AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Message
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Mer 20 Juil - 12:39

Hunter VesperineThe Loose Cannon
The Loose Cannon
avatar

Messages : 1153

Navigation
Doriki:
1882/6000  (1882/6000)
Fruit du Démon: Itami itami no Mi

Au commencement l'Homme créât la folie

feat. Vesperine & Taizone




L'endroit où nous nous trouvions avait rapidement changé de visage, d'un paisible village, il avait été transformé en une véritable boucherie, un bain de sang, un carnage, un véritable charnier. Tant de mot pour définir un vrai moment de plaisir. Il faut croire qu'à ce moment j'avais enfin trouvé quelqu'un à la mesure de ma folie, voir plus encore que moi… Mais au fur et à mesure des minutes qui s'écoulaient et des cadavres qui tombaient, je constatais que le village n'était pas le seul à changer…

Non, ce garçon aussi c'est… Transformé. Il y avait encore quelques minutes, lorsque je l'ai vu pour la première fois, il semblait si calme et détaché, rien à voir avec le fou qui se trouvait juste à côté de moi. Je préférais clairement ce personnage, bien plus intéressant que l'autre ! Mais j'avais l'impression que cette folie le possédait de plus en plus, prenant entièrement contrôle de son corps, ne lui laissant plus d'humain que l'apparence et encore… Entre chaque balle que je tirais je l'observais un peu, trouvant qu'il y avait quelque chose de magnifique dans ce qu'il faisait.

A cet instant j'avais l'impression d'être toute puissante, invisible, aucun des villageois et même des marines n'avaient réussit à me toucher, leurs cadavres s'amoncelait tout autour de nous. J'avais l'impression qu'ils arrivaient sans fin, juste avant de mourir sans même avoir pus nous faire ne serait-ce qu'une égratignure. Quelle triste fin pour eux, mais quel délice pour nous. Il y avait fort longtemps que je ne m'étais pas autant amusé, voir jamais ! Mon équipage n'aimait pas vraiment ma façon de jouer, trouvant que j'étais « anormal ». Alors pour une fois que j'avais rencontré quelqu'un qui semblait être comme moi, je comptais bien en profiter jusqu'au maximum !

Alors que le flot commençait seulement à diminuer, je vis mon acolyte faire quelque chose auquel je ne m'y attendais pas du tout… Un marine armé d'un sabre avait réussit à s'approcher de lui plus que tous les autres, mais alors qu'il essayait de le planter de son sabre, le jeune homme fondait sur lui, le mordant à la gorge. Une gerbe de sang giclait de son cou, tachant son visage pâle et ses vêtements. Cette vision me surprit, je tombais alors en arrière, ma chute amortie par des cadavres encore chaud. Je le regardais faire, effaré, alors que mes cheveux trempaient dans le sang, prenant une teinte rouge.

Je le regardais rire aux éclats après avoir jeté sur le côté sa victime. Et puis il y eu une vague d'acide partant de son corps et se propageant tout autour de lui, sauf à l'endroit où j'étais. Véritable intention de sa part de m'épargner ou simple coïncidence, je l'ignorais pour le moment. J'étais comme pétrifiée devant cet acte de… Cannibalisme, oui, c'est le mot exacte pour ce à quoi je venais d'assister. J'avais les yeux rivés sur lui alors que tout autour de nous devenait plus calme, sans doute, car toute forme de vie avait dû s'éteindre suite à ce ras-de-marré d'acide. Je n'osais même plus bouger de peur qu'il ne s'en prenne à moi…



made by guerlain for epicode

_________________

Babble, Babble, Bitch, Bitch. Rebel, Rebel, Party, Party. Sex, sex, sex and don't forget the violence. Blah, blah, blah, got your lovey-dovey sad and lonely. Stick your stupid slogan in. Everybody sing along
Double comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Lun 1 Aoû - 16:04

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2542

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Je ne vous cache pas que depuis que j'ai subtilement pris une bouchée de la gorge du soldat, je me suis senti comme empli d'une nouvelle source d'énergie. J'étais de nouveau en état pour me battre à fond, mais nos adversaires ne pouvaient plus se permettre de se jeter sur nous en nous considérant en proies attrapables. Nous avions fait le nécessaire pour montrer notre puissance commune. Personne n'avait la capacité de se mettre debout pour nous arrêter. Nous avions gagner. Tranquillement. Nos fruits distinctifs ont été décisifs dans la destruction pure et simple de nos stupides adversaires. La douleur proposée avec soin par la bleue avait été l'alléchant plat principal de cette mascarade, tandis que mon acide était le délicieux dessert qui la concluait d'une manière aussi splendide qu'originale. Nous avions ainsi été de charmants hôtes. La courtoisie était le maître-mot de toute bonne réception.

J''étais fier d'avoir pris la décision de me laisser à l'autre monstre. Il avait faim. Je ne parlais pas que de la chaire humaine qu'il venait de dévorer, mais de sa volonté de destruction qui me hantait et me tentait à perdre la raison. J'avais eu de la chance de tomber sur une folle avare de violence. Cette fille m'avait permit de me vider. Je me sentais mieux. Libérer d'un immense poids. Quel bonheur de n'avoir plus ce terrible appétit. La gourmandise m'avait passé. Mes yeux se tournaient ensuite vers Vesperine, qui me regardait avec stupéfaction sans bouger d'un pouce, assis sur un tas de cadavres. Elle semblait comme ébahit par quelque chose qui aurait pu la choquer. J'étais perplexe tout d'un coup quand à sa position dans la catégorie des « bêtes sauvages ». Le fait que j'avais eu une petite envie de manger, avait l'air de l'avoir tétanisé de peur. J'étais légèrement déçu, moi qui pensait que j'avais un monstre à mes côtés, cependant je ne le montrais pas. Je souriais toujours en la fixant. Je devais ressembler à un horrible sadique. Personnage que je suis en réalité.

