AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 FB - Mission au Pays du Sable [Moustache-ya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message
MessageSujet: FB - Mission au Pays du Sable [Moustache-ya]   Dim 24 Jan - 10:27

Trafalgar D. Water LawSupernova | Heart Pirates
Supernova | Heart Pirates
avatar

Messages : 5546

Navigation
Doriki:
3509/6000  (3509/6000)
Fruit du Démon: Ope Ope No Mi




Feat Francesco

Mission au Pays du Sable



C'est officiel... Mon plan a fonctionné... Je suis Grand Corsaire maintenant ! J'ai livré 100 cœurs de pirates à la Marine pour obtenir ce titre et me voilà à présent un de leurs « chiens ». Je vois déjà les autres pirates se dire d'ici « Mais qu'est-ce qui lui prend de devenir le larbin de la Marine ?! » ou d'autres qui s'imaginent déjà avoir un ennemi de moins à abattre. Tsch... S'ils savaient que je me moque bien de devoir jouer ce rôle pendant un temps... J'ai simplement besoin de ce titre pour avoir accès à un endroit particulier... Mais ça, ce sera pour plus tard. Là, je suis dans ma chambre, allongé sur mon lit et j'observe le plafond... Nous nous dirigeons en ce moment même le royaume d'Alabasta. Pourquoi revenir ici ? Disons que ce titre de Grand Corsaire n'accorde pas que des avantages et même si mettre mon plan à exécution me tient à cœur, je ne peux pas refuser une demande du Gouvernement dès le premier jour... Sinon tout tombe à l'eau... Je me rappelle encore de cet appel maudit... « Trafalgar Law, nous avons besoin de vos services sur une affaire de vols d'armes dans le royaume d'Alabasta. Vous ferez équipe avec un de nos hommes... « De Asturia Francesco » Un sous-Amiral... »

Génial. Non vraiment ! Maintenant, je vais devoir supporter un sous-amiral et tous ses sous fifres ! Comme si je n'avais, réellement, que ça à faire de mon temps... Mais bon, Alabasta... Cela me rappelle de bons souvenirs ! C'est là, dans ce royaume, que j'ai rencontré la jeune louve, Rexia, qui fait maintenant partie de mon équipage. Intrigante comme jeune femme... Tout comme Yunnkana... Même si les deux peuvent donner la main à mes deux crétins préférés. Les conneries... Je crois que depuis leurs venues, je n'ai jamais eu autant d'incidents de la part de Penguin et Shachi... Même Silveria, ma dernière recrue en date, n'échappe pas à la règle. Ils sont tous les 5 prêts à faire des conneries dès qu'ils le peuvent... Mais je sais aussi qu'ils seront toujours les premiers à se battre si jamais un combat devait avoir lieu. Ils ont, tous autant qu'ils sont dans cet équipage, cet esprit combatif et suicidaire digne des Heart ! Je ne pouvais rêver mieux pour un équipage... Même s'ils sont, parfois, un peu trop impulsif... Un soupir s'échappe de mes lèvres. Je me demande comment ils vont... Après tout, je les ai laissé seuls avec le sous-marin partir pour Zou... Était-ce une bonne idée ? Je pose ma main droite sur mes yeux. Je sais qu'eux n'approuvaient pas mon choix... Eux aussi, voulaient se joindre à mon combat contre le Flamant Rose mais j'ai, immédiatement, refusé. Doflamingo fait partie de mon passé et ma vengeance ne les regarde pas. Il ne voudrait certainement pas que j'accomplisse cette folie mais... si je le fais, c'est pour lui... cet homme qui m'a sauvé par le passé... Un Marine qui plus est ! Il a mis sa « mission » de côté pour sauver un gamin qu'il ne connaissait pas... Quel Marine en ferait autant aujourd'hui ? Je n'en vois aucun... Ils obéissent simplement aux ordres sans réfléchir... Leurs comportements me donnent simplement envie de vomir ! Cora-san... La Marine était-elle aussi corrompue à ton époque ? Après tout, c'est bien à cause des Marines et du Gouvernement que je dois la disparition de Flevance et de ses habitants... « La Marine protège le peuple hein ? » C'est faux. Ils veulent simplement s'enrichir sur le dos de personnes innocentes... et les buter dès qu'ils ne sont plus utiles ou qu'ils gâchent leurs affaires...

Je me demande ce que ferait ces marines présents sur le bateau s'ils apprenaient que l'unique survivant de ce carnage et surtout l'unique survivant de leur plus grosse erreur se trouve devant eux. Je suis certain qu'ils me tueraient sans réfléchir... Un léger sourire se dessine sur mes lèvres. De toute manière, c'est fort peu probable qu'ils le sachent... La seule personne qui connaissait la vérité est morte pour me protéger.... Mais je n'étais qu'un môme de 10 ans à l'époque... et ce carnage est l'un de mes principaux cauchemars récurrents... Tsch... Pourquoi y repenser après tout ce temps hein ? Sûrement parce que je suis capable de tout... mais pas de pardonner l'assassinat de ma propre famille. Un jour, ils paieront pour ça... mais pas aujourd'hui. Une heure plus tard, on entre sans frapper dans la pièce qui me sert de chambre et je vois un des sous-fifres de Moustache-ya me demander de le suivre. Je hausse un sourcil... avant de soupirer

- Eh bien, même la politesse se perd dans la Marine... Un s'il-vous-plaît serait-ce trop compliqué à dire ?! A moins que vous n'ayez jamais appris ce mot durant vos classes... Cela expliquerait bien des choses

Déclarais-je amusé, en voyant le jeune soldat poser sa main sur son arme. Il veut tirer hein ? Qu'il essaie... Mais son geste est stoppé par l'arrivée inopinée de son supérieur... Peut-être trouvait-il le temps long pour qu'il soit venu en personne me chercher... Fort aimable mais inutile, j'allais sortir par moi-même

- Sous-Amiral ! Je comprends mieux pourquoi les sous-fifres manquent cruellement de politesse... Si leurs supérieurs ne montrent pas l'exemple, comment peuvent-ils connaître l'utilité de ce genre de phrases ? Déclarais-je en me dirigeant vers le bureau pour prendre mon bonnet que je visse sur ma tête et je pose Kikoku sur mon épaule. Je me retourne alors vers le nouvel arrivant Un problème, Moustache-ya ?

Ce n'est pas parce que je suis un Corsaire à présent que je vais perdre mes bonnes habitudes de surnommer les gens. Et encore, je suis certain que Mugiwara-ya trouverait un surnom plus ridicule que ça !


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FB - Mission au Pays du Sable [Moustache-ya]   Lun 25 Jan - 17:56

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Mission au



Pays du



Sable




Du sable, du sable à perte de vue... Une telle vision pouvait provoquer différente réaction chez l'homme. Pour certains, cette étendue de sable à perte de vue possédait quelque chose de majestueux, un paysage de que nous offrait la nature dans toute sa puissance. Pour d'autres, il était synonyme de mort, de désespoir, d'errance. Pourtant ce n'était que du sable, formant dunes et vallées, mouvant au gré du vent et accompagné d'un soleil bien trop généreux de manière générale. L'interprétation qu'y mettait l'homme, faisait prendre toute sa dimension à un objet en question. Comme quoi personne ne percevait exactement la même chose. Pour le petit curieux de passage, il se demandera sans doute ce qu'en penserait Francesco de tout ça.
Très bonne question : il n'en avait rien à foutre. Absolument rien. Lui qui d'habitude observe toujours ses alentours, il avait autre chose qui occupait son esprit. Pour bien comprendre il fallait remonter quelques jours auparavant, notre homme et sa petite troupe fendaient les flots, alors que le den-den mushi, celui disposé dans un creux du mât et affilié aux communications de la marine, sonna.

Victoria décrocha le combiné mais elle dû bien vite appeler son supérieur. Akainu avait visiblement une communication à faire au chef de la Bastard. D'abord enthousiaste, le borgne déchanta bien vite. Apparemment, au vu de sa proximité et de sa disponibilité, il était le seul gradé dans les environs capable de remplir une mission pour le QG. Il fallait enquêter à Sandy, il semblait qu'on ait découvert la mise en place d'un trafic d'arme alors même que le pays avait retrouvé sa stabilité depuis que Crocodile avait été arrêté. Jusqu'ici, rien de bien méchant me direz vous. Attendez, vous allez voir... Pour remplir cette mission, il fallait une coopération entre pirates et marines. Il devait donc remplir son devoir avec... Trafalgar Law ! Si ça n'avait pas été Akainu au bout du fil, l'officier aurait sans doute engueulé celui qui avait trouvé cette putain d'idée puis tenté de passer outre cet ordre. Il n'en fit rien mais l'expression sur son visage s'était (encore un peu plus, si c'était seulement possible) durcie. Il lui fallu quelques minutes pour se dire que, quitte à en être forcé, autant que cela se passe le plus rapidement possible. Il ordonna qu'on se dirige le plus tôt possible vers le Royaume d'Alabasta et il retourna dans ses appartements, buvant un peu de thé pour se calmer.

Arrivé le soir même, le navire s'amarra au port et là commença l'une des plus longues attentes de la vie du Sous-amiral. Tiré de son sommeil dès l'aube, il sortit directement de sa pièce de repos et partit sur le pont. Intégra, qui veillait pour la nuit, n'était plus à son poste. Le marine se concentra et fit appel à son haki perceptif pour savoir si sa collègue se trouvait dans les parages. Elle se trouvait en fait sur un autre bateau du port, n'ayant aucun signe distinctif particulier. Avait-elle trouvé le tristement célèbre partenaire de cette mission ou avait-elle vu quelque chose en rapport avec cette même mission? Le moustachu ne décelait qu'une autre présence sur le petit rafiot... Il ne perdit pas plus de temps et parti dans sa direction. Arrivé en contre-bas de l'embarcation, il atterrit sur le pont de cette dernière en un saut grâce à l'impulsion qu'il était capable de générer avec sa force musculaire sur ses jambes. Il se redressa et prit la seule porte possible. Après quelques pauvres marches, il tombait nez à nez sur la jeune femme, la main proche de son fusil alors que le shichibukai souriait. Faisant un grand effort sur lui-même pour ne rien dire de trop insultant, il allait ouvrir la bouche lorsque le pirate prit lui-même cette initiative.

A partir de cette instant, la bonne résolution qu'il avait en tête s'évapora subitement. Pour quelqu'un qui exécrait la piraterie et tout ce qui pouvait être considéré comme contrevenant à l'ordre public, se faire traiter d'impoli avait quelque chose de profondément énervant. S'il subsistait encore un semblant de sens de l'humour dans la carcasse abîmée du Sous-amiral, peut-être aurait-il pu en rire, étant donné le paradoxe que représentait la seule phrase du Chirurgien. Ses mains jointent dans son dos se serrèrent alors qu'en plus la vermine ne calculait absolument pas la présence des représentants de la Justice en se dirigeant nonchalamment vers son bureau. Une veine apparu sur son front alors qu'en un instant, il dégaina l'une de ses épées à sa ceinture et qu'il la lança de toute ses forces en direction du petit rigolo. Evidemment, son but n'était - malheureusement - pas de le blesser, mais c'était une façon pour lui de se calmer et de bien faire comprendre la situation par son vis-à-vis simultanément. Le borgne le toisa froidement tout en reprenant le crachoir.

« Cela ne sert à rien d'être poli avec la vermine que l'on doit éradiquer. Je suppose que, plus que par réel dérangement ou naïveté, votre intervention était destinée à me faire perdre mon sang-froid? C'est chose faite. Évitez à l'avenir ou alors l'épée qui s'est logée entre votre tête et votre arme ira bientôt se loger ailleurs que dans du bois. Cependant, je suis ravi de savoir que cette mission ne vous enchante pas plus que ça, nous sommes deux dans ce cas, voir plus en comptant mes hommes. Que diriez-vous alors d'en venir au fait pour pouvoir clôturer au plus tôt cette affaire et ne plus jamais nous revoir? »

Après sa tirade, son visage était de nouveau retourné à une expression plus neutre (le terme "neutre" pouvant être sujet à discussion). Il espérait que le capitaine pirate, étrangement seul d'ailleurs, ferait lui aussi un effort pour que cette coopération soit la plus brève et la moins désespérante possible. Mais le jour venait à peine de se lever et ils avaient encore fort à faire, malheureusement.





HRP : T'as déjà une idée d'où tu veux aller avec cette enquête?! x)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FB - Mission au Pays du Sable [Moustache-ya]   Lun 1 Fév - 22:53

Trafalgar D. Water LawSupernova | Heart Pirates
Supernova | Heart Pirates
avatar

Messages : 5546

Navigation
Doriki:
3509/6000  (3509/6000)
Fruit du Démon: Ope Ope No Mi




Feat Francesco

Mission au Pays du Sable



Parfois, je peux avoir des idées de génie... et parfois, faire complètement fausse route ! Tout comme aujourd'hui. Voilà à peine quelques jours que je suis grand corsaire, mon plan se déroulait plutôt sans encombre... J'étais même prêt à partir pour Punk Hazard mais voilà qu'une sonnerie me gâche royalement ma journée. Je foudroie encore du regard ce pauvre escargot qui n'a rien demandé à personne mais à défaut d'avoir quelqu'un pour passer mes nerfs, je les passe sur la première chose qui me tombe sous la main... Désolé petit escargot. Pourquoi MOI je dois me taper un tête à tête avec un sous-amiral ?! Je suis certain que les autres grands corsaires seraient ravis d'aider la Marine... Personnellement, là, ce n'est pas le bon moment ! Enfin, ça ne serait jamais le bon moment mais je ne pensais pas qu'ils seraient venus à m'appeler pour une mission aussi... banale devrais-je dire ?

