AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dommage, c'est la Marine. [PV Yao]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message
MessageSujet: Dommage, c'est la Marine. [PV Yao]   Mar 30 Aoû - 10:39

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Dommage,



c'est la



Marine.




Alors que le royaume d’Alabasta venait à peine de disparaitre à l’horizon, la sonnerie du den-den mushi intégré au mât du navire retentit. Francesco étant toujours présent sur le pont, il décrocha cette fois lui-même l’appareil de communication. Le QG venait aux nouvelles. Le timing était parfait, il allait pouvoir faire son rapport. Ni une, ni deux, il expliqua en détail le déroulement de la mission qui lui avait été confiée, n’oubliant pas de mentionner le moindre conflit qui s’était déroulé entre lui et le damné Capitaine Corsaire. Pour toute réponse à l’autre bout du fil, on entendait l’interlocuteur tenter de rester sérieux pendant que des collègues derrière lui riaient de bon cœur. C’est qu’ils commençaient à bien connaitre le Sous-Amiral, à force de contacts téléphoniques et de rapports.

Ils savaient que l’intransigeance du borgne pouvait mener à des situations très intenses alors ils se délectaient d’entendre de telles péripéties, sachant pertinemment qu’ils ne voudraient pas l’avoir en face d’eux. Pourtant, tous se turent quand le récit toucha à sa fin. Une information de la plus haute importance venait d’être révélée. Joker avait une planque sur l’archipel Sabaody et il résidait pour l’instant à Dressrosa. Les possibilités sur l’identité de l’homme de l’ombre s’étaient donc vu se centrer sur Doflamingo même s’il convenait de s’en assurer. Partageant la nouvelle, les personnes relayant les appels du QG ajoutèrent tout de même qu’il fallait que la Bastard parte patrouiller sur Skull, que cette mission commandée était toujours d’actualité. Soupirant de ne pouvoir participer aux suites de sa découverte, le moustachu accepta à contre-cœur.

Après tout, il connaissait l’impérativité des ordres et il ne perdit pas plus de temps, éloignant son oreille du combiné. Il fit ensuite part des nouvelles à son équipage, les voyant eux aussi s’énerver un peu. Une fois le dépit passé, ils changèrent donc de cap pour aller vers la fameuse « île au crane ». Ainsi des pirates avaient encore l’idée saugrenue de poser le pied sur ce morceau de tête en pensant y trouver des trésors ? Cela faisait pourtant des siècles qu’elle était connue et au moins une centaine d’années que ses habitants en exploitaient le minerai… Il ne pouvait bien y avoir que des idiots de pirates qui découvraient encore Grand Line pour mordre à l’hameçon. Qu’à cela ne tienne, le groupuscule serait bientôt là pour accueillir ces rebus de la mer ! Mais avant d’arriver sur l’île, ils essuyèrent une tempête et une attaque de pirate, la nature occasionnant plus de dégâts que l’homme.

Après plus de 24 heures, ils arrivaient enfin à destination. Cette île était assez petite. Un bois, le village au centre et le crâne rocheux derrière. Un petit port se dressant sur la plage, ne pouvant accueillir que 5 navires d’une taille qu’on dira habituelle. Celui de la Bastard entrait dans cette catégorie, il purent donc s’amarrer sans soucis, notant au passage qu’aucun navire pirate n’avait eu l’idée de s’y arrêter pour l’instant sauf si, bien sûr, ils ne s’étaient pas arrêtés au port, ce qui est déjà assez intelligent venant de la part de pirates. En général les trop sûrs d’eux étaient les plus facile à repérer et Francesco espérait au moins qu’il y aurait de quoi faire durer le plaisir. Cela faisait des semaines que les forbans qu’il rencontrait ne lui offraient que peu de résistance ! Voilà pourquoi il aurait rêvé d’aller sur le Shin Sekai, pour confronter ses techniques avec les pires raclures de l’humanité !

Débarquant sur l’île, la troupe suivit la seule route existante pour arriver au village, cela fait, elle se sépara en trois groupes. L’un parti dans la forêt, l’autre resta en ville et le dernier parti vers la mine. Le gradé se trouvait donc en compagnie de Léon, les femmes et les frères souhaitant rester ensemble. Tous deux, ils se dirigèrent vers la mine pour s’y cacher dans un premier temps. Au moindre individu suspicieux, ils pourraient l’entourer et le questionner sans trop de mal. S’étant mis d’accord, les deux hommes se présentèrent rapidement aux mineurs pour ensuite utiliser les recoins sombres de l’exploitation pour monter la garde. C’est ainsi que leur journée commença, sans personne pour troubler leur ennui, quand tout à coup quelque chose se produisit après deux longues heures d’attente !



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dommage, c'est la Marine. [PV Yao]   Mar 30 Aoû - 12:34

Zetsu Yao
avatar

Messages : 48

Navigation
Doriki:
643/6000  (643/6000)
Fruit du Démon: -

Shira m'avait envoyé sur Skull, pour y trouver un trésor, ou un truc comme ça.
Il disait que ça allait nous apporter des bonnes choses si on arrivait à mettre la main dessus.
Moi m'en fou, je veux juste casser du marine, et profiter de ma vie.
C'est pas comme si les marines allait se dire "Tiens ils ont un trésor, on va aller les chercher !"

Il y a des jours où je me demande ce que le capitaine peut avoir dans la tête.
D'autant plus qu'il avait même pas prit la peine de me déposer avec le Yukifune !

"Tu avais une barque quand on t'a connu, vas-y avec elle !" qu'il disait.
Ingrat !

J'ai déjà envie de retourner sur le navire, histoire d'emmerder un peu Paku.
C'est vraiment une sauvage celle-là. Il n'y a cas refuser ses plats immonde pour qu'elle casse tout sur le bateau.
Bon, j'admet contribuer beaucoup au massacre du pont quand je me dispute avec elle.

On a vraiment un équipage haut en couleur. Une vouivre cuistot qui ne cuisine qu'avec des pommes, une servante vampire, un homme papier, et puis il y'a moi... Le moine reconvertit toubib pirate. Vraiment, il y a de quoi faire avec toute cette populace !

Ah j'oubliais, on a recruté une peluche humaine, aussi ! J'ai pas encore eu l'occasion de parler beaucoup avec elle.
Je le ferais en rentrant au bercail !

En attendant, je devais trouver une trésor, dont j'ignorais tout.
J'étais tellement blasé que Shira m'envoie que je n'avais pas vraiment écouté ses consignes.

Je débarquais sur l'île, n'ayant pas prit la peine de faire le tour pour cacher ma barque. C'est pas ce genre de bateau que la marine va rechercher. C'est une barque de pêcheur quoi.

Je prenais en revanche soin de regarder si un bateau marine n'était pas amarré.
Rien, c'est parfait !

Bon, quitte à être en ville, autant aller se remplir le bide ! J'en ai marre de bouffer des pommes à longueur de journée ! Je suis un bon vivant moi, j'aime les bonnes choses, à savoir l'alcool, les femmes, et la viande ! C'est pas dur à comprendre pour une cuistot, non ?

Je me baladais dans la ville, les mains derrière la tête, cherchant un restaurant.

Une fois trouvé, et la commande passée, je me régalais de mon steak.

Si vous saviez comme c'est bon ! Ça faisait un moment que je n'avais pas manger de viande ! L'hystérique avait jeter toute la viande à l'eau apparemment.

Je demandais au serveur une bouteille de saké, et je partais me baladais dans la forêt.

Après plusieurs minutes de marche, je trouvais un coin tranquille, et décidé de m'y installer quelques instants.

J'ouvrais la bouteille et buvais quelques gorgée, prenant ensuite une tige de fleur en la plaçant dans ma bouche, fermant les yeux pour me reposer un peu, après tout je suis pas pressé.

Bon, comme on pouvait s'y attendre, je mettais endormi.
C'est le bruit de pas d'une foule qui me réveillait.

Il y en a du boucan dans cette forêt.
Je me relevais pour aller voir ce qu'il se passait.

Il y avait une bande de soldat de la marine qui cherchaient quelque chose.
Ils sont bien excités.

On va aller leur rendre une petite visite, ça ne fait jamais de mal un peu d'exercice !

Je courais pour prendre un peu d'avance sur eux, et sortait d'un buisson pour leur face.

"Hola les affreux ! Vous avez perdu quelque chose ?"

Ils sortaient immédiatement leurs sabres en fonçant sur moi.

J'évitais les quelques coups que je recevais en posant mes mains sur eux pour les polariser, tout en disant :

"Il est où le 'Vous êtes en état d'arrestation' habituel ? Vous faites mal votre boulot les gars."

Une fois plusieurs soldats derrière moi, et le reste devant, bien encerclé, je décidais que j'allais pouvoir m'amuser un peu.

J'avais prit soin de marquer la moitié des soldats que j'avais évité positivement, l'autre moitié négativement.

Je pointais mes deux mains vers eux.

"Attraction !"

Au moment où mes mains se rejoignaient, les marines marqués différemment se rentraient dedans, se faisant tous tomber dans les pommes sous le choc.

Je me retournais vers le groupe restant, fonçant sur eux en les frappant avec mes paumes et mes doigts pour les immobiliser grâce à mes arts martiaux.

Ils étaient tous à genou, polarisés. Il ne me restait plus qu'à les achever.

"Reverse !"

Je changeais la polarisation des marines pour qu'ils portent tous le même signe.

"Reject !"

Et tous les marines se repoussaient instantanément, volant dans les arbres, les buissons et sur le sol.

Je récupérais ma bouteille de saké, en la finissant, avant de la jeter au milieu du tas de marine assommés.

Je reprenais mon chemin pour sortir de la forêt et me dirigeais vers la mine.
Je ne devais plus perdre de temps, si les marines sont là.
Non pas que je les craigne, au contraire, mais je vais jamais trouver le truc de Shira si je passe mon temps à leurs botter le cul.

