AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Message
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Ven 20 Oct - 23:57

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2683

Navigation
Doriki:
3878/6000  (3878/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Shiraho n'avait pas répondu à ma petite déclaration. J'avais pourtant dis clairement que j'avais envie de me battre. Cette envie prenait de l’ampleur à chacun de mes pas. Je savais me tenir. J'allais garder mes pulsions dans un coin de mon corps, et les empêcher de me faire devenir une bête assoiffée de sang frais. J'en étais capable. Peut-être par peur de me voir changer en l'espace d'un instant, il avait décidé de faire comme si je n'avais rien affirmé. Je l'avais toutefois fais en sachant ce que je disais, et ce que ça risquait de dire sur moi, en tant qu'être humain. J'en avais rien à faire puisque j'assumais pleinement tous les mots que j'avais pu prononcer. Je pensais qu'il n'avait pas peur. Il n'était pas du genre à craindre plus puissant que lui, je le savais d'une source certaine qui savait parfaitement cela, et qui m'en avait ainsi parlé. Il n'était pas à prendre à la légère. Je ne pouvais le sous estimer, ce que je ne faisais heureusement pas pour ma propre sécurité. Son feu serait son plus bel atout contre mon acide, après j'avais tout de même les haki de l'armement et de l'observation de mon côté alors j'avais un avantage conséquent, pourtant je ne me voyais guère le battre sans en subir de lourds dommages. Le feu brûlait, quelle horreur, je ne supportais pas les hautes chaleurs, alors s'il en crachait dans ma direction, je n'osais pas imaginer ma réaction. Avec un peu de chance, ou de talent, ma folie prendrait le dessus sur mon réalisme, et rien ne serait en mesure de m'arrêter.

Ma révélation suivante, sur la comestibilité de la chaire humaine semblait avoir éveillée la curiosité de mon camarade du jour, ce qui m'amusait assez. Oui, les cadavres avaient leur dates de péremption. On ne pouvait manger un mort à moins d'en prendre soin dans le but de les manger. Là, les morceaux de cadavres étaient devenus immangeables. Leur date de péremption avaient expirés, sûrement depuis longtemps. Avec le temps, ils avaient perdus leurs douces saveurs, puis surtout cette fraîcheur que j'aimais dévorer. Là, c'étaient les asticots qui dévoraient tout ce qu'ils pouvaient trouver.

« Ouais c'est important, enfin, surtout si tu as une petite faim à un moment ! Ahahah »

La scène que je venais de voir était presque surréaliste. Mes yeux avaient du mal à y croire. C'était carrément incroyable. Les chauves souris étaient vraiment dingues. Je ne savais pas qu'elles l'étaient à ce point. La surprise avait été au rendez-vous. Quel génial moment nous venions de passer, enfin plus moi que lui, vu que c'était moi qui riait de lui, ou plutôt de la cocasse situation dans laquelle il était tombé.

« Sérieusement, c'était vraiment amusant, désolé pour cet inarrêtable rire, j'ai absolument pas pu le contenir ! »

Je me grattais la tête d'une main tandis que je faisais revenir mon typique sourire. J'aurais pu me maîtriser, et ne pas rire, mais j'avais ce besoin incessant de rire dès que l'occasion pouvait se présenter. J'avais changé. Avant, je ne riais que très rarement, maintenant, une fois avoir évolué en un être encore plus dangereux, je le faisais beaucoup plus souvent, à tel point que cela devenait une habitude par moment. Je parlais peu par le passé. Préférant laisser mes actes exprimés mes pensées, désormais je parlais sans limite et j'aimais provoquer tout ceux qui croisait ma route. J'avais acquis une certaine renommée de pirates froid et sanguinaire, et j'étais parvenu à me métamorphosé, à force d'essayer sans relâche, en un pirate provocateur et sanguinaire. Je n'avais pas pu tout changer. Je ne pourrais sûrement pas, même en tentant pendant des milliers d'années de réduire mes envies de sang, car c'est ce que j'étais, c'est ce qui me caractérisait. En tant qu'homme, j'étais un monstre.

« Tu ne veux plus passer devant, bon, comme tu veux, mais je préfère te prévenir, ça sera moins amusant avec moi en premier ! »

Je partais en confiance, je croyais dur comme fer que tout allait se passer pour le mieux, sans le moindre incident maintenant que je menais la marche. J'en étais plutôt convaincu. Ma démarche était assuré. Je suivais mon instinct à la lettre. Je prenais soin d'éviter les endroits à problème, avec encore ces satanés chauves souris, cependant, en espérant les éviter, je fis exactement la même erreur que le dragon. Je fis fondre une porte qui refusait de s'ouvrir avec mon cher acide, puis une nuée de ces bestioles vint à notre rencontre. Mon tour était venu, c'est sur ma personne qu'elles se jetèrent dans un élan de folie. Ayant prévu le coup, je ne perdis pas une seconde à réfléchir sur que faire dans ce genre de moment. De l'acide quitta mon corps en quelques secondes pour en finir avec elles. La majorité, étant au dessus de moi, tombèrent de leur blessure qui les empêchaient de voler correctement. Je faisais alors le nécessaire pour ne pas qu'elles n'arrivent sur moi. Mes deux bras s'en occupaient. J'envoyais des coups de poings sans trop de force, mais assez pour les pousser loin. Comment le pire était arrivé ? Inattention ? Aucunement. Une des chauves souris, différentes des autres. Sans doute avec plus intelligence, vint contourner mes poings, pour m'humilier. Cet animal venait de déféquer sur mon haut noir. J'essayais de garder mon calme. Ce fut extrêmement éprouvant. La bestiole sans alla sans que je puisse lui rendre des comptes. Je ne pouvais pas obtenir réparation en la déchiquetant pour passer mes nerfs.

