AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Jeu 19 Jan - 21:29

Kokaku ShirahoLe guerrier dragon
Le guerrier dragon
avatar

Messages : 3267

Navigation
Doriki:
2417/6000  (2417/6000)
Fruit du Démon: Ryû Ryû No Mi

    Cette île était pas sur la carte ! Même Al savait pas qu’on allait tomber dessus. En même temps, il était fort probable qu’on se soit perdu, avec le brouillard innommable qu’on avait traversé, et dans lequel on était encore. J’avais l’impression que ça faisait des jours que j’avais pas vu la lumière du soleil. Et il n’était pas impossible que ce soit effectivement le cas, en fait. Je me souviens même plus depuis quand on a décidé que, parce que l’aiguille du log pointait droit dans cette purée de pois, on allait foncer tout droit. En soi, ça aurait pu bien se passer, il suffisait de continuer tout droit. Mais non, on est tombé sur une île étrange, entourée d’une structure en pierre avec une sorte de porte représentant une bouche. Et avant qu’on ne tilte, on était rentré. De toute façon, elle m’intriguait cette île. Déjà les murs extérieurs n’étaient pas banaux, et puis il semblait y avoir des voiles très mal entretenues, comme si c’était un bateau. Etrange, hein ? On a donc fini par accoster, mais je fus le seul à poser pied à terre. L’ambiance de l’île n’attirait pas vraiment les deux autres. C’est compréhensible, mais j’aimerais bien savoir ce qu’il y a ici. Et éventuellement trouver à manger, pas qu’on soit court en provisions, mais il est toujours bon d’avoir de l’avance.

    J’avais définitivement perdu la notion du temps, je ne savais trop depuis combien de temps j’errais sur cette île visiblement abandonnée. J’avais tourné dans une forêt, et j’atteignais à peine le grand château que l’on pouvait voir de loin. Je n’étais pas perdu en soi, il me suffisait de voler pour retourner au navire. Mais bon, j’avais voulu prendre mon temps, visiter un peu cet endroit lugubre et voir s’il y avait quelque chose d’intéressant. Mais non, rien de chez rien. C’est comme si tous les habitants du coin avaient foutu le camp. Ce qui est compréhensible avec un horizon comme ça, mais bon. Avec un peu de chance, le château sera un peu plus habité.

    Mais premier signe que ce n’était pas le cas : la grande porte ouverte. Qui laisserait sa porte ouverte comme ça ? Personne voyons. Mais bon, je rentrais quand même avec un peu d’espoir. Les peintures et autres décorations étaient légion, il y avait de quoi se faire un petit pactole en revendant tout ça. Mais ce n’était pas ça qui m’interpela le plus. C’était la présence d’une autre âme vivante. Je commençais à désespérer de trouver quelqu’un, alors ça faisait déjà une surprise. Mais cette surprise était encore plus grande en reconnaissant de qui il s’agissait.

    « Taizone ? »

    Pas de doute, l’homme acide se tenait devant moi, semblant au moins aussi perdu que je le serais si je n’avais pas la garantie de retrouver mon chemin par la voie des airs. Il était un des rares membres de l’équipage de Barbe Noire que je supportais, après qu’il m’ait prêté main-forte face à un Franky et une Robin qui avaient perdu leur liberté. Il faut dire que je n’ai pas rencontré en vrai beaucoup de membres de cet équipage. Teach lui-même, Taizone, et Vesperine. Cette dernière m’avait empêché de porter le coup fatal à son capitaine, elle avait été rangé dans les ennemis. Après coup je me dis que ça n’aurait sûrement pas suffi. Mais ça aurait tout de même pu laisser un mauvais souvenir au gros, ça n’aurait pas été de trop. Enfin bref.

    « T’es perdu ? Y a pas l’air d’avoir grand-chose par ici… »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Mer 25 Jan - 16:12

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2549

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Lorsque nous étions passé près de cet immense navire à la lugubre allure qu'étais le Thriler Bark, je ne pouvais faire comme-ci je n'avais pas eu une soudaine envie de m'y rendre. J'étais sous le charme. Je tenais à aller explorer les lieux en quête d'aventures. J'aimais les histoires d'horreurs, et cet étrange vaisseau me rappelait l'une d'elles qui parlaient de navires fantômes dirigés par des morts-vivants dans un endroit reculé des mers au doux nom de Triangle Florian. D'après la légende des centaines de bateaux disparaissaient dans cet endroit, et je trouvais que cela pouvait s'avérer être dans cette zone maritime. J'y pensais, et j'étais curieux. J'avais donc fait savoir aux membres de l'équipage que j'allais me promener sur ce navire, et que je reviendrais par la suite dès lors que j'en aurais terminé. Personne ne s'opposa puisque personne n'avait le choix de toute manière si je tenais à faire une sortie, je la ferais si j'en éprouve le besoin. Le seul qui pouvait se mettre entre mes plans de voyage et l'équipage était le capitaine, cependant il n'avait pas été contre donc j'en profitais pour m'absenter. Je ne dis pas qu'il m'avait autorisé à m'en aller, mais étant donné que nous n'avions pas de combat de prévu, j'avais du temps à consacrer à mes petites excursions. Tant mieux car je n'avais pas soif de destruction. Pas aujourd'hui.

J'avais donc pris mes armes, car je ne savais pas à quoi m'attendre ainsi que quelques subalternes pour m'accompagner. Il n'avait pas le moindre intérêt. J'étais contraint de devoir les emmener avec moi, car j'avais besoin d'eux pour retourner à bord du navire dès que ma visite sera finie. Je voulais partir en barque, mais je craignais de chavirer avant d'arriver à destination donc nous avions pris un moyen de transport légèrement plus large. Si j'étais capable de voler, de marcher dans les airs ou encore de nager, je serais volontiers aller en solitaire sur ce navire, cependant étant un possesseur de fruit du démon, la mer était un véritable danger. Je craignais la mer, la même mer que j'aimais ; nous avions une relation compliquée, comme celle que j'avais eu avec celle dont je ne souhaiterais pas évoquer le nom pour ne pas qu'elle vienne de nouveau me hanter. Elle me manquait toujours davantage. J'avais de la chance de ne plus être complètement humain, de ne plus comprendre les émotions et sentiments qui me faisaient vivre auparavant. Je vous fais cet aveu, pourtant j'aimais toujours cette fille comme au premier jour.

J'avais tellement changé depuis sa mort. J'étais certain qu'elle devait m'en vouloir d'être devenu ce monstre et de m'obstiner à poursuivre dans la triste voie de la destruction. De là-haut son regard était sans doute en train de me foudroyer, et je faisais comme si je ne voyais rien, alors que je le sentais s’abattre sur ma personne. Je m'en voulais, mais je ne pouvais plus faire marche arrière car le passé ne pouvait être effacé ; tous les gens que j'avais tué et les familles que j'avais brisé, cela ne pouvait revenir comme avant par ma faute. J'en avais conscience. J'étais préparé à souffrir dans le Royaume des Morts pour mes péchés, néanmoins tant que je foulerai cette terre, je poursuivrai mes projets afin que le monde puisse également changer.