J'arrivais à la mine, disant au mineurs de ne pas m'emmerder si ils ne veulent pas que je les fracasse.

Evidemment, je ne l'aurais pas fait, c'est de simples menaces, mais ça marche toujours.

Je m'enfonçais dans la mine, essayant de me rappeler ce que je devais trouver.

Quand deux types surgirent de nul part, avec l'uniforme de la marine.

"Euh... J'aime pas vos tronches à vous"

Il fallait que tombe sur une embuscade, fais chier...






Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dommage, c'est la Marine. [PV Yao]   Mar 30 Aoû - 14:03

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Pris au



piège




A l'intérieur de la mine, les bruits de pioches et les wagons empêchaient quiconque d’entendre quoi que ce soit provenant de l’extérieur. Seule une explosion aurait fait trembler la terre suffisamment pour qu’on se pose des questions. La vie ici semblait bien paisible par rapport au quotidien de la Bastard… Et cela ne plaisait pas du tout au borgne. Lui, c’était un homme d’action, rempli de rage et de haine envers l’engeance qu’il cherchait à tout prix à éradiquer. Pendant qu’il s’ennuyait à attendre pourtant, son souhait allait bientôt se réaliser. Un pirate avait réussi à se glisser entre les mailles du filet, mettant temporairement hors d’état de nuire quatre des six membres du groupe. Si seulement il le savait… Mais sous la terre, impossible pour les den-den mushi de réceptionner ou de passer des appels! Ce n’est que lorsqu’un énergumène apparu qu’il sorti de sa torpeur.

Pas discret pour un sou, l’inconnu ne se fit pas mystérieux sur ses intentions. A cause du bruit ambiant, il avait crié aux mineurs de ne pas l’emmerder. Grace à l’écho, on ne pouvait pas faire plus clair. Ce ne pouvait qu’être un pirate. Alors les deux hommes patientèrent, se tenant prêt. Ils ne pouvaient se voir tous deux cacher dans la pénombre mais la consigne était simple et connue : un derrière, un devant, à une distance respectable pour prévoir toute attaque surprise et avoir une vue d’ensemble de la dégaine de l’adversaire. Léon et Francesco étaient deux sabreurs donc ils ne risquaient aucun feu croisé. Alors, lorsqu’enfin l’invité surprise arriva à leur hauteur, ils sortirent de leur cachette. Le moustachu se dressa face à son futur adversaire, l’observant de son regard froid habituel. Il lui fallut quelques instants pour remettre le visage sur l’avis de recherche.

« Tiens… Un membre du fameux équipage des Yukiryuus. On vous voit parfois dans le journal… Ainsi ton capitaine serait-il assez idiot pour croire qu’il subsiste un trésor ici-bas ? Je le croyais plus futé. »

Sans autre forme de procédure, le sous-amiral fit un signe de tête à son subordonné alors qu’il finissait sa dernière phrase. Léon décocha un premier iai alors que le gradé dégainait ses deux sabres. De façon surprenante, le jeune homme en face de lui parvint à éviter de justesse un coup normalement fatal. Il avait de la ressource ! Mais le marine avait continué son coup et son épée avait entaillé le plafond instable au-dessus d’eux. Quelques rochers tombèrent, sans qu’un grand éboulement ait lieu fort heureusement. L’officier recula de quelques pas en gardant à l’œil le pirate, ressemblant plus à un acrobate qu’autre chose. Il cachait bien son jeu mais il avait l’air de valoir quelque chose. Le marine se ferait encore plus méfiant qu’habituellement. Malgré tout, le terrain n’était pas très propice à un affrontement dans la durée.

Les deux représentants de la Bastard n’aimaient pas retenir leurs coups et leur adversaire ne semblait pas avoir peur d’eux. Ce mec devait avoir un fruit, d’après les renseignements de la marine, tous les membres de cet équipage en avaient... Sauf que personne n’avait pu encore déterminer avec précision quelles étaient les propriétés de celui qu’il avait avalé. Sans doute le pirate leur en ferait la démonstration dans peu de temps s’il voulait s’en sortir.



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dommage, c'est la Marine. [PV Yao]   Mar 30 Aoû - 15:58

Zetsu Yao
avatar

Messages : 48

Navigation
Doriki:
643/6000  (643/6000)
Fruit du Démon: -

Les deux types étaient pas franchement commode !

C'est le grand moustachu borgne qui prenait la parole.
Je comprend bien son point de vue, moi non plus je vois pas ce que je venais foutre ici, mais bon, c'est comme ça.
On va le corriger le vieux.

A peine avait-il fini de parler que son hochement de tête me faisait froid dans le dos : J'avais compris que si il y avait un mec derrière, ce n'était pas pour me passer les menottes.

Je faisais un pas sur le côté, évitant la lame du marine, et renvoyais son mouvement en l'air, ce qui avait eu pour effet de fissurer le plafond et faire tomber quelques rochers.

Je sautais en l'air, posant une main sur un des rochers, le polarisant positivement, avant de placer mes mains sur le marine pour passer derrière lui, le polarisant négativement au passage.

"T'es un peu lâche de frapper dans le dos, toi !"

Je poussais sur mes jambes pour reculer.

"Attraction !"

Et le rocher, plus léger que le marine, fonçait droit sur lui, attiré par la polarité inverse. Ce fameux rocher venait se briser sur le crâne du marine.

"Voila une bonne chose de faite."

Mais à ma grande surprise, le marine avait la face ensanglantée, mais tenait debout.
C'est pas possible, ces mecs ne sont pas de simples marines. De part leurs tenues, montrant qu'ils sont gardés (surtout le vieux borgne à première vue), mais aussi part leurs méthodes. Normalement les marines tentent d'appréhender le suspect avant de l'attaquer, non ?

Cela expliquerait aussi pourquoi les soldats m'avaient foncés dessus sans tenter de m'arrêter.
J'ai entendu parler d'une unité de la marine qui agissait comme ça, mais je m'en étais jamais vraiment soucié.

De toute façon, marine tueur ou marine trouillard, ma réaction reste la même : On botte des culs !

Mes deux adversaires étant sabreurs, je me voyais mal utiliser les arts martiaux de la paume contre eux. Pour des soldats de bas rangs, ça ne me gène pas, mais là, c'est une autre histoire.

Je sortais alors tout doucement ma cimeterre de son fourreau, en la plaçant devant moi.

Le lieu est instable, et il ne faudra pas que ça dure trop longtemps.
Je fonçais sur le marine blessé au visage, à une vitesse très élevée...

"Soryo o ..."

Ma lame venait trancher son torse d'un coup sec et rapide.

"Suraisu !"

J'étais maintenant derrière le marine amoché, et devant le borgne, qui avait un regard des plus glacial.

Je frappais le borgne verticalement, et il contrait sans la moindre difficulté mon coup. C'est qui ce mec, à la fin ?!

Nos sabres restaient croisés un instant, alors que j'entendais quelqu'un courir derrière moi. Ne me dites pas qu'il a contré mon coup lui aussi ?

Je poussais ma cimeterre contre les sabres croisés du moustachu pour reculer et je sautais en posant les pieds au plafond, tenant collé à se dernier en me polarisant avec le plafond, pour rester coller à lui.

Je quittais mon perchoir en sautant derrière le marine, pour qu'ils soient tout deux devant moi.

"Vous allez m'en faire bavez, hein ? Très bien."

Je me polarisais moi même négativement, de façon à pouvoir rejeter le marine blessé à partir du moment il s'approchait de moi.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dommage, c'est la Marine. [PV Yao]   Mer 31 Aoû - 10:43

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Face à



face




La suite des événements s’enchaina rapidement. L’agilité de ce pirate n’était pas à prouver au vu de ce qu’il venait de faire subir à Léon. Profitant des rochers qui tombaient, il les toucha d’abord avant de passer derrière le subordonné de Francesco. C’est là que son pouvoir entra en jeu : subitement le rocher visa directement la tête du marine. Sur quoi ce pouvoir reposait-il exactement ? Le moustachu l’ignorait mais en tout cas cela semblait dangereux. Il pouvait, semble-t-il, se faire s’attirer entre elles deux choses touchées et ça n’était sans doute qu’une petite partie de la démonstration. Le borgne préférait observer son adversaire et faisait confiance à ceux qu’il avait recrutés. Il ne fut pas déçu, son coéquipier tenu le choc et tenta de contre-attaquer. Malgré tout, le pirate était en pleine possession de ses moyens, contrairement à lui…

Plutôt que de contre-attaquer il tenta de reculer mais se fit tout de même entaillé le torse. Le choc à la tête devait accuser le coup. Par chance, l’acrobate était maintenant à nouveau entre eux deux et donc dos à Léon. Pensant certainement l’avoir mis hors d’état de nuire, l’homme aux traits asiatiques se sentait suffisamment fort pour attaquer directement le gradé. Notre ami avait eu le temps de le voir venir et une simple parade avec son épée stoppa la course effrénée de la cimeterre adverse. C’était amusant, il semblait surpris… C’est à ce moment que le Lieutenant-Colonel reparti à la charge après avoir récupéré ses esprits. C’est alors qu’un nouveau tour de magie survint, le pirate sachant maintenant se coller au mur. Tout ce qu’il touchait semblait s’attirer mais était-ce seulement ça ? Il fallait qu’ils s’en assurent.

