AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La chatte prend le large [Namibie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Message
MessageSujet: Re: La chatte prend le large [Namibie]   Ven 4 Déc - 22:00

Guille BraiyaMarine
Marine
avatar

Messages : 93

Navigation
Doriki:
3892/6000  (3892/6000)
Fruit du Démon: Fruit de l'oubli





Arc Braiya partie 1 : La chute d'un royaume




La blonde se tenait son épaule béante. Le sang rouge rubis coulait le long de sa plaie, salissant sa tunique blanche ainsi que le sol magnifiquement lustré. Un grand sourire illuminait le visage endolori de la noble dame. La grande Braiya, blessée par un simple humain de bas étage. Il y avait de quoi en rire quand on y réfléchissait et il était probable que son fils en rigolerait si on lui en donnait l’occasion. Le regard émeraude de la sublime métisse blonde se levait afin de contempler la jeune rouquine, saine et sauve, avant de prendre la parole de façon philosophe.

- Avant d’être ce que je suis, je suis une femme. Une simple femme qui ne vit que pour une chose et rien qu’une. N’oublie jamais, jeune fille, qu’au-delà des titres et autres distinctions honorifiques, nous ne sommes que des hommes. Toi comme moi. Nous ne sommes rien de plus Namibie chérie.

La garde royale aidait la haute gradée de la Marine à se relever pour la conduire dans l’infirmerie royale, une pièce spacieuse où régnait une odeur de formol qui donnait envie de vomir. Les gardes laissaient Braiya sur un lit avant de quitter la pièce. Douloureusement, la blonde essayait d’enlever son haut pour voir l’étendue des dégâts.

- J’ignore ce qui va arriver à ce royaume, Namibie chérie, mais il y a une chose que je peux faire, c’est l’aider à se reconstruire pour mieux traverser cette tragédie familiale. Peux-tu m’aider à m’enlever mon haut et bander ma blessure s’il te plaît Namibie chérie ? Ne t’inquiète pas, je n’ai pas l’intention de te faire quoi que ce soit.

La mère du démon la regardait silencieusement en attendant une réponse de sa part lorsque des éclats de voix provenant de la cour, résonnèrent dans la pièce. Avec une grimace, la chef de Tartaros se hissait péniblement vers une petite fenêtre pour voir ce qu’il se passait et le spectacle était horrible. Le frère assassin fut passé à tabac par le peuple qui soutenait le petit homme mort. Un sourire minuscule se dessinait sur le visage de Braiya, qui invitait Nami à voir la scène.

- Regarde de tes yeux Namibie chérie. Voit ce que le monde est capable de faire lorsqu’il est en déroute. Selon toi est-ce que cet homme mérite un tel sort ? Il a probablement agi sous un coup de folie et son acte est inqualifiable, mais est-ce une raison de le laisser à son sort ? Une personne raisonnable me répondrait que non, aucune personne ne devraient se faire torturer de la sorte. Mais est-ce que tu continuerais de penser une chose pareille si je te disais que ce meurtrier est un homme cruel ? Il dirige un petit commerce d’esclave clandestin en plus d’éduquer des orphelins pour en faire des machines à tuer. Sachant tout cela, crois-tu toujours qu’il mérite de vivre ? Si tu veux le sauver je ne te retiendrais pas, mais pour ma part son sort m’est égal.

Braiya quittait la fenêtre pour retourner sur le lit de l’infirmerie avant de s’allonger dessus pour se reposer. Les yeux dans le vague, elle fixait le plafond avant de conclure.

- Si tu acceptes de me faire confiance et de me suivre jusqu’à la fin de ce voyage, je te révélerais la tragédie de ma famille et ce qui hante mon fils chaque nuit.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chatte prend le large [Namibie]   Sam 26 Déc - 17:45

NamiNavigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar

Messages : 3835

Navigation
Doriki:
2597/6000  (2597/6000)
Fruit du Démon: -

La chatte prise en chasse


Oui il était étrange que quelqu'un de la puissance d'une Vice-Amiral puisse se faire si facilement avoir, que voulait-elle montrer en agissant comme quelqu'un de faible ? Qu'elle n'était qu'une simple humaine parmi tant d'autre ? Possible, mais cela ne prenait pas avant l'ancienne navigatrice des Mugiwara. Quand quelque chose était à ses yeux bien trop suspect, elle devenait encore plus méfiante, déjà que d'ordinaire, elle était toujours méfiante envers les autres, sa confiance se gagnait difficilement. Même son propre capitaine à qui elle était dévouée avait eut énormément de mal à l'avoir.

- Cela je m'en doute bien, à moins que les divinités existent, nous ne sommes que de simple humain, certain avec des capacités en plus que les autres. Mais il reste que cela est fort étonnant de votre part.

Accompagnés de la garde royale, les deux femmes se dirigèrent vers l'infirmerie, l'odeur qui s'y dégageait n'était en rien agréable, et Nami regrettait la petite pièce chaleureuse qu'avait meubler Chopper et qui n'avait rien à voir avec celle-ci. D'ailleurs il n'y avait aucune odeur désagréable dans l'infirmerie du Sunny, ici il devrait faire plus attention à ce genre de détail. Après tout ça pouvait jouer sur la convalescence du patient. Alors dans un palais où justement les blessés pouvaient être de sang royale … Cela faisait négligé. Soupirant, Nami aida Braiya à enlever ses vêtements, faisant bien attention de ne pas la toucher.

- Il n'y a pas de médecin où d'infirmier ici ? C'est quand même un comble dans le palais royale, pas étonnant que cela va si mal dans le royaume. Donc on va rester ici le temps que tu aide le royaume à se reconstruire ?

La chatte voleuse observa la blessure, mais avant qu'elle n'ait pu appliquer quoique se soit sur la plaie, des voix s'élevèrent de la cour du château. Elles se dirigèrent alors vers la petite fenêtre pour observer ce qui provoquait toute cette agitation, mais de peur d'être trop propre de la marine, elle resta un peu en retrait, il n'y avait pas assez d'espace pour deux. Le peuple s'était soulever contre le meurtrier, visiblement celui qui s'était fait assassiné avait le soutient des habitants du royaume. Nami observa un petit sourire chez la marine, ce qui l'intrigua.

- La vie des autres ne me concerne pas, tout comme ce qui leur arrive. S'il ne voulait pas se prendre des coups, il n'avait qu'à agir autrement c'est tout. Il a lui même choisit son destin non ? Et puis c'est vous la Vice-Amiral, c'est à vous d'intervenir dans les conflits, n'est-ce pas ce que vous aviez dit ? N'est-ce donc pas à vous de sauver le peuple d'un meurtre et de condamner le coupable avec la justice ?

Nami resta un moment le dos tourner à la fenêtre pour observer cette femme dont les réactions n'étaient pas toujours très claires, ni très cohérentes avec son discours. Elle avait beaucoup de mal à comprendre ce qu'elle voulait prouver ou faire véritablement.

Tout en l'écoutant finir sa phrase, elle se dirigea vers elle et lui prépara une compresse imbibé de désinfectant. Et des bandages propres qu'elle avait trouvé dans un petit placard, étant donné qu'aucun infirmer ou médecin n'était encore arrivé. Mais la rouquine devait bien avoué être curieuse quand à ce que son interlocutrice venait de lui dire.

- Vous devriez vous mettre ça avant que cela ne s'infecte. De toute façon il était convenu que je n'avais pas le choix que de vous suivre jusqu'au bout. Une tragédie chez les Dragon Céleste ? Voilà quelque chose de rare.



_________________
Il y a des liens qui peuvent être plus fort que ceux du sang

by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chatte prend le large [Namibie]   Mer 6 Jan - 11:13

Guille BraiyaMarine
Marine
avatar

Messages : 93

Navigation
Doriki:
3892/6000  (3892/6000)
Fruit du Démon: Fruit de l'oubli





Arc Braiya partie 1 : La justice




Avec un calme à toutes épreuves, Braiya fixait le plafond, allongée sur son lit d’infirmerie, tout en écoutant le maigre discours de sa compagne de voyage. Un simple sourire très discret venait illuminer le visage brun de la Vice-Amirale qui trouvait que Nami était une femme de plus en plus intéressante. Peut-être qu’elle devrait lui dire la vérité sur son fils ? Après tout, tôt ou tard, le monde connaîtrait les véritables intentions de Marde. Jugeant que le moment n’était pas encore opportun, la blonde métisse se contentait simplement de garder le silence sur cette affaire en prenant un coton imbibé de désinfectant qu’elle appliquait sur sa plaie avec une grimace de douleur.