Après un transport d'un navire à un autre qui me paru durer une éternité, je pus enfin poser les pieds sur celui qui m'intriguait ; et il me donnait plus l'impression d'être une île qu'un navire par sa taille impressionnante. J'étais stupéfaits, j'étais impatient de commencer à me balader, j'ordonnais donc à mes subalternes de garder l'embarcation jusqu'à mon retour. En ajoutant bien évidemment que s'ils n'étaient pas là quand je rentrerai, je n'hésiterai pas une seconde à leur faire subir le supplice de l'acide. Comment pouvait il aller à l'encontre de ma volonté maintenant que mes directives avaient été lancées avec autorité ? Ils n'avaient pas le choix, et j’appréciais d'avoir ce genre d'emprise sur les faibles comme eux, cela était plaisant. Voilà à quoi mes plaisirs quotidien se résumait, à prôner la violence dans mon entourage et à détruire ceux des autres sans le moindre scrupule.

J'étais passé d'une forêt à un château sans voir une âme qui vive ; je me sentais seul pourtant j'avais porté une attention particulière avec l'aide du haki de l'observation à scruter les alentours en espérant voir un être vivant. Pas que je m'attendais spécialement à croiser du monde, néanmoins je pensais rencontrer des horreurs afin de me mettre en danger. Je m'étais donc trompé. J'étais assez déçu que ce navire soit inoccupé. Il semblait l'être depuis un long moment. Un combat avait l'air de s'y être déroulé par le passé ; peut-être était cela qui avait signé l'arrêt de mort de la population. Je me posais pas mal de questions sur ce qui avait pu se passer, et j'étais assez embêté de ne pouvoir avoir les réponses. J'allais tout de même faire avec puisque je n'avais le choix pour le moment. Je me promenais dans le château sans but précis ; j'observais avec plaisir les peintures, qui malgré mon odieux goûts pour l'art, donnaient l'impression de valoir une fortune, puis je fus comme alerté d'une présence qui s'approchait de ma position. Intéressant. J'étais excité quand à l'idée de me trouver en face d'une personne. Je m'étais donc assis sur un banc couvert de poussières en attendant l'arrivée de ce mystérieux personnage. Les minutes devenaient des heures tant le temps devenait long. Toutefois, il finit comme toute maladie par se dissiper pour laisser place à l'individu que j'attendais patiemment. Il était seul. Je le sentais. Il arriva seul. Je le voyais. Je fus surpris de voir apparaître sous mes yeux le guerrier dragon Shiraho. Il avait l'air en pleine forme depuis notre dernière rencontre au mariage de Marde Guille. Nous avions combattu ensemble, de ce fait, je n'allais pas lui chercher des problèmes ; surtout que je n'en éprouvais pas le besoin.

«  Hello Shiraho ! Alors non je ne suis pas réellement perdu et toi ? Ahahah sinon tu as bien résumé la situation ; ce navire est vide de monde, et cela en est presque désolant vu sa taille ! »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Dim 19 Fév - 16:11

Kokaku ShirahoLe guerrier dragon
Le guerrier dragon
avatar

Messages : 3267

Navigation
Doriki:
2417/6000  (2417/6000)
Fruit du Démon: Ryû Ryû No Mi

    Il s’était définitivement passé quelque chose sur cette île. Maintenant que j’étais à l’intérieur du château, c’était clair. Il y avait des traces de lutte à certains endroits, des débris à d’autres. Le pire serait la cour centrale, mais ça, j’ai un peu de temps avant d’aller la visiter. En tout cas, ce château confirmait l’impression que donnait déjà l’extérieur. Même la faune ne semblait pas vouloir rester ici. Seule la végétation pouvait prendre le contrôle de l’île. S’il y avait eu âme qui vive, sûrement qu’ils auraient embarqué les peintures et se seraient barrés vite fait, bien fait. Et pourtant, je n’étais pas le seul sur l’île. Enfin, c’était un visiteur comme moi qui était assis là, sur le banc, me fixant tout comme je le fixais. A moins que cette île ne soit devenue le nouveau QG de l’équipage de Barbe Noire, ce qui collerait étonnement bien au capitaine. L’espace d’un instant, cette idée me fit frissonner. Je n’étais toujours pas prêt à le vaincre, trop peu de temps s’était passé depuis notre affrontement, et le résultat n’en serait sûrement pas changé.

    Mais bon, Taizone était là, seul, dans un château à la porte grand ouverte. Ils ne s’étaient sûrement pas installés là. S’il m’avait répondu qu’il était perdu, ça aurait éliminé définitivement cette suspicion, mais non, il n’était pas "réellement" perdu. Qu’est-ce que ça voulait dire ce "réellement" d’abord ? Enfin, il semblait n’avoir découvert que récemment lui aussi qu’il n’y avait personne dans les parages. Le tout étant de savoir pourquoi il appelait ça un navire. Cela étant, avec les voiles, ça avait un air de navire en y repensant. Mais bon, c’est quand même vachement bizarre de faire d’une île un navire… Enfin, depuis le temps que je me balade sur Grand Line, je n’étais plus à ça près au niveau des aberrations. Quoiqu’il en soit, il m’avait retourné la question, et contrairement à certains de ses camarades, j’étais enclin à avoir une discussion normale avec lui.

    « Bah, l’avantage quand on peut voler, c’est qu’on n’est jamais vraiment perdu, ahah. »

    Enfin, sur l’île tout du moins. Avec ce brouillard, je ne savais pas trop quelle altitude je devais prendre pour en sortir, et encore moins pour voir dans quelle direction on devait aller. Si ça se trouve, c’était même simplement impossible de voler si haut que ça ? Bah, on trouvera bien un moyen de sortir de ce brouillard. De toute façon, il ne doit pas y avoir énormément d’îles dedans, et même s’il y en avait, elles seraient sûrement abandonnées comme celle-ci. Qui voudrait vivre dans une nuit éternelle ?

    « Ah c’est donc un navire ? J’étais pas trop sûr, vu qu’il y a quand même une île au beau milieu. Mais si c’est un navire, il a dû se passer quelque chose pour que l’équipage décampe… »

    Je m’avançais, intrigué par les tableaux et surtout par la possibilité d’en embarquer quelques-uns. Après tout, avec Taizone on était d’accord, il n’y avait personne ici qui pourrait m’engueuler. Et même si c’était le cas, je ne me gênerais pas vraiment. Mais du coup, si c’était un navire, des pirates y vivaient sûrement, d’après les voiles. Si ça se trouve, vu comme ils ont l’air d’être partis à la va-vite, ils ont peut-être laissé un vrai trésor dans le coin, plus que même les peintures. Mes yeux s’éclairaient d’avarice avec un léger sourire en coin.

    « Mais du coup, ça veut dire que tout ce qui peut se trouver ici est à celui qui le trouve non ? Il doit bien y avoir quelques richesses planquées dans ce château ! »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Mer 15 Mar - 18:37

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2549

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

La discussion était désormais entamée. Bonne chose car je n'avais pas envie de rester seul sur ce navire. J'allais ainsi pouvoir en apprendre davantage sur l'une des cibles de mon capitaine, et sur celui qui avait combattu à mes côtés face au Tartaros lors d'un affrontement titanesque. J'avais un certain respect pour lui, et pour cela, il pouvait garder son calme puisque je ne comptais pas prendre les armes. J'essayais d'être agréable. J'étais certes un méchant de nature, cependant il méritait que je le considère comme un égal donc que je ne sois pas arrogant à son égard. Il était capitaine d'un équipage pirate qui gagnait à se faire connaître, comme je l'avais été par le passé et prenait du galon petit à petit. Il progressait dans les mers du monde, mais était loin d'avoir le niveau de Teach. Shiraho, quant à lui, avait le droit de lui en vouloir, cependant il allait lui falloir un certain temps pour devenir un rival méritant son courroux. Je le sentais plus faible que moi par l'aura qui se dégageait de sa personne, mais les capacités de son fruit pouvait prendre le dessus sur les miennes. Il avait le feu de son côté. Un bel avantage. Je ne pouvais me permettre de le nier. Cela était un de mes cruels points faibles. Je ne voulais donc de problème avec l'homme dragon. Pas pour le moment. J'avais tout de même le fluide de mon côté. Je savais le manier. J'avais cet atout en poche au cas ou notre aventure venait à devenir un combat. Je ne l’espérais pas, mais je ne pouvais dire que cela ne pouvait arriver. Après tout nous étions deux pirates ennemis par nos couleurs ainsi que nos valeurs.

