AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Escapade vers la folie [New-Hanz Ophélie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Escapade vers la folie [New-Hanz Ophélie]   Jeu 30 Avr - 11:01

InvitéInvité
avatar






La révolte est en marche.




Grande Line est une vaste mer qui est composé d'une multitude d'îles toutes plus étranges les unes que les autres. Chaque île est unique dans sa façon de vivre ainsi que dans sa constitution. Par exemple, on peut trouver des îles ayant encore des dinosaures ou bien des monstres très rares, ce qui rend ces îles vraiment attirantes sur beaucoup de points. Et l'un des points qui attirait l'attention de Braiya, la véritable chef de Tartaros ainsi que Vice-Amiral de la Marine et Dragonne Céleste, était leurs situations géographiques. En effet, de par sa position dans la Marine, la femme aux cheveux blancs était dans la capacité de repérer les meilleures îles pour son projet afin de laisser son fils les soumettre en envoyant ses armées.

C'était d'ailleurs l'une des raisons de la présence de Braiya au large d'une île nommé Eyrié. Une révolte grondait depuis plusieurs mois contre le régime en place et la métisse avait utilisé cette information pour prendre le large vers cette île vraiment importante. En effet, elle était légèrement éloignée des grands points stratégiques du monde et était l'endroit parfait pour y mettre une armée en attente.

La Vice-Amiral rassemblait ses hommes fidèles et demandait même quelques hommes en plus par sécurité avant de partir pour cette fameuse île. Le voyage se déroulait sans heurts et la blanche n'eut que peu de distractions, hormis une lettre à son attention provenant de Seira, qui l'informait que plusieurs îles venaient de tomber sous leurs coupes. Cette nouvelle fit sourire la haute gradée. Son fils était tellement efficace qu'elle-même s'en trouvait surprise. Dans un sens, c'était effrayant, mais elle n'y pouvait rien et c'était mieux ainsi.

La Navire accosta aux abords de l'île une semaine après le départ. Braiya posait pied a terre et la sensation de révolte se faisait sentir. Il régnait une atmosphère lourde et pesante comme si la moindre étincelle pouvait tout faire exploser en un instant. Les autochtones affichaient des mines remplies d'espoir en voyant débarquer la Marine sur leur île et le bruit courait que le régime n'aurait pas d'autre solution que d'abdiquer désormais. Braiya ne portait aucune attention à ces ragots et commençait à déployer ses hommes dans le but d'assurer la sécurité des habitants.


- Que tout le monde se disperse en ville. Je veux que les esprits soient bien calmes jusqu'à ce que la négociation avec les dirigeants de cette île soit terminée. Je ne veux aucun débordement s'est compris ? J'ai confiance en vous les garçons, alors, ne me décevez surtout pas. Je compte sur vous.

Braiya concluait son petit discours par un sourire et obtenait l'approbation de ses troupes. La dame était tellement populaire dans son équipage que la loyauté sans faille de celle-ci était palpable. La blanche se tournait vers une nouvelle recrue et s'approchait en souriant.

- New-Hanz Ophélie, c'est bien ça ? Tu vas venir avec moi. On va traiter avec les dirigeants de l'île. Je compte sur toi pour m'aider si la situation dérape. Mais je ne vois pas pourquoi la situation deviendrait instable.

Un sourire éclatant illuminait le visage de la Dragonne Celeste, qui se mit en marche vers l'imposant bâtiment où se trouvaient les têtes pensantes de l'île.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E


Dernière édition par Guille Braiya le Jeu 13 Aoû - 8:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Escapade vers la folie [New-Hanz Ophélie]   Lun 4 Mai - 21:10

New-Hanz OphélieMarine
Marine
avatar

Messages : 21

Retransmission de la mission sur l'île Eyrié :

Rapide résumé des faits antérieurs:
Je me suis rapidement vue attribué le grade de "marine indépendant" du fait de ma particularité physique et de mes capacités. De ce fait, j'ai la possibilité de rejoindre temporairement un équipage de mon choix si je le désire. Précision: je serai alors comme un soldat basique. Je peux également agir seule.