Une affaire de vol d'armes... Je soupire doucement. En quoi cela concerne l'un des sept grands corsaires ? La Marine devrait être capable de régler seul le problème non ? A moins qu'ils aient besoin d'asseoir leur autorité sur leur nouveau « chien » du moment ? Fourbe comme la Marine l'est, je pourrais presque parier là-dessus... mais je n'ai pas d'argent et j'ai bien trop peu de temps à perdre pour ce genre d'enfantillages ! Parfait. Trouvons alors qui sont ces voleurs d'armes et à qui ils les revendent... Plus vite, le problème sera réglé et plus vite, je pourrais faire avancer ma vengeance. Cora-san... Je te promets d'appuyer sur la détente que tu as été incapable de presser. Et ensuite ? Je n'en sais rien... Je n'ai pas spécialement prévu de sortir vivant de ce combat après tout... Défier mon ancien capitaine et « grand-frère » n'était peut-être pas la meilleure idée que j'ai pu avoir mais je dois le faire pour cet homme... Le seul Marine qui vaut vraiment la peine qu'on sacrifie sa vie pour lui ! Un léger sourire se dessine sur mon visage. Il me tuerait s'il m'entendait dire ça... Après tout, il me l'a bien dit lui-même... Il voulait que je vive et que je sois heureux... Je ne pourrais jamais l'être. Non, rectification, je ne pourrais jamais l'être tant que le Flamant Rose n'aura pas rejoint son frère six pieds sous terre. C'est lui qui devrait manger les pissenlits par la racine en ce moment et non celui que je considère comme mon père adoptif ! C'est pour cela aussi que je voulais partir sans dire au-revoir aux autres... J'suis pas quelqu'un qui laisse ouvertement parler ses sentiments... Je tiens à tous ces crétins, je ne les aurai pas recruté dans le cas contraire ! Mais leur dire de vive voix que je tiens à eux... J'peux pas. C'est impossible. Certains le font avec une facilité déconcertante, d'autres utilisent des moyens détournés pour le faire... C'est ce que je fais... A tort sûrement mais je tiens à eux, ils le savent j'en suis certain. J'espère simplement qu'ils ne m'en voudront pas de les avoir écarté de cette mission cette fois-ci. Doflamingo est mon « problème » et je rumine ma vengeance depuis déjà assez longtemps à présent.

Allongé sur un lit d'appoint, j'observe le plafond. Je réfléchis à tout et à rien en même temps... Que faire d'autre sur un bateau rempli de Marines ? Déjà que le simple fait de ma présence semble les gêner... J'me demande bien pourquoi ? Je sais juste une chose... J'ai hâte que certains jouent les caïds parce que je sais d'avance que les petits rigolos ne pourront s'empêcher de fanfaronner devant leurs confrères mais ils repartiront la queue entre les jambes. Trop confiant ? Peut-être. Mais je n'ai pas de temps à perdre avec les sous-fifres... sauf si je m'ennuie. Et là, c'est le cas. Mais même quand la situation ne peut pas être pire, il y a toujours quelque chose – ou quelqu'un – qui vous prouve le contraire et là, c'est un abruti de sous-fifre qui ouvre la porte en me traitant comme un chien... Et un s'il-te-plaît c'est trop demandé peut-être ?! Il faut croire que oui... Pourtant, malgré ma charmante phrase, la demoiselle ne semble pas ravie et s'apprête à dégainer... Qu'elle essaie ! Je suis prêt à jouer. Mais un invité inattendu abrège notre jeu de façon peu amicale. La seule remarque que je lui fais se trouve dans son manque de politesse et la seule réponse que je reçois, c'est une épée qui effleure ma jolie frimousse de trop près et mon sabre maudit. Pas vu venir celle-là ! Pourtant, je n'ai pas bougé d'un pouce et je continue de visser mon chapeau sur ma tête comme si de rien était même quand il finit sa tirade. Je ne prends la parole que quelques secondes plus tard en plantant mon regard dans celui de mon vis-à-vis

- Vous faire perdre votre sang-froid ? Aucunement Sous-Amiral. Si j'avais vraiment voulu le faire, vous auriez planté votre épée autre part que dans du bois. J'ai juste quelques difficultés à garder ma concentration quand on me menace sans raison valable Déclarais-je sans me départir de mon sourire amusé. La demoiselle aux côtés du moustachu grincheux serre son fusil un instant entre ses mains mais finit par le ranger. De toute manière, ce n'est pas comme si le vieux ne savait pas se défendre seul. Certes, je ne m'attendais pas à une réaction aussi vive mais quelque part, je ne crois pas que, même entre ennemis partenaires d'un temps défini, la politesse doive passer à la trappe Cependant, Moustache-ya, je suis d'accord avec vous sur le fait de résoudre cette histoire au plus vite. J'ai plus important à faire que de chercher des trafiquants d'armes Déclarais-je en retirant son épée du bois où elle s'était logée et de la poser sur mon épaule. Qui a dit que j'allais la lui rendre de suite ? Peut-être savez-vous quelque chose que j'ignore sur cette affaire. L'appel que j'ai eu était fort peu éloquent. J'n'ai retenu que 3 choses : « sous-amiral, trafiquants d'armes et Alabasta ». Je suppose que la Marine doit vous dévoiler plus d'informations qu'à nous... So, Moustache-ya, pouvez-vous m'éclairer par votre savoir... S'il vous plaît ? Lançais-je en soulignant bien la marque de politesse avant de reprendre Mais si cela peut attendre quelques instants, j'aimerai finir de m'habiller... Chose qui m'est impossible de faire à l'heure actuelle puisque, sans vouloir vous offenser, vous m'empêcher d'accéder à l'armoire. Je ne vous montre pas la sortie Sous-Amiral

Déclarais-je avec un léger sourire. Sauf si je sors torse nu dans les rues d'Alabasta, auquel cas je les suivrais, mais ça ne serait peut-être pas très discret pour mener une enquête...




hrp: J'pensais que ça pouvait avoir un lien avec Doffy sur les armes qu'il revend à d'autres personnes x) Arrêter un de ses acheteurs, ça devrait bien l'emmerder non ? J'aime bien emmerder les gens
Sauf si t'as une idée
Prends ton temps pour répondre hein
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FB - Mission au Pays du Sable [Moustache-ya]   Lun 8 Fév - 20:48

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Caprices



de gamine




A bord du petit voilier, l’ambiance n’était ce qu’il y avait de meilleur. N’utilisant que la force brute dans un objectif d’avertissement, l’épée du sous-amiral était tout de même parvenue à se loger solidement dans l’une des planches en bois de l’habitacle. Après s’être défoulé et avoir expliqué clairement son ressenti, c’était au tour du Chirurgien de réagir. Bien sûr, il commença d’abord par narguer subtilement le marine, sous-entendant qu’il n’avait jusqu’ici, pas encore démontré toute l’étendue de ses talents d’emmerdeur. Heureusement, la suite avait plus tendance à amuser l’officier : il l’entendait se plaindre d’être menacé. Les shichibukais osaient vraiment agir comme s’ils étaient honnêtes ! Plus que de l’indignation, ce paradoxe aurait pu faire sourire Francesco s’il n’avait pas pour principe de masquer ses émotions et n’offrir qu’une face, au mieux inexpressive, au pire dévisageant autrui. Imperturbable, l’autre continuait sur sa lancée, voilà qu’il était maintenant d’accord avec le borgne sur le fait de régler rapidement cette histoire. Ce dernier poussait déjà intérieurement un soupir de soulagement. Il vit alors le pirate faire une pause dans son discours pour s’occuper d’enlever le sabre planté encore à quelques centimètres de lui.

Irrévérencieux jusqu’au bout, il ne rendit cependant pas directement l’arme à son propriétaire, le fixant en souriant. Il la déposa sur son épaule, juste à côté de son propre katana et continua la conversation l’air de rien. Enfin passait-on au plat de résistance ? Le capitaine demanda à avoir plus d’information sur ce sur quoi les deux hommes devaient allier leur compétence. Jamais à court d’idée pour se payer la tête de ses vis-à-vis, il insista sur la marque de politesse de sa question, mais fut confronté l’indifférence générale du gradé et de sa subordonnée. Ne laissant nullement le temps de répondre quoi que ce soit, il finit enfin de prendre la parole en demandant expressément qu’on puisse le laisser se changer avant de faire quoi ce soit. Puisque jusqu’ici il se prenait pour une pauvre femmelette victimisée, Francesco allait jouer le jeu et continuer sur cette lancée, si justement débutée par le corsaire. Souriant de la manière la plus fausse qui soit, il leva ses deux bras comme un Christ et lui répondit avec une voix doucereuse pour accentuer la mièvrerie sa réplique. Ses derniers mots retrouvèrent cependant un ton normal, tout comme son visage qui se durcit pour appuyer le premier ordre qu’il allait lui donner.

« Hooooo... Mes excuses mademoiselle ! Il est vrai que l’on vous menace sans raisons et qu’en plus nous débarquons alors que vous êtes en plein essayage et à moitié dévêtue dans votre garde-robe ! ~~ Rendez-moi mon arme immédiatement et je vous attendrai dehors. J’ai déjà assez perdu de temps avec vos conneries. »

Le fixant dans le blanc des yeux, de son seul œil valide mais néanmoins amplement nécessaire pour véhiculer ses émotions, le sous-amiral baissa un bras et tendit l’autre en direction de son « allié forcé ». Ne baissant jamais sa garde face à des forbans, il déploya son haki de sorte à pouvoir esquiver une éventuelle attaque. Bien sûr le Shichibukai n’allait pas l’attaquer, sous peine de voir son titre passer aux oubliettes, mais personne n’était à l’abri d’une fourberie éventuelle, surtout venant de ce type qui était parvenu à voler au moins une centaine de cœurs. Après avoir récupéré son épée, notre homme tourna les talons sans dire un mot, faisant juste un signe à Intégra de le suivre. Peu lui importait les désidératas du chieur de service, être poli avec des criminels était au-delà du tolérable. Une fois monté les marches, le moustachu se positionna sur le côté gauche du pont, de sorte à pouvoir observer un moment la berge et la ville portuaire qui se dessinait dans son champ de vision à mesure que le soleil s’élevait paisiblement dans le ciel. Dans le désert, il faisait glacial la nuit et torride le jour, cet entre-deux avait quelque chose de spécial, d’unique. Et dire que quelque part parmi ces dunes et ces maisons, des pirates trouvaient encore à négocier des armes…

Enfin, le Chirurgien réapparut. Ils allaient enfin pouvoir avancer, du moins il l’espérait. Peut-être le pirate trouverait-il encore de quoi taper sur le système du marine mais pour l’instant le borgne prit juste la peine de se retourner pour expliquer la situation telle qu’il l’avait. Lui aussi n’avait pas été sur place donc il ne connaissait pas tous les détails, les marines sur place leur en raconteraient plus. Ils devaient aller à une petite base toute proche et sans doute l’aide du corsaire se révélera à ce moment-là. Même si l’officier ne voulait pas l’avouer, il n’y avait pas mieux qu’un pirate pour s’infiltrer parmi les pirates. En général les marines ne mettaient pas longtemps à mettre à mal leur couverture et jamais ils n’avaient pu trouver clairement comment venir à bout du fameux « Joker » du marché noir. Peut-être cette mission allait-elle les mener sur cette route ? Ses supérieurs n’avaient pas voulu être trop présomptueux ni trop s’avancer mais la piste méritait l’investigation.

« Bien ! Si vous n’avez plus de caprices à faire on va enfin pouvoir commencer cette mission. Il va bien falloir vous mettre au jus alors je vais faire bref : des marines sur place ont découvert la mise en place d’un trafic d’armes mais n’ont pas réussi à savoir qui en était le responsable. Je ne connais pas moi-même tous les détails, voilà pourquoi nous allons aller à la base en premier lieu pour savoir ce qu’on va faire en second lieu mais il est fort probable, puisqu’on a demandé à ce que vous veniez, que l’on doive s’infiltrer ou jouer le jeu des criminels. Quoi de mieux qu’un criminel pour alors remplir ce rôle ! Mais pour éviter tout incident on a décidé que je devais vous accompagner. Histoire de ne pas tourner cette affaire à votre avantage. »




HRP : Ok. On va partir sur ça alors !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FB - Mission au Pays du Sable [Moustache-ya]   Dim 6 Mar - 17:30

Trafalgar D. Water LawSupernova | Heart Pirates
Supernova | Heart Pirates
avatar

Messages : 5546

Navigation
Doriki:
3509/6000  (3509/6000)
Fruit du Démon: Ope Ope No Mi




Feat Francesco

Mission au Pays du Sable



Alabasta. Pourquoi ai-je l'impression d'y passer mon temps en ce moment ?! Peut-être parce que j'y ai rencontré Rexia, ma jeune louve de l'équipage ? Et que c'est aussi ici que je trouve certains poisons que j'affectionne... Et que Silveria affectionne aussi ! Plus que moi je dirais ! Je crois avoir trouvé quelqu'un encore plus tordu d'esprit que moi... Et je vous assure que ce n'est pas facile ! Toujours est-il qu'en ce moment, je suis seul... Mon équipage se dirige vers le nouveau monde... plus précisément sur Zou... Quant à moi, je suis coincé ici pour quelques temps encore avant de mettre le cap, à mon tour, vers le Shin Sekaï. Qu'est-ce qui me retient ? Une mission. Une putain de mission que mon nouveau titre m'oblige à accomplir ! Si j'avais été seul, cela aurait été pratique et bien plus rapide mais le jeu n'aurait pas été aussi amusant. Non, aujourd'hui, je vais me retrouver, seul, avec plusieurs Marines et plus particulièrement un Sous-Amiral... La joie pour tout pirate en fin de compte

Sauf qu'hormis m'avoir dit que je faisais équipe avec cet homme, je ne sais absolument pas de quoi il retourne... J'ai vraiment eu le droit au strict minimum concernant les informations mais qu'à cela ne tienne... Je peux attendre encore un moment... J'ai l'impression qu'on s'arrête... Sommes-nous déjà arrivés à destination ? Probablement. J'ai eu le temps de réfléchir à pas mal de choses avant de me lever finalement du mobilier d'appoint qui me servait de lit.... De toute manière, ce n'est pas comme si je pouvais fermer l’œil dans un endroit pareil ! Quel pirate – même le plus abruti de tous – se risquerait à dormir sur un navire emplit de Marines ?! Impossible. J'allais simplement enfiler mon long manteau et ainsi rejoindre le pont supérieur pour prendre l'air et observer la ville s'agrandir au fur et à mesure de notre approche mais... je suis – légèrement – surpris par l'arrivée d'une Marine armée qui me demande la suivre sans terminer sa phrase par un « s'il vous plaît ». je soupire doucement... Et après on ose dire que ce sont les pirates les moins bien civilisés ?! Laissez-moi rire. Si Moustache-ya n'était pas intervenu, notre petit « duel » entre la mystérieuse jeune femme et moi aurait pu durer encore quelques instants mais... rien de tout cela ne se passa... Dommage. Non, à la place, je manque d'être défiguré par l'épée du marine... Oh, encore un qui ne supporte pas qu'on lui manque de respect hein ? Je ne peux m'empêcher de sourire, amusé de la situation. Je sais pertinemment que je ne suis pas en position de force mais... c'est plus fort que moi... Jouer le gamin insolent se trouve être ce qui m'amuse le plus...

