AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Message
MessageSujet: Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]   Jeu 14 Avr - 14:52

InvitéInvité
avatar






Yakuza




Zaraki. Une île où le crime règne en maître. Le gouvernement en personne n’ose pas poser ses pieds dans cet endroit malfamé et dangereux. Et pour cause, c’est un pays qui change de chef en permanence après des coups d’états toujours plus violent que le précédent. Rare étaient les personnes ayant réussi à tenir plus d’un mois au poste de souverain du crime. En plus, les différents dirigeants ne brillaient pas par leur intelligence, car tous étaient des bandits de pacotilles ayant, pour la plupart, profité d’un moment de faiblesse pour récupérer le trône tant convoité. Les habitants, du moins les quelques personnes, encore, intègre, vivaient dans la crainte de tomber sous les balles d’une fusillade suite à un règlement de comptes entre pirates avide d’argents et de pouvoir.

Pourtant, malgré ce merdier, une personne avait réussi à reprendre le pays en mains depuis quelque temps déjà. Son autorité était absolue, si bien que peu de monde osait lui reprendre le trône qui servait d’assise à ses fesses. Un véritable record dans ce pays barbare. Tranquillement et confortablement installée dans l’imposant château en pierre, cette personne dirigeait le monde du crime ainsi qu’un business très particulier : celui des mandarines.

Dans cette entreprise machiavélique, la marraine, comme on la nommait dans le milieu, n’était pas seule. En effet, elle possédait un bras droit en acier trempé qui s’occupait de toutes les basses besognes sans jamais faillir. Cette personne était une femme brune, très grande et très belle, mais son visage était impassible. D’imposantes lunettes noires masquaient ses yeux bleus alors qu’un long manteau en cuir noir lui couvrait l’intégralité de son corps plus que pulpeux. Cette femme se nommait Nico Robin et ne vivait que pour faire fructifier le business de sa patronne.

Un soir, elle traversait les ruelles de la capitale, faisant naitre la crainte dans le cœur des gens qu’elle croisait, avant d’arriver dans le palais. La brune pénétrait dans l’enceinte du bâtiment pour se rendre dans l’immense salle à manger. Sa boss se trouvait ici, en train de manger des plats succulents sur une table pleine de victuailles. Robin traversait la salle dans toute sa longueur pour arriver aux côtés de sa patronne, une rousse sublime à la chevelure de feu.

D’un geste sec, Robin posait un petit sac lourd sur le coin de la table avant de retirer ses lunettes.


- Ce que vous m’aviez demandé madame. Votre paiement. Celui que vous attendiez depuis trois mois. J’ai du….recourir à quelques méthodes particulières afin d’obtenir la somme convenue. Qui plus est, il désire renouveler le contrat madame. Trois cagettes de mandarines. Il paye cash. Pour être certain qu’il paye, j’ai pris quelque chose en gage.

Elle sortait un petit mouchoir qui contenait une sublime bague sertie d’un diamant de toute beauté qu’elle tendait à la rouquine, le doigt du porteur encore dedans. Robin la déposait sur la table et s’éloignait légèrement avant de reprendre la parole.

- J’ai reçu un appel également. Le Don conteste la marchandise livrée il y a deux jours. Il désire un entretien avec vous madame. Un entretien sur le vieux port. Que devons nous faire ?
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]   Ven 15 Avr - 19:09

NamiNavigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar

Messages : 3866

Navigation
Doriki:
2597/6000  (2597/6000)
Fruit du Démon: -

Pour mes mandarines, allonge les berrys


Namimore avait le sens des affaires, d'une île où régnait l'anarchie et le chaos, elle avait réussi à s'imposer et récupérer le trône, devenant ainsi, elle qui était assise dessus le plus longtemps, un record dans cette île de barbare. Comme elle savait également bien s'entourer, ce qui faisait qu'elle n'avait rien à craindre de ceux qui avaient espoir de lui voler un jour sa place, la rousse pouvait diriger ses affaires sans trop s'inquiéter. Et puis étant une femme très belle et manipulatrice, elle faisait de ses prétendants des esclaves à tout faire, obéissant aux moindres de ses désirs. Oui, elle était vraiment au sommet de l'île.

Tandis qu'elle était assisse, Namimore se fit mettre du vernis à ongle sur les mains et les pieds par ses serviteurs dévoués, dont leurs buts étaient l'espoir d'avoir un compliment et un sourire de leur maitresse vénérée. La souveraine pensait à comment elle pourrait étendre son business encore plus loin, conquérir toutes les îles. Il lui faudrait plus de soutient, rallier les hommes de l'ombre à sa cause, faire main basse sur tous les marchés noirs. Mais pour l'heure, il fallait que tout ce passe bien sur son île qu'elle redressait avec peine. C'est que sur une île mal famée, il y a toujours des emmerdes, et surtout des mauvais payeurs, et s'il y a bien quelque chose qui l'exaspère, c'est bien eux.

Une fois terminée, elle réclama qu'on lui prépare à manger, sans un sourire ni même un merci, elle donna son ordre froidement tous s'exécutèrent car tous savaient qu'elle était plus aimable avec des mandarines dressés sur la table. Une fois le repas près, elle entra dans la salle à manger, et voyant tous ses plats divers et variés, mais surtout ce orange resplendissant partout, rayonnant dans la vaisselle en or, elle ne pu s'empêcher d'avoir des étoiles dans les yeux, joignant ses deux mains à plat pour poser son visage dessus.

- Oh c'est parfait ! Vous êtes vraiment des amours ♥ 

Et tous furent heureux de la voir sourire, mais surtout d'avoir le droit à un compliment de la marraine. Pendant qu'elle festoyait seule, ordonnant qu'on lui serve encore son eau de vie à la mandarine, son bras droit arriva avec petit sac qu'elle posa sur la table, à côté d'elle. Namimore l'accueillit avec un grand sourire.

- Décidément tu es parfaite ! Comme toujours, installe toi donc avec moi. 

Elle s'en moquait bien des méthodes que Robin pouvait utiliser, du moment qu'elle obtenait ce qu'elle désirait. Et plus encore, car là, en plus d'avoir le paiement tant attendu, il renouvelait le contrat, si ce n'était pas parfait ! Elle observa ensuite le petit mouchoir sanglant que tenait son bras droit, et ses yeux s'illuminèrent devant cette bague.

- Qu'on fasse retirer le doigt et qu'on nettoie la bague, je la porterai jusqu'à ce qu'on doive la lui rendre. 

C'était qu'elle était très belle cette bague, ça serait du gâchis de ne pas la porter et de la laisser enfermé dans un endroit où personne ne la verrait. Dire que cette homme avait mit trois mois à payer son dû, devant alors des taxes pour retard de paiement, chose très élevé avec Namimore, alors que rien qu'avec sa bague, il aurait eut vite fait de tout rembourser. Quel idiot. Elle bu un gorger de son alcool favoris avant de regarder Robin.

- Hum, il n'est pas satisfait ? Pour qui se prend-il ! Allons le voir, je ne supporterai pas qu'on ternisse la réputation de mes marchandises. Pour quand est le rendez-vous ? 

