AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Punition rime avec union [Juju]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Message
MessageSujet: Punition rime avec union [Juju]   Ven 11 Sep - 12:00

Dimaria KiiroPeluche de l'armée/ CP3
Peluche de l'armée/ CP3
avatar

Messages : 1168

Navigation
Doriki:
375/6000  (375/6000)
Fruit du Démon: Neko-Neko No Mi : modèle lion





Koh Lanta




L’eau cristalline, le sable blanc et chaud, les cocotiers et les palmiers. Tous étaient présents afin de jouer la grande pièce des vacances en formant ce que l’on appelle le cadre idyllique. Seulement, cette île paradisiaque n’avait pas pour vocation d’être une station balnéaire et la tueuse vêtue de blanc ne se trouvait pas là pour faire du tourisme ou bronzer sa peau de pêche afin de lui donner une légère teinte brune. Non, la raison de la présence d’Angela était tout autre et bien plus chiante que l’idée d’être en vacances. Si la belle se trouvait ici c’était pour y effectuer une punition que Seira lui avait donnée après avoir combattu l’autre abrutie de Judal. Cela aurait pu être sympa si, et seulement si, Seira n’avait pas eu la brillante idée de lui attribuer l’autre tâche en guise de partenaire afin qu’il puisse, lui aussi, faire sa punition.

Angela foulait le sable blanc de ses bottes blanches et examinait les environs tout en pestant sur le fait qu’elle devait se coltiner Judal pour une durée indéterminée. À l’ombre d’un cocotier, la bleuté s’étirait un long moment avant de jeter un regard vers son compagnon d’infortune.


- Tss, pourquoi est-ce que je dois me farcir un imbécile comme toi pour pacifier une île ? Je pouvais très bien m’en sortir toute seule. Cela va être une véritable torture de te supporter jusqu’à la fin de cette mission.

La belle tueuse soupirait longuement en fixant le ciel bleu et les nuages qui naviguaient dans le ciel sans se soucier du monde qu’ils assombrissaient sans le vouloir. Angela restait muette un long moment avant de construire un abri de fortune afin d’y passer la nuit. Elle y mit ses affaires et se préparait une couche moelleuse composée de feuilles et de mousse. Bien entendu, elle laissait le soin à Judal de faire son propre lit puisqu’il était hors de question qu’elle l’aide d’une quelconque façon.

Le soleil baissait à l’horizon et un gargouillement provenant du ventre de la chef des armées se fit entendre. La faim arrivait finalement et Angela fut contrainte de lever son fessier bien rond pour s’enfoncer dans la forêt tropicale en compagnie de l’homme qu’elle méprisait au plus haut point. L’ancienne gardienne d’Impel Down farfouillait dans les moindres recoins de la forêt avant de prendre la parole pour briser le silence pesant qu’il y avait entre eux.


- Cela me gonfle clairement de t’avoir dans mes pattes, tu sais ça ? Mais je ne suis pas une peau de vache et je vais mettre mon ego de côté afin de te supporter, alors tâche de faire profil bas et de ne pas abuser de ma patience. Elle pourrait facilement céder et tu pourrais te retrouver avec une lame dans le cœur en pleine nuit.

Un gros sanglier déboulait peu de temps après et Angela sortait son sabre avant de le planter entre ses deux yeux. Un sourire se dessinait sur son visage en voyant que Judal manquait de se faire écraser par la bête et c’était dommage que cette bestiole ait loupé une chose aussi facile. Tirant le repas avec une corde, Angela le ramenait au campement avant de faire un feu et de le faire cuire lentement.

La nuit était maintenant tombée et, alors qu’elle mangeait une bonne cuisse de sanglier, Angela s’adressait à son partenaire pour parler boulot.


- Demain, on inspecte les environs pour essayer de trouver un village. N’oublie pas les ordres. On pacifie l’île. C'est-à-dire que l’on bute tout le monde, même les enfants s'est bien compris tête de nœud ? Ce n’est pas trop compliqué pour ton petit cerveau ? D’ailleurs, j’ai une question, c’est vrai que les hommes ont le cerveau au niveau de ton oiseau ? Je me le demande parce que tu penses souvent avec.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Punition rime avec union [Juju]   Ven 11 Sep - 23:14

Narcisse JudalBlack Sun | Prince des vices
Black Sun | Prince des vices
avatar

Messages : 2046

Navigation
Doriki:
3583/6000  (3583/6000)
Fruit du Démon: -



Voyage au bout de l'enfer




Il y avait pas à dire, l'outil de luxure du grand patron avait un grand sens de l'humour, sa libido devait lui faire perdre la tête, à moins que Marde ne lui modifie la mémoire à chaque fois qu'il le faisait pour lui faire croire qu'il était compétant et qu'il avait vécu une nuit mémorable. À force de modifier toutes ses parties de jambes en l'air avait dû griller quelque partie de son cerveau. Oui cela expliquait pourquoi Seira m'avait gentiment proposer de m'amuser à gommer des sourires autant que je le désirais avec pour terrain de jeu une île toute entière. Autant dire que j'étais heureux de pouvoir me défouler à ma guise, j'aurai presque eut envie de l'embrasser tant ce petit paradis m'avait fait rêver. Sauf que voilà, j'aurai dû m'y attendre de cette garce, il y avait une tâche à se merveilleux tableau qui me faisait tourner la tête : la grosse truie était de la partie. Comment mon bonheur venait de se briser.

Finalement ce n'était pas un moment de détente mais une punition parce qu'on s'était battu. Marde et Seira se prenaient peut-être pour nos parents et tentaient de nous donner une éducation ? Manqueraient plus que ça, et si je faisais une crise ? Quitte à être considéré comme un gosse, autant jouer le jeu jusqu'au bout. Sauf qu'on m'avait menacer de me privé de jus de papaye. On me prenait vraiment pour un gamin, mais l'idée de survivre dans cet environnement sans dose de bonheur, je préférais encore espérer qu'Angela ne meurt d'une chute ou d'une morsure de serpent durant notre voyage. On avait bien le droit de rêver.

« Oh putain, j'avais crus échapper au son de ta voix, mais non fallait que tu gâche tout, ça aurait presque pu être une sortie agréable, sans t'entendre j'aurai pu faire comme si tu n'étais pas là … T'es vraiment sadique tu le sais ça ? »

Après un long soupire je lui lançais un regard des plus blasé. Heureusement j'avais ma bouteille de jus de papaye, et je la regardais avec amour, c'était mon seul réconfort, aussi j'en une gorgée avant de la garder près de moi. J'allais pas me laisser être démoralisé jusqu'à cause d'une idiote tout de même, ça serait idiot. Je me posais sur le sable encore tiède, observant les mouvements des vagues qui venaient y mourir, laissant l'autre s'amuser à se faire quelque chose pour la nuit. Madame avait visiblement décider qu'on n'agirait pas durant la nuit, elle devait se faire vieille.

N'étant pas aussi raffiné, et préférant la compagnie de ma bouteille, je continuais à boire en regardant le soleil décliner, sans me préoccuper de comment j'allais passer la nuit. Avoir la nuit comme couverture n'était pas mal non plus, tout était tranquille. Chacun de son côté, jusqu'à ce qu'elle eut faim. Vraiment les gonzesses. Mais cela me rappela ma petite violette, et j'en fus tout nostalgique. Je me demandais ce qu'elle pouvait bien faire à présent. Vu que je finirais bien par avoir faim aussi, je m'étais également enfoncé dans la foret, espérant que l'autre continuerait de se taire.

« Mais j'étais tout sage, tout mignon, tout tranquille, c'est toi qui arrive pas à en faire de même, l'harmonie du silence était parfait. C'est toi là qui dérange, et qui en plus menace alors que j'étais tranquille dans mon coin à boire. Si tu peux pas me supporter tu peux te crever les yeux. »

Tu seras peut-être plus agréable à regarder. Ou pas, mais ses réflexions m'avaient fait hausser un sourcil. Non mais pour qui elle se prenait, je devais faire profil bas ? Et elle ? On avait idée d'avoir créer une telle femme sur terre, ses parents méritaient la mort si ce n'était pas déjà le cas. À vrai dire j'étais pas bien sûr de connaître son histoire. Un sanglier fonça vers elle, étonnant, il avait dû se sentir attiré par la truie, quand je disais que s'en était une … Cela me fit sourire, mais il eut la chance de mourir et de ne plus à avoir à la supporter.

