AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Adorateurs et prédateur [PV Rex]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message
MessageSujet: Adorateurs et prédateur [PV Rex]   Ven 29 Jan - 14:14

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 356

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Adorateurs


et prédateur





Après sa rencontre avec Sabo, Francesco avait voulu prendre du temps pour réfléchir. Le révolutionnaire avait remis en cause une certaine partie de sa façon de penser. Il avait toujours cru, jusqu'ici, que cette bande d'anarchistes avait été la cause de la plus grande tragédie dans sa vie. Comment ne pas croire que cette organisation était responsable quand son neveu ria joyeusement face à lui, brandissant une arme, revendiquant le meurtre de sa famille pour le bien d'une soi-disante "révolution". Cela ne faisait encore que quelques années, 5 ans tout au plus, mais lui avait l'impression d'avoir au moins vécu une vie entière sans plus pouvoir ressentir la sensation que lui procurait le contact de sa peau avec celle de sa femme. La dernière fois qu'il avait dormi dans sa maison, seul subsistait une légère odeur de parfum qui imprégnait les draps. Il fallait qu'il compose aussi avec les jouets de son fils qui étaient toujours éparpillés partout... Il n'avait jamais eu la force de les ranger à l'époque. C'est pour cela qu'il décida de se plonger, de se noyer dans son travail, espérant combler ce manque, cette tristesse, en s'acquittant de son devoir de marine, de cet impératif qu'il avait d'appliquer la Justice.

Et il l'appliqua encore plus intensément qu'avant. Il ne voulait plus octroyer une quelconque forme de pitié aux déchets qui pullulaient sur les mers. Ces pirates, ces bandits, ces criminels.... Ces révolutionnaires ! Si eux prenaient plaisir à piller, tuer, saccager, lui appliquerait le Justice. Le pardon n'était pas au programme. Avec l'aide d'Akainu, il parvint à monter un équipage et la Bastard était née. Après les révélations du numéro deux de l'armée révolutionnaire, il lui fallu un peu de temps pour se remettre d'aplomb. Son point du vue sur le crime n'avait pas fondamentalement changé et il allait maintenant se focaliser sur la mission qu'il s'était donné initialement : laver le monde de la vermine, quelle qu'elle soit. Sa traque de révolutionnaire n'avait de toute façon rien donné, il en était donc forcé de toute façon. Après deux longues journées sans être sorti de sa cabine, le borgne se décida à prendre l'air. Sans réelle consignes d'un supérieur pour le moment, l'équipage voguait d'île en île, s'assurant que rien ne venait troubler la vie des innocents. Les mains jointes derrière le dos, droit comme un i, le marine fixait maintenant le point de terre qui se dessinait à l'horizon.

Walter remarqua en premier l'arrivée du sous-amiral, qu'il accueilli bruyamment, étant donné toute l'admiration qu'il avait pour lui et le souci qui l'avait assaillit en voyant son supérieur s'isoler. Le moustachu lui dit quelque mots et un sourire bref pour lui dire tout allait bien maintenant. Etant le responsable de son équipe, il ne voulait pas les inquiéter d'avantage. Ainsi donc il avait perdu la chaleur de sa famille mais il avait trouvé de la chaleur ailleurs, avec des hommes et des femmes qui rejoignaient son schéma de pensée. Même s'il ne voulait pas l'avouer, il commençait à s'attacher à eux, braves et compétents soldats qu'ils étaient. Il ne l'avouerait jamais cependant. La règle à la Bastard Marine était d'être sans pitié. Devoir abandonner ses subordonnés ou les blesser dans des cas extrêmes comme par exemple si l'un d'eux étaient capturé par des pirates et qu'ils l'utilisaient pour dissuader les marins d'attaquer. Il fallait être prêt à se sacrifier et à sacrifier les autres, pour le bien de la Justice, pour pouvoir l'appliquer parfaitement. C'était aussi pour cela que la même règle est appliquée aux civils; s'ils faisaient obstacles directement ou indirectement... Alors un sacrifice valait mieux qu'une île ensanglantée.

Arrivé aux abords du bout de terre, le groupuscule dû amarrer son navire à la dure. Même si l'ile était habitée, c'était Namakura, le royaume de la pauvreté. Par chance les cales étaient remplies, sinon ils auraient dû continuer leur route sans pouvoir s'arrêter. Avec leurs réserves, ils pouvaient rester quelques jours et procurer une protection bien méritée au village. A cause de l'incapacité de fournir des vivres et leur adoration pour le démon, ce village voyait rarement passer la marine. Pourtant la tribu des Longs-Bras, présente sur l'ile voisine, venait souvent profiter de leurs faiblesses et échangeait même des habitants contre de la nourriture ou simplement en kidnappaient pour leur plaisir. Quelle ne fut pas la surprise des marines lorsque ceux-ci constatèrent qu'un troupeau de moutons avait fait son apparition! Ils broutaient les quelques touffes d'herbes ça et là comme si de rien n'était... Et un berger vient les emmener dans une forêt juste à côté, pourvu seulement de quelques arbres touffus parmi le nombre importants d'arbres morts. Le chef du village les accueillit ensuite dans sa grande hutte, tout sourire. Encore surpris, la bande le fut une nouvelle fois en voyant l'étrange décoration intérieure du chef !

Constituée entièrement de sous-vêtement encadrés ou exposés comme n'importe quelle oeuvre d'art, ça avait de quoi poser question, ce que Victoria ne se priva pas de faire. Assis tout autour d'un cercle satanique, avec des verres vides et des bols vides, la Bastard écouta alors leur interlocuteur. Il raconta, non sans une certaine passion, le dernier kidnapping d'un des leurs par la tribu voisine. Apparemment, ils leur avaient racontés qu'ils étaient en possession de brebis en connexion avec le diable. Sans réfléchir plus avant, l'homme avait accepté qu'on capture cinq femmes et deux hommes, voilà pourquoi le village était en fête. Mais cette bande de naïfs n'avait pas encore mesuré au combien ils s'étaient fait avoir! S'ils voulaient invoqué un esprit pour se protéger des Longs-Bras, ce n'était certainement pas ces derniers qui allaient leur fournir l'arme pour les battre ! Et puis tout cela n'était pas sérieux! C'est alors qu'un cri strident retentit à l'extérieur, une femme déboulant ensuite dans la hutte et racontant qu'une partie des brebis sacrées avaient été tuées... Un malheur n'arrivait jamais seul pour ces pauvres gens visiblement...

« Allons voir cela, puis nous nous occuperons de ces foutus longs-bras ! »



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adorateurs et prédateur [PV Rex]   Sam 30 Jan - 17:56

Goruden Rexia
avatar

Messages : 773

Navigation
Doriki:
919/6000  (919/6000)
Fruit du Démon: Aucun


Adorateurs et prédateur

feat De Asturia Francesco


Le Sub Marine avançait paisiblement sur l'eau à son bord, la jeune louve étudiait auprès Penguin qui traçait les prochains itinéraires. Les yeux dorés de Rexia parcouraient le manuel qu'elle avait emprumpté à Silveria sur les plantes toxiques, à côté d'elle une pile de livres sur les plantes médicinales indiquait qu'elle avait passé plusieurs heures à lire tous les ouvrages qu'elle avait pu trouver. Elle bloqua sur un mot et se tourna vers Penguin.

- C'est quoi ce mot Penguin?
- Anesthésiant. Ca veut dire que ça endors ou que ça engourdit.
- Oh, je vois..
- Tu prends ta mission très au sérieux, au point de lire tous les livres qui te passent sous la main.

Elle hocha la tête toute joyeuse. En effet, Law avait du matériel médical à récupérer sur une île non loin et avait demandé à Rexia de récupérer de son côté des herbes médicinales en tout genre sur Namakura. Ils la laisseront au passage et viendrons la chercher deux jours plus tard une fois le matériel récupérer. En attendant elle devra trouver tout ce que son Alpha lui a demandé. De plus, elle a accepter de rendre service à Silveria, l'herboriste de l'équipage, en lui rapportant des plantes toxiques en plus de celles demandées par Law. Pour être certaine de ne pas se tromper, elle a potassé tous les livres ou se trouvent les plantes demandées.

- Tu est sûre que ça va aller? Les habitants de l'île voisine viennent souvent faire des kidnappings tu sais.
- Ca va aller.

Elle souria à son nakama pour le rassurer. Après tout la survie, çà la connait.

Cela fait maintenant vingt quatre heures que la louve avait débarquée sur Namakura. Elle avait fait preuve d'une discretion telle que les habitants n'ont pas remarqués sa présence. Epuisée, elle posa le sac ou étaient rangées toutes les herbes qu'on lui avait demandées. Des heures de recherche et elle avait enfin terminée. Elle retira sa capuche et respira de grande bouffées d'air. Le silence paisible de la forêt fut soudain rompu par les gargouillements de son estomac. Elle avait très faim et n'avait plus rien à se mettre sous la dent. Quelle idée de donner une ration aussi maigre à une enfant sauvage. Pas le choix! Elle allait devoir chasser.

