AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tu veux jouer au chat et à la souris ? [PV: Zaki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message
MessageSujet: Tu veux jouer au chat et à la souris ? [PV: Zaki]   Jeu 5 Mar - 18:11

Fair AerithCivil
avatar

Messages : 153

Navigation
Doriki:
754/6000  (754/6000)
Fruit du Démon: -


-L'heure de s'amuser ! -


Cette fois c'était le pompon ! Mes frères m'avaient carrément laisser sur une île toute seule, et le pire c'était qu'il m'avait prévenu à la dernière minute, quand il partait et que moi j'étais encore allongé dans mon lit. J'y croyais pas, ils m'avaient réveillé pour me dire que j'avais pas à m'en faire, qu'ils seraient surement de retour d'ici deux ou trois jours et que je ne devais pas m'en faire et que je devais rester sage en leur absences car ils ne seraient pas sur l'île à me surveiller. J'allais les tuer. Même pas eut le temps d'attraper mon parfum pyrogène qu'ils avaient déjà fermer la porte et je me voyais mal les poursuivre dans tout le village en sous-vêtement pour leur dire à quel point j'étais en colère. Dès qu'ils reviennent je leur fais un repas carbonisé et je les force à le manger jusqu'au bout. Ça leur apprendra tient, à me laisser toute seule et à me dire de rester sage.

Bah il allait voir ! Comme si j'allais rester bien gentiment dans la chambre à attendre leur retour. N'importe quoi eux. Deux idiots, voilà ce qu'il était ! Après une bonne douche, une tasse de thé noir, et enfiler mes vêtements, car forcément, je savais pas où ils avaient mi la serviette du coup j'avais dû attendre de sécher naturellement, j'avais décider de faire un tour dans le village. Il fallait bien acheter de quoi faire mes repas pendant le temps qu'ils n'étaient pas là, et aussi prévoir le repas de le retour. Ah oui j'avais dis que ça serait immangeable, autant prendre des aliments déjà pourri. Je devrais normalement trouver de tout au marcher, ou sinon un repas bien immonde aux yeux de poissons ? J'hésitais, l'inspiration me viendrait en regardant les étalages.

- Mais qu'est-ce qui se passe ici ?!

On pouvait voir au loin un attroupement avec des gens avaient des mines effrayer, on entendait des jurons et des plaintes. Décidément où qu'on allait, il y avait toujours quelque chose qui se passait. C'est fou comme les êtres primaires pullulaient dans le monde. Aussi, je décidais de m'y rendre voir ce qui se tramait, sait-on jamais, si je calmais la situation, peut-être qu'on viendra me voir en cas de problème ? Comme ça à leur retour, mes frères verront que je suis capable de prendre des responsabilités, et que je n'étais pas si fragile qu'ils voulaient bien me faire croire. C'était donc bien en effet un de ses êtres de bas instinct entrain de s'en prendre à quelqu'un de visiblement plus faible que lui, à croire que c'était pour compenser quelque chose ou se sentir puissant. Puissant en affrontant un faible ? Ridicule ...

- Tu as que ça à faire de t'en prendre aux faibles ?! Ça t'amuse ? Qu'est-ce que tu dirais de t'amuser avec moi hein ?

Moi qui voulait profité de l'absence de mes frères pour me détendre dans les sources chaudes. Tant pis, quand je lui aurai collé une raclée. J'avais renversé quelque goute de mon parfum pyrogène pour que des flammes se propages sur le sol, éloignant ainsi la foule. Je détestais me battre lorsqu'il y avait du monde autour, quand on était utilisatrice de parfum, ça pouvait faire des victimes inutiles. Puis je lui lançais un sourire satisfait, tandis que sa victime fuyait aussi vite qu'une souris. Tien si on jouais au chat et à la souris ?

- Sauras-tu me rattraper ?