Après leur avoir demandé gentiment – et poliment ! - de sortir, les retombées de ma demande pourrait presque me faire rire... Après tout, il peut dire ce qu'il veut, son avis ne me fait ni chaud ni froid... J'aime agir comme je l'entends... et surtout... je déteste qu'on me donne des ordres !

- Je vous retourne le compliment sous-amiral. Vos conneries me font, également, perdre le mien... puisque que j'allais sortir bien avant que vous n'arriviez... Le comité d'accueil n'était absolument pas nécessaire

Lui rendre son épée ? Dommage, j'aurai bien aimé la garder... Surtout qu'il en a encore 3 autres... Au moment où je lui tends la garde de cette dernière, il enduit sa main de haki et je ferme doucement les yeux en souriant, amusé. Aucune confiance hein ? Pourquoi je l'attaquerais ici... Mon temps m'est trop précieux pour que je le gaspille en futilité. Ils sortent enfin et j'observe un instant la porte... C'est dans cet univers de tarés que tu as vécu Cora-san ? Aucun d'entre eux ne t'arrive à la cheville... Ils ont tous l'air tellement faux... Toi, tu as pris la peine de mettre ta mission de côté pour sauver un gosse égaré... Est-ce qu'ils en feraient autant aujourd'hui ? J'ai de gros doutes. J'enfile mon long manteau noir et je remonte la capuche sur ma tête. Seule la visière de mon chapeau dépasse... Derrière le manteau est écrit le nom « Corazon »... Est-ce que les Marines connaissent au moins le nom de cet homme ? J'en doute. J'embarque mon nodachi sur mon épaule – comme toujours – puisque sa taille imposante m'empêche de le porter à ma ceinture ou dans mon dos... et je me dirige vers le pont supérieur. L'air frais est vraiment agréable et je pourrais presque oublier où je me trouve... Je dis bien presque puisque je peux sentir l'animosité émaner de la plupart des marines autour de moi... Tsch. Je dévisage un instant le sous-amiral alors qu'il m'explique ce que l'on va faire dans les minutes qui suivent. Je fronce légèrement les sourcils... Ouais ils auraient pu se connaître... Cora-san et lui... Il y a 13 ans de cela... Cora-san avait déjà un poste important... Enfin, je crois... Il parlait toujours avec cet homme.. Ce bouddha au chapeau étrange... Alors peut-être que, dans d'autres circonstances, il aurait pu le croiser... Je secoue légèrement la tête pour chasser ses souvenirs de mon esprit... Le voir étendu sur la neige avec un sourire... J'aimerais savoir ce qu'ils pensaient tous de lui... Mais je crois que ce n'est pas le moment pour demander ce genre de choses... Il y aurait trop de choses à expliquer ensuite. Je reprends la conversation en cours de route mais malgré mon moment d'inattention, j'ai retenu le principal

- Les pirates ne sont pas stupides. Ils savent tous que je suis devenu un des 7 grands Corsaires et que je « travaille » pour vous. Ils ne se laisseront pas amadouer aussi facilement... Mais c'est faisable La fin de sa phrase... mon sourire s'agrandit Vous m'accompagnerez Moustache-ya ? Même avec la meilleure volonté du monde, vous ne ressemblerez jamais à un pirate. Votre œil suffit à lire toute la haine et la rancœur que vous avez à notre égard. Il va falloir changer cela si vous voulez paraître crédible... au moins le temps de la mission... Une « blanche » brebis parmi les loups... Ne craignez-vous pas de vous faire dévorer ? Il me tarde de voir ça

Pas de le voir se faire dévorer hein ! Quoique... Mais un Marine qui devient un pirate... Cela doit être amusant ! Je m'accoude à la rembarre. La terre ferme s'approche à grands pas, et... je commence à me sentir à l'étroit sur ce navire... Si bien qu'une fois de plus, je fais ce dont j'ai envie. Je lève ma main parallèle au sol et d'un léger mouvement de poignet je...

- Room Oh un Marine... Parfait ! Shambles Le voilà à ma place sur le navire sans que personne n'ait eu le temps de faire quoique ce soit. Moi ? Je suis sur la terre ferme et je respire enfin ! Bien entendu, je ne m'enfuis pas... J'avais juste besoin d'espace pour quelques minutes...

Le bateau arrive enfin et comme ils peuvent le constater, je n'ai pas bougé de là où j'ai atterri... J'ai même eu le temps de trouver un étal où il vendait du café et d'en boire un. Une fois tout le monde descendu et pour certains, les bras chargés, je suis la petite troupe vers la base marine. En chemin, alors que tout se passait bien pour le moment, une détonation se fait entendre suivit de cris terrifiés. On aurait dit des coups de feu... La plupart des Marines se rendent sur les lieux... Notre escouade ? Elle ne bouge pas... Mas quelque chose attire mon attention... Les cris d'une femme... Elle hurle que quelqu'un sauve sa fille... La gamine ne devait pas avoir plus de 6/7 ans... Elle ressemble à Lamy... Ma petite sœur que je n'ai pas pu sauver... Moustache-ya nous ordonne de nous remettre en route. Je ne bouge pas... Un Marine – un peu trop effronté à mon goût – me saisit par le bras en m'ordonnant d'avancer.... Je regarde sa main puis plante mon regard dans le sien... D'où il se permet de me donner des ordres lui ?! D'un geste rapide, je me dégage de son étreinte et je plie son bras dans son dos tout en l'empêchant de faire le moindre geste. Je ne suis pas fou, je ne lui ferais rien puisque sinon, c'est sur moi que ça retombera... mais je ne me laisserais pas traiter comme un chien pour autant par ses sous-fifres de malheur !

- Conseil d'ami... Si tu tiens à la vie, ne t'avises jamais de me donner des ordres. Je déteste ça

Je le relâche en le poussant légèrement et je m'avance d'un pas rapide vers la gamine. Je suis médecin avant d'être pirate... Cette gamine... Je n'ai pas pu sauver Lamy mais cette fois, ça sera différent... Ouais je fais un caprice mais ce caprice-là sauvera une vie... J'en fais une affaire personnelle. La mère de la gamine m'observe bizarrement, je sais... je fais assez froid aux premiers abords mais m'en fiche. Je pose ma main au-dessus de la blessure de la gamine et je crée une mini room pour ainsi arrêter le sang de couler jusqu'à ce que les réels secours arrivent... Quelques minutes plus tard, c'est enfin « réparé »

- Elle s'en sortira

Fut tout ce que je trouve à lui dire... avant de me relever et de tourner doucement les talons pour retourner vers Moustache-ya et les autres Marines qui, étrangement, n'avaient pas bougé... Ils observaient la scène en silence... Avant de partir, j'eus le droit à un « merci » provenant de la mère de la gamine... Je n'ai pas sauvé sa vie pour ça... C'était juste pour soulager ma conscience d'un poids... mais ça, elle ne peut pas le savoir... Personne ne le peut... Puisque personne n'était là ce jour-là... il y a de cela 13 ans




hrp: Pardon de ce loooooooooong retard ! x) J'espère que ça te conviendra !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FB - Mission au Pays du Sable [Moustache-ya]   Mar 8 Mar - 18:52

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


L'emmerdeur



Au bout milieu de cette pièce boisée, dans ce frêle bateau, deux fortes personnalités s’opposaient, l’une ne cédant rien à l’autre et inversement. L’un prenait plaisir à jouer l’emmerdeur tandis que l’autre se retenait de trancher le visage de ce dernier. Rien ne liait pourtant les deux hommes, mais tout les opposait. Après avoir faussement parodié le pirate, Francesco n’eut pas besoin d’attendre bien longtemps avant d’avoir une réponse, réponse qu’il ignora sciemment alors qu’il tendait le bras, l’enduisant de Haki par mesure de sureté. Il accèderait à son ordre sinon il allait finir par manger un peu de cette boiserie plus très lustrée. Glacial, le sous-amiral supporta donc une nouvelle insulte accompagnée de plaintes digne d’un enfant en crise d’adolescence. Le bras toujours tendu, il put enfin récupérer son sabre et ne perdit pas un instant pour faire demi-tour. Après quelques instants, ils étaient tous là sur le pont, le borgne expliquant leur mission commune. Toujours aussi énervé, il soutenu un instant le regard provocateur du shichibukai jusqu’à ce que son regard parte étrangement dans le vide puis qu’il daigne enfin participer à l’événement.

Une fois de plus, le corsaire utilisa l’usage de la parole pour tenter de tourner en ridicule le marine. Cette animosité coulait de source mais ne gagnerait en rien à faire avancer plus vite ce qu’ils étaient venu faire ici. Exaspéré, le moustachu poussa un soupir avant d’entendre la suite de la phrase. Au moins ce satané Chirurgien avait l’air d’accepter tout doucement le fait de devoir un peu se bouger le cul et de coopérer… Du moins jusqu’à, à nouveau, en profiter pour lancer une nouvelle pique dans la direction de l’officier. Ne savait-il donc jamais s’arrêter ? Au moins, il allait prendre la peine de lui répondre, après qu’on se soit très gentiment foutu de lui jusqu’à présent, il fallait recadrer sans cesse ce genre d’animal sans quoi ils seraient capables de vous mordre après avoir fini d’aboyer.

« Ne me faites pas croire que depuis que vous êtes devenu un Capitaine Corsaire, vous n’avez plus aucune présence dans les trafics souterrains. Plus que de la méfiance cela doit être un gage de sécurité pour les innombrables pirates qui y voient là une opportunité pour échapper à des enquêtes approfondies. Pour ce qui est de votre surveillance, ne vous inquiétez pas, si je parviens à ne pas vous trancher la gorge immédiatement je pourrais me contenir face à d’autres pirates. Merci du compliment, j’espérais bien ne jamais ressembler à une espèce de crétin décérébré criant sous un pavillon noir de toute ma vie. Inutile de s’inquiéter cependant, si j’entoure mon œil pour faire penser à des cernes, je me fonderais sans doute aussi bien que vous dans le paysage. »

Tout aurait pu se passer à merveille ensuite si, après cette petite scénette, le petit capitaine se serait tenu à carreaux mais voilà maintenant qu’il lui prit d’utiliser son pouvoir. Déjà renseigner sur ses capacités, le gradé réagit instinctivement à l’énonciation du pouvoir chirurgical et dégaina ses sabres tout en s’enveloppant de Haki. Il regarda alors la silhouette du tatoué disparaitre ou plutôt, se transformer en celle d’un autre. Un marine inconnu au bataillon venait de faire son apparition sur le bateau, tout aussi surpris que les occupants. Furieux, notre ami fonça droit vers l’avant de l’embarcation pour voir Trafalgar Law le narguer avant de marcher nonchalamment vers une échoppe vendant du café. Il ne comptait pas s’enfuir mais cela n’empêcha pas Francesco de retourner vers l’arrière du navire, enfonçant son poing au travers de la cloison en bois la plus proche pour se passer les nerfs. Il laissa le soin à ses hommes de s’occuper d’expliquer ce qu’il venait de se passer au soldat qui n’avait rien demandé et se faisant ils atteignirent enfin la terre ferme. Il faudrait faire attention, le rayon d’action de cet homme s’étendait au moins à une centaine de mètres, si pas plus...

Enfin tous descendus de cet assemblage de planches, ils se mirent en route. Les ordres étaient clair : rejoindre la base, y prendre ses instructions, mener à bien la mission. Mais tout ne se passa pas si facilement… Une détonation suivie de plusieurs coups de feu. Un vent de panique souffla au travers des bâtisses que le petit groupe passait et des cris résonnaient, dont celui d’une petite fille. Etait-ce par obéissance absolue en la parole d’Akainu ou à cause de la colère qu’il avait ressentie à cause du pirate ? Il ne tint absolument pas compte de ce qu’il l’entourait. Rien n’avait menacé directement son équipe, il ordonna donc qu’on continue d’avancer en direction de l’objectif véritable. Pourtant, ce fut le corsaire qui s’arrêta net, comme préoccupé de ce qu’il pouvait bien se passer. Qui pouvait-il tromper ? C’était un pirate, il devait semer le chaos comme tous ceux de son espèce ! L’officier n’eut pas besoin de répéter l’ordre qu’il venait de donner, l’un de ses hommes agrippa le bras du shichibukai pour le forcer à avancer. Bien sûr, étant donné sa rébellion constante même face à l’autorité du sous-amiral, il aurait pu se douter qu’il n’allait pas apprécier de se faire rappeler à l’ordre par un autre marine…

Réagissant à nouveau au quart de tour, le borgne dégaina l’une de ses épées au moment même où il vit que son subordonné se faisait immobiliser. Il n’eut pas besoin de faire un pas dans sa direction, le capitaine pirate se contenta de menace puis il relâcha sa prise et se dirigea vers les cris de la petite fille. Soupirant une fois de plus, le moustachu consentit à agir en faveur de la population puisque l’autre faisait encore un caprice. Ordonnant à l’un d’aller s’assurer que des renforts étaient en route et aux autres de s’assurer que le ou les tireurs ne se trouvaient plus dans les parages. Agir pour la population ? Personne n’était médecin c’était bien pour ça que la chose qu’ils savaient faire le mieux c’était de tuer tout criminel qui pointerait le bout de son nez. Notre homme, lui, resta parfaitement statique, plantant son sabre dans le sol sablonneux et posant ses deux mains sur la garde de son arme. Il attendit patiemment que le corsaire revienne de lui-même. Entendant une femme derrière remerciant le pirate, son sang ne fit qu’un tour. Comme si cette ordure méritait quoi que ce soit…

« Ça par exemple ! Un pirate qui s’amuse à aider la population ! Alors comme ça on aurait des remords sur le chaos et la destruction qu’on aurait semés jusqu’ici ? Que c’est pitoyable. Suis-moi sans faire d’histoire maintenant, c’est un ordre ! »

Il le savait mais, le chirurgien n’allait certainement pas se laisser traiter de la sorte. Francesco s’en fichait éperdument, il rengaina son arme et tourna le dos à celui auparavant derrière lui. Après quelques montées de voix, ils arrivèrent cependant à la caserne du coin, qui se fondait d’ailleurs parfaitement dans le paysage, sa façade bleutée presque recouverte entièrement de sable. Là ils purent enfin parler à qui de droit et purent se rendre compte de la situation… Comme il le redoutait, ces prévisions s’avérèrent exactes : ils allaient devoir enquêter ensemble et se fondre parmi la racaille pour mieux comprendre d’où venaient toutes les emmerdes sur ce port. L’idée de se déguiser en pirate ne l’enchantait pas mais par contre quelqu’un derrière lui en fut étrangement ravi ! La quasi-totalité de ses subordonnés devraient rester là pendant que seuls Victoria et lui devraient encadrer le shichibukai. Ils furent ensuite tous congédiés et durent attendre la nuit tombée pour ressortir et se donner rendez-vous… Au bar ! L’endroit évident où les infos circulent rapidement.