Elle remit le sac sur ses épaules et enfonça sa capuche sur son crâne. Malheureusement la forêt était vide, aucun animal ne montrait le bout de son museau. Rexia n'en revenait pas, jamais elle n'avait vu une forêt aussi vide de vie. Elle finit par entendre des bruits de sabots au loin, elle grimpa sur un arbre et attendit.
Un troupeau de moutons s'avança juste en dessous de la branche ou elle était. L'occasion était parfaite et à ne pas manquer. Un mouton suffira largement à combler sa faim de loup. La bave aux lèvres, elle laissa son instinct prendre le dessus et se jeta sur le premier mouton à sa portée. Elle planta ses dents dans la gorge de l'animal et commença à le déchiqueter lorsqu'un cri l'interrompit. Le berger venait de rejoindre l'avant du troupeau et regardait avec horreur la jeune louve dévorer l'un de ses moutons. Pris de panique, il s'enfuit avec une partie des moutons en laissant les autres derrière eux. Pris de panique, les bêtes restantes s'enfonçèrent dans les bois tandis que Rex entraînait sa proie un peu plus loin, laissant des trainées de sang derrière elle.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adorateurs et prédateur [PV Rex]   Mar 2 Fév - 14:46

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 356

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Mouvement



de panique





Poussant la porte de la hutte, la bergère manqua de perdre l’équilibre sous le coup de l’émotion. L’un des hommes de l’équipage la rattrapa in-extremis pour que tous puissent l’entendre s’exprimer. Pour ne rien arranger, ses pleurs rendirent la communication encore plus difficile. Le gradé décida donc de se lever et d’ordonner qu’on l’emmène à l’air libre, là où elle pourra plus facilement reprendre ses esprits. S’exécutant, tout le monde sorti alors que la pauvre femme raconta ce qu’elle avait vu. Quelque chose avait attaqué son troupeau et avec la panique, elle s’en était retournée demander leur assistance, les ayant vus débarquer il n’y a pas plus que quelques minutes. Etouffée par ses sanglots et le nez irrité, elle ne parvint qu’à articuler encore deux mots : « Sauvez-les ». Tout cela ne disait rien au borgne, qui se fichait bien d’aller à la chasse alors qu’il y avait des problèmes bien plus important à régler sur l’île. Pour une fois il n’éleva pas la voix ni ne répondit pas et se contenta de soupirer en descendant son regard vers le sol. Il enfuit son visage dans l’une de ses mains pour éviter qu’on puisse y lire du dédain et il se prépara à donner ses ordres.

Ce geste plutôt mécanique sauva son image auprès de la bergère qui n’y vit que du feu et pensa que lui aussi était triste de ce qui venait de se produire. Le chef du village, lui, était dévasté. Tout aussi naïf que les gens qu’il représentait, il pensait réellement que ses brebis nouvellement acquises pourraient le sauver lui et sa population de la famine et des Longs-Bras. Le borgne comprenait maintenant un peu mieux comment ces brigands parvenaient à s’en tirer à si bon compte… N’ayant plus assez de souffle pour soupirer à nouveau, il redressa la tête, constatant d’ailleurs que pas mal d’autres personnes étaient venues s’agglutiner autour d’eux, curieux du bruit et inquiètes des pleurs et des supplications de l’une des leur. Le doyen du village ne tarda d’ailleurs pas à ajouter son grain de sel en fondant subitement en larmes alors qu’il étreignait la maigre femme. La situation empira subitement un peu plus alors que d’autres habitants prirent peur et commencèrent à paniquer. Ne sachant s'il devait s'énerver ou s'en trouver blasé, le Sous-amiral pensa tout de même qu'il allait falloir calmer le jeu. Pour se faire, il scinda la petite équipe en trois pour palier aux trois problèmes en jeu. Cette pseudo-panique (parce qu'on flippait pour rien ici) ne devait pas enfler.

Leon et Isaak se chargeraient des namakuriens, en tentant de désamorcer la tristesse ambiante, tandis que Walter et Intégra, à contre cœur, tenteraient de rattraper les moutons égarés. Victoria accompagnerait le borgne pour retrouver l’animal responsable. Les quatre Bastard se dirigèrent donc vers la forêt et se séparèrent pour avoir plus de chance de mener à bien leur mission. A peine franchissait-il quelques buissons que le Sous-Amiral entendait déjà ses deux subordonnés se disputer et faire fuir de plus belle les animaux apeurés qu’ils étaient censés capturer. Pas étonné le moins du monde, notre homme était parfaitement au courant de la relation chaotique qu’entretenaient cette sœur et ce frère. Pendant ce temps, lui et Victoria bénéficieraient d’une bonne couverture et pourraient utiliser l’effet de surprise pour mettre un terme à la vie du carnivore plus rapidement. Par hasard, le moustachu tomba le premier sur des traces de sang, se sachant proche du but, il utilisa son haki pour déceler où se trouvait sa « proie ». Identifiant une présence qui se démarquait des autres, il se dirigea vers elle à pas de loup, se logeant finalement derrière un tronc d’arbre un peu plus épais que la moyenne de cette forêt, que l'on pouvait plus approcher de la définition d'un petit bois.

Juste derrière, il pouvait sentir cette fameuse présence mais des arbustes bloquaient sa vision. Ne pouvant s’assurer que la voie était libre ou que la végétation n’était pas trop dense, il attendit quelques instants, espérant que les brebis égarées feraient suffisamment de bruits pour couvrir son entrée qu’il prévoyait fracassante… Et il n’eut pas longtemps à patienter, dès qu’un bêlement impressionnant fut poussé, il recula et fonça droit sur l’arbre, l’utilisant comme tremplin, il dégaina ses sabres et parvint grâce à la force de ses jambes à faire une cabriole invraisemblable qui lui permit d’atterrir pile devant le prédateur. Les deux armes bien en main, il s’apprêta à trouer la peau de l’animal lorsqu’il suspendit son geste. Son regard auparavant froid et déterminé à tuer ne put s’empêcher de montrer de la surprise alors qu’il se rendait compte que c’était une jeune femme et non un prédateur qui s’était assis là pour déguster crûment un mouton. Ne sachant plus comment réagir l’espace d’un instant, il eut quand même la présence d’esprit d’entourer la gorge de l’ingénue histoire qu’elle ne s’échappe pas, elle avait des réponses à lui donner.


« Plus un geste ! Qui êtes-vous ?! Et qu’est-ce que vous faites là ?! C’est vous qui avez tué ces brebis ?! »

Reprenant une expression plus habituelle et distante, notre homme examinait le visage et la dégaine de la jeune femme, à la recherche de n’importe quel signe qui pourrait le renseigner sur son identité. Au final il braqua son seul œil valide sur le visage de cette intruse. Alors qu’il pensait devoir remplir une mission de sous-fifre, consistant simplement à chasser des bêtes plutôt qu’à punir des hommes, voilà qu’il ne comprenait plus du tout ce qu’il se passait !


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adorateurs et prédateur [PV Rex]   Dim 7 Fév - 14:47

Goruden Rexia
avatar

Messages : 773

Navigation
Doriki:
919/6000  (919/6000)
Fruit du Démon: Aucun


Adorateurs et prédateur

feat De Asturia Francesco


L'estomac gargouillant, la louve entrâina sa proie dans un endroit isolé. Le pantalon de sa tenue et son débardeur étaitn à présent devenus écarlate à cause du sang,elle avait le regard vide ne rêvant que de se remplir la panse, même avec de la viande crue. Elle pensa aux repas préparés par Ban, le cuisinier de la meute et son ventre gargouilla de plus belle, ses délicieux plats lui manquaient terriblement. Et même si manger cru ne la dérangeait pas, elle s'était habituée aux choses cuites qui étaient cent fois meilleures.

Après avoir marché pendant quelques minutes, le plus loin possible du lieu de chasse, elle déposa le mouton mort entre deux buissons et se pencha vers sa proie. L'envie se lisait sur le visage de l'enfant sauvage. Elle se lécha les babines et plongea ses crocs dans le flanc de l'animal. D'un geste assuré, elle arracha la peau comme s'il ne s'était s'âgit que d'un simple film plastique et dégusta son repas.

Elle releva soudain la tête et se retourna vivement. Il lui semblait avoir entendu quelque chose. Après quelques secondes, elle haussa les épaules et retourna à son ouvrage, elle était tellement absorbée par ce qu'elle était en train de faire qu'elle n'entendit pas la personne qui pointait des sabres sur elle, sortir vivement de sa cachette et sauter au dessus d'elle. Elle regarda un instant le visage du nouveau venu. Il avait l'air étrangement surpris, en même temps, qui ne l'aurait pas été devant ce spectacle macabre. La louve se ressaisit et fit un bond en arrière. Elle se mit à grogner, si il a bien une chose qu'elle détestait, c'était être interrompue pendant son repas ou qu'on essaye de le lui voler. Wakame en avait déjà fait les frais en essayant de lui subtiliser son dessert la semaine dernière.