Puis je pris mon parfum accélérateur pour partir loin de la foule en panique. Tien la foret serait un endroit parfait pour s'affronter, si j'arrivais à l'attraper, ça serait une bonne journée, et puis ça m'aura évité d'entrer dans le bar pour voir les avis de recherche des criminels de la régions pour me faire la main.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux jouer au chat et à la souris ? [PV: Zaki]   Ven 6 Mar - 11:29

Hashiro ZakiBandit
avatar

Messages : 201

Navigation
Doriki:
961/6000  (961/6000)
Fruit du Démon: -

Voilà trois jours que j'avais quitté le navire. Je me baladais tranquillement sur le marché d'un petit village, il n'y avait rien de bien exceptionnel sur celui-ci malheureusement. Des légumes, des poissons tous moins frais les un que les autres. Un vrai marché miteux, cela me rendait nostalgique. Les souvenirs de mes temps perdues où je vagabondais. D'ailleurs je n'étais actuellement pas très loin de mon île natale, il faudrait que je pense à y faire un tour. Voir s'ils se souviennent de moi. Je doute qu'ils m'aient oublier de toutes façons. Enfin le passé était le passé, il ne servait à rien de se remémorer le bonheur d'antan. Alors qu'on pouvait vivre l'instant présent.

Me promenant sur le marché, je ne trouvais rien d'intéressant à faire, cela m'ennuyait. Pourquoi ne pas m'amuser avec les passants ? Je ne savais pas, d'habitude c'était bien mon truc de faire souffrir les gens sans aucune raison. Mais ces gens avaient l'air si faibles, ils n'avaient aucune confiance en eux. J'étais persuadé, que si je les basculais ou les frappais, ils se seraient excusés à ma place. Cela en était déprimant, jusqu'à ce que j'aperçoive un adolescent, qui voulait faire le malin. Il avait l'air d'avoir une fierté et un peu d'arrogance. Étonnant pour quelqu'un de ce petit patelin. Enfin cela m'arrangeait j'avais enfin une occupation. Mon visage laissai paraître un beau sourire quand je bouscula le jeune homme. Évidement il ne manqua pas de laisser paraître son mécontentement en essayant d'affirmer son autorité et son pouvoir sur ce petit village.

"Eh toi, pour qui tu te prends ? Viens t'excuser"

Sa voix remplie de certitude et d'arrogance remplissait mon cœur de bonheur. J'allais pourvoir lui casser sa petite fierté, j'allais pouvoir réduire à néant son arrogance. Je me rapprochai donc de ma cible, je me réjouissais déjà de l'avoir rencontré, il allait me faire passer un peu de bon temps dans ce patelin paumé. Une fois à sa portée je le regardais avec un grand sourire pour lui expliquer clairement ce qui allait suivre.

"Je te remercie de m'avoir rappellé les politesses. J'attends maintenant tes excuses jeune avorton."

Je pouvais voir son visage devenir rouge de rage, il était en train de s'énerver. Il était plutôt susceptible ce gamin, d'autant plus qu'il commençait les hostilités en m'envoyant un coup de poing. Malheureusement pour lui, je n'étais pas quelqu'un d'ordinaire, je lui saisis son bras en une fraction de seconde. Ensuite grâce à une jolie petite clé de bras, je lui déboîtai l'épaule. Je pouvais entendre ses cries, il souffrait, son arrogance le faisait souffrir. N'étais-je pas le justicier dans l'histoire ? Je punissais les arrogants ? Vous ne croyez pas ?

