AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La chasse est close

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: La chasse est close    Sam 21 Nov - 18:21

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2551

Navigation
Doriki:
3540/6000  (3540/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Vous savez ce que c'est de se lever le matin et de découvrir que la chance est toujours de votre côté ? Vous le savez ? J'en ai rien à faire en fait de ce que vous savez. La chance était toujours à mes côtés, la roue n'avait pas encore tournée. J'étais heureux de l'annonce qu'on venait de me faire, même si on venait de m'extirper d'un agréable rêve érotique.
Strange D. Nana ayant quitté sa famille, ma cible avait prit l'initiative de partir à sa recherche. Choix stupide. Nous avons obtenu cette information en attaquant un village sur la dernière île visitée mais ce n'était pas cela qui me réchauffait mon petit cœur.
Teagan H. Vitanie était près de notre position, sur une île à la recherche de son amie. J'allais pouvoir mettre un terme à sa vie. J'étais motivé par mon envie de tuer. Je voulais rependre le mal et confirmer que je n'étais pas à prendre pour un clown par le Gouvernement Mondial et les autres pirates du monde. J'allais envoyer un signal.
Je n'avais pas fini la chasse. J'avais une jeune fille à tuer.

Je ne pris pas le temps de quitter ma tenue de nuit pour me dépêcher de donner des consignes à l'équipage sur notre destination. Teach était enjoué par mon envie de me battre contre celle qui m'avait glissé entre les doigts dans le Nouveau Monde. Il m'encourageait même à la torturer. J'hésitais. J'aimais faire souffrir les gens, cependant je ne voulais que la tuer. Je le devais. J'avais commencé à ressentir de l'attirance à son égard et il ne fallait pas que je puisse éprouver ce genre de sentiment. Il ne fallait pas. La bête allait en prendre un sérieux coup au moral. J'allais perdre la confiance que j'ai durement acquise depuis mon arrivée sous la bannière à trois crânes, alors je me devais de mettre un terme définitivement à ma naissante sottise. Un monstre n'avait pas le droit d'aimer ou d'être aimer. Je devais attiser la haine. J'allais briser son existence avant qu'il ne soit trop tard.

Je saisissais le temps de me préparer avant d'accoster à quelques lieux de la côte. Nous ne voulions pas attirer trop l'attention pendant ma mission. Je souhaitais être rapide et ne pas laisser place à l'émotion.

Rejoignant l'île avec Barbe Noire et Van Auger, nous espérions conclure cette traque avant l'heure du repas. Évidemment je n'avais pas la même motivation pour en finir au plus vite. Ces deux bougres tenaient à manger, moi je tenais à ne pas laisser échapper mon penchant pour cette charmante personne.

Nous n'avions pas perdu de temps pour fouiller, sans faire de grabuges, la totalité du village. Je pris l'initiative de me rendre dans ce qui semblait être une large forêt de l'autre côté du village pour chercher ma proie. J'étais impatient. Je commençais alors ma quête.

Les heures passèrent et passèrent sans que je puisse apercevoir sa longue chevelure rosée. Je pensais avoir été berné par un membre de la flotte. La colère montait petit à petit tandis que je sentais l'odeur de l'échec. Je sélectionnais mon moyen de joindre le capitaine, je composais le numéro lorsqu'un craquement vint capter mon attention.

Mes yeux étaient comblés. J'étais subjugué. Envoûté par la folie qui me prenait lorsque je pus enfin la voir en face à face. Je revoyais cette chère fille. Elle m'avait manqué. Cela avait l'air d'être réciproque car après m'avoir de nouveau insulté et provoqué, elle n'hésita pas à m'affronter tout aussi courageusement que lors de ne notre précédente rencontre. J'étais aux anges.

Elle n'avait pas perdu de sa rapidité et de son agilité, ses coups étaient bien placés et me faisait assez mal, comme si elle savait exactement où frapper pour me faire souffrir. J'étais sous son charme. Envoûté comme Phoebus par la belle Esmeralda. Je prenais du plaisir. Je n'étais pas vraiment du genre à être exciter par le fait de me faire taper dessus, néanmoins j’appréciais cela de la part de quelques privilégiés dont elle faisait partie.
J'essayais de riposter. Ce n'était pas simple contre un adversaire qui avait la capacité de s'approcher de ma personne si facilement. J'avais l'impression d'être sans défense. Ces coups n'étaient pas aussi puissant que les miens ou que ceux de la rousse, cependant ils étaient placés à des endroits qui causaient une insupportable douleur.

