AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Message
MessageSujet: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Mer 13 Jan - 19:19

Hunter VesperineThe Loose Cannon
The Loose Cannon
avatar

Messages : 1153

Navigation
Doriki:
1882/6000  (1882/6000)
Fruit du Démon: Itami itami no Mi

Au commencement l'Homme créât la folie

feat. Vesperine & Taizone

C'était d'une humeur guillerette que je descendis de la planche qui nous permettait de mettre pied-à-terre. Le temps était un peu frais et le vent faisait frémir les feuilles des arbres qui s'étendaient tout autour de là où nous étions amarré. Les autres membres de l'équipage formait une petite fille indienne qui s'étendait par delà l'horizon, rejoignant sans doute un village non loin pour se ravitailler. Je n'avais pas vraiment l'intention d'aller les aider, non moi j'avais plus envie d'aller m'amuser un peu. Mais qu'est-ce que je pourrais bien trouver d'amusant à faire sur cette île ?…

C'est en cherchant réponse à ma question que je me retrouvais devant un mignon petit hameau, tout à fait à croquer ! Nooon je rigole ! C'est l'endroit idéal pour s'amuser, pensais-je immédiatement. Et puis comme je le dis toujours : d'abord on tire, ensuite on réfléchit ! Sans perdre une seconde, je sortis de derrière mon dos Timmi, avant de l'appuyer sur mon épaule pour déverser une pluie de balle sur ce joli petit village. Cela faisait un bruit comparable à un tonnerre tonitruant. Des cris commençaient à fuser des rues les plus proches de moi et des habitants sortaient peu à peu de leur maison en courant dans tous les sens comme des poules paniquées à cause d'un renard qui serait entré dans leur poulailler.

Je commençais vraiment à m'amuser comme une petite folle quand le village commençait à riposter, bien évidemment. Quelques balles qui me semblaient bien solitaires part rapport aux miennes venaient à fuser tout autour de moi, laissant une fumée opaque dans leurs sillages. Tout cela ne faisait que commencer et c'est ça qui est le plus drôle, non ?!

made by guerlain for epicode




_________________

Babble, Babble, Bitch, Bitch. Rebel, Rebel, Party, Party. Sex, sex, sex and don't forget the violence. Blah, blah, blah, got your lovey-dovey sad and lonely. Stick your stupid slogan in. Everybody sing along
Double comptes:
 


Dernière édition par Hunter Vesperine le Lun 15 Fév - 1:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Ven 12 Fév - 22:59

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2542

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Drôle de journée. Je n'avais que quelques heures de passées sur cette île, cependant j'avais eu le temps de me joindre à l’installation d'une ère de terreur. Mes mains étaient toujours couvertes de sang. Évidemment ce n'était pas le mien. Souillées de rouge, elles ne s'arrêtaient pas de trancher la chair. Je ne pouvais y mettre un terme. Je prenais un délicieux plaisir à me battre. J'avais l'impression d'aimer tuer. Je devenais un meurtrier de sang-froid. Une nouvelle habitude que je commençais à prendre. Je suivais un mauvais chemin, m'enfonçant sans le moindre respect dans les profondeurs des ténèbres. Tourmenté et égaré, je devenais un ignoble démon.

Je me demandais comment je faisais pour toujours me retrouver dans ce genre de situation. Je n'étais pourtant pas maudit. J'étais un membre de cette famille peu glorieuse, cependant je voyais cela comme une chance. J'étais confiant de devenir une future légende qu'on n'oubliera pas pour ses crimes. J'étais arrivé au milieu d'un affrontement à sens unique entre pirates et villageois. Au cœur de l'attraction. J'avais de la chance. Je pensais que c'était le cas. Il n'y avait qu'un forban qui terrorisait le peuple. J'étais partagé entre l'idée de tuer cette personne et l'aider à détruire cet endroit. Une jeune fille aux cheveux bleus et au physique plutôt agréable tenait une arme à feu dans les mains. Elle tirait sur ces pauvres gens sans défenses. Une boucherie était commise sous mes yeux, je ne réagissais pas. J'étais complice sans vraiment le savoir. Cela ne me dérangeait pas pour autant. Ma conscience allait bien. Je n'étais pas choqué par ses actes. Je regardais avec curiosité.

C'est à partir de ce moment que l'autre est entré dans la danse d'un pas furtif. Tellement discret que je ne l'avais pas vu venir. Il était arrivé si vite, sans faire le moindre bruit, c'était incroyable de sa part. Mon sabre fut dégainé en un court instant. Se retrouvant ainsi dans le corps d'un homme qui fuyait dans ma direction. Ce pauvre humain pensait sûrement que j'allais intervenir en sa faveur. Il devait être particulièrement déçu comme tous les autres habitants de cette île. Je venais de tuer un innocent sans ressentir de pitié. Mon regard était froid, cependant j'appréciais détruire ces vies. Mon corps réclamait du sang. J'allais lui en donner en bonne quantité. Il allait être satisfait. Je n'étais pas un vampire, j'étais bien pire.

Voilà comment j'ai commencé à participer à un véritable massacre au nom de la violence gratuite.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Lun 15 Fév - 1:00

Hunter VesperineThe Loose Cannon
The Loose Cannon
avatar

Messages : 1153

Navigation
Doriki:
1882/6000  (1882/6000)
Fruit du Démon: Itami itami no Mi

Au commencement l'Homme créât la folie

feat. Vesperine & Taizone

J'avais un drôle de pré-sentiment en moi, comme si je sentais que cette journée allait m'apporter quelque chose de particulier, même si je ne savais pas encore quoi. Mais j'ai souvent ce genre de sentiment, il m'envahit complètement, me faisant frissonner comme un vent d'automne. Je sentais comme un regard glacé peser sur moi. J'avais machinalement arrêté de gaspiller des balles sur les murs du village, ce qui me donnait l'impression que les villageois criaient encore plus fort. Je secouais la tête comme pour reprendre mes esprits après ce petit moment d'absence.

Ayant constaté que mes attaques avaient cessés, les quelques hommes du village se jetèrent sur moi, croyant avoir la moindre chance de m'arrêter. La folie refit soudainement son apparition, j'allais m'amuser un peu plus avec eux. Oui, approchez mes mignons, venez déguster mon délicieux pouvoir, vous m'en direz des nouvelles ! Alors qu'ils n'étaient qu'à quelques mètres de moi, toutes leurs armes pointée vers moi, un étrange sourire sadique déformait mon visage. Ils ne pensaient pas une seconde qu'une fille comme moi, aussi frêle puisse les réduire à néant. Leur confiance en eux me délectait, la victoire n'en serait que plus écrasante et jouissive. Je les laissais s'approcher encore un peu de moi, m'assurant de tous les avoir dans mon champs de vision
.

