne te choqua nullement. Ces golems étaient en quelque sorte ses marionnettes tout simplement, comme d’autres usaient d’êtres vivants de la même façon.

- « Impressionnant et très intéressant! Ça doit te demander beaucoup de concentration de les contrôler non? »

Tu te le demandais, parce que tes animaux de brouillards te demandaient parfois assez de concentrations plus ils étaient gros. En même temps, contrôler un tigre différait de contrôler un lapin au niveau de l’énergie et de la concentration.

Tu eus un léger sourire en coin quand il te demanda pourquoi tu avais tué ton frère.

- « Il a tué nos parents il y a quelques années et les tatouages que j’abord aujourd’hui cachent les cicatrices qu’il m’a fait lorsque nous étions enfant. Il était violent à mon égard dirons-nous… » tu soupiras légèrement. « Sa mort a laissé un vide en moi. Nous étions des jumeaux identiques. Avec son décès, c’est aussi une partie de moi qui est morte avec lui. Mais il est mieux mort que vivant. »

(c) AMIANTE


_________________

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Mar 11 Avr - 15:31

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


La question



de trop




Toujours au beau milieu de cette forêt, personne ne nous avait encore dérangé. Il fallait dire que l’avertissement qu’on avait collé aux animaux avait dû refroidir toute la forêt ! Et puis, il serait peu probable qu’un pirate vienne jusqu’ici. En général ils fréquentaient plutôt la ville, certainement pour se rassasier, s’alcooliser et bien d’autres choses encore. Puisqu’on avait du temps à tuer et qu’on s’appréciait mutuellement, on continuait donc à se poser mutuellement des questions, voulant en apprendre davantage sur l’autre qu’on avait vu débarqué de nulle part et qui possédait un physique étrange. Enfin, ce n’était que ma supposition ! C’était parfois difficile d’initier la conversation avec quelqu’un qui ne nous ressemble pas mais dans ce cas, je pense qu’on se débrouille plutôt bien.

Je lui avais expliqué et montré comment fonctionnait mon fruit, me plaisant à faire une démo dansante avec l’une de mes créations et effectivement, comme je le pensais, il apprécia le show. Il me complimenta et me demanda si je devais beaucoup me concentrer. Pour moi ça paraissait évident c’est vrai mais un spectateur devait bien être scotché ! Je lui souriais de mes dents pointues et lui dit directement :

« Ho ! Ben, en fait, j’me suis tellement exercé que ça va tout seul ! Enfin, tout dépend de la situation ! Ouhahaha ! »

Je conservais ma lancée et lui demanda ensuite pour son frère. Là aussi j’étais un peu direct mais je me demandais pourquoi on pouvait en arriver à tuer quelqu’un avec qui on vit au jour le jour. Moi aussi j’avais des parents, des frères et des sœurs et y étaient parfois bien relou mais y avait un monde entre ça et le meurtre… Pour des personnes qui comptent autant à mes yeux, je ne pourrais jamais le faire, ça c’est clair. Avec les humains c’était une autre histoire. J’essayais de ne pas en arriver là (déjà rien qu’avec ma force) mais parfois avec les plus collants et les plus pourris d’entre eux, ça m’était arrivé. Là j’avais moins de remords. Mais on va dire que c’étaient des cas extrêmes. Quand on tente de survivre, qu’on est en danger, on se défend voilà tout.

Et mon nouvel ami du jour lui, ne sembla pas m’en vouloir de poser cette question plutôt intime. Il me répondit même avec un petit sourire mais je ne savais pas si c’était parce qu’il replongeait dans ses souvenirs ou bien si c’était parce qu’il était content de pouvoir en parler. Son histoire, bien que brève, n’en était pas moins glaçante pour autant. Tuer ses propres parents et martyriser son frère… De là d’où je viens ça n’existait pas. Entre nous, nous étions tous solidaires, travaillant pour la communauté. Et même si j’étais parti de mon côté je ne dénigrais pas pour autant la façon dont mes ancêtres et mes contemporains vivaient. De cette façon, nous vivions en paix… Je n’osais m’imaginer à la place de Caligo. Ça avait dû être difficile. Et encore, « difficile », ça ne restait qu’un simple mot.