- Pas d'ordres à recevoir de moustachu!

Elle se redressa et bomba le torse. Fierté de loup oblige. Et se mit à sourire, mais pas un de ses sourires chaleureux qu'elle réserve aux gens qu'elle apprécie, non, c'était un sourire moqueur. Mais derrière cette arrogance, elle avait la main posée sur l'une de ses battes prête à la dégaîner en cas de mouvement brusque de la part de l'homme à la moustache.

- Présente toi! Peut être répondrais à questions.



Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adorateurs et prédateur [PV Rex]   Sam 13 Fév - 13:43

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 356

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Tête à tête




Tel est pris qui croyait prendre… Francesco n’avait jamais cessé d’être surpris par cette île. Que ça soit par sa topographie, son situation économique ou encore la crédulité sans bornes de ses habitants. Le marine n’y voyait que des pauvres bougres, victimes d’une vie bien trop cruelle et cela l’avait poussé à venir ici pour donner un coup de main. Un coin de l’île l’intéressait aussi, car c’était sur ce morceau de terre que Barbe Noire et Sabo s’étaient croisés, il n’y a pas si longtemps que ça au final. Evidemment le Sous-Amiral avait beau avoir des principes, la protection de la population n’était en général pas dans ses attributions. S’ils s’étaient fait attaqués, sans doute n’aurait-il eu aucun problème à trancher dans le vif, qu’il soit civil ou criminel, pour venir à bout de toutes les « situations problématiques » qu’il rencontrait. Depuis la mort de sa famille, il s’était voulu dur, se montrer dur mais étant donné qu’il vivait toujours des émotions intenses, sans demi-mesure, il lui prenait parfois de vouloir faire ce genre de missions. Sans doute ne resterait-il pas longtemps au chevet de cette population craintive et appauvrie, voulant lui-même assez souvent passer à l’action. C’était un homme de combat, de rage, pas d’aide humanitaire.

Vous comprendrez alors que cette alerte était une aubaine. Enfin pouvait-il dégainer ses sabres, véritables prolongement de son être, pour enfin se dépenser un peu. Et là encore, la surprise le frappa. Pensant devoir s’occuper d’un prédateur basique, ce n’était pas face à un animal qu’il se trouvait mais bien face à une jeune femme ! Couverte de sang, un morceau de chair dépassant encore de ses lèvres, l’inconnue observa d’abord le borgne avant de bouger, comme par réflexe, faisant un petit bond vers l’arrière pour se dégager des langues de fer déployées autour d’elle. D’une apparente curiosité, ses yeux changèrent d’expression, ainsi que son visage, qui montrait maintenant de la colère, les traits froncés et les dents apparentes. A la manière du loup, voilà qu’elle se mettait même à grogner, montrant brièvement ses dents. Elle commença alors à défier son vis-à-vis du regard, émettant d’abord une seule phrase. Si le moustachu c’était posé la question il avait eu mille fois le temps de s’assurer de la réponse : cette fille n’était pas normale. Ainsi tenait-elle plus de la bête que de l’homme, ignorant jusqu’à l’autorité même que représentait l’officier. Continuant sur sa lancée elle se redressa plus encore, bombant le torse comme pour s’affirmer en tant que dominante.

Le plus intriguant dans son comportement, si on assumait qu’elle était animale, fut encore qu’elle souriait ensuite. Qu’elle soit elle-même étonnée et méfiante, qu’elle veuille affirmer son statut fort, tout cela c’était le langage bestial mais qu’elle sourit comme pour se payer sa tête… Que comptait-elle faire ? Etait-elle aussi inculte qu’elle le laissait penser ? En tout cas elle devait forcément venir de quelque part… Sinon les habitants l’auraient déjà rencontrée et vu son régime alimentaire, ils en auraient parlé au gradé. Les sabres toujours bien en main, Francesco ne baissait pas sa garde. Elle aussi semblait posséder des armes. Sa main était d’ailleurs posée sur ce qui s’approchait selon lui d’une batte. C’était seulement maintenant qu’il apercevait cette arme… La situation était toujours tendue et la jeune femme articula une autre phrase, un ordre ! Quel comble ! N’affichant maintenant plus aucune émotion particulière, juste un regard froid, notre homme se décida enfin à mettre son grain de sel.

« Es-tu donc idiote ? Si tu parles notre langue tu dois aussi connaitre un peu notre monde ! Je fais partie de la Marine, tu me dois le respect et j’ai autorité ici-bas ! Ce serait plutôt à toi de te présenter si tu ne veux pas que je t’arrête immédiatement ! Qui es-tu ? Est-ce ton île natale ? Tuer des animaux appartenant à quelqu’un est un crime ! N’espère pas pouvoir m’échapper… »

Lançant une nouvelle salve de questions, le représentant de la Justice espérait bien trouver des réponses aux zones d’ombre encore présentes dans son esprit. A cause du sang, il ne parvenait pas à identifier cette pseudo-louve, tout du moins si elle était recherchée. Au-delà de ce bras de fer, des bêlements étaient toujours audibles, probablement à cause des deux autres, devant encore visiblement améliorer leur travail d’équipe. Dans tous les cas, cette petite n’avait pas intérêt à jouer à la plus maline ou à continuer de le défier, il n’aurait sans doute pas la patience nécessaire pour ça. Il n’était pas non plus exclu qu’il doive lui faire mal, si elle voulait s’échapper, il faudra l’immobiliser et vu son agilité, il valait mieux qu’elle ne puisse même pas bouger un doigt. Tout cela était bizarre, quelque chose clochait mais le sous-amiral ne savait pas quoi. Il allait l’impression que cela lui rappelait quelque chose… L’espace d’un instant il lui avait semblé qu’elle savait contre qui ou quoi elle se dressait. Avait-elle déjà eu affaire avec la Marine ? Toutes ces idées tournaient dans la tête du borgne, à la manière d’un puzzle qu’il ne parvenait pas à résoudre.




HRP : T'inquiète, je suis pas plus rapide que toi! x)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adorateurs et prédateur [PV Rex]   Mar 16 Fév - 22:27

Goruden Rexia
avatar

Messages : 773

Navigation
Doriki:
919/6000  (919/6000)
Fruit du Démon: Aucun


Adorateurs et prédateur

feat De Asturia Francesco


La marine...comment Rexia pouvait pas la connaître. Même son savoir limité encore aujourd'hui a accquis l'importance de la marine dans ce monde. L'équipage qui l'a emmené sur Grand Line a été le premier à lui en parler. Et les Hearts n'ont fait que confirmer leurs dires. Combien de fois l'ont-ils mis en garde de se méfier des uniformes blancs et bleus, même si certains sont des gens bien, d'autres sont corrompus jusqu'à la moele et ne valent pas mieux que l'image que donnent les pirates les plus cruels. Souvent, Rexia se demandais si la soif de pouvoir touchait tout le monde y compris les enfants sauvages. Il est vrai que la jeune louve souhaite gagner en puissance mais pour protéger ceux qu'elle aime mais cela pourrait-il aller plus loin? En tout cas, l'homme qui se tiens devant elle cherche à devenir le dominant. Mais cela ne marche pas, pas avec Rexia, un humain ne peut prétendre être en position de supériorité face à un loup.

- Tu n'est pas un Alpha, tu n'as pas autorité sur moi.

Tout en grardant la main sur l'une de ses battes, elle utilisa l'autre pour défaire le noeud que formaient les manches de sa combinaison avant de relever cette dernière.
Le tissu se détendit petit à petit jusqu'à laisser voir le symbole de l'équipage sur la poitrine de l'uniforme. Elle se remit à sourire et baissa son chapeau d'où trônaient deux oreilles de loup cousues.

- Ca répondre à question?

Elle fit redescendre la combinaison jusqu'à sa taille et la ratacha ensuite. Elle essuya une trace de sang sur son menton avant d'enchainer.

- Ils seraient morts toute façon. Trops maigres, mauvaise alimentation, sang top épais. Je donnerais une semaine au reste troupeau à ce rythme.

Elle avait écouté attentivement ce que Penguin lui avait raconté au sujet de cette île et il n'avait pas menti. La pauvreté est loin d'être un sujet tabou et ils donnent n'importe quoi à manger à leurs moutons si bien que l'un d'entre eux n'a pas tenu cinq minutes en face de la louve alors que le gibier n'était même pas fatigué. Et vu la vitesse du reste du troupeau, elle aurait tué tous les moutons en même pas vingt minutes.

- Faim, alors je mange. Etre délit de vouloir survivre?!