-Karada no Itami !

Je les vis tous s'écrouler au sol presque instantanément, je voyais leurs petits corps se tordre de douleur, comme si on était en train de les plonger dans un bain de métal en fusion. OOOOH !! Je tiens une bonne idée là ! Mais pour trouver suffisamment de métal pour pouvoir le faire fondre et y plonger quelqu'un ne doit pas être très facile… Mais je me demande vraiment comment un corps humain réagirait, il faudrait que je réponde à cette question un jour !

Je ne pouvais décemment pas laisser ces pauvres gens souffrir de la sorte, c'est pour ça que je les achevais chacun leur tour à l'aide d'une roquette en pleine tête, retapissant le sol terreux d'une bouillie rouge. Une odeur de fer et de rouille avait rapidement envahie l'atmosphère. Je fis un quart de tour sur moi-même, levant les bras au ciel pour m'étirer.

Je tombais alors sur un étrange spectacle, un jeune homme aux cheveux blanc et à la peau d'une pâleur extrême, même moi à côté j'avais l'air plus vivante que lui ! Il avait dégainer un sabre alors qu'un homme gisait mort à ses pieds. Il avait plutôt l'air amusant ce garçon ! Peut-être que l'on pourrait s'amuser ensemble. Je m'approchais de lui en sautillant gaîment, mes armes s'entrechoquant dans mon dos. Je m'arrêtais à plusieurs mètres de lui, car on ne sait jamais, ça peut être un méchant qui s'en prend à moi sans raison ! Alors, autant garder une distance de sécurité entre lui et moi au début. Je m'éclaircissais la voix avant de lui dire :


-Salut toi ! Dis, tu veux venir jouer avec moi ?! On va bien s'amuser ! 

Oui !! Jouons tous ensemble à réduire se village et ses habitants en poussière, c'est le fun assurés, surtout que j'ai assez de munition pour prendre une douche avec !

made by guerlain for epicode

_________________

Babble, Babble, Bitch, Bitch. Rebel, Rebel, Party, Party. Sex, sex, sex and don't forget the violence. Blah, blah, blah, got your lovey-dovey sad and lonely. Stick your stupid slogan in. Everybody sing along
Double comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Sam 19 Mar - 13:51

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2542

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

J'étais prêt à tuer. J'en avais envie. Je le sentais de tout mon être. Mes pulsions prenaient de l’ampleur. Je devais me débarrasser de mes sanglantes envies. Je ne savais comment m'y prendre. J'avais trop de possibilités. Je pouvais user de mes techniques de sabre et découper ces pauvres gens comme des patates ou simplement laisser mon pouvoir divin, l'acide. J'étais en pleine réflexion intérieur. Je voulais choisir avec intérêt afin de faire bonne impression. Je pouvais aussi prendre soin d'exhiber tout mon savoir faire dans l'art de la tuerie. Pourquoi pas. Elle ne pourra en être perturbée. Le contraire serait des plus étonnants. J'avais face à moi, une personne qui se trouvait également dans le côté obscur.

Je n'étais pas seul, mais cela faisait quelques temps que je n'avais pas croisé ce genre d’individus. Je n'étais plus vraiment habitué à cette folie. Je dois avouer que j'étais plutôt heureux de pouvoir laisser le monstre cohabiter avec l'homme. Il était parfois ingénieux et intéressant de faire une sorte de trêve entre eux pour ce genre de moment. Je pouvais ainsi me permettre de juger mes prestations et dans ce sens, m'améliorer après avoir corriger mes erreurs. Je progressais chaque jour, un peu plus, dans la voie du mal. Je n'avais pas vraiment d'avis sur le sujet. Je ne souhaitais pas m'exprimer. Mon destin ne pouvait peut-être ne pas s'en passer. J'étais sans doute lié à la destruction. Elle l'était tout aussi bien. Je ne la connaissais pas, pourtant elle me proposa de jouer en sa compagnie. Je me doutais que par « jouer », elle parlait implicitement de détruire tout ce qui nous entourait pour assouvir nos pulsions. Je n'étais pas contre. J'étais partant pour me défouler.

Je fixais cette fille qui s'amusait de prendre la vie. Mon regard était toujours aussi froid. Je ne savais pas l'expliquer avec des mots, cependant je n'arrivais pas à lâcher un de mes légers sourires. J'avais cette récurrente habitude. Lorsque je tuais, j'avais toujours un rictus qui se formait. Étrangement, je n'en avais aucun sur le moment. Le monstre ne voulait pas. Je ne voyais d'autres explications. Il était aux commandes. Il décidait de toutes mes actions. C'était donc normal que je ne puisse pas, vu que je ne me dirigeais plus vraiment par moi-même.

Je gardais mon sabre dans ma main tout en prenant le couteau qui se trouvait à ma ceinture. Mon corps était prêt. Une production de liquide sacré avait été programmé puis lancer dans mon dos sur des civils qui tentaient de passer silencieusement pour fuir. Je les avais entendu. Ils n'avaient à peine pu quitter la zone, que mon acide vint les dévorer de toute sa splendeur. Je répondais à ma manière à l'attaque que la fille avait lancé plus tôt, sûrement créer grâce à la capacité d'un fruit du démon.

« J'accepte de m'amuser. Je suis Taizone Nazario et toi, comment t'appelles-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Mer 30 Mar - 14:27

Hunter VesperineThe Loose Cannon
The Loose Cannon
avatar

Messages : 1153

Navigation
Doriki:
1882/6000  (1882/6000)
Fruit du Démon: Itami itami no Mi

Au commencement l'Homme créât la folie

feat. Vesperine & Taizone




Chaque jour réserve son lot de surprises, c'est ce que j'avais appris depuis que j'avais pris la mer pour devenir pirate,  il y a de ça quelques mois à présent. J'avais heureusement trouvé quelque chose d'amusant à faire pour passer le temps: mitrailler un petit filage sans défense. C'était tellement tordant à regarder, ces pauvres gens tomber sous la pluie de balle que je provoquais. J'entendais les cris remonter ter jusqu'à mes oreilles, c'était jouissifs!  Après m'être amusée autant, je n'aurais pas de nouveau envie avant un certain moment. C'était tant mieux, car notre équipage allait sans doute rester en mer durant un certain temps, le truc pas drôle quoi...