« Je… Ho merde… »

Ne trouvant rien de mieux à dire, je ne pouvais m’empêcher de regarder sous un autre œil les tatouages qui dépassaient de ses vêtements. J’étais vraiment gêné d’avoir posé cette question au final et d’un coup je ne savais plus vraiment quoi faire. J’avais bien d’autres questions en réserve mais sur le coup je les avais oubliées. Je restais donc là, assis comme un idiot à me gratter l’arrière du crâne jusqu’à ce que mes yeux dévient sur le côté et que je revoie les cadavres d’animaux. Par réflexe je me relevais, attrapant dans l’une de mes poches un sac que je dépliais. Une fois sur mes deux jambes, je ne dû faire qu’un pas avant de m’accroupir et de récolter le résultat de notre coopération. J’avais le dos tourné au médecin et je parvins finalement à articuler :

« Désolé. Je, j’aurais pas dû te demander… J’suis un peu trop curieux, des fois. Est-ce que… Est-ce que t’étais venu juste pour récolter des fleurs ou bien tu dois aussi passer en ville ? »



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Mer 19 Avr - 19:33

Yamakiro CaligoBandit
avatar

Messages : 448

Navigation
Doriki:
1352/6000  (1352/6000)
Fruit du Démon: Kiri kiri no Mi


Vous avez dit inhospitalier?


(Troublemake) ▽ You’re a troublemaker (You’re a troublemaker). You ain't nothing but a troublemaker girl. You had me hooked again from the minute you sat down. The way you bite your lip got my head spinnin’ around. After a drink or two, I was putty in your hands. I don’t know if I have the strength to stand
La forêt, calme, semblait avoir arrêtée de vouloir vous faire la peau avec sa faune agressive. Tu t'attendais tout de même à devoir refaire face à l'une des créatures de l'île à tout moment. Tu ne te ferais pas surprendre de nouveau, bien que les chances qu'une bestiole te touche furent minces voir risibles. Tu restais aussi sur ses gardes au cas qu'un habitant de l'île se décidait de se la jouer suicidaire en vous attaquant, même si tu en doutais énormément; en voyant Grigory le géant il prendrait certainement ses jambes à son cou avant de décamper à vitesse grand V.

La situation, la scène dans laquelle tu te trouvais te semblait presque irréaliste. Toi, parlant calmement de ton passé avec un autre être vivant sans t'en préoccuper réellement. Une chose qui arrivait rarement, toi qui restait normalement plus qu'évasif sur ce que tu avais connu et vécu, ou toi en général. Mais tu appréciais le géant et tu te sentais confortable dans cette conversation. Ses questions t'amusaient plus qu'elles ne t'ennuyais, ne ressentant étrangement aucun malaise à y répondre. Peut-être était-ce de la confiance aveugle, peut-être que tu te ramollissais ou peut-être que tout simplement la conversation te plaisait.

Après tout, cet homme gigantesque ne t'avait pas insulté sur ton physique - en même temps si les autres savaient pourquoi tu étais couvert de tatouages peut-être qu'ils se la fermeraient - et avait même été curieux à propos de tes yeux. Tu avais eu l'impression d'avoir un enfant en face de toi avec toutes ses questions. Un enfant aussi curieux que toi! Tu souris lorsqu'il te répondit qu'il s'était tellement entraîné que la concentration venait toute seule, sauf dans certaines situations. Chose que tu pouvais très bien comprendre.

Toi même ton pouvoir te venait des plus naturellement. Produire du brouillard en grande quantité pour aveugler, le transformer en animal, tu n'avais plus à réfléchir intensément. Sauf lorsque tu faisais un animal gigantesque ou ton attaque Tornado. Mais cette dernière était une exception. Sa taille te demandait de l'énergie et pas seulement à cause de ça, mais parce que tu la mettais en mouvement. Tu devais alors aussi te concentré autant pour maintenir la forme que pour lui donner une apparence réaliste. Il y a avait aussi le manque de pratique de cette attaque, mais tu ne l'utilisais pas à tout vas. Il fallait que la situation le demande.

