AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Message
MessageSujet: Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]   Dim 10 Juil - 21:40

Sakazuki Akainu
avatar

Messages : 248

Navigation
Doriki:
5240/6000  (5240/6000)
Fruit du Démon: - Magu Magu No Mi

G de la Marine,
extérieur non loin des quais, vers une assemblée de tables.


Les buffets sont un cadeau en cas de victoire. Mais il peut aussi arriver à certains moments que les buffets viennent en période de défaite. C'est rare. Cela peut être un lot de consolation, ou une précaution pour garder le moral à un niveau suffisant. Mais cela s'applique en sport, ou toute autre compétition. La Marine pratique t-elle la compétition ?
Il est vrai qu'elle pour obligation de garder une longueur d'avance sur ses ennemis, sur la piraterie et quiconque lui barrerait la route, mais il ne s'agit nullement de jeu. Une défaite n'est pas censé rendre triste, on garde la face et poursuit tranquillement la lutte sans même savoir les résultats réels de l'un et l'autre camp. Une victoire doit être considéré non comme un exploit mais comme son devoir le plus simple et naturelle, on s'en réjouit en silence.
S'il y avait un buffet ce jour là, qui garnissait largement les tables du QG, c'était parce que la réunion qui s'y tenait était d'importance. Sakazuki le "Chien Rouge" avait convoqué un certain nombre d'officier et sous-officiers au G1 pour le jour, et si le secrétariat avait su envoyer un cachet à de cent à deux cent d'entre eux, c'était parce que le message dupliqué de l'Amiral-chef ne donnait pas la raison de leur présence. Tout au plus y était-il précisé qu'une réunion aurait lieu. Et on devinait que le solennel n'était pas le genre de cet homme pur et dur.

Tout le monde était là, de grades allant d'adjudant à quelques vices-amiraux. Une petite foule d'uniformes blancs se promenant égarée au milieux des tables garnies. Sakazuki n'était pas encore arrivé, bien qu'on l'attende. Certains étaient enjoués, d'autres plus anxieux : une convocation si haute de la hiérarchie, selon vous cela signifiait du bon ou du mauvais ? Puis ce fut l'étonnement général : une rangée de tambours dirigés par des musiciens marines roulèrent, faisant taire les murmures et le brouhaha. Un contre-amiral chargé de communication brandit un haut parleur et s'adressa à toute la foule.

Cette mise en scène pour pas grand chose : c'était bon, disait le gaillard. On avait pas besoin d'attendre, Sakazuki "Akainu" avait quelques retards, inutile de l'attendre. Ceux qui le voulaient avaient droit pour patienter aux apéritifs, y comprit l'alcool même si on était en service. Non, ce n'était pas une plaisanterie ? Il faisait cool Sakazuki ce jour là ! Sinon c'était pas lui mais les gestionnaires qui allaient recevoir un savon... Qu'importe le brouhaha reprit. Le retard aussi n'était pas son truc, au Commandant en Chef... Qu'est-ce qu'il se passait ? Est-ce que ça avait quelque chose à voir avec la défaite dans cette histoire d'Arme Antique ? Les ragots reprenaient. L'ambiance était néanmoins légère.
Néanmoins, au milieu de tout ça, des esprits bien différents se promenaient. Qu'on soit un fanatique, un traitre ou un paresseux, le Marine a tous les visages.

Lui Sakazuki, n'était en fait pas en retard. Il avait délibérément choisit que la réunion commence sans lui. "Réunion" était un grand mot dans tous les cas, ici les officier ne sachant quoi faire soit attendaient sagement soit bavassaient à plusieurs. Lui pendant ce temps, sortant de son bureau, se dirigeait à pas tranquille vers le coin du rassemblement. Ça allait être un simple échange, il s'adresserait aux officiers qu'il souhaitait, ceux dont il avait entendu parler, et ceux dans la masse qui sauraient susciter son intérêt. Il s'agissait de les évaluer et les comprendre. Ou était-il allé chercher ce début de stratagème bizarre et incompréhensible à l'heure actuelle ? Vous ne saurez pas, mais quelques hauts placés chuchotent que récemment l'homme-volcan a discuté tranquillement avec Sengoku.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]   Mar 12 Juil - 9:54

InvitéInvité
avatar






L'inconnue




La brise fraiche de l’océan faisait virevolter la longue crinière dorée de la Vice-Amirale. Ses yeux, perdus dans le vague, fixaient l’horizon en affichant une certaine froideur. Malgré ses attitudes de mère avec son équipage, cette dernière appréciait se murer dans le silence quand le moment était opportun. Depuis qu’elle avait quitté Impel Down suite à sa discussion avec Hina, Braiya n’avait pas prononcé un seul mot. C’était à un point tel que ses subalternes commençaient à s’inquiéter de l’état dans lequel se trouvait leur supérieur. La métisse blonde restait dans cette position, sans faire le moindre geste, pendant quelques heures lorsqu’un cri parvenait à ses oreilles. Puis des pas précipités approchaient de sa direction avec, pour provenance, un tout jeune Marine qui lui transmettait une lettre de la haute hiérarchie.

Braiya prit le morceau de papier avant de l’ouvrir et de lire son contenu. Un sourire radieux illuminait son visage couleur chocolat et ses yeux retrouvaient une flamme vive. D’une voix douce, elle donnait diverses instructions aux membres de son équipe.


- Nous retournons à la base les enfants. Le grand volcan désire ma présence à une sorte de réception à laquelle vous n’êtes pas conviés. Ne trouvez-vous pas cela intolérable mes chéris ? Enfin, je suppose que vous m’attendrez bien sagement sur le navire.

Des oui remplis de loyauté résonnèrent sur la mer, tandis que le fier navire de la Marine fendait les flots pour retourner au G-1, lieu où se tenait cette petite surprise partie qui était, il faut bien l’avouer, peu commune de la part de Sakazuki. Sur place, des centaines de navires étaient amarrés et celui de la blonde prenait le dernier emplacement disponible. Ainsi, elle était la dernière à être arrivée à la petite fête. Tant pis. De toute façon, Akainu n’aurait strictement rien à lui dire du fait qu’il lui en devait une lors de l’affaire ayant pour thème l’arme antique.

Elle fit diverses embrassades à ses subordonnés adorés avant de prendre la direction de la sauterie. En chemin, elle entendait la puissante voix d’Akainu résonner comme une grosse caisse, ce qui la faisait sourire encore plus. Même si être retard était une chose intolérable au sein de la grande armée blanche, la métisse s’en moquait complètement. De base, elle n’avait jamais respecté les codes fondamentaux de la Marine puisqu’elle se refusait de porter la tenue réglementaire imposée par ses supérieurs, préférant mettre ses charmes en valeur avec des vêtements qui frôlaient l’indécence.

Lorsque la métisse blonde arrivait enfin devant les immenses tables, elle remarquait rapidement qu’une chose faisait tache dans tout ça. C’était l’espace que son absence laissait. La belle ne pouvait s’empêcher de rire doucement alors que tout le monde se tournait vers elle dans un silence à donner la chair de poule. Sans se laisser intimider, Braiya avançait vers sa place et captait les chuchotements de ses collègues justiciers. La plupart se demandaient qui elle était et les plus anciens soldats ignoraient complètement son existence.

Une fois installée à sa place de Vice-Amirale, Braiya fixait le chien rouge avec un large sourire et brisait le silence d’une façon qui choquait l’assemblée dans sa grande majorité, tout en gardant un respect certain pour l’Amiral en chef.


- Alors Saka-chan ? Tu reprends ton discours ? Si je déstabilise à ce point, tes hommes, c’est à toi de les remettre dans les rangs en nous haranguant de ta superbe verve. Sans compter que je n’ai pas vraiment de temps à perdre et que mes petits chéris m’attendent sur le navire.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]   Mar 12 Juil - 10:09

Lane MélinaLieutenant colonel
Lieutenant colonel
avatar

Messages : 128

Navigation
Doriki:
1661/6000  (1661/6000)
Fruit du Démon: -

Les mains sur son clavier de piano, Mélina se laissait emporter par la mélodie qu'elle jouait, une douce mélancolie qui la détendait en lui faisant oublier la pression sur ses épaules. Elle ne pensait même plus à ce tueur en série qui était encore en liberté, l'espace d'un instant elle voyait tous les pirates ne faire qu'un, une simple armée de silhouettes obscures sans intérêt. Mélina se sentait de plus en plus isolée du mal de ce monde alors qu'elle continuait de suivre la partition qu'elle avait elle-même écrite. La demoiselle s'était toujours sentie bien avec son instrument de musique massif, il la protégeait pratiquement dès qu'elle se sentait triste et frustrée et que la pression sur ses épaules venait agresser son esprit.

C'est alors qu'en finissant sa partition, elle vit un objet blanc attirer son regard au sol. Il s'agissait d'une missive cachetée d'un sceau de cire en provenance de ses supérieurs. La demoiselle se sentait de bonne humeur à présent, le piano lui avait redonné la motivation de capturer tous les pirates du monde, y compris le Nouveau Monde. Selon la lettre, elle était convoquée au quartier général G-1 situé dans la route de tous les périls, là où les plus dangereux pirates grouillaient, mais aussi les plus redoutables marines. La demoiselle ne put pas passer à côté de la locution de l'amiral en chef pour le moins primitive et indélicat. Il était évident que l'homme n'était pas un grand poète, de ce qu'elle pouvait lire, ça lui donnait un peu plus à connaître sur celui qu'elle n'avait jamais pu voir en chair et en os, seulement en écran d'escargophone.

Malgré tout, elle décida quand même de répondre à l'appel même si elle se sentait traitée comme un des grands corsaires, pirates blanchis qu'on faisait rappliquer fissa en cas de pépin sans demander leur avis. Mais ce n'était pas important, certains étaient plus combattif que poétiques, elle ne pouvait pas refuser pour si peu. Ainsi elle alla regarder quelles unités étaient encore libres ainsi que quels navires, prenant la première que son regard croisa sur l'écran. La demoiselle prit alors le combiné avant d'annoncer aux marines concernés leur prochains destination. Elle embarqua avec elle une dizaine de marines dont elle cita le matricule dans l'annonce afin de pouvoir "décoller" rapidement. Mélina entra avec eux sur le navire à quai, leur ordonnant doucement de débuter la procédure de départ, à savoir détendre les voiles, détacher la corde du quai, et retirer l'ancre principalement.