Décollant mes yeux d'elle, je regardais autour de ma position pour voir l'état de nos ennemis. Il n'y avait pas l'ombre d'un survivant. Le monde était bel et bien mort. Il ne restait que nous au beau milieu de tous ces morts. Le silence régnait. Le soleil brillait dans le ciel. Une charmante journée. Je mis ma main dans les cheveux de la bleue, plongeant mes yeux de sang dans les siens avant de prendre la parole.

« Tu as peur ? Ne t'inquiètes pas, je ne te ferais pas de mal. Nous nous sommes bien amusé, tu ne trouves pas ? J'ai adoré prendre toutes ces vies. J'avais une faim de monstre. »

Je me mis alors à rigoler en pensant à la boucherie que je venais de commettre et à la tête que tirait Vesperine. Je passais une bon moment.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Mar 16 Aoû - 1:41

Hunter VesperineThe Loose Cannon
The Loose Cannon
avatar

Messages : 1153

Navigation
Doriki:
1882/6000  (1882/6000)
Fruit du Démon: Itami itami no Mi

Au commencement l'Homme créât la folie

feat. Vesperine & Taizone




Si quelqu'un m'aurait dit qu'aujourd'hui j'allais rencontrer un cannibale, je ne l'aurais sans doute pas crus. Sauf peut-être si à l'horizon j'aurais vu une île en forme de crane, là j'aurais accordé un peu plus de crédibilité à ces paroles. Mais là, j'étais sur le cul et c'était vraiment le cas de le dire ! Cette vision m'avait choquée de prime abord, rien ne m'avait préparé à ça. Mais plus les minutes s'écoulaient plus ça me paraissait être un détail dérisoire en fait. Pourtant, mon corps refusait toujours de bouger, peut-être à cause de la rechute de l'adrénaline. Mes yeux restaient fixés sur lui, sans bouger, même pas un frémissement.

Lui aussi fini par tourner la tête vers moi, il était couvert de sang, tout comme moi en fait. Je détestais être recouverte de sang trop longtemps, c'est poisseux... Il avait l'air étonné, voir légèrement déçu de me voir dans cet état. Je dois bien avouer que j'avais un peu honte, mais c'est aussi de sa faute ! Il m'aurait prévenu, je n'aurais pas autant (voir pas du tout) été choquée. Il faut être un peu prévenant dans la vie ! Bref...


Il souriait avant de détourner le regard, j'en profitais pour souffler un peu. Pourtant, mes jambes refusaient toujours de me redresser, surtout la gauche ? Je sentais que quelque chose clochait, j'espérais juste ne pas m'être encore blessée. Après tout, je ne savais pas si le sang dont j'étais couverte était le mien ou non. Alors que j'étais plongée dans mes pensées, Taizone s'accroupit en face de moi avant de glisser sa main dans mes cheveux. Ce geste me surpris grandement, lui qui avait menacé de me tuer si je me risquais à le toucher de nouveau, tout à l'heure. Mais je ne reculais pas, je me laissais faire sans rien dire, alors que ses yeux étaient plongés dans les miens. Ce moment avait quelque chose d'étrange, c'était comme si le temps c'était figé l'espace de quelques secondes, alors que l'on était tous les deux sur cet amoncellement de cadavre.

Il finit par rompre le silence qui était installé, me demandant si j'avais peur, avant de me rassurer en me disant qu'il ne me ferait pas de mal. Il continuait en disant qu'il s'était bien amusé et il terminait en disant qu'il avait une faim de monstre, avant de se mettre à rire. Je ne pus me retenir de rire avec lui.


-Non je n'ai pas peur, c'est juste que c'est surprenant, mais je trouve ça attirant en fin de compte ! Dis-je en souriant.

Pour la première fois depuis que je l'avais rencontré, je me sentais étrangement bien en sa présence, il y avait longtemps que ça ne m'était pas arrivé. J'en avais oublié comment ce sentiment peut être grisant...


made by guerlain for epicode

_________________

Babble, Babble, Bitch, Bitch. Rebel, Rebel, Party, Party. Sex, sex, sex and don't forget the violence. Blah, blah, blah, got your lovey-dovey sad and lonely. Stick your stupid slogan in. Everybody sing along
Double comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Mar 27 Sep - 21:03

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2542

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Franchement qui aurait pu imaginer que j'allais autant prendre de plaisir en l'espace de quelques minutes ? Tuer tous ces innocents m'avait comblé de bonheur. J'étais bien dans mon corps. Mon sourire de sociopathe et mon rire de psychopathe l'exprimaient pour moi, sans que je sois dans l'obligation d'ajouter un commentaire. Je savourais le moindre instant qui passait, du mieux que je le pouvais, vivant à fond toutes ces minutes comme si elles pouvaient devenir mes dernières. Je ne voulais pas à avoir à regretter. Je ne devais pas oublier que je passais un excellent moment. Je ne devais pas tout gâcher et risquer de compromettre cette macabre ambiance qui nous réunissait sous une même passion.

J'étais en bonne compagnie aux-côtés de cette fille aussi incroyable de par sa capacité qu’intrigante. Je ne m'étais encore jamais autant amusé en m'abandonnant à l'autre, cela me changeait des passages en force pour qu'il puisse s'exprimer. J'avais tendance à l'enfermer pour ne pas faire trop de mauvaises actions, mais je ne pouvais me réduire à cette fâcheuse habitude. J'avais ainsi appris à libérer ma folie pour apprécier les bienfaits de la vie.