« Je sais je sais, Seira m'avait déjà dit que je pouvais me défouler comme je le désirais et que ça me ferait super plaisir et que je serai tout foufou, pas besoin de me le rappeler. Qu'est-ce que cela peut bien te faire ? T'as envie de découvrir l'anatomie masculine ? Tu veux vérifier par toi même ? »

J'avais taper dans la bidoche sans rien demander, elle aurait de toute façon pas l'estomac assez gros pour le manger en entier, et je lui lançais un grand sourire. Elle s'intéressait beaucoup à cette partie de mon corps que ça en devenait presque gênant. En tout cas je sentais que moralement, la journée de demain serait dur, si j'aimais dérouiller des gueules à tour de bras, j'avais aussi des principes.

©Strange.D.Nana

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Punition rime avec union [Juju]   Dim 13 Sep - 22:52

Dimaria KiiroPeluche de l'armée/ CP3
Peluche de l'armée/ CP3
avatar

Messages : 1168

Navigation
Doriki:
375/6000  (375/6000)
Fruit du Démon: Neko-Neko No Mi : modèle lion





Le jardin d'une demoiselle




Angela reprenait un morceau de gigot de sanglier avant de le dévorer avec appétit en prenant bien soin de ne pas salir sa tunique d’une blancheur incomparable. La viande crissait sous ses dents blanches et la saveur de cette nourriture lui ravivait les papilles tout en la transportant dans un monde exquis. La seule ombre dans ce tableau peint à la perfection était la tronche de l’autre abruti de Judal. Un sourire se dessinait sur le visage angélique de la tueuse impitoyable qui reposait l’os dans les cendres pour qu’il puisse brûler. Puis, délicatement, la bleuté s’essuyait la bouche afin d’enlever la graisse qui risquerait de tâcher ses habits avant de prendre la parole.

- Cela t’excite pas vrai ? De savoir que je suis encore vierge. Tu peux me le dire tu en crève d’envie. Je serais même prête à parier que tu rêves de m’allonger sur le sable pour me la mettre bien profond et dans n’importe quel trou. Tu n’es pas un mec pour rien Judal. Tu ne penses qu’avec ta bite et rien d’autre. Dans un sens, tu es pathétique.

La belle bleuté se levait et marchait jusqu’à sa couche où elle enlevait sa casquette militaire ainsi que sa tunique pour ne garder qu’une simple chemise bien trop grande pour elle, cachant sa poitrine et son intimité. Angela se retournait vers son compagnon d’armes en souriant sadiquement.

- Et surtout n’essaye pas de me la mettre durant mon sommeil. Je suis tellement étroite que tu ne pourrais même plus ressortir. Cela serait idiot n’est-ce pas mon Juju ? Mais j’ai confiance en toi. Même si tu es une bête, tu seras capable de te tenir pas vrai ? Et puis, tu as toujours ta main droite pour t’astiquer le manche à balai. Aller mon Juju, dors bien et ne tâche pas trop tes habits.

La chef des armées ricanait dans son coin avant de se lover sur son lit fait de feuilles et de mousses fraîches. Son sommeil était parfait et ne se trouvait perturber que par un rêve vraiment étrange. Dans son rêve, Angela se voyait gambader joyeusement avec un homme à son bras dans des vastes prairies couvertes de verdures. Mais le plus affolant dans toute cette histoire était que cette personne n’était autre que Judal.

La tueuse se réveillait en sursaut et en sueur. Le soleil était déjà haut dans le ciel et la bleuté frottait son visage trempé avant de se frictionner les bras pour se rassurer. Elle ? Amoureuse d’un type pareil ? C’était impensable, voir même inimaginable. Qui voudrait d’un crétin pareil pour époux ou même pour un coup d’un soir ? Certainement pas Angela qui quittait l’abri de fortune avec sa chemise ouverte sur tout le haut, laissant entrevoir ses formes non-négligeables. Elle regardait la mer pendant un long moment et vit un arbre fruitier pas loin. Doucement, la demoiselle ramenait des fruits, dont de la papaye et, pour une raison étrange, elle en fit un jus.

Angela déjeunait en silence et, lorsqu’elle vit l’autre tronche de cake non loin d’elle, la chef des armées lui tendit une voix de coco vide avec du jus de papaye.


- Tiens. Comme ça, tu fermeras ta bouche et je ne t'entendrais pas te plaindre que tu n’en as pas a boire. Et évite de reluquer mes seins, je te prie.

La fin de sa phrase n’avait pour but que de changer de conversation. Il ne devait pas croire qu’elle avait fait ce jus sans même s’en rendre compte.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Punition rime avec union [Juju]   Lun 14 Sep - 21:32

Narcisse JudalBlack Sun | Prince des vices
Black Sun | Prince des vices
avatar

Messages : 2046

Navigation
Doriki:
3583/6000  (3583/6000)
Fruit du Démon: -



Mais à quoi tu joue là ?




Sans faire de manière je bouffais tranquillement ma bidoche, un peu comme un sauvage, mais bon, en même temps nous étions dans la nature, il n'y avait bien qu'elle pour faire des chichis sur comment manger avec les doigts alors qu'il y avait personne pour nous voir. Vraiment cette fille était étrange, mais je savais qu'elle n'était pas toute comme cela, enfin si presque toute, mais j'en avais rencontré une qui n'avait pas hésité à enfoncer ses dents dans de la chaire humaine pour calmer sa faim et être assez polie pour ne pas refuser ce que je lui proposais sans réaliser que je ferai d'elle une anthropophage.

Mais d'un coup ce qu'elle sortit manqua de m'étouffer. Avait-on idée de dire de pareille chose quand quelqu'un mangeait ? En plus de manquer de me faire perdre l'appétit, j'allais bien laisser un morceau mal mâcher se coincé dans la gorge, si ce n'est un os trop pointue qui m'arracherait le tout. Je me donnais de grand coup sur la poitrine avec ma main qui ne tenait pas la fin de mon morceau de barbaque, pour faire passer ce qui s'était bloqué en chemin vers la digestion en poussant des toux étouffés. Cette femme voulait ma mort, je le savais déjà, mais là c'était un violent rappel. Dire des choses pareilles, quel monstre.

« Tu peux éviter ce genre de chose pendant que je bouffe ? T'es pas bien dans ta tête toi, et puis lâche un peu ma lance personnelle veux-tu ? Je sais qu'elle te fascine, car au cas ou tu ne l'aurais pas remarqué, c'est tout le temps toi qui en parle, ça va finir par devenir suspect. »

Sérieusement elle allait bien finir par me faire flippé à parler tout de temps de mes parties génitales ou des siennes. Elle complexait parce que moi j'avais tout qui passait et elle rien du tout ? C'était son choix de vie, si elle voulait se la jouer fleur bleue c'était son problème, pas besoin de me prendre la tête parce que finalement elle le vivait mal. Elle n'avait qu'à demander à Seira ou Marde de la prendre un bon coup oui, ou de lui donner des souvenirs comme quoi tout le régiment du Tartaros lui soit passé dessus si ça pouvait la calmer !

Puis elle partit vers son lit de fortune, car madame ne pouvait pas dormir comme une vrai de vrai sur le sable. Un frisson me parcourut l'échine quand elle continua sur se déplaisant sujet de conversation. À croire que c'était moi qui finalement était en danger et qu'elle allait me violer durant la nuit car madame n'a pas eut son compte de zizi panpan dans toute sa chienne e vie. Normal elle l'avait jamais eut, j'osais même pas la regarder.

« Honnêtement love, tu me fais presque peur à la convoité autant, et si j'avais envie de t'enfoncer quelque chose dans le corps, désolé ma belle mais ça serait surement pas une partie de mon corps ! Je casse peut-être brutalement tes fantasmes que je te prenne sur le sable dans tous les sens, mais si ça peut te faire plaisir, tu peux toujours rêver. »

Après l'avoir dit je me rendais compte que l'idée qu'elle rêve de cela me faisait tout aussi peur que si ça devait arriver en vrai. J'avais plus faim, et j'enviais le sort de cet animal qui n'avait plus à s'occuper des problèmes de la vie et des femelles à reproduire. J'avais fini par m'allonger sur le sable, observant pendant un long moment le ciel étoilé, je voulais être sûr qu'elle dorme avant de moi-même fermer les yeux, j'étais vraiment pas à l'aise. Pas envie de me réveiller nu ou eunuque.