Le voyage ne fut pas très long, heureusement que la base n'était pas très loin de sa position. Pendant ce temps, Mélina se reposait sur le pont, assise sur une simple chaise en regardant vaguement l'horizon. Il était agréable de laisser l'immensité de la mer lui vider la tête, sans compter qu'il n'y avait aucun navire à remarquer. Ce n'est qu'après une journée de route que le navire finit par arriver. Il y avait énormément de ses collègues arrivés sur l'île, certains plus gradés et d'autre moins qu'elle. Comme attendu, sur place se tenait un buffet de taille familiale, une famille très nombreuse. Mélina avait un peu l'estomac dans les talons, heureusement elle avait bien fait d'éviter à ses soldats de préparer à manger pour elle. En revanche de leur côté, ils étaient bien rassasiés, ils avaient de quoi tenir un long moment. La demoiselle ne se priva pas et se servit un grand bol de riz nature avant de commencer à manger doucement assise sur sa chaise, les baguettes chinoises à la main.

Pendant ce temps, un contre-amiral avait pris le combiné pour prendre la parole, commençant par tester en récitant quelques chiffres à basse voix. Il allait bientôt parler, et donner pour commencer la raison de l'absence d'Akainu. Du moins elle l'espérait, car si il ne venait pas à une convocation des moins prudes, c'est qu'il était bien peu rigoureux malgré le caractère radical qui lui était souvent associé. Lui qui s'habitude ne manquait jamais un briefing de mission importante, le voilà qui s'abonnait absent.

C'est finalement après quelques minutes que le contre-amiral laissa sa place à Akainu afin qu'il puisse commencer son annonce, lui ayant chauffé la place et l'escargophone. Mélina continuait de manger en silence en l'entendant parler de sa voix des plus viriles et graves, tel qu'elle l'entendait régulièrement dans les importants briefings. Le tout était de savoir ce qu'il avait à dire, maintenant qu'il était enfin arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]   Mar 12 Juil - 12:02

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 384

Navigation
Doriki:
787/6000  (787/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Au bal



Marine




Le temps semblait une nouvelle fois clément au G-1. La météo était parfaite pour pouvoir lever l'ancre sans encombre. C'est d'ailleurs ce que l'équipage qui constituait la Bastard s'apprêtait à faire, alors qu'il revenait à peine de l'archipel Sabaody. Ce trajet n’avait beau n’avoir duré qu’une journée, il était essentiel que le navire mouille une nouvelle fois à l’ancien Marineford pour pouvoir régler les dernières bricoles nécessaires à l’intégration du tout dernier membre d’équipage en date. La Marine possédait une grande part de bureaucratie lorsqu’il s’agissait de ses effectifs et même si Maeda n’était pas vraiment sous les ordres d’un supérieur direct, le fait que Francesco le devienne devait être consigné et approuvé par les instances supérieures. Cette rigueur, le sous-amiral était à mille lieues de la désapprouver : il aimait l’ordre, il aimait cette discipline stricte.

Il fallait dire que le borgne l’appliquait lui-même extrêmement bien. Il embrassait toute cette culture nécessaire pour pouvoir optimiser et contrôler le fonctionnement de cette institution dédiée à protéger et servir la population. Il était ravi d’avoir pu devenir le témoin de l’accession au grade d’Amiral Commandant en Chef de Sakazuki Akainu, cet homme dont il partageait tant la vision du monde. Sans cet homme, que serait-il advenu ? Cette organisation qu’il aimait tant serait devenue sans doute aussi flegmatique qu’Aokiji et une nouvelle vague de piraterie aurait sans doute vu le jour. Alors, cette puissante marine, aussi puissante que son dirigeant, se devait d’être la plus disciplinée qui soit, pour qu’un partage optimal des informations soit possible, pour que l’ordre soit maintenu.

Voilà pourquoi il se dirigeait vers le quartier de travail dédier aux multiples secrétaires que comptait la Marine. Imperturbable, il fut cependant contraint de stopper ses démarches pour la journée quand un soldat l’interpella, une missive à la main. Surpris, il pouvait y lire qu'une réunion allait prendre place plus tard dans la journée, tenue par l’homme-magma en personne. Le chef de la Bastard tourna les talons et alla rejoindre ses hommes sur son navire pour pouvoir leur expliquer ce pourquoi leur départ serait retardé d’une journée. Il reparti ensuite accompagné de Victoria. Etant donné son grade identique à celui du moustachu, elle y était aussi conviée. Une fois arrivé au lieu de la réunion, ils s’assirent tout deux le long d’une des longues tables qui se trouvaient là. Le temps passa ensuite graduellement.

On vint dresser les tables, apporter des plats, tandis que les convoqués arrivaient au fur et à mesure que le soleil entamait sa descente sur l’horizon. Il restait encore quelques absents lorsque l’heure fut venue, dont l’amiral en chef lui-même mais cela n’empêcha pas les gradés de discuter entre eux, jusqu’à ce qu’ils soient interrompus par un contre-amiral et des tambours. Ainsi le retard d’Akainu prenait une allure officielle et les rumeurs recommencèrent à fuser de toutes parts. Les deux représentants de la Bastard, eux, restaient stoïque attendant la venue du chef suprême. C’est alors qu’une femme fit une entrée remarquée dans la salle. Elle était reconnaissable entre mille… Il n’y avait bien qu’une seule femme assez haut gradée pour faire un pied de nez au code vestimentaire réglementaire : Braiya Guille…

Que ce soit pour ses attributs qu’elle s’évertuait à mettre en valeur comme l’aurait fait une prostituée dans son bordel ou bien son nom de famille devenu célèbre ou encore son fruit du démon, elle devint un instant le centre d’attention de toute la pièce. S’il en avait eu la possibilité, Francesco lui aurait bien répondu pour cesser cette mise en scène ridicule et lui rappeler tout le manque de respect dont elle faisait preuve mais son statut de Vice-amirale la positionnait en tant que sa supérieure et dans l’esprit de la Marine, on ne pouvait pas manquer de respect à ceux qui occupent un rang plus élevé… Alors il se contenta de dévisager très sévèrement l’énergumène, même si elle ne savait ou ne pouvait le voir.



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]   Ven 15 Juil - 11:50

Thompson D. TaishoColonel
Colonel
avatar

Messages : 83

Navigation
Doriki:
2254/6000  (2254/6000)
Fruit du Démon:

    Décidément depuis quelques jours il s’en passait des choses. J’avais d’abord rencontré Francesco, un contre-amiral avec lequel nous avions eu une discussion un peu houleuse mais qui avait fini par d’intéressantes perspectives, puis quelques jours plus tard j’avais sauvé une jeune 3ème classe qui avait fini par rejoindre mon équipage, et voilà maintenant qu’on avait une réunion importante au QG dont j’avais été prévenu par missive urgente, qui était arrivée juste assez en avance pour que j’arrive au G-1 à la bonne date. Soit c’était une belle coïncidence, soit la marine était douée pour savoir où étaient ses soldats et quand envoyer les invitations pour que ceux-ci arrivent à temps. Enfin bref, je m’étais donc dirigé vers le QG sans attendre, sachant qu’il fallait de toute façon que j’y aille pour officialiser le rattachement de Lullaby à mon unité. Le trajet s’était passé sans encombre, bien que j’eusse dû faire un détour par une prison proche pour y déposer les pirates que j’avais incapacités.

    Malgré tout j’étais arrivé en temps et en heure, j’avais enfilé mon manteau blanc, et j’étais entré dans la salle de réunion, qui avait plus des airs de buffet que de salle de réunion, quand il y avait encore peu de personnes. Les tables étaient si bien placées, laissant une impression d’harmonie dans la symétrie dont elles faisaient preuve. Je n’en attendais pas moins d’une réunion de la marine. Quant aux personnes présentes, la plupart étaient mes supérieurs, notamment Francesco qui était installé le long d’une des deux tables. J’en faisais autant mais de l’autre côté de la salle. Non pas que je ne souhaitais pas le contact avec lui, après tout notre discussion s’était finie de façon plutôt cordiale. Je préférais simplement me poser tranquillement avec Lullaby qui avait voulu m’accompagner. En plus, ça m’éviterait de subir l’asymétrie évidente de son visage. Je n’avais d’ailleurs pas eu le temps d’appliquer ses conseils avec cet enchaînement d’évènements. De toute façon, je supposais qu’il me faudrait un tuteur pour apprendre une technique telle que le haki, et personne sur mon navire n’était capable d’en user.

    Peu de temps après mon arrivée, un contre-amiral prit la parole pour nous annoncer que l’homme-volcan serait en retard et que l’on pouvait commencer mes festivités. Outre cette invitation à manger qui semblait trancher avec le caractère habituel de l’amiral en chef, son retard était étonnant. Il nous convoquait et était en retard ? C’était le comble pour le chef de la marine supposé montrer l’exemple. Mais bon, peut-être avait-il ses raisons. Une affaire qui le retienne peut-être. En tout cas, je n’allais pas non plus taper un scandale non plus, c’était le supérieur ultime. Comme j’y avait été invité je me servais donc un verre et commençais à en boire le contenu quand une femme se mit à rire bruyamment, certainement en réponse à cette introduction à la réunion. Fatalement mon regard se tourna vers la source de ce bruit, pour y trouver une vice-amirale connue, mais pas forcément pour les bonnes raisons. Une Guille, qui refusait définitivement de porter l’uniforme de la marine et préférait des vêtements révélateurs… Bref, pas vraiment le type que l’on imagine d’une vice-amirale. Mais encore une fois, si elle était à ce poste c’était sûrement pour une bonne raison, et un scandale pendant un évènement pareil n’était pas une bonne idée. Sur Banaro oui, j’aurais peut-être mis mon grain de sel, tout comme je l’avais fait avec Francesco, mais pas ici. Elle en rajouta en s’attaquant à Sakazuki quand il arriva enfin. Toujours silencieux je buvais mon verre, gardant un œil sur ce qui allait se passer…
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]   Ven 15 Juil - 14:28

Katsuo LullabyMarine
Marine
avatar

Messages : 106

Navigation
Doriki:
65/6000  (65/6000)
Fruit du Démon: -

Au bal Marine ohé ohé !

feat. plein de monde


Les derniers jours n'avaient pas été de tout repos. Je m'étais engagée dans la Marine depuis à peine quelques jours quand mon chemin rencontra celui de pirates, qui firent de moi leur prisonnière. Forcée de leur obéir, n'étant clairement pas en taille de me mesurer à eux, je n'avais pas eu d'autre choix que d'attendre une mort certaine. Alors que je m'étais résignée à ne plus avoir aucun espoir, la chance avait filialement tournée lorsqu'à l'horizon je voyais se dessiner la silhouette d'un navire de la Marine. 