Cependant, un nouvel imprévu fit son apparition… De nouveaux rochers tombèrent et assommèrent le marine blessé qui n’était plus sur ses gardes. Tombant finalement à genoux, l’officier se servit de l’élément de surprise pour contre-attaquer. Il agrippa la main de son subordonné qui tenait encore son arme et tenta de porter un coup d’estoc à son adversaire. Normalement il n’utilisait pas ainsi ses hommes mais il voulait savoir jusqu’où pouvaient aller les compétences du pirate. Pouvait-il repousser en plus d’attirer ou bien se contenterait-il d’esquiver ? Il eut sa réponse immédiatement : en portant son coup, le borgne ressentit une force contraire dévié la main puis le corps entier de Léon. S’y étant préparé, Francesco relâcha sa prise et utilisa cette force pour également dévier le corps inerte devant lui sur le côté.

Les deux hommes se regardaient maintenant en chiens de faïence, le Sous-Amiral n’ayant toujours pas articulé le moindre mot. Vu de l’extérieur il semblait toujours aussi glacial mais intérieurement il était partagé entre sa haine et l’excitation d’avoir enfin trouvé quelqu’un avec un tant soit peu de répondant. Une épée toujours en main, il savait qu’il ne devait pas se faire toucher sinon il subirait les mêmes désagréments que son confrère. En conséquence, il commença d’abord par exécuter une lame d’air avec son arme pour forcer son ennemi à reculer. Ce dernier faisait dos à la sortie de la mine alors si le combat se déroulait à l’extérieur, peut-être que le moustachu aurait plus facile à contrer les frasques de son opposant. Dans une mine, chaque rocher pouvait lui servir et la structure pouvait en souffrir il n’allait donc pas rester sagement là à attendre de se faire ensevelir !

Le Chef de la bastard n’en resta pas là et profita de son initiative pour lancer d’autres assauts. Evitant soigneusement d’approcher ses membres du pirate, il enchainait les coups d’estocs à une main, dégainant rapidement son autre arme pour s’assurer une bonne défense. Comme ça, s’il parvenait à toucher du bout des doigts son arme, son autre épée viendrait les lui couper… C’est là que la petitesse de leur environnement vint en aide à son plan. Alliant vitesse d’exécution et portée de ses attaques, le petit singe ne pouvait décemment pas sauter et se remettre derrière lui ! Ainsi, en quelques minutes, ils se retrouvèrent tous les deux à l’air libre. C’était amusant de voir l’air contrarié du petit pirate qui venait de se faire repousser en règle mais il ne semblait pas homme à avoir fini de sortir des atouts de sa manche. Toujours aussi méfiant, Francesco n’allait pas se laisser faire et il déploya son haki pour essayer de deviner ce que comptait faire ce petit malin maintenant.





HRP : J'espère que ça t'ira, je ne fais que peu d'rp combat du coup je ne savais pas vraiment quoi faire/ne pas faire x)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dommage, c'est la Marine. [PV Yao]   Mer 31 Aoû - 18:47

Zetsu Yao
avatar

Messages : 48

Navigation
Doriki:
643/6000  (643/6000)
Fruit du Démon: -

Le pirate semblait sacrément amoché, il avait déjà perdu pas mal de sang, dû à de multiples fractures. A savoir les arcades, le nez, et probablement la mâchoire. Mais ce qui lui avait valu la plus grande perte de sang, c'était l'entaille qui longeait son torse suite au passage de ma lame.

Pour le moment, ils sont en difficulté. Non pas que je suis trop fort pour eux, le borgne n'a toujours pas bougé, mais bien parce qu'ils perdent leur avantage numérique.
Et c'est une très bonne chose pour moi !

Ma polarisation contre la paroi du plafond avait cependant causé un peu plus de remue-ménage que prévue : Deux rochers tombaient à nouveau sur la tête du marine blessé, le faisant enfin poser les genoux au sol.
Le moustachu avait vu là une occasion de tester mon pouvoir, semble t-il.
Il attrapait la main armée de son collègue et tentait de me frapper avec. C'est vraiment comme ça que l'on utilise ses hommes chez la marine ?

D'un geste de la main, je répulsais le corps sonné à l'autre bout du chemin. Du moins,c'est ce qui aurait du se passer si il n'y avait pu le borgne pour décaler son collègue. Mais la conclusion avait simplement été que le corps inerte du marine avait été projeté moins loin.

Le borgne, le moustachu, ou l'être glacial, appelez le comme vous le désirez, était maintenant le seul adversaire qu'il me restait. On se regardait comme des animaux prêt à bondir au moindre geste suspect.

"Bon, tu t'y met le vieux ? J'ai pas que ça à faire moi !"

A peine ma phrase fini, il envoyait une lame d'air dans ma direction avec son épée.
C'est pas juste ! J'arrive pas à le faire moi !

Je contrais cependant le coup sans trop de difficulté, laissant sa lame bourrasque frapper ma cimeterre que j'avais placé horizontalement.
Immédiatement après avoir contré son attaque, il fonçait vers moi avec deux sabres et enchaînait les coups, avec une vitesse déconcertante.
C'est à se moment la que je remercie le ciel d'avoir un jour était un moine combattant, qui avait par conséquent été habitué à ce genre de vitesse, et savait anticiper.

Pendant que je contrais, j'envoyais quelque coup de paume, non pas dans le but d'utiliser ma main comme je l'utilise dans mes arts martiaux, mais bel et bien pour polariser mon adversaire et ainsi mettre beaucoup plus de chance de mon côté.

Mais le vieux à l'apparence expérimenté, avait très certainement comprit que je devais toucher mon adversaire pour le polariser, même si il n'avait probablement compris que la moitié de ma technique. Par conséquent, il ne prenait pas le risque de s'approcher de mes membres, lui permettant d'esquiver mes paumes et de ne pas se faire polariser.

L'enfoiré, non seulement il me tend un piège, mais en plus il a le culot de comprendre une partie de ma technique dès le départ ! Franchement c'est pas cool !

Après plusieurs coups de sabre de sa part comme de la mienne, je m'apercevais que je n'avais pas d'autre choix que de reculer. Il maîtrisait vraiment bien ses armes.

Une fois sortie de la mine, toujours en croisant le fer, je décidais de faire en grand bon en arrière pour prendre mes distances.

"T'es vraiment pénible toi !"

Bon, je dois vraiment parvenir à le polariser, sinon je vais pas en sortir vivant.
Je fonçais sur lui, utilisant une nouvelle fois le Soryo o Suraisu, comme sur le marine précédent, qui devait être en train de se vider de son sang à l'heure actuelle.

Mais le borgne contrait sans aucun soucis mon coup, pourtant extrêmement rapide. Nos sabres restaient croisés un instant, alors qu'on se jaugeait mutuellement.
En même temps, nous retentions de frapper l'adversaire. S'en suivi une série de choc entre les lames, sans jamais qu'un seul de nous ne parviennent à atteindre sa cible.

Je devenais de plus en plus sérieux, oubliant un peu mon côté rigolo de service. Ce type me prend au sérieux, et je me rendais vite compte que je devais faire de même si je voulais en sortir en vie.

A chaque fois que je tentais une nouvelle frappe surprise, il la contrait sans la moindre difficulté. C'est comme si ces facultés de perceptions avant grandement augmentée depuis notre sortie de la mine. Je ne sais pas si c'est dû à un fruit, ou si il voit juste mieux dans la lumière du jour que dans le noir de la mine (après tout il avait un cache-oeil, il pouvait donc avoir des problèmes de vues). Mais je pressentais que ce n'était pas ça.
Il s'agissait peut être d'un de ces fameux Haki... En tout cas je ne l'espère pas pour moi. Il se défend déjà assez bien comme ça pour posséder en plus un Haki.

J'avais réussi, pendant cet échange de coup non fructueux, à le forcer à parer avec ses deux sabres. Je profitais de ce moment pour appuyer de toute mes forces entre ses sabres avec ma lame, de façon à atteindre sa main.

Il ne manquait même pas un centimètre pour le toucher, et il forçait autant que moi. A mesure que je gagnais du terrain sur lui, ou du moins sur ses sabres qui reculait face à ma cimeterre, je sentais la pointe de l'un de ses sabres contre mon épaule droite.
De toute façon, c'est maintenant ou jamais.

Je rassemblais mes forces dans un dernier grognement, faisant de nouveau reculer ses armes face à la mienne, enfonçant peu profondément sa lame dans mon épaule, mais touchant sa main du bout de mes doigts.

"Polarity !"

Ca y est, il est polarisé... Le signe que je lui ai affecté est positif. Il ne me reste plus qu'à polariser l'environnement négativement pour le faire manger tout ce qui ce trouve ici, ou me polariser moi-même pour rejeter la moindre de ces attaques de corps à corps.

Il avait l'air surpris d'avoir été en contact avec moi. Je pense qu'il sait ce que ça signifie.

Et oui, vieux con, c'est comme si j'avais déjà gagné.

Mais il avait un regard furax qui traduisait parfaitement son envie de me détruire malgré ça, et un sourire qui montrait sa satisfaction de voir un adversaire qui lui répond un peu.

J'avoue être moi même très excité de me battre avec un marine si coriace !

En même temps, nous envoyons notre pied dans le ventre de l'autre pour se faire reculer. Sa lame sortait donc de ma peau. Je regardais furtivement ma blessure, ce n'était pas handicapant, je soignerais rapidement ça après le combat.

Je posais ma cimeterre sur mon épaule avec un grand sourire satisfait.

"T'as perdu, trou d'uc !"
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dommage, c'est la Marine. [PV Yao]   Ven 2 Sep - 10:10

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Orgueil et



réalité




A l’air libre, il pouvait à nouveau sentir le soleil réchauffer la peau de son visage. Son uniforme aussi commençait à se réchauffer après l’humidité et la température tempérée de la mine. Fixant toujours le pirate, il ne prit pas la peine de lui répondre. Pénible ? C’était presque un compliment venant de deux hommes qui se mesuraient en croisant le fer. De toute façon il mourrait suffisamment tôt, il n’était pas nécessaire de surenchérir. Maintenant qu’il déployait calmement son haki de l’observation, il allait pouvoir prendre le dessus sans forcer. D’abord il para la même attaque qui avait tranché le torse de Léon et puis ensuite il plongea son œil dans les orbites de la vermine en face de lui. N’avait-il toujours pas compris ? Il aurait mieux valu pour lui qu’il fuie plutôt que de vouloir se mesurer à la Bastard !