Récit de la mission sur l'île Eyrié :
J'avais rejoint l'équipage de: Guille Braiya, vice-amiral. Notre mission était de: sécuriser l'île d'Eyrié et négocier avec les dirigeants. Moi-même et l'équipage avions alors embarqué sur un navire de la marine. Information annexe : les soldats de la marine avaient peur de moi.
Après sept jours de voyage, nous accostions à Eyrié. J'ai enregistré des informations selon lesquelles une révolution était en préparation. Nous devions intervenir. Alors que je m'apprêtait à suivre les autres soldats, Guille Braiya a parlé.

Retransmission des paroles du vice-amiral Guille Braiya :
"Que tout le monde se disperse en ville. Je veux que les esprits soient bien calmes jusqu'à ce que la négociation avec les dirigeants de cette île soit terminée. Je ne veux aucun débordement s'est compris ? J'ai confiance en vous les garçons, alors, ne me décevez surtout pas. Je compte sur vous."

Informations annexes : Il y avait du vent. Après son discours, le vice-amiral Guille Braiya a fait un sourire... *recherche du vocabulaire avancé*... niais.
Nous avons fait un salut. Alors que je m'apprêtait une seconde fois à rejoindre les autres soldats, Guille Braiya m'a adressé la parole. J'ai salué. Information : le vice-amiral Guille Braiya a formulé une question oratoire qui me demandait si j'étais bien moi-même. Elle m'a ensuite ordonné de venir avec elle pour traiter avec les dirigeants. Elle semblait compter sur moi, si la situation "dérape". Information annexe : je n'ai pas compris le mot "dérape". Information annexe : elle a encore fait un sourire niais.
Elle se mit ensuite à marcher, et je la suivait. Nous allions vers un bâtiment de type: imposant.

Retransmission de ma réponse:
"Phrase favorisant le contact social: vive les pop-corns. Question: vice-amiral Guille Braiya, que veut dire "dérape" ? Question annexe: pourquoi souriez-vous tout le temps de façon: niaise ? Formalités de politesse : merci de votre réponse."

Je me suis stoppé pour regarder Guille Braiya. J'ai voulu adopter l'attitude humaine de: regard fixe et vide. Raison: Cette attitude indique une volonté sociale d'entendre une réponse de type: claire.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Escapade vers la folie [New-Hanz Ophélie]   Dim 10 Mai - 19:52

InvitéInvité
avatar






Highway to hell




Braiya prenait la direction du bâtiment le plus imposant de la ville afin de se rendre à un rendez-vous qui scellerait un accord entre les rebelles et le régime en place, mettant fin ainsi à une guerre civile qui risquerait de ravager le pays tout entier. Son manteau blanc volant au vent, Braiya pénétrait dans l’enceinte du bâtiment officiel et fut accueillit par une jeune demoiselle qui l’invitait à la suivre jusqu’à une salle où se tiendrait la réunion décisive. La Vice-Amirale entrait dans la salle et s’installait là où on le lui demandait avec, a sa droite, Ophélie qui lui servait de garde du corps.

La rencontre extraordinaire commençait donc en présence du chef de la rébellion et le représentant du pouvoir actuel. Chacun des deux camps exposaient leurs différents arguments pour contredire l’autre tandis que la blanche métisse servait surtout à calmer un peu les esprits qui s’échauffaient par moment. Et, par miracle, un accord fut trouvé entre les deux factions. Celui-ci stipulait un partage du pouvoir ainsi que des richesses. C’est via une poignée de main que l’accord fut scellé.

La chef de Tartaros se félicitait pour avoir mené les discussions à bien et quittait la salle tout en discutant avec sa subordonnée qui était bien froide. Normal pour un robot me diriez-vous.


- Je ne suis pas mécontente que tout se termine bien. J’ai bien cru qu’ils allaient s’étriper à un moment donné. Heureusement que notre présence a dissuadé bien des situations prétexte à une déclaration de guerre. Tu n’es pas d’accord ?

Braiya souriait doucement et vit une jeune femme sur un balcon. Elle demandait à Ophélie de retourner voir les autres afin de les informer que la mission était terminée, puis la métisse partait voir la demoiselle qui semblait admirer le ciel et prit la parole en voyant la Vice-Amirale se positionner à ses côtés. La jeune femme la remerciait d’avoir mené les discussions à bien et Braiya apprenait que c’était la fille du monarque actuel avant qu’elle lui pose une question bien étrange. Cette question était la suivante : quel monde préférez-vous ? La princesse du royaume semblait vouloir un monde de paix et que son île puisse vivre dans l sérénité la plus parfaite. Puis elle se tournait vers la blanche en attendant sa réponse.