Après une rapide bataille, signant la défaite des pirates, j'avais finalement rejoins cette unité, me plaçant ainsi sous les ordres du Colonel Thomson. J'avais encore tout à apprendre et voilà que je me retrouvais déjà en mer, mais après tout peut-être que cela serait le meilleur entraînement qui puisse être. Pour le moment je n'aspirais pas le moins du monde à monter en grade, préférant laisser ça aux autres. De mon côté j'avais plusieurs années passées dans le coma à rattraper... 

Pendant que j'étais en train de m'entraîner au maniement du sabre, équipement de base chez une bonne moitié des recrues, une lettre arriva, visiblement destinée au Colonel. Ne voulant pas me mêler de ce qui ne me regardait pas, je poursuivais mes occupations jusqu'à ce que quelques minutes plus tard Taisho déclare à tout le monde que nous allions faire voile jusqu'au QG de la Marine, au Nouveau Monde. 

Le voyage c'était ponctué d'un arrêt pour mettre en cellule mes anciens ravisseurs. Je les avais regardés quitter le navire, les mains enchaînées non sans leur faire un petit signe de la main en souriant comme pour leur dire « Bien fait pour vous sale pirates! ». Nous finîmes par arriver à temps à la base G-1, et après avoir demandé à Taisho s'il voulait bien que je l'accompagne, il avait accepté à ma plus grande joie. 

Je découvrais alors non sans émerveillement ce lieu, jusqu'à ce que nous entrions le Colonel et moi dans une salle de réunion, suffisamment grande pour y accueillir bon nombre de table grassement garnies. Il y avait un peu partout des pointures de la Marine, la plupart des visages m'étais inconnus, alors je m'efforçais de les mémoriser. Je n'avais pas vraiment l'impression d'être à ma place ici, moi la petite 3eme classe dans la même pièce que des Vices-Amiraux ou que sais-je encore... 

Alors que tout le monde bavassait, des tambours firent taire cette foule avant qu'un homme ne déclare que l'Amirale en chef, Sakazuki était en retard. J'avais bien entendu parler de cet homme à de nombreuse reprise et je dois bien avouer que cela m'étonnait et je n'étais pas la seule visiblement. Je jetais un œil vers Taisho, il ne semblait pas en savoir plus que tous les autres dans cette pièce. Pour le moment il n'y avait rien d'autre à faire que d'attendre, jusqu'à ce que le « Chien Rouge » fasse son apparition parmi nous....


made by guerlain for epicode
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]   Sam 16 Juil - 10:33

Sakazuki Akainu
avatar

Messages : 248

Navigation
Doriki:
5240/6000  (5240/6000)
Fruit du Démon: - Magu Magu No Mi


Edit : phrases ajoutées car manquait de précision


On s'établissait, on se posait, on s'amusait, on s'interrogeait. Les conditions étaient parfaites, un discours serait à peine nécessaire. Mais avant de se présenter à ses ouailles, la tête de la Marine avait choisie de se mêler à eux. Bien sûr de nombreux s'apercevaient de sa présence au passage, et s'empressaient d'un salut militaire auquel il n'était pas tenu de répondre, mais Sakazuki poursuivait sa route et on se gardait bien de crier un "hey, retournez vous l'Amiral-Chef est là !". C'était l'occasion pour lui de vous observer, mes braves subordonnés. Et moins braves. Son retard n'avait que pour but de se glisser au milieu de la foule juste assez longtemps pour observer quelques marines sous un jour plus vrai. L'oeil du chien ne trompe pas, il est rapide pour détecter sa cible, et lucide sur sa forme.


Il remarqua un première individu dans le lot -Melina Lane, dont il ignorait le nom. Faisant partie de ces marines détachés ne discutant avec aucun collègue ni n'étant attaché à un petit groupe, cette femme sérieuse observait la mer plutôt que les êtres l'entourant et se nourrissait depuis le buffet. Une première Marine qui sortait du lot, c'était ce qu'il lui fallait. Sakazuki avança jusqu'à elle tandis qu'on lui libérait le passage et l'affecta. "Vous, suivez-moi marine".

Le second invité qui attira son attention était le colonel Taisho -lui aussi lui était inconnu de nom. Ce dernier était présent accompagné d'une subordonnée non invitée, ce qui était l'unique distinction qu'on pouvait lui remarquer. Lorsqu'ils avaient reçu les convocations, le numéro 1 de la Marine n'avait pas eu besoin de préciser qu'il attendait seulement les invités. Bien sûr, il n'avait aucunement noté l'interdiction d'acolytes, ce qui ne rendait coupable de rien le Colonel accompagné de cette soldate, mais une chose était intéressante : la grande majorité des officiers invités dans ces cas là s'abstiennent de choisir un acolyte non invité, quand bien même ce n'est pas interdit, par simple souci de réglementarisme et de ne prendre aucun risque de froisser la hiérarchie. Ce personnage là n'en faisait partie. Un peu en dehors du lot, il serait idéal, et pourquoi pas sa petite subordonnée. Sakazuki arriva devant Taisho et Lullaby et les affecta à son tour : " Tous les deux, suivez-moi aussi ". Sans sévérité, sans enthousiasme, il s'agissait de leur donner un ordre, ils étaient habitués à obéir sans qu'on leur explique immédiatement.


Parmi les officiers au grade plus élevé, il était rare que le Chien Rouge ne connaisse pas un tel. Il pu entrevoir Francesco. Ce dernier était connu pour ses points de vu, cadrant parfaitement avec la vision dure et sans réserve de la tête de sa hiérarchie. C'était là un gaillard qui lui devrait donner un avis semblable au sien : Sakazuki le sélectionna aussi, s'ajouter à son groupe. Il disposait de points de vu variés à présent. Il ne manquait plus qu'une personnage un peu plus décalée... Alors qu'il grimpait sur l'escabeau prendre le micro, le commentaire de Braiya lui donna immédiatement sa réponse. Il n'avait pas parlé qu'elle se donnait sur scène, créant un certain trouble parmi les témoins. Ils n'étaient simplement pas habitué à cette forte tête : cela devait faire trente ans que Sakazuki la connaissait. Les vieux renards de la Marine se connaissaient tous, et Braiya était adolescente quand elle avait débuté ici. En revanche elle n'avait toujours pas évolué sur un certain point : pour exemple elle l'appelait Saka-chan. Fujitora le surnommait Saka en public, ce qui était à peine mieux. Si elle avait été une inconnue il aurait été certain qu'il l'aurait remise en place de ce pas, mais comme avec le vieil aveugle il s'était avec le temps habitué à ses frasques. Il se dût néanmoins de lui rétorquer directement puisqu'elle lui envoyait une pique en publique, ce qu'il fit après un ricanement (qui n'était pas non plus amusé) :


" Alors quoi Braiya, tu veux remplacer Garp maintenant ? Un marine n'est jamais impatient de faire son devoir, ne fais pas genre. Fais la conversation aux officiers, après tout avec ton grade la sociabilité est importante. "

Après ça il s'éclaircit la gorge et reprit le micro. Tout le monde était suspendu à ses lèvres. C'était une sensation étrange, être scruté comme le Messie. Parfois c'était à regretter de ne pas être un simple soldat qui conservait toutes ses facultés au combat. Mais toujours, le besoin de la Marine d'une justice qui lui aille comme un gant (militaire !) le rappelait qu'il se devait de rester là le plus longtemps possible. Ainsi l'amiral Commandant en Chef s'adressa-t-il brièvement à toutes les personnalités présentes :


" Bien. Marines, je vous ai tous réunis ici comme vous avez pu le voir, parmi les valeureux. Il ne s'agissait pas de mobiliser des bleus qui n'ont pas encore trouvé leur foi, mais bien des marines qui sont soudés ici. Cependant, il existe des marines qui conservent leur propre personnalité derrière leur uniforme. Et si le devoir d'un marine est l'obéissance formelle et sans retard, je sais bien que plusieurs d'entre vous émettent des avis différents de votre hiérarchie, dans leur espace personnel.
Pourquoi est-ce que je vous raconte cela ? Et bien vous n'êtes pas sans savoir que nous avons connu, il y a peu, une certaine défaite... Et je vois déjà venir les ragots. Certes une défaite c'est frustrant, malgré votre devoir à tous de ne pas l'exprimer. Mais sous ses uniformes, toujours, se cachent des humains. Et les humains connaissent tous le doute. Le doute dans certaines périodes, peut ronger jusqu'à se changer en reproche, et le reproche défaitisme. C'est sur le reproche que nous allons nous attarder : on peut obéir à la hiérarchie tout en ayant des convictions différentes. Aujourd'hui, je vais vous laisser un droit exceptionnel : vous allez discuter entre vous de notre défaite, notre situation, et vous serez libre de dire entre vous tout ce qui vous perturbe, et tout ce qui selon vous doit être changé dans la Marine. C'est un ordre, soldats. "


L'auditoire ne pouvait qu'être ahuri face à ce programme hors-norme proposé par Sakazuki "Akainu", celui qu'on nomme judicieusement la Justice Absolue. Il y avait assurément un os là dedans, un piège... Mais tous connaissaient aussi ses ordres et le fait qu'il ne tolérerait pas une faille. Pour lui en revanche, rien ne sortait du commun, tout était dans ses cordes et si ce n'était pas là une manoeuvre perfide, il ne changerait sûrement pas.
Il descendit puis aborda au passage Braiya "tiens suis-moi, tu fais partie d'un groupe qui aura un autre rôle ".

Ils étaient maintenant réunis, Taisho, Francesco, Melina, Braiya et la chétive Lullaby. Rattaché à une mission du jour qu'ils n'attendaient pas ; mais on ne bougerait pas de ce petit lieu.
l'Amiral les amena tous dans un coin à l'écart, plusieurs tables vides. Les autres marines se gardaient d'approcher du lien pour laisser ce petit "état-major" tranquille, et se concertaient les uns les autres en essayant de jouer le jeu déconcertant qu'il leur avait demandé
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]   Dim 17 Juil - 16:09

Lane MélinaLieutenant colonel
Lieutenant colonel
avatar

Messages : 128

Navigation
Doriki:
1661/6000  (1661/6000)
Fruit du Démon: -

Finalement l'amiral en chef Akainu était arrivé, ce n'était pas trop tôt. Le contre-amiral qui lui avait chauffé le micro auparavant n'aurait pas pu le remplacer, seul Akainu pouvait dire ce qu'il avait prévu d'annoncer, avec son timbre de voix si particulier. Sauf qu'au lieu de se placer sur scène, il préférait aller à la rencontre de ceux qui se démarquaient un tant soit peu des autres officiers présents. Il y avait notamment le colonel Thompson qui avait ramener une fille avec lui, sans doute un soldat sans aucune importance dans l'affaire. Il était évident qu'un tel affront envers les restrictions de l'invitation avait de quoi être sévèrement puni. Si jamais ils allaient discuter d'un projet top-secret, la pauvre pourrait se faire emprisonner au moindre mot de travers si jamais elle venait à évoquer même accidentellement ce projet à des civils par mégarde. Voilà pourquoi appeler les officiers, ils étaient totalement fiables, contrairement aux soldats encore fragiles et hésitants.