C’est donc avec une joie non dissimulée que notre marine poussa la porte de l’établissement le plus miteux de la ville, habillé uniquement d’un de ses teeshirt noir moulant mais aussi d’un pantalon gris miteux et pleins de trous fourni amicalement un peu plus tôt dans la journée par un soldat faisant partie de la cellule des objets saisis. Il avait dû troquer ses fourreaux d’un blanc immaculés, pour des armes moins tape-à-l’œil. Plutôt que de les avoir sur sa ceinture, il avait dû les glisser entre son jeans et sa ceinture, ce qui le gênait et provoquait un tintement aussi régulier que des chaussures de cow-boys. Impassible, il cherchait maintenant du regard l’homme aux cernes. Belle soirée en perspective.




HRP : t'inquiètes x) ça me convient même très bien ! tu m'obliges à rédiger des pavés!
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FB - Mission au Pays du Sable [Moustache-ya]   Dim 13 Mar - 11:54

Trafalgar D. Water LawSupernova | Heart Pirates
Supernova | Heart Pirates
avatar

Messages : 5546

Navigation
Doriki:
3509/6000  (3509/6000)
Fruit du Démon: Ope Ope No Mi




Feat Francesco

P'tit con et fier de l'être !



Qui aurait pu croire que mon souhait de devenir l'un des 7 grands corsaires allait me pourrir l'existence durant un temps ? Si j'avais ce don de voir l'avenir, nul doute que j'aurai refusé cet appel ! Quoique si je devais déjà désobéir alors que je venais à peine d'être nommé... Cela serait bien compromettant pour la suite ! Alors j'allais devoir prendre mon mal en patience et supporter tout un régiment de Marines... Ils n'étaient pas des plus ravis de me voir mais je peux leur assurer que moi non plus, je ne tenais pas spécialement à être là... J'avais mieux à faire que de courir après un potentiel acheteur/revendeur d'armes au marché noir. Mais c'était un ordre officiel donc pas le choix... J'allais devoir jouer en compagnie d'un vieux grincheux moustachu !

Une fois n'est pas coutume, la subordonnée entre dans « mes » quartiers suivi non loin par le sous-amiral... Une petite pique lancée et nous voilà déjà prêt à nous bouffer le nez ! J'aurai ri de la situation si cela avait été plus drôle...Mais nous ne faisons que nous « accrocher » et voilà que je manque de finir défiguré à cause de Moustache-ya ! Eh ! Ce n'est pas parce que j'ai un visage d'ange qu'il faut le défigurer ! Tsch. Les 2 protagonistes sortent enfin et j'enfile mon long manteau avant de les rejoindre sur le pont. Malgré cette situation pesante, je ne peux m'empêcher de penser à Cora-san et de me demander ce qu'il serait devenu s'il était encore là. Il serait toujours un Marine, j'en suis certain... Je serai sûrement resté avec lui si j'en avais eu l'occasion mais il semblerait que tous ceux qui m'approchent, connaissent un destin tragique. Mes parents sont morts, Lamy est morte... Cora-san aussi... Moustache-ya va-t-il mourir ? Affaire à suivre... Je « reviens » sur terre quand le gradé m'explique le plan mais... Je ne l'écoute qu'à moitié... Pourquoi en serait-il autrement hein ?

- Et qu'est-ce qui vous fait dire que j'avais des contacts dans les bas-fonds ?! J'suis, peut-être, un pirate mais ce n'est pas parce que j'en suis un que j'ai, obligatoirement, des liens avec des acheteurs ou des revendeurs d'armes. J'avais plus important à faire que créer des liens avec des gens de leur espèce Je ne peux m'empêcher de froncer légèrement les sourcils quand il parle d'« enquêtes approfondies ». Se serait-il documenter sur nos vies ? Quoique je ne vois pas ce que je risque... Personne ne sait véritablement qui je suis ni d'où je viens... Parce que je suppose qu'ils seraient déjà passés à l'action s'ils avaient eu vent que j'étais le dernier survivant de leur plus grosse erreur C'est amusant comme situation, j'avais la même idée concernant les Marines... Rangés en ligne, obéissant aveuglément aux ordres - même les plus stupides - comme le ferait l'animal le plus fidèle....... A croire que vous avez tous oublié la signification du mot « liberté » Je ne peux empêcher mon sourire amusé de s'accroître Quant à mes cernes, je vous assure que vous n'avez rien à m'envier Moustache-ya... vous êtes plutôt bien conservé malgré votre âge et votre air grognon... Les cernes vous donnent un air encore plus sévère...

Oui je m'amuse de la situation. Après tout, que puis-je faire d'autre ? Je n'allais quand même pas dire « oui amen » à ces chiens de Marines ?! Ils ne le méritent pas ! Et encore, j'ai plus de considération pour un chien que pour eux... Quoiqu'il en soit, j'ai besoin d'espace ! Grâce à mon pouvoir, j'échange ma place avec un marine qui n'a rien compris de ce qui lui arrivait ; Quant à moi, je suis déjà à terre en train de siroter un café... J'aime être un petit con quand je peux en avoir l'occasion...

Fraîchement débarqués, nous voilà partis pour rejoindre la base où nous avions rendez-vous mais, comme dirait le dicton, tout ne se passe pas comme prévu ! Une détonation se fait entendre, puis des cris... Les larmes d'une mère... Même si on me dit souvent que j'ai un cœur de pierre puisque je ne montre jamais réellement ce que je peux ressentir ; là, sa détresse me touche mais pour d'autres raisons... Mais voilà que le sous-amiral nous lâche que nous devons bouger... La mission passe avant la vie des civils hein ?! Je ne bouge pas... mais voilà qu'un sous-fifre ose me toucher mais en prime, il me donne un ordre ! Un ordre ? A moi ? M'a-t-il bien regardé avant de faire quelque chose d'aussi incroyablement stupide ?! Sans attendre, je me défais de son emprise, le menace à ma façon et je vais porter secours à cette mère de famille. Peu m'importe si on croit que j'agis pour calmer un caprice... Quelque part, c'est un peu le cas mais... Il y une raison bien plus personnelle cachée derrière tout ça... Mais ça, ça ne les regarde pas !

Une fois, mon œuvre finit, j'annonce, à la mère, que la gamine est sauvée et je retourne vers le moustachu... qui semble énervé de mon nouveau caprice. Il n'est pas au bout de ses peines avec moi ! Sa réflexion lorsque la mère de la fillette me remercie, loin de me faire mal, m'amuse grandement

- Vexé qu'un pirate puisse avoir un remerciement et pas la Marine, Moustache-ya ? Il me semble pourtant que, de nous deux, celui qui doive se repentir de ses crimes... ce n'est pas moi. Je n'ai rien à me reprocher. Je n'ai, certes, pas pour habitude d'aider les gens de cette manière... Mais je croyais que la Marine avait pour rôle premier de protéger les civils. Pourtant, il semblerait que l'intelligence dont vous faisiez preuve à une époque se soit perdue au fil du temps... puisque vous préférez laisser des citoyens innocents mourir plutôt que de les aider et tout ça pour quoi ? Pour ne pas mettre une mission en péril ? Tsch. Je ne sais vraiment pas lequel de nous deux est le plus pathétique

Moi je m'en moque. Comme il l'a dit, je suis un pirate... Et hormis mes nakamas, je me fiche complètement de la vie d'autrui. Là, il s'agissait d'un concours de circonstances... rien de plus. La Marine, quant à elle, est censée faire régner l'ordre et la justice... ainsi que protéger les civils... Laissez-moi rire ! Elle est belle la Marine d'aujourd'hui ! Malgré cet énième altercation entre Moustache-ya et moi, nous arrivons enfin à destination... Une caserne des plus banales... Honnêtement, je ne vois pas ce qu'il y a de classe à porter ce genre d'uniforme... Ridicule. On patiente un peu avant de pénétrer dans une salle et voilà que le plan est enfin dévoilé ! C'est pas trop tôt! Mais ce qui m'amuse le plus... C'est de savoir que Moustache-ya sera déguisé en pirate... Je ne peux m'empêcher de pouffer de rire en entendant cela ! Il me tarde de voir ce fier Marine devenir un vulgaire pirate ! Quoique je suppose que je ne serai guère mieux si je me retrouvais à porter l'uniforme de Marine... je crois que j'en deviendrai malade...

Le soir venu, nous devions nous retrouver dans un bar. Le bar le plus mieux de la ville où la plupart des racailles se retrouvent... C'est là que je devais retrouver Francesco... Il arrive enfin alors que ça doit faire 15 minutes que je suis là... Je commençais à m'ennuyer seul autour de cette table. Moustache-ya et sa collègue me rejoignent et je ne peux m'empêcher de regarder la jeune femme qui, malgré ces airs de pimbêche, se trouve être plutôt jolie dans son déguisement. Je reporte mon attention sur le sous-amiral... et je...

- Vous devriez envisager une reconversion... Ces vêtements vous vont à ravir ! Un vrai rebut de l'humanité

Il nous considérait ainsi alors autant faire pareil avec lui... le temps que ça durera ! Mais voilà que notre échange se retrouve coupé par l'arrivé d'un homme... à moitié ivre... Je dirais même au ¾... vu les émanations de plusieurs alcools qui s'échappent de sa gorge... Je grimace légèrement... J'ai une soudaine envie de vomir...

- Hey ! *Hic* J'te reconnais toi ! T'es le gars *Hic* du wanted affiché sur le mur... Traflagar Low...
- Presque ça, t'es sur la bonne voie néanmoins. Maintenant, si tu veux bien nous excuser... Nous étions en pleine discussion...
- Dis-moi *Hic* avant, simplement le nom... de la poupée aux côtés du vieux *Hic* moustachu borgne
- Aucune idée ! Mais si j'étais toi, je ne chercherais pas à l'avoir Le gars bourré me regarde perplexe et je continue sur ma lancée Pour être plus clair, c'est, en quelque sorte, sa poule de luxe... Il ne comprend toujours rien... Je soupire Sa putain de catin ; ça te va comme ça ?! Ça y est ! Il a enfin une illumination Il est plutôt possessif tu vois, alors si j'étais toi... J'me chercherais quelqu'un d'autre pour la nuit...

Quoi ?! Je viens de lui sauver les miches à la gamine qui accompagne Moustache-ya ! Bon certes, j'l'ai traité de catin mais... Est-ce ma faute si ses vêtements m'y font penser ?! Quelle idée aussi de venir habillée ainsi dans un bar rempli de mâles en manque de compagnie...




hrp : Ah ah je suis contente alors ! ♥️ J'espère que ma nouvelle réponse te conviendra tout autant
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FB - Mission au Pays du Sable [Moustache-ya]   Mar 15 Mar - 17:38

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Déguisés,


harcelés




Hormis sur le bateau, le sous-amiral avait pu conserver son calme ou, tout du moins, ne pas le perdre autant que pour relancer son arme dans le visage du pirate qu’il accompagnait. Haussant le ton lorsqu’il le fallait et restant de marbre quand il dût endurer les répliques du Chirurgien, décidément bien en forme. Alors qu’il entrait dans ce bar, il faisait son possible pour se maitriser, repensant aux événements récents auquel il avait été confronté. Un peu plus tôt, la sortie remarquée de l’empêcheur de tourner en rond l’avait d’ailleurs bien fait rire ! Alors qu’il l’attendait, droit comme un i, voilà qu’il avait trouvé à redire à son ordre de le suivre, voulant déverser une nouvelle fois sa bile, comme le citoyen lambda. Sauf que, venant de la bouche d’un pirate, son argumentaire était au mieux risible, au pire hautement hypocrite. Alors qu’il sortait des décombres avec cette gamine, le gradé ne put s’empêcher de rire. Vexé ? Se repentir ? Pathétique ? C’est vrai ça, qui d’eux deux était vraiment le plus pathétique ?! Pour tout début de réponse, il ne put s’empêcher de rire…

« Ha ha ha ha ha !! Je devrais donc me sentir vexé qu’on ait remercié un pirate ?! Mais je me fiche qu’on me remercie, je ne me suis pas engagé dans la marine pour qu’on me remercie ! Je suis ici pour faire mon devoir ! Vous parlez de crimes, de se repentir, mais je n’en ai jamais commis, je n’ai pas ma tête sur une affiche après tout. Tandis que vous… Ne pas vous repentir ne m’étonne guère pour un pirate. Et puis, me parler de la Marine comme vous le faites me prouve bien votre bêtise immense. Ne venez pas parler de choses que vous ne connaissez pas. Je n’ai aucun besoin d’expliquer quoi que ce soit en lien avec la Marine à mes ennemis vous pouvez bien crever avec vos aprioris, ça me fera des vacances ! »

A cette pensée, il n’avait pu s’empêcher de sourire à nouveau. Il marchait en direction de se bar, ses armes tintant dans la nuit alors qu’elles étaient dépourvues de leur fourreaux. C’est alors qu’il arriva enfin à destination. Il était un peu en retard sur l’horaire prévu, faute de ne jamais avoir pu trouver de compromis quant à son habillement pour cette soirée qu’il ne risquerait pas d’oublier. Faire semblant d’être un pirate, être accompagné d’un pirate, il aurait pu devenir dingue avant même de commencer sa mission. Il se reprit cependant, fermant son visage. Après tout, cela pouvait être pire ! Au moins il était accompagné d’Intégra pour la nuit, ce qui le réconfortait au moins un peu. Il ne serait pas seul et aurait suffisamment d’énergie pour se retenir d’étrangler Trafalgar Law s’il devait montrer l’exemple à la colonelle. Il poussa les battants de la porte de « l’établissement », se prenant déjà en pleine face une bouffée d’alcool et d’odeurs corporelles innommables. Il fit face sans en montrer le moindre signe et observa brièvement la salle, cherchant son comparse.