Ses mandarines étaient sacrés, et normalement, il n'y avait pas de problème avec l'équipe chargée de s'occuper des fruits, ni celle chargée de la livraison, ce Don était alors qu'un menteur qui voulait lui faire perdre son temps et sa réputation en s'attaquant à ses produits en lançant des ignominies dessus.



_________________
Il y a des liens qui peuvent être plus fort que ceux du sang

by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]   Dim 17 Avr - 23:38

InvitéInvité
avatar






Le Don




Robin, de son véritable prénom Robita, regardait sa patronne avec un regard impassible. Elle savait parfaitement comme la rouquine réagirait devant ses informations concernant Le Don et cela n’avait pas loupé. Namimore fut en colère d’apprendre que l’on contestait son travail parfait et respectable. Robita l’écoutait parler avant de s’approcher d’elle lentement, de sortir un mouchoir en tissus d’un blanc immaculé afin d’essuyer la bouche de sa patronne qu’elle respectait tant. Puis, avec une voix sérieuse qui résonnait dans le salon, Robita prit la parole tout en enlevant la sauce à la mandarine qui se trouvait sur les pulpeuses lèvres de Namimore.

- Calmez-vous madame. Je vous en conjure. Je me suis occupée de tout. Le Don a demandé à vous rencontrer ce soir, lorsque les loups commenceront à hurler dans les plaines. Si ce n’est pas un lâche, il devrait venir sans ses hommes pour le protéger. Quant à nous, je viens avec vous. Je ne serais pas rassurée si vous y allez seule ou avec d’autres gardes du corps. Je suis bien plus compétente que tous vos hommes et vous le savez madame.

Robita disait cela avec une arrogance incroyable. Seulement, c’était vrai. Si Namimore était là où elle était en ce moment, c’était grâce aux actions de sa subordonnée fidèle jusqu’aux ongles. Dans le milieu de l’ombre, beaucoup espéraient que Robita trahisse Namimore pour essayer de l’avoir dans leurs rangs, mais la brune se montrait incorruptible en toutes circonstances. Qui plus est, une grande partie des hommes de main de sa patronne la haïssait pour être aussi proche de leur maîtresse favorite. Autant dire que Robita avait de nombreux ennemis dans la pègre locale voir mondiale.

Les yeux bleus de Robita fixèrent la rouquine quelques instants, puis cette dernière s’en rangeait le mouchoir avant de laisser respirer sa patronne pleine aux as. Elle frappait dans ses mains et une troupe de gouvernantes venaient s’occuper de Namimore pour la rendre sortable. Robita, elle, quittait la pièce pour se diriger vers son dépôt d’armes avant de revenir dans le salon où elle posait une lourde mallette sur la table en chêne massif. Devant l’interrogation de certaines personnes, Robita leur expliquait la situation.


- Quelques précautions rien de plus. Je me sens nue dans mes joujoux. J’ai la gâchette qui me démange facilement ces derniers jours. Alors, assurez-vous que Namimore soit satisfaite de vous si vous ne voulez pas une ventilation crânienne. Je me suis bien fait comprendre ?

Les serviteurs tremblaient et firent oui de la tête, tandis que Robita rangeait plusieurs revolvers dans son long manteau de cuir. L’heure approchait et la belle brune attendait sa patronne devant une calèche dont elle lui ouvrit la porte avant de grimper à ses côtés. Durant le voyage, Robita nettoyait une dernière fois ses armes en silence, tout en laissant trainer une oreille ou deux dans les environs. Le transport arrivait à destination et la brune vit que Le Don était déjà sur place. Il souriait et s’exclamait de joie en voyant Namimore. Robin, vive comme l’éclair le pointait de son arme.

- Restes ou tu es Don. Tu ne t’approches pas de la Dame. Elle est ici pour t’écouter, pas pour te câliner. Qui plus est, la Dame est pressée, alors grouille toi de lui dire ce que tu désires lui apprendre où je te refroidis. Elle t’écoute.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]   Mar 19 Avr - 0:14

NamiNavigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar

Messages : 3866

Navigation
Doriki:
2597/6000  (2597/6000)
Fruit du Démon: -

Pour mes mandarines, allonge les berrys


S'il y avait bien quelque chose que la jeune madone détestait par dessus tout, c'était qu'on dénigre son travail dont elle était si fière. Cela lui avait prit du temps, énormément d'investissement, tout son cœur était dans son commerce de mandarine qui faisait sa fierté. La rousse sortait alors de ses gongs, tentant de se contenir tout de même, car elle avait une image à tenir devant ses hommes de mains, ou femmes d'ailleurs. Elle se laissa faire lorsque Robita lui essuya la bouche, de toute façon elle avait toute sa confiance la plus aveugle, s'il y avait une personne dont elle ne doutait pas, c'était elle. Mais elle n'en restait pas moins énervé.

- Parfait Robita, tu me prouve à chaque fois que je peux compter sur toi. Ce soir ? Parfait, nous ne perdrons pas de temps comme ça, et cela évitera qu'il dise du mal de mes mandarines plus longtemps. Ne crains-tu pas que cela soit mal vu que tu sois à mes côtés si lui ne doit avoir personne ? Cet homme est selon toi si redoutable ? Je le sais ne t'en fais pas. 

Bien qu'elle avait beaucoup de respect pour son bras droit, Namimore ne voulait pas être sous estimée pour autant, elle savait se débrouiller seule, comme lorsque Robita n'était pas encore à ses côtés. Bien sûr depuis qu'elle l'avait eut à ses côtés, son entreprise avait fait un bon en avant, en même temps comme tout business, il faut savoir bien s'entourer, et elle savait qu'elle avait la meilleure. Tout le monde la voulait, on avait même proposer à Namimore de l'argent en échange, car tous savaient le faible que la rouquine avait pour l'or et les billets. Mais rien n'avait réussi à la faire céder, elle l'avait ne s'en séparerait jamais.

Des serviteurs vinrent ensuite l'habiller une fois qu'elle eut terminé son repas, de façon pratique et gracieuse, pour montrer que c'était elle la patronne qui dirigeait tout. Elle demanda cependant encore de ses délicieuses mandarines glacés, un petit pêché mignon qu'elle affectionnait tout particulièrement. Une fois sa robe de soirée orné de chaine en bijoux clinquantes, et son manteau de fourrure, ainsi que ses chaussures à talons en cuir dont les finissions étaient fait par les plus grands cordonnier et orfèvres pour la touche féminine, la voilà prête à sortir à la rencontre de se fameux Don. Namimore se rendit alors devant la caléche dont Robita lui ouvrit la porte, puis se rendirent au lieu de rendez-vous, la rousse ferma les yeux durant toute la traversée. Une fois fasse au Don, son bras droit ne put se contenir, et montra les crocs aussitôt.

- Calme toi Robita, le Don n'est pas idiot n'est-ce pas ? Il sait qu'on est là pour discuter et non s'embrasser, après tout, il y a un problème avec ma marchandise non ? Après avoir tenu de tel propos, il se doute qu'on ne tombera pas dans les bras l'un de l'autre. Alors quel est le problème cher Don, qu'on le règle au plus vite, comme vous le savez je suis une femme très occupé, et j'ai déjà eut la bonté de me déplacer à une heure aussi tardive. 