Enfin le sommeil m'avait emporter, j'aimais les bras de Morphée, je l'imaginais en femme très sexy, de quoi s'y reposer en faisant de doux rêve. Dans mes songes je repensais à ma vie entant que Marine, puis entant que révolutionnaires, mes compagnons me manquaient, j'aimerais bien les revoir, puis j'avais penser à elle, imaginais nos retrouvailles et comment elle me donnerait des coups avec ses petites mains. Me voilà partie en plein fantasme jusqu'à ce que le sommeil prenne fin.

Papaye, poisson grillé, un vrai petit déjeuné pendant que l'autre dormait toujours. J'avais hésitez à la réveiller en la jetant à l'eau, puis je m'étais dis que je ne voyais pas l'intérêt de gaspiller mon énergie pour si peu. Tandis que je mangeais tranquillement, elle se leva pour aller faire je ne sais quoi, puis reviens alors que j'observais mon poisson grillé sur un morceau de bois où il était empalé avec d'autre, potentiellement de sa famille. Soudain elle me mit sous les yeux une noix de coco ...

« Je sais pas ce que tu as en ce moment, mais je te trouve plus flippante que d'habitude. Et puis tu me la colle sous les yeux j'ai pas le choix. »

Et oui, j'avais mater sa poitrine. En même temps pourquoi elle me les collait sous le nez ? Si elle voulait pas que je la regarde elle n'avait qu'à la caché au lieu de faire un pousse au crime. Car oui, en tournant la tête pour regarder et prendre le jus de papaye, au même niveau de vu, j'avais ses seins. Était-ce ma faute s'ils étaient là ?! J'avais pris la noix de coco, me demandant si ce n'était pas un piège, et après avoir gouter une goutte, je fus heureux de voir que c'était dus jus de papaye, mon pécher mignon.

©Strange.D.Nana

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Punition rime avec union [Juju]   Sam 19 Sep - 11:43

Dimaria KiiroPeluche de l'armée/ CP3
Peluche de l'armée/ CP3
avatar

Messages : 1168

Navigation
Doriki:
375/6000  (375/6000)
Fruit du Démon: Neko-Neko No Mi : modèle lion





Nudité et carnage




Angela le regardait sans sourciller prendre la noix de coco qui contenait le jus de papaye. Son regard bleuté le dévisageait sans honte et la belle tueuse vêtue de blanc lâchait le fruit pour qu’il puisse profiter de son péché mignon. Le siens, en revanche, était complètement différent. En effet, Angela n’aimait pas réellement un plat ou une boisson comme pouvait le faire Judal. Non, elle son principal petit plaisir était de prendre soin d’elle en plus de lire un bon livre au coin du feu paisiblement et confortablement assise dans son fauteuil en feutre rouge. Seulement, pour trouver un feu de cheminée dans le coin, il fallait se lever très tôt et la chef des armées devait donc se rabattre sur son autre petit caprice, prendre soin d’elle.

Lentement, et s’en même attendre un merci provenant du crétin à la longue tresse noire, Angela se levait et marchait dans le sable avant de faire tomber sa chemise sur la plage afin de se retrouver entièrement nue. La pudeur et elle, cela faisait deux. Puis, doucement, elle plongeait dans l’eau comme une sirène et commençait à nager avec une grâce arrogante afin de se laver de toute impureté. Même si l’eau était salée, Angela s’en moquait éperdument puisqu’elle avait avec elle tout un tas de produits cosmétiques afin d’être la plus belle possible.

Ce n’est qu’une heure après que la bleuté sortait enfin de l’eau avant de passer devant Judal, sans même lui prêter de l’attention afin d’aller chercher une serviette pour se sécher et mettre de la crème sur sa peau de pêche. Enfin, la jeune femme s’habillait soigneusement avant de retourner vers son acolyte.


- Tu décides à bouger ton cul ou pas ? On a quand même une mission à faire et nous sommes déjà en retard. Alors ramène ta fraise et viens avec moi. Selon Seira, le premier village est à une demi-heure de marche.

Prenant son sabre, la capitaine des armées s’enfonçait dans la forêt dans le plus grand des silences. Pendant plusieurs minutes, seul le chant des oiseaux brisait le calme de cette forêt tropicale et Angela coupait la végétation qui lui semblait trop dense avec le tranchant de sa lame. De le fumé s’élevait dans les cieux et Angela s’accroupissait telle une louve afin d’examiner ce qu’il se trouvait en bas. Un sourire carnassier se dessinait sur son visage d’ange lorsqu’elle vit que c’était un petit village paisible. Se tournant vers son partenaire, Angela lui exposait le plan comme si elle commandait.

- On se sépare. Tu vas vers l’ouest et moi vers l’est. On se retrouve au centre du village afin d’exécuter les derniers survivants. Ce village est petit et les issus peu nombreuses. On n’a que cinq minutes pour le détruire. Tu m’as bien comprise ? Cinq minutes, pas une de plus. Ho et évite de te taper toutes les femmes du village. On n’a pas le temps pour ça. Quoi que, précoce comme tu es, tu devrais pouvoir le faire.

Elle lui adressait un sourire moqueur et mettait son à exécution en partant vers l’est. Seulement, avant de partir, elle touchait la main de son partenaire sans même s’en rendre compte. Angela marquait un temps de pause et reprit sa route. Qu’est-ce qu’il lui arrivait ? Cela commençait à faire beaucoup pour que cela ne soit que de simples coïncidences. La bleuté se mettait en position et analysait une dernière fois la situation avant de s’avancer vers le village en souriant.

- Que la boucherie commence.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Punition rime avec union [Juju]   Sam 19 Sep - 21:22

Narcisse JudalBlack Sun | Prince des vices
Black Sun | Prince des vices
avatar

Messages : 2046

Navigation
Doriki:
3583/6000  (3583/6000)
Fruit du Démon: -



Gomme à sourire bonjour




Je buvais tranquillement le jus mais voilà que je sentais un regard pesant sur moi. J'essayais de ne pas y prêter attention, mais j'étais terriblement gênant qu'elle me dévisage, je me sentais mal à l'aise, une vrai torture. Je la haïssais de me faire subir cela. Fermant les yeux je finissais le contenue de ma noix de coco en priant pour qu'elle parte loin de moi. Fallait que je frappe Seira, car c'était cette conne qui avait eut cette merveilleuse idée qu'on galère tous les deux ensembles sur une île pour une mission, sachant pertinemment à quel point on se détestait, donc la responsable de ma souffrance actuelle c'était elle aussi. Ce que je donnerai pas pour pouvoir frapper les deux en même temps jusqu'à ce que leurs os soient tellement en morceau qu'on saurait pas faire la différence entre les deux.

Ma prière fut exaucé, j'en remerciais la quelconque puissance d'avoir fait en sorte qu'elle s'éloigne, sa présence m'était difficile là. Sa gentillesse me faisait peur. Quand elle voulait me tuer, quand elle m'enfonçait son épée dans le bide avec un sourire me promettant mille souffrance, j'avais pas peur, même pas elle m'intimidait, mais là … LA ! Je trouvais que ça faisait peur. Puis j'avais entendu des bruits dans l'eau, une terreur s'empara de moi : elle était entrain de se baigner. Elle pouvait pas penser deux secondes au sens de la vue des autres ? Pour ne pas perdre la vue, j'évitais de la regarder et moi aussi j'étais partie dans mon coin me faire une beauté, le plus difficile était de se laver. Utilisateur de fruit du démon, quelle connerie.

Me déshabillant aussi, je me lavais petit à petit, ne pouvant plonger totalement dans l'eau, faisait partie par partie, avant d'aller prendre une serviette de l'attacher à ma taille, laissant le soleil me sécher. Elle passa nue devant moi et je fis en sorte de pas la regarder. Cette garce voulait me faire perdre la vue.

« On peut pas profiter un peu du soleil ? Aller, tu peux bien la faire tout de seule la mission non ? Comme ça je serai pas dans tes jambes, ni toi dans les miennes, pénard quoi. »

Mais visiblement elle n'était pas de mon avis, pourtant j'avais eut une idée géniale, en plus elle était vraiment capable de faire la mission seule, et surtout, ça aurait donner des chances qu'elle revienne pas. Obligé donc de me vêtir, je pris bien mon temps pour le faire d'ailleurs, je fini par m'étirer avant de me décider à la suivre dans la forêt, les mains derrières la tête, la laissant créer un passage ) travers la végétation. On fini par apercevoir le petit village, et Angela sembla déjà imaginer le plaisir qu'elle allait ressentir en empalant tout le monde sur sa lame.