Enfin peu importe, tout ce qui comptais c'est que j'arrive à passer le temps sans m'ennuyer. J'allais continuer à le faire souffrir quand une jeune femme m'interpella, elle posait plein de questions en jugeant mes actes. Mais de quoi elle se mêlait elle ? Mais elle avait l'air de vouloir jouer et moi j'adorais cela. Je relâchai donc ma victime qui s'enfuyait immédiatement la queue entre les jambes. Elle voulait jouer, cela tombe bien moi aussi. Elle fit brûler le sol, comment avait elle fait ? Cela m'intriguait, elle avait fait couler quelques gouttes d'une substance. Qu'est-ce que c'était ? Je le saurai certainement par la suite. Puis elle me provoqua, elle me demanda de la rattraper, non mais sérieux elle me prenait pour qui ? Enfin il est vrai qu'elle était rapide, mais bon après l'avoir suivi pendant un petit moment. J'en avais marre, je ne savais pas où elle voulait m'amener et ma patience avait atteint ses limites. Utilisant un Soru pour apparaître juste devant elle.

" Tu as dit que tu voulais jouer ? Car pour les réponses à tes questions, il me suffit d'un mot pour toute y répondre, OUI"

J'étais impatient de voir ce qu'elle allait faire j'étais apparue en face d'elle d'un coup sans prévenir. Qui était-ce ? Que me voulait elle ? Tant de questions que je voulais lui poser.

"Arriveras tu à me divertir ?"
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux jouer au chat et à la souris ? [PV: Zaki]   Ven 6 Mar - 12:47

Fair AerithCivil
avatar

Messages : 153

Navigation
Doriki:
754/6000  (754/6000)
Fruit du Démon: -



Comment on pouvait s'en prendre à un gamin ? Il avait pas honte, il était plus âgée que lui, il devrait pas y aller aussi fort. Oui je n'aimai pas qu'on maltraite les gosses. Qui soit-dit en passant, devait surement avoir mon age ou un peu moins. Bref, lui c'était un gosse, moi j'étais suffisamment mature pour ne pas être dans le même panier, qu'on ait le même âge ou non. Le pauvre était pas fière, le visage tordu par la douleur et aussi la colère de se retrouver dans un tel état. Comment pouvait-on être aussi cruel pour déboiter une épaule à quelqu'un de plus petit que soit ? J'allais lui refaire son éducation à lui.

Si ça l'amusait de s'en prendre à plus petit que soit il serait servit ! Non je ne dis pas que je suis petite, juste un peu par rapport à lui, normal c'est un homme, et encore c'était pas une excuse ! Mais comment j'allais m'y prendre avec ce type violent ? Mes frères avaient la force physique et le haki, moi j'avais que mes parfums, et je ne pourrai pas continuer éternellement à courir vite avec celui de l'accélération. Sans compter que je ne pouvais en prendre que sept à chaque fois avec moi. Fichu restriction, mais normalement avec les sept que j'avais, je devrai pouvoir m'en sortir.

Pas le temps de regarder plus que ça ce que j'avais prit pour établir une stratégie qu'il arriva devant moi, juste le temps d'en prendre une dans ma main. Il était donc aussi rapide que moi avec mon parfum ? Il faudra vraiment que je pense à l'être sans utiliser mon parfum, ça me libérerait une place tien, mais hors de question que je lui demande un entrainement pour ça. Par réflexe j'avais essayé de lui mettre un coup de pied au visage qu'il avait esquivé. Il était trop proche. Si toutes les réponses étaient oui, alors on risquerait de bien s'amuser tous les deux.

- Tu es rapide, mais tu ne m'as toujours pas arrêter, c'est toujours toi le chat.

J'avais par chance prit mon parfum pyrogène, un peu dans ma bouche et me voilà à lui cracher des flammes à la tronche. J'espère qu'il aimait les baiser enflammer, car je pouvais tenir longtemps comme ça, j'espérais qu'il n'ait pas peur du feu, ça serait dommage.

- J'espère que la chaleur te plait ?

