AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 C'est quoi ce truc ? [PV : Lullaby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: C'est quoi ce truc ? [PV : Lullaby]   Lun 31 Oct - 19:31

Granuaile
avatar

Messages : 20

Navigation
Doriki:
230/6000  (230/6000)
Fruit du Démon: -

Bien que les adieux soient déchirants, il fallait le laisser partir. Elle le savait qu'un jour ça allait arriver, elle a bien fait le coup-là à ses parents après tout. Son petit humain est parti, et maintenant, tout semble vide à l'intérieur de la maison de Granuaile. Elle est assise sur une chaise, puis cherche quelque chose pour s'occuper. S'entraîner ? Bah, à quoi bon, son niveau actuel est satisfaisant. Travailler ? Genre quelqu'un voudrait travailler avec Granuaile comme employé, elle a pourtant essayé, mais rien à faire : elle n'aime pas être dirigée, ça s'est sûr. Du coup, son travail avait surtout été de livrer des choses, des tas de choses, dieu qu'elle en a livré des trucs pour pouvoir éduquer cet humain et le nourrir parce que celui-ci ne voulait pas manger ses algues. Elles avaient quoi ses algues d'ailleurs ? Elles sont fraîches, très fraîches même puisque c'est la femme-poisson elle-même qui est allé les chercher dans l'eau. Mais non, un humain ça se nourrit de viande, de légume, de fruit, de féculents ... dieu que ça bouffait un humain, surtout lorsqu'il est grand. Et en plus, ça fait son difficile ... Et pourtant, elle l'a couvé, elle l'a entraîné, elle l'a élevé depuis cet accident alors qu'elle aurait très bien pu le laisser mourir ... mais elle s'y est attaché, et sans doute est-ce pour ça que son départ a laissé un vide dans sa maison.

Enfin bref, elle compte rester combien de temps ici, une semaine ? Elle sera partie bien avant, maintenant, elle part elle aussi. Vous croyez quoi ? Que Granuaile va attendre sagement son cul assis sur une chaise le retour de son bambin humain ? Elle a besoin d'activité, mieux vaut d'ailleurs pour les passants. Du coup, elle prépare ses affaires : un change au cas où, de quoi bouffer sur la route ... enfin, elle trouvera bien des algues aux bords des îles. Encore faut-il qu'elle trouve un sac qui ne prend pas l'eau, mais où est-ce qu'elle trouvera une merde comme ça ? Elle l'ignore, peut-être que les gens d'ici ont ça en stock ... quoique, elle en avait un, mais elle l'a mis où ? Granuaile ne l'a pas donné à Edouard, à quoi ça lui servirait ? Certainement pas à grand chose, de toute manière, il a pris tous les sacs, mais pas celui-là, elle en est sûre vu qu'elle ne sait même pas où elle l'a mis ... elle ne l'a pas laissé au manoir quand même ? Non, elle l'avait constamment sur elle, en même temps, il était dans l'armure, que ça va lui manquer aussi cette armure ... en fait non vu que cette crotte servait surtout à l'entraîner sans se battre et à se faire "discret", car un mastodonte noir est toujours mieux accueillit qu'une femme-poisson. Mais du coup ... ça veut dire qu'il est ...

Granuaile s'approche du meuble qui contenait son armure juste avant, puis l'ouvre en cassant une des portes, cette vieillerie a fait son temps, elle aurait survécu moins longtemps si elle avait encore son armure. Encore heureux, son sac est là, son précieux sac bleu turquoise fait en un matériau qui empêche l'eau de s'infiltrer dedans, une invention d'un tailleur de l'île des hommes-poissons, son ancienne maison. Elle devrait y retourner un jour, ne serait-ce que pour voir comment ça a évolué depuis la mort de la reine, mais elle a envie de garder l'image qu'elle a toujours dans la tête de son pays natal, y aller pourrait lui briser le coeur, mais aussi la motivation de voyager. Elle veut continuer ce pourquoi elle est partie : unifier les humains et les hommes-poissons, les autres races, elle ne les connaît pas pour l'instant, mais une fois ce cap passé, elle le fera avec les autres ça s'est sûr ... comment ça il n'y a pas besoin ? Bon bah restons aux hommes-poissons alors, pour ce qui se passera après, seul l'avenir le lui dira ... par contre, le temps qu'on discute, Granuaile a déjà rempli son sac de ses habits de rechange et de quelques algues, il en restait encore en stock, péchés d'hier soir parce qu'elle s'ennuyait. Qu'est-ce qui pourrait empêcher la femme-poisson de partir maintenant que ses affaires sont prêtes ? Prévoir des trousses de premiers soins ? Genre Granuaile va y penser ... genre.

