AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En route pour la base G-1 ! [ PV : De Asturia Francesco ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: En route pour la base G-1 ! [ PV : De Asturia Francesco ]   Dim 6 Mar - 23:33

Endô EmeriMarine
Marine
avatar

Messages : 29

Navigation
Doriki:
360/6000  (360/6000)
Fruit du Démon: -

Les conséquences de la guerre ! Endô en route pour la base G-1
Endô Emeri & De Asturia Francesco
Un navire de la Marine en route pour la base G-1, c'est dans cette embarcation que se trouve le Caporal de la Marine, Endô Emeri. C'était sa première visite dans Grand line, en effet, Endô n'était pas Caporal depuis longtemps et pour l'instant il avait été cantonné au secteur de South Blue, mais vu les derniers événements, la guerre au sommet ou encore Tartaros, la Marine posté sur Grand Line avait besoin d'effectifs. C'est après plusieurs jours de voyage mouvementé par les dangers de la mer, qu'Endô pouvait voir ce profiler le fameux nouveau QG principal de la Marine. Même s'ils n'avaient fait que de petits arrêtes dans quelques villes pour faire le plein de vivres, le tout nouveau Caporal avait été émerveillé par certaines choses qu'il avait pu voir, et sa détermination n'en était que plus grande. Il n'était pas le seul caporal ou plus ou moins gradé sur le navire, ils étaient une bonne vingtaine, ou vétéran et jeune officiers ce croisait. Endô était sur l'un des rebords du navire et fixait cette forteresse se dessiner de plus en plus vers lui.


Enfin, ils entraient dans le port et la chose qui frappa de suite Endô fut le monde, la vie qu'il y avait juste en contre bas, une agitation qui se transmit sur son propre bateau et tout le monde ce mit en marche vers le ponton en bois. Endô se mélangea au flux qui sortait de l'embarcation, un peu bousculé il voyait autour de lui des retrouvailles, quelques marchands, mais bien sur aussi des jeunes gens de la Marine comme lui envoyer ici pour combattre les ennemies du gouvernement. Il était dans son uniforme, un haut simple manche courte de couleur blanche avec le symbole de la Marine en son centre et son pantalon un peu plus large que les autres il avança vers l'endroit qu'on lui avait indiqué, dans les quartiers des soldats, avec son sac sur l'épaule qu'il tenait d'une main.

Il se fit un chemin à travers les soldats en rang qui courent vers une position, des officiers qui discutent entre eux ou encore des gens avec des tonnes de papiers qui ne semblent plus savoir ou donner de la tête. Le caporal est normalement quelqu'un de sociable qui aime êtres entourer, mais cette foule, il n'était pas habitué et pourtant il devra s'y faire rapidement, c'est ici chez lui maintenant. Après quelques minutes de marches il aperçut un petit banc en pierre sur le coté de la route principale collé à un bâtiment, voulant profiter un petit moment de son arrivée il s'y installa et souffla un coup. Complètement affalé avec son sac à coté de lui, il se serait presque endormi si son moment de tranquillité n'avait pas été déranger par quelque chose qui le bouscula, en baissant la tête il vit deux soldats plaqué un autre un peu plus chétif contre le mur du bâtiment.

Soldat - " Alors c'est a cause de toi que je n'ais pas eu ma promotion hein ? A c'qui parait t'aurais dis au chef que je n'ais pas ce qu'il faut ! "

Il lui mit un coup de poing, dans l'action le sac d'Endô tomba au sol et l'ami du soldat mécontent marcha dessus, faisant rouler ses yeux, Endô lâchât un petit " Oh la la .. " en soupirant, il ramasse son sac et avec un mouvement très rapide, qui ne permit en tout cas pas aux agresseurs de le voir, il attrape le bras de l'homme avant qu'il ne donne un autre coup. Les trois marines se tournent vers Endô, ce dernier fait une grimace de voyou et beugle de façon très rapide et violente au soldat.



Endô - " Ecoute moi bien mon pote, je viens d'arriver de South blue, j'ai même plus compté le nombre de tempêtes qu'on a du se taper, je me suis posé ici pour souffler deux minutes, alors ce n'est pas toi le pauvre petit soldat qui n'a pas eu sa promotion qui va me prendre la tête ! Et tu laisses ce pauvre type tranquille aussi, tu seras gentil, tu crois qu'on a le temps de se battre entre nous avec tous les tarés qui menace le monde ?! "

Pour êtes tout à fait honnête, Endô a très mal supporté le voyage, il avait vraiment envie de trouver la terre ferme, la traversée depuis South blue fut très éprouvante. Les deux soldats partirent dans leurs coins en marmonnant et celui qui était contre le mur remerciât Endô en le saluant, il n'était ni fier ni mécontent de l'avoir fait, il fallait que sa sorte, mais dans l'immédiat il y a un autre soucis. Son ventre fit un énorme bruit et le Caporal se rassit sur le banc, l'air d'espérer en posant une main sur son ventre.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: En route pour la base G-1 ! [ PV : De Asturia Francesco ]   Lun 7 Mar - 17:21

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 384

Navigation
Doriki:
787/6000  (787/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


En route



pour



la base G-1!





Marineford, la Forteresse imprenable, le Quartier Général, l’ile en croissant de lune, le Palais Fortifié. Cette île possédait beaucoup de noms et peut-être tout autant de significations. Personne ne pouvait rester insensible face au bâtiment principal, trônant tel l’empereur des océans. Ce phare représentait la Justice, la sécurité pour les gens peuplant ce monde. Francesco ne pensait pas la revoir de sitôt, cette île qui l’avait vu naitre. Il y avait toujours vécu, c’est là que toute sa vie se résume, avec son mariage, son implication dans la marine. Sa vie entière pouvait être résumée à ce morceau de terre, de pierre et de bois. Il avait été resplendissant, renvoyant toujours de bonnes impressions à ses supérieurs, jusqu’au jour où l’impensable s’était produit : l’ile comme l’homme avaient été attaqués. Tous deux en garderaient les séquelles. Lui avait perdu sa famille, elle avait perdu sa prestance. Aujourd’hui il s’était relevé, se murant derrière son visage, oscillant entre colère et froideur, alors qu’elle, avait changé de nom. Pendant sa traversée et jusqu’à son arrivée, un mal situé dans son estomac lui avait rappelé tout ça, ces bons comme ces mauvais moments.

Et lorsque « la base G-1 » traversa enfin son champ de vision, ce mal qui tenaillait le ventre du borgne s’éteignit subitement pour envahir cette fois, son esprit, sous la forme d’un élan de tristesse. Il ne put réprimer une larme lorsqu’il leva la tête en direction des anciens bureaux de l’amiral en chef. Il était encore trop sentimental. La goutte qui ruissela sur sa joue fut rapidement séchée avec le revers de sa main. Son visage se referma ensuite, à l’instant précis où Victoria arriva à ses côtés. Elle était la seule à connaitre dans les détails ce qu’il avait vécu. Pour l’heure, elle ne dit rien, imperturbable, elle savait ce qu’il fallait faire dans ces cas-là. Elle frappa deux fois du pied à terre, l’un de leur code pour signifier qu’il était l’heure d’y aller, et fit un demi-tour par la droite des plus rapides. L’officier la suivit, toujours dur, il ne voulait pas qu’on lui parle et en était ravi. Le temps passa ensuite lorsque la porte principale fut passée, une réunion brève servit à donner des ordres à chacun, allant de l’observation à la protection de zones stratégiques. Le Tartaros secouait les mers et beaucoup de choses changeaient rapidement sur Grand Line et le Nouveau Monde. En attendant, une foule immense inondait l’ile.

A cause ou grâce à lui, certains Empereurs se mettaient en mouvement, la Marine devait donc faire pareil, avancer ses nombreux pions pour pouvoir assurer toutes ses missions simultanément. La Bastard Marine n’avait pas eu d’ordre contradictoire ni profondément innovant, ils devaient patrouiller dans les zones à risques et « s’occuper » de tous les criminels qu’ils croiseraient. Intérieurement, notre homme remercia Akainu de la confiance qu’il lui accordait toujours, malgré qu’il ait été au courant de la défaite du Sous-amiral sur Drum. Il sortit en même temps que les quelques hauts gradés présents et il rejoignit sa petite troupe, l’attendant à la cafétéria. Ils ne resteraient guère plus longtemps, chaque minute permettait à des criminels de vivre et au borgne de repenser à sa femme. Ces deux choses lui étaient insupportables ! Il pressa le pas, passant le long du grand bâtiment, longeant plusieurs bancs, jusqu’à voir deux marines prendre à partie un autre. Il s’arrêta net, conféra le commandement à Victoria et leur ordonnant de continuer leur route jusqu’au navire. Lui se dirigea vers la petite animation, le regard froid, les mains jointes dans son dos.