Toujours d’attaque, Yao mit fin à ce blanc dans le combat pour tenter d’autres approches. Rien n’y fit cependant : Francesco parait chaque estocade, chaque assaut le plus calmement du monde. Peut-être n’avait-il qu’un seul œil mais la maitrise de son fluide lui permettait de pallier à cette faiblesse. Le combat commençait alors à l’ennuyer un peu. Visiblement, sans l’aide de son fruit et avec ses compétences actuelles, l’apprenti-ninja ne représentait pas une très grande menace pour le Sous-amiral. Sans doute le jeune homme l’avait-il compris ? Son sourire narquois qu’il avait au départ s’effaçait progressivement pour un visage plus sérieux. Le borgne changea alors d’état d’esprit. Puisqu’il connaissait les compétences de maniement au sabre de son adversaire, il le laisserait s’amuser avec son fruit.

De cette façon, le moustachu pourrait démontrer toute l’impuissance du pirate face à lui, même en étant handicapé par son étrange fruit. Il attendit donc un coup d’épée plus puissant pour parer avec ses deux sabres. Depuis le début il n’avait même pas eu besoin d’insuffler du haki dans ses attaques, nul doute que le forban allait être surpris de la suite ! Sans compter que ce combat commençait à trainer en longueur et que les autres membres de la Bastard restés dans la forêt croiseront peut-être leur route. Pour le moment, le marine se laissa donc faire et laissa l’acrobate le toucher, non sans devoir s’empaler quelque peu l’épaule pour ça. Pour jouer le jeu, l’officier feignit la surprise, histoire de ne pas éveiller les soupçons de son ennemi, c’est qu’il fallait le battre à son propre jeu pour lui signifier sa défaite complète… La désillusion des déchets était si belle à observer !

Mais au final, le gradé fut réellement surpris lorsque le jeune homme cita le nom de sa technique. « Polarity », hein ? L’idiot, il venait de révéler comment marchait son fruit du démon ! Il aimantait donc ses victimes, tout devant logique lorsqu’on y réfléchissait. Il pouvait donc attirer ou repousser n’importe quoi, pour autant qu’il l’ai touché. Jusque-là, rien de bien méchant. Avec un peu de technique et de réflexion, il était encore possible de pouvoir contrer sa défense. Sans doute ne pourrait-il plus s’approcher directement de lui mais lui lancer des projectiles pourrait peut-être encore marcher. Après tout, il n’avait touché que sa main et non ses armes. En conséquence, notre ami décocha un long sourire à son opposant. Le vrai défi allait réellement commencer maintenant ! Ils rompirent tout deux leur proximité pour se fixer d’un peu plus loin.

Evidemment, la petite frappe pensait déjà avoir gagné, ce qui jouerait contre lui. Il allait gagner autre chose qu’une blessure superficielle à l’épaule aujourd’hui… Mais son air et sa posture satisfaite donnait grande envie au représentant de la Justice de répondre, affichant toujours un léger sourire, même si son œil restait inexpressif. Ce type allait très vite regretter sa petite insulte, il s’en faisait la promesse !

« Ho. Alors comme ça j’aurais perdu sans avoir pourtant reçu une seule égratignure ? Voilà certainement une bien piteuse victoire s’il en est. Ha, ha, ha… Les pirates… Tous plus orgueilleux les uns que les autre, à l’esprit tellement limité qu’ils en viennent à hurler leurs techniques sur tous les toits. Je suis pour l’instant votre seul adversaire alors ne perdez pas votre temps. La Bastard est une équipe, dès le départ nous avions investi l’ile. Et je suppose que si vous en aviez croisé, vous les avez sans doute laissés là, pensant les avoir neutralisés. Votre suffisance est votre première erreur. Mais n’ayez crainte, même s’ils venaient à nous retrouver, ils n’agiraient que sur mes ordres et je compte bien mettre un terme à votre pitoyable existence moi-même, Zetsu Yao. »

Evidemment, Francesco connaissait son nom. Après tout, l’équipage du dragon s’était fait connaitre sur les mers et chaque nouveau membre avait droit à son avis de recherche. Alors qu’il finissait de parler, Francesco rengaina l’une de ses armes. Il se remit droit comme un i, sa lame devant lui. Fini de rire, il allait passer aux choses sérieuses directement. L’autre ne se priverait sans doute pas pour lui balancer des objets à la figure, inutile donc de perdre son temps. Sa main libre passa dans son dos, agrippant son uniforme pour l’enlever en une seule fois. A cause de son épée, l’une de ses manches avait été sectionnée au passage mais il s’en fichait. Gardant son vêtement, il commença à se laisser tomber vers l’avant. Le pirate lui, semblait toujours aussi sûr de lui, sans doute s’était-il déjà donné une polarité inverse et attendant de voir ce que le marine ferait. Soit !

Il utilisa son uniforme, resté dans sa main. Il le lança subitement devant lui et avec cet écran, se laissa tomber vers l’avant. Francesco allait lui montrer sa technique favorite : le shidensen. Une fois le visage à moins d’un mètre du sol, il reprit soudainement appui en avançant l’un de ses pieds devant lui. Combinant sa force physique et la gravité, il fonçait à toute allure sur sa cible qui n’était qu’à quelques mètres. Son haki de l’observation toujours actif, il calcula où se trouvait le petit rigolo pour projeter également son épée avant d’approcher trop prêt pour être ralenti par l’aimantation. L’homme à la cimeterre s’attendrait sans doute à ce que son attaque vienne de la gauche ou de la droite mais la contre-attaque naitra d’en bas. Le sabre perçait maintenant le tissu pour s’apprêter à se loger dans le corps du criminel.

Pour ne pas en finir directement, le borgne avait visé l’épaule encore immaculée de son adversaire. La mort serait le dernier privilège que ce rat aurait, il allait d’abord se confronter à la dure réalité de la souffrance d’abord ! Un râlement se fit entendre alors que le sous-amiral commençait à sentir la force contraire qui le repoussait. Son élan s’était stoppé et maintenant il s’était redressé, observant l’acrobate avec délectation. Ça lui apprendra ! Mais ce n’est pas pour ça que le Chef de la Bastard se reposa sur ses acquis. Constatant la force qui agissait toujours sur lui alors qu’il s’était approché, il devait faire constamment à ses muscles pour rester droit. Ce fruit du démon allait être emmerdant… Il devrait sans doute bientôt recourir à l’autre forme de son haki. Mais là encore, pour bien faire les choses, il ne le ferait que lorsque l’autre en face se croirait à nouveau en position de force.

« J’ai perdu mais… Pourrez-vous gagner ? »





HRP : En espérant que ça ne te dérange pas
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dommage, c'est la Marine. [PV Yao]   Ven 2 Sep - 12:12

Zetsu Yao
avatar

Messages : 48

Navigation
Doriki:
643/6000  (643/6000)
Fruit du Démon: -

Le vieux borgne semblait sûr de lui, et il pouvait l'être, évidement qu'il n'avait pas encore perdu.

"Bien sur que je peux donner le nom de mes techniques, c'est pas comme si te cachait la base de mon pouvoir aller changer grand chose. Tu n'as encore rien vue de mes pouvoirs. Quant aux débiles dans la forêt, je t'assure qu'ils ne reviendront pas de si tôt. Tu auras le loisir de tenter de me tuer tout seul. Ah ah ah ! Ce combat s'annonce des plus passionnant !"

Au moment où il avait prononcé le mot "Bastard", j'avais compris qu'il s'agissait bien d'une unité particulière de la marine. Je ne m'étais pas trompé. Mais ça ne changeait rien au fait que je n'allais pas me laisser faire.

De plus il connait mon nom, c'est qu'il doit savoir que je ne suis pas à prendre à la légère. Et maintenant il sait que mon pouvoir peut le mettre mal.

Il a comprit le principe de base de mon fruit, et ce n'est pas vraiment dérangeant en soi. Il sait que j'aimante les choses ou moi même. Ouais et ?
Ca ne change rien au fait qu'il ne connaisse qu'une partie de la façon dont je peux utiliser mon pouvoir. Et il risque pas d'être déçu !

J'avais prit soin de me polariser à l'inverse de lui. Après notre échange de coups, j'étais sur qu'il possédait le Haki. Peut être même sous plusieurs formes, je dois rester prudent.

Mais ce type me fait trembler de plaisir, j'ai jamais affronté un type aussi fort, et ça m'intéresse incroyablement. J'ai jamais eu beaucoup de difficulté lors d'un combat, et je vais surement devoir utiliser mon fruit à son maximum. C'est génial.

J'affichais un énorme sourire.

"Tu te bouges ou je viens de chercher ?"

Sans se faire prier, le marine retirait son uniforme et s'en servait comme distraction pour se "dissimuler" et attaquer de n'importe quel angle.

Mes yeux faisait le tour de l'uniforme. En haut ? En bas ? A gauche ? A droite ?

J'avais une chance sur quatre de parer son coup.

Le marine surgissait d'en bas en lançant son sabre. Ni une ni deux, j'activais la répulsion des corps pour qu'il n'approche pas plus. Effectivement il s'était arrêté, il avait du sentir la force contraire.

Mais son sabre était maintenant dans mon épaule, et je lâchais un râle de douleur.
Enfoiré.

"Ouais, je vais gagner, ouais."

Je prenais son sabre par la lame en le retirant de mon épaule, le polarisant négativement pour l'attirer et la lâchait en la faisant voler rapidement vers son propriétaire.