Namimore regarda fixement dans le blanc des yeux le Don, soutenant son regard, il devait comprendre qu'elle n'était nullement impressionnable, elle voulait terminer cette histoire au plus vite, mais elle sentait que quelque chose n'allait pas, son comportement était trop suspect, pourquoi être mielleux alors qu'il critiquait ouvertement ses marchandises ? Quelque chose de louche se tramait, rien que l'heure du rendez-vous était suspecte.



_________________
Il y a des liens qui peuvent être plus fort que ceux du sang

by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]   Jeu 21 Avr - 18:55

InvitéInvité
avatar






Pas touche à la dame




Robita maintenait son arme pointée vers le faciès repoussant du Don. Qu’il était laid avec son énorme ventre, sa dentition à moitié absente et son odeur insupportable de sueur. La brune avait côtoyé des gens comme cela et elle s’y était faite, mais que sa patronne subisse un traitement aussi ignoble, elle qui était si belle et raffinée, était inadmissible. La garde du cœur fixait le mafieux avec un regard d’une violence incroyable avant de rengainer son revolver comme le lui ordonnait sa patronne d’une voix forte. Docilement, Robita s’éloignait un peu pour laisser sa maîtresse parler en tête-à-tête, et fixait le Don sans sourciller une fois.

Ce dernier, lui expliquait qu’il avait commandé une demi-douzaine de cagettes et qu’il en avait reçu que la moitié, alors qu’il avait payé le prix convenu. De plus, il se plaignait que les mandarines étaient, pour la plupart, pourries jusqu’aux pépins, les rendant impropres à la consommation. Quelque chose n’allait pas dans son histoire. Robita était celle qui examinait chaque colis, chaque livraison et qui contrôlait la qualité même des fruits sucrés. Comment aurait-elle oublié de vérifier cette vente ? Elle qui était irréprochable ? Cela n’avait aucun sens.

Un petit bruit, au loin, fit sursauter la brune. Usant de son formidable pouvoir maléfique, un fruit du démon, elle fit naitre des oreilles aux alentours pour vérifier que tout allait bien, lorsqu’elle captait quelques brides de conversations. Ce qu’elle entendit lui fit froid dans le dos et, quand elle comprenait la dangerosité de la situation, se mit à hurler.


- MADAME !!!!! AU SOL !!!!!

En un éclair, elle bondissait comme un félin sur sa patronne pour la coucher et la protéger. Des hommes ainsi que des femmes tiraient dans le tas en ayant l’espoir d’occire la marraine. Protégeant Namimore de son corps, Robita utilisait une nouvelle fois son fruit pour utiliser ses multiples armes, mais ils étaient trop nombreux. La brune relevait la tête légèrement avant de voir que le Don s’enfuyait avant de pester.

- Madame. Nous devons partir au plus vite. Votre vie en dépend.

Les balles pleuvaient de toutes part et Robita indiquait un chemin sûr à sa patronne en direction de la calèche qui la ramènerait au manoir. La brune restait sur place pour la couvrir jusqu’à la fin de l’affrontement.

Minuit sonnait quand Robita poussait les lourdes portes du manoir. Les servantes l’emmenaient vers la marraine et Robita s’écroulait à genoux sur le sol, le bras en sang et le visage couvert de blessures. La garde du corps serrait les dents quand elle se fit allonger dans sa chambre et soigner par les médecins de Namimore. Ceux-ci partaient, laissant les deux femmes seules. Alors qu’elle regardait sa patronne, Robita souriait tristement.


- Madame… non il n’y a personne ici… Namimore…. Excuse moi je n’ai pas réussi à prévoir le danger. Si je n’avais pas utilisé mes pouvoirs, tu serais…tu serais morte. Le Don… il cherche à prendre ta place, mais il n’aurait pas agi comme ça… il doit être sous les ordres de quelqu’un d’autre.

Robita souriait un peu plus et, ce qui était rare et uniquement destiné à Namimore, rigolait doucement.

- Tu es en colère pas vrai ? Tu ne supportes toujours pas que l’on me touche. Même après toutes nos années ensemble ?
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]   Ven 22 Avr - 16:11

NamiNavigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar

Messages : 3866

Navigation
Doriki:
2597/6000  (2597/6000)
Fruit du Démon: -

Pour mes mandarines, allonge les berrys


Quelque chose n'allait pas, ce n'était pas possible autrement, tout était toujours parfait. Namimore avait pour habitude d'être particulièrement exigeante avec son business, impossible alors qu'il y ait la moindre erreur, d'autant qu'elle savait parfaitement que c'était Robita qui surveillait tout dans les moindres détails. Alors là seulement la moitié de la cargaison serait arrivé ? Les produits pourris ? Non, il y avait anguille sous roche. Ou bien durant le voyage de livraison quelqu'un s'était emparer des produits et personnes n'avaient rien dit pour une raison inconnu, si ce n'était par peur de Robita, ou bien ce Don mentait autant qu'il était repoussant.

La madone rousse lui expliqua alors qu'elle ne comprenait pas, et même que c'était étrange cette histoire, car quand bien même sa marchandise se serait fait attaqué, et pillé en partie, même si personnes n'auraient rien osé dire, cela aurait fini par se savoir. Les bruits circulaient vite après tout, et sa marchandise aurait réapparut quelque part. Pour prouver sa bonne fois, Namimore était prête à se déplacer en personne pour vérifier si les mandarines pourries étaient bien les siennes. Après tout, qui pouvait bien certifié que c'était ses produits ? On aurait très bien pu échanger les marchandises, mais dans quel but ?

La réponse arriva bien rapidement, et ce n'était pas un simple échange de marchandise c'était bel et bien un mensonge pour la faire sortir de son palais tout d'opale de feu. Namimore se coucha immédiatement dès que l'ordre lui fut donné, et son bras droit se jeta sur elle. Plusieurs coup de feu se firent alors entendre. Quand bien même Robita pouvait utiliser plusieurs armes en même temps, leur nombre était bien trop important. Tout en fuyant, la rousse tirait avec ses deux armes dissimuler sur ses cuisses. Elle ne sortait jamais sans une arme.

- Ne tarde pas à rentrer Robita, je ne tolérerai aucun retard ! 

Parce que dire qu'elle ne voulait pas qu'elle meurt était trop difficile, et puis lui dire devenir avec elle était inutile : elle connaissait son bras droit, elle sait qu'elle aurait refusé pour pouvoir la couvrir jusqu'au bout. La madone était donc rentré, demandant à tous d'être près en cas d'attaque, et elle s'était mise à faire les cent pas, jusqu'à ce qu'à minuit sonnante, Robita réapparut. Namimore se précipita sur elle, l'empêchant de heurté le sol, et hurla qu'on lui apporte les soins au plus vite. Une fois seule dans la chambre, après les premiers traitements, elles purent discuter de ce qui c'était passé.

- Ce n'est rien Robita, j'aurai dû être plus méfiante et ramener des hommes avec nous et les cacher dans l'ombre, comme ce Don l'a fait. On ne fera plus la même erreur ne t'en fais pas. C'est à moi de m'excuser, par ma négligence tu es blessée. 