Pour l'aveugler et tenter de lui donner des coups, je continuais à cracher des flammes à son visage, pour arriver par en dessous tandis qu'il le protégeait. Sauf qu'il était agile et je ne le touchais pas à chaque fois. Jouer sur la vitesse n'était pas avantageux pour moi, puisqu'il en était capable également. J'avais fait couler quelques goutes sur le sol qui s'enflammèrent, créant une séparation entre lui et moi, ça me laisserait au moins le temps de réfléchir à une tactique.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux jouer au chat et à la souris ? [PV: Zaki]   Sam 7 Mar - 20:52

Hashiro ZakiBandit
avatar

Messages : 201

Navigation
Doriki:
961/6000  (961/6000)
Fruit du Démon: -

Arrogante, fière et confiante. Tous les critères étaient réunis pour que je lui brise sa confiance facilement, détruire sa fierté après cela ne serait qu'une question de secondes. Son arrogance disparaîtrait naturellement une fois sa fierté supprimer. Cependant, est-ce qu'il fallait que je m'empresse de lui détruire sa confiance pour que cela m'apporte du bonheur tout de suite ? Où est-ce que je devais plutôt jouer avec elle puisqu'elle le souhaitait. De plus cette option ferait durer la chose plus longtemps. Elle serait que bénéfice pour moi, m'amuser c'était le but de mon existence. Je ne vivais pour rien d'autre, je voulais pouvoir m'amuser quand je le voulais, avec ceux que je voulais, mais pour cela il me fallait plus de puissance, j'étais loin d'en avoir assez pour que cela soit possible. C'est dans cette quête de puissance que je m'entraînais le reste de mon temps. Enfin là je ne m'entraînais pas, j'étais en train de jouer au chat et à la souris. Enfin le jeu allait bientôt se finir. Le chat était déjà devant la souris. Qu'est-ce que la souris allait faire ?

Aussi surprenant que cela puisse paraître, la souris décida de cracher du feu. Elle était spéciale cette petite souris, mais se différencier des autres souris, n'empêchait pas forcement le chat de l'atteindre. Son attaque n'avait pas pour but de me blesser, mais plutôt pour m'empêcher de la regarder. Il faut dire que cela marchait plutôt bien, je ne voyais que mes bras qui protégeaient mon visage pour que celui-ci ne soit pas brûlé. En plus de m'empêcher de la voir, elle m'empêchait de l'attaquer, j'avais les deux bras occuper et elle pendant ce temps en profitait pour m'attaquer. Une souris qui attaque un chat ? C'était surprenant, enfin la surprise avait ses limites, ses attaques eurent, malgré ma situation, que très peu de succès. Les quelques coups que je m'étais pris ne pouvaient pas être dangereux pour moi, le chat. La souris s'en était rendu compte et avait décidé d'enflammer le sol pour créer de la distance entre nous deux.

N'étant plus sous le feu de l'ennemi, je pris le temps d'enlever mon blouson qui était en train de brûler. Elle m'avait détruit mon blouson, elle m'en devait un. Je réussis à sauver mon paquet de cigarette avant que ma veste brûle entièrement. Mon paquet en main, j'en profitai pour en prendre une, je m'étais permis de l'allumer avec le feu qui brûlait le sol. Il fallait bien que celui-ci servent à quelques choses. Puisque cela n'était pas vraiment ça qui allait m'empêcher d'aller chasser de la souris. Enfin pendant que ma proie réfléchissait à un moyen de me battre, je profitai de la joie d'une bonne clope. Qu'est-ce que cela pouvait détendre, presque autant qu'un combat. Que j'en avais presque oublié ma petite proie qui était venue à moi. Il fallait que je m'occupe d'elle, car sinon elle allait s'ennuyer.


" La chaleur, ne me gêne pas plus que cela, mais elle n'est pas très agréable si elle n'est pas donnée avec amour. Enfin je ne pense pas que tu puisses connaître la saveur d'un vrai combat."


J'espérai qu'elle puisse me divertir plus que cela, car cela n'allait pas suffire à me rendre heureux. Heureusement que son caractère était là pour me faire sourire, son arrogance me motivait pour cette petite traque. Mais j'y pense, j'avais complètement oubliée de lui facturer mon blouson. Enfin, elle m'avait mis de bonne humeur, j'allais faire un petit geste pour la remercier.