Il y avait aussi Francesco, qui semblait avoir fait une fixette sur Braiya, peut-être son décolleté ou...autre chose. Il avait sans doute remarqué celle qui "avait un assez haut grade pour se permettre de porter autre chose que l'uniforme réglementaire", à savoir Mélina Lane qui, avec son haut grade, était habillée dans sa tenue habituelle pour mettre en avant son désir d'être en bonne relation avec la partie civile. Sauf si bien sûr il pensait à Braiya qui était aussi haut placée dans la hiérarchie et qui aussi portait autre chose que l'uniforme réglementaire. C'est sûr qu'elle avait une poitrine bien plus avantageuse que celle que Mélina jugeait bon de voiler par pudeur naturelle. Il fallait dire qu'entre les deux haut gradées, seule Braiya méritait de l'attention, allez savoir pour quoi exactement. Le fait est que le chef des Bastard se dirigeait vers elle, pas avec un regard très gentil, assez pour donner l'impression qu'il va y avoir de l'orage dans l'air.

Malgré tout, Akainu se dirigea vers la plupart des officiers, notamment elle-même qui bien sûr se démarquait fortement des autres officiers pensant avoir été invités à un briefing important. Il était évident que dans un tel cas beaucoup auraient revêtu l'uniforme pour la bonne forme, mais Mélina savait très bien que ce n'était pas l'habit qui faisait le moine, même si ça aidait beaucoup. Elle avait néanmoins les kanji géants "marine" dessinés derrière son manteau long à capuche, ça faisait à peu près office de manteau de la marine. Après, Akainu avait un costume pourpre avec un oeillet, Kizaru portait un ensemble à lignes verticales jaunes flashy, et Fujitora était habillé d'une tenue bien plus ample et confortable de couleur mauve. Alors pourquoi porter encore l'uniforme si c'était juste pour au final afficher ses goûts personnels ? Au moins la prochaine fois qu'on la verrait parmi les pirates, on ne dirait pas "c'est un officier", on dirait "c'est Lane" avant le "enfuyons-nous".

Sans plus tarder, et suite à la demande de l'amiral en chef, Mélina le suivit vers une zone où les tables étaient réservées. Non sans avoir terminé son bol de riz auparavant et l'avoir déposé sur la table du buffet. Elle s'assit alors, avant que les autres démarqués ne suivirent juste après. Il y avait effectivement le colonel Thompson, Francesco des Bastard, ainsi que Braiya dont l'indécence n'avait d'égal que son manque de respect envers son supérieur. On pouvait aussi compter la marine que Taisho avait emmenée avec lui, sans doute n'était-ce pas pour lui parler de choses confidentielles. Une fois tout le monde installé, l'amiral en chef se dirigea sans plus tarder vers l'estrade où il comptait bien entamer son discours après avoir sermonné Braiya; comme quoi il y avait une justice, et elle était juste devant eux tous.

L'amiral en chef commença alors en parlant vaguement de la raison d'avoir invité des officiers et non des soldats ordinaires. C'était évident, Mélina comprenait aussi bien que quiconque un tel choix, bien qu'il n'ait pas des masses rechigné à la présence de Lullaby dans le meeting. En effet comme il le disait, certains gardaient leur personnalité derrière leur uniforme, ce qui était clairement le cas de Mélina. Malgré tout, elle ne laissait pas ses sentiments prendre le dessus dans n'importe quelle situation, même en gardant de la personnalité il fallait se montrer rigoureux dans la lutte quotidienne contre la piraterie. Les seuls moments où elle s'autorisait à les laisser s'exprimer, c'était en compagnie de collègues ou seule dans sa chambre.

Alors que tout le monde restait pendu à ses lèvres, Akainu poursuivit en parlant de l'affaire Tartaros, présente depuis trop longtemps et impossible à ignorer quel que soit le grade dans la marine. Malgré tout, Akainu et Hancock avaient échoué contre l'entièreté des forces ennemies, ce qui semblait le choquer au plus haut point. Il avait tout de même convoqué la crème de la marine rien que pour en parler, si il se fichait de cette défaite il aurait simplement réessayé encore et encore. L'ennui était que Mélina n'y connaissait rien, elle ne pouvait pas savoir ce que ça faisait de ressentir la défaite face à cet ennemi surpuissant. Néanmoins elle avait toujours le moral au plus haut ainsi qu'une motivation inébranlable. Il fallait quand même quelqu'un pour frotter son épaule pour lui dire "ne vous en faites pas, on réussira la prochaine fois". Et visiblement c'était un ordre de libérer ses impressions sur le sujet, alors Mélina n'allait pas se priver d'engager la conversation tout de suite, s'adressant au groupe restreint.


-Pour ma part, je n'ai pas étudié le sujet, je ne connais pas le camp adverse ni les conditions du combat de l'amiral en chef. Mais dans tous les combats il y a des choses gagnées et des choses perdues, le côté positif est que maintenant il connait un peu plus sur le camp adverse, il pourra nous briefer si un jour on mène un prochain assaut contre Tartaros. Je préfère voir le verre à moitié plein, si la justice se permet de douter, il n'y aura personne de sûr sur qui se reposer en cas de difficulté.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]   Dim 17 Juil - 21:02

InvitéInvité
avatar






Ennuyeuse réunion




La sublime Vice-Amirale regardait son supérieur hiérarchique avec une expression de défi dans son regard. Cet homme, malgré son imposante stature et son amour inconditionnel pour la justice absolue n’était rien d’autre qu’un abruti qui n’avait pas une once d’intelligence. Hormis hurler sur les soldats et montrer les crocs, Akainu n’était pas grand-chose. Tout au plus un homme de paille mit en place par le gouvernement pour faire bonne figure. Et cela, Braiya le savait mieux que quiconque puisqu’elle-même, dans sa jeunesse, faisait partie de la plus haute classe que pouvait compter ce monde. Mais c’était une autre histoire.

Écoutant brièvement ce que déblatérait Sakazuki, la métisse préférait n’en faire qu’à sa tête en discutant de choses qui n’avait rien à voir avec de simples soldats qui, à en juger par leurs tremblements, faisaient dans leurs pantalons dans la crainte de subir une colère volcanique du grand gourou sur son perchoir.

Quand ce dernier eu terminé, son interminable discours, tout le monde discutait de la notion de justice. Braiya restait silencieuse, préférant écouter les différents points de vue de ses collègues. Qui sait ? Peut-être que, dans le lot, se trouvait des recrues potentielles afin de gonfler les rangs de son fils ? Elle n’eut pas réellement l’occasion de se faire un avis, car Sakazuki lui ordonnait de la suivre avec une petite bande de Marines moins gradés qu’elle.


- C’est toi le chef de meute Chien Rouge. Où tu irais j’irais. Du moins si j’en ai l’envie. Tu me connais non ? J’aime être libre et ne pas à avoir à rendre des comptes.

Elle lui adressait un sourire qui en disait terriblement long sur sa façon de penser et la blonde voyait bien que son comportement énervait quelque un de ses semblables. Notamment le chef des Bastards qui ne la quittait pas des yeux. Enfin de l’œil dans son cas.

La petite troupe se retrouvait donc à l’écart des autres et ce fut Melina qui prit la parole pour expliquer son point de vue sur la bataille qui opposait Tartaros au reste du monde. Braiya ne pouvait s’empêcher de sourire devant tant de naïveté et prenait bien soin de rester à l’écart, adossé contre un arbre et les bras croisés, tout en écoutant les différents points de vue qui se battaient en duel.

Soudain, ne tenant plus devant cette discussion aussi inutile que stérile, la véritable chef de Tartaros applaudissait devant la surprise générale.


- C’est bon ? Vous avez terminé de blablater sur des choses dont vous ignorez tout ? Si vous saviez toutes les bêtises qui sortent de vos bouches mes chéris. Saka-chan connaît mieux le champ de bataille et l’ennemie, c’est bien cela que vous venez de dire Méli-mélo ?

Elle regardait Mélina, en étant fière de lui avoir trouvé un surnom débile, avec un regard froid à faire frémir même les hommes les plus courageux. Le silence commençait à s’installer quand Braiya éclatait de rire.

- Pathétique. Vous vous permettez de l’ouvrir sur un sujet qui vous dépasse tous. Vous prenez toujours autant l’ennemi à la légère. Vous pensez être invincible tous autant que vous êtes, bien à l'abri derrière votre grade. C’est à vomir. Que savez-vous réellement de ce groupuscule Méli-mélo ? Depuis des mois Marde Guille ce ballade en ce monde. Depuis des mois ses deux lieutenants, Iwamori Angela et Narcisse Judal, massacrent des peuples entiers. Depuis des mois, vous fermez les yeux devant la menace. Aussi, j’ai une question pour vous tous.

Braiya se décollait de son arbre et approchait du petit groupe avant de reprendre son discours acide et méprisant, mais pourtant juste selon elle.

- Avez-vous prévu que Marde irait jusqu’à corrompre vos propres forces ou qu’il obtiendrait une arme antique ? Boa Hancock elle-même a rejoint les rangs. Qui vous dit qu’il n’a pas d’autres alliés au sein même de l’ordre des Shichibukai ou même pire encore, dans la Marine elle-même.

La métisse se tournait vers Melina une nouvelle fois, un immense sourire aux lèvres et concluait son monologue.

- Maintenant osez répéter devant moi que nous savons qui est notre ennemie. Qui plus est, ma petite Méli-mélo, vous avez surtout brillé par votre absence lors de la dernière bataille, je crois. Un peu comme vous tous ici n’est-ce pas ? Moi-même, je suis arrivée après le début des hostilités, mais j’étais présente. Je pense être la seule en mesure de m'exprimer sur la puissance et le danger que représente Marde Guille. Alors, évitez de la ramener Méli-mélo, je vous en serrais très reconnaissante.