« Cinq minute et tu voudrais qu'en tout ce temps me je me tape toutes les femmes ? Vraiment toi et tes notions d'amour … Enfin. Cinq minutes c'est pas assez, donc soit tranquille, et puis je préfère quand c'est elles qui se jettent sur moi. D'ailleurs tu peux pas savoir que je suis précoce t'y a jamais gouté. »

Elle était conne ou quoi ? Bon c'était pour me vexer, mais elle parlait d'un sujet qu'elle ne maitrisait absolument pas, et ceux même si elle avait lu un passage cochon dans un de ses bouquins. Quand elle me toucha la main je me figeais, qu'est-ce qu'elle voulait ? Je la regardai tentant d'avoir une explication, mais rien, ni sourire malsain, ni même un mot pour me souhaiter de mourir vite. Alors pourquoi me toucher ? Vraiment pas fait exprès ? Normalement elle aurait du y exprimer le même dégout que moi.

Puis j'étais partie à l'ouest, frappant tous ceux qui se trouvaient sur ma route. Plein de question de posaient dans mon esprit. Par rapport à ma soumission, mon ancienne vie, mes envies de violence, ce que j'étais actuellement entrain de faire. Ça allait à l'encontre de ma vie de révolutionnaire, et en même temps le pouvoir de Marde auquel je n'étais pas totalement soumis me poussait à agir ainsi, j'en prenais plaisir, j'aimais la violence, mais j'avais aussi des principes. Aussi frapper femmes et enfants c'était pas tellement mon kiff, et j'avais enfermé tous les mioches à un endroit pour être sûr que l'autre grognasse n'en fasse pas des petits morceaux façons jambons de pays. Après avoir bien mis hors courses tous ceux qui sillonnaient dans le coin, j'étais retourner avant la fin des cinq minutes au lieu de rendez-vous, soit le centre du village qui était la place désormais vide, où les gens c'étaient cachés ou ils étaient mort.

« Alors tu t'es bien amusé ? On a fini ? On peut aller se reposer tranquillement ? J'ai laissé ma bouteille là bas. »

©Strange.D.Nana

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Punition rime avec union [Juju]   Mar 29 Sep - 20:00

Dimaria KiiroPeluche de l'armée/ CP3
Peluche de l'armée/ CP3
avatar

Messages : 1168

Navigation
Doriki:
375/6000  (375/6000)
Fruit du Démon: Neko-Neko No Mi : modèle lion





A quoi joues-tu ?




La peur de mourir était une chose que la plupart des vivants en ce monde craignaient. C’était un sentiment étrange, complexe et presque indescriptible pour la simple et bonne raison que cette peur, lorsqu’elle nous frappait, ne laissait guère de doute sur la finalité qu’elle engendrait. C’était cette émotion que la bleuté recherchait à transmettre en foulant le sol tapi de mousse qui menait au village inoffensif. Chacun de ses pas soulevaient légèrement de la poussière ainsi que des petites touffes d’herbes vertes. Un sourire meurtrier illuminait son visage et une balle venait taper contre son pied. Un enfant s’approchait d’elle avec un sourire innocent sur le visage et venait réclamer la balle de sa petite voix fluette. Angela s’agenouillait doucement et lui redonnait son ballon avec un sourire tendre.

- Tiens mon enfant. Serre le bien contre toi pour ne pas le perdre d’accord ? Si tu fais ça, ton ballon ne te quittera plus jamais. Peut importe où tu iras, tu comprends ?

Alors que le bambin souriait pour la remercier, la chef des armées dégainait son sabre et fit couler la première goutte de sang qui mènerait au carnage sanglant. Les cris commencèrent à s’élever dans les cieux alors qu’Angela tranchait la viande fraiche des immondes créatures qui entravaient sa route. Son visage d’ange était maculé de sang tout comme sa longue chevelure bleu ciel.

Un craquement sonore se fit entendre lorsque la demoiselle plantait le crâne d’une femme enceinte avec son sabre dégoulinant de sang chaud. La boucherie arrivait enfin à son terme et la tueuse vêtue de blanc retournait vers le centre du village dans le but de retrouver son compère brun qui, elle l’espérait, en avait lui aussi terminé. Lorsqu’elle le vit en train d’attendre, son sourire sadique laissait place à un autre beaucoup doux, presque amoureux.


- Tu sais très bien que je mouille ma culotte lorsque je tue des gens. Alors évite de me poser des questions aussi personnelles, c’est d’accord ? Nous rentrons, le village est maintenant clean. On reprendra la mission demain.

La tueuse tournait les talons lorsque des pleurs atteignaient ses oreilles. Son sourire amical disparaissait pour laisser place à une expression de colère noire. Sortant sa lame, Angela empoignait Judal et le plaquait avec force contre le mur en menaçant de lui trancher la gorge.

- Dis-moi connard, qu’est-ce que j’entends provenant de l’Ouest ? Cela ne serait pas des pleurs d’enfants ce que j’entends ? Je n’ai pas été assez claire pour toi ? Pas de survivants. Ton boulot était de buter tout le monde, même les mômes.

Elle l’envoyait valser plus loin et continuait de le menacer avec son arme. Sa colère était très forte et sa bouche s’élargissait pour montrer son expression la plus sadique possible.

- Va me chercher ces gamins et aligne les devants moi. On va mener cette mission à bien et tu sais quoi mon Judal ? C’est toi qui vas éliminer cette racaille. Si tu ne le fais pas, je devrai t’arracher le cœur pour trahisons. Mais si tu le fais, je consentirai à être plus sympa envers toi et peut-être que je te ferais une jolie petite gâterie pour te récompenser. C’est comme ça que tu marches pas vrai ? Suffit de te donner une carotte. Tu es un homme après tout.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Punition rime avec union [Juju]   Mar 29 Sep - 22:25

Narcisse JudalBlack Sun | Prince des vices
Black Sun | Prince des vices
avatar

Messages : 2046

Navigation
Doriki:
3583/6000  (3583/6000)
Fruit du Démon: -



Dépeçage de truie ?




Une terrible pensée me frappe : si moi j'avais des principes moraux, certes particulièrement douteux, je voulais bien l'admettre pour une fois, j'étais dans une profonde réflexion donc je pouvais me le permettre, mais qu'en était-il d'Angela ? Soudain j'eus une angoisse. J'avais fait ma part du contrat à moitié, car il y a des choses que je ne pouvais définitivement pas faire, et ses choses étaient rare, mais je ne pouvais rien faire pour empêcher des horreurs de produire. Cela me fit mal. Bien sûr je pourrai toujours courir vers l'autre conne et tenter de la tuer, mais j'avais une chance sur deux de réussir. Je pourrai aussi très bien mourir ou voir mon esprit être soumis à Marde de manière plus prononcé que son truc foireux actuel.

Lorsqu'un cri d'enfant déchira l'atmosphère, je maudis cette truie de toutes mes forces comme jamais auparavant. Je la haïssais. D'un coup de poing chargé non seulement de colère mais aussi de haki, s'écrasa contre le mur d'une maison qui s'affaissa aussitôt dans un immense fracas avant que j'aille rejoindre le centre-ville. Je m'étais posé sur le rebord de la fontaine, tapant nerveusement du pied, enfin d'un, puisque l'autre était poser sur mon genou. Chaque seconde me faisait penser aux atrocités qu'elle était entrain de commettre et cela me rendait nerveux. Moi aussi je n'avais pas été tendre, j'avais frapper dans la colonne vertébrale d'un mec si fort que ses côtes avaient déchirer sa chaire et sa peau, éjectant tous ses organes internes pour finalement ressembler à une carcasse de poulet. Les deux plus chanceux furent celui que j'avais décapité d'un coup de pied involontairement et celui qui se prit la tête si fort qu'il écrasa la sienne contre le mur de sa maison en tentant de s'y abriter.