Avait-il bien entendu ? S’en prenait-on à un homme à cause de son incidence dans une promotion ? Quelle foutues futilités ! Il s’apprêtait à venir passer un savon à ces espèces de crétins qui se mettaient en groupe pour affronter un seul homme mais lorsqu’il fit ses premiers pas dans la rue perpendiculaire il remarqua la présence d’un autre homme assis. Il ne sut s’il était de mèche que lorsqu’il décrocha quelques mots. La suite le fit brièvement sourire, enfin le nombre d’hommes intègres dépassaient celui de crétins. Au moins ils avaient de la chance d’avoir été sermonnés par quelqu’un d’autre que le moustachu, sans doute n’aurait-il pas été aussi indulgent. Lorsqu’ils repassèrent devant lui, Francesco les fusilla littéralement du regard. En voyant ses galons, ils comprirent qu’ils avaient intérêt à ne plus s’approcher du pauvre marine qu’ils avaient isolé. Le borgne tourna enfin son visage vers le petit héros du jour et arquant brièvement les sourcils, il ne put s’empêcher de remarquer que ce type avait une tête de voyou. Il s’avança vers lui alors que la victime le saluait et juste au moment où il allait prendre la parole, le ventre de son vis-à-vis se mit à gargouiller.

Décidément ! Il ne put s’empêcher de rire, surprenant les deux hommes par la même occasion. En un instant, ses soucis de la journée s’étaient envolés. Il garda cependant la main et enchaina, félicitant cet inconnu au bataillon. Il voulait en apprendre plus sur lui, il semblait bien étrange au milieu du G-1. Etait-il seulement déployé sur Grand Line ? Beaucoup de soldats avaient été réquisitionnés des mers extérieures pour lutter contre Marde Guille, à ce qu’il parait. Il lui offrit ensuite de le suivre jusqu’à la cafétéria qu’il venait pourtant lui-même de quitter. Dans cette ruelle, le gradé n’était plus celui qu’il était le matin même…

« Hahaha ! Pour quelqu’un que je n’ai jamais vu, vous m’avez bien fait rire ! J’aime votre franc-parler ! Si ce n’est pas vous qui vous étiez interposé, je l’aurais fait. Ces hommes uniquement obnubilés par leur promotion ne la méritaient visiblement pas. Les promotions se reçoivent mais ne se demandent pas ! »

Il tendit sa main gantée, scrutant la réaction de l'homme.

« De Asturia Francesco, sous-amiral affilié au Quartier Général. Que diriez-vous de continuer cette discussion à la cafétéria de Marine-… Du G-1 ? »





HRP : j'espère que ma réponse t'ira ;)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: En route pour la base G-1 ! [ PV : De Asturia Francesco ]   Lun 7 Mar - 19:42

Endô EmeriMarine
Marine
avatar

Messages : 29

Navigation
Doriki:
360/6000  (360/6000)
Fruit du Démon: -

Les conséquences de la guerre ! Endô en route pour la base G-1
Endô Emeri & De Asturia Francesco


Le regret était dans l'expression du Caporal, en effet, étant quelqu'un qui aime bien manger à sa faim ses réserves pour tout le voyage jusqu'à la base G-1 ce sont vite envolés et depuis il n'avait rien avalé, le manque d'habitude des voyages longs. Alors qu'il se tortillait sur son banc cherchant du regard un endroit où il pourrait manger, il ne vit rien et même pas la grande silhouette qui se rapprochait de lui. En relevant le regard, plus précisément les yeux vers ce grand manteau il y aperçu un homme d'un âge avancé, portant une uniforme de gradé de la Marine, que voulais ce supérieur a Endô ? Il savait que son comportement n'était pas au gout de ses anciens chefs, mais ici c'est la base principale de la Marine, ce n'est plus un simple cantonnement à une petite base sur une île perdue. Il se préparais à un sermon, ferma les yeux attendant un coup sur la tête, mais à sa plus grande surprise et en entendant les premiers mots de son supérieur il releva la tête étonner.


Alors que l'homme lui disait qu'il avait apprécié son intervention et qu'effectivement l'agresseur ne méritait pas sa promotion. Intérieurement il était donc très fier de son geste, mais il ne voulait pas le montrer, gardant un visage impassible, il fait comme ça pour tous les gens inconnus pour lui. Cette histoire de promotion, évidemment que cet imbécile de tout à l'heure ne le méritait pas, le caporal en avait déjà vu, des soldats prêts à faire n'importe quoi pour leur petite carrière, bâclant leur travail qui consiste tout de même à protéger les civils. Endô se releva et voyant cette main tendue vers lui, il hésita un moment, entre accepter et lui serrer la main ou lui faire un salut militaire et si c'était un piège ? Un test peut-être ? Le jeune homme se posait surement trop de questions. Et puis mince ! Se dit-il, il serra la main de son supérieur, supportant son regard, le torse bombé.


" Capo .. Caporal Emeri, Sous-amiral, Endô Emeri, a votre service monsieur. Oui je suis d'accord, et pour tout vous dire, monsieur, je pense qu'il faut dire les choses comme elle sont, surtout dans l'époque que nous vivons, ce n'est pas en tournant autour du pot que les choses peuvent avancer. "


Endô s'inclina un bref instant, en serrant la main et faisant ce geste très respectueux, Endô ce ne posait plus de questions, il avait choisi de faire toutes les possibilités possible. Légèrement rassuré il accepta d'un hochement de tête la proposition de l'officier pour rejoindre la cafétéria. En observant de plus prêt ce Sous-amiral, Endô sentis quelque chose, au-delà de cet air presque paternel, oui .. Faut pas se mettre a dos ce genre de gars. Il déglutit et alors qu'il allait se mettre en route, un soldat arriva en marchant d'un pas rapide, une caisse à la main.


" Caporal Emeri ! Caporal Emeri ! Votre caisse de tiges de bambou ! "

Le Caporal se retourna et accueillit ce soldat les bras ouvert en lâchant un " Ah ! " de soulagement. Depuis qu'il avait mangé ce fruit du démon, le Panda panda no mi, une envie irrésistible de mâchouiller de petite tiges de bambou lui trottait toujours dans l'esprit, le même comportement qu'un fumeur par exemple. Il indiqua le chemin pour son dortoir et prit deux des tiges au passage. Sans attendre, il mit la tiges sur le bord de sa bouche. Il revint vers le Sous-Amiral, fouillant dans ses poches il en sortis quelques pièces et billets de Berry, une grimace apparut sur son visage.


" Pardon pour le contretemps Sous-amiral, je vous suis. Même si je ne pense pas avoir assez pour ma part, j'ai dû faire de grosse dépenses il n'y a pas longtemps .. Bah ! J'irais donner un coup de main au patron pour rembourser ce que je dois. Ça m'feras de l'exercice en plus. "  

Endô reprit son sac sur le banc, le posant sur son épaule comme tout a l'heure et se mit aux cotés de son supérieur, prêt a le suivre jusqu’à cette fameuse cafétéria.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: En route pour la base G-1 ! [ PV : De Asturia Francesco ]   Mar 8 Mar - 16:52

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 384

Navigation
Doriki:
787/6000  (787/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


De surprise



en surprise





Au beau milieu de cette ruelle, les deux marines restant se figèrent un instant lorsqu’ils entendirent ce que disait l’officier face à eux. Etait-ce parce qu’ils croyaient se faire réprimander ou bien parce que ce borgne représentait une autorité assez élevée pour eux ? Francesco ne l’aurait su, son public restant un instant muet. Pour la première fois, le moustachu avait pu décrocher un sourire et il resta encore un peu plus longtemps suite à ces réactions qu’il avait lui-même provoqué… Ce que ce marine âgé aimait par-dessus tout, c’était bien l’obéissance et le respect à la hiérarchie. Sans cela la Marine ne pouvait décemment fonctionner. Le fait que ces hommes perdent pied devant lui et ne sachent quoi faire exprimait indirectement cette sacro-sainte dévotion liée à l’institution que tous se devaient de représenter. Au-delà de ça, il fallait bien avouer que c’était tout aussi amusant mais, pour quelqu’un d’aussi sérieux que le sous-amiral, c’était inavouable. Il se contenta donc d’observer le visage des deux jeunes soldats, son timide sourire toujours présent pour enjoindre une réponse à ses questions. Dans le même temps, lorsqu’il vu le caporal lui serrer la main pour finalement s’incliner, cela l’amusa encore un peu plus.