J'étais énervé, mais je ne sais pas pour quelle raison, je me mis de nouveau à rire.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Mer 15 Nov - 14:57

Kokaku ShirahoLe guerrier dragon
Le guerrier dragon
avatar

Messages : 3520

Navigation
Doriki:
3745/6000  (3745/6000)
Fruit du Démon: Ryû Ryû No Mi

    Fun fact de la journée, les cadavres avaient effectivement une date de péremption. Bon, c’était pas très étonnant au vu de la tête de certains plusieurs jours après leur mort, et ce n’était pas vraiment une information dont j’avais vraiment besoin, mais en même temps, ça m’apprendra à tenir ma langue. Taizone n’était pas du genre à comprendre qu’une question ne demande pas forcément de réponse… Ou plutôt, il ne souhaitait pas le voir ainsi. Ca le faisait sûrement bien plus rire de répondre à ma question, je ne pouvais pas vraiment lui en vouloir. Moi aussi j’étais du genre à taquiner les gens, peut-être dans une moindre mesure. Quoiqu’il en soit, il valait mieux laisser ces cadavres pourrissants aux vers et passer à autre chose. J’irai pas jusqu’à dire que ça me filait la nausée, mais ce n’était pas vraiment le genre de spectacle très apetissant. Ce qui nous attendait était bien mieux. Relativement parlant, et ça dépend pour qui, mais ça, c’était une autre histoire.

    En effet au détour d’une porte, une horde de chauve-souris me prit par surprise. A force de ne voir aucune trace de vie, je ne m’attendais même plus à voir des animaux vivre encore dans le coin. Mais finalement si, l’expression "la nature reprend ses droits" s’appliquait plutôt bien ici. Mais la nature étant un peu conne, une chauve-souris finit dans ma bouche, ce qui provoqua l’hilarité de Taizone. Quand je vous dit qu’il n’était pas langue de bois. C’était un rire inarrêtable, pas possible à contenir, etc… C’est bon, j’ai compris que tu t’es bien marré de ma chauve-souris dans la bouche, qui maintenant fondait progressivement sur une flaque d’acide. Pas très glorieux pour elle, mais elle n’avait que ce qu’elle méritait. S’il n’y avait pas eu cette flaque, je l’aurais fait flamber moi-même, alors dans tous les cas, il ne serait pas resté grand-chose de miss chauve-souris.

    « Ouais, j’ai bien vu que t’avais pas réussi à te retenir. Mais c’est pas grave va, ça arrive à tout le monde. »

    Et maintenant, à lui de passer devant. J’avais suffisamment joué à l’éclaireur comme ça. A son tour un peu de foncer droit dans les surprises et les pièges. Ce n’était pas comme si cette petite tension du mystère me déplaisait, mais il pouvait bien en profiter aussi. Le temps que je me pose un peu. Le temps que moi aussi je puisse me foutre un peu de sa gueule. Il n’y a pas de raisons qu’il soit le seule à rigoler, non mais oh. Il me prévenait que ce serait moins amusant avec lui, mais je le trouvais bien trop présomptueux. On verra quand il aura un truc qui lui tombera dessus. Et ça ne tarda pas.

    Une nouvelle porte nous bloqua la route. Enfin pas longtemps, un coup d’acide et elle disparut. Mais comme pour moi, une nuée de chauve-souris n’attendait que l’ouverture de la porte pour nous foncer dessus. Malheureusement pour elles, Taizone était un peu plus aux aguets que moi précédemment, et les frappa toutes de ses poings acides, les empêchant de voler correctement. Elles s’écrasaient les unes après les autres à mes pieds tandis que je le regardais faire. Il était agile, il était fort, ce serait un adversaire redoutable si on devait s’affronter. Ma seule chance serait que mes écailles soient résistantes à l’acide. C’était quelque chose que je n’avais pas encore testé. Et que je n’avais pas vraiment l’occasion de tester tous les jours. Les mythiques étaient reconnus pour leur résistance, notamment le mien, mais cela me permettait-il d’assurer que je ne craindrais rien ? Non, tout était possible sur ces mers. Et au milieu de ces pensées, c’était le drame.

    Il les avait toutes eues. Toute ? Non, une petite chauve-souris résistait à l’envahisseur. Son but était simplement de s’échapper, mais non contente de réussir, elle en profita pour narguer le membre de l’équipage de Barbe Noire. En effet, passez-moi l’expression, elle lui chia littéralement dessus. D’un coup, toutes pensées de bagarre s’envolèrent pour laisser place à ce qui avait envahi Taizone peu de temps auparavant : l’hilarité. Un long rire s’échappa de ma bouche avant que je ne puisse enfin reprendre parole.

    « Moins amusant, je trouve pas personnellement, je pense qu’on est quitte maintenant ! »

    Je me tenais le ventre maltraité par ce fou rire sauvage. Lui aussi semblait bien s’en amuser, tant mieux. On pouvait continuer dans la joie et la bonne humeur. Je le laissais se débrouiller avec sa crotte, son acide doit bien faire fondre ça aussi. J’enjambais le petit tas de chauve-souris au sol en peine, je dépassais Taizone pour jeter un œil à ce qui se trouvait de l’autre côté de la porte. Au sens figuré, vu qu’il n’y en avait plus. Une grande salle, très grande salle était là. Et n’était quasiment pas éclairée. En fait, il n’y avait que la lumière venant de derrière nous qui éclairait la salle. Pas de quoi casser trois pattes à un canard.

    « Ils auraient pu penser à ceux qui voient pas dans le noir… »

    J’attrapais une torche éteinte que j’allumais en me transformant rapidement en demi-dragon et en crachant du feu, avant de m’avancer dans cette nouvelle salle…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Lun 27 Nov - 20:07

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2683

Navigation
Doriki:
3878/6000  (3878/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Les chauves souris n'étaient désormais plus un problème pour nous, elles étaient toutes mortes ou presque. Les dernières qui avaient tenté de nous causer soucis furent anéanti, sauf une, qui après m'avoir déféqué dessus, s'en alla très rapidement sans me laisser obtenir une belle vengeance. Je m'étais mis à rire, et je fus suivis immédiatement par Shiraho. Il avait eu raison, cela pouvait arriver à tout le monde. Nous rigolions en chœur comme si nous étions de bons camarades partageant une charmante aventure. La vérité était en réalité éloignée. Lui et moi n'étions pas amis. Nos équipages étaient ennemis. Si mon capitaine était dans les parages et qu'il m'aurait demandé de le combattre, je n'aurais pas hésité une seconde même si je n'avais aucune envie de lui faire du mal. Dans une autre vie, nous aurions sans doute pu être ami, cependant dans celle-ci j'étais un monstre sous les ordres d'un encore plus redoutable monstre. Le dragon était si différent de nous, les monstres, qui aimions tant la destruction. Il était un dragon après tout, il ne pouvait donc être de ma race. Je lui souhaitais de s'en tenir à sa piraterie douce, et de ne pas entrer dans une piraterie plus sanglante. J'avais cette pensée car j'étais certain que ça ne pouvait que ne pas lui réussir.