Shiraho me répondit. Il mis en valeur le don que lui offrait son fruit de voler. J'en étais presque jaloux. J'aurais tellement aimer pouvoir ne faire qu'un de la sorte avec le vent. Se déplacer dans les airs semblaient n'être qu'un doux rêve que je faisais le soir lorsque je fermais les yeux, cependant depuis ma rencontre avec un certain membre du gouvernement, j'avais appris les bases pour marcher dans l'air sans le moindre appuis concret. Incroyable n'est-ce pas ? J'étais capable d'une telle prouesse. Ne soyez guère jaloux. Je ne suis juste pas n'importe quel personnage de cet univers. J'allais accomplir un acte sans nom. Peut être tirer ma révérence. Je ne savais pas encore comment, mais j'y pensais ainsi qu'à tout ce qu'il me restait à réaliser dans l'ombre. Savait-il ce que je préparais ? Je ne pensais pas. Il ne serait pas là dans ce cas. Tant mieux. Nous pouvions alors poursuivre ce que nous venions de débuter.

« Effectivement c'est clair que c'est un sacré avantage que tu as là, j'espère y arriver à l'occasion ! Ahah bientôt je volerais également de mes propres ailes ! »

Je venais subtilement de faire référence à cette précieuse technique qui était désormais mienne sans en dire trop afin de garder cela secret. Je ne pouvais parler de tout ce dont j'étais capable de faire. On ne sait jamais. Si je venais à me battre contre lui, le fait qu'il ne connaisse pas mes techniques pourrait s'avérer extrêmement utile. Je ne faisais qu'y penser, alors que je venais de choisir d'éviter à tous prix de le combattre. J'étais vraiment instable dans mes prises de décisions. Je ne comprenais pas comment il était possible de me faire confiance, enfin là n'était pas vraiment le sujet. Nous parlions de cette île, ou plutôt de l'immense navire qu'il était en réalité. Je l'avais su par les légendes qui parlaient de cet endroit, mais je pouvais me faire à l'idée que Shiraho n'en avait jamais entendu parler. Toutes les légendes ne sont pas forcément connues à travers toutes les mers. Personnellement je ne pouvais passer à côté de ces histoires, j'étais un fanatique de tout ce qui était morbide. Là j'étais comme dans un rêve dans la sinistre ambiance de ce lieux. J'avais tellement envie de savoir ce qui avait pu se passer, j’espérais obtenir des informations à ce sujet en visitant davantage, car je ne comptais pas revenir les mains vides.

« Oui c'est un bateau. Il est particulier. Je lui trouve un certain charme, peut-être est-ce car il est vide de monde ? Je n'ai senti personne jusqu'à présent mis à part toi, je ne sais pas non plus ce qu'il c'est passé mais ça à du être violent pour que tous quittent ce lieux maudits. »

Je venais de vérifier une nouvelle fois avec le fluide si nous étions bel et bien seul, et en effet pas une âme ne rodaient dans les parages. Il n'y avait pas le moindre nuisible. Décidément, cela aidait d'avoir une certaine maîtrise du fluide ; je n'avais pas à me dire que n'importe qui pouvait venir gâcher cette journée en arrivant subitement car je voyais tout ce qui avait à percevoir d'un œil nouveau. J'étais presque sur que l'homme dragon n'avait pas encore développé cette capacité car il ne savait pas avec certitude que nous n'étions que deux êtres à traîner. Je me faisais ainsi une idée de ses pouvoirs. Je passais presque tout ce que je voyais ou entendais, qui possédait au moins une légère importance, à l'analyse afin de ne pas être surpris par inattendue.

Shiraho, dans les question qu'il me posa, semblait avoir une réelle soif de biens de valeurs, il avait l'air de vouloir débuter une chasse aux trésors. J'étais assez intéressé pour jouer avec lui ; cela faisait longtemps que je ne m'étais pas amuser de la sorte dans une aventure pour débusquer tout ce qui avait un prix conséquent. Quelle excellente idée. J'avais hâte de voir ce que pouvait contenir cet endroit.

« Ahahah je ne te savais pas en quête de richesse ! Tu peux te servir autant que tu le souhaites, je ne pense pas que cela puisse déranger quelqu'un puisqu'il n'y a personne d'autres pour le moment. Je suppose que nous pouvons donc profiter pour chercher si des trésors cachés se trouvent non loin. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Mar 2 Mai - 14:43

Maître du JeuPnj | Maître du Jeu
avatar

Messages : 1479

N'oubliez pas de répondre. Bientôt 2 mois

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Mer 3 Mai - 21:58

Kokaku ShirahoLe guerrier dragon
Le guerrier dragon
avatar

Messages : 3267

Navigation
Doriki:
2417/6000  (2417/6000)
Fruit du Démon: Ryû Ryû No Mi

    Qui croirait que je pourrais avoir une conversation aussi cordiale avec un membre de l’équipage de Barbe Noire ? Pas mon moi d’il n’y a pas si longtemps. Comme quoi, le Tartaros avait vraiment changé des choses en ce bas monde. Bon, il y a des chances que le jour où je viendrai prendre la tête de son capitaine, il tente de m’en empêcher. N’importe quel membre d’équipage un tant soit peu dévoué le ferait. Mais tant que ça n’arrive pas, et qu’il ne lançait pas l’assaut de lui-même, j’étais tout à fait ouvert à ne pas le faire moi-même. D’aucuns diraient qu’il s’agirait là d’éliminer à l’avance un éventuel problème futur, mais je ne fonctionne pas comme ça. Je l’appréciais, je n’allais pas lui taper dessus pour rien. Et en plus, pas sûr qu’on ait le même niveau lui et moi. Oui, je disais ça après avoir tenté d’affronter son capitaine. Comme quoi, sans la rage, on réfléchit mieux. Enfin bref, on parlait normalement quoi. On parlait de voler, normal quoi. Bon, j’avoue que j’étais très perplexe sur sa réponse, et un sourcil arqué en fut témoin. A moins qu’il n’ait changé de pouvoir, il avait le fruit de l’acide. Comment c’était censé lui permettre de voler ? M’enfin, c’est pas bien grave. Je finis par sourire plus ou moins innocemment.