- Les tragédies touchent n’importe qui jeune fille. Même les Dragon Céleste, quoi qu’ils en disent. Même si certains sont idiots comme un certain roi qui a souhaité être plus proche de vous. Si bien qu’il a été banni de la caste des Dragon Céleste. Mais c’est une autre histoire qui ne nous regarde pas.

Délicatement, Braiya serrait le bandage pour que l’hémorragie s’arrête et se relevait avant de revêtir son manteau blanc de Marine puis de se relever tranquillement pour s’approcher de la jeune rouquine qu’elle appréciait, néanmoins, de plus en plus.

- Garde simplement à l’esprit que même le plus fou des hommes a une raison de commettre des actes que certains jugent impardonnable. Mon fils n’est pas le genre de personne à agir uniquement pour provoquer le chaos. Il y a certainement des hommes qui sont nés pour cela. Qui rejette l’ordre et ne vivent que pour la destruction. J’ai en tête une personne qui rentre parfaitement dans le cadre de cette description. Mais là n’est pas le problème.

Braiya retournait vers la fenêtre et pouvait constater que la scène de violence contre le meurtrier était terminée. Sur le sol se trouvait sa dépouille souillée par de nombreux crachats et autres immondices qui seraient intolérables en temps normal. Ne cherchant même pas à nettoyer cette vision macabre, Braiya se contentait simplement d’observer le corps avec un regard froid.

- Tu me parlais de devoir ainsi que de justice tout à l’heure Namibie. Mais laisse moi te poser une question, qu’est-ce que la justice en elle-même ? Est-elle unique pour tous ? Est-ce que tout le monde applique la même justice ? Non, je ne pense pas. Chaque être humain possède une vision unique de la justice et la mienne est la suivante. C’est à nous de faire notre propre justice qu’importent les règles en vigueur. Cet homme, qui pouvait prétendre au trône, a tué son propre frère par jalousie. Il s’en est pris au peuple lui-même, il est donc normal que cela soit sa justice qui s’applique. Le peuple a parlé et je n’ai pas à contester sa justice. Je pouvais intervenir, en effet, mais cela reviendrait à cracher au visage du peuple. En revanche, ce qui entre dans mon devoir est la chose suivante : éviter que le pays sombre dans le chaos.

Durant plusieurs jours, la blonde déployait son énergie afin de trouver une solution pour que le pays reprenne une stabilité politique. Le peuple complet ne pouvait qu’admettre que Braiya était une grande dame dans tous les sens du terme. Enfin, après moult discussions, un nouveau roi fut nommé. Un roi avec des yeux rouges flamboyant.

Le jour du départ, la Vice-Amiral attendait Nami sur le pont de leur petit navire en souriant tendrement.


- Il est temps de partir Namibie chérie. Plus rien ne nous retient sur cette île. Nous nous rendons sur la prochaine. J’espère que tu as de quoi te couvrir, c’est une île hivernale particulièrement glaciale.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chatte prend le large [Namibie]   Dim 10 Jan - 23:36

NamiNavigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar

Messages : 3835

Navigation
Doriki:
2597/6000  (2597/6000)
Fruit du Démon: -

La chatte prise en chasse


Voilà qui était intéressant, l'ancienne navigatrice des Mugiwara en apprenait de belle sur les Dragons Célestes avec Braiya. Comme elle était l'une des leurs, cela était facile pour elle d'en savoir beaucoup. Néanmoins, la rousse était intrigué par le fait qu'un roi ait tenté de se rapprocher des humains et qu'il en a été banni. Ainsi donc les Tenryuubito n'aimait pas qu'on s'approche de ceux qui n'étaient pas de leur caste ? Le racisme était bien plus important qu'elle ne l'avait imaginé. Si elle les avait eut en horreur à Sabaody, voilà que le gouffre s'augmentait encore plus.

- Parce que vous en faisant partie de la marine vous ne vous rapprochez pas des êtres comme nous peut-être ? Avez-vous donc été banni de la caste des Dragons Célestes ? Hum … Vous avez surement user de ce pouvoir pour que cela ne vous arrive pas.

Toujours méfiante en tout point. Nami observait Braiya qui soignait sa blessure avant de reprendre son manteau blanc de la Marine, manteau que sa mère avait elle aussi dû porter, même si elle ne savait pas quelle grade elle avait eut alors au sein de cette organisation du gouvernement mondial. Est-ce que Genzo le savait seulement ?

- Oh, alors comme ça Marde n'en fait pas partit ? Étonnement, on dirait pourtant. Vraiment bien imité. Enfin quelque soit ses dessins, ses meurtres gratuits et les vies qu'il détruit ne seront jamais justifier. Mais bon, il est sans doute normal pour une mère de défendre son enfant ...

Oui rien ne pourrait pardonner aux yeux de la chatte voleuse les crimes cruels que Marde avait fait, Arlong ne passait pas pour un enfant de cœur à côté, mais question cruauté, Marde un véritable chef. Quelques soient ses plans, il serait, et restera un monstre. Il avait détruit trop de vie sur ses mers pour être autre chose. En parlant de chose horrible, le meurtrier se faisait passer à tabac, mis à mort par le peuple lui même, une révolte totale. Braiya fit d'ailleurs un discours dessus concernant la juste, l'ancienne navigatrice comprenait une partie, bien que certaine chose ne lui convenait pas dans le discours, elle aquiessait une grande partie.

- Je comprends votre point de vu, du moins celui-là. En effet ils ont bien fait de se révolter, s'ils l'avaient eut pour roi, ils auraient surement souffert, après tout il a tuer par jalousie son propre frère, alors jusqu'où aurait-il était capable d'aller pour une simple contrariété.

Cet homme n'était pas digne d'être roi, le peuple avait bien fait de se révolter, qui sait, peut-être aurait-ile eut un Arlong numéro deux comme chef. Mais ce qui intéressait Nami c'était de savoir comment la Vice-Amiral allait s'y prendre pour empêcher ce pays de tomber dans un chaos total maintenant que le peuple s'était soulevé et qu'il n'y avait plus personne pour le diriger.

Cela prit d'ailleurs plusieurs jour, Nami n'étant pas concerner se contentait seulement d'observer, si besoin elle donnait qulque coup de main, notamment avec les pouvoirs de son Sorcery Clima Tact. C'était plutôt pratique pour l'agriculture, même si pour cela, Usopp serait bien plus efficace dans se domaine. Nami observa le nouveau roi aux yeux rouges, mais celle-ci ce garda bien de donner le moindre commentaire, du moins pour l'instant.

- Maintenant que vous avez poster celui que vous vouliez sur le trône nous pouvions y aller ? J'espère que sur la prochaine île nous y resterons moins longtemps, il me tarde de savoir la vérité concernant Nico Robin et de la revoir.

Nami avait trouvé que le jour du départ avait beaucoup trop tarder à venir, le temps lui semblait long, et à trop attendre, elle avait l'impression que le but premier de son voyage, allait lui filer entre les doigts. Ainsi elle se serait fait avoir jusqu'au bout.



_________________
Il y a des liens qui peuvent être plus fort que ceux du sang

by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chatte prend le large [Namibie]   Dim 17 Jan - 22:06

Guille BraiyaMarine
Marine
avatar

Messages : 93

Navigation
Doriki:
3892/6000  (3892/6000)
Fruit du Démon: Fruit de l'oubli





Arc Braiya partie 2 : Eileen




La frégate qui transportait Braiya et Nami fendait les flots en silence. Ce même silence qui était profondément installé entre les deux femmes depuis leurs départs de l’île précédente. Pourtant, Braiya avait essayé de briser la glace à maintes reprises avec la jeune rouquine, mais rien n’y faisait. Sans doute n’avait-elle pas aimé voir qu’un sbire de son fils venait de prendre le pouvoir sur l’île. C’était une possibilité non-négligeable et, malgré de multiples explications, Braiya n’avait pas réussi à la convaincre de la justesse de ce choix. Mais qu’importe tout cela puisque l’île glaciale s’élevait au-dessus des flots. Et le mot était sans doute trop faible pour décrire l’ambiance froide de l’île.