Et puis c'est toujours plus drôle de s'amuser à deux, j'avais remarqué un étrange jeune homme non loin, avec deux longs sabres. Je ne l'avais jamais croisée auparavant, sinon j'aurais probablement retenu un visage si marquant! Je me demandais si lui aussi était un pirate et si oui, de quel équipage il était. Il faudrait que je lui demande à l'occasion, enfin pas maintenant, pour l'instant il fait un peu trop peur... Mais il a quand même l'ait drôle malgré tout, il fallait peut-être le décoincer un peu!

J'étais perdue dans mes pensées, tant et si bien que je n'avais même pas remarqué les quelques hommes qui tentaient de fuir derrière lui. Pourtant, lui si, même dans son dos, il envoyait quelque chose dans leur direction, comme un liquide, les faisant tomber à terre en criant leur souffrance. Un fruit du démon? Très certainement, mais si c'était un Paramecia ou un Logia, ça je ne savais pas!

Je devais sûrement avoir un visage déconfit alors qu'il me répondait qu'il acceptait de jouer avec moi, avant de dire qu'il s'appelait Nazario Taizone et pour finir, il me demandait quel était mon nom. Toujours ébahie de ce qu'il venait de faire, j'avais la bouche grande ouverte, je devais avoir l'air parfaitement ridicule tiens! Mais bon, quand on tombe sur quelqu'un d'aussi fort, il y a de quoi! Ayant enfin repris mes esprits après sa magnifique prestation, je pus enfin lui répondre:


-Cool! Moi je m'appelle Vesperine, Hunter Vesperine! Dis-je avant de le prendre par la main, tel une petite fille, l'entraînant à ma suite vers le village. Aller viens, on va tout casser, ça va être drôle!

Je lui lâchais la main pour prendre Bunny, l'appuyant contre ma hanche gauche avant de presser mon doigt contre la gâchette. Les balles venaient s'écraser sur les murs, les fenêtres et les portes, explosant tout à l'impact, faisant s'envoler un nuage de fumée dans les rues. Je voyais encore quelques habitants fuir devant nous, me faisant rire à pleine gorge. La fête ne faisait que commencer!


-Au fait, ce que tu as fait tout à l'heure, c'est grâce à un fruit du démon? Lui demandais-je, tout sourire. 

made by guerlain for epicode

_________________

Babble, Babble, Bitch, Bitch. Rebel, Rebel, Party, Party. Sex, sex, sex and don't forget the violence. Blah, blah, blah, got your lovey-dovey sad and lonely. Stick your stupid slogan in. Everybody sing along
Double comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Mar 5 Avr - 23:53

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2542

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Je ne savais pas ce qui allait se passer sur cette ile, mais ce qui était certain, c'était que l'amusement allait être au rendez-vous. Je ne savais pas comment nous allions procéder, mais je souhaitais faire couler le sang. Comment résister dorénavant ? La machine était en marche. Je ne pouvais plus reculer. Je ne voulais pas. Je tenais à me donner à fond pour la cause. L'autre me soutenait, m'encourageait. Je n'allais pas essayer de lui barrer le chemin. Ça me démangeait terriblement. J'avais envie de me livrer à la violence. Tandis que l'humain cédait de la place au monstre, mes pulsions grandissaient. Je ne savais pas ce dont j'étais capable ni ce dont j'allais être capable d'ici quelques minutes. Je me le demandais, cependant la réponse ne m’intéressait aucunement pour le moment. J'avoue que les seules questions qui me venaient en tête, ne me concernaient pas. Celles-ci ne visaient que la fille à la crinière bleu ciel.

Elle n'avait pas l'air très nette. Je jugeais bien sur à première vue. Son regard était emplie de folie et de curiosité. Ce qui me perturbait était sa folie. Pas la même qui m'habitait. C'était différent. Totalement. La sienne semblait si assoiffée d'animosité envers le monde. Une pure sadique. J'avais du mal à ne pas tenir mes yeux sur sa personne. Je n'avais pas confiance, malgré le fait que j'ai accepté de jouer en sa compagnie. Je n'étais pas habitué à côtoyer quelqu'un d'aussi dérangé que moi. Une seconde bête sauvage dans le paysage. Cela faisait longtemps que j'avais pas croisé un être de mon espèce. Je dirais même que cela faisait une éternité. J'en avais pas le moindre souvenir.

Impassible. Je restais de marbre. Je n'avais pas d'émotion alors que je me tenais prêt à détruire de pauvres civils innocents. Je m'accordais le droit d'être un démon. Je serais irréprochable ce jour. Je ne laisserais pas de survivants. Mais devais-je la laisser en vie ? Rien ne m’empêchais de la dévorer. Mes dents pouvaient s'en charger, tout comme mon pouvoir de l'acide. Je gardais donc dans mon champ de vision cette fille. Elle avait l'air impressionné par mon attaque surprise. Mes cibles devaient partager ce sentiment. Malheureux civils qui tentaient de fuir. Ils avaient croisé ma route. C'était fini pour eux. Triste sort. Personne ne pourra s'échapper de cette île. Et la fille ? Je comptais sur son aide pour y arriver. Je verrais que aire de son cas, lorsque nous aurions fini de nous débarrassé de misérables insectes.

Pourquoi me prendre au dépourvu de la sorte ? Je ne supportais pas que l'on me touche. Elle n'avait pas une once de respect envers moi. Atroce sensation que j'avais dû endurer. Oser me prendre la main ? Elle ne m'avait pas prit pour un court instant. Du moins le temps qu'elle avait serré ma main pour m'attirer à sa suite dans le village, m'avait paru durer un millénaire. Elle en avait du toupet. Elle aurait au moins pu me demander l'autorisation. Certes j'aurais refusé sa requête avec fermeté, mais cela aurait différent. Je n'aimais pas être oppresser par des contacts physiques. Je ne lui appartenais pas. J'avais eu envie de laisser couler de l'acide sur ma main pour lui causer un affreux mal. Je m'étais pourtant retenu. J'avais fauté. Je commençais à être énervé. Je devais me vider de mes pulsions naissances, cependant je devais lui toucher quelques mots.