    « J’te le souhaite, c’est cool de voler. Mais bon, n’espères quand même pas me battre sur ce domaine ! »

    Plus amical qu’un vrai défi, cette affirmation n’en était pas moins vraie. Qu’importe comment il comptait y arriver, il ne serait jamais de taille face à mes années d’entraînement pour perfectionner mes prouesses aériennes. Je dirais bien que j’étais le meilleur dans les airs, mais il y en avait d’autres, des zoans volants. En tête de liste, Marco, qui avait bien plus d’expérience que moi. Enfin, je m’égare sur un sujet qui n’est pas le nôtre. Revenons un peu sur terre, voulez-vous. Ce bout de terre qui se révélait être un navire, plus précisément. J’avais encore un peu du mal à me faire à l’idée, mais soit. Grand Line a toujours été le théâtre d’étrangetés et de bizarreries en tout genre, alors pourquoi pas un bateau qui déplaçait une île. De toute façon, je ne comptais pas m’attarder sur le fonctionnement de tout ça, c’était le cadet de mes soucis. J’étais plutôt curieux de savoir où était passé l’équipage. Ce navire était beauuucoup plus grand que le Yukifune, et il semblait plus vide qu’il ne l’a jamais été. Et pourtant j’en ai eu, des périodes de vide. Ca semblait plaire à Taizone, ce vide et ce calme. Personnellement, ça ne me faisait ni chaud ni froid. A la rigueur, si je devais choisir un camp, ce serait le même que Taizone. Au moins, s’il n’y avait personne, personne n’appellerait la marine ou je ne sais quoi. Pas qu’ils me fassent peur, mais j’aime bien un peu de tranquillité, parfois, quand je me déplace. Et c’est pas si facile que ça à avoir, quand on est pirate. Il ne semblait pas plus au courant que moi sur ce qui avait pu se passer, mais par contre sa réflexion sur le fait de "sentir" les gens me laissait vaguement penser au haki. M’enfin.

    « Ouais… »

    De toute façon, qu’importe ce qui avait fait fuir l’équipage, ça ne semblait plus être là, on était tranquilles. Ca ferait longtemps qu’on se serait fait attaquer sinon. Je commençais à en avoir l’habitude, des embuscades. La marine ne savait plus quoi inventer pour tenter de m’attraper. Je suis presque étonné qu’ils ne m’aient pas encore envoyé les grosses pointures de la marine. Enfin, je vais pas m’en plaindre, même si c’était un peu dommage de ne pas être pris au sérieux. Quoiqu’il en soit, tant qu’on ne m’en empêcherait pas efficacement, je comptais bien continuer à faire ce que je veux. Et notamment, actuellement, récupérer un peu des richesses qui doivent se trouver sur cette île-bateau. Et l’idée de semblait plaire à Taizone aussi.

    « Bah, faut bien rentrer dans le stéréotype des pirates un peu. Puis ça fera de la déco, au pire. Alors c’est parti ! »

    Et sans attendre je partais m’enfoncer dans les couloirs de ce bâtiment étrange…


HRP : Et désolé pour l'attente, je pensais pas que ça faisait aussi longtemps x_x Ca ne se reproduira pas o/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Dim 14 Mai - 20:58

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2549

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Nous échangions quelques mots dans une ambiance plutôt tranquille où personne n'allait nous déranger. Du moins pour le moment. Quelqu'un était peut être là à nous épier. Cette personne pouvait bel et bien exister si elle était en mesure de masquer sa présence. Je ne devais pas exclure cette éventualité, après tout dans le monde dans lequel nous vivions, presque tout était réalisable à condition de le vouloir. Alors si une personne voulait masquer sa présence, elle pourrait y arriver. Je n'allais pas être tant choqué par cette capacité, mais pour l'instant cela ne servait à rien de rester de s’inquiéter. Surtout que ce n'était qu'une hypothèse. Je ne pensais pas réellement que quelqu'un était là à nous observer, cependant je préférais ne rien exclure pour ne pas finir par être dépassé par les événements si cela devait se produire. Je gardais mon haki en éveil afin de suivre ce qui pouvait se passer autour de nous. Je faisais attention car généralement les endroits aussi calme sentaient le piège. Là, étrangement, je ne sentais pas la moindre sensation. C'était pour le moins étrange. Toutefois si l'ambiance devait changer d'un extrême à l'autre, j'étais préparé à cette alternative. Mon corps était en parfait état pour combattre. J'avais de l'énergie en profusion. J'étais au top de ma forme. Ainsi, pour en revenir à notre discussion. Parlant de voler de mes propres ailes avec Shiraho, il semblait avoir trouvé amusant ma remarque. S'il savait que justement que j'en étais capable, ça serait étonnamment drôle. Enfin, je ne savais pas voler de la même manière que lui. Je n'avais pas le pouvoir d'un zoan, mais d'un paramécia. Je contrôlais l'acide. J'étais un génie créateur. J'arrivais à réaliser de jolies créations. Je savais donc me sculpter des ailes. Après, je ne pouvais cacher qu'elles ne servaient à rien puisque je ne pouvais voler. Elles n'étaient pas adapter. Puis, il faut dire que j'avais déjà en ma possession une technique pour marcher dans les airs, je n'avais pas besoin d'une pour voler, même si c'est clair que cela aurait pu me servir. J'aurais pu voler mieux que Shiraho. Vous imaginez ? Moi volant mieux que ce cher dragon ! Ça serait le comble, mais étais-je confiant d'y parvenir ? Pour le moment, bien évidemment que non, néanmoins si je parvenais à changer mes ailes d'acide grâce au fluide pour leur inculquer l'art de voler, je serais aux anges !

« Tu me mets au défi de devenir meilleur que toi dans ton propre domaine ? Fais attention je risque de le prendre au sérieux et d'apprendre à voler aussi bien que toi  ! Ahahah »

Mes yeux se posaient sur tout ce qui nous entourait avec un vif intérêt. Je n'arrivais pas à faire le vide. Mon esprit s’interrogeait sans arrêt sur ce qui avait pu se passer. J'étais vraiment curieux. Pour une fois, cela n'allait pas m'amener de problème, cependant j'avais envie de savoir. Je m'imaginais un tas de scénarios tous aussi abracadabrant les uns que les autres. La seule chose qui ne changeait pas dans tout ce que je voyais dans ces petites histoires mentales, étaient la présence de combats. J'étais sur qu'il y en avait eu. Le contraire était tout bonnement impossible. Lorsque je m'étais baladé sur ce navire en arrivant, j'avais pu confirmer cette idée. Il y avait trop de débris, cependant ils n'avaient en rien l'air de s'être effondrer comme par magie. Je ne pouvais ou voulais y croire. A mon avis c'était le fruit d'un incroyable affrontement. J'aurais aimé participer. Me battre contre un puissant adversaire en risquant ma vie. Je vous dis pas à quel point j'aurais été à fond. J'aurais cassé autant de bouches que de côtes. Je me serais déchaîné. Prêts à détruire l'île entière. Dommage que je n'en avais eu l'occasion. Je rêvais secrètement d'avoir un moment à faire à ce genre de combat des plus épiques.

« Tu penses qu'il s'est passé quoi exactement ici ? »

Suivre les stéréotypes, en voilà une sacrée idée que le dragon nous offrait. Fort sympathique. Je n'allais pas m'y opposer. Je trouvais ça pas mal du tout. Nous allions entamer cette fameuse chasse au trésor. J'avais assez hâte. Je n'avais jamais vraiment chercher de trésors, mis à part la vie de certaines personnes. Les richesses physiques ne m'avaient jamais fait de charme. Je n’utilisais que rarement d'argent pour payer ce que j'achetais en général durant mes passages dans des villes. J'étais plus du genre à entrer dans un magasin, et d'en sortir avec ce que je voulais. Parfois j'avais même la chance de quitter le magasin avec du sang sur les mains. Cela n'était que les jours de chance. La plupart du temps les vendeurs ne risquaient pas leur misérable existence dans un combat perdu d'avance, et me laissait partir avec plus que je ne cherchais à prendre.