En effet, la principale caractéristique de ce lieu était son blizzard constant qui empêchait de voir à plus de cinq mètres de distances. Braiya amarrait le navire proche d’un petit ponton de bois avant de tendre des vêtements très chaud à la rouquine. Contrairement à l’île des Sakura, celle-ci était entièrement dépeuplée et il n’y avait que des animaux aimant le froid le plus mordant possible. La Vice-Amirale descendait du navire peu de temps après avoir attaché le bateau et fixait autant que possible l’horizon gelé de l’île avant de prendre une expression de tristesse véritable.


- Je te demanderais un respect sans faille pour cette île Namibie. Ce qu’il y a ici est un des secrets les plus dangereux que le monde puisse contenir. Comprend bien que nous ne sommes pas là par hasard. Même pour moi, c’est très difficile d’être sur cette île.

La métisse blonde ouvrait la marche et s’enfonçait dans le blizzard. On n’y voyait rien du tout et la haut gradé devait nouer une corde entre la rousse et elle-même pour ne pas se perdre. Se guidant avec un Log Pose, la blonde fendait la neige en suivant une direction bien précise tout en s’adressant à sa partenaire captive.

- Cette fois, nous rendons visite à une personne particulière. Ne t’attends pas à un accueil chaleureux de sa part. À vrai dire, il serait plutôt glacial. Ce qui va parfaitement avec le climat de ces lieux, tu ne trouves pas ?

Braiya continuait de marcher dans la neige lorsque le blizzard cessait. Le duo de filles se trouvait dans le cœur dans la tempête de neige et devant elles, se tenait une maison faite de bois en plein milieu d’un champ de neige d’un blanc immaculé. La métisse blonde ouvrait la porte de la bâtisse et invitait Nami à y entrer tout en enlevant son manteau avant d’allumer un bon feu pour se réchauffer.

Elle examinait avec attention la maison pendant une vingtaine de minutes en analysant chacun des recoins de cette dernière, tout en parlant pour elle-même. Enfin, elle revenait vers son hôte en souriant légèrement, un bouquet de fleurs dans les mains.


- Viens avec moi. Nous allons rendre visite à la personne dont je t’ai parlé en arrivant. Elle n’est pas très loin.

Remettant son manteau, Braiya sortait dehors et traversait une plaine enneigée avant d’arriver en haut d’une falaise et de s’agenouiller. La belle se trouvait devant quelque chose que Nami ne pouvait voir et déposait les fleurs devant, avant de se relever.

- Approche Namibie. Je t’autorise à rencontrer la seule personne vivant en ces lieux.

Braiya s’écartait lentement. Une petite tombe se trouvait juste aux pieds de la Vice-Amirale. Elle était légèrement recouverte de neige, mais le plus surprenant était la présence incroyable de fleurs. Une inscription était visible sur celle-ci.

- Eileen Guille. Ma petite fille adorée. La chair de ma chair repose en paix ici.

Quelques larmes coulaient sur les joues de la métisse et, pour la première fois, c’étaient de véritables larmes sincères.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chatte prend le large [Namibie]   Sam 23 Jan - 15:23

NamiNavigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar

Messages : 3835

Navigation
Doriki:
2597/6000  (2597/6000)
Fruit du Démon: -

La chatte prise en chasse


Nous avions quitter l'île qui se plongeait dans le chaos, mais dont la Vice-Amirale avait su redresser la barre, ce ne fut pas facile, et la navigatrice avait eut l'impression que le temps était une éternité, elle qui avait souhaiter retrouver Robin au plus vite, voilà qu'elle avait perdu du temps sur une île pour l'aider à se remettre. Elle l'avait déjà fait pour Alabasta, mais là bas il y avait eut l'appât du gain, et surtout Vivi était une amie, là, pour la chatte voleuse, il n'y avait eut aucune motivation, uniquement de la méfiance. Incapable encore de savoir le but de toute cette mascarade, se demandant même si ce n'était pas pour l'éloigner de Nico Robin et l'empêcher de découvrir la vérité concernant la mort de Luffy. Nami ne pouvait admettre qu'elle avait rien fait pour lui venir en aide, il fallait qu'elle l'entende de la bouche que celle qui était normalement son amie.

Trop de question dans l'esprit de la rouquine. Entre la disparition de son capitaine, ce qu'était advenu du reste de son équipage libre et celui sous l'influence néfaste de Marde, sans parler de cet homme de Marde installer sur le trône … Un homme a qui on avait retirer le libre arbitre, et qui n'agissait pas de son propre chef, comme elle lorsqu'elle fut sous l'influence de Marde. Quel horrible souvenir, elle ne souhaitait pas y repenser, c'était bien trop proche de sa vie misérable sous le règne tyrannique d'Arlong. Ces hommes n'étaient que des monstres. Luffy le battrait lui aussi … Luffy … Elle voulait de ses nouvelles, elle avait besoin d'être rassuré.

Une fois sur la nouvelle île, un blizzard des plus glaciale se fait sentir, aussitôt elle hurla qu'elle avait droit en se tenant les bras pour tenter de se réchauffer, et retourna bien vite au chaud. Pas question d'observer sur le ponton l'île, de toute manière on y voyait rien à travers cette purée blanche. Mais bien que méfiante, le froid fut bien trop important pour que la rousse refuse les vêtements chauds qu'elle s'empressa de prendre et d'enfiler aussi vite que l'éclaire.

- Si c'est si difficile j'aurais préféré qu'on y aille pas ! Il fait bien trop froid, je vais mourir congelé sans avoir revu mon équipage. Je suis bien trop jeune pour mourir et finir en glaçon.

Heureusement que Braiya ouvrait la marche, car ainsi Nami juste derrière, était un peu protéger du vent glaciale qui lui mordait la moindre parcelle de peau exposer ou pas assez au chaud. Elle se tenait pourtant aussi fort que possible ses vêtements pour se cacher le plus possible du froid. Avancer dans le froid était difficile et la chatte voleuse n'y voyait rien, elle se laissait suivre, les yeux fermer pour ne pas trop souffrir.

- Super, le temps n'était pas suffisamment glaciale pour vous ? Il fallait qu'en plus on rencontre quelqu'un qui soit une montagne de glace ? Si c'était pour ça vous auriez pu me laisser sur le navire !

Puis soudain le blizzard se faisait moins sentir, la navigatrice des Mugiwara pu enfin ouvrir les yeux et découvrir une maison en bois perdue dans la veste neige qui recouvrait l'île. Elle suivit alors la Vice-Amirale qui voulait y rentrer, sans même frapper elle furent dedans. Il n'y avait personne, ce qui étonnait la rousse, qui bien qu'un feu fut fait, n'ouvrit que son manteau sans pour autant le retirer. Son corps était encore frigorifié. Drum lui semblait moins gelée, même si ses souvenirs de l'île était un peu vague, à cause de la maladie. Le dos de Luffy lui avait tenue chaud pendant une bonne partie du voyage à ce moment là. Nami jetait des coups d'œil à cette femme qui se mettait à parler doucement, comme à elle-même.

- Déjà ?! Mais on s'est à peine réchauffer ! Vous pouvez pas la voir sans moi cette personne ? Vous savez bien que je partirais pas d'ici toute seule avec ce froid !

Visiblement non, ce n'était pas en option. Nami lâcha un long soupire, elle aurait préféré resté bien au chaud à attendre sagement le retour de Braiya sans faire d'histoire. Même qu'elle n'aurait rien tenter pour s'enfuir ! Elle ferma de nouveau son manteau et suivit la marine de prêt, mais il fallait encore et encore marcher. À se rythme elle allait mourir ici sans avoir revu Robin.

Braiya l'invita à rencontrer la seule personne vivante ici, mais Nami sentait bien que quelque chose clochait, il n'y avait pas âme humaine qui vivait ici, des animaux hivernaux oui, mais pas d'être humain. D'autant qu'il n'y avait personne avant eux. Mais en s'approchant un peu plus, elle vit.