Il venait de tomber sur un homme de valeur, ses soupçons se confirmaient de secondes en secondes. Malgré tout cela ne voulait pas dire qu’il partageait ses opinions « tranchées », même si avec le commandement de l’Amiral en chef Akainu, tous les serviteurs de la Justice devaient techniquement avoir embrassé son idéal d’absolu. Sa précédente rencontre avec un colonel s’était d’ailleurs plutôt mal passée à cause de cette divergence d’opinion… Alors si ce soldat ne voyait pas les choses du même œil, il serait encore temps pour notre moustachu de tourner les talons. Au final tout cela faisait partie d’anticipations, de prévisions de son esprit, il ne préféra plus y penser et participer donc encore un peu à cette discussion. Cet homme utilisait visiblement son allure de voyou pour intimider ceux qui croisaient sa route, mais le gradé n’en faisait même plus cas à présent. Pendant que ce fameux caporal lui répondait enfin, il remarqua l’autre homme derrière, statiquement au garde à vous. Il s’adressa d’abord à lui avant de répondre à Emeri, tout en relâchant son étreinte sur la paume du gominé et joignant à nouveau ses mains dans son dos.

« Ne restez pas planté là, que ma présence ne serve pas à vous immobiliser bêtement. Reprenez votre service et n’ayez plus peur qu’on vous ennuie au sujet de la promotion de l’un de vos compagnons d’arme, je veillerais personnellement à ce qu’il reste à son grade actuel au moins une année. Quant à vous, caporal Emeri, je suis tout à fait d’accord avec vous. De plus vous m’avez l’air dévoué et respectueux à la Marine, c’est une qualité qui se perd. Seriez-vous d’ailleurs pr-… »

Il disait tout cela alors qu’il sortait déjà de la ruelle pour revenir parmi la foule et l’imposant courant que représentaient tous ces hommes en mouvement. Néanmoins, il fut interrompu dans sa phrase par l’arrivée impromptue d’un soldat venant de derrière eux. N’avait-il pas remarqué que son caporal circulait avec un homme de grade supérieur ? La cape qu’il devait porter en cet endroit était pourtant visible ! Il se garda pourtant de faire la moindre remarque lorsqu’il se fut retourné, observant avec étonnement cette large caisse remplie de bambou. La réaction de celui aux côtés du moustachu ne se fit pas attendre, accueillant plutôt chaleureusement son subordonné, il lui indiqua ensuite l’emplacement de son dortoir, s’accaparant quelques-unes des tiges de végétaux. Le sous-amiral, curieux, s’apprêta à lui demander l’usage qu’il comptait en faire mais fut surpris avant d’avoir eu le temps d’ouvrir la bouche. Ainsi parvenait-il à manger du bambou comme si ce n’était qu’une friandise ? C’était plutôt singulier pour un homme qui entretenait apparemment bien sa musculature. En effet, cette dernière était plutôt visible sous le teeshirt qu’il portait.

Emeri revenait maintenant vers lui, s’excusant de son contretemps. Il évoqua ensuite ses soucis d’argent. Rien d’étonnant à cela, sachant que le bambou était une denrée plutôt chère pour le salaire d’un marine de grade plutôt bas. Un délinquant pauvre, on aura tout vu ! Francesco intervint pour lui répondre, voulant le rassurer sur ce qu’offrait le G-1. De par son ignorance sur cet ancien Quartier Général, c’était maintenant évident : il venait d’un cantonnement d’une mer extérieure. Cela rendait le borgne encore un peu plus curieux, cassant avec son comportement sec et fermé habituel. Pour déjà assouvir une partie de son questionnement, il lui demanda également la raison de son régime alimentaire, tout en se remettant à marcher en direction de l’immense bâtiment.

« Ne vous inquiétez donc pas de cela. Vous n’êtes pas d’ici je me trompe ? Sinon vous sauriez que la cantine du G-1 ne fait pas payer les marines qui vont y manger. En parlant de ça, vous pourriez m’expliquer d’où vous vient cet attrait pour le bambou ? Je ne crois pas avoir vu un seul homme en manger devant moi ! »

Le gradé et son invité parcoururent les quelques mètres les séparant de la cafétéria. Le sous-amiral allait de surprises en surprises avec ce caporal observant, non sans le vouloir, sa démarche très typée. Il savait que certains aimaient à ce rendre uniques mais incarner à ce point l’image d’un voyou d’un autre temps avait quelque chose d’assez incroyable pour lui. Son pantalon épais amplifiait son pas cadencé et de nombreux hommes se retournaient sur son passage. Même s’il était valeureux, son goût vestimentaire laissait à désirer à l’œil de notre ami. Une fois assis, il indiqua à l’autre où aller se servir d’un geste de la main et il attendit qu’il revienne pour pouvoir dialoguer un peu plus confortablement. Il posa ensuite ses questions, une par une, laissant à Emeri le temps de répondre à chacune avant de prononcer la suivante. Tout cela ressemblait tout de même étrangement à un interrogatoire mais l’officier n’en avait cure, c’était sa façon à lui d’interagir avec les autres. Inutile de le dire pour s’en être douté, il n’avait pas l’habitude des familiarités ! Il aimait aller droit au but, dire les choses comme elles sont, comme le mangeur de bambous l’avait si justement dit quelques instants plus tôt.

« Depuis combien de temps avez-vous rejoint nos rangs ? La traversée jusqu’ici se passa sans encombres ? Que pensez-vous de l’idéal de Justice prôné par l’amiral Akainu ? Parlez sans crainte, un simple avis ne peut être puni. Avec qui allez-vous patrouiller ? »


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: En route pour la base G-1 ! [ PV : De Asturia Francesco ]   Mar 8 Mar - 20:25

Endô EmeriMarine
Marine
avatar

Messages : 29

Navigation
Doriki:
360/6000  (360/6000)
Fruit du Démon: -

Les conséquences de la guerre ! Endô en route pour la base G-1
Endô Emeri & De Asturia Francesco


Même si ce Sous-amiral a l'air de quelqu'un de très sympathique, Endô avait eu l'habitude en six ans de types comme lui, qui après ce premier contact peuvent montrer une tout autre personnalités et une grande force, il y avait une aura autour de cet homme, mais ça n'effrayait pas le jeune Caporal, au contraire il était fier que ce genre de personnes soient de son coté, du bon coté, du coté de la justice. Ils se mirent en marche vers la cafétéria, Endô avait cette tige de bambou sur le bord de la bouche, elle allait de haut en bas au rythme des mouvements de mâchoire du jeune homme et alors qu'il déambulait dans sa tenue et sa démarche particulière, lâchant quelques regards menaçant type d'un voyou aux soldats et autres membres de la Marine plus bas gradé, quand ils le dévisageaient et c'est après l'une de ses grimaces qu'Endô entendit la première question du Sous-amiral. 



Effectivement, dans l'empressement et puis qu'ilil n'en parle pas beaucoup car, il n'en trouve pas l'utilité, il n'avait pas précisé pourquoi il mâchouille c'est tiges de bambou. Bien sûr c'était son fruit du démon qui lui donnait cette pulsion de ce faire les dents la dessus. Alors qu'il retirait celle de sa bouche pour mieux se faire comprendre et par respect envers son supérieur il lui répondit.

" Je ne savais pas que la cantine n'était pas payante, car effectivement je viens de South Blue dans un petit avant poste où nous cohabitions avec les civils. "

Pour sa prochaine réponse, le jeune marine sort de sa poche l'autre tige et la brandie fièrement face a lui, un grand sourire aux lèvres. Il n'était pas habitué à parler lui, mais étrangement il savait qu'il pouvait tout dire à cet homme.

" Et bien voyez-vous, je suis l'une de ces personnes qui a manger un fruit du démon. Le Panda panda no mi plus précisément, je suis un homme panda. Quand j'ai découvert se pouvoir je me suis entraîné sous cette nouvelle forme, aujourd'hui je la maîtrise plutôt bien, mais il faut que j'y travaille encore, il ne faut pas se satisfaire du minimum. " 

Rangeant cette tiges dans sa poche, il remit l'autre dans sa bouche et croisa ses bras derrières sa tête avant de reprendre.