Non Namimore n'en voulait pas à Robita, elle avait une confiance aveugle en elle, et s'en voulait de la voir blessée. Cela faisait des années que les deux femmes se connaissaient, depuis leur enfance, et c'était ensemble qu'elle avait bâtit l'empire de la mandarines dont la rousse était désormais à la tête.

- Effectivement je suis très en colère, contre eux et contre moi. 

Perdue dans ses pensées, elle regarda ensuite son bras droit et souris en fermant les yeux. Mais il ne fallait pas perdre de vu ce qui était important, trouver qui pouvait bien vouloir prendre sa place, car ils étaient nombreux à la vouloir, mais si ce Don n'était qu'un pantin, il fallait trouver le marionnettiste.

- Il nous faut donc trouver sous les ordres de qui... 



_________________
Il y a des liens qui peuvent être plus fort que ceux du sang

by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]   Jeu 28 Avr - 14:06

InvitéInvité
avatar






Creusons nous les méninges




La brune restait un long moment à contempler le visage de son amie rouquine. La colère se lisait tellement facilement sur le visage de Namimore que cela rendait la demoiselle repoussante, alors que la marraine avait toujours été l’une des plus belles créatures du monde. Selon la légende, il y a très longtemps, Namimore avait remporté un concours de beauté au nez et à la barbe de la championne en titre, ce qui lui permit de recevoir beaucoup d’argent pour débuter la construction de son empire fruitier. Pour la petite histoire, l’ancienne championne déchue n’a pas terminé à la seconde place, mais à la troisième. Robita, qui participait également, récupérant la seconde place.

Mais, quand la brune vit sa patronne sourire et retrouver son visage angélique qu’elle aimait voir et revoir, Robita soupirait de soulagement tout en se redressant doucement. Son bras lui faisait un mal de chien, mais Robita en avait vu d’autres. Elle s’installait sur son lit et prit sa veste pour recouvrir sa poitrine dénudée.


- Tu veux bien m’aider Namimore ? Je crains de ne pas pouvoir bouger mon bras pendant quelque temps. Mais tu as raison sur un point. Nous devons trouver qui est le cerveau de tout ça. Cependant, cette attaque envers toi risque de s’ébruiter. Tu n’es pas si intouchable que ça et moi, je ne suis pas indestructible. Ton pouvoir va s’affaiblir sur l’île Namimore. Nous devons prendre une décision rapidement.

La porte s’ouvrit pour laisser entrer quelques médecins afin qu’ils puissent analyser l’état du bras de la brune. Puis, ce fut les domestiques qui entraient dans la chambre, suivit des playboys complètement gagas de sa meilleure amie. Qu’ils pouvaient être lourds à vouloir lui rendre la vie la plus belle et plus rose. Cela fit soupirer Robita qui, avec un discret regard, gardait un œil sur ce boys band. Qui sait ? Peut-être que l’un d’eux était une taupe au service du Don. D’une voix forte et fière, la brune de fer prit la parole.

- Patronne. Je mettrais la ville à feu et à sang pour retrouver le Don et découvrir qui se trouve derrière cette embuscade. Je ne laisserais pas une vermine souiller votre honneur et votre business. Vous, les animaux en rut qui tournez autour de la patronne, prenez donc vos couilles en main et agissez comme des hommes pour une fois. Arrêtez de vous branler la queue sur son corps et trouvez moi des informations sur le Don. Vous voulez lui faire plaisir ? Alors trouvez-le. Tout de suite.

Devant la protestation générale du groupe, Robita se montrait bien plus persuasive en menaçant leurs familles de mort s’ils n’obéissaient pas. Une fois que tout le monde fut parti, Robita se levait difficilement.

- Vous venez avec moi patronne ? Il faut montrer aux investisseurs que vous êtes toujours en vie avant que votre pouvoir ne soit complètement détruit. Nous devons montrer aux autres chefs que vous êtes toujours là et que cette attaque ne vous a pas ébranlée. Il faut tout faire pour que votre empire perdure.

Elle aurait aimé dire notre empire, qui était un rêve commun, mais personne ne devait savoir le lien profond qui unissait Robita et Namimore. Personne.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]   Ven 29 Avr - 15:29

NamiNavigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar

Messages : 3866

Navigation
Doriki:
2597/6000  (2597/6000)
Fruit du Démon: -

Pour mes mandarines, allonge les berrys


La colère, une émotion que ne ressentait pas souvent la rousse, généralement elle était plutôt douée pour les cacher, tout un art qu'elle s'était longuement entrainer à maitriser. Mais là, toucher à son bras droit, impossible de se calmer les nerfs. Toutes les mandarines du monde ne pourrait la calmer, c'était dire. Elle s'en voulait énormément, à ses yeux, c'était elle même la responsable des blessures de son amie, ce qui faisait qu'elle s'en voulait encore plus que de raison. Comme elle avait envie de détruire se Don et la personne qui tirait les ficelles derrières lui ! Namimore lui ferait payer en personne le crime qu'ils avaient osé commettre. On ne mettait pas en colère la madone sans en subir les conséquences.

Elle observa alors son amie avec sourire, il n'y avait bien que Robita pour réussir à la calmer dans un moment pareil. Voyant son amie souffrir, la madone se retrouva au petit soin pour elle, l'aidant du mieux qu'elle pouvait, l'installant confortablement, la recouvrant, tout pour qu'elle soit dans un cocon. Après tout, c'était sa responsabilité désormais, c'était sa négligence qui les avait amener ici.

- On a l'habitude de ce genre d'attaque voyons, ne t'en fais pas Robita, tu devrais songer à récupérer, les gens vont savoir qu'on c'est fait attaqué, ça arrive, plusieurs fois on a voulu prendre le trône que j'ai réussi à avoir. Mais justement ils savaient aussi que cette attaque à échoué, et que nous seront plus sur nos gardes désormais. 

Donc ils savent parfaitement que ce n'est pas le moment de recommencer leur stupide action, ils réagiraient beaucoup plus rapidement cette fois, et ne se ferait plus avoir. Namimore allait créer une armée, il n'y aura plus de rendez vous seule sans escorte, non. Ça serait la guerre s'il la voulait. Elle s'était battue pour en arriver là, elle y resterait.

La porte s'ouvrit alors, laissant entré les médecins et les domestiques, mais là en revanche la rousse n'était pas d'humeur à avoir sa garde de playboys, plus que la satisfaire, ils lui tapaient sur le système, ce n'était envers elle qu'on devait être au petit soin... Mais Robita la fit sourire en s'énervant, les pauvres ne savaient plus où se mettre.

- Avant de mettre la ville à feu et à sang, repose toi. Dans ton état tu risquerais de ne pas revenir et j'ai bien trop besoin de toi pour cela. En tout cas, cela faisait longtemps que je ne t'avais vu si énervée. 

Elle aida son amie à se lever, de toute façon ils étaient tous partit, elle pouvait donc ce permettre d'agir ainsi. Lui donnant ainsi ses vêtements, mais Namimore était contre le fait que son bras droit ne reste pas au lit pour reprendre des forces, ce qu'elle pouvait être têtue.