Puis vint la question sur ton frère. Elle ne t'avait même pas surprise à vrai dire, tu t'y attendais après avoir annoncé l'avoir tué. Tu n'en avais pas honte, tu ne voyais pas le mal qu'il pouvait y avoir; après tout il avait tué tes parents et représentait une menace pour ta vie. Bien que tu doutais qu'il soit parvenu un jour à te tuer, le songeais-tu aujourd'hui, puisque lame contre logia ça ne touchait que si celle-ci était forgée dans du haki... Tu te souvenais de votre enfance et parfois tu te demandais si seulement Lee t'avait aimé à un moment de votre vie. Est-ce qu'il avait eu un sentiment fraternel à ton égard ou ne t'avait-il toujours vu que comme une possession, un jouet?

Tu ne le saurais jamais puisque maintenant il brûlait en enfer, te gardant une place à côté de lui.

Tu savais que pour la plus part des gens, la simple idée de tuer son frère ou n'importe quel membre de sa famille était impensable, inimaginable. Ou au moins, l'on ressentait ne serait-ce que du remord pour l'acte posé de force ou en ultime recoure. Pour ta part, tu ne connaissais pas ce sentiment. Le Remord. L'avais-tu seulement un jour éprouvé? Tu l'ignorais. Tu savais pertinemment que ton esprit n'était pas saint. Tout du moins, ne l'était plus à cause de ton enfance; et cela t'allait parfaitement. Au moins n'éprouverais-tu jamais une onze d'hésitation à tuer ou torturer pour le bien de tes proches, pour les protéger ou les venger, mais aussi pour ta propre protection.

Néanmoins, cette révélation sur ce que ton frère t'avait fait sembla affecter le géant. Tu ignorais pourquoi, après tout tu allais bien aujourd'hui, ton frère ne représentait plus aucune menace pour ton existence et tout allait bien. Tu t'étais remis des blessures, même si parfois tu avais encore l'impression que la lame charcutait toujours ta chair, mais tu avais appris à vivre avec la sensation et l'ignorer. Tu penchas la tête lorsqu'il tenta de parler, mais bégaya. Tu ne lui en voulais pas. Il était curieux et avait posé une question logique et légitime. Lentement, tu décollas, flottant vers son épaule. Il s'excusa, le dos tourné à toi, et tu ne pus retenir un sourire. Il n'avait pas à s'excuser voyons! Tu te posas sur son épaule, t'y assoyant doucement.

- "Pourquoi t'excuser? S'était une question légitime après que j'eu dis que je l'avais tué. Mon frère n'allait pas bien dans sa tête. Aujourd'hui encore j'hésite entre Sociopathe et Psychopathe. Mon esprit aussi ne vas pas bien, mais après avoir grandit à côté de lui cela ne surprend personne. Je ne vois pas la distinction entre le bien et le mal, pour moi il ils n'existent pas et tout n'est que question de points de vues... Au moins suis-je conscient de mon état mental." tu lui souris gentiment. "J'étais venu cueillir des plantes médicinales et récolter leurs graines. Au moins maintenant j'ai les graines, c'est déjà ça. Je dois passer en ville, je vais tenter de voir si je peux mettre la main sur de nouveaux scalpels ou des petits couteaux intéressants.."
(c) AMIANTE


_________________

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Sam 22 Avr - 12:17

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Malaise



et à l'aise




Super ! Y m’avait pas fallu une heure pour foutre en l’air l’ambiance avec mes questions à la con ! Putain, je le savais en plus, c’est pas comme si j’me connaissais pas ! Je sais que je suis curieux, qu’en général je pose tout le temps plein de questions ! J’avais eu du mal à m’arrêter, à savoir où m’arrêter en fait. Je m’en voulais, même si j’imagine que ça ne dérangeait pas Caligo puisqu’il m’avait toujours répondu en souriant. Est-ce qu’on pouvait dire, du coup, que je n’avais pas dépassé les bornes ? Si je ne l’avais pas fait pour le médecin, j’avais la désagréable sensation de l’avoir fait pour moi. C’était le comble. Au lieu que ce soit celui à qui on pose la question qui soit gêné, c’était celui qui la posait qui l’était ! Si j’étais pas avec quelqu’un d’aussi sympa il se serait foutu de ma gueule, tiens !