" Aufaite, tu me dois un blouson. Mais puisque tu es sympathique, je te laisse le choix du remboursement"

Elle pouvait choisir la méthode de remboursement de mon blouson. Il est vrai que je l'aimais bien celui là, je le trouvais classe. Enfin maintenant il était réduit en cendre, il m'en faudrait un nouveau et en attendant je comptais bien me faire rembourser celui-là. Je continuai à fumer ma cigarette en attendant que la jeune femme se décide à faire quelque chose, elle pouvait fuir ou m'attaquer de nouveau. Si elle ne prenait pas une décision avant la fin de ma "pause" clope, il faudrait que je passe en action.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux jouer au chat et à la souris ? [PV: Zaki]   Lun 9 Mar - 1:12

Fair AerithCivil
avatar

Messages : 153

Navigation
Doriki:
754/6000  (754/6000)
Fruit du Démon: -



J'étais plutôt fière de moi, utiliser le parfum pyrogène pour cracher des flammes et l'aveugler était plutôt efficace, mais il encaissait trop bien les coups. J'étais frustrée, il ne bougeait pratiquement pas, il était fait de quoi ce type ? Il était comme le plus grand de mes frères, un utilisateur de haki pour se protéger des attaques ?! C'était bien ma veine. J'aurai pu continuer pendant des heures avant qu'il ne s'écroule de fatigue à rester debout, mais j'aurai également été épuisé à force. L'odeur de brûler dans ma gorge était relativement désagréable. J'avais soif. La petite pause que j'avais instauré me permis de voir que j'avais réussi à le brûler, du moins sa veste. Si j'avais continué mes assauts, il aurait été encore plus brûler car il n'aurait pas eu le temps et de se protéger et de la retirer. Contrariée, je me mordis la lèvre inférieur.

En regardant mes sept parfums, je vis que ça ne serait pas facile, vu sa résistance physique, certain de mes parfums n'auraient qu'un effet très court, et même si j'arrivais à l'endormir, je n'avais rien sous la main pour l'attacher. Voilà un accessoire que finalement je devrais toujours avoir sur moi, une corde, même si ça devait me faire passer pour ce que je ne suis pas. Et puis, comment il osait allumer une cigarette avec le feu qui servait à nous séparer ?! Comme si j'avais fait en sorte de lui rendre se service ! Quel culot vraiment, j'avais encore plus envie de le frapper.

- Oh tu voudrai que j'y mette plus d'amour ? Cela peut s'arranger ...

Je ne connais certes peut-être pas la valeur d'un vrai combat comme lui l'entendait, mais je pouvais lui montrer ce dont j'étais capable de faire. Et puis amour, amour, c'était vite dit, j'avais pas plus envie que cela de lui faire plaisir, il avait frapper un gosse juste avant, il ne méritait donc rien. Mais j'étais vexée de sa remarque, à croire que j'étais qu'un passe-temps sans intérêt et même pas bonne à divertir.

- Si tu y tenais tant tu n'avais qu'à pas le retirer, et ne compte pas sur moi pour de l'argent. Uniquement en nature, je n'ai que ça.

Avais-je dis avec un grand sourire, bien entendu par nature je pensais à mon corps dans un combat, ça serait un remboursement en échangeant des coups. Il croyait quoi lui ? Que j'allais lui donner de l'argent ou un bisous pour me faire pardonner l'état de sa veste ?

- C'est mauvais pour la santé, on ne te l'a jamais dis ?