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adorateurs et prédateur [PV Rex]   Ven 19 Fév - 14:32

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 356

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Attitude


révoltante





La situation semblait irréelle. L'homme endurcit qu'était Francesco avait pourtant bien vécu de nombreux moments où il avait perdu ses repères, pourtant c'était bien la première fois qu'il devait faire face à une telle chose. Une enfant-louve? Il ne connaissait qu'un seul enfant-loup, mais il appartenait au domaine des contes, pas à celui des hommes! Comment une telle chose était-elle possible? Avait-elle vraiment été élevée par les loups? Pourtant elle semblait saisir la situation. Après son étonnement vint son incroyable orgueil, le défiant du regard avec un sourire moqueur... Qui diable était-elle?! Le sous-amiral refusait de croire à ce manège! Après avoir posé ses questions, il attendit une réponse mais force fut de constater qu'il attendit pour rien, là encore comme si l'un et l'autre ne parlaient pas le même langage. Une chose était sûre, ils ne se comprenaient pas. Ses sabres toujours bien en main, le borgne restait sur ses gardes, après tout, elle aussi semblait prête à en découdre. Une main posée sur sa batte, au moindre mouvement suspect, le moustachu ne serait pas clément. Petit-à-petit, sa frustration et son énervement montait. D'habitude il était compris et personne ne l'avait jamais ignoré, cette petite louve allait s'en mordre les doigts si elle continuerait à faire sa forte tête !

Au moment ou le bras de cette fille tenta d'aller chercher quelque chose autour de sa taille, l'officier hésita un instant à lancer l'un de ses sabres pour stopper son mouvement mais il n'en fit rien lorsqu'il l'entendit parler. Se demandant bien ce qu'elle comptait faire, une montée de stress fit irruption en lui quand il comprit qu'elle avait l'intention de dénouer quelque chose. Etant donné que ce nœud était à l'endroit où se trouverait une ceinture en temps normal, il se demanda si elle comptait jouer de ses charmes, comme s'il allait être aussi facilement corruptible... Et puis tout cela devenait de plus en plus étrange! Il ne comprit que lorsqu'elle tira le tissu vers le haut. Ce n'était pas une ceinture, c'était une combinaison! Et pas ni'importe laquelle! Un symbole pirate était clairement visible, étant donné que c'était replié et noué, cette partie du vêtement était immaculée. Le symbole de l'équipage des Hearts... Du chirurgien de la mort, Trafalgar Law... Le sang du gradé ne fit qu'un tour... Elle faisait partie de l'équipage de ce Shichibukai?! Un flot d'insultes se déversa dans son esprit. Il ne savait dire ô combien il détestait tout ce système pourri de pirates privilégiés par la Marine... En un instant, l'option "violence" qu'il adorait utiliser face à cette vermine, n'était plus possible.

« Non... Non! Impossible! »

Et pourtant. Il était peu probable qu'elle avait volé cette combinaison immonde juste pour esquiver tout affrontement avec la marine. Il fallait se rendre à l'évidence... Les mains du marine avaient baissés les armes mais, néanmoins, les enserreraient de plus en plus sous l'effet de la colère. Les bras le long du corps, Francesco ne put cependant pas rester calme après la nouvelle prise de parole de la pirate. Alors qu'elle remettait sa casquette et qu'elle se nettoyait un peu, voilà qu'elle osait justifier son geste. Si elle n'avait pas bénéficié d'une protection gouvernementale, l'une des épées du borgne aurait directement été se loger dans son crâne. Pour la peine, il se contenta d'en lancer une aux pieds de la fille. Propulsé avec l'union de sa force physique et du haki, le morceau de métal s'enfonça aisément dans le sol malgré son aridité avancée. Comment osait-elle parler si négligemment de tout ça... Voilà bien la "mentalité pirate" dans toute sa splendeur et son égoïsme ! Le marine regrettait vraiment de ne pas avoir agis plus tôt. Au moins, il aurait pu plaider l'ignorance en tout état de cause et il s'en serrait sorti sans trop de mal mais il était trop honnête, trop fidèle à ses idéaux de justice pour pouvoir sciemment mentir devant ses supérieurs. Trop tard...

« Comment oses-tu parler de ça comme si ce n'était rien?! Ces bêtes appartenaient aux gens de ce pays! Ne vois-tu pas comme tout ici n'est que pauvreté, détresse et famine?! Rien ne pousse et les animaux meurent d'autant plus vite! Tu leur enlèves leur moyen de subsistance, d'espoir et c'est là tout ce que tu trouves à dire?! Mais cela n'a aucune importance ! Tu es bien comme tous les pirates... Ignorante et égoïste... Si tu tiens tant à survivre, pourquoi ne pas avoir acheté une brebis à la bergère en premier lieu, hein? Voilà quel est ton délit. »

« Et puis... Pourquoi es-tu venue ici? Ou est ton équipage? N'as-tu pas d'autres régions plus riches à piller pour assurer ta petite survie? Estime-toi heureuse d'être protégée par cette emblème... Sans elle tu serais déjà morte ! »


De qui se moquait-elle? Pour une personne sensible, les boyaux et le sang répandu sur les lieux auraient pu être suffisant pour faire chavirer n'importe quel estomac. Pour Francesco c'était ces paroles qui lui faisaient envie de vomir. Son visage s'était fermé depuis sa tirade. Son regard, devenu glacial, scrutait la louve et il serrait les dents alors que ses traits se froncèrent. Après un mystère, un autre apparaissait; maintenant qu'il connaissait son identité, il lui restait à savoir ce qu'elle fichait là. Pour diable l'un des membre de l'équipage d'un Shichibukai était là, qu'avait-il à accomplir ici, au milieu de se pays déjà écartelé par tant de problèmes? En tout cas après son petit tour de force, il espérait que cette pseudo-louve serait plus coopérante. Pour le sous-amiral, le statut spécial de corsaire ne protégeait pas de tout et ses mains le démangeaient... Il n'allait pas rester sagement là la regarder bêtement finir son odieux repas.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adorateurs et prédateur [PV Rex]   Lun 22 Fév - 9:19

Goruden Rexia
avatar

Messages : 773

Navigation
Doriki:
919/6000  (919/6000)
Fruit du Démon: Aucun


Adorateurs et prédateur

feat De Asturia Francesco


Décidément ce moustachu est très persistant, il était d'autant plus surpris de voir une enfant sauvage chez les Hearts. Il est vrai qu'elle avait poussé le bouchon un peu loin en volant ce gibier mais qui ne l'aurait pas fait lorsqu'il était affamé. Elle ne savait riend e cet officier mais il ne sait pas ce que c'est que de vivre aux crochets de la nature en espérant qu'elle soit clémente chaque jour pour pouvoir manger ne serais-ce qu'un tout petit peu. Lorsqu'il lança son sabre, elle fit un bond pour se réfugier sur une branche d'arbre à proximité. Elle grogna mais analysa l'officier. Elle s'assit sur la branche tout en gardant le torse bombé. Pas question de monter le moindre signe de faiblesse devant un humain qui n'est pas Law.

- Pff, bien typique humain, s'approprier être vivant et mangez sans rembourser dette de chair à nature, même charognards plus respectueux. Dans ce cas qu'elle prenne mouton pour paiement, pour futur service que je rendrais. Si tu dis que dette j'ai envers bergère, dette j'honnorerais. Louve pirate qu'une parole n'a.
Je comprends que fasse ton travail. Mais humain comme toi ne peux comprendre animal et cycle de vie. Je connais gouvernement et sais qu'il croit être au dessus de cycle. Tout comme le gros aux tartes cerises.


Son regard s'emplit de dégout, elle n'avait pas oubliée ce que Barbe Noire avait fait subir à Shachi, et si Law ne l'avait pas empêchée elle aurait été la suivante sur sa liste. Elle se savait impuissante contre ce genre de personnes et cela la répugnait plus qu'autre chose. Mais le fait de savoir que certains pirates ne sont pas mieux que le gouvernement était encore pire pour elle. La nature de certains humains est répugnante...

- J'ai question à te poser moustachu. Qu'en est-il de moutons? Bergère nourrit mal, ne les tonds pas, bêtes malheureuses. Est-ce crime pour toi? Ou seuls humains t'intéressent? Quand humains chassent pour plaisir et non pour manger être crime pour toi? Et si humains comme toi sont justice, pourquoi ne pas aider bergère et habitants massacrés par île voisine? Je sais ce qu'ils font, c'est cruel, mais c'est plus cruel que de laisser se débrouiller habitants.

Elle regarda dans le seul oeil valide de son interlocuteur. Elle se demandait comme il allait réagir à sa question, serait-il surpris de savoir qu'elle connait bien la situation de cette île? Même si elle n'avait pas eue l'occasion de voir al tribu des longs-bras durant son séjour, Penguin n'avait pas ommis de lui préciser la barbarie de ce peuple envers cette île. C'est alors qu'une idée lui vint. Elle n'aura qu'à attendre la prochaine attaque qui selon les estimations faites avec son nakama, se fera certainement avant le retour du Sub Marine. Elle n'aura qu'à faire assez peur aux longs-bras pour qu'ils cessent de martyriser l'île une bonne fois pour toutes et elle avait déjà une petite idée sur la manière de s'y prendre.

- Je paye dette en protégeant île de prochaine attaque!