Je lui devais beaucoup. Grâce à notre rencontre, j'avais pu en apprendre sur mon fonctionnement. J'avais compris que j'allais devoir prendre des vies afin de combler l’appétit de l'autre, il n'existait donc pas d'alternatives moins sanguinaire. J'étais désormais pris de questions existentielles dont je ne pouvais espérer un élément de justification crédible en m’interrogeant. Comment-avait elle pu me provoquer aux vices ? J'avais aucune réponse en tête. Le seul moyen allait être de lui demander de vive voix.

Je ne pouvais cacher que je voulais apprendre à la connaître, en savoir davantage sur sa vie, sur ce qui a bien pu faire d'elle un monstre, j'étais particulièrement envieux de fraîches réponses. J'avais cru pendant un moment que je lui avais fais peur en m'adonnant à l'un de mes péchés mignons, mais je faisais erreur. Je venais de le comprendre en l'entendant rire à mes propos. Son rire était serein, elle riait du cœur. Cela était plaisant à entendre, j'en souriais ainsi, exhibant mes dents couvertes de sang. Décidément, le rouge nous allait bien, davantage lorsqu'il ne provenait pas de l'un de nous, juste de nos ennemis.

Sa réponse à ma première interrogation ne se fit pas attendre. Elle me confia que ce la peur n'était pas la raison de son récent blocage à la découverte de mon appétit de cannibale, cependant que cela n'était que le résultat d'une surprise. Je pouvais essayer d'y croire. Effectivement ces paroles pouvaient dire la vérité, je n'avais pas la moindre raison d'en douter. Nous étions du même camp, et partagions un intérêt partagé pour la violence. J'appréciais cette fille, et cela devait être plus ou moins réciproque. Elle me trouvait attirant. Incroyable. J'avais croisé la route d'une folle. Quelle bonne journée, quelle chance. J'étais content. Je lui souriais toujours en la fixant de nouveau dans les yeux, comme pour voir dans les profondeurs de son âme.

« Attirant ? Ahah tu es une étrange créature ! Tu es bien la première à me trouver attirant alors que je viens de manger de l'humain ! Intéressante réaction ! »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Jeu 13 Oct - 0:12

Hunter VesperineThe Loose Cannon
The Loose Cannon
avatar

Messages : 1153

Navigation
Doriki:
1882/6000  (1882/6000)
Fruit du Démon: Itami itami no Mi

Au commencement l'Homme créât la folie

feat. Vesperine & Taizone



Cette rencontre devenait de plus en plus intéressante au fur et à mesure que le temps s'écoulait. Il n'y avait plus que le silence des cadavres qui nous entourait, même les oiseaux qui d'habitude gazouillent semblaient avoir fuit les lieux de ce sinistre endroit. Mais moi je me sentais bien, très bien même, à croire que la compagnie d'un camarade de folie y était pour quelque chose. Je me demandais combien de chance j'avais de croiser le chemin d'un être qui m'est si semblable, et pourtant...

Je me demandais si lui aussi pensait la même chose, peut-être, après tout, rien n'est impossible visiblement. Il avait l'air rassuré que je n'ai pas pris peur en le voyant, mais que ma réaction était simplement due à la surprise. En le voyant rire, le visage et le corps couvert de sang, je ne pus m'empêcher de rire à mon tour, comme si tout ce que nous venions de faire était parfaitement normal dans le monde où nous vivions.

Lorsque je finis par lui dire que je le trouvais même ça attirant son petit penchant pour la chair humaine, il avait l'air particulièrement étonné. C'est sûr que ce n'est pas le commun des mortels qui dirait ça, enfin.... S'ils survivent. Cette pensée me fit pouffer légèrement. Alors qu'il avait les yeux plantés dans les miens, il me dit que j'étais une étrange créature de le trouver attirant, il n'avait peut-être pas totalement tord dans le fond. Il poursuivait en disant que j'étais la première et que ma réaction était intéressante.

Je le fixais aussi, un léger sourire étirait mes lèvres alors que je me trouvais toujours dans la même position que tout à l'heure. Je lui répondais alors :


-Et bien il faut un début à tout ! J'ai toujours aimé ce qui sort de l’ordinaire, et avec toi je dois dire que je suis particulièrement bien servie !

Je jetais un regard furtif autour de nous deux, rien n'avait changé, mis à part la mare de sang qui s'étendait encore légèrement en cercle, imbibant de cette si belle couleur la terre. À présent je me demandais ce que nous allions faire, maintenant qu'il n'y avait plus âme qui vive à par lui et moi sans doute à plusieurs kilomètres à la ronde. Je ramassais une douille qui était tout près de moi, jouant avec machinalement avant de reporter mon regard sur mon nouveau compagnon de jeu.

-Maintenant qu'il n'y à plus personne à tuer je ne sais plus quoi faire...
Dis-je doucement. Une idée ?