La voilà en train de sortir de sa maison, désormais remplie de ses souvenirs, mais vide de ses locataires. Fermer à clé ? La porte a été tellement cassée, défoncée et a tellement eu de baptêmes de l'air que la serrure ne marche pas, et puis, il n'y a rien de valeur à l'intérieur, les meubles appartiennent au proprio et elle a juste assez d'argent pour qu'elle se paye une bière en arrivant sur une île, encore faut-il que l'île ne la vende pas trop cher cette bière ...

Elle se dirige maintenant vers le port, ça parait être le bon endroit pour partir à la nage, espérons qu'elle ne rencontre pas de saletés sur la route, de toute manière, les monstres marins risquent de ne pas s'intéresser à elle d'abord vu le trafic qu'il y a en ce moment. C'est partit maintenant pour un plongeon, au revoir Sabaody, et bonjour ... elle ne sait pas, elle verra, mais ce sera une île qui sera prête d'ici.

Et plouf, dans l'eau, c'est bien pratique d'être une femme-poisson, pas besoin de bateau, par contre, les trajets sont plus lents ... et plus dangereux, sauf si on profite de la présence alentour des navires, ce que Granuaile fait bien sûr, pas qu'elle n'aime pas se battre, mais disons que les mers de Grand Line sont tellement remplies de saletés comme monstres marins qu'on pourrait écrire une encyclopédie deux fois plus grande que les pages jaunes pour tous les répertorier, et encore, on le ferait sans compter les monstres marins de Calm Belt, parce que là, c'est un vrai bloc de cuir qu'on aurait besoin pour attacher tout les pages, de quoi couler un navire rien qu'en le faisant tomber.

Une semaine s'écoule, Granuaile connaît l’existence du Triangle de Florian, et elle ne compte pas aller là-dedans, le contour a rendu le trajet plus long que d'habitude. Ça a duré deux jours de plus, mais enfin, elle trouve une île, si on peut appeler ça comme ça : Water Seven, un vrai port ... enfin, c'est surtout un ensemble de ports, rien de plus ... quoique, on peut y trouver pas mal de charpentier, mais surtout des marines. Elle n'a pas de problèmes avec eux, ce qui est bizarre vu le bazar qu'elle faisait, mais ils étaient sans doute occupés à chasser les pirates pour s'intéresser à elle.

Sa main s'accroche au pont d'un des quais, vu les navires qu'il y a autour, c'est sûrement le coin des marines. Sa présence ne devrait pas les gêner, il n'y a pas de raisons qu'elle se fasse attaquer par la Marine ... normalement, il n'y a pas de raisons. Pourtant, alors qu'elle se hausse en appuyant sur son bras accroché au bord du ponton et qu'elle se rattrape avec son deuxième bras, elle voit deux marines en train de la regarder. Qu'est-ce qu'ils ont ? Ils n'ont jamais vu d'hommes-poissons de leur vie ou quoi ? Ça expliquerait pourquoi ils sont si pâles ... et pourquoi leur visage commence à devenir bleu lorsque Granuaile force sur ses bras pour les rejoindre.

- Un ... un ... UN MONSTRE ! AAAAAAAH !

- C'EST QUI QUE TU TRAITES DE MONSTRE CONNARD ?

Sous l'effet de la colère, là voilà qui force plus sur les planches ... ces dernières se craquellent, puis se cassent en emportant dans la chute la femme-poisson et une partie du ponton, les deux guignols en uniforme en ont profité pour courir la queue entre les jambes, sans doute voir leur supérieur ou autre chose. Ils ont de la chance que Granuaile n'a pas eue le temps de grimper correctement, sinon ils se seront pris une caisse qui traînait.