Je le voyais comme un gentil pirate car je ne le connaissais que peu. Il ne représentait pas une réelle menace, même si son fruit du démon en était une bonne. J'avais envie d'en savoir davantage avant que nos deux équipages ne soient en pleine guerre. Cela ne pouvait qu'arriver avec la bande d'emmerdeur que nous avions, et la chance qu'avait ce capitaine pour perdre ses compagnons. Voilà la seule chose que je savais de lui, mis à part qu'il était capable de devenir un dragon. Il fallait changer cela, j'allais ainsi lui poser quelques questions pour tenter d'en savoir plus sur son cas. J’espérais qu'il ne refuse pas, surtout que je souhaitais vraiment apprendre.Ces informations pourraient certes me servir si nous devions nous faire face en tant qu'adversaire, mais j'étais ouvert à lui en proposer en échange qui étaient croustillantes à mon propos en bon échange équivalent qui se respecte.

L'acide s'occupa personnellement de faire disparaître toute trace de crotte en faisant disparaître l'endroit ou celle-ci avait été déposée. Plus de traces. Tout avait disparu. Je me sentais mieux sans cette affreuse chose de l'épaule. Shiraho, quant à lui, continua sans m'attendre l'exploration. Il prit une légère avance en s'engouffrant dans l’obscurité qui émanait de qui restait de la porte. Je n'attendis pas de me faire prier pour le suivre. L'endroit manquait de luminosité. Pas assez de lumière pour éclairer la pièce. Heureusement pour moi, nous avions une solution dans les parages.Il se changea en demi dragon et après avoir saisis d'une main une torche qui traîna là, il l'alluma en crachant du feu de ce qui était précédemment sa bouche.

« Ouais carrément c'est pas pratique pour ceux, comme moi, qui ne peuvent pas voir dans le noir, merci pour la lumière ! »

Je suivis alors l'homme torche de près pour bénéficier de la lumière, je faisais attention à ne pas trop m'éloigner. Je n'avais pas peur du noir, mais je tenais à voir le plus possible. La pièce ne contenait rien d'inattendu au premier regard, pourtant je sentais comme une présence autre que les nôtres. Me trompais-je ? Peut-être. Je n'étais pas certain. J'avais hâte de le découvrir. Je m'assis sur une chaise, complètement détendu, puis je cherchais une question à poser qui me vint subitement. Je ne savais pas pourquoi nos deux équipages étaient ennemis.

« Shiraho, je voudrais que tu m'expliques pourquoi je ne devrais pas te tuer ? Enfin, ce n'est pas que je veuille te tuer pour le moment, cependant j'aimerais comprendre pourquoi Teach veux te voir mort ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Mer 6 Déc - 13:53

Kokaku ShirahoLe guerrier dragon
Le guerrier dragon
avatar

Messages : 3520

Navigation
Doriki:
3745/6000  (3745/6000)
Fruit du Démon: Ryû Ryû No Mi

    Ca faisait du bien une bonne tranche de rigolade à base de caca et de chauve-souris dans cette ambiance sombre, et quelque peu tendue. Je n’oubliais pas dans un coin de ma tête qu’il faisait partie d’un équipage ennemi, mais je préférais penser que, comme moi, il n’avait pas assez de grief personnel pour lancer un combat sans une bonne raison. Un jour peut-être qu’on devra s’affronter, pour protéger son capitaine, mais pour l’instant, nous étions dans un contexte qui nous permettait de rester calmes. Nous n’avions actuellement pas l’envie de tester qui serait le plus fort, et seule l’arrivée de Teach pourrait probablement changer ça. Le forçant lui à se battre pour les intérêts de son capitaine, et moi à éliminer ce qui se trouverait sur mon chemin. Un cas de figure ô combien banal, mais certainement réaliste le jour J. Malgré les horreurs perpétrées par leur capitaine, les suivants de Teach semblaient lui être fidèles. Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde, et un capitaine finira toujours par trouver des camarades qui le suivront jusqu’au bout du monde… Pour peu qu’ils ne meurent pas entre temps, cela étant.

    Enfin, revenons-en à notre aventure fantastique, maintenant qu’il n’y avait plus ces chauves-souris. C’étaient vraiment des animaux nocturnes, ils devaient se plaire dans cette salle noire, sans aucune fenêtre, sans aucune lumière. Désolé de vous avoir dérangés les gars, mais on compte bien passer. Sans attendre bien longtemps, je pris une torche que j’allumais grâce à mes pouvoirs, ce qui semblait aller à Taizone qui, sans grande surprise, n’était pas nyctalope. De toute façon, je ne comptais pas particulièrement l’avoir derrière moi sans source de lumière pour le voir venir si jamais il tentait un sale coup. Non pas que je pensais vraiment qu’il allait le faire, mais il fallait toujours se méfier quand l’équipage de Barbe Noire était dans les parages. Alors on prend des précautions, anodines mais efficaces. Et puis bon, ça nous évitera de toute façon de marcher sur un piège où je ne sais quoi de désagréable qui pourrait traîner par terre. J’avais la fâcheuse impression que ce manoir nous réservait encore des surprises, et pas de celles qu’on est heureux de découvrir. Tout était trop calme depuis l’incident des chauves-souris, et ça ne me rassurait guère.

    Mais Taizone finit par me tirer de ces divagations en me demandant pourquoi il ne devrait pas me tuer. Un peu brusquement, je tournais ma tête pour le regarder, un air vaguement sur mes gardes. Il ne comptait quand même pas m’attaquer ici ? Mais il m’ôta rapidement ce doute en précisant sa question, en demandant ce que Teach avait comme moi. Un soupir s’échappa de mes lèvres, et je me mis à rire bruyamment.

    « Décidément, la communication n’a pas vraiment l’air d’être le fort de votre équipage. Il vous en a sérieusement pas parlé ? »

    Un court silence. Ca m’étonnait tout de même, presque tout le monde était au courant des motivations de Teach. Du moins, ce qu’il en laissait paraître, il y avait encore bien des mystères qui entouraient cet homme et ses actes.

