AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sombre avenir [PV:Nico Robin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Sombre avenir [PV:Nico Robin]   Sam 3 Oct - 19:36

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Nazario Taizone

Messages : 2683

Navigation
Doriki:
3893/6000  (3893/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Je me plaisais à vivre. Heureux. Je profitais de ce moment de perfection où je pouvais me perdre dans mes songes sans me perdre dans la vie. J'avais déambulé dans les rues alors que le soleil prenait sa place dans le ciel. J'aimais cette île si fabuleuse à l'histoire et l'architecture si incroyable. Je m'étais balader sur les canaux sous un soleil chaleureux sans prendre en compte le temps que je perdais ou que j'investissais selon le point de vue. J'avais l'impression de prendre des vacances. Je sortais de mon monde. Je devenais à nouveau un citoyen lambda même si ma tête était mise à prix pour une belle somme. Je visitais des coins dont j'ignorais l'existence. Je connaissais approximativement la cartographie de cette île à force de venir néanmoins je découvrais avec joie de nouveaux endroits. Je passais pas des petites ruelles dans la ville basse où sont bâtis les quartiers considérés comme les moins importants de la Cité Aquatique. J'avais rencontré une pauvre petite fille en pleure assis sur morceau de carton en passant par hasard devant une maison en ruine.
Je me suis sentis mal en voyant cette scène. De douloureux souvenirs m'envahissaient. Je me revoyais lorsque j'avais appris la mort de mes parents. Si je n'avais pas eu mon grand-père adoptif, j'aurais pu me retrouver dans sa situation. J'avais eu de la chance.


M'approchant d'elle doucement, je voulus prendre la température en lui demandant ce qui lui était arrivé pour qu'elle se retrouve ainsi à la rue. Son histoire me toucha. Sa famille n'avait pas voulu payer un groupe de criminel de la basse ville et tous avaient été emporté pour des représailles. Je pris quelques informations sur les auteurs de ce crime impardonnable et je me dirigea vers le lieux où les scélérats devaient se trouver selon ses dires. J'avais mes armes et mon pouvoir donc je n'avais pas de soucis à me faire pour faire ma bonne action du jour. Sur place, je n'eus pas de problème à commettre un véritable massacre digne de ma réputation.


Mes sabres étaient souillés de sang. Je me tenais assis dans un hangar vide de vie. J'aimais me défouler de la sorte. Je trouvais cela tellement jouissif de prendre des vies. Cela le devenait davantage quand je tuais pour une raison qui en valait la peine. Le sol était devenu rouge et jonché de cadavres toujours chaud. J'avais agis avec barbarie envers ces gens que je venais de décimer tel la Faucheuse, si violemment et sans ressentir un soupçon de remords. Je venais de refaire la décoration à ma manière. Je me demandais pourquoi je n'avais pas fais des études afin de devenir ingénieur d'intérieur. J'aurais pu proposer des solutions plutôt intéressantes à des particuliers. Dommage. Je venais de tuer un sacré nombre de personnes dans ce lieux en me fiant aux paroles d'un enfant. J'avais peut-être fais une irrattrapable erreur, cependant je m'en fichais complètement. Je pensais avoir fais un acte charitable plein de compassion donc j'étais assez fier. Le monstre était toujours prisonnier de sa cage tandis que l'homme était habillement au commande.


Cette petite fille à l'allure si innocente qui m'avait supplié de jouer au boucher pour sauver sa famille m'avait sûrement un brin manipulé. J'avais été pris pour un idiot. Cet endroit ne contenait que des morts causés par mes lames. Il n'y avait pas eu de civil. Je venais de fouiller pendant plus d'une foutue heure ce lieux dans les moindres détails et malheureusement, il n'y avait aucun individu à libérer. Je me demandais ce que je faisais là. J'avais envie de tout casser. J'étais en colère. Je devais me calmer. Je me dirigeais vers une taverne. Il fallait que je reprenne mes esprits afin de ne pas perdre le dessus sur la bête.


La taverne était calme voir trop. Dépeuple de populace, j'étais le seul client. Assis à une table, je savourais un cola.

_________________
« Ne juges pas un homme au chemin qu'il choisit.
À moins d'avoir toi-même parcouru le même chemin de bout à bout, tu ne peux dire à autrui ce qui l'attend, ni ce qu'il laisse derrière lui. »
Thème :
Partenaires