Deuxième essai, Granuaile finit par escalader le ponton, et ce coup-ci, pas de marines, ces derniers devaient sans doute vérifier l'état de leur commande, c'est vrai que la Marine s'approvisionne ici, et ça explique toutes ses caisses, imaginez le drame si elle avait le temps d'attraper une caisse et de la balancer sur eux ... mais finalement, tout va bien, elle a esquivé malgré elle une confrontation avec la Marine, mais ces deux marines l'ont bien énervé. Elle prend une algue qu'elle avait sous la main, puis la croque avant de marcher pour essayer de se changer les idées ... de se contenir pour ne pas frapper la première chose qui lui passe sous la main ... et puis finalement frappe une caisse au pif avec son poing, heureusement, il n'y a rien de fragiles dedans, mais dieu que ça fait du bien.

Elle continue sa marche, trempée - l'inverse aurait été étrange - et calmée. Qu'est-ce qu'elle peut bien faire maintenant ? Allez dans un bar près de ce quai ? Pourquoi pas ? Il y en a une ribambelle dans le coin, étrange sachant que la Marine essaie de se faire passer pour des justiciers sérieux ... mais chacun son fonds de commerce, et Granuaile ne va pas s'en plaindre. Elle s'approche de la porte, puis la ouvre, l'ambiance est très festive ici dis-donc. Il y a des marines, c'est évident, mais aussi d'autres personnes, sans doute des marchands, en tout cas, ils semblent ne pas faire attention à Granuaile, comme si personne ne la voyait. Tant mieux pour le propriétaire de cet endroit, propriétaire qui semble être le barman en face vu qu'il n'y a que des serveuses et que cet endroit semble trop basique pour que le proprio de ce bar soit loin de son lieu de travail. Bien que ses sandales fassent un sacré bruit, les gens parlent tellement forts que ça ne se remarque pas, de toute manière, c'est qu'une civile, elle peut faire ce qu'elle veut tant que c'est dans la légalité. Elle finit par prendre un tabouret, le barman regarde aussitôt la femme-poisson sans être choqué, c'est vrai que Water Seven s'en fout de savoir qui enrichit l'endroit, ils doivent sans doute avoir déjà vu des hommes-poissons dans le coin ... contrairement à ces marines.

- Vous souhaitez quoi madame ?

Granuaile sort une petite bourse de berrys, vraiment une petite bourse. Il ne doit pas y avoir plus de 10 berrys à l'intérieur.

- N'importe quoi qui rentre dans ces frais.

Le barman compte l'argent, puis prend deux pièces avant d'aller cherche une boisson, en attendant, Granuaile se retourne, se met dos au comptoir, s'accoude même dessus pour observer un peu ce joli monde qui a l'air bien joyeux, qu'est-ce qui pourrait tourner si mal ?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: C'est quoi ce truc ? [PV : Lullaby]   Ven 4 Nov - 16:00

Katsuo LullabyMarine
Marine
avatar

Messages : 105

Navigation
Doriki:
57/6000  (57/6000)
Fruit du Démon: -

C'est quoi ce truc ?

feat. Lullaby & Granuaile





J'étais contente que le bateau se soit enfin amarré. Non pas que je n'aime pas la mer, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dis, c'est juste que je suis quand même contente de mettre pied-à-terre. D'ailleurs je trépignais d'impatience alors qu'on était en train d'installer la rampe, j'en aurais presque sauté sur place telle une petite fille. J'avais quand même demandé la permission de descendre du bateau à Taisho, je ne voulais pas me faire taper sur les doigts en rentrant. Bien qu'il ne m'aurait pas réellement tapé dessus, mais on ne sait jamais… Il m'avait quand même demandé de ne pas rentrer trop tard, sinon il serait obligé d'envoyer du monde à ma recherche. Je me dressais sur la pointe de mes pieds pour déposer un baiser sur sa joue avant de descendre, de très bonne humeur.