- Je sais bien Robita, je ne compte pas m'ébranler pour si peu de toute façon, nous nous sommes bien trop battue pour en arriver là. 

Elles se rendirent alors vers la salle où se trouvaient quelque conseiller, mais comment savoir qui était la taupe ? Namimore exigea alors un rapport complet de ses marchandises, elle voulait savoir en détaille où elles en étaient, avec qui elle marchandait, quel part en demandait chacun, combien de personne travaillait, et à quelle tâche, même les détails les plus insignifiants elle voulait les connaitre.



_________________
Il y a des liens qui peuvent être plus fort que ceux du sang

by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]   Mar 3 Mai - 17:18

InvitéInvité
avatar






Analysons la situation




Robita laissait son amie lui donner ce qui restait de ses habits. Un petit sourire illuminait son visage en remarquant l’expression colérique de sa patronne qui n’aimait pas la voir en dehors de son lit, alors qu’elle devrait se reposer pour reprendre des forces. Mais la brune était comme ça et quand quelqu’un osait s’attaquer à Namimore, cette dernière avait la fâcheuse habitude de montrer rapidement les crocs. Péniblement, Robita prenait appui sur l’épaule de sa patronne qui l’emmenait dans la salle du conseil, afin d’organiser une réunion de crise. Tout le monde était sur le pied de guerre et les informations fusèrent à la vitesse de la lumière.

La brune blessée épluchait toutes les transactions, tous les clients ainsi que toutes les livraisons avec l’espoir d’obtenir un misérable indice qui permettrait à Namimore d’avoir un nom, une cible. Le temps s’écoulait sans que l’indice vienne et les différents conseillés prirent une petite pause bien méritée, laissant Robita et Namimore seule dans le salon. La brune continuait de chercher inlassablement la moindre trace, mais sans succès avant de se jeter dans un fauteuil non loin de sa position.


- Je ne trouve rien. J’ai tout enregistré moi-même. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi une personne en veut à ta vie Namimore. Il y a forcément quelque chose qui échappe à notre conscience. Mais le problème, c’est quoi ?

Une personne venait toquer à la porte et entrait. Une servante portait un paquet cadeau dans les mains et le déposait sur une petite table en expliquant que c’était un présent pour la reine de la mafia locale pour son anniversaire. Robita regardait la servante quitter les lieux et reportait son attention dans les dossiers qui jonchaient le sol et le bureau. Machinalement, la brune prit un morceau de papier qui retraçait une vente datant du 3 Juillet de l’année précédente. La fidèle alliée décortiquait la vente dans les moindres détails.

- Je ne vois aucune irrégularité. Tout est conforme à tes volontés. Même la plus grosse vente de l’année dernière est propre. Tu te souviens ? C’était la fois où l’on avait obtenue plusieurs millions de Berrys pour ton anni…

Un tilt sonnait dans la tête de Robita. Aujourd’hui c’était le 11 Septembre. Pourtant, non loin, se trouvait un cadeau pour l’anniversaire de Namimore. Il ne fallut pas longtemps pour que Robita plonge sur sa maîtresse et saute avec elle du premier pour atterrir dans la piscine alors qu’une énorme explosion se produisait dans son dos.

Vidée de ses forces, la brune se fit tirer hors de l’eau en crachant le liquide maudit par la bouche. Des gens hurlaient autour d’elle et Robita comprenait qu’il y avait plusieurs membres de l’organisation encore dans la somptueuse demeure de la rouquine. Rapidement entouré des derniers hommes qui constituaient la garde de Namimore, l’amie d’enfance regardait la marraine avec un visage remplie de haine.


- Ce n’est pas votre business que l’on vise madame. C’est votre propre vie. Je vous embarque à la planque. En ce monde, il n’y a que vous et moi qui connaissons l’existence de cet endroit.

Malgré son bras en écharpe, Robita partait seule avec Namimore jusqu’à une caverne creusée dans une falaise. C’était un lieu important pour les deux femmes. Elle y installait son amie et essayait de faire un feu dans le plus gros des silences qu’elle brisa quand le feu fut allumé.

- On retrouvera le coupable Namimore. Je te le jure et je te laisserais le loisir de tuer cette ordure.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]   Lun 9 Mai - 17:46

NamiNavigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar

Messages : 3866

Navigation
Doriki:
2597/6000  (2597/6000)
Fruit du Démon: -

Pour mes mandarines, allonge les berrys


[11 septembre, cette date porte vraiment pas chance lol]

Oui, Namimore n'aimait pas que son amie ne reste pas alitée alors qu'elle était dans un terrible état. Bien sûr elle comprenait ses sentiments, et savait que rester au lit ne lui était pas possible, elle se connaissait depuis bien trop d'année pour qu'elle ignore les réactions de Robita. Mais une partie d'elle aurait voulu que son amie se repose, qu'elle reprenne des forces, elle aurait prit soin d'elle, certes personnes dans la ''famille'' que dirigeait la rousse ne connaissait leur relation, mais tant pis les quand dira-t-on ! Elle voulait le bien de son amie avant tout, quitte à restait en retrait pendant que les serviteurs seraient aux petits soins avec elle. Là tout ce qu'elle pouvait faire, c'était lui servir d'appuis pour l'aider à marché, ça lui semblait si peu...

Dans la salle de conseil, tout le monde était en alerte, toutes les informations circulaient rapidement, Namimore et Robita vérifiaient tout les dossiers, les achats, les clients, les transactions... Tout était passé au peigne fin. L'horloge tournait, au point que certain ne savait même plus quoi chercher dans tous ses papiers, laissant alors les deux femmes seules à continuer leur recherche en vain. Énervé d'avoir aucune piste, la madone s'énerva, prenant une des piles de papier et la jetant au loin en hurlant, puis donna un coup avec son bras à toutes les feuilles devant elle.

- Pourtant il doit bien y avoir quelque chose... Ce Don insultait directement mes marchandises... Il doit bien y avoir un lien entre notre commerce de mandarine et cette attaque ? Pourquoi vouloir dénigrer notre commerce... 

Si pour prendre sa tête, mais ça c'était bien trop évident, il devait y avoir autre chose encore, quelque chose qu'elles n'imaginaient pas. Namimore alla s'installer dans son fauteuil ruminant sa colère, son verre de jus de mandarine à la main sans même trouver la force boire. Si elle n'aimait pas tant ce fruit, elle aurait jeter le verre contre le mur, une chance qu'il soit plein. Une servante arriva, sortant la madone de ses songes, elle avait un paquet cadeau pour son anniversaire, mais elle n'avait pas le cœur à l'ouvrir, en revanche, elle trouva la force de finir son verre et de se calmer, observant ensuite son amie qui retournait au dossier.

- Hum ? Qui y a-t-il Robita ? 