Evidemment il ratrappait son arme sans problème, et le but n'était pas de le blesser. Mais son arme et lui même son maintenant polarisé à l'inverse de moi, et ça va valser.

Je fonçais sur lui alors qu'il avait à peine récupérer son arme en pointant la paume de ma main devant lui.

"On va danser le rock, papy ! REJECT !"

Je répulsais sa lame, qui se logeait dans son épaule, avant de le répulser lui, et de le faire atterrir à une dizaine de mètre plus loin.

Je profitais du fait qu'il se relève pour courir dans tout les sens et polariser quelques arbres, trois pour être précis. Un à notre gauche, un à notre droite, et un derrière moi.
Tout les arbres était polarisé négativement. Je pourrais alors le plaquer contre n'importe lequel de ces trois arbres quand le coeur m'en dira.

Je reprenais ma posture défensive, alors qu'il retirait sa lame de son épaule. Sa blessure était très légère. Probablement plus que la mienne.

Cimeterre en arrière, paume en avant, j'utilisais l'attraction du marine et de l'arbre.

"Attraction !"

Le borgne, bien plus léger que l'arbre, ne pouvait pas résister, même en se contractant le plus possible. Ses pieds quittèrent alors le sol et il alla se fracasser contre l'arbre, restant collé à lui.

Je relâchais l'attraction et le marine reposait les pieds au sol. Le coup n'était pas violent, je voulais simplement lui faire comprendre que quand je disais "Tu as perdu", ce n'était pas pour rien. Ce vieux est maintenant ma marionnette, et je vais le fracasser contre les arbres jusqu'à ce qu'il n'en puisse plus, et je le terminerais avec ma technique favorite, le Polarity Room : Destruction.

"Alors papy, on tient pu sur ses jambes ? Tu veux un déambulateur peut être ?"

Bon, je sais que ce n'est pas ça qui va l'arrêter, et je suis intérieurement le plus sérieux du monde. Mais lui faire penser que je suis sûr de moi, lui fera penser que je baisse ma garde, et il attaquera sans se douter que je suis bel et bien prêt à toute offensive.

Alors résumons : On a tout deux une épaule un peu blessée, je sais qu'il a un Haki, et il sait comment marche une partie de mon pouvoir.
Mais il est polarisé positivement, tout comme moi, alors je peux le répulser comme je veux. Et trois arbres sont polarisés négativement, donc je peux le faire valser contre eux aussi.

Je pense que pour le moment, j'ai l'avantage. Mais j'ai l'impression que ce vieux moustachu n'a pas dit son dernier mot...

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dommage, c'est la Marine. [PV Yao]   Mer 7 Sep - 14:22

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Hypothèses




Petit à petit, le vieux marine commençait à s’énerver. Le petit rigolo face à lui n’était toujours pas sérieux et voilà pourquoi il avait planté son sabre cette fois plus profondément dans son épaule. Malgré que lui n’ai pu approcher, il avait parfaitement touché sa cible. Il espérait un peu plus de considération de sa part et s’attendait à mieux d’un pirate aussi sûr de lui et il ne dût pas attendre longuement. Il tenta d’abord de se défendre verbalement mais ses arguments ne trouvèrent que peu d’égards aux oreilles du Sous-Amiral. La seule chose à propos de laquelle il avait raison était qu’il ignorait encore toute l’étendue de ses pouvoirs. Pour le reste, ses soldats étaient loin d’être débiles et le fait qu’ils ne les entendent, ni les voient démontraient qu’ils étaient éloignés d’eux. Le pouvoir du forban faiblissait avec la distance et Francesco doutait qu’il ait fait autre chose que de les coincer avec son pouvoir étant donné la réaction qu’il avait eu en combattant Léon.

Mais c’était un fait, les utilisateurs de fruits du démon avaient tous tendance à trop se reposer sur leurs pouvoirs surnaturels, voilà pourquoi le Chef de la Bastard n’en avait encore aucun sous ses ordres. Pour en revenir à ce qu’il se passait dans la forêt, notre ami ne prit pas la peine de répondre à son vis-à-vis. Sa colère ré-augmentait en lui à la manière du mercure dans un thermomètre et il ne pouvait pas se le permettre. A peine son sabre fut-il ôté de l’épaule de l’emmerdeur de service qu’elle lui fut renvoyée. Il la rattrapa d’une main, attendant la suite puisqu’il avait été touché lui aussi par ce pouvoir. Mais sa colère interrompit un court instant la concentration qu’il avait déployée et c’est à ce moment que l’autre décida d’abord de foncer sur lui mais en tendant uniquement sa main. L’ayant compris un peu trop tard, le marine savait qu’il ne pourrait pas l’attaquer alors il se couvrit le haut du torse de haki, mais ce délai avait déjà permis à son propre sabre d’être repoussé.

Malgré sa poigne, son sabre coupa légèrement son épaule, cette force étant décuplée vu la proximité du criminel. Mettant sa force pour éviter à l’arme blanche de pénétrer plus profondément, il ne put que se faire éjecter une seconde fois. Effectuant un vol plané, il prit la décision plus que sage de ne plus céder à sa colère, ce petit singe pouvant s’en servir contre lui. Il tomba ensuite à terre mais sans une égratignure, se réceptionnant sur le dos. Ses longs entrainements lui avaient permis aussi de ne pouvoir pas trop accuser le coup lorsqu’il tombait alors cette projection assez basique ne l’avait pas décontenancé le moins du monde. Pourtant, plutôt que de se relever directement, il préféra redéployer son fluide pour pouvoir analyser les environs. Il percevait clairement son adversaire se déplacer, s’arrêtant à quelques arbres. Se doutant de ce qui se tramait, le borgne ne perdit pas plus de temps et se releva.

Il ne pouvait que s’amuser à polariser ce qui l’entourait et les arbres ici étaient bien épais, c’était donc le moustachu qui allait valser contre son environnement et pas l’inverse. En un sens c’était plus facile comme cela, il y avait moins à trancher. D’ailleurs, trancher un objet polarisé pourrait-il le rendre inerte ? C’était encore quelque chose à tester pour pouvoir trouver une stratégie efficace contre son fruit. Déjà, l’apprenti-ninja décida de l’envoyer contre un des arbres. S’y étant préparé, le représentant de la Justice lutta d’abord mais ne put rien faire lorsque ses pieds décollèrent du sol. Il se dirigea de plus en plus vite contre le végétal mais il encaissa le choc en se réceptionnant avec sa main et son pied droit. S’attendant à pire, le sous-amiral fut surpris que l’attraction cesse subitement mais bien sûr c’était pour que ce type puisse encore se moquer de lui. Il ne perdait rien pour attendre, il allait souffrir longuement avant de mourir…

Le Chef de la Bastard ne montra aucun signe extérieur d’émotion à son opposant. Sa colère l’avait déstabilisé alors il ne s’y risquerait plus. Il allait simplement lui répondre sur le même ton, puisque les répliques moqueuses étaient de mise. Ce pirate n’était pas en position de force. Jusqu’ici seul une erreur de Francesco avait résulté en blessure par contre lui… L’une de ses épaules avait été légèrement blessée pendant qu’ils avaient croisés le fer mais l’autre avait gouté à l’empalement d’un sabre. Il commençait donc à saigner et malgré son grand sourire, nul doutes que l’intensité du combat allait vitre augmenter.

« Je ne fais que refléter que le niveau de ceux que je combats. »

Une autre hypothèse à vérifier serait de savoir ce que ce petit chimpanzé ferait s’il ne pouvait plus bouger les bras. Il semblait qu’il doive les pointer sur ses cibles pour qu’elles bougent… Mais le borgne ne s’en inquiétait pas, il lui restait encore trois sabres non polarisés après tout. Il allait falloir agir stratégiquement. Profitant de ce temps mort, le soldat rengaina son épée affectée et en dégaina une autre. Il allait garder une main libre pour pouvoir se réceptionner, deux sabres ne lui serviraient à rien. Ensuite, il mit en pratique sa première théorie, il trancha l’arbre sur lequel il venait d’être collé. Une fois horizontalement prêt de sa base et ensuite verticalement. Les deux morceaux tombaient mollement sur le sol alors que le moustachu lançait une lame d’air dans la direction du pirate. Allait-il pouvoir encore user des morceaux ou pas ? En tout cas le marine ne se laisserait pas faire.

Restant encore à la même place, il profita de la courte distraction pour trancher en plus petits morceaux une partie de l’arbre à ses pieds. Il en lança quelques-uns, juste histoire d’emmerder encore un peu son monde. Il prit un dernier morceau avec lui et fonça en direction du petit rigolo. Il lança son dernier bout de bois et en profita pour changer subitement de trajectoire tout en lançant une autre lame d’air. Puisqu’il voulait jouer, on allait jouer ! De toute façon, il s’attendait à se faire encore une fois projeter ou attirer vers un arbre donc il n’avait rien à y gagner. Il voulait juste voir les réflexes du pirate et voir comment il gérait l’utilisation de son pouvoir alors qu’il devait éviter des projectiles. Ce n’est qu’en analysant sa façon de parer les coups qu’il pourrait trouver une fenêtre d’opportunité idéale pour lui renvoyer un sabre dans son autre épaule.



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dommage, c'est la Marine. [PV Yao]   Jeu 8 Sep - 15:21

Zetsu Yao
avatar

Messages : 48

Navigation
Doriki:
643/6000  (643/6000)
Fruit du Démon: -

Le borgne semblait se remettre du choc, peu violent pour quelqu'un de son niveau. Mais il avait l'air surpris que l'attraction s'annule d'un seul coup.
Si il veut je peux le laisser coller à l'arbre, hein ! Si y'a que ça pour lui faire plaisir.