« Nous pouvons nous amuser, mais ne me touche pas. Je vais devoir t'inclure dans les morts du jour si tu recommences. »

J’espérais avoir été clair. Devais-je être expéditif ? Je n'étais pas du genre à répéter. Une fois suffisait largement. Ma phrase avait été simple et instructive pour que cette fille puisse comprendre son erreur. Mon pouvoir de l'acide ferait passer le message à ma place si j'avais à parler de nouveau de ce que je ne voulais pas. J'avais été froid jusque là, mais je n'avais pu intériorisé mon mal-être. J'avais été surpris et gêné. N'importe qui aurait pu le voir sur mon visage. Je ne souhaitais pas que cela se reproduise à l'avenir. Je supposais que cette histoire était close, puis je pris le temps de répondre à son interrogation au sujet de ma capacité tandis que mon corps se couvrit de mon liquide sacré.

« Effectivement j'ai mangé un fruit du démon, celui de l'acide. Et de ton côté ? J'ai compris que tu possédais aussi un pouvoir dès lors que je t'ai vu faire tomber de souffrance ces civils quand je suis arrivé. Ce que tu fais à un lien avec la douleur ?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Sam 16 Avr - 21:52

Hunter VesperineThe Loose Cannon
The Loose Cannon
avatar

Messages : 1153

Navigation
Doriki:
1882/6000  (1882/6000)
Fruit du Démon: Itami itami no Mi

Au commencement l'Homme créât la folie

feat. Vesperine & Taizone



J'avais peur, réellement. D'habitude je ne ressens pas aussi facilement la peur que ça, mais quelque chose chez lui était malsain. Il était fou, tout comme moi, mais lui semblait bien plus dangereux que je ne l'étais. Je me demandais s'il ne valait mieux pas pour moi de tout arrêter et de rebrousser chemin. Pourquoi est-ce que j'avais peur, c'est facile, remontons quelques minutes plus tôt. Alors que le garçon que je venais de rencontrer avait accepté de jouer avec moi. Par jouer, j'entends détruire et massacrer tout ce qui se trouvaient sur notre chemin. Moi toute guillerette d'avoir entendue une réponse positive de sa part, alors que je ne m'y attendais pas vraiment, j'avais eu la subite et tout aussi spontané réaction de le prendre par la main…

Sauf que ce garçon avait l'air aussi coincé qu'une vieille fille frigide qui n'accepte aucun contacte physique. Il avait même menacé de me tuer si jamais je recommençais… D'habitude je ne suis pas du genre à apprécier ça, bien que je ne sois quand même pas la personne la moins tactile du monde. Surtout que sur le moment, j'étais tellement contente que je n'avais même pas réfléchis, sinon c'est sûr qu'en une autre circonstance je n'aurais jamais fais ça. Ou alors c'est qu'il aurait eu la main coupée et que je voudrais m'en servir pour me gratter le dos…

Donc voilà, juste après ça, je restais figée sur place, ne sachant pas vraiment quoi faire. Une petite partie au fond de moi me criait de prendre mes jambes à mon cou et de fuir loin de ce type. Mais d'un autre côté j'avais terriblement envie de m’amuser dans ce village, continuer ce que j'avais commencé. Oui, je déteste laisser une œuvre inachevée, c'est trop frustrant. Il fallait que je trouve un compromis entre ma peur et mon désir, peut-être qu'au final, ça ne rendra les choses que plus excitantes, c'est à voir…

Je reculais de plusieurs pas, afin d'instauré à nouveau une distance minimale de sécurité entre lui et moi. Je n'avais pas envie de finir ma vie aujourd'hui, je suis folle, mais pas suicidaire ! Alors que j'avais toujours l'esprit encombré par ses dernières paroles qui résonnaient encore et encore, il répondit tout de même à la question que j'avais posée, à savoir s'il utilisait un fruit du démon. Comme je m'y attendais, il répondit par la positive, disant que c'était celui de l'acide. J'avais encore moins envie de rester près de lui, les dommages collatéraux, vous connaissez ? Je reculais de nouveau de quelques pas, toujours en le gardant dans mon champ de vision.

Il me demandait ensuite si j'étais dans le même cas que lui, une maudite de l'océan. Il avait deviné que j'avais un lien avec la douleur. BINGO ! Dans l'mile l'ami. Il y a quelques mois à peine je suis partis sur une île, où d'étrange champignon ont fait de moi un être insensible à la douleur. Certes c'est amusant, mais j'ai vite appris que ça peut aussi très vite devenir dangereux pour moi. Se battre sans savoir réellement dans quel état est son corps est un jeu risqué, auquel je ne maîtrise pas encore toutes les règles. Et le pire, c'est que le fruit que j'ai mangé, Itami Itami no Mi, me permet de faire souffrir à volonté toute personne. Ironique non ?


-Oui, j'ai mangé le fruit de la souffrance. Toute personne qui est dans mon champ de vision je peux le faire souffrir et c'est décuplé si je touche cette personne. Tu ne veux pas tester je supose ? Ah ! Et je ne ressens plus aucune douleur aussi !

Oups… Ça j'aurais mieux fait de le garder pour moi ! Je posais une main sur ma bouche comme si j'avais voulue retenir mes paroles, trop tard… Pourvu qu'il n'y ait pas fait attention ! Pourvu qu'il n'y ait pas fait attention ! Comme pour essayer de me persuader de ça, je remarquais une fissure qui s'étendait le long du mur de la maison qui se trouvait juste derrière le dénommé Taizone. Je reculais de nouveau, déglutissant avant le lui dire :


-Tu ferais mieux de bouger ou tu va ressembler à une crêpe…

Tiens, ça serait drôle une crêpe à l'acide ! J'ai bien envie de voir ce que ça donne !

made by guerlain for epicode

_________________

Babble, Babble, Bitch, Bitch. Rebel, Rebel, Party, Party. Sex, sex, sex and don't forget the violence. Blah, blah, blah, got your lovey-dovey sad and lonely. Stick your stupid slogan in. Everybody sing along
Double comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Jeu 21 Avr - 18:58

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2542

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

J'avais donc vu juste au sujet de cette fille. Elle possédait donc bel et bien un fuit du démon en lien avec la douleur. Il fallait que je sache comment ce pouvoir pouvait marcher au cas où il serait nécessaire de m'occuper de son cas. J'avais écouté avec attention ce qu'elle venait de dire, toucher un corps lui permettait de décupler la douleur. Intéressant. Elle n'avait donc pas besoin de poser ses fourbes mains pour attaquer. Il suffisait qu'elle garde sa cible dans son champ de vision. Je prenais note de ces données. Je devais faire attention. Pour le moment, il fallait qu'elle garde son calme, et surtout que je garde le mien. J'avais pas très envie de laisser l'autre prendre totalement le contrôle. Je pouvais devenir rapidement d'une violence insoupçonnée si je lui laissais complètement la possibilité de me dicter mes faits et gestes. Il commandait une partie de actions, mais je pouvais toujours agir à son encontre. Je n'étais pas soumis à ces envies, du moins je luttais pour ne pas tomber dans les ténèbres car au fond de moi, je souhaitais faire terriblement de mauvaises choses par sadisme à cette demoiselle.