Pourquoi n'avait-elle pas terminé sa phrase ? Avait-elle eut une révélation ? Car le mot anniversaire n'était pas bien compliqué à prononcer. La rousse allait poser son verre sur la table que son amie se jeta sur elle, l'entrainant vers la fenêtre pour ensuite ce jeter de celle-ci, où par chance, une piscine les attendait. Le verre avait eut moins de chance, se brisant au sol avant de définitivement disparaître avec l'explosion. Des mains l'extirpèrent de l'eau, ainsi que Robita qu'elle tenait dans ses bras, crachant l'eau qui lui était entrait dans sa bouche durant le plongeon. Plusieurs membre de sa garde était là, mais Namimore fut horrifié de savoir que des membres de son organisation avait sans doute péris dans cette attaque. Son visage transpirait la haine, et elle serra son poing avec rage.

- Peut importe ce que l'on vise, je pourrai pas pardonner cet actes qui met la vie de plein de monde en danger. Vous autres, récupérer les survivants et sécurisez l'endroit ! 

Mais est-ce que le traite se trouvait dans leur rang ? Était-ce la servante qui avait apporter le cadeau ? Robita et Namimore partirent vers la planque secrète, utilisé seulement en cas d'urgence, comme c'était le cas actuellement, tandis que les autres s'occupaient de récupérer le personnel dans les décombres.

- Je m'en ferai une joie ! Penses-tu que la servante soit de méche ? Il faudrait qu'on la retrouve... Qu'on sache d'où venait se paquet... 

Se réchauffant au coin du feu pour sécher ses vêtements et cheveux trempées, la madone était bien trop énerver pour réfléchir de manière plus approfondit. Sa haine était presque palpable, et elle cherchait qui aurait pu en vouloir à ce point à sa vie. Qui voulait son trône par tous les moyens ? Mais cette date symbolique... En voulait-on vraiment à sa couronne ?



_________________
Il y a des liens qui peuvent être plus fort que ceux du sang

by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]   Jeu 26 Mai - 16:47

InvitéInvité
avatar






Te souviens tu ?




Malgré les sombres évènements qui venaient de s’abattre sur elle et sa patronne à la crinière de feu, Robita restait de marbre. Elle n’était pas du genre à montrer ses sentiments par une gestuelle corporelle, même si Namimore savait lire en elle avec une facilité déconcertante qui en était presque effrayante. Autour du feu que la brune venait d’allumer, le duo se terrait dans un silence de plomb qui ne fut brisé que par l’intervention de la madone. Sous sa question, Robita restait silencieuse un petit instant, passant sa main gauche dans sa longue chevelure noire tout en réfléchissant à la meilleure réponse possible.

- J’irais même plus loin encore Namimore. Et si c’était la servante la véritable personne derrière toute cette histoire ? Je ne saurais pas comment te l’expliquer, mais j’ai le sentiment que cette servante m’était familière. Seulement, je ne me souviens plus où je l’ai vu exactement.

La dame de fer fixait les flammes rougeoyantes pendant un court moment, se perdant dans les limbes de son esprit afin de rassembler l’ensemble de ses souvenirs. Sans succès. Un long soupire s’échappait de sa bouche avant qu’elle ne reprenne la parole.

- Quoi qu’il en soit Namimore, notre empire n’intéresse pas cette personne. En revanche, ta vie, et probablement la mienne, oui. Ce qui veut dire que la personne se trouvant derrière cette affaire est une ancienne connaissance. Reste à savoir qui.

Robita se levait doucement et venait derrière la rouquine. Elle s’installait dans son dos pour l’enlacer afin de la serrer contre sa poitrine. Dans un sens, grâce à ce mystérieux tueur, Robita pouvait profiter de sa patronne un peu mieux. Cela faisait tellement longtemps qu’elles n’avaient pas été aussi proches et aussi complices. La brune déposait un baiser à l’intérieur de la nuque de la rouquine.

- Combien de temps que l’on n’a pas été aussi seules toi et moi ? Je dirais bien plusieurs années. Peut-être sept ou huit. La dernière fois, c’était quand ton père te frappait tu te souviens ? J’étais dans la rue et toi, tu suppliais qu’il arrête de te faire du mal. Je me suis interposée de justesse avant qu’il ne te tue, mais tu as quand même eu une sale blessure à l’épaule.

Délicatement, elle lui touchait son tatouage qui recouvrait une large cicatrice, suite à cette fameuse nuit. Robita restait une nouvelle fois silencieuse tout en cajolant sa meilleure amie, voir plus encore il y a bien longtemps de ça.

La brune restait dans cette position pendant de longues minutes, ne pensant même plus à l’empire de la mandarine ou à cette mystérieuse personne qui les traquaient. Elle ne désirait qu’être aux côtés de la rouquine le plus de temps possible.


- Dis voir Nami, tu penses que cela aurait marché entre nous si….si on n’avait pas fondé cette immense fortune, toi et moi ? Je me suis toujours posé la question, sans jamais avoir le courage de te le demander.

Nami était le surnom secret de la marraine. Tout comme le siens était Robin. Ils étaient employés en de très rares occasions et personne d’autre au monde ne possédait le privilège de les employer.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]   Dim 29 Mai - 20:33

NamiNavigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar

Messages : 3866

Navigation
Doriki:
2597/6000  (2597/6000)
Fruit du Démon: -

Pour mes mandarines, allonge les berrys


Tous ses évènements étaient quelque peu bouleversant, c'est qu'à force d'être à la tête de toute la mafia locale, ou presque, Namimore n'avait pas prêter plus d'attention que cela à ceux qui pourrait simplement en vouloir à sa vie et non pas à son commerce, comme elle l'avait cru avec ce Don. C'était qu'il lui semblait plus logique qu'on veuille son trône plutôt qu'une vengeance personnelle à son égard. Pourquoi d'ailleurs ? Mais le jour de son anniversaire devait bien être pour une raison comme le disait Robita. La madone réfléchissait, imaginant différent scénario, cherchant le coupable de cet attaque qui avait ruiné sa magnifique demeure. Quand elle la trouverait, elle lui ferait payé les dégâts avant de lui prendre sa vie.

- Mais n'est-elle pas à notre service depuis plusieurs années ? Tu pense qu'elle aurait attendu tout ce temps pour nous tuer ? Il faudrait qu'on trouve la liste des employer pour voir depuis quand elle travail pour nous et quel nom elle utilise... 

C'est qu'avec autant de personnels, la rousse ne faisait plus attention à qui était qui, la tête bien trop occupée sur la bonne gestion de ses affaires pour retenir le nom et le visage de tous ceux qui travaillait pour elle. Son empire était bien trop grand pour qu'elle réussisse à y parvenir de toute façon.

- Une ancienne connaissance hein... Pour cela que cette servante te disait quelque chose... Reste à savoir qui et pourquoi. Qu'est-ce qu'on a bien pu lui faire pour avoir mit autant de temps à vouloir notre vie, et précisément le jour de mon anniversaire... 

La madone réfléchissait encore et toujours, cherchant dans les méandres de sa mémoire un indice sur son passé qu'elle avait préféré oublier, se concentrant sur l'avenir et son commerce, rien de plus. Cela lui permettait de ne plus regarder en arrière tant elle y mettait toute son âme à la tâche. Le regard de Namimore se perdait dans les flammes, les observant danser, ne bougeant son regard vers le sol que lorsque Robita l'embrassa dans la nuque.