Ainsi donc, nous nous trouvions sur une île qui s'appelait « Water Seven ». En la voyant de loin tout à l'heure j'avais eu l'impression de voir une fontaine géante. Décidément toutes les îles de Grand Line étaient-elles si différentes les une des autres ? Cela me donnait encore plus envie de toutes les parcourir. Les quais étaient noirs de monde, on aurait dit de petites fourmis en train de s'afférer à travailler. Les uniformes blancs et bleus de mes compagnons ne tardaient pas à se mêler à cette foule compacte. Certains s'écartaient sur notre passage, comme s'ils avaient quelques choses à se reprocher en nous voyant.

J'avais toujours un peu de mal à me dire que moi aussi je représentais cette « autorité » qu'était la Marine. Pour moi je n'étais qu'une enfant, qui avait perdu six longues années de sa vie et qui essayait tant bien que mal de prendre le train en marche. Le monde avait tellement changé en six ans, il n'y avait pas autant de pirates avant.

Je me laissais tant bien que mal entraînée par la foule, ne sachant pas vraiment où j'allais. Mince, il ne fallait pas non plus que je me perde, sinon j'allais rentrer en retard. Peut-être qu'il faudrait mieux que je ne m'éloigne pas trop du bateau… Je finis par être éjecté de cette masse, me cognant contre un mur. Je le longeais avant de me retrouver face à une porte. C'était un bar. Je n'avais jamais mis les pieds dans ce genre d'endroit. Taisho n'aurait certainement pas voulu que j'y entre en y étant seule, il dit que les pirates aiment y aller. Mais qu'est-ce qu'il pouvait bien m'arriver, si près d'un navire de la Marine. Et puis si ça se trouve, certain de mes compagnons se trouvent à l'intérieur et pourront me protéger si jamais il se passe quelque chose de mal ?

Le goût de l'interdit était décidément trop tentant pour que je puisse y résister. Tant pis, je n'y resterais que quelques secondes, histoire de voir comment c'est à l'intérieur et puis je repars, ni vu ni connu, personne n'en saura jamais rien ! Je poussais la porte, découvrant alors une large pièce, elle aussi remplie de monde, surtout des hommes, il y avait aussi de nombreuse table et chaise. Il y avait une odeur affreuse qui remplissait l'air. La fumée des cigares donnait l'impression que la pièce était remplie de brouillard, mais mes poumons eux savait que ce n'en était pas. Je finis par entrer, fermant la porte derrière moi. Il y avait un long meuble, où plusieurs personnes y étaient accoudées, un verre à la main. Je m'en rapprochais doucement, j'avais l'impression de faire tâche dans cet endroit. D'ailleurs il semblait que je n'étais pas la seule à l'avoir remarqué, vu les regards que certain me portaient.

J'essayais de ne pas en faire fit, mais ce fut chose perdue en sentait une main se poser sur mes fesses. Je poussais un cri des plus aiguë avant de me retourner et de chercher à gifler le propriétaire de cette main baladeuse. Olalala !!! Je n'aurais jamais dû venir ici en fait ! Je voulais retourner dehors, mais une autre main m'attrapait le bras, m'empêchant de partir comme je l'aurais voulue.


-Ba alors, qu'est-ce qu'une aussi jolie fille que toi fait dans un endroit pareil ?

Le visage de cet homme me rappelait celui des pirates qui m'avaient kidnappée durant toute une semaine. En me rappelant ses horribles souvenirs je fus prise de panique, alors que j'essayais tant bien que mal de me dégager de son emprise.



made by guerlain for epicode
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: C'est quoi ce truc ? [PV : Lullaby]   Sam 5 Nov - 12:54