Peut-être que lui en aurait. Mais je n'avais pas envie de mettre déjà fin à notre rencontre. J'avais envie de le connaître un peu un peu plus...

made by guerlain for epicode

_________________

Babble, Babble, Bitch, Bitch. Rebel, Rebel, Party, Party. Sex, sex, sex and don't forget the violence. Blah, blah, blah, got your lovey-dovey sad and lonely. Stick your stupid slogan in. Everybody sing along
Double comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Ven 11 Nov - 18:54

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2542

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Je ne savais pas vraiment comment réagir à ses dernières paroles. J'étais mitigé entre la fascination et la consternation. Comment pouvait-elle me voir comme quelqu'un d'attirant ? Son cerveau ne devait pas fonctionner d'une correcte manière. La folie devait l'avoir gagner. Je venais à l'instant de commettre des atrocités, et elle avait l'air d'aimer ce genre de comportement. Je ne comprenais rien à toute cette agitation. Toutefois, quel personnage fort intéressant. J'avais l'impression d'être dans la norme. Je pouvais presque me voir en un gars ordinaire, séduisant malgré lui une jeune demoiselle ordinaire. La vérité était complètement éloignée de cette absurde rêverie. Nous étions des bêtes de foires. Nous sentions le mal. Nous étions de drôles de créatures. Si nous devions choisir chaussures à nos pieds, la normalité ne pourrait nous convenir. Jolie façon de voir l'affreuse vérité. Nous étions incompris par la majorité de la population, cependant une minorité existait dont Vesperine faisait assurément partie. Je voyais le monde d'une bien meilleure façon, je lui devais cela, la solitude m'avait depuis quitté sans me dire un mot.

Je pesais donc les pours et les contres de ce mot assez inattendu, observant le positif et le négatif et cherchant à me positionner dans un sens ou dans l'autre, et cela ne fut guère une rude affaire. Je ne pouvais que me sentir heureux, fier de cette impression que je donnais de ma personne. Je ne devais ressentir une différente émotion. Cela n'était pas envisageable si je tenais à passer une agréable journée. J'avais eu de la chance de la rencontrer. J'avais ce genre de pensées en têtes, mais je ne la connaissais pas, et je ne pouvais rester là sans rien apprendre sur son cas. Je me sentais obligé, poussé par une curiosité grandissante à tenter de la faire parler. Je sentais que j'avais les moyens d'obtenir des informations sur sa vie, cependant j'allais devoir parler de la mienne en contrepartie. Le jeu était ainsi fait, et je n'avais absolument rien à y redire. Elle me répondit alors qu'elle aimait ce qui sortait de l'ordinaire et qu'elle était « particulièrement servie » par ma présence. Grandiose nouvelle qui me ravit complètement. Je ne faisais pas fausse route, j'étais sur la voie de la réussite.

« Ahahah fort amusant ! Nous sommes proche dans ce cas, car nous sortons tous deux de l'ordinaire, et cela sous bien des coutures ! »

Son regard, qui était posé sur moi, me quitta le temps de quelques instantes où celui se mit à scruter les alentours. Cherchait-elle un quelconque signe de vie des morts ? Elle allait pouvoir continuer pendant de longues heures si cela était le cas. Plus âmes ne vivaient dans le coin. Le lourd silence du massacre pesait en fond. Notre petite fête pour apprendre à se connaître avait été sinistre pour la populace, tout le monde était mort, néanmoins cela nous enchantait sans la moindre compassion. Lorsque son regard revint se placer à la rencontre du mien, qui ne l'avait pas lâcher, elle m'annonça ne plus savoir quoi faire. Il était donc de mon devoir de trouver une solution à ce problème. Heureusement pour elle, j'avais une petite idée sur la question.

« Je ne sais pas, nous pouvons apprendre à nous connaître par exemple, tu en dis quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Ven 25 Nov - 18:53

Hunter VesperineThe Loose Cannon
The Loose Cannon
avatar

Messages : 1153

Navigation
Doriki:
1882/6000  (1882/6000)
Fruit du Démon: Itami itami no Mi

Au commencement l'Homme créât la folie

feat. Vesperine & Taizone



A présent l'ambiance était particulièrement calme, comme si nous n'étions que les deux seuls survivants de ce monde. En réalité je savais très bien que si je parcourais à peine un kilomètre ou deux, j'allais tomber sur le seul port qu'abritait cette île et qu'à ce port, le bateau de notre équipage y était amarré. Je me demandais ce que mes compagnons étaient en train de faire en ce moment. Bah ! Sans doute rien de bien intéressant, en tout cas ils ne devaient pas autant s'amuser que moi tout à l'heure.

Après que j'ai dit à Taizone que j'aimais ce qui sortait de l'ordinaire et qu'avec lui c'était particulièrement le cas, il s'esclaffait en disant qu'il trouvait cela amusant. Il ajoutait que nous étions proches, car tous les deux nous sortions de l'ordinaire. Je sentais son regard posé sur moi alors que je regardais paisiblement tout autour de nous. Je lui avais donc posé ma question s'il savait quoi faire ou nous, il me répondait que nous pouvions apprendre à nous connaître. Je trouvais cette idée charmante !

-Oh oui ! Quelle bonne idée que tu as là! M'exclamais-je. 

Je lui souriais gaiement en lui disant que puisqu'il avait trouvé l'idée, j'allais commencer s'il n'y voyait pas de problème. Je n'aimais pas particulièrement parler de moi en temps normal, mais pour une raison que j'ignorais, avec lui cela ne me posait aucun problème, je trouvais même ça drôle en fin de compte. Qui l'aurait cru?! Je commençais donc par lui dire que j'avais un peu plus de 16 ans et que j'étais née quelque part sur Grand Line. Je poursuivais en lui disant que les personnes que je pensais être mes parents m'avaient en réalité adoptée, que ma véritable mère était une pirate et que je n'avais aucune idée de qui était mon vrai père.

C'est vrai qu'en y réfléchissant bien, je ne m'étais jamais vraiment posé la question. Je n'avais aucune idée de qui était mes parents biologiques. Mais même si je le savais, qu'est-ce que cela aurait changé? Pas grand chose au final hein? Je repris en demandant à mon nouvel ami Taizone:


-Et toi? Qu'est-ce que tu as à me raconter?