Alors même qu’il s’approchait et tirait une chaise pour s’asseoir, il entendait déjà le pirate lancer une petite réplique ironique. Il ne lui répondit pas, feignant de l’ignorer et s’installa le plus confortablement qu’il put avec ses quatre épées, débutant un concerto de tintements. Lorsqu’enfin il put calmer l’ardeur de ses armes, il prit la peine de regarder le shichibukai droit dans les yeux. Dommage, leur dualité ne put s’installer très longtemps à cause d’un des nombreux ivrognes en présence. Déjà, un importun les accostait en lorgnant abondamment sur la poitrine un peu plus apparente que d’habitude d’Intégra. Même s’il n’aimait pas beaucoup ce rustre, il sourit brièvement quand ce dernier essaya d’articuler trois mots au corsaire. L’agacement sur le visage du Chirurgien était tout simplement délicieux à observer ! Par contre la suite lui plut bien moins… Déjà il ne s’adressait même pas à lui mais en plus Law en profita pour insulter sa subordonnée. Les poings de l’officier se serrèrent. Il n’était vraiment pas autorisé à la tuer ? Il en mourrait d’envie pourtant !

Il fusilla d’abord du regard le pirate assis à ses côtés, pensant que, malgré tout, l’espèce de rebus de l’humanité mais il dût se rendre à l’évidence : l’alcool faisait faire et laissait dire des choses impardonnables. L’homme avait eu un genre de déclic et (était parvenu) à faire un pas dans la direction d’Intégra, approchant dangereusement sa main de sa poitrine. La bouche en cœur il posa alors une question qu’il allait bientôt regretter.

« Ha ?! Chouette alors ! Si s’t’une pute, y suffit qu’j’te file de l’argent non ?! Allez ! Qu’est-c’tu dirais d’me la laisser un peu pour -… »

Francesco allait dégainer l’un de ses sabres mais il se ravisa lorsqu’il vu sa collègue s’en occuper elle-même. Avec une main, elle empêcha l’ivrogne de la toucher en pliant ses doigts dans l’autre sens et avec l’autre elle avait pris son fusil, qu’elle avait accrochée dans son dos et l’avait collé à la tempe de l’alcoolique qui commençait maintenant à suer nettement plus. Après une multitude de petits cris étouffés et de supplications, il finit à genoux avant que la femme ne le lâche. Il s’empressa alors de se remettre debout et d’évacuer les lieux, se vautrant contre des chaises et des tables au passage. Avec ce type, les trois agents pouvaient maintenant cracher sur leur discrétion. Profitant du silence, le moustachu tenta le tout pour le tout, bien conscient qu’à ce stade ils avaient déjà commencés à se faire remarquer et qu’un peu plus ne changerait rien à la donne. Il tenta de se faire passer pour un pirate dédaigneux le plus crédible possible en s’adressant assez clairement pour que tous puissent l’entendre sans qu’il ne crie non plus dans le bar.

« Halala, Law, tu m’avais dit qu’ici y avait moyen de se faire de l’argent facile, tout ce que je vois moi, ce ne sont que des alcooliques et du sable sur cette île ! Tu t’es pas foutu de moi j’espère ? J’ai une cargaison à écouler… »

C’est alors que l’invraisemblable se produit. Alors que la majorité des ivrognes n’avaient rien relevé, un homme resté silencieux dans un coin s’approcha d’eux. Sous une cape, son visage se dévoila seulement devant eux. Il avait les yeux globuleux et de grosses lèvres. Une ancienne blessure avait dessiné une ligne oblique partant du bas du lobe de son oreille droite, remontant jusqu’à son arcade sourcilière. Il dévisagea les trois personnes assises puis il sortit un couteau et le pointa vers Law. D’une voix grave il demanda au corsaire quelque chose qui lui prouve qu’il ne soit pas là pour le gouvernement. Un autre homme apparut derrière le marine et lui demanda quel genre de cargaison il avait à écouler. Cet affreux début de soirée venait de prendre un tournant plus intéressant et plus facile que prévu ! Le gradé songea que ces pirates étaient vraiment aussi cons qu’ils en avaient l’air. Il serait plus facile que prévu de mettre un terme à ce trafic…


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FB - Mission au Pays du Sable [Moustache-ya]   Lun 21 Mar - 14:26

Trafalgar D. Water LawSupernova | Heart Pirates
Supernova | Heart Pirates
avatar

Messages : 5546

Navigation
Doriki:
3509/6000  (3509/6000)
Fruit du Démon: Ope Ope No Mi




Feat Francesco

P'tit con et fier de l'être !



Qu'est-ce que j'ai fait pour qu'on me mette dans les pattes un sous-Amiral grincheux ? Si j'ai bien compris, il n'y avait personne d'autre pour assurer le spectacle c'est ça ? Hmm non, je soupçonne quelque chose d'autre... Une chose que seul ce fourbe de gouvernement sait faire... Faire chier son monde et emmerder les Corsaires avec des missions qui ne sont pas si importantes au final. Là, c'est le cas. On m'avait dit le strict minimum à l'escargophone... Je savais juste que je faisais équipe avec un sous-amiral et que pour les détails, je devrais voir avec lui. Peut-être ont-ils cru que j'allais leur obéir bien gentiment ? Je n'ai jamais obéi ni même suivi un seul ordre qu'on m'a donné... Alors obéir sagement à ce que pouvez me dire un Sous-Amiral... Non merci.

En plus, pour une première rencontre, ça a plutôt mal commencé... Déjà, il faudrait sérieusement penser à leur apprendre les bonnes manières dans leur rang ! Les politesses se perdent chez eux et c'en devient navrant... mais c'est aussi un avantage pour moi puisque je peux m'amuser de ça comme un môme... Je sais très bien que je ne suis pas assez fort pour me mesurer de front à ce vieux grincheux mais, tous les chemins mènent à Rome non ? Alors, j'ai choisi ma manière de jouer... et je jouerais les p'tits cons jusqu'au bout. Pourquoi ? Tout simplement parce j'adore emmerder mon monde... Et j'ai l'impression que le gradé l'a déjà très bien compris. Preuve en est déjà que j'ai quitté le navire bien avant qu'ils ne débarquent... j'ai même eu le temps de boire un café... On dirait que le gradé l'a mal pris... Ah ah tant mieux !

Pourtant, quelque chose me gêne dans notre promenade de santé une fois à terre. Ce qui me gêne ? Le fait que personne ne veuille réagir alors que des tirs viennent de se faire entendre. Une mère supplie qu'on vienne aider sa fille... Personne n'agit... Non, au lieu de ça, Moustache-ya nous ordonne de continuer et de rester concentrer sur la mission. Je serre les dents... C'est ça l'image qu'ils veulent donner des Marines ?! Ils veulent donc passer pour des lâches ?! Qu'ils partent alors s'ils le veulent, moi je reste ! Bien qu'un sous-fifre ose me toucher et me donner des ordres, je riposte sans attendre en le menaçant à ma manière et je fais un nouveau caprice en allant soigner la jeune fille blessée... Je mets un peu de temps mais c'est surtout pour effacer une de mes fautes passées... Lamy... Cette jeune fille lui ressemble en plus... Tsch. Ne pas tomber dans le sentimental, ça ne sert strictement à rien. Mission accomplie... Elle est saine et sauve. J'en informe la mère sans rien dire de plus et une fois près de Moustache-ya, j'entends un merci provenir de la mère de la gamine... Un merci pour... moi ? Mais il semblerait que Moustache-ya soit jaloux sur le fait que j'ai été utile et lui non... C'est adorable.

- Non, vous vous êtes engagés dans la Marine pour faire le lèche-cul à vos supérieurs. Mais la vie d'une gamine n'a donc aucun intérêt pour vous ?! Vous la laisseriez mourir pour remplir votre mission et satisfaire vos supérieurs ? Ce n'est pas votre putain de rôle de les protéger du danger ? Tsch. En réalité, vous ne valez pas mieux que les pirates Moustache-ya Lançais-je calmement. Je sais que je suis censé respecter la réputation que j'ai, mais ces abrutis ruinent l'image du seul Marine respectable que j'ai pu connaître... et ça, je ne leur pardonnerais jamais Des choses que je ne connais pas hein ? Vous seriez surpris Moustache-ya. Je n'ai connu qu'un seul Marine respectable et j'peux vous assurer que vous êtes loin de lui arriver à la cheville... Lui, au moins, il se souciait des autres Crever ? Ça ne me dérange pas, ça doit faire 13 ans que je devrais être mort... Non, je m'en voudrais de crever avant vous... Surtout que j'ai plus important à faire avant de préparer ma mort

Qu'est-ce qui peut être pire de toute manière ? Que je meure des mains de Doffy ? Des mains de ce vieux grincheux moustachu ? J'm'en moque. Tout ce que je veux, c'est venger Cora-san et ensuite, j'pourrais mourir en paix ! Nous repartons enfin vers le QG histoire d'avoir les derniers détails de la mission. Le gradé avait donc raison... Mission infiltration alors... et déguisé en plus ! Je ne peux m'empêcher de rire doucement en entendant cela ! J'ai hâte de voir ça... Le soir venu, Moustache-ya et sa collègue me rejoignent avec 15 minutes de retard et voir le vieux habillé en pirate... Je regretterais presque de ne pas pouvoir immortaliser cet instant ! Mais après quelques échanges, notre jeu est interrompu par un rigolo bourré qui vient nous demander s'il peut nous prendre la demoiselle à notre table... J'lui aurai bien dit oui puisqu'elle ne me semble pas importante mais Moustache-ya ne semble pas d'accord... Encore moins quand je traite « sa gonzesse » de pute... C'est drôle ! Mais voilà la demoiselle me surprend en tordant les doigts au pervers – non pas moi, l'autre à mes côtés – elle se révèle bien utile soudainement ! Le gradé nouvellement pirate finit par tenter une approche et je grimace légèrement quand il m'appelle par mon prénom... si bien que pour tout début de réponse, je lui adresse un doigt d'honneur avant de sourire amusé

- Me foutre de toi ? Bien que l'idée me paraisse séduisante, tu crois réellement que je perdrais mon temps à te ramener ici si je n'étais pas certain de mes sources ? J'ai mieux à faire que de te faire perdre du temps, et le mien par la même occasion

Je l'aurai bien surnommé encore mais je ne pense pas que dans ce nouveau jeu, cela soit conseillé. Après quelques minutes, un homme se pointe à notre table et s'assoit à mes côtés. Il nous observe quelques secondes et point un couteau dans ma direction ! C'est bien mon jour... Malgré moi, je ne peux m'empêcher de sourire amusé

- Une épée ce matin, un couteau ce soir... J'ai intérêt à me trouver un garde du corps à ce rythme. Range-ça tu veux, tu risques de te blesser Mon visage se tourne vers l'inconnu Je n'ai plus le droit de me détendre ? Crois-moi, si j'avais une quelconque mission à remplir pour ces idiots, c'est bien le dernier endroit où je serai venu... Venir dans une taverne remplie d'ivrognes du matin au soir... Fort peu pour moi Déclarais-je sérieusement... avant qu'il n'abatte sa lame entre mon pouce et mon index... Pourquoi devrais-je avoir peur ? Si je ne lui montre pas une quelconque confiance maintenant, quand le ferais-je ? Le jeu est fini ? Il acquiesce d'un signe de tête Tu sais déjà où envoyer la marchandise n'est-ce pas ? Il me répond que oui mais comme le voyage est assez long et qu'il faut entretenir le navire et bla bla bla.... Je soupire doucement avant de poser un petit sac rempli de berrys. Où je l'ai eu ? Disons que je l'ai emprunté sur le navire de la marine tout à l'heure ah ah Cela ira comme dédommagement ?

Je souris amusé devant la tête de Moustache-ya... Morale du jour : Ne jamais laisser un pirate seul dans un bateau de marine...



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FB - Mission au Pays du Sable [Moustache-ya]   Mer 30 Mar - 11:25

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Naïfs et trop



gourmands




Depuis le départ, le shichibukai n’avait cessé de se faire entendre. Pur envie de contradiction ou réelle haine envers la Marine, ça importait peu. Cet homme restait un pirate après tout et même si Francesco lui répondait au départ sur le même ton ou en montant d’un cran, cela n’amenait rien de constructif. Il le savait pertinemment mais il ne pouvait s’empêcher de répondre aux invectives haineuses qu’il ne pouvait que subir, la violence physique étant proscrite entre eux deux. Ainsi, voir ainsi la Marine se faire trainer dans la boue par l’unique parole pleurnicheuse et par les attitudes de victime d’un pirate l’avait quelque peu énervé et il avait eu de plus en plus de mal pour se retenir de ne pas lancer à nouveau l’un de ses sabres de manière à réellement porter un coup au Chirurgien. Sa colère avait atteint des sommets, au moment même où, inspiré, le tatoué lui répondait une énième fois, l’attaquant cette fois personnellement, le traitant d’affreux lèche-cul, doutant de sa valeur en tant qu’homme de la Justice.

Mais pour toute réponse, il n’eut qu’un long silence. Isaak était passé derrière lui, posant sa main sur son épaule. Cela n’avait peut-être l’air de rien mais ce colonel avait toujours été quelqu’un de pondéré, avec du sang-froid. Le Sous-Amiral avait toujours pu compter sur lui depuis son recrutement et à maintes reprises, il avait pu éviter de nombreux débordements de violence. Par ce simple geste, Francesco sortit un instant de son duel aveugle avec Law, réfléchissant à l’évolution de la situation. Pour le coup, il se rendait bien compte que cette petite guéguerre n’avance et n’avancerait à rien. Que ces attaques purement gratuites et idiotes étaient le jeu du jeune corsaire qui, sans doute, sous ses airs de petite victime et d’enfoiré, devait bien rire de faire enrager le gradé. Cette petite réflexion fit un bien fou à l’officier, qui, à ce moment-là avait fait un signe de tête à son subordonné, en ayant pris la bonne résolution d’ignorer et de ne plus répondre aux paroles de l’homme au bonnet blanc-tacheté.