« J'ai pas demander si tu t'étais fait dessus, bon allons-y j'ai soif et j'y tiens vraiment à ma bouteille de papaye, j'ai vérifié ici ils n'en ont pas. Inutiles jusqu'au bout les gens de se bled perdu. »

Après un gros soupire je me levais sans lui prêter le moindre regard, lorsque celui-ci se planta dans le sol horrifié. Putain un mioche se mettait à chialer ! J'aurai dû les bâillonner ou les assommer, j'avais vraiment merdé comme un con sur ce coup là. Quelle plaie, et bien sûr fallait que ça soit quand l'autre débile était là ! Il avait vraiment choisis son moment le petit morveux !

L'emmerdeuse m'avait attrapé et plaqué contre un mur, je soupirais de nouveau en me laissant totalement faire, avant de lui jeter un regard blasé sans répondre. Je prêtais même pas attention à son arme qui me menaçait, j'avais une attitude neutre et sans émotion. Mon manque de conversation avait dû l'énerver car elle m'envoya valser sans que je proteste ou tente quoique se soit, m'écrasant au sol un peu plus loin. J'étais vraiment le roi des cons. Sans bouger je l'observais s'approcher de moi, toujours sans la moindre expression contrairement à elle qui était plus laide que jamais.

« J'ai pas envie. T'as gérer ta partie, j'ai gérer la mienne, il reste un chouinard ? La belle affaire, faudra bien un marmot pour raconter nos exploits non ? Tu peux m'arracher le cœur si ça te fais plaisir que je ne changerai pas d'avis. Donc ton ordre tu peux te le foutre où je pense et bien profond. Tu pourrai même me presser tout le jus de papaye que tu voudras en guise de gâterie que ça ne changera pas ma position. »

Je n'avais pas relever ses remarques sexistes, de toute façon elle ouvrait sa gueule mais n'y connaissait pas grand chose aux hommes, et encore moins sur moi. Comme si un plaisir de sa part pourrait m'intéresser, j'avais beau lui répéter elle ne comprenait pas. Peut-être qu'elle avait des problèmes de mémoire. Après une grande inspiration je m'étais jeté d'un coup sur elle de toute mes forces, la coinçant au sol, ou je m'étais mise sur elle, d'une main tenant à la broyer sa main contenant son épée, et de l'autre sa gorge sans trop la serrer. J'avais un regard noir où il n'y avait aucune place pour de la pitié ou de la compassion. Ça pourrait devenir un meurtre froid tout simplement.

« Par contre tu tente quoique se soit sur le gamin, je te promet que je te le ferai payer plus cher que ton esprit sordides est capable d'imaginer. Tu m'as compris ? J'étais bien gentil, j'ai rien dis même quand tu me faisais chier, mais là ... »

J'avais resserrer la pression de mes mains, son poignet pourrait sauter à tout moment, et sa gorge ne pourrait plus laisser place à sa respiration. D'un œil glaciale je la regardai suffoquer sans plainte, surement trop fière pour faire de l'exagération. Puis j'avais relâcher tout d'un coup avant de me lever et de lui tourner le dos pour commencer à avancer.

« Et puis bon, j'ai pas envie que ça soit toi qui tue mon fils aussi pétochard soit-il. Laisse le devenir un connard avant. Ça serait sympa. »

©Strange.D.Nana

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Punition rime avec union [Juju]   Ven 9 Oct - 10:10

Dimaria KiiroPeluche de l'armée/ CP3
Peluche de l'armée/ CP3
avatar

Messages : 1168

Navigation
Doriki:
375/6000  (375/6000)
Fruit du Démon: Neko-Neko No Mi : modèle lion





Merci




Le sourire d’Angela se voulait cruel et sadique. Non seulement la tueuse professionnelle désirait prendre la vie de toute la population ayant établi leurs vies dans ce village, mais elle voulait également se délecter d’une éventuelle panique qui serait lisible sur le visage de l’abrutie de service. La bleuté le fixait un bon moment, toujours en souriant de toutes ses dents, et attendait une quelconque réaction de panique de sa part. Seulement, cette dernière ne vint jamais et la sublime demoiselle fut prise à la gorge par son collègue. Allongé sur le sol, Angela suffoquait atrocement. Ses jambes tremblèrent sous les convulsions qui l’animaient, mais son regard restait digne et fier, alors que Judal serrait de plus en plus fort.

La seule réaction que la chef des armées avait était de mouiller grandement sa culotte sous le plaisir. Ou peut-être était-ce dû à l’approche de la mort qu’elle humidifiait sa culotte blanche. On dit que les morts par strangulation, ou pendaison, ont une éjection des fluides corporels intimes avant de mourir. Peut-être était-ce à cause de cela qu’Angela mouillait comme jamais.

Mais l’emprise se libérait juste avant que la belle sombre dans les pommes. Toussant fortement, la bleuté se tenait la gorge, qui était rouge et marquée par les puissantes mains de l’amateur de papaye. Son regard bleu était dirigé vers Judal qui quittait les lieux d’une manière nonchalante, laissant sa partenaire assise dans la poussière tandis que les pleurs s’accentuaient de plus en plus. Ayant compris la leçon, Angela ravalait toute sa fierté et se relevait péniblement, malgré sa tête qui tournait et ses multiples vertiges dus à son manque d’oxygène. Ne tenant plus, la belle courait vers une maison et vomissait de tout son être comme pour se libérer d’un poids. S’essuyant la bouche, Angela retournait au campement alors que le soleil était haut dans le ciel.

Durant tout le reste de la journée, la tueuse sadique n’avait pas adressé un seul regard ni même une seule parole. Assise sur un rocher au bord de l’eau, Angela polissait son arme dans le plus grand des silences lorsque le temps tournait à la pluie. Rapidement, la demoiselle rangeait ses affaires et retournait s’abriter dans l’abri qu’elle avait construit la veille pour regarder la nature se déchaîner. Sans trop comprendre pourquoi, Angela s’installait aux côtés de son collègue et essayait d’entamer la discussion avec ce dernier.


- Pourquoi Judal ? Pourquoi est-ce que tu ne m’as pas tuée tout à l’heure ? Tu avais ma gorge dans tes mains, si tu avais serré plus tu m’aurais tuée. Pourquoi ne pas l’avoir fait ? N’est-ce pas ce que tu désires le plus, me tuer ?

Angela n’attendait pas vraiment de réponse de sa part et se contentait juste de regarder la pluie tomber tranquillement sur le sable blanc. Le bruit de l’eau qui s’écrasait contre les rochers ou les arbres procuraient à la chef des armées une sensation d’apaisement et de tranquillité. Elle se sentait tellement bien qu’elle eut un geste qu’elle-même ne croyait pas possible. Sans prévenir, elle se tournait lentement vers Judal, prenait son visage entre ses mains et venait l’embrasser fougueusement pendait une bonne minute. Puis, elle rompit le baiser et détournait le regard, toute rouge.

- Pour ne pas m’avoir tuée. Mais ça reste entre nous piger ? Je ne tiens pas à ce que Seira m’emmerde avec ça toute ma vie.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Punition rime avec union [Juju]   Sam 10 Oct - 21:43

Narcisse JudalBlack Sun | Prince des vices
Black Sun | Prince des vices
avatar

Messages : 2046

Navigation
Doriki:
3583/6000  (3583/6000)
Fruit du Démon: -



Mais qu'Est-ce qui te prends?




Même allongée sur le sol, totalement offerte à moi -sans son accord, elle continuait à me taper sur les nerfs, j'avais envie de lui crever les yeux, mais j'étais bien trop énerver pour succombé à de pareille sottises juste parce que son regard m'irritait alors que ses paroles m'avaient déjà mis hors de moi. Je me voyais la tuer, la scène se dessinait parfaitement dans mon esprit, la couleur de sa peau qui changeait, le sang dans ses yeux, ses convulsions, toutes ses réactions face à la mort imminente de son corps m'aidait à mieux voir la vie que je lui arrachais. Étonnement j'en ressentais aucune joie ou satisfaction, non Angela avait poussé le bouchon trop loin là, ma haine était sans pareille, là elle ne représentait plus rien.

Finalement non, j'avais surement trop l'air d'une bête assoiffé de sang comme ça, et ça ne m'allait pas, j'étais bien trop classe pour cela. Si j'avais garder mon emprise plus longtemps j'aurais eut sa vie entre mes doigts, brisant son cou ou sa respiration pour ne laisser qu'un cadavre aux yeux exorbités. Là elle ne garderait que le souvenir de ma main pendant plusieurs heures ou jours, histoire de nourrir sa colère envers moi un peu plus à chaque fois qu'elle la verrait ou que la douleur la prendrait quand elle essayerait de manger. J'avais commencé à avancé sans l'attendre ni même lui jeter un regard, cependant ma marche n'était pas rapide, je voulais être sûr qu'elle ne touche à aucun enfants au risque que je retourne la tuer, même si je devais mourir avec.