Cette fois-ci les souvenirs du passé retrouvèrent facilement leur place dans son esprit... Les douloureux souvenir de la douleur qu'elle voulait oublier. Ce passé auxquels elle ne pensait plus hors mis durant ses cauchemars, lorsque certaine nuit, plus difficile que les autres, cela torturait son inconscient. Un long silence s'en suivit, la patronne se rappelait, les images juste devant ses pupilles aussi nettement que si elle avait fait un bond en arrière, même la douleur de ce fameux jour était bien là, son épaule la faisait souffrir de nouveau.

- Oui... Je me souviens... J'ai bien cru que j'y passerai cette fois-ci. J'aurai presque aimé qu'il le fasse pour ne plus souffrir chaque jour. Mais tu l'en a empêché et je suis devenue bien plus forte maintenant. 

Son regard ce durcit, se plongeant de nouveau dans ce feu si ardant, comme sa détermination à ne plus jamais être faible, ne plus jamais être soumise, ne plus jamais être frappé comme autre fois. Non, c'est pour cela qu'elle était devenue plus forte, montant un empire avec sa plus fidèle amie, pour ne plus jamais être la même qu'autre fois. Elle toucha son épaule, frôlant la main de Robita en même temps, repensant à leur relation à ce contact, tout cela lui semblait si lointain et en même si proche.

- Je ne sais pas Robin, pour ne plus jamais revivre la même horreur qu'autre fois je me suis plongée corps et âme dans les affaires, pour réussir, pour nous hisser au sommet... Mais peut-être... Si nous n'avions pas eut cet empire, oui... Je crois que tout aurait été bien différent. 

Elle n'aurait pas eut le cœur si dure, leur relation si proche aurait évolué en quelque chose d'autre, il n'y aurait pas eut d'affaire pour occuper ses pensées constamment, oui tout aurait été différent. Elle ferma les yeux, se laissant bercer par les accolade de son amie. Avait-elle fait le mauvais choix en bâtissant un empire impitoyable ? De toute façon il était désormais trop tard pour faire machine arrière.



_________________
Il y a des liens qui peuvent être plus fort que ceux du sang

by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]   Mer 15 Juin - 17:02

InvitéInvité
avatar






Boa boa




La brune faite d’acier trempé serrait sa patronne avec une douceur que peu de monde connaissait. La présence de son ancienne amante avait toujours eu l’effet de la calmer et de l’apaiser en toutes circonstances. Et la situation actuelle n’y faisait pas exception. Robita chantonnait délicatement tout en écoutant les mots tendres et sincères de Namimore alors qu’un maigre sourire se dessinait sur son visage impassible. La rouquine avait bien raison de dire que tout aurait été différent si elles n’avaient pas fondé l’empire de l’agrume. Sans doute auraient-elles terminé dans la rue à vendre leurs corps pour subvenir à leurs besoins d’eau et de nourriture.

Robita serrait encore un petit moment son amie lorsqu’elle reprit enfin la parole dans le but de lui répondre sur un ton amusé, mais qui allait parfaitement à sa personnalité profonde
.

- Il est vrai que l’on a vécu des moments formidables depuis la création de notre empire. Nous avons bien rigolé n’est-ce pas ? Surtout ce jour où tu as fini première au concours de beauté et moi seconde devant cette hautaine femme. Tu sais celle qui avait promis de…

La brune marquait un moment de pause. Une sorte de déclic venait de se réaliser dans son esprit et tout lui semblait limpide. La clé du mystère était là, devant leurs yeux depuis le début. Robita se levait brusquement et tournait en rond dans la grotte avant de se planter devant la marraine.

- Boa boa. C’est elle qui est derrière tout ça. Souviens-toi, quand nous l’avons battu au concours, elle a juré de nous faire payer cette humiliation. C’était la plus belle femme du monde, selon elle, et nous lui avons volé ce titre. Je suis certaine qu’elle est la personne que l’on recherche. Satanée Boa boa.

La demoiselle souriait de plus en plus, heureuse d’avoir trouvé la personne qui était derrière toute cette violence ahurissante. Même si elle n’avait pas de preuve, Robita était certaine de son hypothèse.

- Maintenant que nous avons une piste, nous pouvons chercher tu n’es pas d’accord ? Si c’est elle la coupable, alors elle doit être sur cette île. Et vu son arrogance, tout le monde doit l’avoir vu ou même entendu au moins une fois. Cela sera un jeu d’enfant de la trouver. Tu viens ? Ne perdons pas de temps.

La mafieuse quittait le repère à toute vitesse afin de retourner en ville et commençait à poser différentes questions aux habitants afin de savoir si Boa boa était présente sur l’île. Ce fut un jeune garçon qui lui confirmait la présence de la dame. Ce dernier avait reçu un violent coup de pied de Boa boa pour être sur sa route. Typiquement, le genre de comportement qu’elle a habituellement.

Devant le plus grand palace de la ville, Robita examinait les lieux avec un regard froid avant de se tourner vers Namimore.


- Elle est ici. Le Don doit y être aussi. Mais il risque d’y avoir du grabuge. Vous voulez que j’y aille seule ? Ou bien, vous venez avec moi ? Les renforts ne devraient pas tarder, mais je crains qu’elle ne s’échappe. Vous en pensez quoi patronne ?
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]   Lun 20 Juin - 18:31

NamiNavigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar

Messages : 3866

Navigation
Doriki:
2597/6000  (2597/6000)
Fruit du Démon: -

Pour mes mandarines, allonge les berrys


Oui la vie aurait été différente, mais aurait-elle était mieux ou bien pire ? La réponse à cette question, jamais elles ne l'obtiendraient, car on ne pouvait pas voir la vie qu'on aurait eut si on avait prit un autre chemin. Dans un sens cela valait peut-être mieux ainsi, car il n'y avait pas de regret alors, si jamais on devait découvrir que si on avait fait un autre choix, la vie aurait été bien meilleure. Pourtant souvent elle s'était posée la question de savoir ce que serait sa vie, leur vie, si elles avaient agis autrement à l'époque, si rien de tout cela n'avait été construit. Mais elle essayait de ne pas y penser, et ne faisait d'ailleurs jamais part de ses doutes. Telle était la madone, ne pas faire part de ses trop grands troubles, mais là, seule avec sa Robita, elle s'y était laisser aller, de toute façon la question avait été posé.

Elle se laissa bercer par sa chanson et son étreinte, tout lui sembla si lointain, les problèmes de la vente de mandarine, son empire, la tentative de meurtre. Comme si elles étaient isolées rien que toutes les deux sur une île déserte sans personne pour venir les déranger. Sauf qu'elles n'étaient pas sur une île loin du reste du monde et que les problèmes étaient bel et bien là...

- Oui, nous avons eut des hauts et des bas, mais le principale et qu'on se soit amusé et que nous soyons toujours ensemble. Qu'est-ce qu'il y a Robita ?

Pourquoi c'était-elle arrêter en plein milieu de phrase ? Lors du souvenir de se concours de beauté qu'elles avaient remporté toutes les deux, ce qui, avec le premier et second prix, leur avait permis d'avancer leur projet pour la création de leur empire. Voulait-elle dire que... Oui, c'était bien cela, les deux femmes s'étaient comprises, il suffisait de voir son amie réfléchir en tournant en rond pour avoir le même raisonnement.