" C'est pour ça que je vous ai parler de grosse dépenses, comme vous, vous en doutez ce genre de tiges coûtent un p'tite somme quand même, mais sans elle je ne me sens plus très bien, disons que c'est un petit prix à payer pour ce que ce fruit m'a donner en échange, en plus de ne pas pouvoir nager .. M'enfin ça, j'étais déjà pas un très bon nageur avant, haha. " 



Et alors qu'Endô terminait sa phrase, ils entraient tous les deux dans ce bâtiment très animé. L'intérieur était bondé de soldats de la Marine, rien d'étonnant, gradé ou non vieux ou jeune tout le monde était rassemblé et sans aller jusqu'à dire qu'ils se mélangeaient, cette cantine faisait un catalogue des différents types de soldats qu'il pouvait y avoir dans l'armée. Le Sous-amiral l'invita à ce placer sur l'une des chaises et alors qu'Endô s'installait, il voyait le regard de plus haut gradé que lui à la table de derrière, le regarder avec une mauvaise expression, cela semblait étrange qu'un Sous-amiral s'installe ici avec un petit gradé.
 
En observant son interlocuteur, il tourna sur sa chaise, toujours dans la même grâce qu'il a en marchant et sa façon d'êtres, il sauta presque de sa chaise pour aller se servir un morceau de viande et un verre de lait pour enfin se concentrer sur les questions que le gradé lui posait. Il ne voyait pas ça comme une agression, loin de la mais plutôt une occasion de faire connaissance avec un plus haut gradé que ce soit et savoir comment les choses ce passent ici.

la première question de cette série, fut le temps passer dans la Marine pour Endô, cette question lui rappelait ses premières années dans cette base surplombant un village qu'il a appris à aimer, et été comme une deuxième maison. Pour répondre aux questions du Sous-amiral, pour lui montrer que ce n'est pas un simple clown, il pris un air bien plus sérieux, plus proche du comportement d'un caporal.

" Mmmmh .. Et bien ça va faire six ans que je suis dans la Marine, mais je suis dans cette " Ambiance " si je puis dire, depuis ma naissance plus ou moins. Ma famille sert le gouvernement et la marine depuis un moment déjà, je suis pas l'premier Emeri a revêtir l'uniforme, une histoire de famille quoi. " 

Première question faite, mais le Sous-Amiral n'en avait pas fini et il repartit à la charge et cette fois sur la traversée jusqu'ici, ce qui l'étonna un peu et ça c'est vu sur son visage, c'est un Sous-amiral non ? Pourquoi cette question, il doit savoir comment ça ce passe non ? M'enfin .. Sans chercher vraiment à comprendre, mais laissant apparaître son interrogation sur son visage, il répondit sur le même ton que tout à l'heure.

" Ce fut une expérience .. Disons .. Mouvementé, que ce soit par l'océan lui-même ou encore d'énorme monstres marins, comme je n'avais encore jamais quitté South blue je n'étais pas bien habitué a ce genre de choses et des dangers de Grand line, mais je prendrais l'habitude Sous-amiral ne vous en faites pas. Et puis j'aime à croire que ce genre d'expérience forge le caractère et permet d'avancer. " 

Et c'était bien vrai, cette traversée fut éprouvante pour Endô qui, pourtant supporte les voyages en mer d'habitude, c'était surpris a vomir ses tripes par-dessus bord à cause de certains mouvements du navire qu'il n'avait pas l'habitude de ressentir, mettez en plus des orages et tempêtes ou encore des serpents géant dans la mer, Endô mentirait s'il disait qu'il voudrait revivre cette expérience, et pourtant il devra le faire, mais les prochaines fois tout iras pour le mieux. Ensuite, le sujet dériva sur l'actuel Amiral Akainu et de sa nouvelle politique sur la Marine après l'Amiral Sengoku. En tout franchise, il aimait les idées de ce nouvel amiral, vraiment et sa façon de faire chaques jours qui passe va dans cette optique.

" Et bien et bien .. C'est une question bien plus sérieuse, je vais y répondre le plus sincèrement possible. J'aime les idées de l'Amiral Akainu, ce sont des convictions qui collent avec les miennes et chaques jours qui passe va dans la même direction. La destruction des pirates et ceux qui menace l'ordre établi, laissez-moivous raconter un moment de mon passé sous-amiral .. "

L'aura que pouvait dégager Endô depuis tout à l'heure, changea, il était maintenant très sérieux, la sincérité était dans son regard, les bras croisés il reprit.

" Quand j'ai eu quinze ans, mon grand-père qui était le maître du dojo familial est mort de vieillesse et personne n'a pu reprendre le flambeau, ni même moi j'étais trop jeune et pas assez entraîner. En plus de mes parents qui m'ont transmit cette envie de combattre pour la Marine et contre les pirates, mon grand-père est celui qui m'a vu et fait grandir. Il y a un trésor dans le dojo de ma famille et forcément des pirates et autres bandits ont voulu le voler, mais moi ... Je suis resté cinq ans devant le dojo a protéger l'héritage de mon grand*père de cette racaille, aujourd'hui .. " Il reprend un air plus décontracté, comme tout à l'heure " .. Je reprends cette ferveur à protégé les êtres vivants de ce monde, de la racaille qui parcourent les mers, ils tuent et pillent en criant que ce sont des gens libre, mais dans un monde comme le nôtre, il faut des règles pour que le chaos ne détruise pas tout, ça vous convient ? " 

Finit-t-il avec un petit sourire, mais rien de sous-entendus derrière se sourire, c'était comme pour aller avec son style pour finir sa phrase, aussi simple que ça. Alors qu'il terminait son repas et laissait le Sous-Amiral répondre. Puis il repensait à la discutions de tout a l'heure à l'extérieur, le Sous-amiral n'avait pas terminé sa phrase à cause de l'intervention du soldat avec les caisses de bambou.

" Au fait, Sous-Amiral, vous n'avez pas terminer votre phrase tout a l'heure, vous vouliez me dire quelque chose en particulier ? "
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: En route pour la base G-1 ! [ PV : De Asturia Francesco ]   Jeu 10 Mar - 11:07

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 384

Navigation
Doriki:
787/6000  (787/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Droit au but




Jusqu’à maintenant, une partie de ce que l’amiral avait « prédit » s’était trouvé exact. A peine fussent-ils rentrés qu’il avait reçu toutes les réponses aux questions qu’il avait posé. Cela avait de quoi le ravir, lui qui aimait qu’on lui réponde dans le seconde. Ainsi, cette recrue venait en effet d’ailleurs ! South Blue pour être exact. Et s’était un utilisateur de fruit du démon, ça il aurait dû s’en douter. C’était plutôt logique après tout, seul les pandas mangeaient ainsi le bambou alors qu’il était en général utilisé par les hommes pour développer une architecture plaisant aux gens aisés, pour ne pas dire noble. Logique que ce jeune homme dépense autant d’argent. Même Francesco, qui n’avait pas à se plaindre avec les revenus de son grade, ne pourrait sans doute se payer du bambou comme l’on achèterait des cigarettes ! Pour répondre au caporal, il resta muet, préférant gardant entre les murs de son esprit ses réflexions. S’il y avait bien une chose qui faisait débat pour lui, c’était bien ces fruits aux pouvoirs divers… Même si ils pouvaient représenter un avantage, le fait de ne plus pouvoir nager et, bien souvent, la surprise de découvrir la capacité du fruit maudit n’était pas suffisant pour le convaincre.

Que feriez-vous sans aucun indice ? Le manger et découvrir que vous êtes devenu une girafe ? Il y avait de quoi perdre toute crédibilité ! Et pas qu’avec un zoan, beaucoup de paramecias ont des pouvoirs fleuretant avec le ridicule… Aux yeux de l’officier, seul les logias avaient un peu de crédit mais il fallait tout de même faire attention. La plupart des hommes qui obtenaient un pouvoir mourraient dans les semaines qui viennent, aveuglé par une puissance acquise du jour au lendemain. S’il fallait donc lutter au minimum contre la mer, et son propre orgueil, lui n’en voulait pas. Plus qu’une bénédiction cela recouvrait surtout de la malédiction, de son point de vue. Vous pouvez imaginer que « le petit prix » supplémentaire que devait payer le caporal donnait encore moins envie au borgne de s’approcher de ces choses. La seule chose dans tout ça qui plaisait à notre homme était que mister panda ne se repose pas sur ses acquis. Un bon point de plus pour ce soldat des mers extérieures ! Une fois arrivé dans la grande salle, le sous-amiral n’accorda aucune attention aux regards alentours puis posa ses questions quand le gominé revint à table avec son déhanché habituel.