« Le pouvoir de la souffrance ? C'est intéressant comme capacité ! Je ne serais pas contre le fait que tu l'utilises sur moi pour en voir les effets, cependant je risque de passer dans un état second, alors laissons tomber cette sacrée idée.»

Lorsqu'elle m'avait avoué avoir une capacité, elle avait de suite mis ses mains sur sa bouche comme pour éviter de se dévoiler davantage. Grossière erreur de parler de ses capacités à une personne qui pourrait être son ennemi. Par chance, je n'avais pas spécialement la motivation de faire couler son sang. Je ne dis pas que je ne voulais pas la voir souffrir, c'était carrément différent, mais vous ne pouviez voir cette subtile nuance de vos minables yeux.

La bleue ne connaissait pas mes faiblesses. Le temps n'était pas venue de lui en informer. J'étais dans Je n'étais pas un salaud. J'allais ainsi lui donner quelques informations à mon sujet. Il n'empêche que je dirais rien de très fou. Il fallait être sacrément cinglé pour lâcher des renseignements capable de devenir de réelles menaces. Je ne tenais pas à commettre la même erreur. Ce n'était pas effroyable, cependant je devais faire différemment. Ainsi j'ai préféré divulguer ce qui causait ma colère, ce n'était pas une véritable faiblesse car je puisais de ce sentiment afin de devenir une bête sauvage.

« Je souhaite clarifier un point car tu as l'air d'avoir peur de ma personne. Il ne faut pas. Je ne suis pas encore le mal. Ensuite, il faut que tu saches que ce n'est pas contre toi, mais je ne suis pas vraiment fan des contacts physiques. Lorsqu'on me touche, j'ai des pulsions de violences qui m'envahissent et c'est dur de résister. Je suis un monstre dans un corps d'homme. Fais attention à toi car même si ton pouvoir est puissant, mon esprit tiendra s'il veux te voir morte. »

J'essayais d'être le plus franc possible, mais je ne pouvais réellement l'être avec ce qui me trottaient dans la tête. J'avais un tas de questions à poser. Certaines me paraissaient assez importante. Je devais obtenir des réponses. Je repris alors la parole, parlant d'un ton posé et captivé par sa capacité.

« Sinon, tu apprécies de faire souffrir les gens ? Il m'arrive d'adorer passer de doux moments à commettre des atrocités. L'acide est excellent pour m'amuser. Ton pouvoir doit également être utile pour torturer, as-tu déjà essayer ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Jeu 28 Avr - 1:36

Hunter VesperineThe Loose Cannon
The Loose Cannon
avatar

Messages : 1153

Navigation
Doriki:
1882/6000  (1882/6000)
Fruit du Démon: Itami itami no Mi

Au commencement l'Homme créât la folie

feat. Vesperine & Taizone



J'avais fais une boulette et une belle en plus ! Ça m'apprendra ! Mais c'est aussi de sa faute, il ne m'aurait pas fait peur comme ça, je n'aurais pas été stressée et je n'aurais pas lâché le fait que je ne ressens aucune douleur. J'hésitais toujours si je devais partir loin de lui, ou si je devais rester pour accomplir de terrible méfait en sa compagnie. J'étais en plein dilemme, ça n'arrêtait de me retourner la tête... Bon ! On va attendre un peu pour voir, peut-être qu'au final, il n'est pas si horrible que ça, même s'il a menacé de me tuer !

Il finit par dire qu'il trouvait mon pouvoir intéressant. Il continuait de disant qu'il ne serait pas contre le fait de savoir ce que faisait mon pouvoir, mais qu'il risquait de tomber dans un était second. C'est bien ma veine, je suis tombée sur un psychopathes ! Alors, oui lorsqu'il proposait d'oublier cette idée, je ne pus qu'obtempérer. De toute façon en vérité je n'avais pas du tout envie de lui faire goûter à mon pouvoir, parce que je n'avais pas du tout envie de goûter au sien !

Même si je ne ressens plus aucune douleur, un tel pouvoir allait sans doute laisser des séquelles ; et être couverte de cicatrice de brûlure, désolée, mais très peu pour moi ! J'ai beau être pirate, je tiens un minimum à mon apparence, sinon comment je vais me faire de nouveaux amis, hein ? J'ai pas envie de faire fuir tout le monde ! Quelques secondes s'écoulaient encore, pendant une chacun de nous deux réfléchissait de son côté, avant qu'il ne reprenne la parole, je m'attendais au pire...

Il souhaitait me dire que je ne devais pas avoir peur de lui, plus facile à dire qu'à faire tien ! Comment ça, « il n'est pas encore le mal » ? C'est bien ce que je dis, ce type est un psychopathes et bien ! A nous deux on fait la paire je dois dire ! Ensuite, il voulait que je sache qu'il n'aimait aucun contact physique et que par conséquent, je ne devais pas le prendre pour moi. Il fallait que je fasse attention si je ne voulais pas faire sortir le monstre en lui. Hum... je vois tout à fait le genre, donc il faut que je fasse vraiment attention. Est-ce qu'un effleurement non voulu allait le mettre en colère ? J'espérais que non... Et pour finir il me dit de faire attention à moi, car même si j'avais un pouvoir qui pouvait se révéler puissant, s'il voulait me voir morte, cela ne le dérangerait pas. Ouai, vraiment rassurant ce type... Je devais être encore plus pâle que d'habitude tiens !