Mon envie de prendre sa vie grandissait à chaque coup. Je ne répondais pas à ces attaques, préférant rire en éclat. Je m'amusais en la provoquant. Je voulais qu'elle puisse ressentir la peur. Je souhaitais être sa peur. Je n'allais rien laisser au hasard. Mon cœur s'emballait, j'avais l'impression qu'il battait à mille à l'heure.

« Tu ferais mieux de te montrer plus cruelle envers moi, je pourrais décider d'aller tuer ta précieuse sœur à tout instant. »

Je touchais à la provocation afin de l'encourager. Il n'y avait rien de mieux que de toucher les points sensibles d'une personne pour faire ressortir sa part d'ombre. J'avais senti dès lors que nos regards s'étaient croisés pour la première fois, qu'elle n'était pas si différente du monstre que j'étais devenu. Je voulais avoir le meilleur adversaire possible. Je n'étais pas là pour jouer. J'avais un objectif que je voulais atteindre, mais je ne devais pas le bâcler.

Je venais de viser juste. La colère commençait à l'envahir. Je voyais qu'elle tentait de cacher ses émotions derrières son léger sourire. Croyait-elle pouvoir me berner ? J'avais une nouvelle fois envie de me moquer gentillement de sa stupidité du moment. J'étais une bête sauvage bien plus dangereuse qu'elle ne pouvait l'être, je savais très bien reconnaître mes congénères.

« Je m'imagine déjà en train de lui faire prendre un bain d'acide, comme j'ai pu le faire par le passé avec certains de tes frères. Quelle douce envie n'est-ce pas ? »

Laissant petit à petit sa colère prendre le dessus, le combat devenait intéressant. Je sentais la rage dans son regard et j'aimais énormément cela. Oui, j'aimais cette sensation.

Usant de cartes en acier dont j'avais déjà pu voir les qualités, Vitanie avançait tout en réduisait la distance qui nous séparait. J'étais obligé de rester sur la défensive pour éviter que l'une d'entre elles ne vienne se nicher dans mon corps. Elle s'approchait ainsi de moi. Je trouvais sa méthode pour se rapprocher plutôt amusante. Elle ne pouvait plus se passer de son albinos. Rien que dit penser, cela me plaisait.

Il était temps de devenir sérieux. Je n'avais pas toute la journée. Je commençais à produire de l'acide. Mon tour était venu de me mettre en avant et de montrer que j'étais le monstre le plus terrifiant. Je ne la quittais pas des yeux. Je suivais ses faits et gestes grâce au fluide afin de profiter de la moindre failles. Je n'arrivais pas bien à en trouver à cause de l'excitation qui me prenait et de l'autre qui se réveillait à l’intérieur de ma tête. Je n'allais pas le retenir en ce jour mémorable. Il avait à se montrer dans son immense splendeur. Je comptais sur sa présence et sur son impitoyable barbarie.

Arrivant près de moi, elle dégaina la lame qui se cachait dans son parapluie afin d'essayer de me transformer en une brochette. Elle s'acharnait pour arriver à ses fins, j'allais lui apporter la sienne. J'avais préparé une importante quantité d'acide pendant qu'elle m'attaquait, désormais je pourrais me battre sans retenue à mon tour. J'attendis qu'elle arrive près de ma personne afin de me donner corps et âmes. J'avais une idée en tête. Si je pouvais suivre cette inspiration, le combat serait une partie de plaisir. Si je pouvais suivre cette inspiration, je ne pouvais perdre. Je devais suivre ce dessein. Gardant le sourire, la lame de la rosée vint s'enfoncer dans mon torse.
Cela faisait mal. Je souffrais, cependant j'essayais de tenir un maximum pour ne pas laisser transparaître mes émotions. J'avais réussi à l'attirer près de mon corps. Parfait. La première partie de mon idée était bouclée, je pouvais maintenant me consacrer à sa mort.