Tout cela avait porté ces fruits, jusqu’à maintenant. Alors autour de la table, il avait senti à nouveau la moutarde lui monter au nez mais l’intervention d’Intégra et le détachement dont elle faisait preuve face au pirate lui rappela qu’il était inutile de s’énerver. A présent, ils devraient jouer leur histoire à la perfection, en accord avec ce que Francesco avait préparé avec le commandant en charge du port de l’île. C’est ainsi que deux hommes virent à leur rencontre et semblèrent menaçants jusqu’à ce que Law leur réponde. Avec son petit trait d’humour, le marine ne put s’empêcher de sourire en repensant à son lancer d’épée du matin même. Un couteau entre les doigts plus tard, les deux encapuchonnés avaient l’air plus confiant. Ils semblaient croire à la version de Trafalgar Law, tant mieux pour les trois comparses ! Ce corsaire savait en effet mentir très habilement, une raison de plus pour se méfier de lui pour le moustachu. Puis une bourse apparue. Une bourse qui ressemblait étrangement à celles que la Bastard possédait… Ce pouvait-il que ? Non... Il avait osé !

Le visage de Francesco se décomposa quand il comprit le petit tour que le Chirurgien lui avait joué. Tournant sa tête vers lui, il le dévisagea, la haine transparaissant à nouveau dans son œil. Cet argent n’allait certainement pas contribuer à amortir les frais des navires de contrebande, il se le jura ! Il se força à faire bonne figure et mit son grain de sel dans la conversation. Il fallait rendre le change et son regard de tueur n’était pas du plus bel effet. Il fit un grand effort pour que son visage n’exprime plus aucune émotion particulière et il se tourna vers l’homme au couteau.

« J’avais justement mis de côté cet argent en prévision. Si cette petite assurance vous convient et que je peux en gagner bien plus au final, ça me va. »

Visiblement ravi, il prit la bourse et la mit dans l’une de ses poches de son manteau. Il avait été sans doute trop obnubilé par cet argent pour se rendre compte du petit échange de regard qu’il y eu. Il regardait maintenant Francesco avec insistance en lui demandant de lui montrer la fameuse cargaison pour laquelle il était venu. Le sous-amiral lui aussi satisfait se leva et leur proposa de le suivre vers le port. Sur la route, au clair de lune, il en profita à nouveau pour essayer de dialoguer un peu avec les deux inconnus. C’était tout un art de tirer les vers du nez à quelqu’un sans qu’il ne s’en aperçoive. Mais si ces types aimaient l’argent, il serait facile de leur faire miroiter monts et merveilles pour quelques paroles qu’ils penseraient confidentielles ! Pour cela il allait d’abord en raconter un peu sur lui, l’homme qu’il était censé joué, avant de leur poser quelques questions. Le plus importance était de les garder en confiance et surtout, leur faire croire qu’ils avaient la situation bien en main… Puis ce serait un jeu d’enfants d’en finir !

« Haaaaa. Quelle belle soirée aujourd’hui ! J’avais justement des armes à ne plus savoir qu’en faire… Je me fais vieux et malgré mes muscles, j’aurais grand besoin de vous pour tout transporter ! Je m’affaiblis de jour en jour et mon dernier vol en date fut cette cargaison ! Ces marines, quelle bande d’idiots ! Ils ont crus que j’étais un espèce de gradé à la retraire après avoir enfilé l’un de leurs uniformes ! Ils seront ravis d’apprendre que leurs propres armes vont servir à d’autres ! Ha ha ha ! Je me fiche bien à qui ça servira sur le terrain mais… Si celui pour qui vous travailler a encore besoin de ce genre de choses, il pourra me recontacter s’il paye bien. Et d’ailleurs si lui me paye bien, je serais plus disposé à vous payer pour ce que vous faites ! On est tous gagnant dans cette histoire, non ?! Je ne serais peut-être bientôt plus de taille à affronter la marine de front mais s’ils sont tous aussi cons je pourrais encore les voler… Qu’en dites-vous ? »

Comme il s’y attendait, l’un des deux hommes commençait à avoir des étoiles dans les yeux au fil de son histoire. L’autre semblait plus réservé mais le gradé camouflé finissait justement son monologue devant son navire, qui avait effectivement été rempli d’armes un peu plus tôt dans la journée. Tout se déroulait selon le plan jusqu’ici et les derniers doutes du deuxième homme à convaincre s’effacèrent quand il vit la montagne d’armes et de poudre qui emplissaient la cale. C’est alors qu’ils commencèrent à parler sous le regard aiguisé des trois compagnons. Jusqu’ici le corsaire n’avait plus dit grand-chose mais cela ne saurait tarder. Son éloquence pourrait encore servir, surtout pour voir ce qu’il se cachait sous le tapis de sable de ce bout de terre…

« Putain t’avais pas menti, le vieux… T’as vraiment pu voler cette montagne d’armes à la marine ? Si c’que tu dis est vrai et que tu peux en faire venir d’autres, Joker sera ravi de faire affaire avec toi ! Héhéhé et ouais, il paye bien ! »





HRP : Désolé du retard! ><
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FB - Mission au Pays du Sable [Moustache-ya]   Jeu 14 Avr - 18:00

Trafalgar D. Water LawSupernova | Heart Pirates
Supernova | Heart Pirates
avatar

Messages : 5546

Navigation
Doriki:
3509/6000  (3509/6000)
Fruit du Démon: Ope Ope No Mi




Feat Francesco

P'tit con et fier de l'être !



Un jeu... Ouais toute cette histoire n'était qu'un jeu de plus entre la Marine et les pirates. Un jeu où je risquais d'y laisser quelques plumes mais qu'importe ai-je envie de dire ! D'ailleurs, tout aurait pu très bien se dérouler... si je n'avais pas reçu ce maudit appel ! Je serai déjà sur Punk Hazard à cette heure ! Mais non... Il fallait que la Marine décide de me « siffler » pour que le bon « chien » que je suis réponde favorablement... Je n'avais pas tellement de possibilités... Mais j'étais plutôt amusé de savoir que j'allais faire équipe avec un sous-Amiral... Jusqu'à ce que je rencontre ce fameux Moustache-ya...

Notre rencontre se déroule sans trop gros soucis... si on occulte le fait qu'il ait tenté de me défigurer... Je tiens encore à ma frimousse... J'l'aime bien comme elle est ! Une petite dispute éclate entre nous mais il semblerait que le sous-amiral soit du genre à démarrer au quart de tour... Suffit simplement d'avoir la bonne réplique et bing, ça explose comme un feu d'artifices ! Finalement, j'ai peut-être bien fait de répondre favorablement à cet appel moi ! Déjà, je peux embêter Moustache-ya, rien que ça, ça vaut toutes les missions du monde mais... si je lui demande s'il a connu un certain « Rossinante » va t-il me répondre ? J'en doute ! C'est une tête de lard ce type ! Il exècre les pirates et je ne serais pas étonné s'il détestait aussi ses pairs ! Cela serait bien le genre tiens. Après m'être vêtu parce que oui, j'allais pas sortir uniquement en pantalon, je demande au gradé s'il peut m'expliquer la raison de notre présence ici... Puisque moi, on ne m'a rien dit ! Enfin, très peu de choses... Je suppose que lui, il doit en savoir davantage. Comme pour l'énerver encore d'un octave, j'écoute à moitié ce qu'il me raconte ! Non c'est vachement intéressant j'vous assure mais c'est mon rôle d'emmerdeur de service de ne pas écouter... De toute manière, je n'écoute que moi... Preuve en est qu'après avoir entendu le Marine me dire qu'il devrait devenir une « brebis » parmi les loups, je le toise avec un sourire en coin avant d'utiliser mon pouvoir pour disparaître et atterrir sur l'île... J'ai même le temps de me payer un café au nez et à la barbe de Moustache-ya... Ah ah !

Tout le monde débarque enfin et je suis la petite troupe « docilement ». Tout se passait sans encombres jusqu'à ce qu'une détonation retentisse ainsi que des coups de feux. Panique générale dans la ville mais aucun des marines présents semblaient bouger... Je rêve en fait c'est ça ? Une gamine est étendue non loin de là avec une mère en larmes et... rien ? Ca ne les touche même pas ? J'ai envie de vomir... Si moi je n'ai pas de cœur, je ne sais pas ce qu'ils ont à la place du leur ! Ils continuent d'avancer mais pas moi... Je reste à observer ce carnage... bien qu'un jeune marine ose me toucher en me saisissant le bras et m'ordonne d'avancer. Je n'ai jamais supporté les ordres et ce n'est certainement pas un sous-fifre qui va me dire quoi faire ! Sans aucune difficulté, je me dégage de son étreinte en le menaçant de ne pas me sous-estimer et je pars aider cette gamine puisqu'il semblerait que personne ne veuille se bouger le cul pour le faire... Quelques minutes plus tard, la gamine est sauvée et me v'la gratifié d'un « merci » par la mère de la gamine... Surpris ? Ouais assez... J'ai pas réellement fait ça pour avoir un quelconque remerciement derrière mais la réponse de Moustache-ya... J'ai été à 2 doigts de rire... Heureusement que je sais cacher mes émotions... Mais un officier vint interrompre le petit jeu que j'avais dû mal à commencer... Il m'emmerde lui ! Avec qui vais-je jouer à présent ? Tsch. Quand je dis qu'il n'y a que des emmerdeurs chez les Marines...

Un bon fou rire – à ma plus grande surprise - et deux déguisements plus tard, nous voilà tous les 3 autour d'une table dans un bar bien pourri... Toute la pire vermine semblait s'y être donné rendez-vous... Je déteste les endroits comme ça... J'ai toujours été plutôt introverti et solitaire... Même gamin j'étais comme ça... Mais là, je n'ai pas le choix... Il faut jouer le jeu... et jouer, c'est une chose que j'aime faire. Comme par exemple quand il faut parler à ce petit pirate qui s'installe à mes côtés et qui pue l'alcool à des kilomètres à la ronde... J'ai envie de vomir... Mais je prends sur moi et garde un air complètement détaché... même quand il me plante un couteau entre mon pouce et mon index... Un chirurgien sans mains... ça serait con quand même non ? Un mensonge qui passe inaperçu et me voilà à moitié débarrassé de l'autre avec ses questions et son haleine fétide ! Dommage, ça ne dure pas longtemps... mais pour lui prouver ma bonne foi, je lui dépose face à lui, un sac remplis de berry... sac subtilement volé sur le navire de la Marine un peu plus tôt... Mais chut c'est un secret – ou pas – Je lance un regard, innocemment, amusé au gradé quand il découvre ce que j'ai fait... Sa tirade m'amuse grandement... Je secoue légèrement la tête... Mon regard est attiré par un objet dans la poche de mon collègue à mes côtés... Hmm, cachottier ! Je ne dis rien pendant quelques minutes... écoutant la conversation « sagement » et quand l'occasion se présente, je me penche pour chuchoter quelque chose à l'oreille du pirate... Il tourne la tête vers la jeune femme... avec un grand sourire... La jeune femme est une distraction à elle seule puisque pendant que le pirate est occupé à regarder Intégra... Ma main, elle, a subtilement dérobé l'escargophone que le pirate possédait... Évitons tout dérangement ou appel de renforts... Cela serait dommage... Petit escargot dort gentiment dans ma poche à présent... Je fais comme si de rien était tout en calant mon dos contre le dossier de ma chaise et je croise le regard de Moustache-ya... Quoi ? Nous ne sommes jamais trop prudents !

Et nous voilà repartis pour un petit tour ! Nous nous dirigeons vers le navire... Heureusement qu'ils ont eu l'intelligence de nous prêter un navire où il n'y avait pas écrit « Marines » ! Nous aurions eu l'air fin tiens ! Moustache-ya se prête au jeu on dirait... Moi ? J'écoute, j'observe... Je ne leur fais pas réellement confiance à ces types... Surtout s'ils travaillent pour « lui »... Je ne la sens pas trop cette histoire... Mais peut-être suis-je simplement trop méfiant ? Pendant que les comparses pirates ainsi que Moustache-ya et sa collègue entraient dans le navire, et surtout, certain que je sois seul, j'ai eu l'idée de créer une « room » qui enveloppe tout le navire... Nous ne sommes jamais trop prudents et, bien entendu, personne ne l'a remarqué... Vu qu'ils étaient déjà tous rentrés ! Il me suffit de suivre les voix et les « rires » pour les retrouver... Je me pose, contre l'encadrement de la porte et je les écoute une nouvelle fois. Je ne sais pas pourquoi mais la jeune femme s'excuse et annonce qu'elle doit s'absenter quelques minutes... J'arque un sourcil intrigué... Ca ne va pas paraître suspect si elle s'en va comme ça ? Ah bah voilà... La question tombe... Sérieux, ne sont-ils pas un peu trop chiants ceux-là ?

- Là où vous ne pouvez pas aller pour elles Messieurs ! L'un des deux veut vérifier qu'il n'y a pas entourloupe... Ce que je peux comprendre... Mais avant qu'il ne franchisse la porte, je Je vous le déconseille... Sauf si vous tenez absolument à finir comme votre collègue tout à l'heure avec un bras en moins et une voix de castra... Les toilettes pour dames sont au fond à droite...

Il semble réfléchir... - Pas trop pénible ? - Puis il se ravise et retourne près de son collègue... Eh bien, je ne sais pas où elle s'est barrée la demoiselle mais elle a plutôt intérêt à revenir et rapidement ! Les deux gus regardent les armes et la poudre mais quelque chose sonne faux dans leur comportement... Je ne saurais dire quoi mais quelque chose m'échappe... Jusqu'au moment où je vois la lueur d'une lame... Je fronce légèrement les sourcils.... Moustache-ya ne semble pas l'avoir remarqué... Joker n'est pas du genre à payer un petit revendeur d'armes... Me voilà dans mes pensées... jusqu'au moment où la lame que j'avais vu un peu plus tôt ne brille de nouveau... et sa trajectoire se finit sur le gradé... Enfin, cela aurait dû se passer comme ça... si je n'avais pas utilisé mon « shambles » pour sauver les miches de Moustache-ya ! Ce dernier finit assis, à mes pieds, tandis que la lame, elle, finit dans l'épaule du second pirate... Bon, j'crois que la couverture est grillée.... - Ou pas – Toujours sous le coup de la surprise, le vieux grincheux ne s'est toujours pas relevé et sans le regarder, je...

