AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une rencontre inattendue (pv Nazario Taizone)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message
MessageSujet: Une rencontre inattendue (pv Nazario Taizone)   Ven 3 Juil - 18:53

Kanzaki YamatoCivil
Kanzaki Yamato

Messages : 191

Navigation
Doriki:
186/6000  (186/6000)
Fruit du Démon: Oiru Oiru no Mi


Role play
Une rencontre inattendue 


Je suis enfin arrivé à bon port après un long trajet en mer. Je ne peux m'empêcher de penser à ce revolver.


Une fois arrivé sur l'île, je me suis dirigé vers une auberge afin de me reposer un peu étant donné que le voyage fut assez éprouvant. Après avoir mangé et dormi quelques heures, je pris la route pour rejoindre l'ancienne demeure de mon maître Pipo car ce revolver m'est destiné. Une fois arrivé chez lui, j'ai observé les alentours. Cette demeure fut isolé de la ville, elle se trouvait presque en plein cœur de la forêt; la faune était inerte. Il y avait des fleurs et des arbres mort partout, de plus, il n'y avait pas d'animaux dans le coin comme si toute forme de vie avait disparu. La demeure de Pipo était en ruine, les vitres étaient cassées, la végétation avait presque enveloppé le tiers de la maison, une atmosphère pesante se dégageait de là. Néanmoins, j'avais un bon pressentiment, je savais que cette arme m'attendait sagement dans une boîte depuis toute ces années. Je suis donc entré dans cette demeure en ruine, à peine la porte ouverte, j'ai pu visualiser les événements qui se sont déroulés. Les trous fait par les balles, les brûlures causés par de petites explosions et par un début d'incendie, quant au sol, il y avait des taches de sang indélébile, on pouvait même voir où telle personne mourut. Dans le salon... que dire, il était dévasté, un énorme trou dans le mur faisait limite office de porte de sortie; le plafond était moisi, au bord de l'effondrement. Sur la gauche, il y avait une table sur laquelle des fleurs ont fanées, à leurs cotés, il y avait une photo, la photo de famille.
Je me sentais mal à l'aise et excité, comme si j'entrais dans un cimetière et dans un restaurant. Je ne perdis pas de temps et je me hâta dans la chambre de Pipo et de Nina, Pipo m'avait dit que le revolver se trouverai dans une boite en métal derrière l'armoire en face du lit. La chambre n'a pas résisté au temps, les murs étaient troués, le sol craquelait, le lustre était en morceau et il s'est même écroulé lorsque j'ai fermé la porte de la chambre.
J'ouvris l'armoire et à ma grande surprise, je vis le signe des Hotaru no kami dessiné avec... du sang. Je m'empressa de voir à l'arrière si la boite en métal était toujours là, ce fut le cas, je fus stressé, était-il toujours là ? Je ne perdis pas de temps une fois de plus et j'ouvris la boite. Lorsque j'ai ouvert cette dernière, il y avait un morceau de tissu où il était écris "Senzu", dans un premier temps, j'ai pensé que c'était la marque du revolver mais en fait s'agissait de son nom. Je pris l'arme en main afin de la tester, "Tu es léger et agréable à prendre en main Senzu" disais-je, "maintenant partons !".
La nuit tomba, j'ai donc décidé de camper ici mais à l'extérieur de la demeure car elle me foutait un peu la trouille, j'ai même pensé qu'elle pouvait être hanté. Afin d'être à l'abri, j'ai installé de nombreux pièges comme des mines, des capsules de gaz relié à un mécanisme, ainsi, si une personne marche sur le fil, les capsules de gaz s'ouvriront et pourront éventuellement empoisonner, paralyser ou endormir la personne. Enfin, dans tous les arbres qui entourent la demeure, j'ai placé des piques qui se propulseront dans tous les sens si le mécanisme est activé, bien évidemment je ne suis pas à l'abri de ce mécanisme "c'est un risque à prendre, je ne veux pas être dérangé... enfin bon, je dois trouver le moyen de me protéger de ce piège." analysais-je. Aussitôt le piège ajusté, j'alla dormir.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue (pv Nazario Taizone)   Sam 4 Juil - 13:44

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Nazario Taizone

Messages : 2683

Navigation
Doriki:
3893/6000  (3893/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi

Le campeur au sable dormant


    Déciment j'avais vraiment du mal à supporter la chaleur. Je n'étais pas fait pour ce genre d'endroit qui baigne sous un soleil de plomb, je préférais lorsqu'il faisait un temps printanier voir automnale où ni le chaud ni le froid ne l'emportait avec un énorme avantage sur l'autre. La chaleur était étouffante, peu propice à l'entame d'un affrontement. Mon pouvoir ne pourrait pas être au summum de ce que je peux en tirer malheureusement donc je devais faire attention si l'idée de me battre venait à me traverser l'esprit. J'aurais du rester à bord du navire afin de ne pas prendre de coup de soleil mais je tenais à découvrir cette cité de sable. Je m'étais vêtu d'une longue tunique blanche. J'avais délaissé mon habituelle tenue sombre pour éviter de trop transpirer, la couleur noire absorberait la lumière tandis que le blanc réfléchirait celle-ci telle un miroir. Je me sentais terriblement à l'aise dans cet accoutrement que j'avais acheté lors de notre arrivée sur l'île même si je préférais ma tenue ordinaire plus adapté à la vie au sein de la piraterie. La vie de pirate, pour cela je n'avais pas oublié l'ensemble de mes armes. Je ne sortais jamais sans de quoi pouvoir me défendre ou plus sincèrement, pour tuer de pauvres âmes. Le soleil se levait dans le ciel pour annoncer l'arrivée du matin, tandis que le malin arrivait également à ses côtés.

    Nous ne voulions causer de problèmes. Évidemment c'était dans nos gènes de détruire ce qui nous entourait afin de mieux nous sentir mais nous devions respecter les consignes. Suivre les directives étaient la meilleure solution pour les membres de l'équipage qui souhaiterait vivre sans avoir à se soucier de quelconques représailles de la part du capitaine. Nous avions amarré assez loin des côtes pour ne pas attirer le gouvernement mondial sur l'île, la venue de hauts représentants pourraient compromettre la collecte de vivres. J'arrivais à ne plus devoir m'occuper de ces épuisantes tâches, transférant cela au nouveaux venus, cela était plus intéressant car je pouvais aisément me consacrer à des activités plus attractives comme le tourisme.

    Je découvrais la façon de vivre des habitants de la cité sans y apporter une réelle attention. J'observais l'architecture que je ne pourrais voir sur une autre île. Il en fallait des connaissances pour bâtir une prospère civilisation telle que le royaume d'Alabasta. Je marchais vers une direction qui m'étais inconnu, je n'avais pas d'endroits où me rendre donc j’errais en quête de cultures nouvelles et de paysages éblouissants.

    Sur un malencontreux hasard, je me retrouvais ainsi face à une habitation en ruine, vraisemblablement inoccupée depuis maintes années. Le propriétaire ne devait plus être dans le coin, j'avais ainsi l'occasion de laisser ma curiosité native entrer dans ce qu'il restait de la demeure. Je fus stupéfaits en entrant. Cet endroit avait été lieu d'un véritable carnage, une boucherie digne d'une œuvre de son équipage. Pourtant, jamais Teach n'a mis les pieds sur cette île pour y installer une cruelle terreur. Je disais que cela avait l'air d'une œuvre de mes compagnons de voyage dans l'idée que c'était tout aussi poignant que nos moments de délaissement aux mains du mal, cependant nous n'étions pas du genre à laisser les maisons sur place après notre venue. Nous sommes des éléments de destruction, nous ne laissons que désolation derrière notre passage.

    Mon instinct me tenait en haleine, me forçant à ne pas me relâcher car l'environnement était menaçant. Je ne pouvais le contredire. De ce que je pouvais voir, rien de mauvais ne se profilait à l'horizon mais je ne devais pas prendre cela à la légère. Les apparences sont très souvent trompeuses. Je me fiais à mon fluide afin de percevoir avec plus de clarté les éléments qui pourraient me causer des problèmes. Effectivement, je n'étais pas en sécurité. Il y avait de nombreux pièges cachés en dehors de la battisse, dans ce qui semblait être un jardin par le passé. Je sentais que cela pourrait devenir amusant. Il y avait un petit campement, un homme se reposait, environ le même âge que moi de ce que je pouvais voir. Je me trouvais toujours dans la demeure, je regardais la scène depuis un trou éléphantesque fait dans un mur. Le soleil qui se levait me permettait de discerner certains détails plus facilement avec le haki de l'observation que je commençais à bien maîtriser pour mon niveau. J'étais loin de savoir tout sur cette capacité étonnante mais je m'entraînais dur pour y parvenir.
    Je pris une des chaises en bois qui reposait sur le sol de la maison en ruine et je l'envoya avec hargne vers l'endroit où dormais paisiblement le campeur. Je savais que cela allait activé des pièges mais je ne m'attendais pas à ce que ces mécanismes prennent une telle ampleur. Des bouts de bois taillés et des explosions refirent le sol des environs tandis que du gaz s'évaporait dans l'air. Je me couvris dès lors le visage et avança d'un pas léger vers cet homme qui semblait se réveiller pas très content du tapage que je venais de créer grâce à ses jouets.

_________________
« Ne juges pas un homme au chemin qu'il choisit.
À moins d'avoir toi-même parcouru le même chemin de bout à bout, tu ne peux dire à autrui ce qui l'attend, ni ce qu'il laisse derrière lui. »
Thème :
Partenaires