Mais il ne semblait pas vouloir embrasser le bois de nouveau, il relancer une nouvelle fois sa technique de lame d'air. D'un pas sur le côté, je laissais cette lame de vent passer à côté de moi, tandis que le moustachu tranchait l'arbre de part en part, et me lancer les bouts de bois qu'il venait de créer.

Ni une, ni deux, je tendais la paume en avant pour renvoyer les projectiles à l'envoyeur.
Il évitait sans soucie, ou trancher quelques morceaux de bois pour ne pas qu'il l'atteigne, bien que ça ne lui aurait pas fait grand chose.
Tout en évitant/tranchant les projectiles, il fonçait sur moi, un bout de bois à la main, une nouvelle épée (non polarisée donc) dans l'autre.

Il lançait le bout d'arbre, et changeait subitement de direction, en envoyant une autre lame d'air. C'est qu'il test ma défense en plus !

La première fois, j'ai contré avec mon pouvoir, je vais pas recommencer, je vais le déstabiliser un peu.
Je penchais la tête pour éviter le bois, et parer la lame avec ma cimeterre, avant de projeter le marine contre un arbre, le laissant cette fois coller à ce dernier.

J'approchais doucement, et surtout très prudemment le moustachu collé à l'arbre.
J'avais pu constater qu'il possédait non seulement le haki de l'observation, mais le haki de l'armement en plus de ça. Heureusement qu'il n'a pas l'air d'avoir de fruit. Imaginez un peu la galère sinon !

En arrivant à la hauteur du gradé, je prenais une profonde inspiration.
Il est polarisé du signe inverse de l'arbre, mais du même signe que moi. Je changeais donc ma polarité, pour qu'il soit attiré par moi également.
Je mettais le manche de ma cimeterre dans ma bouche, et placais mes deux paumes en direction de mon opposant.

D'une main, je l'attirais à l'arbre pour qu'il y reste coller, de l'autre, je l'attirais à moi. L'arbre étant plus lourd que moi, et pas qu'un peu, le moustachu restait coller à l'arbre. L'attraction inverse devait faire souffrir son corps, haki ou pas. Il était collé à un arbre, et attiré ailleurs. Imaginez un peu le calvaire que son corps devait ressentir à cause de cet espèce de champ de force.

Au bout de quelques minutes, je lâchais la pression qui l'attirais à moi, tout en le laissant collé l'arbre.

D'une main, je récupérais ma cimeterre, et envoyais directement la lame dans son ventre. Je voulais voir de mes propres yeux la solidité d'un haki.
Mais je ne m'attendais pas à ce que cela brise ma lame.

Je rangeais mon arme (ou ce qu'il en reste) dans son fourreau, et m'adressais à mon "prisonnier".

"C'est la première fois que je vois un haki. La résistance est impressionnante je dois dire ! Ah ah ! Je sais même pas comment je peux te tuer !"

C'est vrai, je suis en position de force, non ? Il est collé à l'arbre, et ne peux pas en bouger tant que je ne l'ai pas décidé. Mais mes art martiaux, et mon arme ne sont pas assez forte pour passer outre son haki.

Je devrais peut être considérer ça comme un match nul. Enfin, j'ai quand même perdu une lame, et il en a quatre alors...
D'un geste, j'attirais à moi sa lame polarisée.

"Je garde ça, j'ai plus d'arme moi du coup !"

J'examinais un peu son épée. Une très belle arme à vrai dire ! Légère, fine, et trés bien forgée !
Je la coinçais dans ma ceinture, à l'arrière.

Je recommençais ma petite torture en attirant une nouvelle fois le gradé à moi en le laissant collé à l'arbre.

Au bout d'un moment, le considérant assez affaibli, je le laissais tomber de l'arbre, et lui tourner le dos pour partir.

"J'aimerais qu'on s'affronte à nouveau quand je maîtriserais le haki, moi aussi. Ca compte pas là !"

Je partais, les mains derrière la tête, content d'avoir "battu" un marine, mais très déçu de ne pas avoir pu aller au bout. Mais ma déception était surtout dû au fait que je devais reconnaître mon incapacité à tuer ce type.
De toute façon, je tue pas souvent, c'est pas vraiment dans mes habitudes. Alors je suppose que c'est pas grave.

Mais à peine avais-je fais quelque pas que j'entendais le marine se relever. En me retournant, je voyais qu'il avait souffert de ma technique, mais que c'était loin, bien loin, de suffire pour quelqu'un de sa crampe.

"Mais c'est pas vrai ! T'es du genre têtu quand même !"

Je dégainais son arme, prêt à faire de nouveau face au borgne furax.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dommage, c'est la Marine. [PV Yao]   Lun 12 Sep - 18:13

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Fureur et


assaut





Jusqu’alors bien gentil, Francesco n’avait fait que jauger son ennemi, le prendre un peu à la légère pour lui permettre d’évaluer non seulement les techniques que l’acrobate utilisait mais aussi ses propres techniques. Une chose était sûre : sans son pouvoir, ce déchet de l’humanité aurait déjà poussé son dernier soupir il y a belle lurette. Tout cela était loin d’être fini, ce petit pirate allait s’en rendre compte bien assez tôt. Pour l’heure, le sous-amiral devait faire face à l’une de ses craintes. Puisqu’il était polarisé, il allait devoir une nouvelle fois dire bonjour à un arbre. Le problème n’était pas tellement d’y être collé, il n’avait qu’à le découper en morceaux, non le souci résidait dans le fait qu’il était à la merci de ce type. Dès qu’il y fut collé, il tenta d’utiliser sa force physique pour tenter de se séparer du végétal mais rien n’y faisait.

L’adrénaline monta lorsqu’il vit Yao doucement s’approcher de lui. Il se couvrit alors préventivement de son haki de l’armement, en espérant qu’il suffise. D’après les coups d’épée échangés plus tôt, il savait qu’il ne risquait rien mais si le plaisantin avait encore un atout dans sa manche, le marine risquait fort de déguster s’il était condamné à l’immobilité. Il tenta également autre chose avant que son opposant ne lui fasse face. Au lieu de lutter à l’opposé de la force, il essaya de bouger son bras vers le bas, histoire de voir s’il parvenait à agripper la garde de l’une de ses armes. Il cessa juste à temps et satisfait avant que le ninja ne commence son espèce de séance de torture. Francesco voyait et ressentait qu’il était maintenant attiré par deux forces contraires. Il fallait décidément qu’il tranche au plus vite les bras de son adversaire s’il voulait être tranquille !

Pour autant, cette technique pouvait potentiellement se retourner contre son lanceur. Le Chef de la Bastard pourrait sans doute plus facilement lutter contre l’arbre si on l’attirait ailleurs… Mais il n’en fit rien dans l’immédiat. D’abord, il voulait donner le change à son bourreau, histoire d’endormir sa vigilance. Il fallait frapper vite et fort, sans qu’il ne puisse réagir. En cet instant, cette pourriture était encore trop – légitimement – vigilante. Pendant qu’il attendait, il contractait ses muscles pour cette fois essayer de rester le plus possible contre l’arbre, dans l’optique de diminuer ce tiraillement intérieur. Il était donc réellement plus ennuyé par l’attente que par la torture, mais il donnait le change en gardant les yeux fermés et en fermant son visage. C’est alors que le petit merdeux tenta de le trancher.

Toujours immobile mais pas sans défense, le gradé ne prit pas la peine de faire un seul mouvement. Ce n’était « que » son arme, elle ne représentait donc pas de danger. Plus amusant encore, elle se brisa au contact de son corps, une fois le tissu de sa chemise passé. L’officier planta ensuite ses yeux dans ceux du pirate, observant ses réactions. Qu’il était naïf. Etait-ce là tout ce qu’il lui inspirait ? Un pseudo compliment et un peu d’ironie ? Le borgne serra les dents sous le coup de sa colère. Ce qu’il voulait renvoyer aux pirates c’était un sentiment de peur et d’impuissance, ici il avait juste l’impression d’être une bête de foire ! Son regard se fit plus incisif encore lorsque ce petit malin volait l’un de ses quatre sabres. En plus il le détroussait ! Il dépassait les bornes ! Ce maudit pirate allait mourir dans d’atroces souffrances !

La torture repris ensuite, l’homme examinant son butin. Lorsqu’il en eu fini (ou bien peut-être lorsqu’il pensait en avoir eu fini) avec le moustachu, il se détourna de lui, baissant sa garde. Pourtant, Francesco toucha à peine le sol qu’il se relevait en faisant craquer sa nuque et ses épaules. A cause de cet enquiquineur il avait sans doute gagné des courbatures pour le lendemain mais sa colère le dominait, un nouveau rush d’adrénaline le rendant insensible à ce qu’il venait de subir. Tout ce qu’il voyait en face le dégoutait. Tout ce qui l’importait était de voir couler le sang. Tout ce qu’il fit fut de fondre sur cet être humain qui l’énervait tellement, deux épées en main. D’un noir étincelant, les deux lames perceraient ou trancheraient à coup sûr tout ce qui viendrait en face, il faudrait qu’elles filent et empalent cet oiseau de malheur avant qu’il ne puisse esquiver.

Approchant dangereusement de son ennemi, il ne prit pas la peine de ralentir. Cette fois ce petit singe allait devoir choisir, soit il le repousserait grace à son fruit, soit il esquiverait la lame mais il ne pourrait pas faire les deux choses en même temps et en ressortir indemne. Le sous-amiral lança donc d’une main l’une de ses épées, exécutant un Kôsen par la même occasion. La lame bénéficierait donc d’une rotation perforante pendant que lui dévirait sa trajectoire sur la droite, pouvant intercepter une éventuelle esquive. Cette ordure allait comprendre qu’il n’était en aucun cas le maitre de la situation…



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dommage, c'est la Marine. [PV Yao]   Ven 16 Sep - 14:20

Zetsu Yao
avatar

Messages : 48

Navigation
Doriki:
643/6000  (643/6000)
Fruit du Démon: -

C'est bien ce qu'il me semblait. Ma double attraction avait du lui faire mal, mais ça l'avait énervé plus qu'autre chose. Ca ce voyait à la fermeté de son visage et ses sourcils froncés.
Il est pas content papy !