Je m’étais donc relevé, puis retourné pour récolter les diverses bêtes gisant sur le sol, par peur de la réaction de cette nouvelle connaissance. Je ne le ressenti pas directement mais il s’éleva d’ailleurs pour atteindre mon épaule et s’y poser. Il était plus léger qu’Ace ! Sans doute grâce à son fruit ? Je ne m’aperçus de sa présence que lorsqu’il commença à parler, essayant de me rassurer du mieux qu’il put. Je tournais la tête de surprise et cela me permis de voir qu’au final, il était toujours aussi détendu qu’avant, me lançant toujours son léger sourire. Il semblait avoir digéré ces événements de son passé, ça forçait presque l’admiration. Je stoppais mes mouvements pour l’écouter, je ne savais pas s’il trouverait impoli le fait que je continue mes petites affaires pendant qu’il me parle.

Sa tirade sur son état mental me laissa perplexe, je ne préférais rien répondre et attendit de voir ce qu’il me répondrait pour le village. Malgré ce petit incident, j’aurais bien voulu encore parler avec lui. C’était assez spécial. Spécial dans le bon sens, hein. Mais avec ce qui venait de se passer j’avais l’impression que rien ne le dérangerait. Je me lançais donc, prenant à mon tour la parole.

« Merci… C’est que, je n’m’attendais pas à ça à vrai dire ! Visiblement, ça m’a plus touché que toi ! Enfin maintenant je comprends mieux la nature de ton apparence. C’est dingue ! Tu me parles de tout ça alors que ça n’a pas dû être une partie de plaisir dans le passé… T’es petit mais t’es impressionnant ! Ouhahahahahahaha ! Ça te dit qu’on fasse un bout de chemin ensemble ? J’dois aussi y aller maintenant puisque j’ai de la viande mais que j’ai pas envie de m’occuper du décorticage moi-même, j’préfère confier ça à un humain qui s’y connait. Enfin, sauf si t’es gavé de répondre à mes questions ! Ouhahahahaha ! »

Je reprenais du souffle avant d’attendre sa réponse. Une nouvelle fois il accepta et il n’hésita d’ailleurs pas longtemps ! C’était gentil de sa part ! Mais je commençais à avoir mal au cou moi, à force de devoir regarder mon épaule ! Et puis, j’y pensais maintenant mais… Je ne lui avais donné la permission de s’installer confortablement sur moi ! J’allais pouvoir l’ennuyer un peu ! Souriant de toute mes dents j’enchainais directement :

« Et sinon, tout va bien ? T’es bien installé ? J’crois pas t’avoir autorisé à m’utiliser comme une chaise, énorme qui plus est ! Ouhahahahahahaha ! J’te charrie, t’inquiète ça me dérange pas ! Tu l’aurais sû tout de suite si ça avait été le cas ! Au fait, ça te dérange pas que je ramasse le reste ? J’dois me pencher et tout mais j’imagine qu’un logia comme toi doit pas craindre de tomber ? »

Encore souriant sous le coup de ma petite blague, j’attendais le feu vert avant de terminer ce que j’avais commencé. Il pouvait bien rester là ou bouger s’il le voulait, j’m’inquiétais pas pour lui. Une fois que tous les cadavres se retrouvèrent dans mon sac, on se mit tous les deux en route. Il semblait mieux connaitre l’île que moi, j’écoutais donc les directions qu’il me donnait. Ça ne m’empêchait pas de lui poser encore des questions sur le chemin ! Je n’attendis pas très longtemps avant de reprendre encre une fois la parole, évidemment.

« Pourquoi t’as pris la mer au fait ? Par envie de soigner plus de monde ou bien... ? »



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Mer 10 Mai - 5:51

Yamakiro CaligoBandit
avatar

Messages : 448

Navigation
Doriki:
1352/6000  (1352/6000)
Fruit du Démon: Kiri kiri no Mi


Vous avez dit inhospitalier?