- Que lui est-il arrivé ? Et pourquoi l'avoir placé si loin de vous ?

Nami ne s'amusa pas à faire la moindre remarque sur les larmes de la Vice-Amirale, s'était une mère après tout, qui avait perdu son enfant, même si cela ne justifiait en rien certaines choses. Mais là, elle devait bien l'admettre, elle aimerait connaître un peu plus cette femme qui pour une fois lui paraissait humaine et sincère.



_________________
Il y a des liens qui peuvent être plus fort que ceux du sang

by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chatte prend le large [Namibie]   Dim 24 Jan - 10:11

Guille BraiyaMarine
Marine
avatar

Messages : 93

Navigation
Doriki:
3892/6000  (3892/6000)
Fruit du Démon: Fruit de l'oubli





Arc Braiya partie 2 : Souvenirs par les fleurs




Malgré tout ce qu’elle pouvait être, Braiya restait une simple humaine avec des forces et des faiblesses. Et elle venait d’en dévoiler une à une personne qui n’aurait jamais du connaitre son secret le plus profond. Seulement, la métisse blonde avait jugé bon de tout raconter à sa captive pour qu’elle puisse mieux comprendre la douleur qu’éprouvait son fils chaque jour depuis ce tragique accident. Braiya laissait couler ses larmes alors que son regard ne quittait pas la tombe où reposait sa petite fille qu’elle aimait tant. Son chagrin était si fort, qu’elle ne désirait pas répondre à la question de Nami. Du moins pour le moment.

Lentement, elle levait la main et lui montrait des roses de couleurs différentes. Il y en avait de trois sortes. Des violettes, des noires et des roses. Puis, elle venait s’agenouiller pour rendre les fleurs plus belles en les positionnant pour que l’ensemble soit harmonieux.


- Nous ne sommes pas les premiers à venir. Seira et Marde ont fait un passage par ici il y a environ trois jours. Ce qui signifie, Namibie, que Nico Robin n’est plus très loin de toi. Bien entendu, elle n’a pas posé les pieds ici, mais la présence de Marde dans les environs est une information importante pour toi non ? Au fait, connais-tu le langage des fleurs ma chérie ? La rose de couleur rose, ici, provient de Seira. Elle symbolise un idéal féminin. Seira adorait ma fille plus que tout au monde. Elle était son modèle et rêvait d’être comme elle.

La Marine se relevait doucement et fixait toujours la sépulture de sa fille avec une tristesse à fendre la pierre. Il n’y avait que devant la tombe d’Eileen que Braiya se dévoilait réellement et devenait la plus vulnérable possible. Pour autant, elle continuait de parler et d’expliquer la signification des différentes roses.

- Les mauves viennent de mon fils. Elles symbolisent son profond regret envers sa petite sœur. Et les noires, qui sont ici, viennent de moi. Elles montrent tout mon amour pour ma fille et annoncent que je l’aimerais encore, même lorsque je serais morte. Comprends-tu un peu les motivations de Tartaros ? Du moins, de nous trois ? Tous les actes que tu nous reproches découlent d’un chagrin très profond. Un chagrin qui a ravagé le cœur de mon fils, au point qu’il en est presque devenu fou. Viens Namibie, retournons au chaud.

Braiya s’inclinait une nouvelle fois devant sa petite fille pendant quelques secondes avant de tourner les talons pour retourner dans la petite maison bien chaude. Pendant le trajet du retour, la métisse blonde n’ouvrait pas la bouche et ne cherchait même pas à discuter. Et cela continuait même dans le chalet où la dame restait muette tout en s’afférant à différentes tâches. La nuit était tombée et le feu crépitait joyeusement lorsque la métisse pointait le bout de son nez en déposant une tasse contenant un chocolat bien chaud et fumant devant la rousse.

- Tiens bois ça. Tu étais frigorifiée depuis ce matin. Cela te fera du bien Namibie. Ne t’inquiète pas, il n’est pas empoisonné ou autre.

La Vice-Amirale s’installait devant elle en croisant les jambes et en regardant les flammes danser dans l’âtre de la cheminée. Pendant un petit moment, le silence régnait en maître avant que la blonde décide de briser le silence.

- Tu m’as demandé ce qu’avait subit ma fille tout à l’heure ma chérie. Je te dois bien ça. Après tout, tu m’as aidé sur l’île des Sakura. Très bien, je vais te révéler toute la vérité sur ma famille. Peut-être que tu réviseras ton opinion sur moi et mon fils.

La neige commençait à tomber, lorsque la blonde débutait son tragique récit qui allait, probablement, durer toute la nuit.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chatte prend le large [Namibie]   Dim 24 Jan - 12:52

NamiNavigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar

Messages : 3835

Navigation
Doriki:
2597/6000  (2597/6000)
Fruit du Démon: -

La chatte prise en chasse


Cet endroit important de la vie de Braiya, cet endroit presque intime qui cachait une partie de son passé, était un lieu précieux, et la chatte voleuse n'arrivait pas à comprendre pourquoi cette femme l'avait emmener ici. C'était comme si elle-même emmener Braiya sur la tombe de Bell-mère, chose qui n'arriverait jamais. Elle n'y avait déjà même pas emmener son propre équipage. Mais peut-être qu'un jour elle le fera, du moins Luffy, mais à bien réfléchir, Nami n'était pas très sûr que son capitaine aurait le bon comportement à avoir face à une tombe aussi importante. Il avait déjà rencontrer toute son île et savait une partie de son passé, c'était suffisamment gênant pour elle comme cela, pas besoin d'en rajouter une couche.

Mais Nami avait beau voir ses larmes couler, il y avait beaucoup de chose qu'elle ne comprenait pas, elle observait en silence les bouquets de fleurs que Braiya lui montrait, se demandant où est-ce que la Vice-Amirale avait cacher son bouquet durant toute la marche. Surement dans ses vêtements, mais où est-ce qu'elle l'avait trouver ? Comme quoi la navigatrice n'avait pas prêter une attention constante à sa geôlière.

- Parce que Marde et Seira balade Robin comme leur esclave un peu partout comme vous me promener en ce moment ? Pourquoi resterait-elle avec eux ? Elle pourrait très bien faire une autre mission non ? D'ailleurs pourquoi est-ce qu'elle on ne la fait pas venir ici, alors que moi oui ?Comme je ne sais pas comment était votre fille, il me serait difficile de savoir si Seira est proche ou non de réaliser son rêve.

Difficile pour Nami d'avoir beaucoup de compassion, déjà parce qu'on l'avait privé de sa liberté et de son libre arbitre, mais aussi parce que ses individus gardaient encore prisonnier plusieurs innocents et pire : des membres de son équipage. Elle ne parlait même pas du fait qu'ils étaient responsable de la disparition de Luffy alors qu'elle était sur que c'était pour venir les sauver qu'il était venu. Chose qu'elle pourrait difficilement pardonner, peut importe les raisons.

- Vous pensiez vraiment m'attendrir avec cela ? Même si je peux parfaitement comprendre votre tristesse, je ne pourrais jamais comprendre vos actes, vous vous êtes trompés de personne. Il n'y a rien qui peut justifier et encore moins excuser vos actes. Vous détruisez des vies, aucun chagrin du monde entier ne peut servir de prétexte à cela.

Aucune chance pour que Nami comprenne ce genre d'acte, bien qu'elle comprenait la douleur, après tout elle même avait perdue sa mère, sous ses yeux qui plus est, juste après une terrible dispute. C'est quelque chose qu'elle ne pourrait jamais oublier. Mais ce n'était pas pour autant qu'elle s'en était prise à tout le monde, juste au responsable.

Une fois dans le chalet, la conversation était inexistante, entre l'émotion et les paroles de la rouquine, la place pour le dialogue semblait impossible. Avait-elle était trop dure ? Peut-être, mais elle était comme ça, elle disait ce qu'elle pensait. Nami restait aussi silencieuse dans un fauteuil devant la cheminée, tout cela lui avait rappeler sa défunt mère, et en particulier ce jour terrible … Elle n'avait pas le cœur à parler non plus. Pour une fois elles se ressemblaient toutes les deux.