J'étais plutôt curieuse d'en savoir plus à son sujet, je ne m'en cachais pas. J'attendais donc patiemment qu'il veuille bien me parler un petit peu de lui. 

made by guerlain for epicode

_________________

Babble, Babble, Bitch, Bitch. Rebel, Rebel, Party, Party. Sex, sex, sex and don't forget the violence. Blah, blah, blah, got your lovey-dovey sad and lonely. Stick your stupid slogan in. Everybody sing along
Double comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Lun 19 Déc - 11:05

Maître du JeuPnj | Maître du Jeu
avatar

Messages : 1466

La dernière réponse date du 25 Novembre => Bientôt 1 mois.

N'oubliez pas de répondre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Dim 25 Déc - 20:35

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2542

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

J'avais proposé que nous apprenions à nous connaître puisque nous ne savions rien à propos de l'autre, et que cela était toujours enrichissant de découvrir l'histoire d'une personne, cependant dans le cas présent, c'était surtout sur celle du monstre qui se trouvait à mes côtés, car oui cette demoiselle était également un monstre. Elle semblait moins folle que je ne l'étais, mais méritait par le biais de son caractère et de ses goûts, le titre, mérité selon mon humble avis, de monstre. Je tenais à savoir de quelle manière le mal était parvenu à prendre le dessus sur le bien dans sa vie. Je souhaitais comprendre ce qui lui était arrivé dans le passé. Quel était l'élément perturbateur qui l'avait marqué au point de la changer ? Cela était important, du moins pour moi, de savoir afin de pouvoir la placer dans une catégorie propre à ses méfaits au sein d'une certaine hiérarchie des inhumains. Où était sa place ? J'étais ainsi en quête de réponses, et je ne devais pas être le seul, elle devait avoir énormément de questions. Comment ne pas en avoir lorsqu'on se trouve en face de cas tel que nous ? Je me le demandais, Cette fille avait osé insinué qu'elle m'aimait bien car je sortais de l'ordinaire. Il fallait vraiment être dingue pour penser ce genre de chose, j'avais des soucis avec les sentiments depuis l'époque d'Alyssa, j'étais devenu assez dangereux quand je commençais à sentir naître des émotions provoquées par une personne de mon entourage. Là, c'était la bleue qui me chargeait de ses ondes positives pour l'homme que j'étais et négatives pour la créature qui habitait mon esprit.

Mon idée était la bonne, je le pensais et elle me le confirma de con cœur en s'exclamant de joie. Il était rare que des gens cherchaient à en savoir davantage sur ma vie, j’appréciais de pouvoir en parler. J'étais également content d'avoir proposé un moyen de passer davantage de temps ensemble avant de devoir nous séparer vers des horizons différents. Notre moment n'était pas venu. Nous ne pouvions rester très longtemps sur la même île, cela pourrait s’avérer mauvais pour nos futurs. Il fallait attendre que le destin prononce son accord.Je comptais devenir capitaine d'un équipage pirate, peut-être qu'elle pourrait s'y joindre lorsque j'aurais un navire et des compagnons pour partir à l'aventure. Je serais fier de l’accueillir dans mon équipage.

Elle se décida alors à me parler de son histoire. Rien de banal.Elle venait de la route de tous les périls ou couramment appelé Grand Line. Vesperine descendait d'une famille qui n'était en réalité pas la sienne car sa mère était une pirate et que son père lui était inconnu..Amusante anecdote qui ne m'apprenait rien sur sa transformation en monstre. J'avais imaginé qu'il lui était arrivé d'horribles malheurs, cependant je me trompais sûrement, à mon grand regret, mais je ne le montrais pas. Mon visage restait neutre, impassible. J'en profitais alors pour prendre la parole afin de parler de ce qui m'était arrivé avant que je ne sombre dans les ténèbres. Je commençais par lui expliquer que mes parents étaient morts, que j'avais trouvé leur tête sans le corps tandis que je rentais de chez mon maître, l'homme qui m'avait entraîné durant mon enfance. J'enchaînais ensuite par la partie la plus intéressante, car c'est de là que le monstre a vu le jour pour la première fois. Je pris, sur cette partie, le temps de particulièrement bien raconté la mort de celle que j'aimais, Alyssa. Triste sort que le destin lui avait réservé. Torturée et violée sous mes yeux, j'en avais été gravement traumatisé. Je ne m'en suis toujours pas remis. J'étais hanté par sa mort. Je ne le lui cachais pas et cela me faisais du bien d'en parler avec quelqu'un. J'étais étrangement à l'aise. Je lui expliquais par la suite que j'avais suivi des entraînements assez spéciaux pour devenir puissant, et que je comptais devenir l'homme le plus recherché de ce monde.

« Voilà, j'espère que ce la te convient. J'aimerais savoir comment tu es devenue un monstre comme moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Dim 15 Jan - 13:44

Hunter VesperineThe Loose Cannon
The Loose Cannon
avatar

Messages : 1153

Navigation
Doriki:
1882/6000  (1882/6000)
Fruit du Démon: Itami itami no Mi

Au commencement l'Homme créât la folie

feat. Vesperine & Taizone



Cette île m'avait finalement apporté du bon, qui l'aurait cru ? En plus j'avais eu tout le loisir de m'amuser, en compagnie d'un étrange jeune homme que je venais de rencontrer. C'est alors qu'il m'avait proposé d'en apprendre un peu plus sur l'autre. J'avais trouvé cette idée fabuleuse, car je n'avais pas vraiment envie d'interrompre notre rencontre aussitôt. J'avais commencé à m'attacher à Taizone. Bien que je dû attendre un peu (que je lui en dise plus sur moi à vrai dire) pour qu'il me parle de lui. J'espérais que dans un avenir plus ou moins proche nous aurions l'occasion de nous revoir.