(Troublemake) ▽ You’re a troublemaker (You’re a troublemaker). You ain't nothing but a troublemaker girl. You had me hooked again from the minute you sat down. The way you bite your lip got my head spinnin’ around. After a drink or two, I was putty in your hands. I don’t know if I have the strength to stand
Cette rencontre, cette discussion même, ramenait à ton esprit de vieux souvenir auxquels tu tentais de ne plus prêter attention mais qui, toujours, restaient là. Tapis dans l'ombre ils attendaient des moments comme celui-ci pour se rappeler à toi, te montrer que malgré l'encre couvrant ton corps, le passé existait toujours et rien que tu pourrais faire n'y changera quoi que ce soit. Après tout, c'est le passé qui a forgé notre présent. Le changer reviendrait à modifier son propre présent. Cela n'empêchait pas ces images, ces sensations de revenir à toi. Celle de la lame dans ta chair, découpant des arabesques, celle d'une goutte de sang perlant sur sa ta peau et les larmes coulant sur tes joues. Mémoire sensorielle, douleur fantôme insidieuse. Mais tu ignoras tout, gardant ton sourire inchangé.

Après tout, tu y étais habitué.

Et ce n'était pas comme si Grigory le faisait exprès, il ignorait tout de toi, vous qui veniez de vous rencontrez. Bien que tu savais que ton enfance n'avait rien de normale, que des frères n'agissent pas ainsi ensemble normalement. Mais qu'y pouvez-vous? Ne sachant rien de l'autre, impossible de savoir quelques points sont sensibles, quel nerf ne pas toucher. Ayant peu de questions, tu ne craignais pas de rappeler quelque chose de mauvais à ton homologue; tu savais déjà qu'il valait mieux éviter de parler des marines. Naturellement vu ce qu'il avait vécu avec eux, donc point sensible à ne pas aborder.

Après la révélation sur ton frère, un horrible souvenir à lui seul, tu avais ressentis l'atmosphère s'alourdir, se tendre. Chose normal, mais tu ne comprenais pas le malaise que le géant avait ressentit face à la question posée; elle était normale et ne te dérangeait pas. Encore une fois, peut-être que ton esprit brisé était responsable de ton incompréhension quant à la façon de penser des autres. D'un côté, ça ne surprendrait sans doute personne. Il s'était détourné, sans surprise, et tu t'étais finalement posé sur son épaule sans demander la permission. Si cela le dérangeait, tu descendrais tout simplement pour ne pas l'ennuyer.

Tu souris lorsqu'il remarqua que ton histoire l'avait plus touché lui que toi. Tu avais accepté ton passé, d'une certaine façon, donc ton histoire ne te touchait plus autant qu'avant. Il avait raison, ton passé n'avait pas été une partie de plaisir, mais la mort de Lee avait laissé un vide dans ton cœur. Après tout, une part de toi-même était morte en même temps que lui.

- « En effet, le passé n'est pas pavé de plaisir à tous les jours, mais j'ai accepté le mien. Une fois que l'on accepte, un poids s'enlève de nos épaules. » tu redessinas l'un de tes tatouages du bout d'un doigt. « Merci, tu es bien le premier à me dire que je suis impressionnant » tu souris sincèrement. « Ça me dit bien un bout de chemin avec toi. J'en profiterai pour faire mes achats. »

Tu rigolas doucement lorsqu'il te demanda si tout allait bien, si tu étais confortable sur son épaule.

- « Très confortable oui, bien que ce soit la première fois que je m'assois sur l'épaule de quelqu'un. Ça ne me dérange absolument pas, j'ai un bon équilibre et ce n'est pas comme si je m'écraserais au sol. L'avantage de mon fruit comme tu le dis. »

Ce n'était pas faut. Aucune chance de t'écraser, tu l'avais éviter à de nombreuse reprise.

Après avoir ramasser le reste, Grigory se mit en marche, toi toujours bien assit sur son épaule. Il fallait bien le dire, de là-haut tu avais une excellente vue sur les environs! Tu souris néanmoins à sa dernière question.

- « Toujours être en mouvement, l'on rencontre plus de gens, mais aussi on évite d'être à un endroit évident. Si je restais continuellement sur la même île, ou que je suivais un itinéraire répétitif, ils sauraient où et quand je serai et donc ils pourraient me capturer. Voyager me permet aussi de découvrir de nouvelles îles et de nouvelles personnes, comme toi. »
(c) AMIANTE


_________________

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   Ven 12 Mai - 13:10

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Du ramdam



en ville !