Mon corps se recouvrit en l'espace de quelques secondes jusqu'à ce que toute cette délicieuse matière que je pouvais créée, soit jetée dans la direction de ma proie. Je ne lui laissais pas de repos. J'avais l'impression de me revoir lors de notre dernière entrevue dans le Nouveau Monde. J'utilisais toujours la même façon de commencer un combat. L'introduction. L'amorce. J'envoyais une importante émission d'acide, telle une vague, dans toute la zone qui se trouvait en face de moi en un raz-de-marée.
Vous comprenez mon choix maintenant ? J'avais pris soin de laisser une cruelle ouverture dans ma défense afin qu'elle ne puisse échapper à ce que je préparais en silence. Visiblement, mon plan avait été génialement préparé en bon stratège.

Elle était pleine de mon liquide. Je trouvais cela plutôt mignon. J'allais continuer de l'arrosé à en mourir. Je voulais lui offrir encore davantage d’insupportables douleurs. Elle ne devait pas survivre à cette journée. Je sentais la bête devenir de plus en plus envieuse. Je ne pouvais pas la contenir éternellement. Le moment était sans doute approprié. La jeune fille avait bondi comme une antilope en arrière, se réfugiant à quelques mètres de ma position. Tentait-elle de fuir ? Je n'étais pas prêt de la laisser m'échapper, cependant j'étais confiant. Je savais qu'elle n'était une faible. Elle ne pouvait pas s'en aller de cette façon. Pas après les choses que je venais de lui dire sur son amie.
Elle avait mal. Je pouvais le voir dans son regard et à son visage grimaçant. Vitanie essayait de calmer ses blessures à l'aide de son fruit. Elle ne pouvait malheureusement plus se cacher à cause des arbres de la forêt que j'avais préalablement rongé stratégiquement avec ma précédente attaque. Je profitais ce cet avantage pour laisser la place à mon autre personnalité qui se réjouissait de cette occasion de se dégourdir. Je pris le temps de retirer la lame de mon torse, que je jeta au sol. Au début cela faisait mal, puis j'ai commencé à ne plus ressentir ma blessure au torse. Le processus était en marche. Mes envies de sang devenait de plus en plus intenses. Mon corps produisait de l'acide en profusion. J'avais le sentiment d'être dans le combat de mon existence car j'étais en voie de me donner à fond.
Mon énergie allait être consommé par mes actes à venir. Il fallait que je lui montre que j'étais le plus monstrueux. Je le pensais tellement fort. Mon corps et surtout mes poings furent recouverts sous de nombreuses et épaisses couches d'acide combinées au fluide. Puis, elles étaient ensuite recouvertes par une nouvelle couche corrosive. Mes poings donnèrent des griffes d'acide solides. Tandis que dans mon dos, par ce mécanisme, j'avais créée une queue d'acide rendue solide également. Ma défense était idéale pour attaquer. J'avais bien fais de ne pas mettre plein de couches afin d'augmenter ma taille, j'aurais perdu de la vitesse et je risquais d'en avoir besoin face à cette superbe demoiselle.
Mon regard s'illuminait dans l'obscurité que je symbolisais sous cette forme. Je ressemblais à un animal. J'étais un animal. Mes pulsions étaient violentes. Le simple fait de les éprouver me rendaient complètement dingue. Je riais sans vraiment pouvoir m'arrêter.

Vitanie était là. Figée sur place par ce brusque changement. Sa folie semblait avoir disparu en un instant. Venait-elle de comprendre que je lui réservais un sort similaire au Serpent ? Je n'allais pas la prendre en pitié, surtout après qu'elle ait osé me provoquer à notre dernière rencontre. J'allais sans doute provoquer la colère de Strange D. Nana et de tout l'équipage de Barbe Blanche, cependant je m'en fichais royalement. J'avais un objectif prioritaire. Ma cible était devenue inconsciente.