    « Moi, je présume que tu le sais déjà, j’en veux à votre équipage pour vos méthodes qui ont coûté la vie à un de mes camarades. Je suppose que ça a dû aider à ce qu’il me repère et me mette dans son colimateur. Tu ne savais pas que ton capitaine cherchait à collecter de puissants fruits du démon ? »

    Pourquoi ? Personne ne le savait vraiment. Comment ? C’était un mystère encore plus entier, si c’était possible. Personne ne l’a jamais vu faire, il s’arrange toujours pour le faire en cachette, comme pendant la fameuse bataille de Marineford.

    « C’est pour ça qu’il s’est attaqué à Barbe Blanche y a deux ans, c’était probablement le plus puissant des paramécias. Et moi, j’ai un fruit zoan mythique, bien sûr qu’il s’y intéresse. Le plus puissant des zoans, je n’irais peut-être pas jusque-là, mais suffisant pour qu’il cherche à le récupérer. »

    Il avait même limite plus d’intérêt envers moi que la marine, qui pourtant devrait sûrement me voir comme une menace réelle. Bien sûr, je ne faisais pas énormément de dégâts, alors ils me sous-estimaient, mais si on vient à me faire chier, ils comprendraient vite que je ne suis pas un animal pour rien.

    « Après, pour les détails de pourquoi il veut mon pouvoir, je te laisserai lui demander, ça j’en sais rien. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Mer 3 Jan - 7:48

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2683

Navigation
Doriki:
3878/6000  (3878/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Ma question sembla le surprendre. Il n'était pas prêt à ce que je m’interroge à voix haute sur si je devais le tuer ou pas. Je n'en avais pas spécialement envie, cependant sachant que nos équipages étaient ennemis, il valait mieux pour moi chercher à m'informer des raisons qui nous rendaient ainsi ennemis. Je ne connaissais que vaguement l'histoire. Teach pouvait me l'avoir expliqué par le passé, ma mémoire me jouait des tours. J'arrivais à ne plus me souvenir de certains événements comme si ma mémoire les supprimait de ma mémoire pour m'empêcher d'y repenser à l'avenir. Je n'avais donc pas le moindre souvenir d'une discussion à ce sujet. J'aurais aimé m'en rappeler pour m'éviter de poser la question, mais je n'avais pu faire autrement, rien ne me venait à l'esprit quand j'essayais de frayer un chemin vers le fameux endroit où mes souvenirs sont archivés.

Assis sur cette chaise peu confortable, je suivais du regard le moindre des mouvements du dragon pour vérifier que ce qu'il allait me dire ne soit pas un mensonge. Je voulais savoir la vérité et je comptais bien l'obtenir. Shiraho s’interrogea sur la communication au sein de l'équipage en lâchant avec ironie que cela n'avait pas l'air d'être le point fort de l'équipage de Barbe Noire. Il disait sans doute vrai sans le savoir. Après tout je n'étais pas souvent avec les membres de mon propre équipage, préférant profiter de la liberté que m'offrait les mers en solitaire, alors il se pouvait que la communication ne soit pas notre point fort. Qu'était elle en comparaison à la puissance destructive que nous avions en notre possession et que nous pouvions utiliser n'importe quand pour réduire à néant le monde dans sa totalité ? Oui, rien d'important.

« Il m'en a peut être parler, mais je ne m'en souviens pas. Tu peux m'éclairer la dessus ? »

Il le fit de suite. Pas besoin d'attendre ou de négocier pour avoir des informations, j'étais content de voir comment cela se passait. Il me confia en vouloir à notre équipage pour nos méthodes. Shiraho devait parler de notre détestable façon de mettre la main sur ce que nous voulions, des fruits du démon et le contrôle sur terres ou mers, en usant de la violence gratuite. Je pouvais comprendre que ce n'était pas bien. Le bien n'était toutefois pas important puisque nous étions des pirates. Les pirates ne demandaient pas l'autorisation pour tuer et voler, ils le faisaient sans chercher à savoir si cela était bien ou mal. Nous étions des pirates.

Le dragon avait perdu un compagnon, un membre de son équipage, en faisant face au notre. Intéressant. Il cherchait à se venger. Bon courage à lui, s'il allait s'y essayer, j'allais devoir le tuer. Depuis, il était dans le collimateur du capitaine. L'autre voulait son fruit du démon pour l'ajouter à sa belle collection. J'étais au courant quant à son désir d'avoir tous les plus puissants pouvoirs de ce monde sous son contrôle, et j'étais fier de l'y aider, même si un jour il pourrait tenter de me voler le mien. Teach voulait les plus puissants. Celui du dragon était de ce genre.

« Je sais pour sa quête ne t'en fais pas. Je l'ai aidé à plusieurs reprises à attraper des utilisateurs de fruits du démon. Il se peut même que je serais celui qui cherchera à avoir le tien sur ordre de mon capitaine ! Ahahah  »

Il se pouvait que je lui dise la vérité sur ce qui allait se passer dans quelques temps. Nous n'étions en mesure de savoir pour le moment, pourtant il était envisageable que je sois un de ses prochains adversaires. L'acide contre le dragon. Un incroyable futur affrontement qui devrait promettre d'être plus qu’intéressant.

« Je plaisante en disant cela, néanmoins c'est probable que tu deviennes ma proie dans un futur proche s'il venait à me le demander. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Mer 17 Jan - 15:35

Kokaku ShirahoLe guerrier dragon
Le guerrier dragon
avatar

Messages : 3520

Navigation
Doriki:
3745/6000  (3745/6000)
Fruit du Démon: Ryû Ryû No Mi

    En un instant, une certaine tension s’était installée entre nous. J’étais de toute façon sur mes gardes, même si je ne le considérais pas comme tel pour l’instant, il n’en restait pas moins un ennemi, mais sa question avait monté mon niveau de crainte d’un cran. Etait-il capable de me tuer ? Je n’en savais franchement rien, et je n’avais pas particulièrement l’envie de tester ça ici et maintenant. Mais sa question était tellement soudaine que j’étais prêt à me transformer en un instant. Heureusement, il eut tôt fait de préciser sa pensée et de me demander ce que j’avais contre son équipage. Peut-être sous le coup du soulagement, je lui racontais tout. De toute façon, je ne le cachais pas, et si Teach le cachait à son équipage c’était son problème, pas le mien. Peut-être effectivement que Taizone avait oublié, peut-être qu’il n’avait jamais su, allez savoir. Au moins, à partir d’aujourd’hui il le saurait, il saurait pourquoi on se battra le jour où je serai capable de me mesurer à l’équipage du yonkou dont il faisait partie.