- Je ne me méfie pas, depuis ce matin si vous aviez eut envie de me tuer vous auriez pu de différente manière, le plus simple aurait été de me perdre dans le froid, vous n'auriez pas eut à déplacer mon corps.


Si Nami se méfiait, elle n'était pas paranoïaque pour autant, et elle prit la tasse chaude dans ses mains et l'approcha de sa bouche. Soudain elle repensa à Sanji qui lui en préparait toujours une lorsqu'elle commençait à avoir froid. Comment allait-il ? Et les autres ? Ils lui manquaient tellement … La rouquine était mélancolique, elle souhaitait plus que tout les revoir, que tous soient réuni, mais certains étaient encore prisonniers.

- Je vous écoute, nous verrons bien si cela me fait changer d'avis, mais peut-être que je comprendrais mieux certaines choses.



_________________
Il y a des liens qui peuvent être plus fort que ceux du sang

by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chatte prend le large [Namibie]   Jeu 28 Jan - 12:31

Guille BraiyaMarine
Marine
avatar

Messages : 93

Navigation
Doriki:
3892/6000  (3892/6000)
Fruit du Démon: Fruit de l'oubli





Arc Braiya partie 2 : Explications




La métisse s’installait confortablement en face de sa captive et regardait les volutes de fumée sortirent de la tasse de chocolat qui se trouvait dans les mains de la jeune rousse. Pendant quelques instants, Braiya plongeait son regard dans celui de Nami pour sonder son esprit et son âme. Cette gamine avait le sang chaud et semblait particulièrement réfractaire à l’idée de comprendre les intentions de la Dragonne Céleste. Dans un sens, la blonde comprenait très bien sa façon de voir les choses, puisqu’elle avait vécu sous le joug d’un homme poisson pendant plusieurs années. Braiya soupirait un petit instant avant de croiser les jambes sous la table en chêne et de reprendre la parole.

- Je n’attends pas réellement que tu changes d’opinion sur les actes de mon fils, même si cela pourrait être une bonne chose. Non. Ce que j’attends, c’est de la compréhension. Et, venant de toi, le contraire serait équivalent à un crachat sur mon visage. Après tout, tu ne vaux pas mieux que mon fils non ? Combien de personnes as-tu trahi pour parvenir au rachat de ton village ? Combien de personnes, dis moi ? Et les habitants qui te faisaient confiance ? Ou bien ta sœur ? Donc, je n’ai pas vraiment de leçon à recevoir de toi Namibie chérie. Certes, les actes ne sont pas les mêmes, mais la finalité est identique. Tu ne vaux pas mieux que Marde.

La sublime Amiral lui lançait un regard flamboyant. Il était tellement fort que le soutenir relevait du défi. Pourtant, Braiya se callait bien au fond de son siège, tout en croisant les bras sous son opulente poitrine afin de débuter son récit promis.

- Eileen est, comme tu le sais, ma fille. Ma première fille. Marde a vu le jour quelques années après. C’était une fille ayant un esprit très fort et une volonté de fer hors du commun. Elle était différente des autres nobles, dans le sens où son respect pour les autres était universel. Je veux dire qu’elle n’abusait que très rarement de ses droits pour parvenir à ses fins. Ma fille aimait son prochain et c’est ce qui a causé sa perte.

La métisse marquait un instant de pause pour laisser son interlocutrice avaler les informations qu’elle venait de révéler. Le feu dans la cheminée crépitait et fut le seul élément bruyant qui brisait le silence de plomb bien encré dans la petite pièce. Puis, Braiya reprenait son histoire avec une voix légèrement tremblante, signe qu’elle souffrait encore et toujours de la perte de sa fille.

- Ses actions n’étaient pas bien accueillies par les autres membres de la noblesse royale. Certes, il y en a qui pensent comme ma fille, mais la plupart ont peur de le montrer publiquement. Ma fille, elle, n’éprouvait aucune peur. Cependant, elle commit un acte qui fit pencher la balance en sa défaveur. Seira, qui était à notre service depuis sa naissance, a bousculé un noble sans le vouloir. Étant une esclave, cette action a été mal prise par l’homme bafoué. Il exigeait donc un châtiment public et immédiat entrainant la mort de Seira. Eileen s'est interposée entre lui et elle pour protéger une personne qu’elle voyait comme une amie. C’est elle qui a été condamnée à la place de Seira. Elle a servi d’exemple. Personne ne dit non à un Dragon Céleste. Pas même un autre. Marde n’a pas accepté l’idée que sa sœur puisse mourir ainsi. Son but est de lever une armée pour reprendre ce qui lui revient de droit. Non pas le monde ou je ne sais qu’elle autres bêtises que vous pensez. Non. Il désire reprendre la vie des meurtriers de sa sœur et de détruire la caste des Dragons Céletes.

La sublime femme reprenait sa respiration avant de continuer.

- Mon rôle dans tout ça est de nous faire disparaitre. Je ne participe pas aux actes de mon fils, je n’interviens que si c’est utile et j’essaye de limiter la casse. Sur l’île des Sakuras, ce que tu as pris pour un forcing de pouvoir n’en était pas un. J’étais sincère lorsque j’ai défendu l’homme ayant repris le trône. Je l’ai fait pour qu’il y ai le moins de sang possible. Marde lui, aurait massacré tous les opposants. Moi pas. Maintenant, libre à toi de me croire ou pas Namibie.

La nuit était tombée et seule la lumière du feu illuminait la pièce désormais. Braiya, elle, continuait de fixer Nami avec un regard qui brillait de plus en plus.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chatte prend le large [Namibie]   Sam 30 Jan - 19:36

NamiNavigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar

Messages : 3835

Navigation
Doriki:
2597/6000  (2597/6000)
Fruit du Démon: -

La chatte prise en chasse


La discussion risquerait de tourner en rond si la Vice Amiral espérait vraiment faire changer d'avis Nami concernant les actes de Guille Marde. Il y avait strictement aucune chance que l'option de la chatte voleuse puisse évoluer d'une quelconque manière. Elle qui avait subit esclavagisme par un homme poisson, qui avait vu le crâne de sa mère éclate en mille éclat sur le sol de l'entrée de leur maison juste après une grosse dispute, les crimes du Dragon Céleste ne pouvait avoir aucune excuse. Car si lui en avait, alors Arlong en aurait beaucoup plus que lui, et cela à ses yeux étaient impossible, il avait été trop loin dans son désir de vengeance, la folie l'avait ravagé.

- Tant mieux, car vous n'auriez rien obtenu comme changement, mon avis est fait depuis longtemps. Si vous vouliez en revanche que je change d'avis sur vous, vous vous y prenez très mal. Il faut savoir comparer ce qui est comparable, or lui et moi n'avions pas fait les mêmes choses. C'est plutôt sur vous que mon point de vu va radicalement changer en agissant de la sorte. Vous n'avez peut-être pas de leçon à recevoir, mais vous devriez vous renseigner avant de parler, or j'ai l'impression que vous êtes à court d'argument, et que vous cherchez tout et n'importe quoi pour défendre votre fils. Vos insultes gardez les, je ne suis pas abaisser à cela moi.

C'était fait, si Nami n'avait pas eut une si mauvais opinion de Braiya -plus exactement cela avait évolué avec le voyage, car au début ce n'était pas gagné, cette dernière avait tout détruit en l'espace d'une seule phrase en voulant comparer des choses qui ne pouvait décemment pas être comparer si on avait un minimum de jugeote. Mais la marine avait visiblement peu d'argument, et venait de mettre la navigatrice des Mugiwara no bushi en colère. Elle gardait d'ailleurs un extrême self contrôle pour rester le plus calme possible, la fixant dans le blanc des yeux. Ça ne valait en rien le regard d'Arlong.

Comme si les agissement de Marde et Nami pouvaient être placé dans le même panier, fourberie et meurtre de masse, deux choses qui n'avaient radicalement rien à voir. C'était comme juger au même niveau un enfant qui volait un bonbon et un homme qui décapitait son fils, comme si les deux crimes ne valait pas mieux, tout comme le criminel. Pas étonnant que la justice aille si mal, mais Nami fut bien déçut de voir que Braiya était du genre aussi radicale à mettre meurtre et bassesse au même niveau. Cette femme était en réalité dangereuse, à cracher à son visage ainsi, la rousse ne pouvait que s'en méfier encore plus et avoir peur de l'avenir du monde si on la laissait agir.