« Alors dans ce cas suivons ces fameux stéréotypes ! »

Je suivais alors mon compagnon d'aventure du jour qui s'enfonça dans un couloir, j'avais de l'acide en préparation si par hasard nous venions à croiser la route de l'inattendue. Des tableaux étaient accrochés sur les murs. Certains étaient jolis, d'autres beaucoup moins. Cela était sûrement le résultat de l'abandon des lieux. Ils n'étaient plus entretenus alors c'était presque attendu qu'une partie ne soit plus en état. Les murs étaient fissurés. J’espérais ne pas avoir à combattre afin d'éviter l’effondrement du bâtiment. Oui, je sais que me battre ne signifiait pas obligatoirement que le bâtiment s’effondre, mais j'avais trop d'énergie donc il y avait des risques que je me lâche et si Shiraho venait à se transformer en dragon dans ce couloir, l'issue était la même pour le bâtiment. Il allait falloir faire attention et limiter nos forces.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Ven 9 Juin - 18:03

Maître du JeuPnj | Maître du Jeu
avatar

Messages : 1479

N'oubliez pas de répondre. Bientôt 1 mois

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Mer 19 Juil - 21:39

Kokaku ShirahoLe guerrier dragon
Le guerrier dragon
avatar

Messages : 3267

Navigation
Doriki:
2417/6000  (2417/6000)
Fruit du Démon: Ryû Ryû No Mi

    Parler de voler avec quelqu’un dont les pouvoirs se résument, pour ainsi dire, à la production d’acide (oui, c’était déjà assez exceptionnel tout de même), c’était un peu bizarre. D’un côté, je doutais que son insistance soit anodine, d’un autre, je ne voyais pas comment il pourrait ne serait-ce que m’égaler dans l’art du vol. S’élever dans les airs, c’est à la portée de pas mal de monde, mine de rien. Mais vraiment voler, avoir les sensations de liberté que cela apporte et pouvoir se déplacer presque exactement comme on le veut, c’est très loin d’être une possibilité courante. Sans ailes adéquates, c’est presque impossible, sauf peut-être pour des fruits du démon le permettant précisément. Mais en tout cas, l’acide ne me semblait pas vraiment remplir ces conditions. Enfin bref. Même s’il trouvait un moyen de "voler", j’avais tout de même de l’avance en expérience. Ca fait déjà un moment que je sillonne ces mers, et j’ai commencé direct avec cette faculté. Faculté que j’ai énormément utilisée depuis le temps, pour les combats, pour les déplacements, ou simplement pour le côté pratique. Evidemment, il y en a d’autres encore qui sont plus à l’aise que moi, mais sans le dénigrer, Taizone ne me faisait pas trop peur à ce niveau-là.

    « Prends-le au sérieux autant que tu veux, mais bonne chance pour rattraper mes années d’avance, héhé ! »

    Et en plus, cette discussion banale ou non, on l’avait dans un lieu qui, lui, ne l’était clairement pas. Déjà le paysage et le concept de cette île étaient assez inédits, et pourtant Grand Line est rempli d’originalités au point que la bizarrerie est devenue la norme. Mais en plus, abandonner un navire comme celui-ci, c’était fort dommage. Si j’avais un truc comme ça, je le garderais jalousement. Bon, il faut sûrement un équipage conséquent pour manœuvrer un tel mastodonte, ce qui n’est pas mon cas, mais on ne parle qu’au niveau hypothétique. Je ne sais pas précisément ce qui s’est passé ici pour qu’il n’y ait plus personne, mais une chose est sûre : ce n’était pas un départ volontaire. Ce navire serait la fierté de n’importe quel marin, pirate ou pas. Mais si quelqu’un les avait chassés, il aurait sûrement pris possession du lieu. Alors à moins qu’il soit encore quelque part dans le coin, dans l’immensité de l’île contenue dans ce navire…

    « Exactement, j’en sais rien, mais qu’importe qui habitait ces lieux, ils ne sont pas partis de leur plein gré. »

    J’espère juste que la raison de leur départ ne rôde pas encore. Pas que ça me fasse bien peur, avec mes pouvoirs, mais j’avais un peu la flemme de me battre aujourd’hui. J’étais venu ici pour me balader, explorer, pas forcément pour écraser mes phalanges contre des mâchoires. D’autant plus avec les richesses que semblait renfermer ce manoir. Ca fait toujours joli, dans la cale, des richesses. Peut-être que mon zoan me monte à la tête, le dragon veillant bien souvent sur un trésor doré. Ajoutez à ça ma carrière de pirate, et comment pouvais-je refuser un pactole pareil ? Et Taizone était partant, alors sans attendre, nous partions nous enfoncer dans les méandres des corridors de la bâtisse.

    « A tous les coups, s’ils ont vraiment un gros trésor, il sera au sous-sol ! »

    Et me voilà, cherchant des escaliers pour s’enfoncer dans le sol. Même le manoir était très vaste, en faire le tour risquait de prendre du temps, alors autant se dépêcher. J’ouvrais des portes à droite, à gauche, à la recherche d’un chemin vers le sous-sol. Jusqu’à…

    « Euh… »

    Une salle remplie de bouts de cadavres, entourés d’outils en tout genre et pas très sympathiques. Je sais pas ce qui se passait là-dedans, mais ce n’était pas très ragoutant. Et définitivement pas ce que je cherchais. Mais quand même, je restais là quelques instants comme paralysé par cette vision, bien que dans le fond, ça ne me dérangeait pas plus que ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Mar 8 Aoû - 8:27

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2549

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Nous parlions de voler comme si nous étions plus que des hommes, mais il n'en était rien. Aucun de nous ne pouvait affirmer être davantage. Dommage. Les capacités propres à nos fruits du démon étaient certes incroyables, pourtant cela ne changeait guère notre pitoyable nature. Shiraho avait le pouvoir de voler dans les airs depuis de longues années, il n'était malheureusement pour lui, pas un véritable dragon, au même titre que moi je n'étais pas un dieu de l'acide. Nous pouvions mourir à tout instant. Voler ou créer de l'acide ne servirait à nous en protéger, si déjà il existait un moyen de l'éviter dans ce bas-monde, remède qui était alors que mirage. Ces pensées étaient dans un coin de ma tête. Par instant je croyais tout savoir, puis je me rappelais que je ne savais strictement rien. La vie était remplie de mystères. Nous en étions tous une partie. Comme tous les humains, j'étais capable du pire comme du meilleur, ainsi sans avoir le pouvoir de voler, j'étais parvenu à combler cette lacune grâce à une ingéniosité sans pareille qui me caractérisait si bien. Je pouvais me déplacer dans les airs, le dragon quant à lui ne pouvait créer de l'acide comme je ne pouvais créer du feu. Voler était en réalité une capacité à la portée de n'importe quel insensé, manier un élément l'était moins. Je le craignais pour cela. Le feu était loin d'être un plaisir. Je n'en était pas friand. Les fortes températures étaient pires que les faibles, elles m'empêchaient de faire bon usage de l'acide, et je détestais ça.

« Je risque d'avoir du mal à te rattraper ! Comment je pourrais ? Un dragon en plein vol ? En vérité c'en est presque impensable même si je suis capable de tout  ! Ahahah »

Je cherchais toujours ce qui pouvait avoir causé la disparition soudaine de tout un équipage, cependant je ne trouvais pas la cause. Shiraho pensait de son côté que les membres de cet équipage n'étaient pas partis de leur plein gré, il devait avoir raison. Un assaut de la Marine ou du Gouvernement Mondial aurait ravagé le navire. Dans un mauvais état, il n'était pas en ruines et tenait encore en place. Pas le moindre cadavre aux alentours. Tous les occupants avaient l'air d'avoir fuit avec leurs affaires. J'aurais préféré, pour être franc, faire face à tout un tas de morts en décomposition, mais ce sera sans doute pour une prochaine aventure.