- Le monde que je désire ? C’est une excellente question. J’aimerais un monde où je pourrais être avec mon fils et sa compagne. Mais c’est un monde qui nous semble très difficile à atteindre. Il est tellement compliqué à obtenir, mais nous ne désespérons pas.

Son sourire fut éclatant et la princesse lui demandait alors quel était le moyen d’obtenir ce monde dont semblait rêver la blanche. Braiya souriait encore plus et s’approchait de la fille.

- C’est bien simple. Pour obtenir ce monde, il doit être taché de sang.

Sans prévenir, elle poussait la princesse dans le vide et elle allait s’écraser plus bas. D’un geste vif, Braiya quittait le balcon pour retourner à l’intérieur. Personne ne l’avait vu et bientôt les premiers éclats de voix se firent entendre. La rébellion fut accusée d’avoir tué la princesse, ruinant ainsi les efforts menés par la Marine pour avoir trouvé un terrain d’entente. Les coups de feu résonnaient. La guerre venait d’être déclarée.

Braiya eut un sourire, plus sadique et cruelle cette fois, et quittait à bâtiment comme si de rien n’était.


- Oups. Je n’ai pas réussi à la sauver cette petite. Dommage pour elle, mais le monde qu’elle désirait tant n’existera jamais.

La blanche retournait au camp de base pour retrouver ses hommes.

- La princesse du pays est morte. La rébellion l’a tué. C’est la guerre. Nous devons sauver un maximum de citoyen. Ophélie, vous venez avec moi une fois encore. On va faire équipe vous et moi.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E


Dernière édition par Guille Braiya le Jeu 13 Aoû - 8:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Escapade vers la folie [New-Hanz Ophélie]   Sam 23 Mai - 12:48

New-Hanz OphélieMarine
Marine
avatar

Messages : 21

[HRPG: Désolé du temps de réponse, j'avais pas trop d'idées x_x]

Guille Braiya avait annoncé que la princesse du pays était: décédée. Conséquence: le pays était en situation de guerre. Question: comment la princesse était-elle morte ? Mes compagnons d'armes et moi regardions notre supérieure attentivement.

Retransmission des paroles de Guille Braiya:
"La princesse du pays est morte. La rébellion l’a tué. C’est la guerre. Nous devons sauver un maximum de citoyen. Ophélie, vous venez avec moi une fois encore. On va faire équipe vous et moi."

Après avoir entendu la mission qui m'étais attribuée, je m'avançais aux côtés de Guille Braiya, vice-amirale. Je ne comprenais pas exactement ce qu'elle attendait de moi. "Sauver des citoyens" étaient les mots-clés relevés. Ceux-ci laissaient entendre qu'il fallait défendre: les habitants de l'île. Question: comment faire ? Question autre: faudra-t-il tuer des humains afin d'atteindre le but de la mission ? Je lui posais alors la question dans un but de: réponse.

Retransmission de ma réponse:
"Vice-amiral Guille Braiya. Veuillez préciser la mission attribuée. Question: combien de personnes dois-je tuer ?"

Je prenais la position faciale: sourire, afin d'imiter l'attitude sociale de la vice-amirale. J'ai lâché mes composants capillaires afin d'accomplir un geste humain. Je me préparais à l'éventuel complément de mission: meurtres. Mon programme avait été constitué pour rentrer dans la marine et effectuer les tâches demandées. Les tueries entraient dans mes objectifs premiers. Je préparais alors l'attitude: combat.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Escapade vers la folie [New-Hanz Ophélie]   Mer 3 Juin - 10:19

InvitéInvité
avatar






Il ne suffit que d'une personne pour détruire une institution.




La Vice-Amirale de la Marine coordonnait ses troupes avec une main de fer. Ses hommes filaient droit et chacun des déplacements effectués par ces derniers ressemblaient à une danse parfaitement orchestrée. En dépit de ses côtés maléfique et dangereux, Braiya était une parfaite dirigeante digne des plus grandes éloges. Une fois ses ordres distribués et assimilés par son armée, la dame aux cheveux blancs se mit en marche avec l’androïde vers le centre du village. Le chaos régnait en maître dans la jolie bourgade et Braiya contemplait son œuvre avec un très léger sourire. C’était si simple de mettre un pays à feu et à sang. Il suffisait simplement de commettre un acte jugé impardonnable.