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adorateurs et prédateur [PV Rex]   Mer 24 Fév - 9:49

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 356

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


De surprise


en surprise





Pour l’instant, la situation n’évoluait pas d’iota. Tout ce que la menace de Francesco avait produit était un pseudo repli de la femme-louve. Pourquoi « pseudo » ? Parce qu’elle ne montrait toujours pas la moindre peur. Comme l’animal, elle bombait encore le torse, comme si cela avait quoi que ce soit d’effrayant pour le marine. Même là-haut sur sa branche, elle ne pouvait masquer ô combien sa silhouette était frêle. Le borgne n’avait pas besoin d’utiliser de détours si tape-à-l’œil pour insuffler la peur aux autres. Bomber le torse ne sert à rien lorsque l’on n’a rien à montrer. Elle semblait frêle, ses bras étaient fins, ses traits l’étaient aussi. Difficile que son buste montre une quelconque différence. Par contre, la réaction de repli qu’elle avait eu été bien réelle, même si son visage n’en montrait rien. Pour reprendre un peu le dessus, elle utilisa alors la seule défense commune avec le marine : l’usage de la parole. Il fallait au moins lui reconnaitre sa maitrise de la langue. Si son origine s’avérait vraie, elle avait dû passer beaucoup de temps pour pouvoir parler de façon si assurée. Mais… Cela ne voulait pas dire que l’officier n’avait rien à y ajouter.

« C’est amusant, un pirate qui « comprends » que je fasse mon travail. Et tu honores tes dettes aussi ? Magnifique ! Pour un peu, je croirai que tu te fiches de moi ! Peut-être est-ce ton milieu différent des hommes, ça ne m’empêchera pas de te tenir à l’œil, histoire de voir comment tu t’acquitteras de ta fameuse dette. Par contre je ne crois pas avoir bien saisis ce dont tu parles… Tu sembles connaitre Barbe Noire ? Et que vient faire le cycle de vie la dedans ? Cette île n’en a plus, c’est bien pour ça que ces moutons ne vivront pas longtemps. On a déjà proposé aux habitants de l’île de migrer vers une autre, plus fertile, mais ils sont trop accrochés à ce bout de terre depuis des générations pour s’y résoudre. »

Tout à coup, cette étrangère l’intéressait. Il ne savait pas exactement ce qu’elle voulait dire en parlant de dette de chaire à la nature ni de cycle de vie. Bien sûr il en avait sa petite idée mais il était tout à fait possible qu’elle possède un autre point de vue sur la question, de par ses origines. De plus, elle semblait connaitre Barbe Noire… Avec un peu de chances et de coopération, peut-être que l’exaspération qu’il avait ressenti se muerait en intérêt réel. Malgré tout, il restait méfiant. Elle restait une pirate. Ce n’est que lorsqu’elle remboursera cette fameuse dette du mouton qu’il la prendra un peu plus au sérieux. Rien ne l’obligeait non plus à parler d’autres pirates. Ces êtres, en plus d’êtres répugnants, avait un sens de l’honneur bien mal placé… Au même moment, il la voyait montrer une expression de dégout alors qu’elle semblait (elle aussi) errer dans ses pensées. Etrange… Réagissait-elle à ce qu’il venait de dire ou bien pensait-elle à autre chose ? Pour passer le temps, il alla rechercher son sabre, toujours bien planté devant l’arbre. Maintenant qu’ils avaient commencés à parler, il semblait peu probable d’en venir aux mains. Et puis, ils avaient tous les deux les mains liées, une attaque directe envers l’autre aurait des conséquences négatives.

Alors qu’il se dirigea vers son arme et qu’il s’apprêtait à l’extraire du sol, il entendit la pirate lui poser des questions. Il prit d’abord le temps d’enlever sa lame du sol puis il sorti un mouchoir en tissu de sa poche, histoire qu’elle finisse sa tirade. Pendant qu’il nettoyait sa lame de façon méthodique, il lui répondit le moment venu. Ainsi voulait-elle le titiller sur ses conceptions de la Justice. Elle n’était ni la première, ni la dernière à le faire. Ces derniers temps, tout le monde lui posait des questions sur sa façon toute personnelle de rendre la Justice, que ce soit des pirates, des révolutionnaires et même des marines ! Tout cela n’avait plus rien d’original, devrait-il le faire à chaque fois qu’il rencontrait quelqu’un ? Peut-être devrait-il recruter une secrétaire qui le suivrait partout pour pouvoir enfin économiser sa voix pour des choses plus importantes. Il savait déjà que parler Justice avec un pirate ne changerait strictement rien. Deux camps si opposés n’allaient pas s’entendre d’un seul coup, comme par magie, sur un sujet aussi important que la Justice… Pour faire bonne figure, il prit tout de même la peine de lui répondre, même si ce fut sur un ton plutôt las et sec.

« Une pirate qui se préoccupe de civils… On aura tout vu ! Penses-tu vraiment qu’on ne se soucie pas des gens de cette île ? Comme je l’ai dit, la marine leur avait déjà proposé de migrer ailleurs. De temps en temps nous leur livrons des vivres mais on sait pertinemment que cette île ne leur apporte et ne leur apportera que du malheur. A cause de la famine constante, ils sont devenus faibles, naïfs et ne sont plus capable de gérer le peu de ressources qu’ils possèdent. Ces moutons ne viennent pas de nous d’ailleurs. Les habitants se sont fait avoir par les Longs-Bras, qui ont exploités leur croyance satanique en leur faisant croire qu’avec ces moutons et en échange de quelques habitants, ils pourraient invoquer un démon capable de les défendre. »

Il reprit promptement son souffle et continua.

« Alors oui, leur détresse m’intéresse bien plus que celle de quelques animaux qui, de toute façon, étaient destinés à mourir pour être mangés. Je comptais justement rester ici pour contrer la prochaine attaque ou stratégie des Longs-Bras mais je ne sais pas si cela servira à quelque chose. Le temps passant, ils reviendront et il m’est impossible de tuer tous ces gens, c’est évidemment moi qui passerait pour le « méchant »… Quel comble. »

Finissant sa longue tirade en soupirant, il ne releva même pas le fait qu’elle était bien informée sur l’île. Cela lui importait peu ! Les pirates ne valaient pas grand-chose à ses yeux, ou plutôt, son œil. Au final, qu’elle connaisse la situation et qu’elle ne fasse rien la rendait encore plus coupable qu’autre chose. Il n’avait pas pensé à le lui dire de vive voix mais il n’y manquerait pas si elle se contentait de tourner les talons vers son équipage une fois sa petite visite de l’ile faite. Pourtant, il lui semblait qu’il avait été bien bavard avec cette fille… Il fallait qu’il se reprenne, elle n’avait nullement besoin de savoir tout ça, si ça tombe elle utilisera ce qu’elle vient d’entendre pour en parler dans le milieu criminel ! Au final, Francesco commençait à imaginer le pire dans sa tête alors même que la personne en face posait des questions sans arrières pensées négatives, mais comment pouvait-il le savoir, étant l’homme si dur et fidèle à sa cause qu’il était. Malgré avoir raconté beaucoup de détails, il restait méfiant et dévisageait maintenant la membre des Hearts en se demandant ce qu’elle allait faire. Il pensait avoir tout entendu venant d’elle, mais il ne s’attendait pas à la suite ! Ne pouvant cacher sa surprise, il arqua un sourcil, entre-ouvrant légèrement sa mâchoire sans pour autant désolidariser ses lèvres.

« Ha oui ?! Hahaha ! C’est la meilleure ! Et comment comptes-tu t'y prendre ? »

Encore dubitatif, il souriait ironiquement à la louve, ne pouvant concevoir que des pirates jouent les bons samaritains sans avoir quelque chose derrière la tête. Tout cela était décidément bien trop étrange pour lui… Dommage qu’elle soit protégée par cette foutue emblème, cela aurait été tellement plus simple de la tuer puis de s’occuper de l’ile sans ne plus être dérangé ! Suspendu dans son mouvement de va-et-vient pour nettoyer son arme, ce n’est que maintenant qu’il se rendit compte qu’il n’avait plus rien à frotter, sauf s’il voulait commencer à aiguiser la lame. Il remit son mouchoir dans sa poche et rangea son épée, attendant une explication convaincante de l’enfant-louve.




HRP : Je n'ai pas beaucoup fait avancer le RP. Je me suis rendu compte qu'au final j'ai passé beaucoup de temps à répondre à tes propres paroles et je me suis dit que il valait mieux que je m'arrête là sous peine de commencer à faire un RP à rallonge... J'espère que ça t'ira, au pire je peux modifier et ajouter encore à mon rp ;)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adorateurs et prédateur [PV Rex]   Mar 8 Mar - 18:22

Goruden Rexia
avatar

Messages : 773

Navigation
Doriki:
919/6000  (919/6000)
Fruit du Démon: Aucun


Adorateurs et prédateur

feat De Asturia Francesco


La louve se mit à sourire, un sourire indescriptible. C'est bien la première fois qu'elle se mettra en quatre pour des humains qui ne la connaissent pas. Et autant qu'elle le sache, ils ne la connaitront jamais. Ca ne sera pas facile mais elle devra faire en sorte qu'on la prenne pour quelqu'un d'autre, un démon plus précisément.
L'esprit des humains est si facilement maléable pour celui qui sait bien s'y prendre et faire en sorte que les Longs-Bras soient tellement terrorisés quils ne remettrons plus les pieds sur cette île sera à la fois un jeu d'enfant et une partie de plaisir. Cela leur donnera une leçon qu'ils ne seront pas prêts d'oublier.