L'ambiance était légèrement pesante. Peut-être étais-je le seul à la sentir de cette manière. Le fait de ne croiser personne ne m'aidait pas à me sentir à l'aise, et à mieux voir comment se porte l'ambiance de cet endroit. Quelques vies en plus et j'aurais sûrement été conquis. Je n'allais pas en vouloir au destin de me le présenter une triste parure.

« Tu penses que quelqu'un, ou quelque chose, est venu sur ce navire pour s'occuper de tous ces pensionnaires ? Je peux te garantir que c'est pas mon équipage en tous cas ! Je m'en souviendrais sinon ! Ahahah »

Effectivement, si les fous avaient foulé la terre de ce navire, je n'aurais pas pu l'oublier. Tout aurait été d'ailleurs différent. Similaire à un assaut de la Marine ou du Gouvernement Mondial, nous aurions tellement saccagé l'endroit qu'il aurait été difficilement reconnaissable sans un regard expert. Le feu des torches se serait permis de faire un massacre. J'aurais également participer. Prenant toujours un malin plaisir à tuer, le sang aurait couler par litres et la terre serait devenu rouge. Une œuvre d'art à part entière, enfin, dans mon imagination car je n'avais eu la chance de détruire ceux qui peuplaient ce navire.

« Au sous-sol ? Si tu parles de trésor tel que le danger, c'est sur que nous risquons d'en trouver en nous y aventurant. Ça sera comme dans centaines histoires d'horreur où les personnages, en essayant d'y entrer n'en ressorte jamais plus. »

Shiraho proposa ensuite de nous rendre au sous-sol en quête de fabuleux trésors. J'étais mentalement et physiquement préparé à partir. Motivé à chasser du trésor, lui l'était autant que moi, voir peut-être un peu plus. J'avais hâte de rejoindre l'inconnu. J’espérais rencontrer des bêtes assoiffés de sang dans ces sous-sols, et mon corps était apte au combat. Nous marchions alors. Je ne comptais pas les minutes. Je profitais du paysage. Je faisais attention à mon environnement. Mes yeux se posaient sans arrêt sur ce qui se trouvait tout autour, néanmoins je n’apercevais rien de très intéressant. Lorsque les portes s'ouvraient, je regardais aussi, et le trésor se cachait à chaque fois dans une meilleure cachette. Où était-il le bougre ? J'ouvrais les portes qui étaient de mon côté, et pas non plus de trace d'un trésor, puis ce fut la bonne. Plus ou moins. Nous étions arrivé dans un lieux inattendu qui sortait de l'ordinaire. Il y avait des cadavres en morceaux partout. L'odeur était insupportable. Nous avions l'air de rendre visite à la Mort. Cela empestait. Il y avait des outils. Utiles pour je ne savais quelle opération, et je n'avais pas envie de le découvrir. Je me tournais donc vers l'ennemi de mon capitaine pour observer sa réaction et je ne pus m'empêcher de la trouver drôle. Il ne bougeait pas d'un poil. Je le fixais quelques secondes et je pris la parole d'un air amusé.

« Dire qu'il y a plus cinglé que moi sur ces mers c'est hallucinant ! Ahahah c'est plein de morceau de corps humains ici ! Ils auraient au moins pu faire le ménage avant de partir les saligauds qui ont tout détruits ! »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Jeu 10 Aoû - 15:41

Kokaku ShirahoLe guerrier dragon
Le guerrier dragon
avatar

Messages : 3267

Navigation
Doriki:
2417/6000  (2417/6000)
Fruit du Démon: Ryû Ryû No Mi

    Ben oui, comment tu pourrais ? A la rigueur, peut-être que tu pourrais utiliser tes jets d’acide comme moyen de propulsion, mais une fois dans les airs, sans ailes, on n’est pas à l’aise. On n’est pas faits pour voler, à moins d’avoir mangé un fruit le permettant. Et vu ce que ça n’était pas son cas… De toute façon, même pour moi les premières fois que je me suis entraîné à voler, ça n’avait pas été très glorieux, tous les obstacles qui passaient par là, je me les mangeais. Et je ne parle pas des chutes parfois vertigineuses que j’avais subies. Heureusement que tout ça était derrière moi, que maintenant j’étais dans les airs comme un poisson dans l’eau. Quoique, à l’époque au moins, j’avais moins de soucis vis-à-vis de mon équipage. Quoique, c’était les autres orphelins qui me faisaient du souci. Qui sait ce qu’ils sont devenus d’ailleurs… Mais bon, c’est pas vraiment le moment d’y penser. Pour l’instant, on était partis pour une aventure digne des livres que je pouvais lire justement à l’époque. Avec un peu de volonté de pirate, évidemment, il ne s’agissait pas là de faire de l’archéologie mais bien de piller une cible facile.

    Une cible facile à cause de la disparition de l’équipage qui laissait ce navire à la dérive. Je ne sais pas ce qui était venu les déloger, mais ça avait dû être assez violent. L’équipage pour bouger ce machin devait être conséquent, et pourtant il n’y avait plus âme qui vive. Déjà, ça avait dû coûter pas mal de bateaux de sauvetage pour sortir de là. Parce que je doutais tout de même que ce soit la marine qui s’en soit occupé. Ils auraient été bien moins délicats, les destructions auraient été bien plus importantes. Les connaissant, ils ne font pas souvent dans la dentelle alors… Mais qui aurait pu venir sans trop détruire les choses, mais sans non plus récupérer les quelques peintures qui étaient sur les murs ? C’était un sacré casse-tête de le savoir, si bien que je finis par abandonner, tout simplement. Qu’est-ce que j’en avais à faire, finalement, de ce qui avait fait déserter ce navire ? C’était fait, et c’était l’occasion pour moi, possiblement, de renflouer un peu les cales du mien. La seule chose sûre que l’on pouvait déterminer vint de Taizone qui annonça ne pas être à l’origine de tout ça. Je ris un peu jaune.

    « Ouais, si ça avait été ton équipage, ils seraient pas partis, ils seraient encore là, morts. »

    Et je savais bien de quoi je parlais. Quoique, la dernière fois on s’en était plutôt bien tirés. Il nous avait donné du fil à retordre, mais il n’avait pas réussi à nous battre définitivement. Je présume que nos routes se recroiseront un jour, il avait l’air plutôt déterminer à m’avoir. Pas suffisamment pour continuer la bataille malgré l’arrivée de la marine, mais bien assez pour qu’il profite de la moindre occasion, de la moindre rencontre fortuite. Enfin bref. Revenons au présent.
    L’idée d’aller au sous-sol ne semblait pas tellement ravir Taizone, par contre. C’est le comble, il voulait bien s’élever mais pas s’enfoncer dans les méandres de cette île-navire. Je ne sais pas pourquoi la simple mention d’un sous-sol pourtant abandonné lui faisait directement penser à de l’horreur, mais c’était presque mignon de voir un membre du pourtant sanglant équipage de Barbe Noire peu rassuré l’idée d’aller dans un sous-sol vide de vie. J’avais connu bien pire que ça, ça n’allait pas me faire flipper. Et lui aussi, normalement, il a dû en vivre d’autres.