Après un dernier regard, Braiya retournait contre son arbre et attendait la suite de cette réunion qui l’ennuyait profondément.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]   Lun 18 Juil - 12:04

Thompson D. TaishoColonel
Colonel
avatar

Messages : 83

Navigation
Doriki:
2254/6000  (2254/6000)
Fruit du Démon:

    Dans cette salle remplie de gradés, il fallait bien avouer que Lullaby était un peu à part. C’était elle qui s’était proposée de m’accompagné, et n’ayant pas vu d’interdiction à ce sujet dans l’invitation, j’avais accepté. Je n’aurais évidemment pas ramené tout mon équipage, mais cela pouvait être une expérience intéressante pour elle selon ce dont on allait parler. Mes autres hommes ont une bonne expérience depuis le temps qu’ils servent la justice sous ma direction. Elle, elle venait tout juste de rejoindre l’institution, et était déjà passée par une expérience peu souhaitable. Voir l’amiral-en-chef et d’autres gradés réunis l’inspirerait peut-être pour la suite, bien qu’elle ne lésinait pas sur l’entraînement de toute façon. Après tout, il y avait de grandes chances que l’on parle de la défaite récente de la marine, comme si la guerre à Marineford n’avait pas suffi comme échec. Cela pourrait lui permettre de voir comment on rebondit après s’être raté. Et même si elle n’était pas souhaitée ici, c’était moi qui lui avait dit oui, j’en prendrai la responsabilité.

    Le chien rouge se montra enfin dans la salle, mais pas de la façon dont je m’attendais. Il apparut à côté de nous, se fondant dans la foule bien que sa carrure suffise à le repérer si on y prêtait suffisamment attention, pour nous dire de le suivre. Voilà qui était intriguant. Et un peu intimidant. Manquerait plus qu’il nous engueule dans un coin. Malgré tout j’acquiesçais d’un mouvement de la tête, je finissais mon verre d’une traite, et je me levais pour le suivre, lançant au passage un regard à Lullaby pour la rassurer. Allez savoir ce que pourrait penser une 3ème classe dans une réunion de gradés qui était appelée par la tête même de la marine. Heureusement, il ne s’agirait pas d’un triple tête à tête puisqu’à la suite, il s’approcha de Francesco pour lui dire de le suivre aussi. En regardant bien, une autre marine, ne portant pas le manteau réglementaire de l’institution, suivait d’un peu plus loin Akainu. L’homme à la fleur monta sur l’estrade pour enfin faire son annonce à la foule, tandis que nous attendions un peu en retrait. Après avoir répondu à la vice-amirale Braiya, il annonça que les gradés étaient ici pour donner leurs avis sur la justice, sur la défaite récente de la marine, et ce sans censure. Voilà qui était encore étonnant venant du chien rouge. C’en était presque à se demander si on ne l’avait pas changé. Je voyais venir la discussion que j’avais déjà tenu avec Francesco quelques jours plus tôt, mais l’amiral descendit de l’estrade pour aller chercher un dernier invité : Braiya. C’était étrange qu’il la sélectionne, mais sa phrase l’était d’autant plus. Un autre rôle ? Hum, ça m’évitera au moins de devoir de nouveau exposer mon point de vue.

    L’homme en rouge nous amena donc sur une table un peu à l’écart. La marine dont je ne connaissais pas le nom s’assit en première tandis que Braiya se contentait de s’adosser à un arbre, décidée à ne rien faire comme les autres. Je m’assis donc aussi en face de l’inconnue, laissant le choix à Lullaby et à Francesco. L’amiral, lui, se placerait probablement de façon à faire face à la plupart d’entre nous. Les bras croisés, je m’attendais à ce que Sakazuki soit le premier à parler, mais finalement ce fut l’inconnue qui posa son avis sur la défaite face au Tartaros, lançant un débat. Nous étions avoir un autre rôle non ? Enfin, peut-être qu’elle n’avait pas entendu. En tout cas, le débat qui en découla fut relativement intéressant. Son point de vue était plutôt optimiste, mais livrant une phrase très intéressante sur la fin. Même si c’était un peu trop « voir le bon côté » que de dire que cette défaite nous apporterait des informations sur l’ennemi, le fait que la justice ne pouvait pas douter si on voulait que la population puisse se reposer sur une institution sûre était tout à fait juste. Je n’avais pas participé à la bataille, étant ailleurs au moment de l’assaut, je ne pouvais donc pas vraiment donner plus d’avis à ce sujet. La défaite en elle-même m’affectait bien évidemment, ne serait-ce que parce que j’aurais voulu être là pour essayer de faire la différence, mais je ne savais pas précisément ce qui s’était passé sur le champ de bataille. Et puis, ce n’était pas vraiment le sujet de cette réunion dans la réunion, d’après ce qu’Akainu avait dit à Braiya.

    Pour autant cette dernière révéla son côté méprisant, mon regard se tournant vers elle tandis qu’elle parlait sans pour autant que je tourne la tête. Elle cracha sur notre droit de parler sous prétexte que nous n’étions pas présents et que nous n’avions donc pas la conscience de l’ennemi, que nous nous contentions de nous cacher sous notre grade, etc… Il était clair que son grade, elle n’en avait pas grand-chose à faire d’après ses réponses à Akainu. Je savais que ce n’était probablement pas le sujet de cette réunion, mais je ne pus m’empêcher de m’en mêler, tout comme je l’avais fait avec Francesco. Après tout, on avait eu une autorisation non ?

    « Si nous étions si invincibles, il n’y aurait déjà plus de criminels. Même si nous n’étions pas sur le champ de bataille, ça n’empêche personne de ressentir la défaite que l’institution a subi. Nous n’avons certes pas la pleine conscience de la puissance de l’ennemi, mais nous sommes tout de même conscients que même les haut-gradés, plus forts que nous, que moi simple colonel, ont perdu cette bataille. Les sous-estimer serait effectivement une erreur, j’en conviens, et je ne dresserais pas un tableau aussi optimiste que ma collègue, mais elle a raison sur un point : on ne peut pas se permettre de douter. Il faut que l’on reste l’appui du peuple face à ces atrocités. »

    Je n’avais pas décroisé les bras pendant ma réponse, mais j’avais au moins eu la décence de tourner la tête vers la vice-amirale. Mon regard n’avait pas été particulièrement haineux, mais n’était pas pour autant neutre. Je remis ma tête droite, et je continuais.

    « De toute façon, je suppose qu’on n’a pas été réuni pour ça, sinon on aurait été mêlé au reste de la foule. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]   Lun 18 Juil - 15:46

Katsuo LullabyMarine
Marine
avatar

Messages : 106

Navigation
Doriki:
65/6000  (65/6000)
Fruit du Démon: -

Au bal Marine ohé ohé !

feat. plein de monde


La situation prenait une tournure de plus en plus étrange au fur et à mesure des minutes qui s’écoulaient. L’Amiral en chef avait fini par faire son apparition, mais pas de la façon dont on l’aurait attendue, non celui-ci avait décidé d’arriver par « la porte de derrière », plutôt que par l’estrade, là où on l’attendait tous. La plupart des hommes et des femmes (bien qu’en minorité) se retournaient sur son chemin, le saluant officiellement. Le voir déambuler ainsi parmi cette foule avait quelque chose d’étonnant, de presque irréel, j’avais même l’impression qu’il était en train de chercher quelque chose, ou quelqu’un…

Mon regard continuait de le suivre, divisant la foule devant lui, alors qu’il se dirigeait vers une Marine, qui ne portait pas l’uniforme réglementaire. Il lui glissait quelques mots, avant de se retourner. Il se dirigeait alors vers Taisho et moi. Je détournais précipitamment le regard, ne tenant pas plus que ça à croiser le sien. Comme je le redoutais, il s’arrêtait près de nous, nous toisant de toute sa hauteur. Pour moi qui ne me sentais déjà pas à ma place depuis que j’étais arrivée, je devais bien avouer que c’était encore pire à cet instant. J’espérais que Taisho n’allait pas subir de remontrance pour le fait de m’avoir emmenée avec lui, alors que je n’étais clairement pas invitée à cette réception.

Mais au lieu de ça il nous dit à tous les deux de le suivre simplement. Alors que je me redressais je croisais brièvement le regard de mon Colonel, celui-ci était rassurant, je le suivais donc sans un mot. Une autre personne nous rejoignit, un homme plus âgé avec une moustache et un cache-œil et une autre femme, celle-ci sortait complément du lot. J'avais l'impression qu'elle avait l'art et la manière de se faire remarquer, surtout à sa façon se s'adresser à l'Amiral en chef….

Nous nous étions donc retrouvés un peu à part alors que Sakazuki montait sur l'estrade pour y faire son discours. Il voulait que tous ici parlent entre eux de la dernière défaite de la Marine et de ce qu'il y aurait à changer au sein de cette institution. Tout l'auditoire restait ahuri devant de telle déclaration, moi y compris, mais je me retenais bien de le montrer aux autres. Alors que je regardais les autres, telle une spectatrice silencieuse, une des deux autres femmes présentes prit la parole en premier, visiblement résolue à obéir aux précédents ordres de l'Amiral en chef. Cette dernière était optimiste vis-à-vis du Tartaros.

Je ne comprenais pas encore parfaitement tous les sujets du monde d'aujourd'hui, sortie d'un coma de six ans depuis à peine deux semaines, il y avait encore tellement de choses qui m'échappaient… C'est pour cette raison que je préférais rester en retrait aussi bien physiquement que de part mon attitude. J'écoutais les autres parlers, essayant de retenir un maximum d'information. Et puis l'autre femme, celle à la peau dorée et aux cheveux blonds pris la parole, s'en prenant directement à la première personne ayant parlé. Je sens que je ne l'aime déjà pas celle-ci. Pourtant, elle avait l'air de si connaître quant à toute cette situation.

Je restais pendue à ses lèvres, écoutant chacun de ses mots. De ce que j'avais crus comprendre, il y avait des choses justes dans ce qu'elle disait. J'en venais alors à me demander si aujourd'hui le Tartaros devait être notre ennemi numéro un au lieu des pirates. Peut-être… Mais visiblement la Marine avait sous-estimé son adversaire…

Ce fût ensuite au tour au tour de mon Colonel d'exprimer son point de vue, que je trouvais des plus juste. Cependant, la femme aux cheveux blonds avait soulevé un point qui avait grandement attiré mon attention, tant est si bien que je posais cette question à voix bien, plus pour moi que les autres :


-Si le Tartaros s’infiltre dans les rangs de la Marine, pourquoi ne pas en faire autant ?... Murmurais-je.


made by guerlain for epicode
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]   Mar 19 Juil - 11:38

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 384

Navigation
Doriki:
787/6000  (787/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


« Vice-



Amirale



Chiante »




La soirée promettait d’être animée ! Bon nombres de personnes discutaient maintenant bruyamment alors que le contre-amiral venait d’annoncer le retard de l’amiral en chef. Francesco lui, fusillait toujours du regard la vice-amirale d’où il se trouvait. Il n’avait nulle envie de faire une esclandre devant une bonne partie de l’élite de la marine mais ce manque de respect avait le don de le mettre hors de lui. Pour qui se prenait-elle ? Ce n’est que plus tard qu’il remarqua du coin de l’œil que certains marines autour de lui bougeaient rapidement, comme pour laisser passer quelqu’un. Au moment où il pivota sa tête, le chef de la Bastard ne put qu’être surpris en voyant Akainu et ce dernier ne perdit pas un instant et demanda au borgne de le suivre. Bien sûr, notre ami acquiesça, même s’il ne savait encore exactement pour quelles raisons il devait suivre son supérieur.