La Dragonne Celeste se tournait vers sa toute jeune partenaire mécanique avec un très beau sourire. Cette petite, malgré son côté froid et robotique, faisait tellement d’efforts pour ressembler à une humaine que cela en était plus qu’attendrissant.


- Qui parle de tuer des civils soldat ? La mission de la Marine est de protéger les gens, pas de les exterminer. Comprenez-vous cela ? Notre seul but est de maintenir la paix. Rien de plus, rien de moins. Aussi, je vous demanderais simplement de mettre à l’abri les civils que vous croiserez. Est-ce compris soldat ?

Avec un superbe sourire d’une blancheur éclatante, la métisse aux cheveux blancs continuait sa route pour enfin arriver dans le cœur du village. Celui-ci était en flamme et les hurlements des citoyens résonnaient dans des maisons en proie des flammes léchant les murs en bois ou en pierre. Chargeant son bras de Haki, la Vice-Amirale détruisait les portes d’un simple coup de poing afin de libérer les pauvres prisonniers des flammes.

- Partez. La Marine s’occupe de tout. Dirigez-vous vers l’est. Vous tomberez sur mes subordonnés qui vous accueilleront sur nos navires. Dépêchez-vous, le temps presse.

Les yeux de la belle dame suivaient la famille qui fuyait et prit une expression mélancolique avant de s’adresser à la jeune femme robotique qu’elle surnommait Ophé désormais, considérant qu’elle faisait partie de ses troupes désormais.

- C’est triste n’est-ce pas Ophé ? Il y a fallu qu’un seul élément déclencheur effectué par une seule personne pour que ce chaos s’installe sans prévenir. Ce monde ne tourne vraiment pas rond, vous ne trouvez pas Ophé ? Nous devons mettre un point final à ce massacre.

La belle tournait les talons. Sa cape flottait doucement alors que la gradée continuait de sauver le maximum de personne possible. Soudain, elle vit les chefs des deux parties se livrer un affrontement titanesque. Du moins à l’échelle des humains normaux. Lorsqu’ils virent la Vice-Amirale, ils cessèrent de se battre avant de la fixer avec une grande animosité. L’actuel monarque serrait les dents, tandis que le révolutionnaire pointait la dame avec son épée.

- Tout ça c’est de votre faute. C’est à cause de vous ce massacre à lieu. J’en suis persuadé. C’est votre faute !!!!!

- Allons allons. Je ne suis qu’une simple Marine. Pourquoi voudrais-je mettre votre petit pays à feu et à sang ? Qu’aurais-je à y gagner dites-moi ?

- Fermez là !!!!


L’homme bondissait, sabre à la main dans le seul but de tuer la dame aux cheveux blancs qui ne bougeait même pas d’un pouce. Elle restait droite devant l’adversité.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E


Dernière édition par Guille Braiya le Jeu 13 Aoû - 8:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Escapade vers la folie [New-Hanz Ophélie]   Dim 28 Juin - 20:46

New-Hanz OphélieMarine
Marine
avatar

Messages : 21

Ma mission attribuée fut modifiée en : ne pas tuer de personnes. Je ne comprenais pas vraiment ce que je devais faire. Mon indice de compréhension s'élevait à peu près à: 80%. Ensuite, Guille Braiya Vice-Amiral prononça d'autres paroles à mon attention. Les autres marines s'étaient déjà mis en action: éloignement, mais j'ai interprété que moi je me devais de rester auprès du Vice-Amiral.

Retransmission de ces paroles :
"C’est triste n’est-ce pas Ophé ? Il y a fallu qu’un seul élément déclencheur effectué par une seule personne pour que ce chaos s’installe sans prévenir. Ce monde ne tourne vraiment pas rond, vous ne trouvez pas Ophé ? Nous devons mettre un point final à ce massacre."

Question personnelle : quel est le destinataire de ces paroles ? Remarque : je ne m'appelle pas "Ophé" mais "Ophélie New-Hanz". Remarque évoquée alors à Guille Braiya, qui n'a pas semblé réagir. Je suivis la Vice-Amiral dans sa route quand soudan intervint : des ennemis. Ils entamèrent l'action d'attaque envers la Vice-Amiral. Position de combat: activée. Je pris la parole.

"Requête demandée: laissez-moi les combattre pour vous, Vice-Amiral Guillde Braiya. Formule de politesse: je vous en prie."