Pour répondre au moustachu, il avait pris un air plus sérieux, ce qui lui plaisait. La Marine n’était pas un camp de vacances et toute question posée par un supérieur méritait une réponse réfléchie. Il laissa se dérouler le fil des premières questions qui lui venaient avant de répondre en une seule fois à Emeri, n’aimant pas prendre la parole plus que nécessaire. Il prit un air également plus sérieux, lui parlant sur le même ton qu’il employait sauf par rapport à sa traversée, où il se permit d’ironiser un peu. Tout ce qu’il avait entendu avait quelque chose d’intéressant, il en apprenait d’avantage sur ce jeune soldat et il semblait filer sur le même chemin de dévotion que lui. Il avait encore de l’entrainement à faire s’il était toujours caporal malgré les années. Il devrait s’endurcir et cette mer le lui permettrait.

« Et bien. Une histoire de famille dites-vous ? Intéressant. En six ans cependant vous n’avez pas monté beaucoup d’échelons il me semble… Mais vous m’avez l’air plein de ressources, il parait même que les utilisateurs de fruits montent plus vite en grade parait-il. Pour ce qui est de votre traversée, ne vous en faites pas, j’aime poser ce genre de questions parce que je sais que les premières fois ne sont jamais les plus brillantes ! Il faut vous forger en effet, et vous en aurez l’occasion sur Grand Line. Aussi, c’est un plus incontestable d’apprécier la façon de faire de l’amiral en chef, moi-même je l’applique corps et âme. Il faut en effet des règles et ces racailles ne méritent pas d’être libres pour faire ce qu’elles font. »

Une dernière question lui brûlait cependant les lèvres, c’était celle qu’il avait voulue poser tout de go dans la ruelle, l’arrivée inopinée d’un soldat l’ayant coupé dans son élan. Au final ce n’était pas plus mal parce que c’était certainement l’interrogation la plus importante qu’il allait lui soumettre. Emeri ne lui en laissa pas le temps d’ailleurs, s’en souvenant lui-même. Plus que protéger les innocents, il fallait faire des sacrifices pour s’assurer que la paix règne dans ce monde gangréné par la piraterie. En général, le borgne n’avait pas d’égard pour la population prise entre deux feux. Il vidait son esprit et se contentait de faire ce pourquoi il avait encore l’envie de vivre aujourd’hui : tuer ces immondices. Ça impliquait parfois de ne pas leur céder, toute prise d’otage finissait sanglante avec lui. C’était un petit mal au service d’un grand bien, qu’il fallait avoir la force de soutenir. Il y a deux ans d’ailleurs, il n’avait pas réussi à se résoudre d’abandonner un enfant pris sous un tir de canon. Et cette erreur monumentale avait permis la fuite des pirates et plusieurs jours à l’officier pour se rétablir. Il allait voir si ce caporal partageait les mêmes convictions.

« Oui, c’est exact. Je voulais vous poser une question très importante. Je vois que vous vous appliquez en tant que Marine, mais êtes-vous prêt à… tuer cette vermine qui parcours les mers et envahit nos pays ? Avez-vous déjà abattu quelqu’un sur votre île plutôt paisible ? Ici c’est la guerre, ni plus, ni moins. Edward Newgate est mort en réalisant exactement la même chose que Gol D. Roger : inspirer des hommes à épouser le pavillon noir ! Les révolutionnaires font de plus en plus parler d’eux, tout comme un nouvel ennemi, le Tartaros, dirigé par Marde Guille. Etes-vous prêt à avoir du sang sur les mains ? Ne trouvez-vous pas que c’est là, la meilleure des solutions pour mettre un terme à toute envie mal placée ? »

Suite à sa prise de parole, il se tût, plantant son œil dans le regard de celui assis devant lui. Il préférait aller droit au but, il ne voulait pas passer sa journée à discuter, sauf avec quelqu’un pour qui il avait réellement une pleine considération. Ses hommes l’attendaient d’ailleurs à son navire, il ne savait encore ce qu’il allait faire, tout cela dépendrait de la réaction et de ce qu’on lui répondrait. Depuis quelques minutes, il avait repris un sérieux exemplaire, son visage ferme avec ses traits marqués refaisant surface. Il regarda un instant sur sa droite, fusillant du regard un marine qui n’avait cessé de les observé, sans doute à cause de l’étrangeté d’un sous-amiral discutant avec un caporal. Inutile de dire que cet observateur pas très discret se ravisa immédiatement et remis ses yeux sur son assiette tout en remettant sa casquette pour ne plus croiser son regard.



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: En route pour la base G-1 ! [ PV : De Asturia Francesco ]   Jeu 10 Mar - 14:48

Endô EmeriMarine
Marine
avatar

Messages : 29

Navigation
Doriki:
360/6000  (360/6000)
Fruit du Démon: -

Les conséquences de la guerre ! Endô en route pour la base G-1
Endô Emeri & De Asturia Francesco


Endô se mentirait à lui même s'il ne pensais pas vouloir impressionner son supérieur, dès le premier jour, mais ce genre de bonhomme n'est pas facilement impressionnable, peut importe, le Caporal parlait en toute sincérité. La discution repris repris de plus belle, alors qu'autour d'eux il y avait un peu de mouvement, des soldats la depuis un moment qui reprennent leur service, une table entière d'officiers, cigare à la bouche se levait de leurs chaises pour faire leur devoir, la vie suivait bien son cours autour de cette table avec ce Sous-amiral et Caporal.

La conversation s'orienta vers les grades et la question par rapport à l'Amiral en chef Akainu. Effectivement Endô était participant de ce que proposais le grand patron, même s'il garde encore quelque réserves ou réfléchit a certains points.

" C'est vrai qu'en six ans .. Seulement Caporal. Bah ! Je ne dirais pas que je me fiche de monter en grade, non ce serait mentir, mais ce n'est pas mon objectif premier, je me suis engagé pour protéger les populations et vaincre les pirates, pas pour ma petite personne et ma carrière et si vous vous posez la question .. Je ne base pas mes actions contre les pirates en me reposant seulement sur mes capacités du fruit du démon, c'est trop aléatoire et je ne maîtrise pas encore tout à fait cette forme et puis .. J'étais déjà entraîné au combat avant cette transformation. "

Après avoir terminé sa phrase il reprit un morceau de viande qu'il vient déchirer avec ses dents, le jus tombait de sa mâchoire, puis il l'engloutit tout d'un coup, il fit passer le tout avec son verre. Il faisait pas mal de bruits en mangeant et certains Marines se retournaient en grognant. Quand Endô a faim il ne fait pas attention et après avoir bien mangé, il se tape le ventre et soupire pour s'intéresser maintenant à la fameuse question que le Sous-amiral voulait lui poser tout à l'heure.

" J'ai déjà abattu quelqu'un sur l'île où j'étais affecté, oui. Quand je suis arrivé a cette base un de mes supérieurs m'a dit qu'il fallait prendre une vie quand c'était nécessaire et qu'il était encore plus compliqué d'en épargner une autre, que ce choix serait difficile ... J'y ai crus au début, mais la réalité m'a rattraper. "

Le visage d'Endô se ferma, le regard plus bas il ne semblait pas beaucoup aimer parler de cette histoire, mais c'était la volonté de son Sous-amiral en quelque sorte, Endô aimait donner des réponses complètes en expliquant le pourquoi du comment et il n'y avait pas d'autres solutions que de reparler de cette terrible journée.

" Ça faisait déjà trois ans que j'étais dans la Marine, homme de corvée à mes tout début, j'étais maintenant un soldat avec un petit quelque chose en plus, c'est ce que me répétait mes supérieurs .. Surement à cause de mon fruit du démon. C'était une journée normal, je patrouillais avec mes collègues dans le village, saluant les civils, tout était bien calme, comme à l'habitude. Puis dans l'après-midi un bateau pirate fut repéré aux abords de la côte. Les forces de la base furent tout de suite envoyer sur place, pensant que ce n'était qu'un petit pirate de passage, l'histoire serait vite réglée, mais .. C'était une véritable petite armée qui se cachait au fond du navire ennemie, un flot de pirates est tomber sur les éclaireurs et ils n'ont pas tarder a arriver au village. En état d'alerte toutes les forces de la base ont été dépêcher sur place, nous soldats ne savions pas exactement ce qui ce passais, mais ça semblait critique. "

Il fit une pause pour reprendre une gorgée de son lait, plus il avançait dans son histoire plus il fronçait les sourcils et serrait les poings.