    « Hé ben, le fameux Taizone de l’équipage de Barbe Noire croit à des histoires d’horreur dans les caves ? Ahah, t’inquiètes pas, si on nous enferme là-dedans, je m’occuperai de nous en faire ressortir. »

    Manquerait plus que ça tiens, que je finisse enfermé dans une cave. Ca ne se passera pas comme ça, au risque de finir moi-même le boulot qui avait été fait ici et de tout saccager. Mais finalement, avant de trouver la cave, on trouvait une salle remplie de bouts de corps humains sans vie. S’ils étaient entreposés là, l’absence de leur possesseur avait aussi entraîné un dysfonctionnement du système de conservation, ça puait. Mais plus important, je fouillais du regard le tas pour voir s’il n’y avait pas un bout d’un ancien membre de mon équipage, on ne sait jamais. Je ne reconnaissais rien quand Taizone finit par me tirer de mon immobilité. J’eus un pas de recul avant de lui répondre.

    « Ouais, c’est étonnant ! Mais bon, je suppose qu’ils ne tenaient pas particulièrement à toucher à tout ça. Déplacer un cadavre entier, encore, pourquoi pas, mais des membres découpés, c’est autre chose… » Puis, après un soupir « Bref, c’est pas ce qu’on était venu chercher. On peut aller voir ailleurs. »

    Et je tournais les talons pour repartir à la recherche du trésor.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Sam 19 Aoû - 23:18

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2549

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

J'avais plaisanté sur le fait que mon équipage était innocent quant à la mystérieuse disparition des occupants de cet immense navire, et j'en étais assez désolé car j'aurais aimé faire disparaître tous ces gens sans rien ressentir. Je voyais défilé, par petites bribes, tout ce que j'aurais pu réaliser d’excitant si j'avais eu l'occasion de participer à cette joyeuse sauterie. Sérieusement, imaginez tous ces frêles êtres périr de mes mains, cela puait le bonheur dans ma tête. Chaleureuse odeur qui me faisait douloureusement rêver. J'avais envie de me plonger dans le passé, de l’altérer pour tuer ceux que je n'avais pu tuer. Dommage que cela m'était totalement impossible. J'allais alors faire avec. Ou plutôt faire sans puisqu'il était improbable de se rendre dans une époque déjà révolue. Mon imagination s'emportant dans de folles aventures, je mis un point d'honneur à la stopper avant qu'elle ne devienne inarrêtable. Le silence s'installait. Le calme venait après la tempête. Le flot de sombres pensées s'était atténué pour laisser place à celui que j'étais en pleine possession de ses moyens. J'avais de nouveau un contrôle parfait. Tant mieux car je ne savais pas dans quoi nous allions nous embarquer. J'étais sur mes gardes. Toujours préparé à envoyer une puissante et dévastatrice offensive sur un quelconque ennemi qui oserait nous défier. Par chance ou par malheur, notre route était sans encombre. Pas une âme se dressait sur notre passage. Je prenais toutefois mes précautions en laissant le fluide vérifier les alentours.

Shiraho avait raison sur ce qu'il venait de dire au sujet de notre équipage, si cela avait nous qui avions attaqué, les cadavres seront encore sur le sol, baignant dans ce qui restera de leur propre sang. Le décor était bien différent. Ils semblaient tous avoir fuit. Aucun cadavre de prenait position sur le sol. Fort étonnant. Ils aurait donc quittés les lieux en abandonnant tout derrière eux ? J'avais du mal à l'entreprendre. Évidemment, c'était envisageable. Les preuves l'indiquaient, pourtant quelque chose clochait et je voulais savoir quoi. Je ne pouvais partir sans l'avoir découvert.

« J'ai l'impression que les occupants du navire ont fuit devant une créature qui les dépassait, ou un être surpuissant. Je me demande bien qui ou quoi ça pouvait être. Tu as pas envie de défier ce qui les a fait fuir ? Ahahah »

Notre traversée dans les sous-sols continua ensuite. Les morceaux de corps morts n'avaient pas l'air de chercher à nous embarrasser. Ils ne bougeaient pas. Pas besoin de m'en occuper. Je profitais du paysage. Je regardais tout de même ces outils qui traînaient un peu partout autour de nous, au début cela ne me faisait rien, puis une fois que je comprenais leur utilisation, j'avais alors plein d'idée sur qu'en faire. Des tonnes d’expériences me venaient à l'esprit. Je n'allais pas les oublier de sitôt. Je me voyais en antagoniste principal d'histoire horrifique. En sacré tueur en série exécutant tout sans distinction, je rêvais presque éveillé.

J’espérais voir un peu d'action. Je n'aimais pas vraiment le fait de n'avoir rien à faire. Certes, en arrivant sur le navire, je voulais simplement rester tranquille, cependant j'avais changé en croisant le capitaine dragon. Ma soif de violence grandissait petit à petit. Si je pouvais croiser des adversaires, faibles ou forts, dans les environs, je serais fier de les exécuter sans pression. Lorsque je venais de parler de ce qui risquait de nous attendre en plongeant dans les sous-sols, de danger, Shiraho ne s’empêcha pas de se moquer gentillement de mes dires en ironisant que si on se retrouvait enfermé, il serait le héros qui nous permettrait de survivre. Ajoutant implicitement que j'avais peur de ces histoires d'horreur, ce qui me fis bien rigoler car j'en étais friand. J'adorais ce qui faisait peur. Les monstres aiment ce qui leur est semblable, ainsi va l'ordre de la vie.

« Ahahahah tu as là un bien bel humour ! Gardes le précieusement ! »

Une fois fini de rire je repris d’emblée sur un même ton.

« La seule chose qui pourrait me faire peur ce serait de devoir te tuer en ce superbe moment ! »

Je le regardais droit dans les yeux en souriant. Ma franchise était totale. Je tournais ensuite le regard vers les morceaux de cadavres. Les questions me hantaient. Je devais obtenir des réponses. Je guettais chaque coin de la pièce. Je cherchais au moins un indice, mais je le trouvais guère, alors je passais à autre chose. Je suivais les pas de Shiraho.

« S'ils ne voulaient pas les déplacer, ils n'avaient qu'à me contacter, mon estomac aurait prit un malin plaisir à les faire disparaître ! »

Je poursuivais l'avancée comme prévu. Personne ne nous dérangeait, néanmoins est-ce que cela allait durer ? Peut-être que quelque chose ou quelqu'un nous épiais pour mieux nous surprendre.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Mer 30 Aoû - 0:31

Kokaku ShirahoLe guerrier dragon
Le guerrier dragon
avatar

Messages : 3267

Navigation
Doriki:
2417/6000  (2417/6000)
Fruit du Démon: Ryû Ryû No Mi

    C’était clairement pas l’œuvre de Teach, ses méfaits étaient à son image : pas très fins. Grossiers, même. Et j’en passe et des meilleures. Les cadavres seraient partout, et pas seulement en morceaux dans une pièce. L’équipage de Barbe Noire ne faisait pas le ménage derrière lui. Bon, je leur accorderai qu’il n’y avait pas beaucoup, voire aucun, équipage pirate qui s’encombrerait de ce genre de tâche. Moi le premier, d'ailleurs. Mais bon, on ne dévastait au moins pas tout sur notre passage. On savait se tenir, quand on pouvait se le permettre. Et quand on le voulait, aussi. Enfin bref. Ils foutaient sacrément plus le bordel que nous quoi, c’est tout ce qu’il y avait à retenir. Et ce n’était pas Taizone qui pouvait me dire le contraire, je l’avais vu à l’œuvre un peu. Et plutôt que de me contredire, il émettait des hypothèses plus viables quant au départ de l’équipage de ce navire. Une créature, un humain, suffisamment puissant pour leur faire purement et simplement peur ? Ouais. Après tout, il y avait de tout sur ces mers. Et pour ce qui était de défier la source de cette peur…

    « Ahah, ça pourrait être un bon challenge ouais. Enfin encore faut-il qu’il soit encore là. Et qu’on le trouve aussi. Vu comme les lieux ont l’air grand, c’est pas gagné qu’on y arrive… »