Cependant Nami écoutait avec attention l'histoire de la fille de Braiya, son premier enfant aujourd'hui enterré sur une île hivernal, bien à l'abri des regards. Ainsi une Dragon Céleste aimait tout le monde ? Une tare dans les dirigeant du monde qui vivait reclus sur leur île, devait-elle alors comprendre que cette fille adorable vivait même sans esclave ? Même si voir cette femme encore sous l'émotion des souvenirs de son enfant chérie, il y avait plus aucune chance d'émouvoir la chatte voleuse insulté, elle n'avait plus le cœur à avoir pitié de la souffrance de cette femme.

- Votre fils aurait du s'engager dans l'armée révolutionnaire qui ont pour but de détruire le gouvernement mondial et le système des Dragon Céleste, avec l'un d'entre eux dans leurs rangs, ils auraient fait une grande avancer et le but de votre fils serait déjà atteint.

Nami avait un petit sourire, vraiment il fallait être idiot pour ne pas y avoir penser, la stupidité de ses actions n'en était que plus aberrante, certes le chagrin l'avait rendu fou, mais depuis des années il aurait pu déjà venger sa sœur bien aimé, alors que là tout ce qu'il va gagner, c'est détruire ce qu'elle aimait. Elle devait surement pleurer son comportement de là où elle était, et ça en revanche ça faisait de la peine à rouquine. Elle même avait une sœur après tout.

- Mais je vois que c'est vraiment étrange chez les Dragons Célestes, s'assassiner entre eux, quelle idée. Vous n'avez pas du vous opposer bien fortement contre ce jugement, après tout le conseil des cinq étoiles et certain de leurs agents règlent les problèmes internent de Marijoa. Entant que Vice Amiral, si vous l'étiez, vous auriez même pu faire avancer les choses plus vite. Ne seriez-vous pas tous les deux en colères n'en avoir pas assez fait pour la sauver ?

La jeune femme disait les choses comme elle le pensait, ne pesant pas ses mots et allant droit au but. Mais qu'importe ce que pouvait dire désormais la Vice Amiral sur son compte pour se dédouaner des actions de son fils, elle avait commis une erreur fatale aux yeux noisettes de Nami. Finalement il n'en faisait pas tant que cela pour la mémoire de Eileen. La nuit était déjà tomber, et bientôt il serait l'heure d'aller dormir, mais elle n'était pas sûr de trouver le sommeil.



_________________
Il y a des liens qui peuvent être plus fort que ceux du sang

by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chatte prend le large [Namibie]   Dim 7 Fév - 9:32

Guille BraiyaMarine
Marine
avatar

Messages : 93

Navigation
Doriki:
3892/6000  (3892/6000)
Fruit du Démon: Fruit de l'oubli





Arc Braiya partie 2 : Fracture




La haut gradé de la Marine continuait de fixer la jeune rouquine après lui avoir expliqué toute sa façon de penser, ainsi que l’entière vérité sur la mort de sa petite protégé qui, encore maintenant, lui déchirait le cœur. Se doutant bien qu’il y ait un conflit d’opinion, Braiya écoutait tranquillement les propos de sa captive, mais ne s’attendait pas à ce qu’elle attaque là où ça faisait extrêmement mal. En effet, la navigatrice des Mugiwara commençait à utiliser Eileen comme arme envers la métisse blonde qui souffrait à chaque fois que le nom de son échec le plus cuisant sortait des lèvres de Nami.

Rien que d’écouter le nom faisait saigner le cœur meurtri de Braiya et les larmes commencèrent à affluer dans ses yeux. Au fond d’elle, la Vice-Amiral souhaitait qu’elle arrête de parler de celle qu'elle considérait comme sa fille, qu’elle l’attaque, elle, physiquement plutôt que verbalement. C’était tellement difficile pour la métisse d’entendre des propos aussi blessant. Mais ce qui fit sortir de ses gonds Braiya était, sans aucun doute, le moment où Nami affirmait qu’elle n’avait pas fait grand-chose pour aider Eileen.

Ivre de colère et de tristesse, Braiya frappait de toutes ses forces l’immense table en chêne massif avec un coup gorgée de Haki. Ses yeux, d’habitude maternels, étaient devenues meurtriers et une aura d’une cruauté sans nom s’échappait du corps de la belle qui, d’un geste vif, saisissait la rouquine à la gorge avant de plonger son regard dans celui de l’impertinente.


- Tu ne sais rien de tout ce que j’ai dû faire pour essayer de la sauver. Absolument rien. J’ai dû faire des choses absolument ignobles pour espérer un sursis. Les Dragons Célestes peuvent être créatifs. Certains apprécient le meurtre et d’autre le péché de la chair, si tu vois ce que je veux dire. Et tu oses me dire que je n’ai pas fait grand-chose pour sauver UNE PERSONNE ?

Elle était tellement en colère qu’elle envoyait valser la jeune fille contre un mur en bois avec une violence incroyable. Braiya s’avançait vers elle et posait brutalement son talon sur le ventre de l’impertinente afin de la maintenir au sol.

- Pour avoir l’espoir qu’elle soit sauve, j’ai dû coucher avec des porcs qui ont abusé de ma crédulité en me faisant miroiter sa liberté. Toi, tu as fait quoi sale gamine ? Voler des pirates de pacotilles encore et encore. Et quand tout est parti de travers, tu t’es reposé sur ton capitaine. Moi, je n’avais personne pour m’aider, j’ai du m’en sortir seule et j’ai échoué.

Elle maintenait la pression sur la rouquine et Braiya conservait un regard rempli de haine envers la navigatrice qui l’avait réellement poussée à bout avant de reprendre.

- Une gamine ayant à peine vingt ans veut me faire la morale alors qu’elle a vécu bien chaudement parmi les siens. Nico Robin a largement vécu un enfer pire que le tien, alors je ne la ramènerais pas trop si j’étais toi sale garce. Tu sais Nami, je pensais que l’on pourrait s’entendre. Tu ressemblais tellement à Eileen physiquement et mentalement. Mais, visiblement, j’ai eu tort. On va aller voir mon fils et ne compte pas sur moi pour qu’il ne te touche pas. Je désirais intervenir en ta faveur pour qu’il ne te manipule pas, mais je pense que cela te fera du bien finalement.

Son escargophone sonnait et Braiya décrochait, toujours en écrasant la rousse au sol.

- Oui ? Judal et Angela ? Qu’est-ce qu’ils ont ? Attaquer un QG de Marine ? S’ils ont envie de le faire, qu’ils le fassent. Le chef n’est qu’un minable. Ho Seira, transmet à Marde que sa fuyarde sera chez vous d’ici deux jours.

Elle raccrochait et fixait la rousse en souriant.

- Dans deux jours Nami, tu retrouveras ta condition d’esclave. Mais sois heureuse, je vais tenir parole et te faire voir Nico Robin. Cela serait un bon moyen de tester sa fidélité tiens. Si je lui demandais de te torturer, tu crois qu’elle le ferait ?
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E


Dernière édition par Guille Braiya le Jeu 3 Mar - 11:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chatte prend le large [Namibie]   Mer 10 Fév - 16:58

NamiNavigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar

Messages : 3835

Navigation
Doriki:
2597/6000  (2597/6000)
Fruit du Démon: -

La chatte prise en chasse


[D'ailleurs normalement personne n'est au courant que Nami travaillait pour un homme poisson, du coup c'est pas logique, après si Robin a voulu raconté sa vie à Braiya c'est possible, étrange mais possible, mais Nami elle peut rien connaître d'elle, Nezumi n'aurait jamais pu dire quelque chose, et Arlong ne lui aurait pas tout dit, et surtout pas forcément la vérité, car sinon elle aurait tout de suite eut une prime. Donc la comparaison est pas possible. (du coup le passage barré c'est le passage à modifier)]

Ce n'était pas dans l'intention de la chatte voleuse d'être particulièrement blessante, mais se servir de quelqu'un de mort pour justifier des crimes, elle ne pouvait le tolérer, c'était comme quand Arlong parlait de la mort de sa mère. Non, il y avait des choses, des sujets difficiles pour Nami, et là c'était le cas. Trouver des excuses à des crimes odieux, non ce n'était pas permis, c'était pas possible. La rousse était en colère, elle essayait de ne pas le montrer, mais elle l'était, elle n'avait pas pu supporter ce qui avait été dit, alors elle s'était exprimer crument. Mais il ne fallait pas croire qu'elle n'avait pas de cœur, ça ne lui faisait pas plaisir de faire pleurer Braiya, mais elle n'allait pas la plaindre non plus quand elle voyait les actions de Marde et qu'elle les justifiait par la mort de sa sœur.