- Un problème, Moustache-ya ? On ne tient plus sur ses jambes ?

Lançais-je, amusé. Pourquoi je l'ai aidé ? Ah ça... Mystère. Mais je sais très bien que je n'en recevrais aucun remerciement... Puisque je l'ai sauvé sans qu'il me le demande et bla bla bla.... Si je l'ai fait, c'est simplement pour avoir le plaisir de lui ressortir ce fait plus tard et, qu'il le veuille ou non, il a une dette envers un pirate ! Ah ah ! P'tit con jusqu'au bout...




hrp : T'en fais pas ! J'm'excuse aussi pour l'attente x) J'espère que ça te conviendra
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FB - Mission au Pays du Sable [Moustache-ya]   Mar 19 Avr - 15:50

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Fin de l'



infiltration




La revente semblait se passer plutôt bien pour le moment. Les deux hommes semblaient être particulièrement contents et aussi bien bavards. Pour le gradé, c’était tant mieux. Au plus vite cette mission finirait, au plutôt il recommencerait sa noble mission sans devoir supporter un shichibukai. Cela faisait maintenant de longues minutes qu’il devait arborer un sourire qui n’était pas sien et ses zygomatiques avaient du mal à suivre. On peut s’imaginer, en voyant le bonhomme, qu’il ne passait guère ses journées à sourire et bien c’était dur de le garder face à autant de pirates ! Trafalgar Law l’avait lâché et maintenant c’était Intégra. Il était seul face à deux hommes qu’il n’aimait absolument pas. Bien entendu, maintenant que leur distraction principale (en plus des armes) était partie, ces sous-fifres se rendaient compte qu’ils étaient bien isolés… Une remarque ne tarda pas à fuser. Francesco ne répondit pas, il se forçait déjà de ne pas tous les tuer par surprise alors qu’il en avait l’occasion. C’est alors qu’il entendit le corsaire de l’autre côté de la porte.

Visiblement, l’un des deux semblaient curieux et il suivit Intégra. Sa brave subordonnée n’avait sans doute plus envie de subir des regards insistants sur sa poitrine ou le bas de son dos, elle cherchait probablement à se poser quelques instants pour souffler. Pour une fois, Law se révéla plus aidant que chiant, canalisant les pirates. Le sous-amiral fit alors volte-face. Bien conscient de l’imminence de la fin de leur couverture. Lui toujours aussi méfiant, il se doutait que si une question s’était posée, les petites mains de Joker n’allaient pas tarder à frapper. Dans le milieu s’était mangé ou être mangé. Instinctivement il savait que les deux hommes n’allaient pas tarder à faire un pas de travers. Il se tourna donc face à la montagne d’arme et ferma les yeux. Seraient-ils assez idiots pour le faire dans le navire ? Le borgne inspira un grand coup, son haki lui faisant deviner l’arrivée d’un coup porté de haut en bas avec un couteau. Ces types étaient idiots et ne savaient pas prendre quelqu’un par surprise, décevant.

Le gradé posa la main sur un de ses sabres et ouvrit les yeux. Il dégaina mais se trouva face au capitaine corsaire. Instantanément surpris, il comprit ensuite ce qu’il venait de se produire en entendant un cri dans la pièce d’à-côté. Ce crétin l’avait permuté. Ce con l’avait empêché de les avoir par surprise ! Mais qu’est-ce qu’il croyait ?! Qu’il était faible ?! Nul besoin d’être aidé par un pirate ! L’oeil du sous-amiral se planta dans ceux du tatoué. Il lui offrit le regard le plus meurtrier qu’il avait jamais fait.

« Va au diable, Trafalgar Law ! Je ne t’ai rien demandé ! J’avais la situation bien en main, bordel ! »

Alors qu’il était inexplicablement assis, le moustachu se remit debout en un clin d’œil comme s’il était sur des ressorts. Il trancha les gonds de la porte et donna un grand coup de pied dedans. Elle partit s’écraser sur l’un des deux hommes resté à l’intérieur alors que l’autre lâchait son arme pour sortir un briquet. Il s’approcha d’un baril de poudre et y lança l’objet. Alors qu’il redoutait une explosion et qu’il avait placé son bras devant son œil valide, le chef de la Bastard dû se rendre à l’évidence : rien n’avait explosé. Il tourna la tête vers Law, encore, qui lui souriait, l’un de ces doigts levé. Ce connard venait effectivement de lui sauver la mise. Francesco enragea instantanément à cette idée. Jamais ! Jamais il n’aurait de dette envers un pirate ! Cela ne changerait rien, il pouvait bien aller se faire voir ! Il détourna le regard pour fixer le pirate restant qui, après avoir regardé son briquet lévité quelques instants, comprit qu’il était dans la merde. Il se baissa pour ramasser son arme mais le borgne fut plus rapide.

Pour la seconde fois de la journée, il opta pour lancer son arme. Au moment même où l’homme avait prise sur son fusil, une épée vint transpercer sa main en son milieu. Hurlant de douleur, il se préoccupa plus de sa main, ce qui laissa assez de temps au marine pour dégainer un autre sabre et s’en servir cette fois pour le trancher en deux. Le corps tomba lourdement à terre alors que l’officier récupérait ses armes blanches. Il ne daigna pas accorder un regard au corsaire et se contenta d’appeler sa subordonnée pour qu’elle revienne. Il sortit ensuite des entrailles du bateau pour se retrouver sur le pont. Il y attendit Law, il a des comptes à lui rendre. Non pas qu’il avait fait capoter la mission en agissant comme il l’avait fait, le gradé savait que la couverture ne durerait pas de toute façon. Non, c’était pour la façon dont il l’avait fait. Jusqu’ici il n’avait jamais manqué une occasion pour emmerder le groupe de marines, un café par-ci, une blessée par-là et là il se sentait obligé de le téléporter ?!

« Bon dieu, vous pouvez vous estimer heureux d’être un foutu capitaine corsaire ! Je vous aurais déjà tué ! Expliquez-vous ! De quel droit m’avez-vous téléporté ?! N’allez pas me faire croire que c’était pour me sauver d’une réelle situation de danger, le danger c’est vous qui l’avez créé quand l’autre con n’a rien trouvé de mieux à faire que d’essayer de tout faire sauter ! C’est votre faute, vous m’entendez ?! Si vous m’aviez laissé faire je me serais facilement occupé des deux pirates sans qu’ils puissent riposter ! Ça vous amuse de m’emmerder ?! Je vous déconseille de continuer ! On a une mission à finir et je ne tolérerais plus vos pitreries ! Si vous continuez j’assimilerais ça à de la non-coopération et vous pourrez dire adieu à votre ignoble titre protecteur, vous m’avez bien compris ?! »





HRP : C'est super! T'en fais pas pour le retard ;)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FB - Mission au Pays du Sable [Moustache-ya]   Sam 23 Avr - 0:46

Trafalgar D. Water LawSupernova | Heart Pirates
Supernova | Heart Pirates
avatar

Messages : 5546

Navigation
Doriki:
3509/6000  (3509/6000)
Fruit du Démon: Ope Ope No Mi




Feat Francesco

P'tit con et fier de l'être !



Chiant ? Ouais je sais faire... Borné aussi ! Toujours avoir le dernier mot... C'est pas faux... Mais j'suis comme ça depuis longtemps... Pourquoi changerais-je ? J'étais déjà un petit con quand j'étais gosse et avoir vécu un moment avec Doflamingo, ça n'a pas arrangé les choses mais, j'ai bien le droit de m'amuser un peu non, vous ne croyez pas ? Alors oui depuis que je sais que je suis en mission avec ce Sous-Amiral, j'ai envie de le pousser à bout... parce que c'est dans ma nature... et que je n'ai, franchement, rien de mieux à faire pour le moment.

J'attends tranquillement mes 2 nouveaux compagnons de jeu dans le bar où nous sommes censés nous retrouver... et je dois bien avouer que voir Moustache-ya en pirate, c'est quelque chose que je rêverais d'immortaliser, accrocher ce souvenir dans le sous-marin et lui balancer la photo lors de notre prochaine rencontre... juste pour le voir s'énerver ! C'est devenu mon passe-temps favori ! Enfin, ça le serait devenu si des gus qui s'amusent à jouer aux pirates ne nous avaient pas dérangé pour des conneries... Surtout l'un d'eux qui était venu à mes côtés et qui était un peu trop alcoolisé à mon goût... L'odeur de différents cocktails non identifiés... Je n'ai rien contre les soirées bien arrosées mais là, c'est un peu trop pour moi... Et je n'ai pas envie de finir avec 3 grammes dans le sang simplement parce que je serais resté 2 minutes à côté de ce type bourré... J'suis déjà pas d'excellente compagnie quand j'suis de mauvaise humeur mais alors bourré... vaut mieux même pas tenté l'expérience ! Encore moins avec un Marine comme camarade de jeu... Mais le gradé finit par trouver le temps long et il répond du tac o tac qu'il pensait trouver quelques bonnes personnes susceptibles de l'aider pour une affaire urgente... Et ça ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd... 3 personnes débarquent – 3 pigeons communément appelés – et ils font leurs petits tours avec leurs petits couteaux avant d'entamer les discussions tout en me demandant au préalable si je ne suis pas dans le bar pour une affaire pour la Marine. Je me tourne vers lui en lui demandant si je n'ai pas le droit, comme tout le monde, de boire un verre dans le bar le plus mal fréquenté de la ville ? Il me croit par je ne sais quel miracle mais première difficulté... L'argent... Ah les petits berrys... Pas de problème ! Je lui montre un sac que j'ai « emprunté » un peu plus tôt à la Marine et même si Moustache-ya rétorque qu'il est d'accord sur un air détaché, je sais bien qu'au fond, il enrage... et je suis fier de le faire chier sur ce terrain là

Nous retournons ensuite au navire pour montrer la cargaison d'armes qu'ils veulent détourner pour Joker... mais pendant qu'ils sont tous à l'intérieur, j'ai l'idée – peut-être pas brillante mais pas loin – de créer une room qui englobe tout le navire... et vu que nous sommes sur le port, personne ne la remarquera... Je rejoins mes « camarades » à l'intérieur et Moustache-ya continue de faire miroiter monts et merveilles aux deux hommes qui nous ont suivi... Integra s’éclipse un instant... ouais mais c'était peut-être pas le bon moment... L'un des deux hommes devient suspicieux et j'arrive à placer l'excuse des toilettes pour dames dans la conversation ! Si ce n'est pas merveilleux ! Mais... parce qu'il y a toujours un « mais » dans une histoire, l'un des deux hommes a envie de prendre Moustache-ya par surprise... et pour lui éviter de se manger un coup en traître, j'échange sa place avec l'autre gars et le Marine se retrouve assis à mes côtés. Je ne peux m'empêcher de lever les yeux au ciel sous sa réplique

- Je n'en ai jamais douté une seule seconde Moustache-ya

Avant de sourire de nouveau. Qu'est-ce qu'il peut être grincheux ce type sérieusement ! Ca lui fait si mal au cul qu'un pirate puisse lui sauver la vie ?! Ce n'est pas comme si je lui avais retiré son cœur, ses jambes ou son seul œil qui lui restait ! J'lui ai juste évité de se manger un coup de couteau dans le dos... Ah ces Marines sérieusement ! Toute une éducation à refaire... Visiblement énervé, le gradé montre du muscle et tranche la porte qu'il envoie sur un des gars... Il finit assommé... Quant à l'autre, il jette son arme au sol et se saisit d'un briquet... Un feu d'artifices à cette heure ? Non sans façon ! Et avant que le briquet ne touche la poudre, un mot franchit mes lèvres... Je retourne ma main à plat dos et je lève mon index vers le haut

- Tact

Et le briquet lévite. Moustache-ya se cache le visage pour éviter de se prendre la déflagration dans la tronche mais il n'y en a pas... J'attends qu'il s'en rende compte de lui-même et je souris amusé quand il s'en rend compte... Deux fois ! Bon la première c'était un jeu mais la deuxième, j'nous ai sauvé la peau à tous mais bon, ça ne compte pas... comme je m'en serai douté ! Le gradé se venge à sa façon en plantant son sabre dans la main du pirate... J'suis sûr qu'il pensait à moi sur le coup pour ce lancer ! Et il finit par le trancher en deux... Nos deux victimes sont hors d'état de nuire... Mais il semblerait que le gardé soit remonté... et que le feu d'artifices que j'ai évité tout à l'heure, va exploser d'une autre manière. Je rejoins le gradé sur le pont puisqu'il semble s'être échappé là-bas et... J'ai le droit à un magnifique sermon... J'ai l'impression d'entendre mon père qui me sermonnait quand j'étais môme... Mais lui, il avait le droit de le faire... Ce gradé... en revanche...

- Je n'ai aucun compte à vous rendre. Est-ce que ça m'amuse de vous emmerder ? Honnêtement, oui parce que je n'avais rien de mieux à faire à ce moment-là. J'avoue que ma première intervention était, en partie, destinée à vous énerver... Contrairement à la deuxième où là, ce n'est pas votre misérable vie que j'ai sauvé mais celles de vos soldats qui étaient restés planqués sur le navire. N'aviez-vous pas dit qu'il ne devait rester personne à bord ce soir ?! Alors que faisaient encore ces soldats sur le navire ?! Les ordres avaient été clairs non ? Aucune présence à bord ! Ils étaient 4 encore présents... Quant à ma première intervention... Je lui balance l'arme d'un des gars à ses pieds Voilà ma réelle raison... Mais qu'à cela ne tienne, la prochaine fois, je les laisserais vous exploser la cervelle sans réagir, après tout, j'suis un pirate Déclarais-je sans le lâcher du regard une seule seconde Je n'attends pas de merci en retour puisque je sais que tout comme moi, vous êtes bien trop fier pour « remercier » quelqu'un... Comme vous l'avez dit plus tôt « Plutôt mourir que de remercier un pirate » n'est-ce pas ?! Faisons comme si rien ne s'était passé et reprenons l'enquête... C'est comme cela que ça marche dans votre monde, n'est-ce pas, Sous-Amiral ?