" Nous sommes arriver a les contenir, notre chef c'est occuper du Capitaine qui avait pourtant manger un fruit du démon, moi de mon coté je combattais les pirates et défendais les civils en même temps, j'avais toujours la conviction de mon supérieur en tête, mais la .. C'était autre chose, je ne pouvais pas combattre et défendre les civils en même temps, j'ai commencer a me concentrer que sur les pirates mais seulement .. Deux pirates arrivèrent a passer et tuèrent une famille, juste derrière moi. Sur le coup je ne me rappel plus vraiment des détailles, mais je crois qu'après avoir vu mon échec, je suis rentrer dans une colère noire, pris ma forme hybride et massacrer tout les pirates autour de moi .. C'est seulement après avoir repris mes esprits, qu'un de mes collègue me dit que grâce a mon intervention .. Bien que brutale, a pu laisser le temps a d'autres familles d'aller se mettre a l'abris. C'est a partir de ce jour, que j'ai compris que je ne pouvais pas protéger tout le monde, que par exemple le sacrifice d'un petit nombre peut en sauver beaucoup plus .. J'ai commencé a aimer le discours de l'Amiral en chef, je m'y retrouvais. Aujourd'hui je n'hésite plus, un bon pirate est un pirate mort. "

Pendant tout son récit, Endô fixait avec la même ardeur le Sous-amiral. Ce fut a la fin de sa dernière phrase qu'il prit un air plus détendus, il jeta un œil sur l'horloge, et termina sur un.

" Mais je parle, je parle .. Vous devez êtres quelqu'un d'occuper Sous-amiral, je ne voudrais pas vous faire perdre votre temps plus longtemps, moi ça ne me dérange pas de rester, pouvoir discuter avec un grand officier ce n'est pas tout les jours que ça arrive .. Haha, et puis grâce a cette petite discussion, j'ai beaucoup d'estime pour vous Sous-amiral. "




.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: En route pour la base G-1 ! [ PV : De Asturia Francesco ]   Ven 11 Mar - 11:24

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 384

Navigation
Doriki:
787/6000  (787/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Valeur et



thé





La discussion suivait son cours entre les deux hommes. Francesco était heureux de voir que les nouvelles « recrues » amenées sur Grand Line n’étaient pas naïves, enfin, au moins un ne l’était pas. Peut-être était-il encore au bas de l’échelle hiérarchique mais le sous-amiral ne doutait pas qu’il grimpe plus vite les échelons ici que sur South Blue. Les hommes étaient plus confrontés au danger ici, l’intelligence, le temps de réaction, ceux qui possédaient des talents particuliers étaient vite repérés et pouvaient accomplir de grandes choses au sein du bras armé du Gouvernement Mondial. Depuis qu’Akainu à reprit les commandes, cet attrait guerrier c’était d’autant plus exacerbé, permettant même au gradé qu’il était, même pas encore vice-amiral, de pouvoir bénéficier d’une liberté toute aussi importante que ceux-ci. Malgré le contexte chaotique, l’officier se plaisait donc à faire ce qui lui plaisait, dans les grandes lignes, évidemment. Il y a toujours un protocole à suivre. Enfin soit. Au bord de se perdre dans ses pensées, il fut rappelé à l’ordre par la façon magistralement outrageuse dont faisait preuve le caporal pour manger.

A plusieurs égards son comportement n’était pas parfait aux yeux de notre homme, mais il tenta de n’en faire rien paraitre. Après tout, ce soldat n’était pas sous ses ordres. Ou bien peut-être pas encore sous ses ordres étant donné les nombreuses similitudes qu’il partageait avec lui, il y avait des chances qu’il le recrute quand il aurait un peu monté de grade pour parfaire son escouade. Se reconcentrant adéquatement, le borgne écouta patiemment la nouvelle histoire passée d’Emeri. Il en était satisfait, il valait mieux pour tous que les marines sachent le rôle qu’ils devraient jouer sans plus d’idée utopistes en tête. Les petits gradés des mers extérieurs n’aidaient en rien, à leur glisser de pareilles bêtises au coin de l’oreille. Il respecta scrupuleusement le temps de parole du gominé, profitant juste du passage d’un marine lambda pour lui faire signe d’approcher avec sa théière. Il garda ensuite son regard sur le caporal même lorsqu’il prit une tasse qui trainait là et versa du thé. A la fin de sa petite histoire, le moustachu se permis d’ajouter quelques mots après avoir bu une gorgée de son breuvage.

« Tout à fait. C’est une désillusion nécessaire à vivre pour pouvoir faire son travail correctement. J’ai moi-même banni la pitié de mon vocabulaire. Nous avons perdu trop de temps à emprisonner pour ne pas voir venir les évasions. Un pirate mort ne récidive plus, un pirate mort témoigne de notre fermeté et de notre détermination à rendre à ce monde la paix qu’il mérite. »

Pour en revenir aux derniers mots qu’Emeri venaient de prononcer, il complimenta sa remarque et le rassura ensuite sur son emploi du temps.

« Merci mais je ne crois pourtant pas avoir fait autre chose que vous posez des questions ! Ne vous inquiétez pas pour mon emploi du temps, grâce à l’amiral Akainu j’ai pu bénéficier de privilèges égaux à ceux des vice-amiraux. J’ai donc la liberté d’aller et venir, avec des missions qui tombent aléatoirement. D’ailleurs pour une raison que j’ignore, l’amiral m’a écarté de sa future mission. Mais je m’égare, je n’ai pas le droit d’en parler à des marines en dessous de mon grade, comprenez, ce n’est pas contre vous, Caporal. Pour changer de sujet, n’avez-vous pas, vous, des questions à me poser ? Vous débarquez de South Blue non ? Le fonctionnement interne doit vous paraitre bien différent, non ? »

Il finit sa tirade en portant une nouvelle fois sa tasse à ses lèvres, buvant cette fois quelques gorgées, l’infusion se refroidissant déjà. Il prit ensuite un mouchoir en tissu qu’il gardait toujours sur lui pour enlever délicatement toute trace d’humidité sur sa moustache. Il avait repris une expression plutôt normale à présent, ni distante, ni souriante, regardant tantôt la gestuelle, tantôt le visage du marine qui lui faisait face. Sans doute ne resterait-il plus très longtemps, mais maintenant qu’il avait son thé, autant continuer cette discussion pour éviter de le boire d’une traite. Non pas que ce soldat n’était pas intéressant, mais c’est bien parce que Francesco avait toujours du mal pour palabrer longuement. Cela faisait quelques dizaines de minutes qu’il était là, dès qu’il atteindrait l’heure, il s’en irait de lui-même. Mais il n’allait pas lever le camp avant de formuler la dernière proposition qu’il avait à faire. Il attendrait cependant que le caporal aie fini de parler.



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: En route pour la base G-1 ! [ PV : De Asturia Francesco ]   Sam 12 Mar - 0:51

Endô EmeriMarine
Marine
avatar

Messages : 29

Navigation
Doriki:
360/6000  (360/6000)
Fruit du Démon: -

Les conséquences de la guerre ! Endô en route pour la base G-1
Endô Emeri & De Asturia Francesco

Endô profita d'une petite pause dans la conversation, il prit deux autres morceaux de viande et revint à sa place. Il voyait face à lui ce Sous-amiral boire son thé tranquillement, plus Endô regardait cet homme plus il y ressentait quelque chose d'imposant. Il prit les premières bouchées de son repas tout en écoutant les réponses de son interlocuteur. Une grande mission dont le Sous-amiral fut écarté, étrange ? Bah ce ne sont pas ses affaires, mais il imagine déjà le genre de missions que l'on doit donner a cette personne. Dans un bateau de guerre, remplit de soldats lançant l'assaut sur un bateau pirate, sur fond de tempête, Endô en avait des étoiles dans les yeux. C'est quand il termina sa première tranche de viande que son regard se reposa sur son voisin de table, des questions ? Endô engloutissais la viande d'un coup et tapa sur son torse pour faire passer le tout.

" Des questions de comment les choses ce passent ici ? Et bien, je viens juste de débarquer tout est encore trop frais, il va me falloir un peu de temps et de recule pour des questions, des questions pertinentes en tout cas. "

Pourtant, Endô semblait pensif et se tapotait le menton avec son doigt. En fait s'il avait quelques questions qui lui venaient en tête à ce moment mais une en particulier. Ses supérieurs l'ont prévenu qu'il ne partira pas en mission tout de suite, comme quand il est arrivé à la base de South blue pour la première fois, bien sûr dans l'immédiat ça ne le dérangeait pas car même la plus petites taches au plus bas de l'échelle servait l'intérêt de l'armée, mais au fond il en voulait plus et aller s'attaquer aux pirates, il en avait prit le gout sur South blue est l'envie est encore plus forte ici.