Granuaile
avatar

Messages : 20

Navigation
Doriki:
230/6000  (230/6000)
Fruit du Démon: -

L'ambiance du bar semble devenir un peu moins amusant sous l'effet enivrant de l'alcool, ce qui semble être de la rigolade comme à devenir une petite bagarre dans un coin, une déjection d'un petit-déjeuner fraîchement avaler par un trou normalement pas prévu à cet effet de l'autre, décidément, elle est tombé où Granuaile ? Sur un bar de fragile qui ne tiennent pas deux verres d'alcool ? La femme-poisson n'en boit peut-être pas beaucoup, mais elle le supporte quand même un peu plus, de toute manière, il faut le faire pour être un poil plus violent qu'elle. Sa pitance est finalement arrivée, avec la maigre somme extirpée elle a quand même eu droit à une bonne chope de bière, ils sont vachement généreux ici. La murène se remet assise correctement sur son tabouret, enfin, à l'endroit quoi, parce que la nage l'a quand même vachement fatiguée, pas au point de dormir sur le comptoir alors qu'elle parle aux autres, mais assez pour se tenir la tête avec son bras, ça fait quand même un sacré contraste une position comme ça avec un kimono aussi traditionnel sur soi, ça surprend même. Sans doute les gens s'attendaient à voir une sorte de prêtresse venue ici pour fuir un temple quelconque, pas à une femme-poisson avec une lance sur le dos qui se met à l'aise.

Ça s'agite dans un peu tout les sens, de quoi perdre foi dans l'humanité, pourtant, ça amuse Granuaile. Les gens se sentent tellement différents sous l'effet de l'alcool qu'ils en deviennent ridicules, déjà la plupart des gens essaient d'imiter la mouette en se mettant debout sur la table et en battant des ailes, si c'est un moyen de se moquer de la Marine ... bah ... en sachant qu'il n'y a pas tant de marines que ça dans le coin, ça sert un peu à rien. Bon, il y en a une qui est entré, mais jusqu'à preuve du contraire, Granuaile n'a pas de yeux derrière la tête, elle n'a donc pas vu la petite marine se faire accoster par un pirate quelconque qui se comporte tel un gentleman - *rire* -, ni entendu à cause du brouhaha, pourtant, la claque a quand même attirer son attention, le type qui est venu voir le barman l'a sans doute évité de se tourner totalement. Si Granuaile prenait ses aises sur le comptoir, ce mec en prend encore plus vu qu'il essaie même de chasser la femme-poisson, l'odeur de son haleine alcoolisé vient se faufiler jusqu'à son nez, de quoi finir bourrer juste en le faisant parler.

- Hé la morue, c'est ma place ici, prends-en une autre !

Bah tient, le mec est parti vomir dans un coin et il vient revendiquer sa place qu'il a perdue, quel dommage. Aussi, dommage qu'il ait décidé d'appeler une femme-poisson "une morue" alors que s'en n'est pas une, et sans doute n'a-t-il pas de chance de voir Granuaile éclater d'une main sa choppe pourtant encore pleine, se lever en ayant une grosse veine sur le front du haut de ses deux mètres et des brouettes, puis d'attraper le type par le col.

- C'EST QUI QUE TU TRAITES DE MORUE ?!

L'homme n'a pas eu le temps de répondre, sans doute que sous l'effet de l'alcool, il aurait mis plus longtemps, mais pas sûr que sobre il ait eu le temps de répondre aussi, car, d'un mouvement de bras tant le triste sir accompagné par un pas vers l'entrée, le voici en train d'entamer un petit voltige aérien sur un type lambda en train d'attraper une fille. Vous croyez que Granuaile va en rester là ? Si encore elle s'est faite insulter, ça va, normalement, elle se calme en cassant une chaise, mais là, à cause de ce type, elle a gaspillé une boisson qui lui a coûté un cinquième de tout ce qu'elle a ! Elle ne va pas s'arrêter là, pas question, elle se dirige vers les deux hommes sonnés, pas sûr qu'ils soient K.O., mais avec les litres d'alcool que l'énergumène à expulsé de la trappe qui lui sert de bouche sous forme de fumée malodorante, il y en a au moins un qui est, pour le moment, incapable de se lever directement, en tout cas, il faudra attendre qu'il sorte de son état comateux. Le deuxième ? Elle en sait rien, mais elle s'en fiche, elle s'en fiche qu'elle ait sauvé une marine d'un viol ou dieu sait quoi, elle ne l'a même pas fait exprès, ce qu'elle veut, c'est faire payer ce type ! Le deuxième se l'ait pris ? Et alors ? C'est sa faute s'il a attiré l'ivrogne ? Elle attrape celui qui lui a fait casser sa choppe par le dos, puis commence à se laisser tomber en propulsant le corps vers elle, entraînant l'autre type contre qui l'ivrogne s'était accroché.