Il finit par me demande si j'appréciais faire souffrir les gens, car lui c'était le cas et qu'il trouvait son fruit de l'acide très pratique pour ça. Ok, alors là ça devient carrément étrange comme situation, surtout le moment où il me demandait si j'avais déjà torturé des gens. Je manquais de laisser mes armes tomber par terre, mais je les récupérées au dernier moment. Je le regardais d'un air interdit avant d'ouvrir la bouche, puis de la refermer sans rien dire, puisque je n'avais pas encore trouvé ce que j'allais lui répondre ! Oui je sais, c'est un peu bizarre, mais c'est qu'il me prend un peu au dépourvue comme ça.


-Hum... Et bien je suppose que ça doit l'être, même si du coup mon pouvoir ne laisse aucune trace physique. Et puis je ne le maîtrise pas encore tout à fait, alors je n'ai pas pus voir toute l'étendue de ce dont je suis capable de faire endurer à un être humain. Le problème c'est que personne ne veut me servir de cobaye...

Ba oui ! Comment je peux développer de nouvelle technique si personne ne les endures ! Pour l'instant j'arrive juste à faire des maux superficiels, je vais pas aller bien loin...

-Mais je ne suis pas contre le fait d'essayer la torture !

Ah... J'aurais peut-être dû préciser sur quelqu'un d'autre, pas sur moi...


made by guerlain for epicode

_________________

Babble, Babble, Bitch, Bitch. Rebel, Rebel, Party, Party. Sex, sex, sex and don't forget the violence. Blah, blah, blah, got your lovey-dovey sad and lonely. Stick your stupid slogan in. Everybody sing along
Double comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Jeu 5 Mai - 19:58

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2542

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

J'étais décidément un sadique dans l'âme. Sans la moindre humanité. Du moins sous cette féroce mentalité. De mauvaises idées plein l'esprit. Un monstre envieux de prendre des vies. Je n'étais pas contre me laisser dominer par mes pulsions que me provoquaient cette jeune fille. Rien de très jolie à dire à ce propos. Juste de la violence. Agréable source de divertissement. Plaisante distraction que le commun des mortels méprisait sans essayer de comprendre les bienfaits de cet art. Parler de torture m'offrait une certaine envie de m'y mettre de suite. J'avais tellement de passion pour cette occupation. Le monstre aimait cela, et c'était cruellement réciproque. J'étais comme un verre qui se remplissait peu à peu au fil des secondes et des éventements. Là, j'approchais de déborder. Pourtant je me retenais avec force afin de ne pas céder. Pourquoi ? C'est ce que je cherchais à savoir. Je me fichais de son existence. Son sort m'importait guère. La preuve, je n'avais pas hésité l'espace d'un instant à la menacer de mort. Je n'aurais jamais fais une telle chose si cela pouvait m'être essentiel, mais je ne voulais pas la tuer. Il était trop tôt. Le destin avait bien des projets à me mettre sous la dent avant que je puisse être séduit pas l'idée de la détruire.

« Ce n'est pas mauvais de ne pas laisser de trace, mais cela ne doit pas être aussi sympa à voir si tu ne peux marquer de ton pouvoir le corps d'une personne afin de le marquer à vie. »

Il est vrai que cela pouvait avoir de bons côtés de ne pas laisser de trace après avoir fait acte de torture, cependant ce n'était clairement pas pour moi ce genre de pouvoir. Heureusement que j'avais mangé celui de l'acide, il m'allait magnifiquement. Le seul bon point que je voyais au fait de ne pas laisser de trace, était de ne pas laisser de preuve de son passage. Voilà ce que je voyais de positif, mais personnellement, je préférais en laisser le plus possible. J'avais une image à donner que je ne devais pas abîmer. Je ne pouvais être faible. Mes crimes reflétaient mon caractère ainsi que ma vision du monde. Ce que j'osais faire était important. Il en fallait du courage pour ne pas hésiter à planter sa lame dans le torse d'un civil croisé à un coin de rue. Cette fille en faisait partie, tout comme j'en faisais également parti.

«  Tu ne le maîtrises pas ? Tu pourras peut-être même causer des traces avec plus d'entraînement. Qui sait ce dont tu es capable !? Enfin bref. Tu n'as pas besoin de demander l'autorisation pour torturer, tu es un monstre comme moi. Les lois ne sont que d'invisibles barrières, elles ne doivent pas nous stopper. Nous sommes les seuls maîtres de nos vies, alors amusons nous pendant qu'il en est encore temps. »

Son pouvoir était tout de même aussi atypique qu’intéressant. Sérieusement, je le trouvais pas mal. Elle était une bête sauvage et sa capacité lui collait à la perfection. Un charmant couple. Toutefois elle semblait si différente de ma folie. Si semblable, mais néanmoins si divergent. Je ne comprenais pas comment elle pouvait se limiter à chercher de minables cobayes alors que des milliards de gens étaient sur Terre pour cette raison. Franchement, autant se servir pour profiter un maximum. Il ne fallait pas attendre les bras croisés, c'était totalement incongru.

« Je suis dans le même cas, j'ai encore beaucoup à faire pour ne plus avoir à me dépasser pour développer mes capacités. Je viens de commencer à utiliser mon acide depuis quelques mois, ce n'est rien, cependant je compte devenir puissant. Je pourrais utiliser d'incroyables techniques lors de combat, ce sera spectaculaire. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Dim 15 Mai - 0:04

Hunter VesperineThe Loose Cannon
The Loose Cannon
avatar

Messages : 1153

Navigation
Doriki:
1882/6000  (1882/6000)
Fruit du Démon: Itami itami no Mi

Au commencement l'Homme créât la folie

feat. Vesperine & Taizone



Des fois dans la vie, on rencontre plusieurs types de personnes. Il y en a des drôles, des ennuyantes, des casses-pieds et... des folles. Aujourd'hui j'étais tombée sur une personne qui semblait bel et bien folle et à un point dont je n'arrivais même à à imaginer l'étendue. Je me demandais bien ce qui avait pus causer sa folie... Peut-être un événement traumatisant dans sa vie, mais un truc sacrement dur alors...

Lorsqu'il me dit que cela devait être pratique de ne pas « laisser de trace », mais que d'un autre côté c'était triste de ne pas marquer un homme à vie. À cet instant je m'imaginais torturer un homme, avec mon pouvoir cela n'avait aucun sens, une fois que j'arrêtais, il allait aller de nouveau parfaitement bien, comme si je ne lui avais jamais rien fait. Alors que lui, avec son pouvoir de l'acide, il était sûr de faire souffrir n'importe qui, peut-importe sa force et même s'il ne le tuait pas, il aurait une trace de leur rencontre à vie...