    Sans grande surprise, il était au courant pour la quête des fruits du démon dans laquelle Teach s’était lancé. Et de façon tout aussi prévisible, il l’avait déjà aidé dans son œuvre. Aussi puissant soit-il, il ne pouvait s’atteler à une telle tâche seul. Il y avait tant de pouvoirs puissants, et d’utilisateurs les maniant presque à la perfection. Il avait plutôt intérêt de bien s’entourer, c’était un fait. Et de nouveau, Taizone parlait de la possibilité que l’on s’affronte. Décidément, je finirais bien par croire qu’il allait me sauter à la gorge dès qu’il se lèverait de sa chaise. Mais pour l’instant, il ne faisait aucun mouvement douteux, il ne semblait pas prêt à bouger brusquement, ni même à déclencher son pouvoir. Quoique, avait-il vraiment besoin de bouger pour l’activer. Qui sait, il pourrait me projeter une gerbe d’acide sans même lever le petit doigt. La vraie question était surtout de savoir si son acide était suffisamment puissant pour attaquer les écailles d’un dragon. Mes écailles me protégeaient de bien des choses, mais l’acide n’était pas vraiment le genre de chose que je pouvais tester n’importe quand et n’importe où. C’était bien évidemment le seul utilisateur d’acide, mais même hors pouvoir je n’en croisais pas aussi souvent que ça. Je suppose qu’on découvrira ça sur le tas le jour où on s’affrontera…

    « Je n’en doute pas, que tu l’aides, un équipage c’est fait pour ça. Je ne sais pas trop comment ça fonctionne pour qu’il vole les fruits, mais t’es certainement d’une grande aide pour les plus récalcitrants. »

    En même temps, qui se laisserait faire sans se défendre ? Surtout en sachant qu’à priori, sa technique passait par la mort du précédent hôte, le seul cas connu étant Barbe Blanche, mort après l’ouverture du rideau installé par l’équipage de Barbe Noire. Forcément, je ne serai pas plus conciliant quand le grand jour arrivera.

    « Ouais, ça arrivera sûrement. Même si c’est pas vous qui venez à moi, c’est moi qui viendrai à vous, et je suppose que vous ne laisserez pas votre capitaine se battre seul. »

    La solidarité, ça avait ses bons et mauvais points. La dernière fois que j’avais rencontré Teach, mon équipage était resté pour me soutenir, mais il y avait eu des blessés, et des risques de pire si la marine n’avait pas débarqué en faisant fuir notre adversaire.
    « Enfin, on verra ça en temps voulu. Pour l’instant, on a autre chose à faire. »
    Et je n’étais pas vraiment dans un endroit propice à une bataille, le plafond était trop bas pour que je puisse profiter de l’avantage du vol.
    « Ces trésors ne se découvriront pas tout seul ! »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Mar 30 Jan - 19:09

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2683

Navigation
Doriki:
3878/6000  (3878/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Posé sur cette même chaise depuis le début des mes interrogations, j'observais les réactions de chacune de mes paroles sur ce capitaine pirate qu'était Shiraho. Il se tenait sur ses gardes. Je pouvais le sentir déjà préparé à me sauter dessus si j'en venais à faire un geste de travers qui pourrait le brusquer. La tension avait monté d'un cran dès que j'avais demandé pourquoi je ne devrais pas le tuer. Cette question, quoi que banale pour quelqu'un comme moi qui commençait à me connaître, semblait avoir installé une sorte de doute dans son esprit à mon sujet ; étais-je réellement un monstre ou essayais-je simplement de me donner un genre en cherchant la provocation ? Il devait le savoir et n'en être dupe, ce qui serait de toute évidence, la meilleure chose pour lui, sachant que j'étais un dangereux pirate. Tout le monde était au courant de ma nature sanguinaire, parfois brutale et égoïste. Personne ne pouvait, en pensant sagement, que j'avais un cœur juste et valeureux comme tous ces gens de biens ou ces héros qu'adoraient les populations. Le mal était mon seul maître, du moins dans la majeure partie des moments de ma vie, puisque dans d'autres, j'étais en mesure de l'offrir pour le bonheur d'inconnus en mauvaises postures.

Il disait la vérité sur ce qu'était un équipage. Nous en partagions une unique vision. Si le capitaine avait des ordres à donner, il fallait obéir sans remettre en cause ces dits ordres et cela pouvait aller à l'encontre de certaines bonnes volontés qui peuvent ainsi transformer une personne de qualité ou de condition qui se refusait d'aborder le mal, une créature sombrant dans les Ténèbres. Je l'avais, pour ma part, fait de mon plein gré en créant tout d'abord les Killers Hell, puis en acceptant de me battre pour celui qui était à ce jour devenu l'un des Quatre Empereur. Je me battais avec fierté pour lui, cependant, étant constamment dans la provocation et dans la recherche d'une plus grande puissance, il m'arrivait de mettre mon capitaine dans l’embarras en cherchant à combattre tout ce que je voyais dans les environs.

Je lui avais avoué, il y a quelques instants, qu'il m'arrivait d'aider dans les recherches du capitaine pour des fruits du démon d'utilisateurs aux capacités intéressantes. Il n'en paraissait pas étonné le moins du monde, à croire que cela pouvait se lire sur mon front et que j'étais le seul à ne pas le voir.

« Oui c'est certain qu'un équipage est fait pour ça, bon résumé ! Sinon, en ce qui concerne la façon dont il est en mesure d'extraire les fruits du démon, j'ai une petite idée sur le sujet, mais je préfère la garder pour moi car on ne sait jamais, cela est tout de même un secret ! Ahahah »

J'avais une idée sur le sujet, effectivement, mais je n'avais la folie d'en parler avec un ennemi, quel qu'il soit, car cela pourrait nuire à mon capitaine si je venais à avoir raison sur ce qu'il se devait de faire afin de prendre le pouvoir d'une tierce personne. Je ne perdais pas mon temps. J'étais souvent en train d'analyser ce que je voyais, ou lorsque je ne pouvais qu'entendre ou sentir, je tentais d'analyser encore ce qu'il y avait à en exploiter pour comprendre mieux le bon fonctionnement de ce qui retenait mon attention. Voici comment j'avais si rapidement progressé au sein de la hiérarchie de l'équipage de Barbe Noire en 2 ans à peine et de quelle manière je devenais de plus en plus redoutable en développant autant mon corps que mon intellect, mon esprit de stratège, mon instinct bestial ou mes techniques qu'elles soient à base d'acide ou de fluide.