La jeune fille avait l'air d'avoir retrouvé sa vigueur. Je voyais dans ses yeux que la triste vérité venait de lui parvenir. J'étais un niveau au dessus de sa personne. Elle était loin d'être faible, mais je possédais une arme plus puissante que sa maigre loufoquerie. J'étais Taizone Nazario.
Prenant ses jambes à son cou, elle tenta désespérément de fuir. Je ressentais qu'elle était paniquée a l'idée de disparaître de ce monde. Elle courrait vite pour partir de cet endroit, je ne la quittais pas d'une semelle. Je comprenais parfaitement son choix. Je respectais sa décision, néanmoins je n'allais pas la laisser continuer de vivre. Le paysage que j'avais précédemment dévasté était en ma faveur. Elle ne pouvait se cacher de mon champ de vision ainsi que de l'acide qui arrivait avec hargne. 

J'essayais de la rattraper en courant aussi vite que je le pouvais, cependant cela me semblait impossible de venir à sa hauteur. Je n'avais pas sa vitesse. Je n'avais plus qu'une solution afin de résoudre ce problème. J'étais décidé à gagner. J'avais encore un atout dans ma poche, une carte dans mon jeu pour réduire à néant ses chances de survie. L'acide. Toujours cette fameuse capacité. J'envoyais des boules de mon liquide dans sa direction sans prendre de pose. Je continuais sans relâche jusqu'à ce que l'une d'elle puisse atteindre son but. La jeune fille était douée d'une agilité surprenante, néanmoins elle ne pouvait tout esquiver. Forcer de se concentrer pour éviter mes assauts répétés, je pus réduire plantureusement l'écart qui me séparait de cette charmante créature. 
Je venais de triompher avant même d'avoir pris sa vie. 

La fatigue commençait à m'envahir, j'avais bien géré mon temps.

Mes bras changèrent de forme pour une dernière attaque. La fin approchait à grand pas. Ils passèrent des griffes à la lame en l'espace de quelques secondes. Je commençais à contrôler plus facilement les variations d'aspect de mon acide. Bien n'est-ce pas ? Oui. Sachant cela, vous devez être heureux pour moi, j'espère en tout cas tout comme j'espère que vous aurez une pensée pour Vitanie. Elle fut transpercer par mes lames alors que je les avaient légèrement étirés pour percer le peu d'espace qui me séparait toujours de cette improbable fille. Elle était embrochée. Retirant l'acide qui me couvrait, mon adversaire s'écroula au sol. J'attendis d'avoir fini d'assimiler tout l'acide pour dégainer ma dague. Je me posa près de ma victime. Déposant un baiser sur son front, je lui trancha la gorge en lui souhaitant un bon repos. Elle était inerte. Je venais de la tuer. La vie était ainsi faite. Nous vivons pour mourir. Elle avait vécu pour mourir de mes mains. 

Vous vous demandez encore pourquoi j'ai tranché sa gorge ? C'est pourtant simple. Je ne voulais pas avoir de mauvaises surprises. Je savais qu'elle pouvait se soigner, mais morte, cela ne lui était guère utile. Mon geste allait être destructeur. La haine que j'allais provoquer allait être incomparable à tout ce que j'ai pu connaître par le passée. Je préférais ne pas y songer et laisser le temps arranger ce qui doit se passer.

La bête s'en allait progressivement, offrant un retour au premier plan à l'autre personnalité. J'étais fatigué. Exténué par cette journée et assez ennuyé d'avoir prit la vie d'une personne que j'aurais tellement souhaiter connaître. J'observais quelques minutes son cadavre en silence. Je lui rendis un hommage. Elle le méritait. 

J'en avais terminé avec cette fille. Une délicieuse sensation m'envahissait. J'aurais pu être heureux d'avoir pris son existence, cependant ma plaie commençait à me faire souffrir de nouveau et cela me dérangeait. Je ressentais tout de même une joie intense. J'étais fier de pouvoir me concentrer sur de nouveaux projets. Une histoire venait de se finir, tandis qu'une page allait se tourner.

Mes mains étaient couvertes de sang. Mon sang et celui de la défunte. J'allais devoir me laver en rentrant. J’attrapai de mes instruments de meurtrier, l'escargophone, afin de joindre le barbu. Il devait venir pour récupérer le pouvoir de la demoiselle. Mon capitaine avait intérêt à ne pas être trop lent, car je souhaitais me reposer à la suite de ce combat et surtout voir le Doc pour qu'il me soigne. Je ne m'étais certes pas donné à fond comme je l'aurais voulu, mais j'avais participé à un jeu des plus amusants.