C'est rare de rencontrer des personnes qui nous ressemble autant, vous ne trouvez pas ? À croire que le destin était de notre côté. D'ailleurs pour une fois qu'il m'arrivait quelque chose de bien... Enfin bon, revenons-en à nos moutons ! Après que j'eu fini de parler c'est alors que Taizone se mit à parler. Il me racontait qu'un jour, alors qu'il était plus jeune il était rentré chez lui, où il avait découvert les corps décapités de ses parents. Il avait aussi vu la fille qu'il aimait se faire cette torturé et violer sous ses yeux. En imaginant ce que cette jeune fille avait subi, j'en frissonnais d'effroi. J'étais bien contente d'avoir ce pouvoir afin de me protéger des hommes malveillants. En fait ils ne pourraient même pas m'approcher que je serai déjà en train de danser sur leur cadavres.


Je comprenais alors pourquoi Taizone Était devenu ce qu'il était aujourd'hui. Cependant, je ne pouvais imaginer ce qu'il avait ressenti en voyant celle qu'il aimait mourir sous ses yeux et pour cause, je n'avais jamais aimé quelqu'un de cette façon. En fait cela ne m'attirait pas spécialement. Je n'avais jamais rencontré quelqu'un qui me ressemblait suffisamment, en tout cas jusqu'à aujourd'hui...

Taizone ne semblait pas le moins du monde gêné de me parler de cette partie de son histoire. J'étais contente qu'il s'ouvre à moi de cette façon, après tout nous venions tout juste de nous rencontrer. Il poursuivait et finissait même en me disant qu'il avait suivi des entraînements "spéciaux" afin de devenir plus fort, car il voulait être l'homme le plus recherché du monde. C'était un sacré objectif qu'il rêvait d'atteindre là, mais je ne pouvais que l'encourager.


Cependant, il voulait savoir ce qui avait fait de moi un monstre. J'inspirais profondément avant de soupirer. J'esquissais un mince sourire. C'est vrai que comparer à lui, je n'avais pas connu d'épreuves difficiles. Je lui racontais donc il y a quelques mois, qui me paraissait faire des années, mon équipage et moi avions jeté l'encre près d'une île, que nous n'avions pas tardé d'explorer. Cette île bien que minuscule était intégralement recouverte de champignons, tous plus étranges les uns que les autres. Alors que je m'étais éloigné du groupe, un champignon avait explosé devant moi, libérant ces spores que je n'ai pu m'empêcher d'inhaler. Mais ce champignon avait rendu insensible tous mes nerfs. Je marquais une courte pause avant de me mettre à genoux face à lui et de lui murmurer:


-Tu imagine ne plus rien ressentir. Certes plus aucune douleur, mais plus rien d'agréable non plus... Plus aucune caresse. J'effleurais du bout du doigt Son bras, avant de reprendre. Tout ce que je mange à le goût de cendre. C'est comme être morte, commettre un fantôme. Je fais partie de ce monde, mais sans rien sentir. Je ne rêve plus non plus. Tu sais ce que ça fait à un cerveau humain de ne plus rêver? Ça le rend fou...

J'avais fini en disant cela sur un ton presse inaudible alors que je lui faisais un large sourire, à quelques centimètres de lui.

made by guerlain for epicode

_________________

Babble, Babble, Bitch, Bitch. Rebel, Rebel, Party, Party. Sex, sex, sex and don't forget the violence. Blah, blah, blah, got your lovey-dovey sad and lonely. Stick your stupid slogan in. Everybody sing along
Double comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Ven 10 Fév - 8:59

Maître du JeuPnj | Maître du Jeu
avatar

Messages : 1466

N'oubliez pas de répondre déjà bientôt 1 mois

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Lun 13 Fév - 0:51

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2542

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

J'attendais donc avec une certaine impatience de savoir ce qui avait bien pu se passer de terrible dans sa vie pour qu'elle devienne cette jeune fille pleine de folie que je trouvais fort sympathique. Je m'imaginais tout un tas de scénarios improbable afin de visualiser les possibilités. Je voyais des histoires brutales ou sinistres envahir mon esprit. De monstrueuses images s'y installaient. Je croyais en un passé sombre, empli d'autant de tristesse que j'avais pu vivre avant de m'engager dans la piraterie. Je pensais que tous devaient être comme moi puisqu'ils étaient des monstres, je ne poussais pas très loin mes réflexions intérieures ; donc qu'elle également avait vécu de douloureux événements similaires aux miens. Je ne comprenais pas pourquoi je tenais absolument à ce qu'on ai ce genre de point commun ; peut-être me sentais-je seul en plein chaos ? Je ne pouvais l'enfouir, c'était tout bonnement impossible. J'avais vraiment besoin de me voir au travers des autres. Sans doute pour ne pas finir par croire que j'étais unique en mon genre dans ce bas-monde. Je n'aimerais pas l'être. La solitude n'est pas bon pour les monstres. Se trouver sans personne correspondait à un puissant facteur qui avait la capacité d’accélérer notre transformation. Il était ainsi rapide de perdre partiellement voire totalement la raison sans le soutient des siens. Je savais de quoi je parlais, cela avait été en partie mon cas. J'avais été seul. Incompris. Délaissé au milieu de tous un tas de gens qui ne pouvaient se faire à ma situation. Jusque alors je pensais réellement être membre d'une communauté fantôme. Je n'en supportais pas l'idée, cependant Vesperine était la preuve vivante que des gens me ressemblaient mentalement alors je pouvais d’ambler être satisfait.