Ce n’est qu’en se levant, alors que l’homme-magma partait déjà, se dirigeant vers la scène, qu’il vit les autres personnes qui le suivait. Parmi elles, le colonel Taisho et probablement l’une de ses subordonnées vu comment les deux marines se collaient. Une autre femme suivait mais il ne la connaissait pas. Sans doute avait-elle rejoint la marine récemment ! Lui qui était toujours en train de traquer les pirates, il ne pouvait retenir tous les visages et les noms des gradés. Ainsi donc, un éventail de représentants de la Justice devait accompagner l’amiral il semblerait. Cela faisait sans doute partie de la réunion, quoi qu’il en soit, la petite bande serait vite fixée ! Le moustachu n’eut pas l’occasion de se poser plus de questions de toute façon puisque leur chef à tous était maintenant en possession du micro.

Le sous-amiral aurait bien aimé que Braiya soit plus sévèrement remise dans le rang mais il s’en contenta. Avec de la chance, elle se calmerait un peu. Mais le plus important fut la suite du discours, voilà que cela devenait intéressant ! (Il fallut tout de même quelques minutes à Francesco pour le voir sous cet angle). L’approche était novatrice quand on y réfléchissait. Mais on pouvait y voir toute l’utilité d’une telle démarche : Avoir l’occasion de parler sans retenue pouvait désamorcer certaines frustrations et amener des questions intéressantes. L’officier qu’il était s’y plierait donc. Le petit groupe fut ensuite amené sur le côté, à l’écart des autres et malheureusement, « vice-amirale chiante » dût se joindre à eux. Chacun prit ensuite place autour d’une des tables vides, mis à part Braiya, ce qui n’était déjà plus surprenant.

Elle alla s’adosser à l’un des rares arbres en pot présent dans la salle, accompagné de son air dédaigneux. Dommage, il était suffisamment près du groupuscule pour qu’elle puisse entendre… Et évidemment elle ne tarda pas à ajouter son grain de sel dès qu’elle en eut l’occasion. Le chef de la Bastard ne s’attendait pourtant pas à ce qu’elle descende en flèche tous ceux qui étaient présent aujourd’hui. Depuis de longues minutes, sa colère n’avait cessé de monter et ces paroles avaient, à elles seules, déjà bien éprouver le seuil de tolérance du bretteur. Les bras croisés sur sa poitrine, il dû faire un effort sur-humai pour ne pas commencer à répondre tout de suite. Il utilisa l’une de ses mains pour masquer son visage, tentant de se calmer. Pendant ce temps, Taisho lui répondit, suivit d’une question de sa subordonnée.

Le colonel s’était assez bien débrouillé, il avait commencé à contre-argumenter mais cela ne suffisait pas pour le borgne, qui, même s’il s’était à peine calmé, avait des choses à dire. Il débuta alors sa propre prise de parole en s’adressant à Braiya, la fixant droit dans les yeux, le regard glacial mais le ton calme.

« Décidément, vous vous permettez beaucoup de choses, vice-amirale. Il est inutile de vous offusquer pour si peu et il est plus futile encore de généraliser le point de vue d’une gradée à toute la Marine. Bien sûr nous ne connaissons pas dans les détails ses forces et il est probable qu’il s’infiltre où il le peut ! Pour qui nous prenez-vous ?! De mon côté en tout cas je ne prends pas l’ennemi à la légère mais je persiste à croire qu’il y a de plus grandes menaces en ce monde et ce même si son fruit du démon lui confère le pouvoir d’hypnotiser les autres et que ses deux lieutenants sèment la terreur. Car voyez-vous, ce n’est pas le seul criminel qui parcours les mers. Les yonkous sont tout aussi dangereux que lui, voir même plus ! Pour n’en citer qu’un, Barbe Noire. N’aurait-il pas englouti l’ile sur laquelle le Tartaros et son chef se trouvait et dépossédé de l’arme antique que Marde Guille avait trouvée ? »

Sa tirade achevée, il attendait maintenant que cette femme trouve à y redire. Il lui semblait qu’elle oubliait un peu vite qu’il n’y avait pas que le Tartaros sur les mers. Tout de même, sa façon d’en parler était étrange mais il ne savait pas dire pourquoi. Maintenant que Francesco avait vidé son sac, il réfléchit un peu plus à ce qui avait été dit par les autres et par Akainu. N’avait-il pas dit qu’ils avaient un autre rôle que cela de parler de la dernière défaite en date ? Aussi, la question soulevée par la jeune femme aux cheveux roses était intéressante ! Il faudrait que l’amiral y réponde parce que de son côté, le représentant de la Bastard ne se tenait pas fort au courant des stratégies du QG, ayant lui-même son autonomie.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]   Mer 20 Juil - 23:00

Sakazuki Akainu
avatar

Messages : 248

Navigation
Doriki:
5240/6000  (5240/6000)
Fruit du Démon: - Magu Magu No Mi

Note:
 


A peine à l'écart, les heureux sélectionnés pouvaient désormais goûter au privilège de donner leur avis à leur supérieur le plus élevé. Ce n'était pas un pain que ce dernier aimait manger fréquemment, pour poursuivre dans la métaphore culinaire. Mais c'était là l'idée que Sengoku avait glissé à son ancien subordonné : Sakazuki savait en dépit de tout que dans les situations de difficiles dilemmes il fallait les conseils stratégiques de ceux qui avaient bien plus d'expérience dans la direction, au moins les écouter. Contrairement à ce qu'on pensait l'Akai Inu était conscient que tout ne se résout pas avec les poings, raison pour laquelle il avait du se résoudre à des compromis. Il faut être dur mais tout en restant réaliste. C'était un peu Noël pour la Marine en quelque sorte : comme ces employés avec qui l'entreprise est généreuse et conviviale l'espace d'un jour, puis dés le lendemain vous crie « au boulot fainéant! » avec un coup de pied.

Tout cela semblait se concrétiser avec succès puisque avant même ses instructions plusieurs des personnes rassemblés débattaient déjà avec passion. C'était le moment de prendre la parole ;

- Bien, je vous ai réuni pour non une mission, plutôt une instruction. Colonel Taisho, vous dites-vrai mais cette discussion n'était pas dans la mauvaise voie, c'est un bon départ. L'ordre que je vous donne est de discuter d'un plan stratégique, sur l'orientation que prendra la Marine à partir de maintenant. Je ne dis pas qu'il sera appliqué, la hiérarchie se réservera le dernier mot. Je vous ai rassemblé pour vos profils différents, et vos opinions peut être différentes, car confronter toutes les tendances peut renforcer le résultat (tout comme il peut finir sur un soufflé incohérent). Quand je dis orientation stratégique de la Marine, c'est global, fixez les ennemis prioritaires, les effectifs, les actions, n'importe quelle idée qui selon vous serait préférable.

Je précise, votre point de vue ne sera pas puni, sauf s'il s'agit de trahison ou de défaitisme bien sûr. Je ne rectifierais que lorsqu'il vous manquera des détails. Je vais à ce propos devoir répondre à chacun de vous.



Capitaine Lane Melina (grade du perso encore non défini)


D'abord il observa l'officière marine qui avait commencé par un discours. Sur son badge on pouvait lire son nom : Mélina S'il l'avait vu se distinguer de la masse, elle avait en fait une conduite mécanique et ne s’embarrassait pas de doutes : c'était le prototype idéal du soldat, celui qui a une confiance aveugle en ses supérieurs, l'outil que l'on forge durant l'entrainement. Une Marine à qui toutefois on ne confierais pas de grands rênes, s'autorisait-il à pense, car pour monter jusqu'aux grades les plus élevés il fallait aussi cet élément : la conviction, l'aspiration à la justice. Un soldat sans avis est idéal en tant qu'exécuteur, mais moins en tant que commandeurs.

« Vous parlez de positif avec conviction capitaine Melina, toutefois comme l'a déclaré le vice-amiral Braiya vous n'avez pas été présente à la bataille pour en constater ce que l'on a apprit de l'adversaire. Mais je vous soutiendrais que cela nous sera toujours utile, même nous en avons peu vu. Les membres réels du Tartaros, en comparaison à leurs alliés tels que Doflamingo et nos effectifs hypnotisés, ne sont pas exceptionnellement puissant. Je mettrais une exception bien sûr à leur chef Marde Guille avec qui j'ai eu le privilège de discuter et même affronter, lors d'une opération précédente. Ce jour de défaite, la Marine a eu la malchance d'abord d'arriver avec des effectifs incomplets du fait de notre renseignement tardif, et celle du retournement des amazones. Sans ces deux malchances le Tartaros aurait pu être dans une passe catastrophique. Il avait retiré, certes, ses alliés les plus puissant pour nous prendre dans un guet-à-pent, et nous ne nous en sommes tirés que grâce à un tsunami de Teach. Mais si nos ennemi eux même avaient été malchanceux, des membres les plus importants du Tartaros  comprenant le chef seraient morts avec nous !

J'en tire une nouvelle impression : ce groupe n'est pas prudent, il semble avoir un goût pour la tragédie et le grand spectacle, même si pour cela il prend des risques démesurés. Avec nos autres informations, nous pouvons les voir comme des fous qui s'amusent, ce monde est leur échiquier. »

Après ce résumé très technique, il y avait davantage de grains à moudre pour le plan de l'aimable groupe.


Vice-amiral Braiya

Dire que Briaya avait changé en un jour serait mentir, comme elle lui avait déclaré elle était depuis toujours un chien difficile à gérer qui obéissait au chef de meute. Cependant, elle semblait de mauvaise humeur à moins qu'il ne se trompe. Son ton glacial ressemblait à une rancune momentanée, c'est pourquoi il lui avait répondu personnellement pendant que toute la « sélection » se déplaçait 

-Ne me dis pas que tu fais la gueule, je n'ai fait que répondre à ta taquinerie par une autre. Tu es une des rares à ne pas faire d'effort de discipline et pourtant on s'étonne que je ne te remette pas en place, tu devrais voir ça comme un effort d'indulgence  pour tous tes services sous la bannière de la Marine.