Je m'étais inquiété en la sentant disparaître de la route, mais finalement non, elle continua la route jusqu'au campement. Brave fille. J'avais passé le reste de la journée loin d'elle, dormant sur la place, savourant un jus de papaye, bronzant en repensant à ma vie de révolutionnaire … Jusqu'à ce que le sable ne commence à absorbé la pluie. Y rester n'était plus agréable du tout, et je me rendis alors à l'abri que la bleutée avait construite, avant de réaliser que : elle l'avait construite. Quel con. J'allais ressortir quand elle me posa une question, ainsi je pus remarqué qu'elle s'était placé à côté de moi.

« J'en sais rien. C'est vraiment important ? Tu devrais être juste contente d'être encore vivante et en profiter plutôt que de perdre du temps à poser des questions de se genre. Surtout que je n'ai pas de réponse à te donner, je suis juste un type sympa. »

Je fis un grand sourire, tout en jetant un coup d'œil à la marque de ma main imprimé sur sa gorge. J'avais eus sa vie entre ma main, et pourtant je l'avais pas prise. Moi qui rêvait de la voir morte, de contempler son cadavre en souriant, lui faisant un doigt d'honneur ou crachant sur sa tombe et bien non. Au moment où j'avais pu assouvir mes désirs j'avais reculer en lui faisant croire bêtement que le gamin qui chialait était mon rejetons, histoire de la motivé à ne pas le tuer.

« HEIN ??? MAIS !!! MAIS !!! Mais ça va pas ?!!! … Me fait pas regretter de ne pas avoir fermer ma main complétement ... »

Comment ça elle m'embrassait ? On était pas censé avoir une haine mutuelle l'un envers l'autre ? Comme deux chiens de combat qui n'avait qu'une envie s'égorger dès qu'ils se voyaient ? J'avais serrer trop fort et le manque d'oxygène avait visiblement atteint dangereusement son cerveau. Effrayant. Je restais tout choqué un moment avant de retourner contempler la pluie pour penser à autre chose. La merde, normalement c'était moi qui embrassait en premier pas l'inverse.

©Strange.D.Nana

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Punition rime avec union [Juju]   Mar 20 Oct - 10:43

Dimaria KiiroPeluche de l'armée/ CP3
Peluche de l'armée/ CP3
avatar

Messages : 1168

Navigation
Doriki:
375/6000  (375/6000)
Fruit du Démon: Neko-Neko No Mi : modèle lion





Que nous arrive t-il ?




Angela gardait ses yeux bleus fixés sur le sol tapis de feuilles, en abordant une frimousse aussi rougeoyante qu’une tomate arrivée à maturation. Son geste, elle-même ne le comprenait pas, mais il y avait bien une chose dont elle était certaine désormais : elle était tombée follement amoureuse de la personne qu’elle haïssait le plus. La raison de ce revirement était, pourtant, complètement stupide, mais compréhensible. Judal ne l’avait pas tuée et, dans l’esprit dérangé de la chef des armées, cela signifiait beaucoup. La bleuté osait enfin relever les yeux pour constater, à son grand désarroi, que son partenaire était retourné à l’entrée de l’abri de fortune pour contempler la pluie. Angela souriait et l’enlaçait tendrement par-derrière, complètement folle de lui et déçu de sa réponse envers elle, mais également amusé de le voir paniqué de la sorte.

- Pourquoi tu me repousses Judal ? Tu ne m’aimes pas ? Je ne suis pas assez belle pour toi ? Pourtant tu ne m’as pas tuée tout à l’heure. Cela n’aurait donc aucune signification pour toi ?

La chef des armées de Tartaros le serrait très fort dans ses bras pour rester au contact de son corps chaud et musclé puis, délicatement, elle le couchait sur le sol de l’abri avant de grimper sur lui, sa chemise complètement ouverte qui permettait au garçon de voir sa poitrine dans son intégralité. Tendrement, elle retournait l’embrasser avant de descendre petit à petit vers son torse pour le couvrir de baiser brûlant puis, comme une louve, elle remontait doucement pour dévorer ses lèvres avant de prendre une voix très sensuelle.

- Tu n’as qu’un seul mot à dire Judal. Un seul mot à dire et je m’abandonnerais à toi intégralement. Tu n’as simplement qu’à me le demander et mon corps t’appartiendra pour toujours Judal.

Le regard d’Angela était fiévreux et rempli d’une passion amoureuse débordante et presque inquiétante alors que la pluie continuait de s’abattre de plus en plus fort sur l’île paradisiaque. L’écho des gouttes s’écrasant contre l’abri, les feuilles des arbres alentours ou encore les rochers, conférait une sensation d’apaisement et de confort non-négligeable en plus d’être agréable, mais cela ne calmait pas vraiment les ardeurs d’une Angela qui continuait de toiser l’être aimé dans l’attente d’une réponse.

- Il n’y a que toi et moi ici Judal. Tu en as toujours eu envie et, je l’admets, moi aussi. Pourquoi ne franchirons-nous pas le pas une bonne fois pour toute ? Tu viens de me voler mon cœur, pourquoi ne volerais-tu pas ma pureté ? Tu te souviens ? Je t’ai dit que je la gardais pour le bon moment et ce moment c’est maintenant.

Le lendemain, Angela se réveillait en se frottant les yeux. Le soleil l’éblouissait fortement lorsque la belle sortait de l’abri. La pluie avait cessé de tomber et le bois était déjà bien sec compte tenue de la chaleur ambiante. S’étirant de tout son être, Angela eu une sorte de bug en voyant Judal non loin d’elle. Doucement, elle s’avançait vers lui et lui lançait, d’une petite voix.

- Salut. Bien dormis ?
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E


Dernière édition par Iwamori Angela le Mer 21 Oct - 23:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Punition rime avec union [Juju]   Mer 21 Oct - 22:34

Narcisse JudalBlack Sun | Prince des vices
Black Sun | Prince des vices
avatar

Messages : 2046

Navigation
Doriki:
3583/6000  (3583/6000)
Fruit du Démon: -



Comme ça que tu veux?




Mon corps se crispa ainsi que mon visage en sentant le corps d'Angela se coller contre moi pour m'enlacer. Mais qu'est-ce qui clochait chez cette fille ?! Si j'avais su, je l'aurai tué ! Bordel mais quel con, comme quoi être gentil ça vous fou dans une merde pas possible. Sentir sa prédominante poitrine s'écraser contre mon dos, non c'était vraiment stressant. Nous étions censés nous haïr !!! Peut-être qu'en fait c'était sa technique pour me tuer ? Elle voulait me rendre cardiaque à coup de câlin et d'attention trop gentille terriblement flippante venant de sa part. Elle était passée de tueuse d'enfant sans cœur à jeune amoureuse fleurs bleus ? Non, quelque chose n'allait pas, on dirait un cauchemars.

« Mais qu'est-ce qui te prend soudain ? Je te rappel que depuis qu'on se connait on a toujours essayé de s'entre tué tu te souviens ? On a mutilé nos corps plus d'une fois dans l'espoir de voir l'autre crever ! »

Elle ne pouvait quand même pas avoir oublié ça ?! Angela m'avait déjà transpercer avec son arme prête à m'ôter la vie dans un plaisir sadique. Moi j'étais tétanisé, elle se collait contre mon corps, me bloquant dans ses bras comme si j'étais un prisonnier. Prisonnier d'une femme qui avait complétement péter un câble à cause du manque d'oxygène. Moi qui pensais qu'avant elle était un monstre … Mais c'était maintenant qu'elle en était un !

Soudain je me sentis glisser en arrière. Une sueur froide me transperça. J'avais peur j'étais tétanisé, je ne voulais même pas savoir ce qu'elle voulait me faire. Complétement allongé sur le sol , sans bouger, je l'observer monter sur mon corps. J'avais vu plus d'une personne le faire, mais là c'était différent, c'était pas normal, pas naturel ! Aussi immobile qu'une statue, les yeux grands ouverts, elle m'embrassa de nouveau avant de recouvrir mon corps de baiser, et moi incapable de faire quoique se soit. Ce n'était ni un rêve, ni un cauchemars, je savais pas où j'étais mais c'était traumatisant.