- Quelle femme rancunière pour si peu, ce n'est pas à nous mais au jury qu'elle devrait s'en prendre, est-ce notre faute si nous sommes plus belle ? Le jury à juger que nous l'étions plus et qu'elle l'était moins. En tout cas elle aura mit bien du temps avant de venir, on peut lui reconnaître sa ténacité, et une certaine forme de courage pour oser s'attaquer à nous !

Mais cela n'empêcherait pas la marraine de lui faire payer son attaque et d'avoir osé discrédité ses mandarines ! On pouvait tenter de l'attaquer, mais jamais on ne devait s'en prendre à ses mandarines, à Robita, ou à son empire. Boa Boa avait fait une erreur et elle allait le regretter armement.

- Tu as raison, mais vu son organisation pour nous attaquer, elle a certainement dû se faire des alliés parmi nos ennemies. Seule, elle n'aurait rien pu faire, elle a donc du soutient, il nous faudra aussi les trouver.

Namimore se redressa et suivit son amie, se dirigeant ainsi vers la ville, posant également des questions à la population concernant cette mauvaise perdante de concours. Un jeune garçon informa Robita qu'en effet elle était présente ici, donc elle était bien dans le coup, et particulièrement violente, la preuve est qu'elle n'avait aucune honte à lever la main, en l'occurrence le pied, sur un enfant. Il n'y avait rien de plus exécrable aux yeux de la madone, elle-même ayant été frappé enfant, elle ne pouvait tolérer cela.

- Allons-y avant qu'elle ne fasse encore quelque chose. Y aller seule ? Et puis quoi encore Robita ? Me prendrais-tu pour quelqu'un de faible qui regarde sans agir lorsque la situation l'exige ? Ne me vexe pas en posant la question. Tu te charge du Don et moi de Boa Boa en essayant de ne pas trop subir les attaques de leurs hommes de main.

Arme à la main, les deux femmes s'élancèrent alors pour tenter de les avoir, bien sûr les hommes de main s'en mélèrent et fut des échanges de coup de feu, créant une certaine panique dans le centre de la ville. Par moment les deux femmes se retrouvèrent dos à dos pour mieux affronter les ennemis avant de de nouveau se jeter sur eux, récupérant les armes des victimes pour avoir de nouveau des munitions. Jusqu'à ce que les renforts de sa famille n'arrivent enfin, lui laissant plus facilement le champs libre pour s'attaquer directement à Boa Boa qui ordonnait qu'on la défende, car elle était bien la plus belle d'entre toute. Mais grâce à l'aide de Robita et de ses hommes, Namimore réussi à l'atteindre, la menaçant de son arme.

-Cela faisait bien longtemps Boa Boa, ainsi donc tu ne peux nous pardonner d'avoir voler ton titre de plus belle femme ? Il faudrait peut-être surmonter ça non ? La rancune, tu sais ça rend laid.

Cependant elle n'appuya pas tout de suite la gâchette, non, elle attendit encore un peu, être sûr. Oui, elle voulait entendre les justifications de cette femme ravager par l'envie d'être l'incarnation de la beauté parfaite.



_________________
Il y a des liens qui peuvent être plus fort que ceux du sang

by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]   Dim 24 Juil - 12:23

InvitéInvité
avatar






Dilemme




La dame de fer et fidèle subordonnée de Namimore, regardait cette dernière avec des yeux remplis de détermination. Dans sa tête, parfaitement structurée, de multiples scénarios se déroulaient afin d’assurer la meilleure protection possible à sa patronne qu’elle aimait tant. Cependant, sa surprise fut de taille lorsque cette dernière lui avouait de vives voix qu’elle était loin d’être faible et qu’elle pouvait se battre afin de venger la mort d’un bon nombre de ses hommes. Cette révélation fit sourire Robita qui, rapidement, se tournait une nouvelle fois vers l’immense palace où se trouvait la responsable de toute cette histoire morbide. Comme quoi, une simple jalousie pouvait causer des dommages importants dans la vie d’une personne.

Robita ajustait son chapeau de cow-girl et, d’un geste de la tête, fonçait avec sa patronne à l’intérieur du bâtiment luxueux. Avec dextérité, la brune dégainait ses armes rapidement pour abattre de multiples sbires, tout en rechargeant comme elle pouvait. Les ordres de la rousse étaient d’une clarté sans égal et Robita la laissait rapidement seule, même si cela là dérangeait fortement, pour partir à la recherche du Don.

Esquivant le feu ennemi du mieux qu’elle pouvait, Robita perçait les lignes adverses avec aisance avant d’envoyer un violent coup de pied dans une imposante porte aux dorures artistiques. D’une vive voix, elle s’écriait aux personnes présentes.


- DON !!!! Je sais où tu te caches !!!! Viens ici que je te bute sale enfoiré !!! Boa Boa et toi, vous êtes encerclés !!!! Rends-toi bien sagement.

Le petit homme tremblait de tout son être sous la menace et levait les mains en l’air pour indiquer sa reddition. Robita s’avançait calmement vers lui, ses armes pointées vers son cœur encore palpitant pour le moment.

- C’est dommage Don. Tu étais presque sur le point de détruire l’empire de Namimore afin de prendre sa place. Cela doit être frustrant pour toi n’est-ce pas Don ? Rassure-toi, tu passeras le reste de ta vie à l’ombre. J’y veillerais personnellement, tu peux me croire.

Un sourire se dessinait sur le visage charmant de Robita avant de se déformer pour laisser place à un cri de surprise. Quelqu’un venait de l’assommer. La fidèle subalterne de l’impératrice des mandarines s’écroulait lourdement sur le sol sans comprendre ce qu’il venait de se passer.

Robita ne retrouvait ses esprits que vingt minutes après. Du sang coulait de son crâne alors que ses yeux étaient éblouis par la lumière. Elle se trouvait dans une magnifique chambre dans laquelle se tenait la fameuse Boa Boa et surtout Namimore. Robita désirait bouger, mais elle parvenait à sentir une arme contre sa nuque. Comprenant la situation, la brune ne pouvait s’empêcher de sourire.


- Allez-y patronne. Tuez là. Je serais heureuse de mourir si cela vous permet de vous maintenir au sommet de cet empire.

Boa Boa fit un petit geste de la tête et un homme venait tabasser Robita pour qu’elle se taise. N’ayant plus la force de parler, la brune attendait la suite des évènements. Namimore allait-elle en finir avec Boa Boa et sauver son empire, mais elle perdrait sa plus fidèle amie ? Ou bien allait-elle tout abandonner afin de la sauver ? Tout dépendant du choix de la rouquine désormais.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Tu veux gouter à mes mandarines ? Allonge les berrys !!!! [Nami - Hors contexte]
» Soirée Clandestine [ Louve & Seth ]
» j' ai déjà la rolex, je veux le gronavionkivanavex
» "Je veux qu'on rie...Je veux qu'on danse...Je veux qu'on s'amuse comme des fous !" [Julia]
» Tu veux ma photo ? ( Pv : Junior )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Zaraki-