Ne pas rembourser ses dettes surtout quand on n'a aucun respect pour la personne face à soi. J'admets que j'ai peu d'estime pour la Marine... Mais fut un temps, j'en avais pour quelqu'un... Jusqu'à ce que tout s'arrête un peu trop brutalement...




hrp : S'il faut changer quoique ce soit dis-le moi !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FB - Mission au Pays du Sable [Moustache-ya]   Lun 25 Avr - 16:22

Reed Grigory~ Aussi grand que curieux ~
avatar

Messages : 359

Navigation
Doriki:
682/6000  (682/6000)
Fruit du Démon: Golem Golem no mi


Comptes à



rendre




C’en était trop, beaucoup trop pour la santé mentale du sous-amiral ! S’il ne se passait pas les nerfs d’une quelconque façon que ce soit, il allait en venir aux mains ! Voilà pourquoi il choisit plutôt d’hausser le ton à l’arrivée du capitaine corsaire. Cet empêcheur de tourner en rond en avait trop fait, il était bien trop contrariant pour pouvoir tenter quoique ce soit sans Francesco n’en perde son calme. C’était déjà excessivement difficile pour lui de devoir travailler avec la racaille qu’il détestait tant mais avec le Chirurgien, la mission qui lui avait été confiée relevait presque de l’impossible ! Ses épées le démangèrent méchamment lorsqu’il entendit ce que le pirate osait encore lui répondre. Il avouait vouloir l’emmerder à désobéir et prendre des « initiatives intempestives » mais il jouait les offusqués dès qu’il rencontrait sa colère ! Ce type était au mieux paradoxal, au pire professionnel en la matière de jouer avec les pieds ! Pour qui donc prenait-il la Bastard ?! Pour qui donc se prenait-il ?!

« Pardon ?! Vous auriez bien de la chance si je faisais comme si rien ne s’était passé ! Détrompez-vous, vous avez des comptes à me rendre ! Pour cette mission je suis votre supérieur et vous me devez obéissance ! Que croyez-vous ? Que votre titre ne vous offre que des avantages ?! Et veuillez ne pas non plus me prendre pour un faible, je savais déjà à l’avance que j’étais une cible potentielle ! Contrairement à ce que vous semblez penser, je suis loin d’être laxiste et naïf au milieu de pirates ! J’ai développé mon haki de sorte à pallier à toute attaque dans le dos et mes angles morts, vous-même auriez dû le remarquer ! Et mes soldats n’étaient pas sur le bateau, ils étaient postés aux alentours pour éviter toute fuite ! Allez-vous enfin arrêter de contester mes ordres et mon autorité ?! »

Les deux hommes se défiaient du regard. La confiance n’avait jamais été réellement présente mais maintenant on pouvait dire qu’elle était bel et bien partie voir ailleurs. Malgré tout, ils avaient pu récolter des informations et la mission devait continuer, quoi qu’il en coûte. Trafalgar Law, menacé de perdre son titre allait certainement devoir composer avec le gradé, tout comme ce dernier était forcé de travailler avec le pirate. S’ils continuaient ainsi par contre, ils allaient commencer à réveiller tous les habitants du port. Toujours furieux, le visage fermé, les mains jointes dans le dos, le borgne fit volte-face un instant pour tenter de reprendre contenance. Lui qui était très à cheval sur ses valeurs de respect et d’obéissance hiérarchique, se heurter au « voleur de cœur » était pénible quand il ne pouvait pas répondre par les armes. Il se dirigea vers le flan du navire, ferma son œil et prit une grande respiration. Il reprit ensuite sur un ton un peu plus calme. La mission, il fallait garder en tête la mission.

« Un emmerdeur, c’est bien ce que vous êtes. Et encore, c’est un euphémisme ! Au moins vous avez le courage de l’avouer ! Comme je vous l’ai déjà dit, je vous conseille de changer votre comportement dans les plus brefs délais. Cela nous sera profitable à tous les deux : vous conserverez votre titre, même si vous ne le méritez pas, à mon avis et moi j’aurais la chance de pouvoir vous supporter le moins de temps possible. De plus nous avons obtenu de nouvelles informations : Joker a visiblement étendu son réseau jusqu’ici. Il ne nous reste plus qu’à trouver quelles sont les petites mains derrière tout cela. »

Finissant sa phrase, il se retourna enfin, fixant le shichibukai. Allait-il enfin accepter sa proposition et coopérer un minimum avec lui ? Francesco l’espérait. Leur prochaine dispute se solderait potentiellement par l’arrêt de la mission et le rapport de l’officier à ses supérieurs. Au fond de lui, il espérait pouvoir être celui qui parviendrait à prouver que le système des capitaines corsaires était bon à jeter. Cette éventualité ne lui déplaisait donc pas mais, au fil du temps, ce pourquoi il avait été envoyé ici soulevait de plus en plus son intérêt. Découvrir l’un des rouages de la grande entreprise du mystérieux Joker était tout aussi intéressant ! Dans la cale, il restait d’ailleurs un homme qui pourrait peut-être leur servir pour démanteler le trafic. La nuit n’avait pas finie de dévoiler tous ses secrets ! Le moustachu enjoignit finalement Trafalgar Law à le suivre et poursuivre là où ils s’en étaient arrêtés. Ils descendirent les marches qui menaient à la réserve où était resté posté là Intégra pour éviter toute surprise venant du tout nouveau prisonnier.



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FB - Mission au Pays du Sable [Moustache-ya]   Ven 29 Avr - 20:17

Trafalgar D. Water LawSupernova | Heart Pirates
Supernova | Heart Pirates
avatar

Messages : 5546

Navigation
Doriki:
3509/6000  (3509/6000)
Fruit du Démon: Ope Ope No Mi




Feat Francesco

P'tit con et fier de l'être !



Tout avait si bien commencé ! Le réveil en douceur par cet appel un peu plus tôt dans la journée... Ma rencontre mouvementée avec Moustache-ya et Integra... Notre petit jeu sur le navire, en ville... Bref, partout ! Cela avait été amusant... même quand cet homme a arrêté notre jeu pour nous rappeler que seule, la mission importait... Rabat-joie ! Puis l'ordre de mission est lancée... Infiltration tout d'abord, questions ensuite... La première phase du plan se passait, relativement, sans encontre... Jusqu'à l'arrivée de ces hommes et du piège tendu par Moustache-ya. Je ne fais qu'écouter un temps, parler quand il le faut... Me moquer des autres, même tutoyer Moustache-ya ! C'est étrange d'ailleurs, je n'aime pas ça... Trop familier mais il faut bien jouer le jeu... Jusqu'à ce que ce même jeu ne tourne au vinaigre et les 2 pirates qui nous accompagnaient se retournent contre le gradé... Sa sous-fifre étant partie, je permute sa place avec l'autre pirate mais une fois le calme revenu, il s'éclipse sur le pont... Je le rejoins sous la menace silencieuse de son œil... J'ai l'impression d'avoir fait la plus grosse connerie de toute mon existence vu comment il me sermonne ! Ah beh non, je n'en fais jamais... Sauf si leurs sauver les fesses à ces abrutis peut être considérés comme étant une connerie...

- Je ne vois pas ce qu'il y a de dérangeant dans ce que j'ai fait... J'ai simplement empêché votre navire d'être réduit en cendres. Je suis, cependant d'accord sur un point, sur cette mission, vous êtes, certes, mon supérieur mais faire équipe n'a jamais signifié devoir obéissance à l'autre. Il n'y a qu'une seule personne à qui j'obéis et c'est moi... Et je ne parlerais pas du respect puisqu'il est complètement inexistant chez l'un comme chez l'autre. Bien entendu que j'avais remarqué son haki ! Mais... Peut-être était-ce simplement un nouveau caprice de ma part ? Vos soldats n'étaient pas sur le bateau ? La plupart vous ont obéit et ils étaient planqués là où vous leur aviez ordonnés j'vous l'accorde mais ceux qui étaient présents dans la pièce annexe à la salle des armes ? Que faisaient-ils là ? Ils faisaient reluire leurs épées peut-être ?! Si vous voulez que j'arrête de contester vos ordres, cessez de me prendre pour un abruti ! J'ai ressenti leur présence sur le navire... J'suis pas fou... 4 personnes... et ce n'était pas nous...

Bon, il est clair que cette conversation ne mènera à rien... Parce que je veux avoir raison mais Moustache-ya aussi. Cependant, perdre mon titre maintenant après tout ce que j'ai fait pour l'obtenir ne m'avantagerait pas... J'en ai encore besoin pour la suite du programme... Comment pourrais-je ruiner les plans que mon cher « grand-frère » a construit si je ne peux même pas atteindre l'île que je veux... Lui aussi, il commence à m'emmerder... Resserrant un instant mon emprise sur mon nodachi, je jauge ses paroles... La mission est primordiale... Mais bosser avec un Marine de son calibre... Excusez-moi si je ne réussis pas à garder mon calme quand je vois ce que cette Institution est devenue... et quand je vois ce qu'elle était il y a 13 ans... Ouais j'étais peut-être qu'un gamin mourant mais je n'étais pas stupide ! Au moins, la Marine, à cette époque, venait en aide aux civils en difficultés... Bien que c'est aussi grâce à eux que j'ai appris qu'il ne fallait rien attendre de l'Homme... Meurtres, assassinats, mensonges, tromperies, duperies... Ma main se serre davantage autour de la poignet de Kikoku. J'ai perdu tous ceux auxquels je tenais à cause du Gouvernement... Famille, proches, amis... et au nom de quoi ? De la folie des hommes. Leur passion pour ce maudit minerai qui faisait la renommé de la Ville Blanche... Son plein essor et notre lente agonie... Et où était la Marine quand nous avions besoin d'eux ? Exactement... nul part... Pourtant, un Marine complètement loufoque - quand nous n'étions rien que tous les deux – m'a redonné l'espoir dans cette organisation... mais aujourd'hui, j'ai, définitivement perdu foi en eux... et qui plus est, c'est tellement plus drôle de les voir nous courir après. Cependant, le gradé a raison, plus vite la mission sera finie et plus vite, nous retrouverons nos places respectives... C'est-à-dire le plus loin possible l'un de l'autre... Son début de phrase... Je ne peux m'empêcher de sourire, amusé. Ouais j'suis un emmerdeur... même avec mes collègues pirates ! Principalement Eustass-ya... J'aime bien l'énerver celui-là... parce qu'il part toujours au quart de tour ! Un peu comme le gradé en fait... Mais il est beaucoup moins amusant que Kid... ce dernier est haut en couleur... Une des choses que je reproche à la marine... leurs uniformes ridicules... J'me demande comment j'aurai fini si Cora-san avait survécu... Une horrible pensée me traverse l'esprit... Serais-je devenu un de ses horribles pantins du gouvernement ?! Je ne peux m'empêcher de légèrement grimacer... Heureusement que le moustachu est de dos... J'aurai eu le droit à un énième remontrance...

- Je ne vois pas pourquoi je nierais le fait que j'en sois un ; après tout, c'est la réputation qu'on me donne Bon j'admets qu'il n'y a pas que la réputation puisque je suis un emmerdeur... Le gradé a raison... Il faut tirer les vers du nez du seul « survivant » de ce qui s'est passé un peu plus tôt... Mais ce qui me fait sourire davantage, c'est le « Ce que nous avons découvert ». Tiens donc je suis compris dans le lot à présent ?! Fort aimable. Alors finissons-en rapidement, Moustache-ya, pour être définitivement débarrassé l'un de l'autre

J'accepte de coopérer – bien que je considère déjà le faire depuis le début – sinon je ne serais pas ici et quand le gradé retourne voir le prisonnier... Je le suis. Sur le chemin du retour, bien qu'il ne soit pas extrêmement long – je reste plongé dans mes pensées... Qui pourrait bien tirer les ficelles pour Joker dans cette ville ? L'un des 3 pirates de tout à l'heure ? Je reste perplexe... Ils avaient l'air de parfaits abrutis pour tirer les ficelles pour lui... Alors qui ?! Je soupire légèrement. Nous voilà à présent dans la même pièce que précédemment... Mais les rôles sont différents... Moi j'ai toujours mon rôle de pirate mais ça... ça ne changera pas... Les premières minutes passent sans que je ne fasse rien pour m'immiscer dans l'interrogatoire... Mais comme n'importe quel pirate, il est plutôt têtu le prisonnier... Sans un mot, je m'approche du groupe et tout en posant ma main à l'emplacement du cœur du pirate, je

- Scalpel

Et le cœur du type s'extirpe de sa poitrine. Aviez-vous oublié que le bateau tout entier est sous ma room ? Et qu'en gros, je peux faire ce que je veux à l'intérieur ? Je récupère le cœur du pirate qui semble surpris de respirer sans son organe vital et je m'amuse toujours de voir l'air surpris des gens quand j'utilise cette technique. Je retourne m'asseoir sur la table où j'étais un peu plus tôt avant de coller mes pieds sur une chaise. Je regarde Moustache-ya qui me dévisage... encore...

- Quoi ? Je vous aide simplement à avoir des informations plus rapidement Lançais-je en pressant fortement le cœur dans ma main avant de relâcher la pression quand j'estime que le pirate m'a assez cassé les oreilles avec ses cris Un homme censé finira toujours par délier sa langue pour éviter une éventuelle rencontre avec la Faucheuse... N'est-ce pas ?

Surtout quand je détiens le cœur de ce dernier entre mes mains et que je peux en faire ce dont j'ai envie... L'éplucher comme un fruit par exemple... ou l'ouvrir de la veine cave supérieure jusqu'au ventricule gauche et ensuite enlever les petites valvules qui sont cachées près de l'aorte... Un sourire sadique se dessine sur mon visage... Gosh, ça faisait longtemps que je n'avais pas ressenti l'envie d'ouvrir un cœur humain pour y faire quelques tests...


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FB - Mission au Pays du Sable [Moustache-ya]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

FB - Mission au Pays du Sable [Moustache-ya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Mission rang D : Du sable dans la culotte
» Alabasta, royaume de sable, perturbé ! [CLOS]
» Mission de sauvetage d'un Kumo-jin
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Sandy-