Shiraho, suite à mes déclarations quant à un futur affrontement entre nos équipages, avait l'air préparé à cette idée. Sans doute bien davantage mentalement que physiquement, mais il n'avait pas peur de nous combattre, ce qui montrait un courage exemplaire digne d'un de ces hommes bons dont je parlais justement plus haut.

« Nos équipages sont vraiment destinés à s'affronter, alors sache que lorsque cela arrivera, puisque cela ne peut qu'arriver, il te faudra donner le maximum contre moi pour survivre, je ne te ferais aucun cadeau. »

Je sentais que cela allait arriver. Mon instinct ne me trompait pas souvent. Je lui faisais entièrement confiance. Le dragon de feu et l'homme acide seront sous peu confronté l'un face à l'autre dans un combat acharné. Au sein de mon esprit, je voyais cela dans une grande arène, avec des spectateurs enthousiaste de pouvoir assister à un superbe divertissement qui ne coûterait pas un bras.

Il était une de mes cibles. Je l'avais ajouté à ma liste. Un nouveau nom dans celle-ci venait de s'inscrire.

« Tu as raison, désolé d'en parler, mais cette envie de tester mes capacités contre toi me séduit bel et bien ! Allons, en attendant que ce moment ne vienne, lançons nous dans cette quête aux trésors ! »

Je m'étais levé en toute hâte de bonne humeur. Souriant d'un air agréable, je m'avançais donc vers le dragon pour que nous continuons notre avancée dans cet incroyable navire, puis, dans l’inattendu le plus total, des bruits sourds se firent entendre qui approchèrent dans notre direction par l'endroit où nous allions nous rendre pour atteindre la prochaine pièce. Que cela pouvait-il être ?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Mar 13 Fév - 17:05

Kokaku ShirahoLe guerrier dragon
Le guerrier dragon
avatar

Messages : 3520

Navigation
Doriki:
3745/6000  (3745/6000)
Fruit du Démon: Ryû Ryû No Mi

    Bien sûr, il en était tout à fait capable. Si l’envie lui en prenait, il pouvait très bien commencer à m’attaquer, sans crier gare. Je ne l’avais pas vu de mes propres yeux les quelques fois où l’on s’était croisés, mais les journaux le qualifiaient d’instable, de sanguinaire. Bon, ils avaient tendance à sur-critiquer les pirates pour que tout le monde en ait bien peur, mais la plupart du temps, une part de vérité se trouvait dans les mensonges. Et je n’avais pas de difficulté à imaginer que cette description était relativement réaliste de la part d’un membre de l’équipage de Barbe Noire. Jusque-là, il ne s’était rien passé de grave entre nous, mais ce n’était probablement qu’une question de temps. De toute façon, on était destinés à s’affronter, en tête à tête ou bien équipage contre équipage. Rien ne me garantissait qu’il ne lancerait pas lui-même l’assaut, même si ça déplairait à Teach qu’il me tue sans qu’il ne soit là pour récupérer mes pouvoirs. Enfin, à condition qu’il me tue. Sa prime était plus élevée que la mienne, certes, mais il faisait également plus de bruit que moi. Ces deux dernières années il a foutu le bordel là où moi j’ai fait profil bas. Pas dit que sa prime n’indique un gap de puissance entre nous aussi important. Même s’il devait tout de même en exister un…

    Et puis il répondit sur la question de l’équipage, confirmant mon point de vue. Je détestais au plus haut point les techniques de son capitaine, mais visiblement certains étaient encore droits dans leurs bottes. Enfin, relativement parlant puisqu’il s’agissait quand même de faire le mal, mais il savait qu’il n’était pas dans un équipage pour n’en faire qu’à sa tête. Bon, certains équipages étaient plus permissifs que d’autre, mais il y avait tout de même des fois où il fallait écouter son capitaine. De mémoire, ça n’était arrivé dans mon équipage que lors de notre altercation avec Barbe Noire justement. S’ils n’avaient pas tous écouté mes ordres de fuite, ils avaient au moins écouté mes conseils au combat. Pouvais-je vraiment leur en vouloir d’avoir voulu me prêter main forte ? Pas vraiment, en rétrospective, mais j’aurais tout de même préféré qu’ils ne se mettent pas en danger de la sorte. Bref, les secrets semblaient étonnement être monnaie courante dans l’équipage de Barbe Noire puisqu’il ne semblait pas savoir comment il volait les fruits. Etrange. Ou peut-être bluffait-il ? Comment le savoir ? Enfin, au pire, je n’avais pas vraiment besoin de cette information. La seule fois publique où on l’avait vu faire ça, c’était avec Barbe Blanche, et il avait attendu sa mort pour entrer en action. Je suppose au moins qu’il faut la mort de l’utilisateur pour qu’il le vole. Et je ne compte pas mourir face à lui.
    « Ouais, ça la foutrait mal que tu me dévoiles trop de trucs sur ton capitaine. De toute façon, pour ce que ça m’avancerait… »

    C’était loin d’être l’information décisive qui ferait pencher la balance de la bataille qu’on aura un jour à livrer. Il avait des intérêts pour moi, j’en avais pour lui, l’affrontement réel n’était qu’une question de temps. Quelque chose qui ne pourrait même pas être stoppé par les marines, comme la dernière fois. Une bataille dantesque où, sûrement, les deux équipages au complet devraient s’affronter. Je devais me préparer au mieux à ce jour. Je devrais préparer au mieux mon équipage à ce jour. La bataille de la dernière fois m’avait bien fait comprendre que je n’avais pas encore le niveau, mais ça n’était, là aussi, qu’une question de temps. J’avais tant de moyens d’évoluer, de grandir, et de potentiellement le dépasser. Contrairement à ce que Taizone insinuait avec son avertissement, je ne comptais clairement pas les sous-estimer. Cette bataille sera décisive, et je ne compte pas la perdre. Avec un rire à la limite de l’honnête et du nerveux, je lui répondis donc :
    « Voyons, je suis pas du genre à sous-estimer un adversaire, c’est pas comme ça qu’on traite un ennemi. Sauf la marine, je les prend pas très souvent au sérieux, mais ils comptent pas vraiment, eux. »