Je regardais la femme avec une attitude de: supplication, afin de maximiser mes chances supposées de pouvoir combattre pour elle à: plus 5%. Je déplaçais déjà ma sphère plus près des ennemis qui étaient en position : proche. Ils se sont stoppés net comme surpris par l'attaque. Information annexe: l''air ambiant était très chaud, sûrement pour cause de: incendie proche. Les ennemis s'en prirent soudain à ma sphère. Inconvénient d'action: je ne pouvais agir tant que je n'en avais reçu l'ordre et la mission. Mon taux de stress monta à: plus 1%. Si je recevais l'autorisation pour l'attitude de combat, je devrais garder à l'esprit la directive : ne tuer personne. Cela ne serait pas... *recherche de vocabulaire* aisé. Moi, Ophélie New-Hanz n'était pas habituée à des directives semblables.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Escapade vers la folie [New-Hanz Ophélie]   Ven 24 Juil - 8:31

InvitéInvité
avatar






Extermination




La situation politique devenait de plus en plus chaotique au fil du temps qui s’écoulait. Comment une petite île aussi tranquille pouvait-elle sombrer dans un chaos aussi destructeur ? Comment cela était-il possible ? Tout simplement par le fait d’une seule et unique personne. Il ne fallait rien de plus pour provoquer le désordre et la désolation. L’incendie, qui ravageait l’île, s’intensifiait de minutes en minutes. Rien ne semblait le maîtriser, pas même l’ardeur de quelques citoyens qui préféraient mettre leurs différends de côté afin de s’unir pour éteindre ce feu démoniaque. Et au milieu de tout cela se tenait, droite et fière, la vice-amirale qui toisait de toute sa hauteur l’un des responsables politiques de l’île qui semblait avoir une dent contre elle. Une dent justifiée, mais sans preuves, rien ne pouvait l’inquiéter.

L’homme se jetait sur elle sans le moindre avertissement afin d’avoir l’espoir de la tuer, mais son action fut stoppée par sa jeune partenaire robotique qui lui demandait l’autorisation de combattre. La très belle métisse se passait une main dans les cheveux en souriant tendrement avant de prendre la parole.


- Ma foi, je ne peux rien refuser à une personne que je considère comme ma fille. Je vous donne l’autorisation de combattre Ophé et, par les pouvoirs qui me sont conférés, je vous autorise à tuer ces gens pour le motif suivant : attaque sur une personnalité importante du monde et conspiration contre son peuple.

Les yeux de la belle aux cheveux blancs luisaient du même rouge que son fils. Un rouge annonciateur de chaos, de destruction et de mort. Le motif énoncé était surtout là pour brouiller les pistes. Le but était de faire croire que c’était en temps que haut gradé de la Marine qu’elle avait donné cet ordre. Mais en réalité, ce commandement, était dû à son rang de Dragon Celeste.

Un sourire tendre illuminait son joli visage de mère et la dame sortait une paire de gants en cuir qu’elle revêtit lentement avant de s’adresser une nouvelle fois à sa subordonné, ainsi qu’à tout son équipage via un escargophone dissimulé dans sa poitrine opulente.


- J’ordonne l’extermination totale de la rébellion pour avoir porté la main sur moi. Cette organisation souhaite prendre le contrôle de l’île pour en faire une terre d’esclavage. Par ces actions, les rebelles ne sont que des terroristes. Nous devons protéger la population.

Braiya rangeait l’outil de communication entre sa poitrine et regardait les deux dirigeants politiques qui semblaient ne pas y croire. Le sourire de la vice-amirale s’élargissait un peu plus encore lorsqu’elle s’adressait à Ophélie.

- J’ai découvert cette information lorsque je quittais le palais. Ophé, vous comprenez bien la situation ? Ces gens sont dangereux. Je pensais pouvoir garder le silence et arranger cette situation facilement, mais ils semblent, tous les deux, hostiles aux discussions.

- SORCIÈRE !!!!! JAMAIS LES REBELLES NE S’ABAISSERAIENT À FAIRE UNE CHOSE AUSSI IMMONDE !!!!

Le chef de la rébellion se mit à hurler de toutes ses forces et bondissait, lame en avant vers la haut gradé.

- TU AURAS BEAU DIRE CE QUE TU VEUX !!!! LES SURVIVANTS RACONTERONT LA VÉRITÉ !!!