J'avais pu lui parler de ce que j'avais vécu en toute sérénité ; j'avais l'impression de m'entretenir avec une personne que je connaissais depuis de longues années, pourtant nous venions à peine de commencer à faire connaissance, mais je lui attribuais déjà une certaine confiance. Je trouvais cela passionnant. Particulièrement amusant. La vie était parfois bien construite pour offrir ce type de moment incroyable. Dès lors que j'eus fini d'expliquer ce qui m'avait métamorphosé, je pris soin d'écouter la moindre des paroles de la bleue pour emmagasiner un maximum d'informations à son sujet. J'appris ainsi que la cause de sa folie était les spores d'un maudit champignon. J'étais sous le choc. Moi qui m'attendais à une histoire rocambolesque, j'étais légèrement déçu, néanmoins content d'être enfin au courant. Ce fait était assez drôle quand j'y pensais car elle n'avait pas vraiment eu de chance. Les spores avaient rendus insensibles ses nerfs. Elle ne pouvait donc plus ressentir comme un humain normal tout ce qui pouvait rendre plus agréable cette vie et ses routines. Pauvre fille. Je la plaignais de devoir vivre avec ce fardeau. Je n'aimerais pas que les rôles s'inversent pour finir à sa place. Il fallait de la force pour vivre sans rien ressentir, elle avait mon respect pour cela.

J'étais dans mes pensées le temps de quelques instants avant d'en sortir brutalement. J'étais surpris. Pas préparé à ce qu'il venait de se passer sous ms yeux. Je n'avais rien compris à ce que faisait cette fille. Elle venait de se mettre à genoux face à moi ; ce n'était pas particulièrement choquant, je n'avais rien à en dire, cependant lorsqu'elle se mit à effleurer mon bras d'un de ses doigts, mon corps fut parcouru de frissons. Je n'avais pas l'habitude. Personne n'avait le courage de me toucher. J'étais couvert de sang. Ca avait tendance à répugner. En général, oui, mais elle était d'un tout autre niveau. Je ne trouvais pas cela horrible comme sensation, mais ce n'était pas non plus incroyable ; je ne voyais pas cela comme un événement capable de changer ma vie. Ce n'était pas la peine d'en faire une histoire. Je me disais cela, mais je ne le pensais pas puisque j'avais le chance d'avoir des nerfs en parfaite santé contrairement à la bleue. J'étais capable de sentir les caresses ou le goût de nourritures voire de rêver, contrairement à elle j'avais encore toutes ces belles choses de mon côté. Je profitais donc des quelques secondes où son doigt frôlait mon bras. Décidément c'était tellement plaisant que cela en devenait presque intense dans ma petite tête ; je ne savais presque plus comment réagir à propos de ses confidences. J'étais légèrement perdu le temps de quelques secondes, puis je pris lui répondu avec un grand sourire.

« Je me rends ainsi compte de la chance que j'ai de toujours y parvenir, merci à toi ! Ce doit être difficile de ne plus rien sentir, j'ai du mal à me mettre à ta place, je ne peux même pas imaginer ce que tu dois vivre ! C'est donc à cause des spores que tu es devenue folle ? Ils ont ainsi conçu un joli spécimen de monstre ! Je suis content d'avoir rencontré une de mes semblables ! Ahahah »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Dim 5 Mar - 13:49

Maître du JeuPnj | Maître du Jeu
avatar

Messages : 1466

N'oubliez pas de répondre déjà bientôt 1 mois

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Lun 13 Mar - 12:28

Hunter VesperineThe Loose Cannon
The Loose Cannon
avatar

Messages : 1153

Navigation
Doriki:
1882/6000  (1882/6000)
Fruit du Démon: Itami itami no Mi

Au commencement l'Homme créât la folie

feat. Vesperine & Taizone



Des fois le destin nous joue des tours, parfois bon, parfois mauvais. Et aujourd’hui c’était quelque chose de bon. J’avais fais la connaissance d’un charmant jeune homme, aux capacités hors pair. D’autant plus qu’il semblait avoir quelques points communs avec moi, ou moi avec lui, tout dépend de votre point de vu sur la question. Enfin bref… J’étais contente d’avoir fait cette rencontre en ce jour, cela m’avait permis de faire la connaissance d’un individu qui semblait aussi fou que moi ! Il avait voulu savoir quel genre d’événement avait fait de moi ce que j’étais à présent. Je lui avais donc raconté les quelques dernières années de ma vie (les premières étant tous ce qu’il y a de plus banal), après qu’il en ait fait de même. C’était la première personne à qui je racontais ce qu’il m’était arrivé, en dehors de mon équipage, qui ont put constater ma lente descente aux enfers. D’ailleurs depuis ce moment-là, je les sens beaucoup plus distant avec moi, je ne comprends pas trop pourquoi…

Je m’étais mis à genoux devant lui en lui expliquant tout cela, lui effleurant même délicatement le bras, de la pulpe de mes doigts. Bien qu’en réalité je ne sentais rien, pas la chaleur qui émanait de son corps, ni la douceur de sa peau, c’était… Horriblement frustrant à vrai dire ! Mais pour Taizone, cela ne semblait pas le déranger outre mesure, il ne reculait pas face à moi, j’aimais ça. Mon nouvel ami semblait réfléchir durant quelques secondes à ce que je venais de lui dévoiler quelques instants plus tôt. J’avais l’impression que c’était en train de le faire cogiter, comme s’il semblait prendre conscience de l’infinité des sensations qui s’offrait à lui, alors qu’à moi elles étaient inaccessibles.

Il me répondait alors en souriant qu’il c’était rendu compte de la chance qu’il avait, et qu’il avait du mal à se mettre à ma place. Il fini en disant que ses spores avait fait de moi un « joli spécimen de monstre » pour reprendre ses dires, et qu’il était content d’avoir rencontré une de ses semblable. Je rougissais un peu, un sourire en coin avant de lui répondre :


-Je suis ravis aussi. Depuis que cela m’es arrivés, les personnes dont j’étais proches s’éloignent peu à peu de moi. Alors je suis aussi heureuse de t’avoir rencontré ! Nous pourrions peut-être devenir ami un jour, qui sait ?