Dans un geste volatile et presque naturel, Rexia sauta de la branche où elle s'était perchée pour atterir à quelques mètres de son interlocuteur. Elle plongea ses yeux dorés dans le seul oeil valide du soldat mettant ainsi un pied d'égalité entre eux.

- Comment m'y prendre? Voyons, vous humains êtes dupes et aveugles. Facile d'optimiser ou détruire un peuple avec croyances idiotes. Si tu veux surveiller, libre à toi moustachu mais pas dans mes pattes.

Elle se pencha pour ramasser ce qu'il restait du mouton. Le trâinant par les pattes arrière, elle l'emmena jusqu'à la lisière de la forêt non loin du village où elle pourra observer le village et la prochaine attaque. Elle déposa son sac à dos entre les racines d'un vieil arbre qui penchait dangereusement vers un déracinage et découpa la chair du vieil animal.
La louve sortit du fil et une aiguille et cousu à la va-vite, une tenue faite avec la peau retournée de la bête. L'aspect de la tenue était grotesque et morbide et il ne suffira que de peu de chose pour rendre le tableau glauque à souhait quand la tribu de l'autre île pointera le bout de son nez. Même les habitants de l'île seront tellement enthousiasmés par l'arrivée de ce démon protecteur qu'ils s'en sentiront pousser des ailes.

Le temps passait et la lumière du jour fit place à un crépuscule rouge orangé. La louve était toujours tapie dans un coin des buissons, jouant avec les os de sa proie, attendant le moindre signe d'attaque pendant qu'elle observait le reste des moutons pousser des cris d'agonie presque suppliant qu'on les achèves. Voir toute cette viande appeler pour qu'on les mange était presque de la torture pour la jeune fille mais elle ne tenait pas à ce que le moustachu ramène encore sa fraise pour lui faire la leçon, elle s'est déjà mis une dette à dos inutile de s'en mettre plusieurs avant le retours du Sub Marine.




Il n'y a aucun soucis t'en fais pas, désolée d'avoir mis le temps pour répondre. J'ai tente une petite avance tu me dirais si on continue dans cette voie ;)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adorateurs et prédateur [PV Rex]   Ven 11 Mar - 9:30

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 356

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Opération


démoniaque





Pour toute réponse à ses questions, à sa parole qu’il voulait toujours incisive en face de ces gens qu’il détestait tant, le représentant de la Justice n’eut qu’un sourire. Un seul et unique sourire qui résumait parfaitement ce pourquoi il se battrait toute sa vie. Avait-elle comprit les questions qu’il lui avait posé ? Ne voulait-elle juste pas répondre ? Cela importait peu. De son point de vue, cette expression du visage, apposée sur la face d’une pirate, ne montrait que du dédain, un sentiment de supériorité qui parvenait même à se faire sentir sans qu’elle ne dise ou ne bouge un muscle. Sous l’effet de la colère, ses poings se resserrèrent. Elle avait beau été élevée par des loups, la suite de son apprentissage passait par la piraterie, elle en avait déjà acquis tout ce que lui, détestait. Gardant son œil froidement sur elle, il ne lui répondit rien, sa mâchoire exerçant trop de pression pour pouvoir, ne serait-ce qu’ouvrir la bouche. Il se retenait pour n’esquisser aucun mouvement, parce qu’il savait qu’à l’instant où il aurait envie de bouger ce serait pour faire une bourde qu’il regretterait ensuite. Non pas qu’il regrette de laisser libre cours à ses envies de meurtres toutes justifiées, non…

Mais porter atteinte à un système qu’Akainu valorisait encore, ce « fameux » système des shichibukais, allait lui valoir, au mieux d’être écarté quelques temps, au pire d’être déchu de ses privilèges. S’il y a bien une chose à laquelle il tenait c’était bien ça, sa liberté d’action, représentée par son unité ! C’était son moteur, ce qui l’empêchait de devenir fou après avoir subi des pertes aussi importantes. Pendant ce temps, il suivait toujours du regard la source de ses problèmes actuels. Toujours aussi souriante, voilà maintenant qu’elle descendait de sa branche, atterrissant à quelques mètres de lui. Comme il serait facile de l’avoir par surprise. Il avait toujours son épée dégainée, il ne mettrait pas plus d’une seconde pour l’attendre… Malgré sa très grande envie, il ne bougea que pour rester parfaitement face à elle, soutenant maintenant son regard, avec le détachement de circonstance. Ce qu’elle dit ensuite confirma ses certitudes. Les pirates étaient vraiment les pires. Bien sûr pourquoi ne pas profiter de leurs faiblesses ? Insultant croyances et nature humaine, voilà qu’elle concoctait un plan devant lui, ordonnant presque au marine de ne pas rester sur son chemin.

« Tu n’as aucun ordre à me donner ! Dans ce monde c’est moi ton prédateur, sache-le ! Et puis j’aurais dû me douter que tu agirais ainsi ! Après tout, les pirates exploiteront toujours les faiblesses des autres… »

Mais à partir du moment où elle se pencha et ramassa ce reste de mouton, dont le seul but était maintenant d’ensanglanter le sol le plus possible, il ne put que la suivre. Elle n’avait pas encore expliqué clairement ce qu’elle voulait faire et puis cette histoire de corsaire le perdait un peu. Il ne savait plus si on le croirait lui ou cette fille s’il venait à agir impulsivement ! D’habitude sa position était celle à laquelle on se fiait, on écoute et fait confiance au policier mais pas au criminel mais, si le criminel était couvert, qui croirait-on ? Pouvait-elle raconter n’importe quoi et s’en sortir tout en enfonçant le sous-amiral ? Peut-être réfléchissait-il trop mais il préféra essayer de se calmer un peu avant de faire quoi que ce soit. Tout cela pouvait se retourner contre lui et il n’en avait pas envie.

Il resta donc à quelques mètres d’elle, se calquant sur son rythme de marque pour toujours garder la même distance. Voilà qu’elle trainait négligemment ce mouton et ce jusqu’à la lisière décharnée du petit bois. Qu’avait-elle donc en tête ? Le village était en vue, sans doute voulait-elle pouvoir l’observer et agir au moment précis de la prochaine attaque. Elle posa ensuite son sac à dos, d’où elle sorti des fils et une aiguilles puis commença à enlever méthodiquement toute la chair qui pouvait encore subsister. Que comptait-elle faire ? Son mutisme rendait malade l’officier. Il commençait à nouveau à s’énerver mais son travail de couture fut très vite achevé. L’aspect de cette peau n’était pas très ragoutant. Il savait que ces moutons n’étaient pas en forme mais il en avait la confirmation. Le déclic. C’est là qu’il comprit. Une peau à faire peur, cousue comme un vêtement… Il avait beau ne pas l’aimer, essayer de faire peur aux Longs-Bras était peut-être une idée très intéressante pour ne pas les faire revenir ! Surtout quand cette peur venait d’êtres surnaturels dont on ne savait quand ils pouvaient apparaitre ! Il dû se rendre à l’évidence…

« J’ai compris maintenant… Oui, ça pourrait peut-être être efficace contre eux. La peur d’un monstre inconnu aura sans doute plus d’effets que celle de la Marine qu’ils savaient peu présente. Soit ! Si tu ne veux pas qu’on te dérange, j’y concèderais pour cette fois mais sache que moi et mon équipe te surveillerons pour s’assurer que tout se passe dans les règles de l’art. »

Sur ses mots, il décrocha un petit den-den mushi qu’il gardait pour pouvoir joindre ses équipiers sur de petites distances. Il composa un numéro et demanda à Intégra, de là où elle se trouvait, de la mettre en joue avec son fusil, pour éviter tout problèmes pendant le court moment où Francesco rejoindrait le groupe. Meilleure tireuse de son équipe, elle excellait dans le maniement du fusil. Le gradé préférait toujours prendre trop de précautions avec les pirates que trop peu, s’en méfiant toujours. Ainsi, le reste de la journée s’écoula assez paisiblement. Il rejoignit la hutte du chef du village, où tous l’attendait et où il dû expliquer son plan. Sous l’œil étonné de Victoria, il dû même s’en justifier deux fois tellement elle n’aurait jamais cru ça de lui. Pour le reste, ils se dispersèrent un peu partout autour du village, attendant le prochain assaut. Cela ne valait même pas la peine de camoufler leur navire, trop peu de feuillage était présent sur l’ile pour ça. Une fois le ciel rougi par le crépuscule, un navire se profila à l’horizon. L’opération allait pouvoir commencer !