Le mécontentement de la vice-amirale semblait en effet palpable, et le devint encore plus lorsqu'elle décria tous les collègues présents, peut être qu'elle aussi avait perdu quelque chose durant la dernière défaite (elle semblait quelque peu mélancolique, les marines apprennent à masquer mais aussi à remarquer quand d'autres le masquent). En temps normal Sakazuki aurait commencé à trouver que la blague allait trop loin puis crier, ce qui n'aurait pas dérangé Braiya qui aurait trouvé un autre sarcasme, là o Isshô criait aussi fort et où Garp éclatait de rir plus fort. Mais il venait d'autoriser à dire tout ce que l'on pensait, ce n'était pas pour revenir en arrière. Toujours est-il qu'elle ne manquait pas d'accuser la majorité de la Marine et lui même en premier pour l'échec du Tartaros.

«  Pour toi Braiya, j'apporterais quelques éclairages aussi , puisque tu n'étais pas parmi les amiraux à élaborer nos axes de stratégie. Ton accusation d'avoir sous-estimé la menace du Tartaros pourrait être juste car nous avons frappé trop tardivement, mais elle manque de certains éléments.

D'abord nous informer à temps était le travail du Cipher Pol. Et démanteler cette organisation était même la tâche du Cipher Pol. Le Tartaros se définit comme une organisation conspiratrice, à la manière des révolutionnaires, notre tâche  à nous se centre sur les pirates comme vous savez tous, ce qui laisse aux agents, aux Pacifista et aux Shishibukai les ailes libres pour le reste sauf quand notre collaboration est demandée. Les massacres d'Angela et Judal ont été apportés à notre connaissance, mais déjà ceux ci n'étaient pas signés de la pointe de leur épée, pas des actes revendiqués à la façon des attentats des Révolutionnaires, et ces îles disposaient déjà de garnison pour protéger ces habitants. Avec le nombre de massacres commis par les pirates, comme le fait remarquer Francesco il n'y a pas qu'un diable duquel se préoccuper.


Enfin, la Marine n'est pas restée les bras croisés. Je suis venu en personne face à ce Marde quand nous n'avions pas confirmation de l'ampleur de la menace. Par la suite nous amiraux avont travaillé sur un plan, mais c'était une tâche longue et  fastidieuse, d'autant plus que la destruction du repaire de l'Organisation par les révolutionnaires nous a contraint à modifier la copie. J'ai aussi  exécuté seul une mission  contre le Tartaros quand aucun amiral n'était disponible, dont le contenu ne peut cependant vous être donné.

Enfin il y a ce que cite très justement Francesco : nous devons à la fois nous occuper des Empereurs dont la puissance s'est accru, et qui menace plus encore avec l'arrivée des Supernovas dans le Nouveau Monde. La Marine ne peut être au four et au moulin, nous ne pouvons rassembler constamment tous les amiraux contre un ennemi localisé, sinon il y aurait des Marineford plus souvent.

L'arme antique dénote de notre retard donc, et non notre inaction. Cependant il est vrai que ce retard est preuve de l'imperfection des institutions. »

Avec cet exposé Sakazuki espérait avoir donné toutes les informations qui manquaient à la vieille Braiya, et il se permettait au passage de défendre l'honneur de la marine -joindre l'agréable à l'utile. Toutefois les différents points de vue ne faisaient qu'enrichir la réflexion, du moins si on en croyait le Bouddha d'Or. « La dernière erreur de ma carrière a été de céder à la passion » avait-il déclaré « ne la fait pas Sakazuki, pour notre bien  à nous Marine». C'était un peu trop demander, le Chien Rouge se définissant par sa passion (ardente) précisément, mais c'était assez pour faire cet effort du jour.  


Colonel Thompson Taisho

Le colonel qui avait tempéré la colère de Braiya était encore jeune, mais il avait un maniement aigu du langage. On l'aurait cru aussi bon à enseigner dans une université qu'à servir sous l'uniforme. Dans son parler il rappelait assez ce bon Francesco ; bien que Francesco soit aussi doué à trancher la chair qu'à manier le langage et la réflexion hérités de ses origines nobles. Taisho, qui jusqu'à aujourd'hui avait été un visage parmi d'autres dans la foules d'ofifciers, n'ayant pu encore s'illustrer par un exploit ou un fanatisme particulier, semblait se rapprocher des penseurs, pour reprendre la comparaison évoquée avec Mellina. Peut être, sait-on jamais, cet homme deviendrait-il bien plus tard le nouveau Sengoku (ce que n'espérait pas l'Amiral en Chef, le doute étant bon tant qu'il ne retarde pas les actions rapides et nécassaires). Cela aurait été trop exagéré et amusant, il verrait mieux ce Taisho au sommet de sa puissance avec le comortement de Borsalino (pas sa maladresse légendaire).
C'était tout de même un constat peu clair qu'il apportait : un peu « je suispas d'accord et d'accord à la fois » pour chacun des points de vu opposés de la capitaine et la vice-amirale. Encore une fois on aurait dit Sengoku, c'était amusant, toujours incapable de trancher entre les disputes de Garp et de lui même.
«  Colonel Taisho, lorsque vous déclarez que, je cite «  nous n'avons pas la pleine conscience de la puissance de l'ennemi », je ne sais pas si vous voulez dire que la Marine méconnait le Tartaros. Cela va dans le sens inverse de Braiya pour qui nous étions trop renseignés pour ne pas agir. Nous le sommes, mais en retard, même s'il nous manque sans doute encore des membres de l'organisation  dans notre liste. Toutefois, j'ignore si vous connaissez les capacités de ce Marde Guille, c'est pourquoi je vais vous les décrire. C'est un homme qui pour un Dragon Céleste sait étonnement se battre, il combat à main nu et doit pratiquer un entraînement quotidien pour posséder sa force et sa rapidité, il possède de plus un haki digne de nos meilleurs éléments. Il ne serait cependant pas un ennemi compliqué à battre si c'était tout : peut être avez vous entendu parler de son fruit du démon. Le moindre contact suffit à contrôler une partie du corps de sa cible, voir son entièreté. Qu'un être venu des Dragons Célestes ait un tel potentiel ne s'explique pas. Il a de plus un esprit tactique, car même s'il est éminemment narcissique il n'a répondu à aucune de mes insultes avant le combat, bien que je l'ai constamment insulté. Peut être ces informations vous aideront-elles à évaluer la puissance de notre ennemi. »


Katsuo Lullaby



Une personne pouvait presque faire tâche dans le paysage. Non gradée et nettement plus faible que le paysage qui l'entourait (sans parler d'une apparence mignonne de fillette qui serait un handicap certain pour les ennemis) la petite protégée de Taisho avait cependant osé participer au jeu. Elle avait rebondit sur un détail du discours de Braiya que les autres avaient plutôt négligé : les espions. Malheureusement elle faisait une proposition trop évidente pour ne pas avoir été tentée. Encore fraichement, juste eu avant l'incident de l'Arme Antique, Sakazuki était même arrivé à un allié du Tartaros pour lui faire une proposition d'espionnage. Elle ne manquerait cependant pas de faire réfléchir les autres marines, seulement ils n'étaient pas assez impliqués dans les affaires pour tout savoir.

«  3 ème classe… Lullaby, je dois rectifier, car malheureusement les informations relatives à l'espionnage même dans ce sens, sont trop confidentielles. Seul les plus hauts grades de la marine, à partir des amiraux, peuvent disposer d'informations relatives. Dites-vous que peut être que le Tartaros a déjà été infiltré, peut être non. Dans tous les cas, infiltrer ce genre de rats est quelque chose de très difficile que je laisserais plutôt au Cipher Pole, à moins que vous ne trouviez une idée excellente qui me fasse changer d'avis. Il s'agit d'une secte souterraine et paranoiaque, et son gourou peut hypnotiser à volonté ses serviteurs. Nous avons vu que certains semblent conserver leur libre arbitre, mais rien ne dit quil a toujours été ainsi. Il suffirait de faire hypnotiser chaque nouveau membre du Tartaros pendant une minute le jour de son entrée, et celui-ci révélerait aussitôt sa traitrise : cela pourrait se retourner contre nous."

Avec ça il ne risquait pas de détendre davantage l'atmosphère, mais rester optimiste comme Melluna, Taisho et Francesco semblait résolus, ne demandait pas d'être ignorant.


Contre-amiral Francesco

Ce brave épéiste de Francesco suivrait décidément jusqu'au bout le point de vu de Sakazuki. On aurait parfois cru que comme lui, il défendait la Marine et son image comme sa propre mère, par un sentiment aussi profond que familial. Ou plus amusant, on aurait pu voir Francesco, surtout avec sa voix bourrue, défendre la Marine et son amiral Chef comme s'il était leur mère. Parfois leurs avis convergeaient tant que Sakazuki soupçonnait presque le borgne de ne pas réfléchir et d'être en accord quoi qu'il dise. Mais c'était profondément faux, il le savait bien, Francesco croyait, comme lui et aussi comme un nombre insoupçonné de marines, à la fermeté et l'impartialité de la Justice. Il ne faisait pas pour rien partie de cet équipage qu'on surnommait ironiquement en coulisse « la garde rapproché de l'amiral-chef ».

- Tout à fait Francesco, la Marine n'a jamais eu autant à faire. Mais je digresse de mon rôle actuel, et il y a toutefois un détail à ajouter : Guile possède à présent une Amre Antique, ce qui le place nettement plus haut qu’auparavant. Au milieu d'une ile, le pouvoir de Teach a pu lui infliger un lourd coup, nous ne savons d'ailleurs même pas s'il est actuellement mort. Toutefois, le Gouvernement Mondial m'a annoncé que tant que sa mort ne serait pas prouvé le Tartaros est en tête de nos priorité, et ce Guille est devenu l'homme le plus recherché au monde devant Dragon et Teach. Peut être y a-t-il d'autres détails que le Conseil des 5 ne me transmet pas, mais cela nous oblige à trouver un plan : répartir nos force efficacement sans dégarnir nos front face aux pirates. C'est précisément là où j'attends vos avis.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]   Ven 22 Juil - 1:06

Lane MélinaLieutenant colonel
Lieutenant colonel
avatar

Messages : 128

Navigation
Doriki:
1661/6000  (1661/6000)
Fruit du Démon: -

Alors que d’un côté, le colonel Thompson semblait globalement du même côté que Mélina, la vice-amirale Braiya demeurait toujours aussi arrogante qu’au début du buffet en plein air. Le premier ne partageait pas son optimisme naïf en parlant cependant de ne pas se permettre le moindre doute pour la sécurité des concitoyens ; tandis que la deuxième lui faisait remarquer non sans le plus gros manque de respect imaginable dans la marine, son absence lors du dernier combat contre Tartaros. En effet elle n’avait pas souvenir de sa présence dans les rapports traitant des affrontements de Tartaros, et quand bien même elle était tout de même venue après la bataille, elle ne serait pas plus en mesure que quiconque d’établir les forces du groupuscule, à moins d’y être liée intimement. Autant Mélina souriait légèrement en entendant le colonel Thompson la rejoindre sur un des points importants abordés par sa personne, autant elle ne pouvait que lancer un regard froid et méprisant à la vice-amirale qui se donnait des airs parce qu’elle avait du vécu dans la marine. Pourtant elle ne connaissait personne d’aussi irrespectueux, avec Garp, Sengoku, ou même Akainu qu’elle n’avait connu que derrière un écran jusqu’à présent.