Je me penchais un peu plus, déposant un léger baiser sur sa joue, toujours en souriant, avant de me reculer pour le regarder dans les yeux.


made by guerlain for epicode


HRP:
 

_________________

Babble, Babble, Bitch, Bitch. Rebel, Rebel, Party, Party. Sex, sex, sex and don't forget the violence. Blah, blah, blah, got your lovey-dovey sad and lonely. Stick your stupid slogan in. Everybody sing along
Double comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Jeu 30 Mar - 0:26

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2542

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Décidément, je ne pouvais que le dire encore et encore, au risque de me répéter, cette fille était incroyable. Une bombe sans égale. Je l'appréciais de plus en plus au fil que nous échangions à propos de nos propres vies. Je lui trouvais un charme différent à toutes les autres filles qui foulaient cette Terre, rare et atypique, qui m’attirait sans le moindre scrupule. Je n'arrivais à détourner le regard du sien. J'y étais plongé sans accroche pour en sortir. Nageant dans ses yeux couleur océan. J'étais comme un objet métallique près d'un aimant. Il m'était presque impensable de poser mes yeux ailleurs ; cela m'était impossible, et même s'il pouvait exister une possibilité, je n'avais pas envie. Oui, bien évidemment j'aurais pu me concentrer sur les courbures de son corps, ne voir que cela, mais je n'étais pas ce genre d'homme. Ses formes attrayantes n'étaient pas ce qui retenait mon attention. J'avais un côté romantique. Étrange de la part d'une personne qui tuait sans éprouver de remords. Je suis d'accord avec vous sur ce point, je suis étrange, cependant qui dans ce monde ne l'était pas ? A mon avis nous l'étions tous plus ou moins à notre façon. Je l'avais pleinement accepté. Vesperine également, et c'était sans doute pour ce détail que je commençais à sentir tout un tas d'émotions. Je n'étais pas vraiment fan, faute de ne plus en avoir l'habitude, cependant cela faisait énormément de bien.

Depuis la mort de celui qui avait marqué la naissance de ma folie en tuant celle que j'aimais, je n'avais plus connu une telle sensation de bonheur. Je l'avais aimé de tout mon être. La perte de cet amour avait causé ma métamorphose, un changement majeur qui allait bouleverser le monde sans le savoir. J'aurais préféré ne jamais devenir ce monstre pour vivre à jamais à ses côtés. Malheureusement il n'était plus envisageable de revenir en arrière, il n’existait aucun moyen d'y parvenir. Elle me manquait à chaque moment de ma vie où ma conscience pointait le bout de son nez. En résumé, quand j'étais capable d'être humain, tout me revenait, et me hantait sans répit. J'en souffrais secrètement. J'avais mal rien que d'essayer de me souvenir. J'étais faible malgré mon allure de type infaillible. Que je le veuille ou non, je ne pourrais jamais me séparer de ce que nous avions vécu et de ce qu'elle représentait pour ma personne à l'époque et de ce qu'elle représente toujours.
Elle était un symbole de pureté. Une merveille sans pareille. Une diamant brut inestimable. Sa présence me permettait d'avoir l'impression d'être un surhomme en mesure de vaincre des dieux. J'aimais tout chez elle. Il n'y avait rien qui me répugnait mis à part sa famille.

Verperine n'avait rien en commun avec elle, et j'étais fier de ce qui les séparait car je ne voulais pas me donner l'air de la remplacer, même si cette idée ne me venait pas à l'esprit. Toutes les deux étaient complètement différentes. L'une correspondait à mon humanité, l'autre à ma part de monstre. Toutes les deux étaient charmantes à leur manière, et cela en était plaisant. La bleue était folle, je l'étais aussi ; nous avions cela en commun qui nous liait maintenant l'un à l'autre. J'avais ces pensées en tête afin de me justifier d'une certaines manières de vivre. Tourner la page était très dur, et je ne savais pas si j'en étais capable, néanmoins je ne serais pas contre son aide. Après l'avoir complimenté de bon cœur, ses joues avaient rougies, je l'avais remarqué et cela m'avait fait plaisir. Je fus ensuite légèrement triste pour elle en apprenant que depuis sa transformation ses proches la délaissait, j'avais envie de la prendre dans mes bras pour la réconforter. Il me semblait que c'était le mieux à faire pour lui apporter un sentiment de bien être, cependant la bleue n'avait pas terminé de parler. J'écoutais alors attentivement. Elle s'avoua heureuse de m'avoir rencontré, et envieuse de devenir mon ami. Comment refuser ? J'allais lui répondre, mais s'approchant de moi elle m'embrassa sur la joue. Quelle surprise stupéfiante. J'étais aux anges. Le premier depuis fort longtemps. Je souriais de joie. Je puais de bonheur. Me levant d'un même mouvement, je me dressa devant elle en ne bougeant pas mes yeux des siens. Une de mes mains se posa délicatement sur l'une de ses douces joues ; la carrelant d'un geste plein de tendresse à l'aide de mes doigts, avant de laisser l'un d'eux se poser sur ses lèvres pendant un court instant.

« Évidemment que j'accepte de devenir ton ami, une telle proposition ne peux se refuser ! Tu es adorable !» 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» (Alexander) L'homme, ce petit monde de folie
» La bêtise de l'homme n'a-t-elle d'égale que sa folie ? [ PV Taka ]
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» L'ex homme fort d'Haiti est un égoiste...
» La folie des BAM ! [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Autre îles-