" Si j'ai bien deux questions, on m'a dit qu'à mon arrivé ici je ne partirais pas en missions tout de suite, mais que je devrais faire des tâches manuelles sur la base, c'est vrais ? Et enfin .. C'est un peu plus délicat et- "

Alors qu'il était au milieu de sa phrase, Endô fut couper par l'intervention de deux marines. En effet, depuis déjà quelques minutes à une table à coté du Sous-amiral et du Caporal, les esprits s'échauffaient entre deux soldats, apparemment une histoire de fille et ils terminèrent leur conversation avec l'un des deux sur la table et l'autre sur lui prêt à lui donner un coup de poing, un pitoyable spectacle qui attira l'attention de tous les gens dans la salle. Alors qu'il bougeait ils firent tomber l'assiette d'Endô et donc son dernier morceau de viande sur son uniforme. Le Caporal regarde le méfait, retire calmement la viande et l'assiette qu'il pose sur une autre table, puis comme une ombre ou seul ses yeux brille apparaît derrière les soldats et ce reçoivent un énorme coup sur la tête, Endô semblait fou furieux.

" Bande d'abrutis ! Vous vous croyez ou ?! Dans une taverne de pirate ?! Regardez autour de vous, tous ses brave soldats et officiers qui après une dur journée de travail au service de ce monde viennent se détendre, mais non .. Il faut qu'il y est des imbéciles comme vous ! Aller barrer vous ! "

Et les mots du Caporal ne tombèrent pas dans les oreilles de deux sourds. Alors que les deux soldats sortaient de la cafétéria, Endô était encore debout, tout le monde l'observait. Il reprenait son souffle, cette tâche de viande sur son uniforme, il jeta un coup d'œil dans la salle et s'assit de nouveau, tout le monde reprit ses activités et Endô pus enfin reprendre.

" Ce qui viens de se passer, n'était pas du tout pour vous impressionner .. C'est juste que le manque de bons sens et de vie en société. Bref, montre autre question était .. Et bien, est-ce que vous ne cherchez pas un autre membre dans votre troupe Sous-amiral ? Cela ne me dérange pas de faire quelques travaux avant d'aller en mer, mais .. Je bouille d'impatience ! "

Il observait cet officier, des étoiles dans les yeux, attendant une réponse avec impatience, quelle soit bonne ou mauvaise.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: En route pour la base G-1 ! [ PV : De Asturia Francesco ]   Lun 14 Mar - 20:02

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 384

Navigation
Doriki:
787/6000  (787/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Imbéciles



& nouvelle



recrue





S’il y avait bien une chose qu’il mourrait d’envie d’apprendre à son vis-à-vis, Francesco parvenait cependant à garder son calme. Et pourtant c’était difficile pour un homme aussi à cheval sur les règles et la bienséance tel que Francesco. La façon un peu trop décontractée avec laquelle ce soldat mangeait, marchait, réveillait quelque chose en lui. Lui, qui avait toujours obéit aux ordres, été respectueux envers la hiérarchie. N’avait-il pas eu à manger lors de sa traversée ? N’avait-il pas appris l’entièreté des bonnes manières dans sa caserne à South Blue ? Il ne saurait le dire. Par contre il savait bien dire exactement ce qu’il n’aimait pas. Si ce n’était que la vue, tout cela serait encore facile à éviter ! A chaque fois qu’il portait sa bouche à sa tasse il fermait ses yeux mais rien n’y faisait ! Il mastiquait bruyamment et il semblait en être fier, vu comment il réagissait à chaque fois que quelqu’un d’autre que le sous-amiral le regardait avec insistance. Après ce bref supplice, il répondait finalement à la question du gradé, préférant se taire et apprendre le plus possible avant de poser des questions.

Malgré tout, cet homme avait une façon de penser qui plaisait au borgne, observer avant d’agir, respecter ses supérieurs… Il avait déjà intégré beaucoup de choses qui, pour peu qu’on les remarque, faisaient de lui un marine avec beaucoup de potentiel. Il fallut à Emeri quelques instants de réflexion pour finalement oser poser une interrogation, à demi-mots, comme s’il en était gêné. Il semblait vouloir justifier sa question mais il n’eut pas l’occasion de la finir, se faisant interrompre par d’autres marines, juste à côté de lui. Le moustachu aussi les avait remarqué, mais leur discussion n’était pas encore passée au-dessus des cris. Au moment où il tourna la tête, son haki lui permit d’anticiper les mouvements des deux trouble-fêtes, l’un perdant l’équilibre vers le gominé et l’autre vers lui. Comment ces deux hommes avaient pu perdre l’équilibre simultanément sur un banc dans un réfectoire, pouvait-on s’interroger ? Et bien à partir du moment où l’on a deux mains gauches et qu’on en vient aux mains avec des bancs pliables qui n’étaient pas droit… On se ramassait sur le sol, comme le malpropre qu’on représentait fort bien.

L’officier reprit sa tasse au moment exact où l’autre tombait vers lui, sauvant de la destruction le petit récipient et de blessures superficielles un dos qui, pourtant, les méritait. Il observa ensuite, d’un œil plutôt amusé la façon détonante et tellement franche avec laquelle le caporal perdit son calme. Malgré que ces imbéciles soient d’un grade plus élevé que lui, il est parvenu à les faire fuir en moins de deux sous les yeux ébahis de toutes les personnes présentes dans la salle. Le silence s’imposa quelques instants avant que les plus bavards ne reprennent leurs conversations lorsque le soldat se rassis. Francesco ne put s’empêcher de rire à nouveau. Cet homme était vraiment unique ! Plus encore, il venait même de surprendre le sous-amiral ! Il venait de lui poser une question que lui-même avait en tête… L’ultime proposition dont lui-même songeait il n’a pas un instant… Le prendre sous ses ordres ! A nouveau l’intérêt pouvait se lire sur son visage, décidément ce « petit » n’en ratait pas une, voilà qu’il lisait dans son esprit à présent ! Il ne manquait pas de courage et il allait donc lui répondre franchement, comme à sa première question.

« Ha ha ha ! On peut dire que vous ne manquez pas de courage, Caporal ! Votre intervention était sans pareille, je dois bien l’admettre ! Et plus sérieusement, pour ce qu’il en est de votre question, sachez que vous m’intéressez grandement. Je ne vois donc pas d’objection à ce que nous tentions l’expérience de votre intégration dans mon unité ! Sachez cependant que les ordres qui vous ont été donnés sont corrects, je sors d’une réunion où j’ai pu les entendre en discuter. Tous ceux qui viennent d’arriver au G-1 après un voyage des mers extérieures y ont droit. Vous devrez donc tout de même vous y plier, de toute façon le temps que je règle les choses d’un point de vue administratif, il faudra bien quelques jours. »

Puis il reprit, sur un ton plus grave, fixant son unique œil sur lui.

« Mais je tiens à vous prévenir cependant. Vous n’êtes pas sans ignorer qu’ici, sur ces mers, les grades des Blues ne valent pas grand-chose, le conserver et monter en grade ne sera pas de tout repos, sachez-le. La seconde chose à laquelle vous devrez faire attention également, ce sera moi. Si vous passez officiellement sous mes ordres, je ne serais pas votre ami. Il y a et il y aura des règles à respecter. Ce que je demande à mon équipe est différent de ce à quoi on vous a habitué. Vous avez de l’énergie à revendre et de la valeur à prouver, ça tombe bien. Mais décevez-moi et vous retournerez ici en un rien de temps. Il est encore temps de refuser si vous le souhaitez. Quelle est votre réponse, caporal ? »



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: En route pour la base G-1 ! [ PV : De Asturia Francesco ]   Mer 16 Mar - 13:59

Endô EmeriMarine
Marine
avatar

Messages : 29

Navigation
Doriki:
360/6000  (360/6000)
Fruit du Démon: -

Les conséquences de la guerre ! Endô en route pour la base G-1
Endô Emeri & De Asturia Francesco

Les conversations et l'ambiance qu'il y avait depuis tout à l'heure revint dans l'établissement. l'homme derrière le comptoir avait repris le nettoyage de ses verres avec un chiffon et les officiers reprenaient leurs conversations. Endô avait une boule au ventre à attendre la réponse du Sous-amiral, mais ses premiers mots soulagèrent le Caporal, qui s'enfonça presque dans sa chaise, une grosse dose de pression, ce n'est pas une demande à la légère. Endô l'intéressait ? Le jeune homme buvait les paroles de son supérieur, relevant la tête avec fierté. Il lui expliqua que même s'il le prend sous ses ordres, Endô devra faire les tâches qu'on lui a demandées, pas de soucis ! Le jeune gradé avait dû faire ça pendant plusieurs mois après son arrivée, les corvées et tout le reste, ce n'était pas facile à l'époque mais aujourd'hui il a les épaules et la motivation de le faire, même si ce ne sont que de petites tâches, la base et tout le reste ne se ravitaille pas tout seul et il faut bien des marines pour s'en occuper.