Malgré tout la demoiselle avait déjà dit ce qu’elle devait partager avec le reste comme l’avait ordonné l’amiral en chef, la plus haute autorité présente et de loin celle à qui elle avait envie d’obéir plutôt qu’à l’officier deux grades inférieur qui se permettait bien beaucoup de familiarités avec un commandant comme Mélina qui n’avait pas eu son grade dans un paquet de céréales au même prix qu’elle. Ainsi sans même écouter une seule seconde son petit discours défaitiste qui soulignait l’incapacité de la marine bien plus que n’importe quel engagé présent dans le jardin à ce moment. Dire que l’amiral en chef avait émis comme condition de ne pas être défaitiste ni traître dans ses paroles, c’était bien une vice-amirale pour se penser précieuse au point de se permettre de transgresser les seules conditions d’un amiral en chef.

Sans plus tarder, la demoiselle se leva le plus calmement possible, non pour coller son front à Braiya pour lui montrer sa façon de penser à son sujet, sans doute ce qu’elle attendait par sa provocation ouverte, mais plutôt pour aller se resservir au buffer. Elle prit néanmoins soin de snobber complètement l’officier qui n’était même pas assis à la même table que les autres et qui pourrait croire qu’elle n’avait pas le droit à la parole pour ne pas s’être assise décemment comme les autres. Une fois levée, elle alla se servir un nouveau bol de riz tout en regardant brièvement le colonel Thompson avec un sourire complice, ne daignant aucunement regarder la vice-amirale. Après tout elle s’adresser à une personne nommée « Méli-mélo », il n’y avait personne de ce nom-là au buffet aujourd’hui, aucune raison d’écouter ce qu’elle avait à lui dire à cette personne au nom si insolite.


-Je vous sers une portion de riz au jasmin, colonel Thompson ? Servi frais il a un fumet des plus parfumés, je ne sais pas vous mais j’ai toujours aimé ça. Votre compagne soldat désire-t-elle également un petit quelque chose ? Tant que je suis debout.

Une fois sa petite proposition faite au couple que formait Taisho et Lullaby à cette table, ce fut au chef des Bastard de s’exprimer. La jeune soldat avait néanmoins tenu à intervenir un minimum en proposant timidement l’infiltration de Tartaros mais sans pour autant le suggérer directement, sans doute de peur d’être foudroyée par tout le monde. Il était évident que ce groupe avait bien trop d’alliés, notamment l’amiral Kizaru, alors envoyer des bleus infiltrer les rangs de l’ennemi public numéro un avant même Barbe Noire, c’était mille fois exclu selon Mélina. La longue intervention de Francesco avait eu la chance de couvrir en partie sa petite phrase timide, lui qui n’aimait pas prendre de gants d’après ce qu’on avait rapporté à la commandante. Il ne tarda bien sûr pas à remettre la vice-amirale à sa place (à savoir contre son arbre actuellement) en plaçant sur la table des arguments choc, autant que les siens. Il était évident que les deux étaient foncièrement opposés, malgré que l’intervention de Barbe Noire dont il faisait allusion était quelque peu déshonorante pour la marine dans un sens, d’avoir été moins efficace que leurs ennemis naturels.

C’est alors que l’amiral en chef fit taire l’assemblée avant de parler lui-même à chacun des membres assis à la table, ou qui n’avaient pas leurs fesses dessus pour l’unique cas de Braiya. Il était lui aussi en désaccord avec son optimisme naïf, idéaliste et presque philosophique, mais il ne la grondait pas pour autant, ce qui la rassura sur le coup. Après tout c’était journée buff…euh débat, pas journée prise de tête et dispute, même si Braiya avait tenté de mettre le feu aux poudres inconsciemment. Ou consciemment. Il lui offrit d’ailleurs en première des détails spéciaux concernant le combat qui l’avait opposé à Tartaros, ce qui n’était pas dans les rapports sur ce sujet. Par chance elle s’était bien assise pour recevoir toutes les informations, le regardant avec attention en portant à sa bouche les tas de riz que sa paire de baguettes chinoises piochait dans son bol.


-La marine a fait beaucoup d’erreurs j’ai l’impression, et pas qu’elle à mon avis. C’est une bonne chose, comme ça la prochaine fois que vous les affronterez vous aurez toutes les cartes en main et Tartaros ne sera plus qu’un mauvais souvenir. Il faut peut-être changer d’approche, de stratégie, essayer d’aborder Tartaros sous un autre angle.

Il était évident que Mélina n’avait aucune idée précise sur la façon d’orienter la marine dans son combat impitoyable contre le groupuscule, après tout elle ne connaissait l’affaire qu’à travers des feuilles de papier. Elle n’avait pas non plus de talent pour la stratégie, mais elle pouvait au moins essayer d’inspirer l’amiral en chef pour qu’il puisse trouver une autre solution. La demoiselle se rappelait même avoir lu le rapport de Sengoku quant à la manipulation de Squardo contre Barbe Blanche durant la guerre à Marineford, ce qui avait entamé le pirate capable de détruire le monde. Certes il avait tenu en échec Aokiji et Akainu à l’époque, mais il avait quand même fini par se faire tuer au combat comme beaucoup de ses subordonnés.

Malheureusement il s’avéra rapidement que toute tentative d’infiltration serait inutile. En effet, après avoir donné son avis au reste de l’assemblée restreinte à la table et contre l’arbre derrière la table, il dévoila les pouvoirs de ce fameux Marde qui était encore un mystère il n’y a pas si longtemps. Il était capable de prendre possession de tout ce qu’il touchait chez un être humain voire animal si ça se trouve, ce qui empêchait toute infiltration encore plus qu’avant. Si il était capable de contrôler les marines, avec les pouvoirs de Mélina, même si elle était inconnue des membres de Tartaros pour sa discrétion, elle ne pourrait que se rendre utile à Marde si elle se faisait avoir par lui. Non, c’était définitivement à exclure, l’infiltration était la dernière chose à penser.


-Peut-être qu’on pourrait manipuler Teach et d’autres cadors du côté du mal pour leur faire croire qu’ils deviennent nos alliés et se servir de leur puissance démesurée pour nous mâcher le travail. Pas que nous soyons pas capables de lui tenir tête, mais parfois il vaut mieux sacrifier des « alliés » de moindre valeur pour nous assurer une victoire sans trop de dégâts. Après tout le monde peut se passer de révolutionnaires et de pirates, pas de la marine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]   Lun 8 Aoû - 22:06

InvitéInvité
avatar






Je n'aime pas que l'on me tienne tête




La terrible femme métisse aux cheveux dorés fixait l’assemblée qui se tenait devant elle avec une expression d’ennui à peine dissimulé. Son monologue cruel et venimeux venait de causer l’effet d’une bombe dans la réunion secrète. Ses mots faisaient bondir quelques convives et cela fut amplement suffisant pour la Vice-Amirale qui, contre son arbre, ne disait plus un seul mot désormais. Il était préférable pour elle de se murer dans le silence et d’attendre la suite de cette petite sauterie explosive. Même les propos acides du chef des Bastard ne firent pas broncher la chef suprême de Tartaros.

En silence, Braiya écoutait le discours du chien rouge et analysait chacun de ses mots avec le plus grand soin. Il reconnaissait la puissance de son fils et admettait son erreur de jugement, ce qui était déjà un grand pas en avant. Mais ce qui interpellait le plus la grande dame était la proposition de la toute jeune Lullaby. Un sourire se dessinait sur ses lèvres et, alors que tout le monde parlait, la métisse s’approchait discrètement de la demoiselle afin de lui glisser quelques mots.


- Ton idée est plus qu’intéressante jeune fille. Infiltrer Tartaros est, à la fois, une idée dangereuse, mais digne de louange. Si tu te portes volontaire pour le faire, je ne verrais pas d’inconvénients pour t’y faire entrer de toutes les façons possibles.

Braiya la laissait seule pour retourner vers son arbre, adressant un regard rempli de méchanceté envers Francesco. Elle aurait aimé le remettre à sa place, mais ce n’était ni le lieu, ni le moment pour se laisser aller à ce genre de gaminerie. Ce n’est qu’après que la gradée daignait enfin rejoindre le siège qui lui était réservé, posant délicatement ses fesses dessus et écoutant le reste du discours de son supérieur hiérarchique. Restant un maximum silencieuse, Braiya écoutait la proposition de Méli-Melo d’une oreille discrète avant de répondre de but en blanc.

- Méli-Melo, contrôler Teach est une chose utopique. Je doute fortement qu’il accepte de s’allier à nous d’une quelconque façon que ce soit. De plus, nous ignorons ce qu’il reste comme puissance à cette organisation. Hancock est, certes, avec eux, mais qui nous dit qu’il n’y a pas d’autres personnes dont nous ignorons l’existence ? Si je puis me permettre de donner mon anis une dernière fois, j’aime beaucoup l’idée de Lulu, ici présente.

La Vice-Amirale désignait Lullaby et Taisho avec un grand sourire maternel, avant de reporter son attention sur l’assemblée.

- Nous pourrions infiltrer l’organisation afin d’en apprendre plus. Comme le dit si bien ce cher grand manitou volcanique, ils ont une forte adoration pour le dramatique et n’hésitent pas à se mettre en danger. Nous pourrions exploiter cette faiblesse.

Elle s’enfonçait plus profondément dans son siège et fixait Francesco avec un regard brûlant de malice, avant de reprendre.

- D’ailleurs, je pense que le chef des Bastard, ici présent, est l’homme de la situation. L’ouvrir, il sait faire, mais les actes, je demande à voir. Et, afin de ne pas créer d’esclandre, j’irais avec lui. Est-ce que cela vous convient Monsieur le borgne ? Main dans la main, dans la gueule du loup. Un allé simple pour l’enfer.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Au bal Marine ohé ohé ! [RP LIBRE Marine]
» Renom et honneur du marine Walter C Drake
» La marine doit comprendre certaines choses ...
» Nouveau FAQ de GW sur Space marine
» le retour de la marine à voile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: G-1-