Il reprit en disant qu'avec de l'entraînement je pourrais sans doute laisser des traces à mes victimes. J'en doutais fortement, où alors dans bien des années, quand je serais vieille et ridée et que j'aurais appris les capacités de mon pouvoir de font en comble. Mais je doutais aussi être un jour vieille et ridée, avec la vie que je mène, c'est tout juste si je ne risque pas ma vie à chaque minute. Il dit que je n'avais pas besoin d'autorisation pour torturer, que j'étais un monstre, comme lui. Ses paroles mes choquèrent sur le coup... Déjà c'est sûr que je me vois mal demander à quelqu'un « Bonjour Monsieur ! Puis-je vous torturer s'il vous plaît ? », je risque plutôt de me prendre un coup de poing en pleine figure...

Et puis je ne pense pas être un monstre, en tout cas pas comme lui... Il faisait vraiment peur, j'avais l'impression qu'il allait me sauter dessus à chaque instant et me torturer. Mais... Il n'avait aucun intérêt à me torturer. C'est vrai, cela ne sert à rien de vouloir faire souffrir quelqu'un qui ne ressent pas du tout la douleur ? C'est comme parler à quelqu'un de sourd, c'est une perte de temps... En tout cas, moi je n'avais pas envie qu'il me saute dessus, même si je ne sens rien, lui, comme il le dis si bien, il laisse des traces... Et je tiens un minimum à ne pas ressembler à un monstre, couverte de brûlure à l'acide...

Il finit par dire qu'il voulait devenir de plus en plus fort et qu'il serait capable d'avoir des techniques spectaculaires. Je n'en doutais pas une seule seconde. Je ne sais pas pourquoi, mais je sentais qu'il était quelqu'un de très fort et avec un caractère comme le siens, il n'allait pas se laisser marcher sur les pieds facilement.

D'expérience j'avais appris qu'il fallait mieux toujours se mettre du côté des plus forts, alors commencer maintenant et me le mettre dans la poche. Ou tout du moins éviter de s'en faire un ennemi, c'est déjà pas mal...


-J'en suis sûre que tu auras de super technique et j'espère avoir un jour la chance de les voir. Bon puisque l'on doit s'amuser, autant y aller à fond non ? Je vais aller trouver quelqu'un pour m'entraîner !


made by guerlain for epicode

_________________

Babble, Babble, Bitch, Bitch. Rebel, Rebel, Party, Party. Sex, sex, sex and don't forget the violence. Blah, blah, blah, got your lovey-dovey sad and lonely. Stick your stupid slogan in. Everybody sing along
Double comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Jeu 26 Mai - 18:41

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2542

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

En parlant de laisser des traces physiques sur le corps de mes victimes, je pris conscience que je n'ai jamais vraiment porté mon attention aux gens que je marquais à vie de mon acide. Comme si cela ne m'importait guère. Étrange, car je ne me fichais pas de prendre des vies. J'aimais tuer, mais je sentais comme un fardeau, un poids qui devenait de plus en plus lourd à chaque fois que je laissais ma folie gagner. Je devais changé sur ce point essentiel. Pas une seconde je n'avais imaginé ce que devait être devenu leur existence après avoir croisé ma route. Il était temps de commencer à y penser sérieusement. Histoire de rendre hommage aux proies, c'était bien là le minimum à faire afin de les honorer. J'étais le bourreau de tant de créatures, et je n'étais pas prêt de m'arrêter en si bon chemin. Je ne pouvais prendre ma retraite si tôt, alors que ma carrière de pirate venait à peine de prendre son envol.

J'avais déjà parcouru les mers de l'est et du nord en tant que forban. Je débutais dans l'art de massacrer des gens, mais un jour j'arriverais à faire disparaître des populations entières. Je pourrais certainement en être capable en m'entraînant de manière intensive. Je n'étais qu'un minable tueur sans la moindre importance. Ma prime était inexistante. Je n'étais rien. J'avais un pouvoir incroyable, mais je ne représentais aucunement une quelconque menace pour le Gouvernement Mondial. Je n'étais qu'un poisson qui aspirait à devenir un requin, cependant je ne pouvais que promettre de devenir le plus puissant monstre que les mers ont jamais connu. Je ne laisserais personne m'empêcher d'atteindre mon rêve. J'étais capable de l'impossible pour y arriver. Sûr de ce que je pourrais faire dans un futur proche, je ne voyais pas ce qui pouvait se dresser en travers de ma route puisque je détruirais tout ce qui voudrait me faire barrière.

Je regardais le sol, puis je pris une grosse respiration avant de me jeter sur des marins qui venaient en nous chargeant comme un troupeau de bête. J'avais hâte de me laisser dans un état de folie. Je pouvais ainsi l'être totalement. Je n'avais plus à me cacher. J'allais être moi-même, le vrai monstre. Il était venu le temps de combattre les soldats venus protéger les villageois. Pauvres âmes innocentes. Ils étaient stupides de penser à avoir la moindre chance face à deux possesseurs de fruits du démon. Nous étions là pour faire couler le sang, enfin je l'étais depuis que j'ai croisé la route de cette fille. La lame de mon sabre fut le premier cadeau que j'offrais à ceux qui se dressaient sur mon chemin. Le second que je donnais presque aussi gentillement, fut l'acide que je créais avec passion. Les cris de douleur de mes proies me rendaient joyeux. Je commençais à rire sans pouvoir m'arrêter tandis que je continuais mes mauvaises actions.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Dim 19 Juin - 15:01

La chèvreMange les documents officiels
Mange les documents officiels
avatar

Messages : 1484

Pas de réponse depuis le 26 Mai.
→ dans une semaine ça fera un mois.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.one-piece-rpg.com
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Ven 24 Juin - 2:39

Hunter VesperineThe Loose Cannon
The Loose Cannon
avatar

Messages : 1153

Navigation
Doriki:
1882/6000  (1882/6000)
Fruit du Démon: Itami itami no Mi

Au commencement l'Homme créât la folie

feat. Vesperine & Taizone




J'étais perdue dans mes pensées, je n'avais même pas réalisé tout ce qui se passait autour de moi. Depuis que j'étais partie en mer, que j'étais arrivée sur Grand Line, j'avais rencontré tellement de monde. Parfois tout se passait bien, ces personnes étaient la plupart du gentille, ou tout moins avaient un caractère qui collait plutôt bien avec moi. Pour les autres, ça se finissait en affrontement. Jusqu'à présent j'avais particulièrement eu de la chance dans mes rencontres, même dans celles qui se terminait par de combats, que j'avais jusqu'à présent gagnée. C'est surtout pour cette partie là que je dis que j'ai eu de la chance, surtout quand on sait le nombre de personne forte qui courent sur Grand Line.