    Enfin, si ça se trouve c’est lui qui nous trouvera en premier. C’était même fort probable, si la créature était encore dans les parages. Si elle n’avait pas souhaité la présence des précédents habitants de ce navire, elle ne souhaiterait pas notre présence non plus. Je n’allais pas être plus sur mes gardes que je ne le suis actuellement pour autant, mais il fallait quand même être prêt à se battre si jamais. Et ce serait tout de même un peu moins perturbant que les bouts de corps mutilés rencontrés dans une salle au hasard. Je me permis une boutade en direction de Taizone et de sa présumée crainte des histoires d’horreur. A cela il ne répondit pas très sérieusement, repérant mon humour. Mais surtout, il mentionnait le fait que devoir me tuer lui faisait peur. Malgré le ton employé, je tiquais sur sa phrase, même si je n’en comprenais pas vraiment le sens. Est-ce qu’il avait peur que je sois plus dangereux que lui, ou bien seulement d’être forcé à m’affronter, sous les ordres de son capitaine par exemple ? Advienne que pourra, comme on dit. De toute façon, un affrontement semblait assez inévitable d’après les différends entre nos équipages. Mais le plus tard ça arrivera, dans le cas de Taizone, mieux ce sera.

    Et en parlant des fatalités de son équipage, il me rappela la sienne avec un sang-froid presque affolant. Le fameux cannibale de l’équipage du yonkou. C’était presque sa signature tant ce détail de son être était mondialement connu. Du coup, pour lui, cette salle devait surtout ressembler à un garde-manger, je suppose. Je préfère ne pas imaginer en fait.

    « Ah ça, j’en doute pas ! »

    Chacun ses goûts, hein, mais je le laisserai faire son ravitaillement là-dedans, c’est pas moi qui en embarquerait pour remplir mes cales. Je finis par me lasser de cette vision et je partis vers d’autres explorations. Quelques minutes plus tard, enfin une nouvelle surprise nous attendait de l’autre côté d’une porte. Je l’ouvris, et…

    « Que… »

    Une nuée de chauve-souris s’envola de l’intérieur de la salle, dont une qui vint se bloquer dans ma bouche, d’où le fait que ma phrase s’arrête aussi tôt. Mais une fois le nuage passé, on pouvait voir des escaliers s’enfonçant encore plus profondément dans la bâtisse.

    « Mmff Kfff kk fffrt mm mgnon ffmmmm ! »

    Oui, je n’avais toujours pas retiré la chauve-souris de ma bouche. Du coup, je suis pas sûr qu’il comprenne que je lui aie dit que je crois que c’est le bon chemin…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   Mar 5 Sep - 18:56

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2549

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

« T'en fais pas pour ça, si il faut, on le forcera à sortir de sa cachette ! Je commence à avoir envie de me battre ! Ahahah »

Oui, je le pensais réellement. Cette affreuse envie venait d'apparaître, et grandissait déjà de plus en plus alors que je ne l'avais pas invité à notre petite chasse aux trésors. Toujours à s'introduire là où il ne fallait pas. Décidément, j'allais devoir faire avec à partir de là. Les remords me prendront si je venais à le tuer. J’espérais ne pas perdre le contrôle pour ne pas aller jusqu'à lui faire du mal. Je voulais éviter tous conflits possibles entre nous, du moins pour le moment, afin de ne pas écourter cette drôle d'aventure qui pourrait nous réserver des surprises. Je croisais intérieurement les doigts pour que cela sois effectivement le cas, car sinon, cela signifierais que nous perdions notre temps, et je n'aimais guère le perdre. Le mettre à profit pour qu'il me rapporte un bénéfice considérable m’intéressait, mais le perdre, non.

Je voulais, depuis peu, un adversaire puissant. Il ne m'avait fallu que quelques secondes pour que mes envies ne changent complètement, et je n'avais rien pu y changer ; j'étais soumis à mes pulsions. Je souhaitais que la personne ou la créature qui avait ravagé le navire se montre pour la détruire, lui causer milles souffrances, la torturer avec barbarie avant de l’exécuté froidement. Son sang devait couler. Sa chaire devait être dévoré. Mes dents avaient faim. Elles voulaient croquer, déchiqueter, réduire en charpies son corps pour que je puisse me baigner dans sa rouge sève. Mon estomac montrait aussi des signes de tentation, je le sentais presque bouger à chaque fois que j'imaginais une sinistre mise à mort. Cela me motivait à la traquer, et à réagir en conséquence si nous arrivions à l'attraper. Je me tenais paré à toutes éventuelles attaques. Ma défense était prête, je n'avais qu'à l'activer d'une subtile pensée. J’étais ainsi une bête affamée de violence, qui essayait de tenir le coup en silence, derrière le même sourire.

« Là par contre la chaire ne me semble plus être comestible. C'est dommage un peu !»

Si elle l'avait été, après une petite cuisson, j'aurais tout dévoré avec joie, cependant ce n'était pas le cas alors je ne faisais rien. Je continuais simplement mon chemin, je marchais en suivant Shiraho. J’observais ce qui se trouvait aux alentours. Je surveillais que rien de puissant ne se dresse sur le passage. Me concentrer sur ce seul éventuel phénomène avait été une idée stupide ; j'avais oublié que d'autres pouvaient venir nous gêner comme des animaux. Voilà comment, quand il ouvrit une porte, une nuée de chauves-souris s'envola dans sa direction, puis dans la mienne. Étant sur mes gardes, l'acide quitta mon corps d'instinct pour se jeter avec une incroyable dextérité sur tous ces volatiles sans une once de pitié pour la cause animale. J'en avais strictement rien à faire. M'attaquer ou essayer n'était pas la chose à faire. J'étais loin d'être une proie. J'étais un chasseur.

J'avais garder ma concentration. J'étais sérieux. La majorité des volatiles qui avaient foncés droit dans ma direction périssaient sur le sol de la pièce où nous étions.

« Des chauves-souris ! Saletés de nuisibles ! » dis-je à voix basse.

Je me tournais ensuite vers mon compagnon du jour pour voir s'il se débrouillait correctement. Avec un tel fruit du démon cela ne devait lui poser de problèmes. Un coup de flamme devait suffire. J'en étais plus que certain, puis lorsque mes yeux se posèrent enfin sur lui, je ne pus m'empêcher une nouvelle fois de rire. Le spectacle qu'il m'offrait était somptueux. Shiraho avait une chauves-souris dans la bouche. Je n'avais, à mon souvenir, jamais rien vu d'aussi amusant de ma vie. Il était rare que je rigole autant. Très rare même. La dernière fois cela devait remonter à la célébration de ma promotion au sein de l'équipage. J'avais été promu lieutenant de l'un des Empereurs. L'homme dragon pouvait être fier de lui, je m'amusais bien alors que je ne combattais pas.

A force de rire, je rejoignis les nuisibles au sol dans mon acide. C'en était trop pour moi. Trop drôle comme situation.

« Ahahah Shiraho restes comme tu es parfait avec cette bestiole dans la bouche ! »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Deux âmes dans le pays des morts [PV : Taizone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» De retour dans son pays natal, bonne ou mauvaise nouvelle?
» Président de pacotille dans un pays zombifié, accoutré de haillons roses
» Les morts prennent parfois plus de place que les vivant dans nos coeurs /Anti/
» Au pays ou le Cholera est une menace ,des medecins sont meprisés.
» Un pied dans le pays [Calixte]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Thriller Bark-