Teach arriva ainsi avec le fidèle sniper de l'équipage.
Le pouvoir fut prit selon le même rituel que celui utilisé dans le Nouveau Monde pour prendre la capacité de ma précédente proie. Toujours avec ce famueux tissu pour ne pas que nous puissions voir la méthode utilisée pour extraire les fruits du démon. J'avoue que j'étais assez curieux de voir ce qu'il se passait derrière cette maigre toile noire.

Fruit récupéré, Teach me félicita pour ma victoire ainsi que pour ce pouvoir stratégique apporté à notre camp. Je continuais de marquer des points. Ma réputation en tant que nouveau commandant d'un des navires de l4empereur Barbe Noire allait se propager dans le monde entier. J'avais été bon.

Les deux hommes commencèrent à s'éloigner pour regagner le navire. J'étais hésitant. Je ne pouvais pas m'en aller de la sorte. Je ne pouvais laisser le corps sans vie dans un endroit comme celui-ci. Je voulais que quelqu'un prenne soin de son corps. Je sais, je ne suis pas un homme juste, mais j’appréciais cette fille donc je ne pouvais pas la laisser dépérir seule. Je ne voulais pas avoir ça sur la conscience. Avoir des millions de morts sur la conscience ne me posait pas de problème, cependant juste laisser son corps ici m'en posait un énorme. J'étais tellement étrange.

« Teach, je vais m'occuper de faire disparaître son cadavres. Je reviens dès que j'ai fini. Attendez moi pour fêter ma victoire ! Ahah »

Je ramassa sa lame que je comptais amener à une certaine personne et pris alors le corps de Vitanie dans mes bars en prennant la direction opposée de mon capitaine. Je regardais son doux visage. Elle était si belle et courageuse. J'étais désolé d'avoir été obligé de la tuer. Je n'avais pas le choix. Une cible doit être éliminée. Dès l'instant où elle est passée d'ennemie à cible, son sort était déjà clôt. Sa saule issue aurait été de rejoindre nos rangs au sein de l'équipage du Seigneur des Ténèbres. Le destin était parfois cruel. Je détournais le regard sur le chemin à suivre. Il y avait un village si je continuais tout droit. J'allais y poser mon colis.

Je me déplaça jusqu'à une place centrale où beaucoup de monde se trouvait réuni. Un grand commerce avait amené tout le village à chercher de nouvelles choses ou vivres à acheter. J'étais observé de toute part avec mon cadavre dans les bras. Je prenais le temps de me balader avec son corps, un journaliste pourrait peut-être passer dans le coin et prendre une photo pour illustrer un sublime article.
Je cherchais ensuite des soldats de la marine. Je passa quelques minutes à traverser maintes ruelles pour tomber nez à nez sur deux soldats qui patrouillaient. Ils pointèrent leurs armes dans ma direction. Il pensait sincèrement m'atteindre ? Je n'étais pas là pour m'amuser avec ces petits êtres insignifiants.

« Calmez vous messieurs. Posez vos armes. Je suis Taizone Nazario, membre de la flotte de Barbe Noire, j'ai tué cette fille, Teagan H. Vitanie. Faites le savoir aux membres de son équipage et à Strange D. Nana.
Je ne suis pas là pour vous combattre, mais sachez que je peux vous tuez très lentement avec mon acide si vous voulez vraiment vous opposez à moi. Je préférerais vous laissez vivre. Souhaitez vous tant mourir en laissant vos familles sans la moindre possibilité de vous identifiez une fois mort ? Non ? Bien. Prenez ce corps et transmettez à vos supérieur et au monde ce que j'ai fais sans le moindre état d'âme. »


Ils n'étaient pas confiant. L'un d'eux s'avança quand même vers moi, en tendant les bras. Je lui déposa la morte dans les siens avant de m'en aller. Ils ne cherchèrent pas à me tirer dans le dos. J'étais un peu étonné, il devait l'être bien davantage.

Revenir en haut Aller en bas
 

La chasse est close

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Réveil pour la chasse ! [PV Plume]
» Chasse entre mère et fille
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» (En cours) Chasse au trésor 3
» Tableau de chasse des crânes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Namakura-