    Mais revenons plutôt au sujet de notre balade. Il y avait sûrement des secrets planqués dans cet étrange lieu. Et j’aimerais retrouver mon équipage avant la nuit, même si dans ces sous-sols je n’avais aucune idée de l’heure qu’il pouvait être. Ils ne se trouveront pas tous seuls et il serait grand temps qu’on se remette en route. Il acquiesça, non sans une dernière provocation à laquelle je ne répondis pas. En fait, je n’eus pas vraiment l’occasion de répondre que des bruits sourds et des tremblements se faisaient sentir. Y avait-il finalement de la vie en ces lieux que l’on pensait abandonnés depuis longtemps. Aux aguets, je scrutais la salle comme si je pouvais trouver une réponse à ma question, en vain.
    « On verra plus tard pour tester tes capacités, t’as entendu ça ? Je croyais qu’il n’y avait personne ici ? Qu’est-ce que ça peut être ? »
    Et sans vraiment attendre de réponse de sa part, je me mettais en marche, du côté d’où venaient les bruits qui se rapprochaient de nous. Je me postais derrière la porte, sans pouvoir comprendre ce qu’il se passait de l’autre côté. Je jetais un regard à Taizone pour m’assurer qu’il était prêt à affronter ce qui nous arrivait dessus, et j’ouvrais la porte d’un coup sec.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Sam 31 Mar - 9:24

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2683

Navigation
Doriki:
3878/6000  (3878/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Il avait raison, je ne devais pas trop en dire au sujet de mon capitaine. Je n'étais pas là pour cela, et cette idée ne m'avait absolument pas traversé l'esprit. Je ne comptais pas offrir à l'un des ennemis de l'équipage la moindre information. Je ne voulais pas avoir une de ces étiquettes de vendus que l'on colle à ceux qui osaient vendre des informations sur les membres de son équipage. J'aurais pu lorsque j'avais rencontré l'agent du gouvernement, mais ce n'était pas mon genre, c'était totalement contre mes principes. Shiraho ne s'attendait pas à recevoir de telles paroles, tant mieux, nous étions alors sur la même longueur d'onde.

Après, la fin était de plus en plus proche et je ne pouvais le nier. Je le savais, je le sentais, elle aussi, s’impatientant dans la pénombre, attendait avec impatience. Impossible de m'y soustraire, mon ultime confrontation. Je pourrais décider de tout dévoiler avant de disparaître, oui, cependant je préférais tout garder pour moi, ne rien ébruiter pour ne pas faire trembler un royaume qui m'est cher. Je n'étais pas un traître. Je ne voulais pas en devenir un, jamais, même sous la contrainte, la souffrance était plus douce que de parler à tord de ceux qui représentent à ms yeux une sorte de famille. J'en tuais certain lorsque l'envie me prenait, il m'arrivait de leur faire du mal, mais j'aimais passé du temps avec eux.

L'avertissement que je lui avais lancé sur le fait que s'il voulait survivre dans un affrontement entre nos équipages il lui faudrait donner son maximum, le fit rire. Je l'avais ainsi ajouté à la liste de mes cibles. Un nom de plus dans une longue liste de gens que je n'aurais pas le temps de tuer, pourtant cela ne me dérangeait pas de les ajouter sans avoir la possibilité de les réduire à néant. Je connaissais mes limites. Le temps était compté, je devais profiter de ce qu'il me restait.

Les moments de lucidité était vraiment horribles. Je me trouvais alors comme face à mes problèmes et je ne pouvais leur échapper. Ces pensées m'avaient légèrement empêchées d'écouter ce que racontait le dragon. Il devait sans doute répondre à ce que je venais de lui dire. J’espérais que rien d’intéressant ne soit sorti de sa bouche à ce miment. J'aurais du boire chacune de ses paroles en quête d'un élément à noter et à transmettre à mon capitaine, lui, avide de connaissances sur ses propres cibles, tous possesseurs de fruits du démon incroyables.

Shiraho se trouvait près de la porte, juste derrière elle. Il semblait préparé à l'ouvrir. Du bruit provenait de l'autre côté. Nous étions là, à attendre, quelques secondes. Il ouvrit la porte. Des araignées d'une taille impressionnante en sortirent la gueule toute baveuse. Sans perdre une seconde, je recula d'un bond et l'acide se mêlant avec le haki de l'armement prirent place sur mon corps pour établir une base d'armure solide.

C'était la première fois que j'en voyais de si imposantes, et je ne savais pas quelles étaient leurs spécificités. J'avais toutefois le pouvoir de l'acide. Il était nécessaire de se débarrasser de ces créatures en faisant attention à l'espace. Nous étions dans une salle, à l'intérieur d'un navire, c'est pourquoi on était dans l'obligation de ne pas trop s'emporter et se gêner mutuellement avec nos propres attaques.

J'avais donc dégainé mes sabres, confiant en nos chances de survie, et je tranchais habillement toutes celles qui se dépêchaient sur moi tandis que je laissais Shiraho s'occuper des autres. Nous avions enfin le droit à de l'amusement.

« Essaye de ne pas te faire tuer ! Ahahah »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Sam 7 Avr - 15:13

Kokaku ShirahoLe guerrier dragon
Le guerrier dragon
avatar

Messages : 3520

Navigation
Doriki:
3745/6000  (3745/6000)
Fruit du Démon: Ryû Ryû No Mi

    La discussion entre nous avait quelque chose de surnaturel. N’importe quel spectateur extérieur serait d’accord pour dire que nous étions ennemis, qu’une confrontation allait éclater à n’importe quel moment, mais il n’en était rien. Notre conversation avait une certaine facette de tension, comptait des non-dits tout relatifs à notre relation supposément conflictuelle, mais s’arrêtait à ça, en tout cas pour l’instant, et était bien plus cordiale qu’on ne pourrait le penser. Je comprenais parfaitement qu’il ne donne pas plus d’indications que ça sur son capitaine, et je ne comptais pas non plus lui donner d’information sur mon équipage. C’était un consensus implicite, on fonctionnait tout de même un minimum pareil. Et c’est pour ça que malgré la rivalité qu’on devait avoir par l’opposition de nos équipages, une certaine forme de respect entre nous était installée. Qui aurait tôt fait de voler en éclats, mais pour l’instant on pouvait profiter du calme.