Dans un geste d’une grâce incroyable, Braiya armait deux doigts avec son Haki de l’armement et transperçait aisément le corps de cet homme simple. Le sang perlait sur le sol et, les doigts toujours encrés en lui, la métisse lui murmurait des choses à l’oreille que seul lui pouvait entendre.

- Mais pour cela encore faudrait-il que ton pays se souvienne de ce qu’il y a eu.

Elle retirait ses doigts et fit une reprise de voler via un coup de pied surpuissant, qui eut pour effet de briser tous les os du rebelle qui fut tué sur le coup. Rapidement, Braiya touchait l’épaule du monarque actuel pour lui faire oublier ce qu’il venait de se passer et elle regardait la jeune marine robotique.

- Tuez-le. Tuez-les tous. Aucun survivant.
C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Escapade vers la folie [New-Hanz Ophélie]   Mer 23 Sep - 17:25

New-Hanz OphélieMarine
Marine
avatar

Messages : 21

[Hors RPG: Je suis vraiment, sincèrement désolé de cet énorme retard impardonnable mais j'étais absent de toutes les vacances et les reste du temps a été consacré à d'autres activités qui me prenaient beaucoup d'énergie... Vraiment sorry !]

Guille Braiya Vice-Amiral exécutait l'action: passage manuel dans les cheveux. Ensuite, elle prit la parole. Ma requête reçu le statut: acceptée. Retransmission des paroles du vice-amiral, Guille Braiya:

"Ma foi, je ne peux rien refuser à une personne que je considère comme ma fille. Je vous donne l’autorisation de combattre Ophé et, par les pouvoirs qui me sont conférés, je vous autorise à tuer ces gens pour le motif suivant : attaque sur une personnalité importante du monde et conspiration contre son peuple."

Ma sphère se mit alors à vriller avec pour ciblage: tous. J'activais le mode: défense afin de déployer un champ de protection autour de moi. Du sang tombait sur moi en trop grande quantité. Le taux normal de sang par terre avait augmenté de: plus 200%. Remarque: ma protection me permettait ainsi de ne pas être trop teintée de rouge. Guille Braiya Vice-Amiral précisa la mission qui m'avait été attribuée. Retransmission de ces paroles :

"Tuez-le. Tuez-les tous. Aucun survivant."

Je pris l'attitude: compréhensive. Mes sourcils se levèrent et ma tête se pencha de haut en bas, tout en ciblant mon regard vers: Guille Braiya Vice-Amiral. Je transmis ma réponse:

"Mission acceptée. Question: dois-je aussi éliminer les animaux de l'île ? Formule de politesse: avec mes respects."

Ma sphère s'ouvrit afin de réaliser l'action: sortie de la lame circulaire. Mon champ de vision détecta un enfant un peu plus loin. Remarque: il portait un élément mort. J'envoyais ma sphère sur lui, après avoir verrouillé le ciblage. Information annexe: la circulation devint plus difficile de: plus 2% pour cause d'obstacles morts encombrants. Mon taux de stress augmenta en conséquence de: plus 1%. Les êtres vivants de l'île s'étaient regroupés dans le secteur: bord de mer - Nord - de Eyrié. Cause: *recherche de vocabulaire sociologique* espoir vain.
Une fois arrivé à: bord de mer - Nord- de Eyrié, j'éliminais les êtres vivants. L'objectif : aucun survivant serait atteint dans : 5 à 10 minutes approximatives. Le nettoyage intérieur automatique de ma sphère s'activa. Je serais bientôt en état: fatigue. Je décidai de stopper mon travail et me mis en position d'attente. Cause: aucune mission attribuée. Cause annexe: ma mission était en cours d'achèvement proche. Je rejoins le vice-amiral. Retransmission de mes paroles:

"Vice-Amiral Guille Braiya: information: ma mission sera achevée dans 5 à 10 minutes approximatives. Elle sera terminée en l'absence de ma personne. Cause: je serai bientôt en état: fatigue. Question: Ai-je une autre mission ? Remarque annexe: vous avez du sang dans vos éléments capillaires."

Je me mis en position: droite. Information annexe: la mission en cours détient un record. Record: nombre de victimes de New-Hanz Ophélie dans une même mission.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Escapade vers la folie [New-Hanz Ophélie]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Escapade vers la folie [New-Hanz Ophélie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La folie des BAM ! [FINI]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P
» Expédition vers le Harad.
» Vidéotron offre les appels interurbains gratuits vers Haïti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Autre îles-