Nami pensa à Nojiko, serait-elle capable de devenir comme ce monstre si jamais elle disparaissait ? Non, sa sœur ne voudrait pas la voir devenir ainsi, elle le savait, et jamais elle ne voudrait la blesser ou lui faire de la peine, même dans l'autre monde. Nami soutenait le regard plein de colère de la Vice-Amiral, elle n'avait pas peur, la chatte voleuse avait dit ce qu'elle pensait, la vérité blessait, c'était bien connu. La rousse n'avait pas peur, pourtant elle pourrait perdre la vie, là maintenant, mais la navigatrice des Mugiwara était sur un sujet bien trop difficile pour avoir peur, ça la touchait personnellement. Un peu trop d'ailleurs.

- Alors pourquoi ne pas les avoir tous tuer et effacer les mémoires ? C'est votre pouvoir non ? Vous auriez pu échanger votre vie contre la sienne, vous auriez pu jouer de votre statu de Vice-Amiral. Et puis même si vous avez fait plein de chose, cela ne justifie en rien ce que le Tartaros fait subir au monde. 

Puis un hurlement de douleur s'échappa d'elle lorsqu'elle fut projeter avec violence contre un mur, elle essaya de se relever mais fut maintenant au sol par le pied de Braiya. Impossible de s'échapper, si durant quelque seconde elle fut effrayé, elle eut un petit sourire en coin. Nami était bien impertinente, mais quand on a grandit avec Arlong...

- Vous ne savez rien de moi, alors ne parler pas je vous en prie. Si vous êtes crédules c'est votre faute, si les pirates que j'ai détroussé l'étaient non plus. Vous êtes loin d'être stupide et faible comme vous semblez le penser. Ou sinon je me trompe sur vous. 

Nami repensa à sa mère, sa mère aurait tout fait pour lui éviter ça, elle en était certaine, elle aurait préféré tuer tout le monde quitte à finir sur l'échafaud plutôt que de voir sa fille mourir. Aux yeux de la chatte voleuse, Braiya aurait pu tuer tous les Dragon Céleste, elle aurait comprit et ne l'aurait même pas juger pour ce crime, en revanche les crimes du Tartaros...

- J'ai connu l'enfer et l'horreur de voir ceux que j'aime menacer, alors ce n'est pas vos belles leçons qui me feront changer d'avis, c'est plutôt à moi de dire que vous m'avez déçus. Je ne vous pensez pas ainsi, j'avais même un certain respect pour vous. J'avais tord.

Mais la suite de la conversation l'inquiéta, Braiya n'était pas femme de parole ou quoique se soit finalement, ça lui fit mal de se dire qu'une femme de la marine était ainsi. seule sa mère alors était si droite jusqu'au bout ? Nami était perdue. Sauf que voilà, elle allait de nouveau tout perdre. Perdre ses souvenirs, Luffy... Non hors de question elle ne voulait pas l'oublier ! Oublier ses Nakamas ! Les larmes lui montaient aux yeux ainsi que la rage.

- Robin est notre amie ! Elle n'est pas un monstre comme vous !

Un moyen de tester sa fidélité, oui en effet, Nami pourrait voir alors si les rumeurs comme quoi elle aurait laissé mourir Luffy était vrai, c'était impossible, il avait tout fait pour la sauver. Aurait-elle oublier Ennies Lobbie ? Non, elle avait voulu vivre, il lui avait donné une nouvelle vie, avec eux. Nami ne pouvait pas croire que son amie soit comme la Vice-Amiral le prétendait.



_________________
Il y a des liens qui peuvent être plus fort que ceux du sang

by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chatte prend le large [Namibie]   Jeu 3 Mar - 12:26

Guille BraiyaMarine
Marine
avatar

Messages : 93

Navigation
Doriki:
3892/6000  (3892/6000)
Fruit du Démon: Fruit de l'oubli





Arc Braiya partie 3 : En route vers ton destin




Braiya rangeait l’escargophone entre sa poitrine, avant de reporter l’intégralité de son attention sur cette vipère qui l’avait réellement mise hors d’elle. Pendant de longues minutes, qui semblaient être une éternité aux yeux de la métisse blonde, la Dragonne Céleste se demandait si elle ne devait pas la tuer une bonne fois pour toute, mais son fils lui avait demandé de la ramener en vie. Braiya soupirait un bon coup pour tenter de calmer ses nerfs à vif et libérait la jeune rouquine, non sans lui mettre un violent coup de pied dans l’estomac pour lui passer l’envie de se montrer aussi impertinente.

- Lève-toi sale gamine. Ton petit confort en ma compagnie s’arrête ici. Désormais, ta vie ne me concerne même plus. Marde fera ce qu’il veut de toi.

Avec cruauté, elle écrasait la tête de la rouquine contre le mur de bois et lui ligotait les mains en serrant bien fort, uniquement pour la faire souffrir physiquement. Puis, la blonde lui attrapait sa longue crinière orange avant de lui murmurer des mots à l’oreille concernant Nico Robin

- Tu parles, tu parles et tu parles, mais tu ignores tout de Nico Robin. Elle a rejoint Tartaros pour une raison bien précise ma petite garce. De son propre gré qui plus est. Si tu connaissais la raison, tu tremblerais dans ta culotte sale peste. Rassure-toi sur le fait qu’elle te ferait le mal nécessaire si besoin est. Maintenant avance, on retourne au navire.

La grande dame poussait la jeune demoiselle fortement pour la faire avancer et ne prenait même pas le soin de lui fournir un manteau bien chaud pour qu’elle résiste au froid. Tout cela ne la concernait plus désormais. Durant de longues minutes, la Vice-Amiral trimballait Nami dans le froid mordant jusqu’à retrouver le petit navire qui leur servait de moyen de transport. La métisse installait sa captive et démarrait le bateau pour reprendre la mer.

- Et moi qui pensais que l’on pourrait s’entendre toi et moi Namibie. Tu n’imagines pas ma déception. J’étais prête à faire des efforts pour te rendre ton entière liberté ou, au minimum, que tu ne sois plus esclave de la volonté de mon fils. Mais qu’importe.

Le navire se mettait en route et pendant plusieurs jours, les deux femmes voguèrent sans faire le moindre arrêt jusqu’à arriver aux pieds d’une immense jungle. Le temps n’avait plus rien à voir avec l’île hivernale précédente. Ici, il faisait chaud et humide si bien que la Vice-Amiral laissait son manteau blanc sur le navire pour ne garder que sa brassière, ses gants noirs et son pantalon d’une blancheur impeccable. Doucement, elle se tournait vers Nami sans lui adresser le moindre sourire.

- C’est ici que l’on descend toi et moi Namibie. La base se trouve tout au fond de la jungle. Pour plus de facilité, je te libère, mais tu passes la première. Attention aux marais et aux gros insectes qui pullulent sur cette île ma chérie.

Braiya coupait les liens avec un petit couteau qu’elle rangeait dans un étui par la suite et fit signe à Nami de passer devant elle. Le voyage touchait à son terme désormais.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chatte prend le large [Namibie]   Dim 6 Mar - 15:07

NamiNavigatrice des Mugiwara
Navigatrice des Mugiwara
avatar

Messages : 3835

Navigation
Doriki:
2597/6000  (2597/6000)
Fruit du Démon: -

La chatte prise en chasse


Nami continuait de la défier du regard, la colère, la haine, elle cherchait un moyen pour s'enfuir d'ici, se protéger, non protéger ses souvenirs. Elle avait réussi à se libérer de l'emprise de Marde, et elle allait y retourner ? Non pas question, elle devait parler à Robin avant, savoir si ce qu'on disait d'elle était vrai. Bien sûr que ça ne l'était pas, ça ne pouvait pas être vrai, son amie n'aurait jamais pu laisser Luffy mourir, pas après tout ce qu'il avait fait pour elle. La rousse refusait de croire cela, leur capitaine... Il n'était pas mort, même Barbe Noire l'avait reconnu lui-même, et bien qu'il en avait l'air, il était loin d'être idiot. Mais où était-il désormais ? Comment le retrouver ? Il fallait qu'elle trouve comment s'échapper de cet endroit avant... Difficile lorsqu'on se prend un coup de pied qui vous fait cracher du sang...