    Bien au contraire, des rires étaient lâchés. Il me conseillait de me donner à fond le jour où on s’affrontera, comme si ça n’avait pas été mon but initial. Je savais que c’était l’équipage d’un yonkou, on ne prend pas la tête d’un yonkou en claquant des doigts, il faut se préparer, et ne pas retenir ses coups. La moindre erreur dans une bataille de cette envergure pourrait être fatale, et j’en avais bien conscience. Et c’était bien pour ça que je ne m’attaquais pas à Taizone dès que l’occasion se présentait. Et c’est pour ça que je ne cherchais pas encore l’équipage de Barbe Noire. Je le traquerai plus tard, quand je serai prêt à l’affronter, quand je pourrai gagner. Je ne reçus aucune réponse de Taizone, allez savoir ce que ça voulait dire. Et je ne saurai sûrement jamais son avis sur ce que je venais de dire puisque des bruits s’élevèrent de la porte.

    Une fois Taizone informé et prêt à ce qui pouvait nous attendre de l’autre côté de cette porte. J’ouvrais donc la porte. Et là, léger mouvement de recul, une gueule énorme d’araignée passait à travers l’encadrement.
    « Depuis quand c’est aussi gros ces bestioles ? »
    Question rhétorique. J’étais passé par Little Garden et Longring Longland, avec leurs animaux surdimensionnés et déformés. Je n’étais pas à une araignée géante près. Les premières foncèrent sur Taizone, et du coin de l’œil je l’observais se recouvrir d’acide pour les accueillir. Sur le coup, je ne me souvenais plus s’il avait fait ça au mariage de Marde, mais qu’importe. J’avais mes propres araignées à gérer. Je pourrais facilement m’en débarrasser avec des flammes, mais mieux valait ne pas causer d’incendie dans ce navire. Il faudra que je les utilise avec parcimonie.
    « Bah, si j’me fais tuer par ça, c’était même pas la peine de rêver à un affrontement entre nos équipages ! »
    Et je me transformais, me plaçant devant la porte pour gêner la sortie des araignées. Pour leur donner un avant-goût de ce qui allait leur arrivée, je leur lançais une petite boule de feu, pas de quoi les faire flamber intégralement, mais suffisamment pour activer leur instinct de survie face à ça. Suite à cette provocation, je me ruais donc sur elles, toutes griffes dehors, prêt à trancher des pattes et des corps...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Ven 22 Juin - 13:43

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2683

Navigation
Doriki:
3878/6000  (3878/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Les araignées semblaient vouloir nous manger, Shiraho et moi, mais nous n'étions pas du genre à nous laisser vaincre, encore moins par ces hideuses créatures. Elles tentaient de m'atteindre de leurs longues et fines pattes, de me ficeler, de me mordre, mais rien ne fonctionnait pour leur plus grand malheur. J'étais un adversaire coriace qui ne savait se laisser faire, mais qui avait par ailleurs un problème d'évaluation des ennemis fort problématique puisque je ne faisais que sous-estimer ses ennemis. Combattant au corps à corps avec seulement une armure d'acide sur le corps, j'étais toujours dans cette optique. Je sous estimais mes ennemis comme si aucun danger ne pouvait en provenir. Je me voyais tout puissant dans cette situation, oubliant que l'inattendu est plus fort que tout s'il le veut, que cela nous plaise ou pas. Les paroles du dragon me firent rire, assez pour que je sois à peu de me faire attraper par une des araignées.

Je n'usais que de coups basiques, simplets pour affronter ces bestioles sans la moindre envergure au niveau de leur dangerosité. Leur force était faible. Elle frôlait presque le ridicule, cependant, dans un bateau et avec leur imposante taille, mieux fallait-il les prendre au sérieux. Pas besoin tout de même de modeler l'acide qui se trouvait sur mes mains pour en faire des épées ou je ne sais quelle arme avec une dose de haki de l'armement. Oui, je comptais les prendre au sérieux, mais je n'allais pas me prendre au sérieux dans ce combat. Je connaissais mes limites. Me battre sérieusement contre ce genre d'adversaire signifiait réduire en débris le navire sur lequel nous étions, cela n'était sans doute pas la solution. Shiraho était lui aussi dans mon cas, nous ne pouvions être sérieux avec notre véritable puissance. Nous devions garder nos techniques secrets pour ce moment où nous serions enfin l'un contre l'autre dans un combat à mort et ce, avec ou sans nos équipages respectifs.

Les coups pleuvaient de nos corps pour tomber avec un sang froid incroyable sur les araignées qui étaient en infériorité face à aussi fort que nous, je trouvais cela fort amusant. J'avais envie d'en rigoler, cependant je ne devais pas me relâcher. Elles étaient sûrement venimeuses alors il fallait faire un minimum attention. Je me servais du haki de l'observation pour assurer mes arrières et tout se passait pour le mieux de la sorte. Shiraho se débrouillait bien de son côté comme je m'y attendais de sa part ; je gardais ainsi des yeux sur lui pour en saisir le maximum d'information sur son mode de combat.

Mes lames faisaient le nécessaire pour se débarrasser des ennemis. Bientôt, le travail fut accompli. Nous n'avions dès lors plus d'araignées sur notre route. Le dragon avait réduit en miettes la plupart d'entre elles, je m'étais chargé de trancher les autres ou de les exposer à mon acide. J'allais m'approcher de lui pour lui dire à quel point on avait fait un sympathique travail d'équipe quand tout à coup mon escargophone sonna. C'était Burgess au bout de la ligne. Je devais rentrer à bord du navire. Il était temps de partir et je n'avais plus une minute à perdre dans cette aventure qui m'avait particulièrement bien amusé.

« Je suis désolé Shiraho, je dois rejoindre le navire. On se reverra prochainement j'en suis certain, prends soin de toi jusqu'à ce jour ! Ahahah »

Une fois nos adieux faits, je pris le chemin inverse de celui que nous allions suivre pour revenir en arrière. Je suivais les pas qui m'avaient conduit à cet endroit et je pris la route du navire qui n'attendait plus que moi pour reprendre la mer.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Président de pacotille dans un pays zombifié, accoutré de haillons roses
» Les morts prennent parfois plus de place que les vivant dans nos coeurs /Anti/
» Un pied dans le pays [Calixte]
» Deux regards de braise au pays de la foudre [ft Haru... et quelques volailles]
» Le neoliberalisme est-il la meilleure politique economique pour les petits pays?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Thriller Bark-