Les habitants n’ayant pas été mis au parfum, pour ne pas attirer la méfiance des envahisseurs, commencèrent à paniquer quand le premier descendit de l’embarcation. C’était au tour de la pirate de jouer maintenant. En espérant qu’elle fasse plus peur aux Longs-Bras qu’aux habitants ! Mais c’était sans compter le chef du village qui, soudainement, apparu avec un masque démoniaque sur le visage tout en étant complètement nu à l’exception d’un pagne, leur lançant qu’il était lui-même un démon… Aïe. Tout cela n’allait sans doute pas se passer comme prévu ! La louve allait certainement provoquer le même effet sauf si elle joue d’inventivité !





HRP : Parfait ! Bon et puisque je te laisse la main, étant donné la situation, j'ai quand même voulu t'ennuyer un peu en te rendant la tâche plus compliquée! J'espère que t'aimeras! x) Sinon ben, dis moi et je modifie ~~
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adorateurs et prédateur [PV Rex]   Sam 2 Avr - 11:00

Goruden Rexia
avatar

Messages : 773

Navigation
Doriki:
919/6000  (919/6000)
Fruit du Démon: Aucun


Adorateurs et prédateur

feat De Asturia Francesco


Une fois sa couture terminée, elle admira le travail et hocha la tête de satisfaction, cela lui rappelait un conte qu'elle avait lu récemment où un loup se déguisait en brebis pour s'introduire dans la maison d'un cochon. De ce point de vue, le loup se déguise en quelque chose de plus cauchemardesque que lui même. Avec le bon cri et la bonne intonation de voix, elle n'aura aucun mal à les rendre aussi innofensifs que des nouveaux nés. Elle se tourna ensuite vers l'officier et se mit à sourire.

- Oui, l'inconnu est plus effrayant. Et ca donnera confiance a village avec protection divine. En fait...t'es sympa moustachu.

Elle restait tout de même sur ses gardes et sans pour autant le quitter des yeux, apporta quelques retouches sur son habit tandis que l'officier rejoignait le village vers la cabane du chef de ce dernier puis s'ensuivit l'après midi la plus longue qu'elle ait eue à vivre. Les villageois étaient loin d'être intéressants à regarder tout ce qu'ils savaient faire c'est se tenir devant l'autel dédier à l'entité dont la louve jouera le rôle et à calmer leurs enfants qui se plaignent de la faim. Être humain n'a pas l'air facile surtout dans ce monde cruel où la loi du plus fort est maitresse sur tous les terrains. Tout ce que la jeune louve a pu apprendre sur leur culture lui parait ridicule. La vie de pirate est beaucoup plus simple on n'obéit à personne sauf à son capitaine, on est libre, et on peut être qui on veut. Que ce soit humain ou loup. Sa conception de la piraterie est pourtant tellement différente de celle de Teach où de l'officier moustachu. Pour eux il n'y a que violence et abus de pouvoir à tel point que l'équilibre du monde en est disproportioné. En y réfléchissant bien, le village qui se trouve sous ses yeux respecte plus l'équilibre que toutes les autres îles qu'elle a pu visiter. Si ils savaient s'y prendre avec les animaux et la terre ils pourraient la rendre prospère.
Rexia fut sortie de ses pensées par un cri perçant. Elle regarda vers la côte pour y voir un membre de la fameuse tribu ennemie descendre d'une barque assez grande pour y transporter une vingtaine de personnes. Les habitants se mirent à genoux immédiatement, la louve allait entrer en scène lorsqu'un homme sorti de la hutte du chef habillé d'un pagne, le visage couvert d'un masque rouge représentant un démon en colère.

- C'est pas vrai!

Elle réfléchit et chercha dans son sac un moyen de tourner la situation à son avantage elle en sorti un fumigène que Bepo lui avait donné en cas d'urgence mais cela ne suffirait pas à effrayer les envahisseurs, elle ouvrit la capsule pour y insérer une plante rouge qui selon silveria avait de très bonnes cappacités colorantes. Elle pria pour que cela fonctionne.
Rex cacha son sac dans un trou sous un arbre et se déplaca derrière la hute du chef et lanca la capsule devant ce dernier, la petite boule se brisa sous le choc et la fumée envahit les villageois ainsi que les envahisseurs. Elle monta sur le toit et poussa un hurlement déchirant.

- Chef appelé protecteur avec masque du démon rouge. Démon protéger ses maîtres.

Elle lança un regard perçant au long bras qui semblait le plus costaud et le gratifia d'un sourire malsain.

- Longs bras attaquer mes fidèles. Très facheux, pour exemple je vais vaincre guerrier plus puissant.

Elle sauta du toit avec une agilité qui arracha un cri à l'exemple concerné elle atterit sur ce dernier et attrapa sa tête avant de la frapper violemment sur le sol l'enfonçant de quelques centimètres dans la terre.

- Rūtsu



Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adorateurs et prédateur [PV Rex]   Lun 4 Avr - 18:40

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 356

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Evil or not



evil





Alors qu’il tournait déjà les talons pour abandonner là cette enfant-louve, il eut tout le loisir d’entendre les derniers mots qu’elle lui offrit dans cette forêt dépourvu de toute vie. Lui, sympathique ? Quel comble ! Si cette fille lui était inconnue il aurait pu interpréter ça comme de la provocation mais, de ce qu’il avait cru comprendre, elle semblait bien trop naïve sur ce monde pour pouvoir formuler une phrase en y ajoutant un second sens, caché entre les syllabes de ses mots. Francesco ne fit rien transparaitre dans sa marche militaire, très cadencée pourtant son visage se fermait une fois de plus. Si telle était sa vision des choses alors il ferait tout pour qu’elle le voie comme le plus détestable des marines. Si des criminels l’avaient en estime, le borgne se pendrait lui-même ! Les deux camps ne pouvaient se permettre aucune sympathie, pas le moindre sourire sinon comment pourrait-il faire son métier ? Non… Aucun fauteur de trouble ne devait le trouver sympathique sinon il allait rater ce pourquoi il s’était battu toute sa vie !

Enfin, il put s’éloigner d’elle et rejoignit son équipe. Après moult explications il pouvait enfin répartir son équipe, Intégra devant toujours garder un œil sur la protégée de Trafalgar Law. Lui par contre, pour se détendre, repartit en direction de leur navire pour se préparer un thé. Il prit son temps puis patrouilla dans l’île, expliquant à la bergère croisée plus tôt que le problème devait maintenant être résolu et que ses moutons ne risquaient rien. Il revint finalement dans la hutte principale au soleil couchant. Surélevée, elle offrait un panorama idéal sur le soleil qui s’enfonçait lentement dans l’eau. S’il y avait bien une chose que cette île avait à offrir c’était ça. Absorbé dans sa contemplation, il ne fit pas garde au chef qui se peignait le corps et le visage, en pleine préparation pour un rituel satanique. S’il avait vu que le pauvre homme voulait lui aussi ressembler à un démon, il l’aurait stoppé mais les événements s’enchainèrent… Un bateau apparu à l’horizon et le borgne en était persuadé immédiatement : c’était les Longs-bras.

Il se retourna, cherchant une longue-vue mais se rappela qu’il n’était pas sur son navire. Il découvrit l’accoutrement du chef et jura intérieurement. Il fallait impérativement qu’il l’empêche de sortir pour que le fameux plan de la louve fonctionne mais… Il n’était en rien obligé de l’aider après tout ! Il ne voulait pas être sympathique avec elle ! Il attendit donc que le premier énergumène sème la panique pour laisser débouler parmi la foule le chef qui était facilement reconnaissable et qui chiait lui-même à moitié dans son froc. Enfin non, pagne ici en l’occurrence. Le sourire aux lèvres, le sous-amiral sortit ensuite nonchalamment de la hutte, essayant de reprendre contenance. Les mains derrière le dos, il s’apprêtait lui-même à intervenir si la situation tournait au vinaigre. Les brigands investissaient les lieux, visiblement pas du tout inquiets de voir planté là un marine. Ils encerclaient tranquillement le diablotin risible et le moustachu dégaina enfin son mini-escargophone pour lancer l’offensive.

Alors qu’il allait décrocher le combiné, une fumée rougeâtre bloqua son champ de vision. Il laissa tomber son den-den mushi et se concentra pour développer au mieux son haki. Visiblement la pirate avait fait preuve d’inventivité ! Il devina qu’elle se trouvait en hauteur, même si la fumée était épaisse elle ne pouvait obstruer le fluide. Sans faire de pause, un cri résonna, puis une menace et enfin une attaque violente. Elle fondit sur un homme, certainement en dehors du brouillard. Il ne sût comment elle s’y est pris mais un cri étouffé et un tremblement plu tard, le voile cramoisi se leva sur la femme et l’un des longs-bras, ce dernier terrassé et à moitié enfoncé dans le sol. Son déguisement ne trahissait rien, même si son apparence était frêle, personne ne devinait la femme sous le masque. Elle avait su masquer son intonation et la peur commençaient déjà à se lire sur certains visages… Mais ces types n’allaient pas abandonner si facilement.