- Pff, finalement vous n'êtes pas mieux que les autres, vous vous donnez des grands airs, mais au fond vous n'avez pas le moindre principe.

Elle souriait après avoir lécher une goute de sang sur ses lèvres, la provocation n'était pas la meilleure solution, mais actuellement, la chatte voleuse était à court d'idée. Combattre par la force était inutile. D'ailleurs elle eut à peine le temps de toucher à son arme que voilà son visage écraser contre le mur. Elle lâcha un hurlement sous la violence de l'impacte. Son front se mi à saigner, tout comme ses mains qui allait désormais avoir la cicatrice des prisonniers. Prisonniers... Ce mot lui rappelait Arlong, on n'était jamais vraiment libre de son passé...

- Sale garce, vous mentez, vous ne savez rien de Robin, vous ne la connaissez même pas ! Et puis vous prenez vos rêves pour des réalités, jamais Robin ne me fera du mal.

Elle lui lança un cracha au visage dès qu'elle pu faire un mouvement de tête, en lui lançant un regard de défis. Oui, la navigatrice croyait fort en l'archéologue. Pour elle une trahison de sa part était impossible, après tout qui mieux que elle et Robin pouvait comprendre la douleur de la trahison ? L'équipage l'avait sauvé, ils avaient tous risqués leur vie pour elle, et ils continueraient de le faire, et elle les trahirait ? Quelle blague ! Dans ce cas toute sa vie n'aurait été qu'hypocrisie ! Elle ne vaudrait pas mieux que tous les gens qui l'ont fait souffert, et non elle n'était pas ainsi.

Nami se gelait, le blizzard déchirait sa peau, son visage recouvert de plusieurs petites coupures, tout comme le reste de son corps, ses pieds la lâchait et n'avait plus qu'uniquement par les coups de la Vice-Amiral, c'était un miracle que ses jambes ne se brisent pas avec le gèle. Sa tête commençait à tourner, elle ne ressentait désormais plus rien, la fièvre arrivait, et tout était trouble autour d'elle. Nami repensa à l'île de Drum, la chaleur du dos de Luffy, la rencontre avec Chopper, tout cela semblait si loin...

- On.. aurait pu... Mais vos manières de faire... ça... ça je... je peux pas... il n'y... a aucune... excuse... ah... si vous... réfléchissiez... vous...

Elle n'eut pas le temps d'en dire plus qu'elle s'évanouit sous la chaleur de la fièvre qui lui avait fait tourner la tête. La rouquine était à bout de force, son corps était mortifier par le froid, d'ailleurs la navigatrice ne s'était pratiquement plus réveiller du voyage, à peine pour boire de l'eau. Jusqu'à ce qu'il arrive sur une île où elle fut brutalement sortit du navire. Sa tête lui tournait encore et elle avait du mal à tout bien comprendre.

- C'est là que se trouve Nico Robin ?

Elle se frotta les poignets abordant des cicatrices rougies, tant les liens lui avait pratiquement couper le sang, elle bougeait alors ses doigts avec difficultés. Pousser par Braiya, elle passa devant, suivant le chemin qu'elle lui indiquait. Après quelque minutes de marche, un énorme lion sortit de nul part, Nami lâcha un cri strident effrayer par la taille ainsi que la gueule de l'animal. Mais rapidement, elle repris ses esprits, même si la fatigue était encore présente, elle en profita pour récupérer son arme et tenter de fuir au loin, laissant des mirages à sa place. Si cela lui laisser quelque minutes, ainsi elle pourrait retrouver Robin avant de redevenir l'esclave de Marde, elle avait besoin de savoir la vérité. Alors par un autre chemin, elle se dirigea vers la base en courant.



_________________
Il y a des liens qui peuvent être plus fort que ceux du sang

by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chatte prend le large [Namibie]   Dim 20 Mar - 14:55

Guille BraiyaMarine
Marine
avatar

Messages : 93

Navigation
Doriki:
3892/6000  (3892/6000)
Fruit du Démon: Fruit de l'oubli





Arc Braiya partie 3 : La fin du voyage




Braiya la poussait hors du navire pour qu’elle avance la première dans cette jungle humide et étouffante. La végétation était réellement parfaite pour dissimuler la base secondaire de Tartaros. Qui plus est, le fait qu’il n’y ai pas d’âmes humaines aux alentours était un plus non-négligeable pour être tranquille et libre d’aller et venir. Seulement, une base ne serait rien sans un système de défense et c’était le second point fort de l’île. En effet, ici, il n’y avait pas besoin d’investir dans des moyens de protections sophistiqués en raison de la faune particulièrement agressive. Et la jeune rousse en fit rapidement connaissance lorsqu’un lion gigantesque surgissait devant elle.

Après avoir entendu le cri de terreur et avoir assisté à la fuite de la jeune navigatrice, la métisse blonde soupirait un moment alors que le félin s’approchait d’elle, les crocs bien en évidence, montrant qu’il avait envie de goûter à la chair tendre de Braiya. La métisse soutenait le regard bestial du lion et, lorsqu’il bondissait sur elle, la Vice-Amiral décrochait un direct du gauche chargé de Haki, couchant le chaton dans un bruit sourd.


- Dans mes souvenirs, les gros chats étaient bien plus dangereux que ça. En parlant de chat, j’en connais une qui commence vraiment à me courir sur le système. Si Marde ne voulait pas que je la ramène en vie, je crois que son crâne aurait déjà explosé entre mes mains.

Réajustant ses gants en cuir noir, la blonde suivait le chemin que la navigatrice avait emprunté afin de la traquer de la même manière que l’on chasse le gibier. Par chance, le sol était relativement humide et la grande dame pouvait suivre à la trace la chatte voleuse. Pendant plusieurs minutes, Braiya était sur ses talons lorsqu’elle se rendit compte que Nami avait prit la direction du marécage. L’idiote se condamnait elle-même en agissant de la sorte.
Au bout du chemin, la métisse vit enfin une imposante touffe orange et, d’une voix calme, prenait la parole pour lui demander de revenir à ses côtés.


- Cela suffit Namibie. Tu m’as assez fait courir pour aujourd’hui. Rends-toi bien sagement pour que l’on termine ce voyage toi et moi. J’ai tenu ma parole envers toi en te conduisant ici pour que tu puisses voir ton amie. Toi, tu avais promis de me suivre jusqu’au bout. Je constate que tu n’as pas respecté ta parole en t’échappant comme tu viens de le faire.

Braiya fit craquer ses doigts comme pour lui signifier que, si besoin s’en faisait ressentir, elle n’hésiterait pas à se battre pour la conduire devant son fils. Seulement, la blonde ne fit pas un mouvement pour aller la rejoindre. Une vaste étendue d’eau croupis les séparaient.

- C’est ta dernière chance Namibie. Je ferme les yeux pour cette fois si tu reviens immédiatement. Ne m’oblige pas à venir te cueillir. Me suis-je bien fait comprendre jeune demoiselle ?

La mère du démon était sérieuse dans ses propos. Cependant, dans ce marais, elle n’était clairement pas à son avantage si elle devait affronter la rouquine qui, elle, maîtrisait le climat et pouvait se servir de l’humidité comme d’une arme. Sans compter l’eau qui lui supprimerait ses pouvoirs. Il n’y avait plus qu’à croire que la jeune fille serait moins maligne.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La chatte prend le large [Namibie]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

La chatte prend le large [Namibie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» La chatte prend le large [Namibie]
» Une vie qui prend le large (feat Alev)
» Dr Large et le député canadien Jaffer vous invitent à
» STANLEY LUCAS, POUR QUI SE PREND IL?
» chatte virtuose ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Autre îles-