J’étais content ! Au final, mon silence gêné n’avait pas duré longtemps et on a pu recommencer à discuter. J’allais commencer par croire que je ne savais poser que des questions ! Ça prouvait bien que j’avais encore pleins de choses à découvrir mais aussi et surtout que ça valait la peine de s’intéresser aux humains. Ha ! Si je l’avais su plus tôt, ça m’aurait sans doute éviter l’esclavage de pouvoir tisser quelques liens avec certains d’entre eux… Je me sortis ça de la tête en jetant un œil à mon invité, toujours posé sur mon épaule. J’avais beau me pencher, il ne bronchait pas ! C’en était presque amusant ! Enfin, une fois tous les animaux dans mon sac, on leva le camp. Puisque ça disait bien à Caligo, on continua notre bout de chemin ensemble.

Je réalisais à peine ce qu’il venait de me dire. Alors comme ça j’étais le premier à le trouver impressionnant ? Ça voulait dire quoi ? Que sa souffrance continuait ou bien que malgré toutes les personnes qu’il soignait il avait toujours été seul jusque-là ? Maintenant que je cernais un peu les limites, je savais que c’était une question que je ne lui poserais jamais. Moi aussi j’ai navigué tout seul tout un temps mais ça ne voulait pas dire que nos vies étaient comparables… Malgré tout, ça faisait plaisir de le voir sourire ! Et puis, maintenant qu’il m’expliquait pourquoi il voyageait, je ne pouvais qu’en rire avec lui une nouvelle fois ! Il était futé et au final il faisait un peu la même chose que moi !

« T’as bien raison ! Ouhahahaha ! Et puis heureusement que t’aime voyager, on est un peu forcé de le faire une fois primé ! Et t’as b’soin d’acheter quoi dis-moi ? Sinon je vais direct au boucher moi ! héhéhé ! »

J’avais à peine fini qu’on débouchait enfin sur la ville. Mock Town, si j’me rappelle. C’était bourré de pirates en tout cas ! En me voyant débarquer, certains se frottèrent les yeux, d’autres questionnèrent leur alcoolisme. En compagnie de mon nouvel ami, je tentais alors de me frayer un chemin dans les rues toujours un peu étroites puisque jamais adaptées à ma taille. On s’arrêtait finalement au premier magasin sur la liste dont il m’avait parlé. Il était tant qu’on me donne des directions ! J’attendais dehors - évidemment – pendant qu’il faisait ses emplettes. C’est évidemment le moment que choisi un petit groupe de pirate pour m’aborder. Bien obligé de les écouter, j’attendais patiemment que Caligo revienne.

Je me demandais si je devais juste les ignorer ou bien leur faire comprendre que leur équipage ne m’intéressait pas. J’avais mon sac sur mon épaule, ça limitait un peu ce que je pouvais faire. Je décidais donc d’abord de les ignorer mais bien sûr, leurs égos s’en rendirent bien vite compte ! J’en balayais la plupart en un seul coup de pied mais visiblement, y en avait un dernier qui était un peu plus fort que les autres. L’élément réellement surprenant fut que sa contre-attaque consistait seulement à me balancer un coup de poing mais qui grossit subitement jusqu’à égaler mon poing à moi. N’ayant pas prévu un pouvoir pareil, je ne pus que contracter mes abdos en espérant tenir le choc. Malheureusement, ce poing avait aussi gagné en puissance grâce au gigantisme !

Je perdis l’équilibre, fit quelques pas en arrière mais parvint in-extrémis à me stabiliser en tendant mes bras de chaque côté comme un équilibriste. Si j’étais tombé, j’aurais certainement fait du dégât dans une ville qu’on avait entièrement construite avec du bois ! Un peu en colère, je posais mon précieux sac de provisions à côté d’une maison, bien décidé à lui montrer que son truc avait beau m’avoir pris au dépourvu, c’était pas pour ça qu’il allait pouvoir rivaliser avec un vrai géant comme moi !



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Vous avez dit inhospitalier? [Caligo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Georges Saati, vous avez raison mais ...
» [Inutile] Qu'est ce que vous avez fait hier ?
» Si vous avez du temps à perdre :)
» Vous avez dit couleurs primaires ?
» Vous avez lu l'histoire de Jessie James? - Clyde's links

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Jaya-