Un mot ? Je pouvais abusé d'elle avec un seul mot ? C'était quoi cette nouvelle Angela effrayante ? Vraiment c'était tentant. Non. Enfin je ne savais plus, j'arrivais pas à réfléchir. J'acceptais tout ce qui s'offrait à moi, mais là c'était compliqué, sans savoir comment, mais ça l'était. Parce qu'on avait toujours été ennemi ? Parce que ça me laissait une drôle de sensation de savoir que je pouvais l'avoir si facilement ?

« Angela ... »

Non j'en avais pas toujours eu envie. Par contre c'était inquiétant de savoir qu'elle oui. Alors toutes ses colères c'étaient de la frustration car j'avais homme et femme qui passaient dans ma couche sans interruption et pas elle ? J'essayais de me concentrer sur le bruit ambiant de l'extérieur, le bruissement de la pluie. Rien à faire. Je repensais à toutes ses fois où je l'avais fais, je pensais également à Musume, me demandant si un jour j'allais la revoir, et si elle-même pensait à moi quelque part dans ce vaste monde. Je me sentais tout con à être incapable d'agir pour quelque chose d'aussi simple. « Fait toi plaisir »

Non c'était trop simple, ça me prenait la tête. J'avais l'occasion unique de pouvoir la soumettre à moi, d'avoir un pouvoir sur elle immense, de laisser une emprunte indélébile sur elle qu'elle ne pourra jamais retirer sans s'ôter la vie. Et moi comme un crétin j'hésitais. Faut dire que je ne m'étais pas préparer à ce qu'un jour cela arrive, et encore moins de cette façon. Pire, comme un idiot, je discutais. Ça y est, mon Juju, le jus de papaye t'es trop monté à la tête. C'était sa dernière chance.

« Tu veux vraiment que ça se passe de cette façon ? Tu agis si bizarrement. »

~~~

Le lendemain matin, j'étais déjà réveiller, la tête vide, trop vide. Ce n'était pas plus mal, j'avais l'impression que quelque chose clochait, comme si je n'étais pas dans la réalité, c'était bien trop étrange, le comportement d'Angela ne me semblait pas naturel, ou sinon je ne comprenais vraiment rien aux femmes. Faut dire que j'avais jamais cherché à les comprendre, une fois qu'elles m'avaient satisfaites, elles n'avaient plus vraiment d'intérêt à mes yeux. Observant la nature de l'autre côté de l'abri où nous étions, je ne fis pas attention lorsqu'elle se réveilla, la laissant m'enlacer sans protester. J'allais pas perdre mon temps à la frapper à chaque fois qu'elle voulait se coller à moi, quelque chose me disais que je finirai par avoir mal aux mains.

« Oui. Quand est-ce qu'on doit rentrer ? Notre mission est terminé non ? »

©Strange.D.Nana

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Punition rime avec union [Juju]   Mer 21 Oct - 23:55

Dimaria KiiroPeluche de l'armée/ CP3
Peluche de l'armée/ CP3
avatar

Messages : 1168

Navigation
Doriki:
375/6000  (375/6000)
Fruit du Démon: Neko-Neko No Mi : modèle lion





Un nouveau jour.




La chef des armées de Tartaros s’avançait lentement vers lui, sa chemise toujours ouverte et dévoilant sa nudité sans la moindre gêne. Avec douceur, et après lui avoir demandé si son partenaire avait bien dormis, la belle bleuté venait l’enlacer avec la plus grande des tendresses et commençait à déposer plusieurs baisers dans sa nuque fraiche et tendre. Angela s’enivrait de son odeur jusqu’à en être saoul alors que ses mains caressaient le torse musclé de son partenaire. La peau de la tueuse sadique frissonnait à son contact alors que son corps se rappelait, dans les moindres détails, de cette nuit où Judal avait fait d’elle une véritable femme.

Toute câline, Angela le serrait contre sa poitrine pour profiter un maximum de son odeur et de la température de sa peau avant de venir murmurer à son oreille afin de répondre à sa question assez embêtante selon elle.


- Non. Nous avons encore quelques villages à pacifier avant de nous attaquer à la capitale de cette île. Mais nous pourrions passer quelques jours ici toi et moi. Nous pourrions mélanger nos corps une nouvelle fois avant de passer à l’action. Qu’est-ce que tu en penses dis moi ?

Sa main gauche se fit très baladeuse et venait s’insérer dans ce qui servait de pantalon à son partenaire pour venir jouer avec son soldat. Demandeuse, la bleuté s’amusait comme une enfant tout en murmurant d’une voix suave et sensuelle dans l’oreille de Judal.

- Ne me dis pas que tu n’as pas apprécié notre folle nuit, je ne te croirais pas. Je n’en reviens toujours pas que tu m’aies demandé de te faire toutes ces choses que je ne pouvais même pas croire possible. Tu es vraiment un drôle de numéro Judal. Mais on pourrait recommencer si tu le désires, je n’y verrais aucun inconvénient, au contraire. Après tout, tu es celui ayant déchiré ce qu'il y avait de plus intime chez moi. Tant que cela reste entre nous bien entendu.

Les jours s’accumulèrent finalement et le duo menait toujours la mission à bien. Trois jours après le passage à l’acte entre les deux cadres supérieurs de Tartaros, Angela posait enfin pied dans l’immense capitale fortifiée de l’île. Cette ville était construite sur sept niveaux et chaque niveau semblait avoir une spécialité. Par exemple, le niveau un était celui du marché, le niveau deux celui de l’armée, etc. Marchant sereinement dans les ruelles, le sourire aux lèvres, Angela regardait les étalages du premier niveau en imaginant toutes ces têtes en train de voler sous la lame de son sabre. Mais prendre cette cité serait très difficile à deux personnes. Il fallait donc élaborer un plan d’action afin de réduire cette ville en cendre.

Assise, les jambes croisées, dans un bar, la chef des armées consultait un plan de la ville en sirotant un cocktail au melon tout en réfléchissant à son plan d’attaque. Silencieusement, elle notait toutes ses idées dans un petit carnet avant de mordiller son stylo nerveusement.


- J’ai bien un plan d’action en tête, mais il me manque une petite braise. Si seulement cette ville avait un point faible. Rien qu’un point faible dont je pourrais me servir. Tu n’aurais pas une idée mon amour ?

Oui. Mon amour. Angela était raide dingue de son partenaire et ne vivait plus que pour lui. Elle mourrait pour lui si c’était nécessaire. Dans tous les cas, la bleuté était complètement amoureuse et au service de celui qui fut, jadis, son pire ennemi.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Punition rime avec union [Juju]   Jeu 22 Oct - 21:24

Narcisse JudalBlack Sun | Prince des vices
Black Sun | Prince des vices
avatar

Messages : 2046

Navigation
Doriki:
3583/6000  (3583/6000)
Fruit du Démon: -



En route pour la capitale




Tout était étrange dans mon esprit, la sensation de vide déjà pour commencer n'était pas normal, pas pour moi. Ce qui c'était passé hier soir, j'étais pas bien sûr de le comprendre. Je me sentais autant victorieux que con, du coup c'était plutôt neutre. Perdu dans mes réflexions je la laissais coller ses formes, et parcourir mon corps avec ses mains. Plus qu'une personne l'avait fait de toute façon avant elle, et pour le moment je me laisser faire sans vraiment réaliser qui était la personne si collante. Elle pouvait bien s'amuser, j'étais ailleurs, elle n'aurait qu'à laisser un message. Dans un sens j'avais aussi la sensation d'avoir merdé à profiter de chose aussi peu naturelle. Moi l'amour c'était le combat, là il n'y avait pas d'amour, on ne s'était pas foutu sur la tronche dans un affrontement plein de sueur et de coup. J'avais jamais envisager de la chevauché, ça avait été toujours des paroles abstraites au loin. Et là ça m'était tombé dessus.

« Hein ? Mais qu'est-ce que tu raconte ? Je te dirais si jamais j'ai envie de quelque chose. Il y a beaucoup d'île ? Plus vite on commence, plus vite on termine, plus vite on rentre. »

J'avais enfin l'occasion d'être loin du Tartaros et je n'avais qu'une envie : rentrer. Angela allait finir par me mettre sur les nerfs. Elle l'avait toujours fait, mais là c'était différent. Elle ne m'exaspérait pas comme d'habitude, c'était plutôt parce qu'elle me mettait mal à l'aise avec son nouveau comportement. J'allais finir fou avec ses conneries. Normalement j'étais le genre de type sans lendemain, mais là elle avait pas l'air de le comprendre. Avant si fleur bleue, si chaste, à vanté sa pureté comme une supériorité par rapport à moi l'animal, voilà qu'elle venait clairement me chercher pour que je la bouscule à l'horizontal. J'avais attrapé sa main pour la forcé à la retirer. C'était moi qui prenais et non l'inverse.

« Mais ça va pas un peu ? Tu vas me lâcher ? C'est plutôt toi le drôle de numéro. Tu dis que je te dégoute, tu veux ma mort, tu te vante d'être pure et d'un coup tu viens me chercher pour que je t'allonge sur le sol violemment et t'apprenne la vie ? Désolé chérie, mais la perte de l'innocence c'est pas quelque chose qu'on cache. »

Angela était folle, ça ne pouvait être que ça l'explication. En tout cas ça ne pouvait pas venir de Marde qui lui ait demandé d'être mon esclave sexuel, déjà parce qu'il était pas là, et je ne voyais pas pour qu'elle raison il m'aurait offert une poupée. Il l'aurait plutôt gardé pour lui, d'ailleurs j'avais bien cru qu'il l'avait fait avec depuis longtemps, mais j'étais bel et bien le premier dans la liste de la bretteuse. Au moins elle pourra jamais m'effacer de sa mémoire et de son corps. Et moi je devenais dingue à me demander si ma petite violette était aussi innocente ou si d'affreuse main la touchait. Rien que d'y penser j'avais envie de toutes les couper. On devait pas la toucher, personne.