Deux autres tentèrent déjà de s’en prendre à elle, déployant leurs bras armés de sabres dans sa direction. Elle esquiva d’un bond digne d’un félin et les toisa ensuite. Cet agresseur sorti de nulle part allait devoir faire ses preuves pour réellement imprimer la peur sur des gens aussi sûrs d’eux et le chef de la Bastard allait « sympathiquement » regarder. Rien ne l’obligeait à l’aider après tout et avec toutes ces cabrioles, les envahisseurs étaient entièrement focalisés sur elle et plus sur la population. Tant que rien ne bougeait, il se ferait l’avocat du diable. Quel comble pour cette île !





HRP : Génial ;) Et vu que mon perso est un connard, je te laisse dans ta merde (m'enfin si ça te plait pas, dis le moi, je modifie )
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adorateurs et prédateur [PV Rex]   Lun 25 Avr - 11:51

Goruden Rexia
avatar

Messages : 773

Navigation
Doriki:
919/6000  (919/6000)
Fruit du Démon: Aucun


Adorateurs et prédateur

feat De Asturia Francesco


On dit que les démons peuvent prendre plusieurs formes, qu'ils peuvent inspirer la peur mais aussi la tentation et pour cela il leur faut varier entre une apparence plaisante à voir et à un véritable cauchemar visuel. Les peuples civilisés ne croient plus à ce genre d'histoires pour effrayer les enfants pourtant toutes ces histoire ne sont là que pour rassurer et protéger. Si le lou n'avait pas été désigné comme le cauchemar de la forêt, les enfants les plus naïfs et fragiles s'y seraient aventurés et auraient perdu la vie. Pourtant la plupart du temps, les loups n'y sont pour rien mais les humains n'y prêtent pas attention. Car seuls ceux ayant vécu avec ces nobles bêtes peuvent en comprendre leurs subtilité et leurs techniques de combat. La provocation, l'intimidation, le désespoir, la peur, ce sont ces quelques petites choses qui peuvent faire du plus fort des guerrier un pauvre mouton prêt à se faire sauvagement égorgé par celui qui sait utiliser les ressources que le monde met à sa disposition.

L'équipage des Hearts a su perfectionner le jugement de la louve, notemment sa nouvelle nakama, Silveria qui a su lui apprendre ce que les plantes sont cappables de faire. Une connaissance théorique combiné à de l'inventivité canine sait mettre de la poudre aux yeux. Ce que la fumée rouge a réussi à faire, une entrée fracassante aura eu raison de la détermination des assaillants mais ce n'était pas assez. Un désir de vengeance ou un profond désespoir de quitter cette île vivants les aura poussés à attaquer le "démon" appelé par le chaf du village qui près de la porte de sa hutte, essayait de comprendre comme il avait bien pu s'y prendre pour réaliser un tel prodige sans l'avoir fait exprès. Il finit par se dire que cela n'avait pas d'importance et se mit à encourager son sauveur suivi par les autres villageois.

Tandis que les envahisseurs s'acharnaient contre elle, la louve esquivait tous les coups avec un jeu de jambes digne d'une danse endiablée, puis une fois lassée, elle se jeta sur l'un d'entre eux et mordit le bras par le quel il tenait son arme, elle enfonca ses crocs jusqu'à un nerf spécifique dont elle avait découvert l'existence dans un livre de Law, ce nerf touché rendait l'avant bras inutilisable et en plus de la douleur, la paralysie est immédiate. L'homme lâcha son épée avant de pousser un cri.

- Mon bras! Je ne peux plus bouger mon bras!
- Héhé.

La louve se releva et d'un bond, se retrouva quelques mètres en arrière un sourire toujours ausis malsain sur le visage d'où s'échappait un flot de sang encore chaud. Les autres hommes regardèrent leur collège dont le bras refusait de bouger, désormait ils pouvaient très bien penser qu'un poison l'avait immobilisé ce qui donnait une illusion d'autant plus parfaite.

- Dernier avetissement, quittez île et revenez jamais!



Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adorateurs et prédateur [PV Rex]   Mar 26 Avr - 14:56

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 356

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Justice et



Criminels





Que la vie était belle pour le sous-amiral. Pour une fois, il pouvait et il devait faire le minimum lors d’une de ses interventions ! La cerise sur le gâteau fut que ce soit une pirate qui doive jouer le rôle de la protectrice à la place de la Justice. Bien loin de toute considération, les Longs-Bras avaient toujours recommencés à profiter de cette ile et de la population qui y habitait. Auparavant sous l’égide de Sengoku, rien n’avait été fait, le gouvernement préférant les patrouilles mensuelles au règlement du problème en s’occupant des Longs-Bras. « Incarcérer une population ne fera pas avancer les choses », « L’intégralité des Longs-Bras ne doivent pas payer pour quelques criminels » avait-on pu entendre dans les couloirs. Foutaises ! Il aurait fallu imprimer la peur et tuer les récidivistes ! C’est ce que Francesco aurait fait s’il n’était pas tombé par hasard sur cette pirate isolée et pourtant sous le pavillon de Trafalgar Law. Peut-être que cette peur du surnaturel sera plus forte ?

Ces brigands connaissaient déjà la marine alors peut-être n’auraient-ils pas été impressionnés par les méthodes du gradé. Après tout, lui aussi était de passage. Ils pouvaient revenir demain sans crainte ! Voilà pourquoi il laissait faire la louve. Un mélange de deux sentiments le poussait à se régaler de la scène plutôt qu’à y prendre part. Pourtant il doutait encore du fait que seule cette jeune fille arrive à bout d’une tribu venue faire le mal. L’entrée en scène fut magistrale, les habitants furent parfait, sans doute était-ce au tour du marine de jouer le jeu ? En tout cas lui, s’assurerait que la population ne s’en sorte pas trop mal. Pour une fois et puisque c’était son seul objectif cela lui changerait de s’en charger plutôt que de la menacer si elle restait sur les lieux du combat. C’était comme ça que la Bastard avait toujours fonctionnée : d’abord les pirates, ensuite les civils. Il avait dû en blesser beaucoup au cours des derniers mois.

En premier lieu des otages, parce que les pirates aimaient les otages quand ils commettaient des crimes en plein jour. Mais rien ne devait arrêter la marine alors la mort ou les blessures de quelques gens compensait le mal éradiqué ensuite, du point de vue du borgne. Sortant de ses pensées, il se dit qu’un peu de participation ne devrait pas faire de mal, même s’il se délectait de voir la pirate sauter partout. De son côté, il feigna de prendre une mine plus étonnée et se mit à courir vers les namakuriens en prenant une intonation grave et paniquée. Son cinéma parvint sans doute à quelques oreilles ennemies et c’était le but, il fallait leur faire peur. Peut-être que voir la marine s’enfuir parviendrait à leur faire comprendre que la menace était sérieuse, qui sait ? Il s’approcha de la foule et leur demanda de s’enfuir dans la seconde, le combat pouvait s’étendre à eux, malgré la venue de l’esprit protecteur. Une partie des gens eut le temps de s’exécuter mais des Longs-Bras pointèrent leurs fusils dans la direction du marine.

Il s’arrêta dans son mouvement, posant la main sur la garde de l’un de ses sabres. Il leur fit face mais il ne parvint plus à jouer la comédie. Si ces salopards ne voulaient pas fuir bien sagement et tentaient d’arrêter voir de kidnapper la population, alors il ne montrerait pas de pitié. Les mises en garde de la louve-esprit n’avaient donc pas suffit. Même si elle avait réussi à les surprendre, les agresseurs ne reculaient pas. Leur sort allait donc être scellé ! L’œil restant du sous-amiral se posa sur eux. Il ignora leurs invectives à son égard et dégaina deux épées. Ensuite, il se pencha et se laissa tomber jusqu’à frôler le sol. In-extrémis, il reprit appui sur sa jambe et ainsi son sprint commença. En un battement de cil, il parvint à supprimer la distance entre lui et les deux menaces. Ses armes fendaient l’air et avant même que les criminels ne réagissent, leur corps venait d’être littéralement coupé en deux. C’était l’une de ses techniques qu’il utilisait le plus, le Shidensen.

Son intervention risquait de foutre en l’air le plan mais il avait suffisamment attendu et tout cela n’était pas concluant. Pour mener à bien sa mission il allait lui aussi se transformer en démon, sauf que ça s’était sa façon habituelle de se comporter avec les espèces de petites merdes qui choisissaient de répandre le chaos !



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Adorateurs et prédateur [PV Rex]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Adorateurs et prédateur [PV Rex]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» prédateur sanglant "justice sauvage"
» Le chasseur est la proie du prédateur | Nuit d'Orage|
» PRÉDATEUR - COYOTE /// CONFIRMÉ
» Une épreuve subsidiaire [réservé aux Adorateurs de l’Arcane XIII]
» Le club des adorateurs de Jean-Rufus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Namakura-