- No Tender Supplex !

Les lattes ne sont pas faites pour soutenir une prise de catch, sans doute pas grand chose non plus, mais une chose est sûre, elles ont cédé sous la puissance des deux corps qui s'écrasent au sol. Granuaile est restée en haut, elle est couchée par terre, mais elle est encore en haut. Elle se relève, un silence de mort s'installe dans le bar, il y a juste quelques rires de quelques mecs qui devaient penser à une connerie, mais sinon rien.

- Quoi ? Vous avez un problème ?

Finalement, l'ambiance reprend et Granuaile est, du coup, obligée de recommander une bière, ça la fait énormément chier, ça oui.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: C'est quoi ce truc ? [PV : Lullaby]   Mar 15 Nov - 18:33

Katsuo LullabyMarine
Marine
avatar

Messages : 105

Navigation
Doriki:
57/6000  (57/6000)
Fruit du Démon: -

C'est quoi ce truc ?

feat. Lullaby & Granuaile






Je veux partir d'ici.... S'il vous plaît ! Laissez-moi partir, promis je ne remettrais jamais les pieds dans un endroit comme celui-là ! Si seulement quelqu'un pouvait m'aider... Je regardais cet homme d'un air terrorisé, je sentais sa main me serrer de plus en plus le poignet, jusqu'à m'en faire mal. Alors que j'essayais de me dégager de sa prise, quelque chose plus loin attira mon attention. Je constatais qu'à quelques mètres devant moi se trouvait une étrange femme, je n'en avais jamais vu des comme elle.

Elle avait de très beaux cheveux rouges et sa peau était bleue ! Oh et ses oreilles ! Ses oreilles ! Elles ressemblaient à des nageoires de poisson ! Une fois j'avais entendu mes camarades parler « d'hommes-poissons » est-ce que s'en était une ? Enfin, une femme poisson plutôt. Je ne pouvais détacher mon regard de cette femme, au risque de paraître indiscrète...

Elle avait l'air particulièrement remonté, contre un homme qui l'accusait de lui avoir volé sa place, en la traitant de morue. Oula, je n'aurais vraiment pas apprécié que l'on m'insulte comme ça, c'est vraiment pas très gentil... Comme je m'y attendais, cette femme l'avait effectivement mal pris puisqu'elle envoyait valsé d'un coup de poing l'homme, qui finit sa course sur mon agresseur, m'épargnant miraculeusement. À l'instant où il me lâchait, sans plus demander mon reste, je m'éloignais le plus vite possible de lui, me réfugiant dans un coin de la pièce.

D'ailleurs heureusement que j'étais partie, car la femme se rapprochait de celui qu'elle avait envoyé voler, avant de lui faire une espèce de prise, un je ne sais quoi il l'enfonçait directement dans le parquait. Je regardais la scène d'un air incrédule, comme la majorité de la pièce en fait. Elle finit par se relever et demander d'un ton colérique à toute l'assistance s'ils avaient un problème, avant de retourner à sa place alors que les discutions reprenaient.

Je restais encore quelques secondes dans mon coin avant de me décider à aller remercier cette femme pour m'avoir sauvée, même si elle ne l'avait sans doute pas fait exprès. Et il faut bien avouer que je voulais aussi lui demander si elle était bien une femme-poisson, enfin ça, c'est une autre histoire... Je pris mon courage à deux mains avant de me diriger vers elle.


-Euh... Excusée-moi... Je voudrais vous remercier pour tou à l'heure, vous m'avez sauvée !




made by guerlain for epicode
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: C'est quoi ce truc ? [PV : Lullaby]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

C'est quoi ce truc ? [PV : Lullaby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» C'est quoi le truc qui vient de me toucher là ?!
» Sérieux, c'est quoi ce truc ?! [livre I - Terminé]
» (#19) - C'est quoi Dieu ? - Tu vois quand tu fermes les yeux et que tu désires un truc très fort. Et bah Dieu c’est le mec qui en a rien à foutre. [ feat. Savannah ]
» Et toi ? C'est quoi ta phrase ?
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Water Seven-