M'enfin, c'est reparti je suppose.

Le borgne fonçait sur moi, avec une rage et vitesse à ne pas prendre à la légère, mais surtout, avec du fluide à plein régime sur ses armes.

Une de ses épées était lancée dans ma direction, visant probablement le coeur. C'est qu'il veut me tuer pour de vrai ce con là !

D'un autre côté, il n'arrêtait pas son élan. Je n'avais pas le choix. J'allais devoir prendre sa lame, ou son assaut.

Enfin, si j'ai le choix. Il me sous-estime encore cette idiot. Je posais ma main sur le sol.

"ROOM !"

Une zone ce créait, repoussant le borgne à la moindre approche, tandis que sa lame passée à côté de moi, me lacérant au passage l'épaule déjà blessée.

"Argh ! Putain, t'es vraiment casse-pied comme mec !"

La rotation de sa lame avait causée plus de dégâts que je ne l'aurais pensé. Mon épaule était quasiment inutilisable.
Mais pour le moment, j'ai un instant de repos.

Dans ma room, si il approche, il sera repoussé sans que je n'ai rien à faire. Et si il parvient à entrer dedans, il sera éjecter avec énormément de puissance. Rien n'est plus lourd que le sol lui même, alors imaginez un peu si le poids du sol le repoussait.

J'arrachais la manche de ma veste, et bandait mon épaule. Le saignement va bientôt s'arrêter, et je pense pouvoir tenir encore un peu.

Nos regards étaient plongés l'un dans l'autre, et aucun de nous ne bougeait, laissant pour seul bruit ambiant le vent qui soufflait.

C'est le moment d'en finir. Je chuchotais doucement dans ma tête :

"Reverse"

Et le signe de ma room s'inversait, devenant contraire au signe du marine, commençant à l'attirer lentement vers moi, et surtout vers ma room.

"Dis voir, avant de mettre un terme à ce combat, peu importe qui en ressort vainqueur. Je peux au moins connaitre ton nom, papy ? Parce que c'est bien beau de venir me piéger, mais tu pourrais au moins te présenter ! C'est vous, les vieux, qui êtes censé montrer l'exemple ! Après on va se plaindre des jeunes..."

L'attraction, au fur et à mesure que le borgne approchait, se faisait de plus en plus puissante, et le marine ne tardait pas à voir ses pieds quitter le sol, avant de voler dans ma room. J'avais entendu son nom, et je pouvais par conséquent finir mon attaque.

Juste avant qu'il n'entre dans ma zone, je fonçais sur lui et lui envoyait un coup d'estoc dans le ventre, passant derrière lui, hors de la room, à la manière des samouraïs.
Ce coup n'avait pas porté ses fruits, malgré la vitesse de l'attraction, mais c'était pour pouvoir sortir de ma room sans éveillé des soupçons sur la suite de mon attaque.

Le marine se retrouvait donc collait au sol, incapable de bouger le moins du monde, étant bien trop léger.

"Personne ne résiste à l'attraction terrestre... Francesco."

Je me retournais pour lui faire face, et, sans bouger, j'activais tout les signes des arbres de façon à ce qu'ils soient attirés dans la room.

Les géants de bois se déracinaient alors, volant à toute vitesse dans ma room, s'abattant tous sur le marine dans un éclat immense. Le sol en avait tremblé.

Je soupirais longuement, satisfait que ça soit fini, malgré mon immense plaisir à avoir combattu quelqu'un de sa trempe.
Malgré tout, je savais qu'il n'était pas mort, et probablement pas gravement blessé. Mais il était collé au sol, sous 3arbres, et ne pouvait pas bouger tant que je ne l'avais pas décidé, ou que je n'étais pas trop loin pour que la polarité s'annule.

Je partais alors, en m'enfonçant dans la forêt, cherchant à retrouver ma barque.
Au bout de quelques centaines de mètres, je savais que mon pouvoir avait disparu, et que le vieux ne serait plus coincé.

[/color]Il va sûrement tout faire pour me retrouver avant que je parte.
Je grimpais donc à un arbre, arrachant ce qu'il restait de ma veste pour finir le bandage, jetant le reste par terre. Une fois fini, je repartais, me cachant à nouveau dans un arbre, attendant un peu que la douleur se calme.

Devinez quelle surprise je pu voir en bas, en train de me chercher ? Oui oui, le borgne têtue !

J'essayais de me faire le plus discret possible, en attendant qu'il parte me chercher ailleurs...

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dommage, c'est la Marine. [PV Yao]   Lun 19 Sep - 17:07

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Dernier


Acte




Le Chef de la Basatard n’aurait pas pu prévoir la suite. Suffisamment en colère, il avait décidé de mettre un terme à ce jeu puéril mais cette certitude ne lui valut qu’un revers de plus. Contre toute attente, l’acrobate s’abaissa et posa sa main sur le sol créant une zone à la manière de ce que pouvait faire le shichibukai Trafalgar Law. Pourquoi fallait-il encore que cela lui rappelle sa rencontre avec le corsaire, qui avait lui aussi un don pour lui taper sur le système ? Enfin, son arme de lancer avait réussi à perforer son bras, c’était déjà pas mal. Ce serait plus difficile pour cet emmerdeur de s’amuser sans être en pleine possession de ses moyens ! Francesco, lui, se voyait évidemment violemment repoussé. Plus fort qu’avant mais c’était sans doute lié à cette « room » comme il l’appelait… Cela n’allait pas simplifier les choses pour pouvoir l’atteindre.

Le marine parvint à se réceptionner à un arbre, le déracinant à moitié à cause de la conjugaison de la puissance du rejet et de son propre poids. Il remit les pieds sur terre ensuite, frottant un peu son pantalon. Ce bridé avait de la gueule mais jusqu’ici il n’avait jamais pu infliger la moindre blessure grave au marine. Il semblait énervé lui aussi, s’appliquant un garrot de fortune avec un morceau de son vêtement. Tant mieux ! Le borgne n’avait pas envie de s’amuser, le combat ne s’éterniserait plus. La balle était dans le camp de Yao et il en profita pour attirer le gradé une nouvelle fois. C’était une sensation étrange qu’il n’aimait pas du tout. L’officier n’était plus maitre de son corps et il sentait que cette fois le petit malin allait lui sortir le grand jeu. Il essaya de résister mais l’attraction était beaucoup trop forte, il semblait être attiré directement par le sol, il n’y avait donc pas d’échappatoire possible.

Plutôt que de lutter inutilement, il se laissa donc faire. C’était ça ou bien se déchirer les muscles pour le même prix après tout… Cela ne l’empêcha pas de continuer à fixer son ennemi d’un regard qui en disait long sur ses intentions. Et voilà que maintenant ce type voulait savoir son nom ?! La bonne blague ! Que voulait-il faire ? Sortir une punchline en pensant l’achever ou bien noter ça dans un carnet pour se rappeler de ne plus jamais le croiser ? Tout cela en étant beaucoup trop insultant à son goût, bien sûr. Alors, pour re-clarifier les choses, le moustachu se prêta au jeu.

« Sous-Amiral De Asturia Francesco, Chef de la Bastard. Mais c’est moi qui y mettrais un terme en gratifiant le monde de la mort d’un autre pirate inutile ! Votre insolence n’a d’égal que votre impuissance… Je m’occuperais personnellement de vous que cela soit dans ce monde ou dans le suivant ! »

C’est à ce moment que ses pieds quittèrent le sol pour qu’il se dirige vers le centre de la fameuse zone. Voyant le petit singe fondre sur lui avec son sabre, il tenta de faire pivoter son torse, histoire de diminuer le choc. Qui sait, sa force physique ne suffisait pas mais avec l’attraction qui s’ajoutait... Enfin, la lame ne fit qu’érafler son torse, alors que lui se retrouvait au sol, incapable de bouger sous la pression. Ayant pris sans le vouloir la pose d’un Christ, il attendait que le bourreau fasse son office, l’œil toujours aussi défiant. Bien sûr, il fallut qu’il ajoute son grain de sel, incapable de faire deux-trois choses sans pouvoir se taire. Notre ami regrettait déjà de lui avoir donné son nom mais il n’eut pas vraiment le temps d’y penser lorsqu’il vit les arbres alentours se tordre pour ensuite s’écraser sur lui. Merde alors, il n’avait plus besoin de contact physique avec sa room ?!

Le choc fut rude. Son corps, même très entrainé, avait des difficultés à rester coincé en sandwich entre le sol et des végétaux lourd qui l’écrasaient progressivement. L’un était sur ses jambes, l’autre sur son torse et ses bras et le dernier compressait son crâne. C’était le plus douloureux des trois, aucun muscle ne pouvait empêcher sa boite crânienne de souffrir et même le haki avait ses limites. Le choc avait ouvert une fine plaie sur le côté droit de son front, juste au-dessus de son œil valide. Pour éviter d’avoir du sang ruisselant dans son orbite, il le garda clôt attendant la suite. Il était probable que le petit chieur ai pris ses jambes à son cou… Il ne fallait plus perdre une seconde mais la pression ne cessa que quelques longues minutes plus tard. C’est alors qu’une aide extérieure intervenu. Victoria et Intégra l’avaient rejoint !