Mais parfois il faut savoir s'incliner face à des adversaires qui se révèlent bien plus fort que vous, même si aucun combat n'avait été engagé. Je pense que c'est un atout indispensable à la survie, en tout cas pour les faibles, dont je faisais malheureusement partie. Mais j'espère tout de même qu'un jour je ferais partie des meilleurs, je ne perds jamais espoir ! Bref, quand on ne fait pas partie des plus forts (en tout cas pour le moment) le plus simple c'est de faire profil bas et de s'allier au plus fort. C'est pour ça que j'avais rejoint cet équipage de pirates dans un premier temps et plus tard j'en intégrerais un encore plus grand et plus fort et surtout, plus méchant !

Voilà dans quel genre de pensée j'étais perdue, tant et si bien que je n'avais même réalisé que des Marins étaient en train de foncer droit sur nous. Mais heureusement pour moi que le garçon que je venais de rencontrer était bien plus réactif que moi et avait réagi au quart de tour, se jetant sur le pauvre soldat qui ne faisait clairement pas le poids contre lui. Je secouais la tête de gauche à droite comme pour finir de me sortir de ma léthargie et reprendre mes moyens.

Le garçon aux cheveux blancs et à la peau plus pâle que la mienne maîtrisait aussi bien son fruit de l'acide que le maniement de son sabre. J'en aurais presque été jalouse si je ne savais pas que j'étais une vraie brêle en arme blanche. Ce n'est pas pour rien que j'ai deux armes à feu et une arme de mon invention qui a trop la classe. D'ailleurs, lorsqu'une nouvelle vague de soldat arrivait depuis notre flanc droit, les balles de leurs baïonnettes fondaient sur nous, mais par chance, j'avais l'impression d'être meilleure tireuse qu'eux. J'avais envie de m'amuser un peu, alors au lieu de directement sortir mon lance-roquette, je pris plutôt mon minigum, mais je visais des endroits de leur corps où mes balles n'allaient pas les tuer, mais leur faire franchement mal.

Certain tombaient alors que je les avais juste touchés dans le bras ou la jambe, ce qui avait considérablement réduit le nombre d'attaquant arrivant à notre niveau. Je me concentrais alors pour leur infliger la pire douleur qu'ils n'ont jamais connue avant de me tourner vers mon compère de carnage sans les lâcher du regard, lui disant :


-Ils sont pour toi !


made by guerlain for epicode

_________________

Babble, Babble, Bitch, Bitch. Rebel, Rebel, Party, Party. Sex, sex, sex and don't forget the violence. Blah, blah, blah, got your lovey-dovey sad and lonely. Stick your stupid slogan in. Everybody sing along
Double comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   Jeu 14 Juil - 18:14

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2542

Navigation
Doriki:
3240/6000  (3240/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Riant de bon cœur, je m'amusais du mieux que je le pouvais avec mes très chers camarades du jeu de la vie et de la mort. La fête était au rendez-vous. Elle avait enfin pointer le bout de son nez. Je l'avais attendu avec une certaine impatience. J'étais l'un des animateurs principaux de la journée, avec la bleue, nous installions ainsi une terrible ambiance digne des histoires les plus macabres. Le sang coulait à flot. Les corps s'entassaient autour de notre position. Nous n'avions à nous déplacer pour lutter contre les assauts répétés des marins. Que pouvaient-ils réellement faire pour nous stopper dans notre tuerie ? Vous devez connaître la réponse. Celle-ci est logique. Pas dure à comprendre. Ils n'ont pas la moindre possibilité. Ils ne sont que de misérables insectes rampants vers la fin.

Je prenais un malin plaisir à les torturer. Tellement jouissif. Je ne voulais pas que cela puisse se terminer. La partie était intéressante. Je formais une sympathique équipe. J'étais aux anges. Un diable au paradis. Jolie image décrivant notre symbolique opposition., notre divin combat. Je n'avais pas la moindre limite. Je m'adonnais à la folie pure et violente. Je donnais ma force entière aux coups que j'envoyais aux soldats. Je ne pouvais juste faire le minimum, ce ne serait pas drôle. Je souhaitais prendre du bon temps, alors je faisais le maximum dans toute sa splendeur.

Je ne voulais pas prendre leur vie si facilement, je préférais les entendre crier de douleur autour de moi, pendant que je faisais le mal. Je détruisais ce qu'ils appelaient corps en même temps que ce qu'ils osaient qualifier de mental. Quelle sensation incroyable m'envahissait. J'adorais la sentir prendre place dans tout mon être. Je prenais de la puissance au fur et à mesure que les cadavres s'installaient confortablement sur le sol. Personne n'allait pouvoir m'arrêter. Mes sabres tranchaient tant de chair, que cela commençait à m'ouvrir l'appétit. Je ne pouvais résister à cet irrésistible appel. Pas sous cet état, étant donné que je ne suis plus aux commandes, je dois céder à la plupart de ses caprices. J'attendis qu'une occasion puisse se présenter et dès que j'eus cette dernière sous les yeux, esquivant légèrement sur la gauche, je me mis à croquer dans la jolie gorge d'un marin qui tentait de me percer de sa lame. Un délice. Je m'en léchais les babines. J'avais autant de sang sur le visage que sur mes vêtements. Ma pâleur était désormais masqué par ce liquide rougeâtre.

Un immense sourire s'installa de nouveau sur mon visage. J'étais satisfait de mes prouesses. J'écartais les bras de mon corps et je commençais à rire encore plus fort que j'avais pu le faire. L'acide partait dans presque toutes les directions en une dévastatrice vague, j'épargnais juste l'endroit où se trouvait mon acolyte. Les hurlements devenaient intenses. J'étais charmé par cette charmante mélodie.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Au commencement l'Homme créât la folie [PV Taizone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» (Alexander) L'homme, ce petit monde de folie
» La bêtise de l'homme n'a-t-elle d'égale que sa folie ? [ PV Taka ]
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» L'ex homme fort d'Haiti est un égoiste...
» La folie des BAM ! [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Autre îles-