" Pas de soucis pour les corvées, je m'y étais préparé. Même si ce n'est pas une tâche aussi héroïque que d'aller botter le cul des pirates, elles rendent service à la Marine, si je me suis engagé .. C'est pour protéger les populations et servir la Marine ... Et le Gouvernement par extension, donc si c'est mon devoir je le ferais. "

Il était on ne peut plus sérieux et son regard ne le trahissait pas. Alors qu'il avait terminé repas gâché par ses deux imbéciles, il attendit que le Sous-amiral fasse une pause, lui fit signe et partis ranger son assiette et son verre, remerciant l'homme au comptoir pour ce repas. En revenant à sa table, il voyait ce sous-amiral d'un peu plus loin, assis-la avec son thé il prit une grande bouffée d'air, cet homme pourrait êtres son supérieur direct dans quelques jours, c'est un honneur et il pourra rencontrer de nouveaux Marines grâce a ça, collègues et peut-être futur compagnons d'armes.

Il s'assoit et alors qu'il était à peine installer, le Sous-amiral reprit tout de suite ce qui surpris le caporal, il parlait de grade et des responsabilités qu'Endô aurait sous ses ordres. Il n'a pas à s'en faire, car Endô vient d'une longue tradition de Marines et lui-même était bien intégré a tout ça maintenant, il fera ce que lui demande son chef sans hésiter.

" Vous savez Sous-Caporal, j'ai grandi en partie dans ... L'ambiance, en quelque sorte de la Marine. Vous me donnez un ordre, je l'exécute, ça marche comme ça je ne vous apprends rien, je suis quelqu'un de confiance qui respecte ses supérieurs. Pour ce qui est des grades, je suis peut-être un peu naïf, mais ce qui compte pour moi c'est que le monde ou nous vivons se porte bien et qu'il ne soit pas rongé par les pourritures qui parcourent les mers et que ce soit en tant que Caporal ou Amiral en chef. " En disant ça Endô ricane, il ne pourras jamais devenir Amiral en chef " Même si effectivement, en montant en grade j'aurais plus de possibilités et ce genres de choses, mais .. Ça viendra avec le temps si je fais bien mon boulot, je m'en fais pas. "

Endô disait cela avec un grand calme, mais c'est en tournant la tête vers l'horloge qu'il fut prit de panique, son expression sur son visage le trahissait. Il était déjà tard, les deux étaient ici depuis un moment et même s'il pouvait rejoindre son dortoir quand il voulait, il avait rendez-vous dans pas longtemps avec un officier pour ses ordres.

" Pardonnez-moi Sous-amiral, il va êtres l'heure pour moi de me rendre au bâtiment principal pour recevoir mes ordres. Mais je pense que nous pouvons au moins finir de conversation. "



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: En route pour la base G-1 ! [ PV : De Asturia Francesco ]   Jeu 17 Mar - 10:09

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 384

Navigation
Doriki:
787/6000  (787/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Retour au


bercail





La rencontre des deux hommes touchait à sa fin. Après que le sous-amiral lui eut donné son accord et prévenu du délai, le caporal semblait heureux. Il avait visiblement très envie de partir sur Grand Line, ce qui était normal mais qui trahissait aussi un peu sa naïveté. Les corvées ne le dérangeaient pas ? Tant mieux, mais la vie au-delà de la base était dure, les hommes étaient comme lâchés dans une arène ou seul les plus forts pourraient survivre et imposer leurs lois. C’était encore une jeune recrue qui pourrait encore voir les 1001 façons dont l’homme se pervertissait et répandait le mal. Ce qu’il avait vécu à South Blue semblait être un bon préparatif mais il passerait certainement par d’autres désillusions au fil de son service, s’il ne mourrait pas avant. La Marine était en guerre et elle avait de nombreux ennemis, il ne fallait jamais se relâcher. L’euphorie passagère du soldat se muerai en stress et en effroi dans quelques semaines, Francesco n’en doutait pas une seconde. Lorsque le marine s’absenta, il en profita pour finir sa tasse puis il l’attendu.

Se concentrant davantage, il sentit la présence de l’homme se rapprocher de lui. Dès qu’il fut assez près, il commença son dernier laïus. Alors qu’il se voulait plutôt dur, son discours n’eut pas cet effet sur le caporal. Il lui répondit assez directement qu’il n’avait pas peur, que ça avait toujours été ce dans quoi il avait vécu. Il n’avait pas l’air de se soucier des grades, tant mieux pour lui. Le borgne avait dit cela au cas où, parce qu’en général la montée en grade était un objectif assez commun au sein de ce gigantesque organe du Gouvernement Mondial. Pour en revenir à leur conversion, elle s’acheva un peu abruptement lorsqu’Emeri observa l’horloge à son tour. Son visage se décomposa subitement, sans doute avait-il un horaire plutôt court, le retard étant la bête de noire de tout soldat sérieux. Il se retourna ensuite vers le gradé et se confondit en excuses, bien décidé à partir. Soit, ce n’était pas notre moustachu qui allait le retenir. Après tout, lui aussi faisait attendre son équipage pour l’instant et connaissant Victoria, elle devait déjà commencer à s’impatienter.

Il le rassura un instant sur ce qu’il venait de lui dire, tout en se levant de sa chaise et en la rangeant contre la table. Il joignit ses mains derrière son dos, le visage toujours impassible. Cette nouvelle recrue aurait peut-être du mal avec le sérieux de l’officier et des femmes de la Bastard mais il devrait assez bien s’entendre avec les autres hommes de l’escouade. Pourvu qu’il confirme ses espérances, ce caporal allait pouvoir être un atout supplémentaire sous ses ordres. Il avait hâte de voir comment cet habitué de South Blue allait affronter Grand Line.

« Bien. Je n’y vois pas d’inconvénients. Vous devez être fort occupé ici et nous avons, je pense, suffisamment discuté. Si vous pensez avoir les épaules suffisamment fortes et n’avez pas peur d’obéir alors je n’insisterais pas plus longtemps. Vous aurez sans doute un mot de votre supérieur actuel dans un délai raisonnable, vous pourrez ensuite me rejoindre et passer officiellement sous mes ordres. Vous trouverez notre navire dans le port, nous arborons un signe supplémentaire par rapport aux autres vaisseaux, plutôt que d’avoir une proue modifiée, nous avons un sigle : l’ouroboros. Sur ce, bonne journée, Caporal. Nous nous reverrons bientôt. »

Sans plus perdre un instant, le sous-amiral se dirigea ensuite vers la grande porte du réfectoire, donnant sur l’extérieur. Son interlocuteur ne devrait sans doute pas emprunter le même chemin, il lui suffisait de monter une volée de marches pour accéder aux étages de ce fier bâtiment principal, représentant anciennement le Quartier Général de la Marine. Francesco se mura donc dans son silence, songeant à l’histoire qu’il pourrait raconter à ses hommes à son retour. La Bastard ne s’était plus agrandie depuis sa formation, nul doute que cette nouvelle provoquerait de l’effervescence chez certains et de l’énervement pour d’autres. Quelque chose resterait cependant très clair : rien ne devrait changer de l’habitude. Le gradé s’en assurerait personnellement : Emeri devra être directement confronté au fonctionnement de base de l’unité, pour qu’il sache dans quoi il s’embarque dès le départ. Ils n’étaient pas de vulgaires pirates après tout…





HRP : Libre à toi de répondre encore une fois ou non! Moi j'ai fais mon post final, je ne vois pas ce qu'on pourrait encore se dire... Si tu ne réponds plus non plus alors envoie moi un MP pour que je le sache et que je le poste dans la liste des rps ;)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: En route pour la base G-1 ! [ PV : De Asturia Francesco ]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

En route pour la base G-1 ! [ PV : De Asturia Francesco ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Allez hop, en route pour l'aventure ! ♪
» Le 09 juin... En route pour les plaquettes...
» En route pour les havres gris ...
» En route pour la gloire (sujet fini)
» [98/99] En Route pour le Loch Ness

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: G-1-