Elles lui rendirent son arme précédemment lancée et il leur expliqua la situation et demanda aux femmes d’aller chercher des menottes en granit marin sur le navire. C’était le dernier atout qui leur restait, sans ça, impossible de venir efficacement à bout du plaisantin. Lui, commença à chercher le bridé dans les bois. Avec de la chance, son épaule blessée pourrait le conduire directement à lui, s’il ne s’était pas enfuis directement. Quelques taches de sang le conduisirent jusqu’à un arbre où l’ancien garrot avait été arraché. Ainsi il avait pris le temps de panser ses plaies ! Il devait donc encore se trouver sur l’île ! Le borgne garda son œil fermé et commença à se concentrer pour faire appel à son fluide de l’observation. Il ne devait pas être loin, sans doute dans un arbre, puisqu’il aimait les acrobaties.

Patiemment alors, il marchait parmi la flore, cherchant une présence immobile. Il s’était rapproché de la mer, le navire de la Bastard n’était qu’à une petite centaine de mètres. Alors qu’il venait de dépasser un arbre, il ressentit la présence de Yao alors que son den-den mushi commençait à sonner. Victoria voulait savoir où il était alors il lui dit simplement qu’elle n’avait qu’à suivre les fracas des troncs. Il dégaina l'un’ de ses épées et trancha celui où s’était réfugié le pirate. La chance allait bientôt tourner pour cet insolent ! Une fois les menottes en main, son pouvoir se révèlerait inefficace ! Voilà pourquoi le marine se contenta de l’observer pour contrer une éventuelle attaque. Son but était de gagner du temps et cet idiot s’était piégé lui-même. Il était face à Francesco et derrière le soldat, la mer perçait la cime des arbres. C’était l’heure de vérité.






HRP : Désolé, je ne savais pas vraiment quoi faire pour essayer de contrer ton pouvoir du coup j'espère que ça t'ira...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dommage, c'est la Marine. [PV Yao]   Jeu 22 Sep - 11:25

Zetsu Yao
avatar

Messages : 48

Navigation
Doriki:
643/6000  (643/6000)
Fruit du Démon: -

Toujours perché dans mon arbre, je regardais De Asturia Francesco, chef de la Bastard. Le papy relou du coin ! Vous savez, celui qui vient gueuler sur les jeunes quand ils font la fête trop bruyamment.

Il m'avait, bien sur, repéré, et le combat aller devoir continuer. Pas que ça me dérange, j'adore ça, mais franchement, là, on tournait en rond. Il était bien plus fort que moi, même si mon pouvoir le rendait inefficace. Malgré ça, mes attaques ne lui font rien, alors imaginez la tournure des choses : Un combat sans fin.

Il avait tranché l'arbre sur lequel j'étais posé, et pendant ma chute, j'avais polarisé se même arbre.

Une fois face au borgne, dos à une femme marine, menotte en main, je savais que ça allait devenir compliqué.
Je posais alors ma main au sol, et ma room se formait.
Pas besoin d'en rajouter, il sait ce que cela signifie.

C'était ma seule issue, je n'avais pas d'autre technique capable de stopper réellement ce marine.
Je me mettais de profil, de façon à avoir un marine de chaque côté.

"Ouuuh ... Canon la petite !"

Ah bah oui hein, même en plein combat, un homme doit repérer les belles femmes.

Arme en main, pointée en direction de la marine, paume en direction du borgne, j'attendais que les choses se passent, dans un sérieux que Francesco n'aurait jamais soupçonné de ma part.

Je sais être sérieux quand la tournure des évènements le demande.
Mais là, il va falloir jouer le bluff : La distance entre moi et le marine avait annulé toute polarité, même la sienne. Il allait donc falloir jouer avec une room et un arbre, du moins pour le moment. Mais lui faire croire qu'il est toujours affecté par mon pouvoir peut me sortir de là.

Je fonçais sur la marine, et frappait avec l'arme de papy moustache contre l'épée de la femme. Quelques coups d'estocs s'en suivent, et je finissais par poser mes doigts sur sa main.

L'épéiste se retrouvait donc attiré au centre de ma room, au sol, comme son supérieur quelques minutes auparavant.
D'un bond, je retournais dans ma room, plaçant mon épée sur la gorge de ma "prisonnière".

Je regardais le borgne d'un air défiant.

"Ce combat est terminé, Francesco. Laisse moi partir, et je la laisse en vie."

Aaaaaaaah ! J'ai horreur de ce genre de méthode lâche ! Ca ne me ressemble pas, je déteste ça ! Mais là, j'ai vraiment pas le choix. Si je veux partir en vie, je dois lui offrir une contre-partie. D'autant plus que pour toucher la marine, j'avais pris quelques léger coups d'épée, et donc quelques coupures sur les bras et les jambes.

J'aurais du me blesser pour polariser ses deux là, c'est vraiment pas de chance. Mais au moins, au final, j'ai un avantage. Enfin, je crois...

Si Francesco se fiche de ses hommes, il me dira de la tuer et le combat continuera. C'est peut être pour ça qu'il m'a laissé croiser le fer avec elle. Il se disait peut être que si je la tuer, mais qu'elle me blessait, il aurait plus qu'à finir le travail.

Non, non. Ca ne ressemble pas à l'homme que je combat depuis tout à l'heure. Ca veut dire qu'il a sûrement confiance en ses capacités, et qu'il pensait même qu'elle me battrait.

J'appuyais ma lame sur le gorge de la marine immobile.

"Tu te décides ?! A moins que tu ne préfère la rejoindre dans ma room ?"





HRP : Désolé, c'est vraiment court, mais là je savais pas trop quoi faire '.' Et j'espère que ça ne te gène pas pour Victoria
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dommage, c'est la Marine. [PV Yao]   Ven 23 Sep - 11:06

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Déception



Le soleil couchant donnait à cet endroit une atmosphère plus solennelle qu’elle ne l’était. Francesco observait son adversaire sans rien dire, jusqu’à ce que Victoria arrive en face des deux hommes, des chaines à la main. C’en était fini pour ce gringalet. Avec deux Sous-Amiraux, il ne pouvait pas en réchapper. Ses pouvoirs pouvaient maintenant être contrés et il était encerclé, pourtant, l’officier commis deux erreurs. La première fut de laisser sa collègue l’affronter sans qu’il intervienne. L’association des deux chefs aurait pourtant été sans doute fatale au pirate mais il laissa faire la jeune femme blonde, sans doute accroché à la certitude qu’elle se débrouillerait bien seule. Un échange débuta entre eux deux jusqu’à ce qu’elle se retrouve dans le même état qu’était le borgne il y a quelques instants.

Cela ne lui ressemblait pas, d’habitude elle analysait mieux la situation... Etait-ce juste à cause de la provocation ? Le moustachu ne put que montrer sa déception lorsque le regard des deux marines se croisèrent. Elle avait lâché les menottes et elles se trouvaient devant elle, c’était presque trop évident, trop facile pour que notre ami n’y pense pas. Pendant ce temps, l’acrobate avait maintenant tiré parti de la situation, il s’était confortablement installé sur Victoria, lui mettant l’épée sous la gorge. C’est à ce moment-là qu’il replongea son œil dans ceux du bridé. Se pensait-il en situation de force ? N’avait-il pas compris à qui il avait à faire ? La Bastard n’avait que faire des pertes humaines, même quand cela concernait ses hommes. L’éradication devait être faite et ce malgré de potentiel otages, de potentiel morts. Il avait mis un point d’honneur à l’expliquer lors des recrutements.

« Terminé ? Je ne crois pas. Mon combat contre toi et la vermine de ce monde ne terminera qu’à ma mort. »

De toute façon la sous-amirale coincée à terre ne risquait rien, elle aussi possédait le haki ! Il ne pouvait pas être naïf à ce point ! Le gradé ne fit que la seule chose logique et plongea en direction de la room pour y récupérer les menottes. Usant du Shidensen une nouvelle fois, son accélération fut des plus rapides et il atteignit son objectif sans que Yao n’ai pu mettre sa menace à exécution. C’est alors que notre homme commit sa seconde erreur. Au lieu de menotter l’emprisonnée il prit les menottes et tenta de les plaquer contre le polarisateur. Ce dernier utilisa donc en toute logique l’arme qu’il avait dérobée pour bloquer les menottes, il attira ensuite l’arbre coupé en deux sur le représentant de la Justice, grâce à leurs mains qui se touchaient. Jurant intérieurement, le bleu sanguinaire ne se laissa pas démoraliser.

Il tenta de déplacer l’arme et les menottes sur sa droite pour forcer le petit malin à se prendre l’arbre mais le salopard en avait profité pour disparaître sans demander son reste. Le marine eut juste assez de temps pour donner un coup de pied imbibé du haki de l’armement au plus petit des projectiles avant de reprendre son sabre qu’on lui avait gentiment laissé pour s’occuper du dernier morceau volant. Posant finalement les menottes sur sa subordonnée comme il aurait dû le faire plus tôt, il se redressa ensuite pour observer la fuite de sa proie. Pour la première fois, la Bastard n’avait ni gagné, ni perdu, devant toute fois constater son échec face pourtant à un ennemi moins fort qu’eux mais aux pouvoirs réellement handicapant. Les coups de feux d’Intégra ne changèrent rien à ce constat, le scélérat était déjà hors d’atteinte sur la mer.

Fixant froidement l'horizon, le borgne avait cependant la certitude que les hostilités interrompues d'aujourd'hui se poursuivront dans l'avenir. Cette tâche sur le CV de la division qu'il commandait était une tâche sur son propre honneur. Il retrouverait cet homme et, mieux préparé, il s'occupera de mettre un terme à son existence ! Pour la Justice et tout ce qu'elle représente !



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dommage, c'est la Marine. [PV Yao]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Dommage, c'est la Marine. [PV Yao]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» PAS DE WYCLEF? QUEL DOMMAGE!
» Renom et honneur du marine Walter C Drake
» La marine doit comprendre certaines choses ...
» Nouveau FAQ de GW sur Space marine
» le retour de la marine à voile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Skull-