~~~

L'avantage d'avoir une glue, c'était qu'elle était très serviable, j'avais presque plus rien à faire, même si elle était particulièrement chiante à me coller partout. Impossible de me reposer tranquille sans que la glue vienne sur moi. C'était terriblement déstabilisant, même pas de quoi donner envie de remettre le couvert. Même les « Ta gueule » n'avait pas l'air de l'émouvoir plus que cela. Je commençais à être à court d'idée pour m'en débarrasser. Au moins l'avantage c'était que pendant ses trois jours de missions, j'avais pas eut à justifier mon choix de ne pas tuer des enfants, elle avait même obéis à ma demande. C'était vraiment le seul véritable avantage de ce changement. Si bien que je voulais bien consentir à être moins 'violent' avec elle.

Aujourd'hui nous étions en route pour la capitale de l'île, on approchait de la fin, j'étais content, j'allais enfin pouvoir être tranquille dans ma piaule. Car avec de la chance, une fois au bercail, elle serait moins collante qu'ici. La capitale était étrangement construite, sept niveaux, nous obligeant alors à marcher encore plus, ce qui nous ferait perdre un temps précieux à mes yeux. Il fallait trouver un plan, nous étions que deux, et je voulais que ça aille vite, sauf que si je rentrais dans le tas comme un bourrin pour m'amuser, il y avait des chances que même si je prenais mon pied comme jamais, cela mette beaucoup de temps et qu'on ne touche pas au but voulu. Ce qui m'était égale en vérité. Mais avec ses paroles, elle allait finir par me faire me noyer dans mon jus de papaye.

« Chérie, faut que t'arrête de m'appeler mon amour. Ça risque de devenir une mauvaise habitude qui va me tape sur le système … Quand à un point faible … J'ai remarqué qu'il y avait des esclaves, ils font ça discrètement pour pas que la marine leur tombe dessus. On pourrait libérer les esclaves et les pousser à la révolte, certains se rangeront de leur côtés, ça pourrait lancé une guerre civil. Ceux qui sont pour contre ceux qui sont contre. »

©Strange.D.Nana

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Punition rime avec union [Juju]   Jeu 5 Nov - 21:27

Dimaria KiiroPeluche de l'armée/ CP3
Peluche de l'armée/ CP3
avatar

Messages : 1168

Navigation
Doriki:
375/6000  (375/6000)
Fruit du Démon: Neko-Neko No Mi : modèle lion





Calembour.




Les yeux bleu ciel d’Angela fixèrent ceux rubis de son acolyte brun. Son regard se voulait très tendre et amoureux. Alors qu’elle le regardait silencieusement, la bleuté imaginait une fois de plus son corps nue pénétrer son jardin secret lorsqu’elle se retrouvait allongée sur un tapis de feuilles. Cette folle nuit d’amour torride, jamais elle ne l’oublierait et jamais elle ne l’oublierait. C’était impossible lorsque l’on connaissait la personne ayant eu l’honneur de prendre son innocence, mais dans un sens, elle s’en moquait complètement.

Croisant ses jambes, ainsi que ses bras sous son opulente poitrine, la chef des armées écoutait religieusement l’idée que proposait Judal et la belle eu une réaction qui la caractérisait parfaitement. Un sourire se dessinait sur son visage angélique. Un sourire n’ayant rien d’amoureux, mais complètement sadique et pervers. La tueuse se trouvait stimulée par l’idée de son partenaire et avait un peu de mal à contenir sa joie.


- Si je comprends bien mon amour, tu proposes que l’on fasse naitre une révolte des esclaves pour que la ville entière se retrouve à feu et à sang ? Ce qui veut dire que l’on va pouvoir commettre un massacre sans précédent ? Il y a quoi ? Environ une dizaine de milliers d’habitants dans cette cité non ? J’en mouille ma culotte à l’idée de voir autant de vie passer sous ma lame. C’est dans ces moments-là que je t’aime le plus mon Judal.

La tueuse habillée en blanc gardait son sourire cruel pendant quelques minutes alors que le serveur venait lui resservir un cocktail à base de melon pour la troisième fois. Elle appréciait fortement l’idée émise par Judal et un plan d’une violence sans noms germait dans son esprit dérangé. C’est à ce moment bien précis que l’ancienne Angela reprenait le dessus sur celle toute mignonne et dégoulinante de guimauve. C’était comme si la tueuse avait deux personnalités. Une plus douce et la seconde bien plus violente et malfaisante. Souriant de toutes ses dents, la bleuté regardait son compagnon.

- Ton idée me plait Judal. Pour un crétin, tu as quand même un cerveau. Comme quoi tu ne penses pas qu’avec ta bite, même si tu aimes bien prendre tes femelles comme si elles étaient des animaux. Mais qu’importe. Ouvre bien tes oreilles beau gosse, voilà comment on va faire pour mettre cette cité à genoux. Nous allons nous faire passer pour des clients potentiels et nous allons insuffler la haine ainsi que le désespoir dans le cœur des esclaves. Ils prendront les armes facilement. Pendant ce temps-là, nous profiterons de la confusion naissante pour forcer les citoyens à défendre leur ville contre la révolte. Une véritable guerre civile bien sanglante. Ho que j’ai hâte.

La belle se léchait les lèvres de délice et serrait ses jambes alors que son liquide intime coulait le long de ses dernières. Sans attendre une seconde de plus, Angela se levait de son siège en bois lorsque le serveur venait lui réclamer l’addition. La bleuté marquait un temps de pause avant de lui trancher les deux mains à la vitesse de la lumière et le regardait pisser le sang, ne comprenant pas ce qui venait de lui arriver.

- A-t-on avis mon garçon quel serait le comble pour un barman comme toi dis moi ?

Elle s’agenouillait à ses côtés pour lui caresser le visage tendrement, toute souriante comme l’Angela amoureuse. La tueuse s’approchait de son oreille et recouvrait ses bras de Haki avant de lui prendre la tête entre les mains et de serrer de toutes ses forces.

- Moi, je dirais que c’est d’être pressé comme un citron. Tu n’es pas d’accord mon cœur ?

Angela tournait légèrement la tête vers l’amour de sa vie alors que le crâne de sa victime explosait complètement. Regardant son œuvre, la chef des armées se relevait et fit signe à Judal de la suivre afin d’en finir avec cette mission.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Punition rime avec union [Juju]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Punition rime avec union [Juju]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Punition rime avec union [Juju]
» Sujet libre - Quand s'amuser rime avec tuer
» Quand "Tingapour" rime avec "nid de blurps"... [PV Lya, Nybelus, Shinzô, Keylo et Kirya'tylanhem]
» ZARA ♡ le soleil rime avec sourire
» Quand frapper rime avec jouer [PV Caleb]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Autre îles-