Continuer à utiliser mon parfum pyrogène comme je le faisais ne servirait à rien, j'avais donc décidé de reprendre le premier, et d'un coup je surgis devant lui pour jeter sa cigarette au feu. Elle avait survécu à l'incendie de la veste, mais pas à moi. Puis j'avais tenter un grand coup de pied. Juste avec se parfum je pouvais l'égaler dans sa vitesse, ainsi me permettre d'esquiver, ou d'attaquer plus rapidement. Ça augmentait par la même occasion ma puissance de frappe, ce qui était non négligeable pour moi. J'espérais que maintenant il ressente mieux mes coups, en plus ayant laisser mon parfum pyrogène ouvert, s'il s'approchait de trop près de moi, sa gorge commencerait à le brûler. Il fallait bien que je compense ma force physique. D'ailleurs j'avais envie de pimenter un peu la situation, juste des coups ne seraient pas intéressant, ou plutôt je ne connaissais pas son endurance par rapport à la mienne. Au lieu d'enflammer ses vêtements, je voulais essayer quelque chose de plus corrosif, quelque goute jeter sur lui et voilà que les tâches rendaient la matière pourri, laissant à la place de gros trou.

- Je risque de devoir te rembourser beaucoup de chose …

Toujours un sourire malicieux, comme si j'allais le rembourser de quoique se soit. J'étais pleine d'astuce, alors est-ce que finalement il s'amusait ou j'étais toujours pas à la hauteur d'un divertissement digne de se nom à ses yeux ?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux jouer au chat et à la souris ? [PV: Zaki]   Lun 9 Mar - 22:15

Hashiro ZakiBandit
avatar

Messages : 201

Navigation
Doriki:
961/6000  (961/6000)
Fruit du Démon: -

De l'amour, de l'engagement dans ses mouvements, c'est cela que je voulais effectivement. Elle disait que cela pouvait s'arranger, mais son comportement n'allait pas dans Ce sens. Elle était énervée par mon comportement, cette énervement créait, chez elle de la haine. Et c'était cette haine qui était transmise dans ses poings. Bien que certains philosophe vous dirons que la haine est ce qui se rapproche le plus de l'amour. Il était en réalité, dans le cas d'un combat, complètement absurde de dire cela. L'amour qu'on pouvait transmettre dans un combat, créait la saveur de celui-ci. Quand on frappe quelqu'un avec respect et passion, il peut ressentir la chaleur de notre coeur, mais il peut aussi ressentir notre douleur. Un combat n'en est pas un pour moi, si les combattants ne partagent pas leurs amours. Ressentir la douleur et la chaleur de son adversaire quand il te frappe, c'est ça les joies d'un véritable combat. Enfin elle ne pouvait pas m'apporter ce type de sensation, elle ne l'avait pas compris, elle me donnait que haine et destruction. Elle était incapable dans son état actuel de ressentir mes douleurs et ma chaleur. Le plus triste c'est quel me transmettait pas sa douleur. Ses coups me feraient tellement plus mal, si seulement elle ouvrait son coeur et me transmettait sa douleur.

J'espérai qu'elle le comprenne assez vite, car combattre avec ce type d'adversaire n'avait aucun intérêt à par leur transmettre ma douleur. Mais l'intérêt était tellement limité comparé à un combat digne de ce nom. Dans lequel je pouvais communier avec mon adversaire. Enfin là, elle pouvait toujours faire quelque chose pour moi, me rembourser mon blouson. Cependant elle voulait payer en nature, elle voulait certainement entendre par ce terme, son corps dans un combat. Elle ne me comprenait pas, elle ne savait pas ce que je voulais d'elle. Son corps ne m'intéressait pas. Ce qui a de la valeur chez les Hommes, c'est leurs âmes, si elle n'avait que son corps à m'offrir en compensation, cela ne suffirait pas. Un corps n'est que réceptacle de l'âme, on peut casser celui-ci sans atteindre ce qu'il y a à l'intérieur. Mais ce qui m'intéressait moi, c'était ce qu'il y avait à l'intérieur, l'âme. Il fallait que je lui explique qu'elle avait tous faux.

" Ton corps n'a aucune valeur à mes yeux. Si tu n'as que cela à me proposer, je ne risque pas de m'amuser longtemps. Et je n'aurai pas de remboursement pour mon blouson, cela est contrariant."

Mes paroles l'énerveraient sûrement, vue son tempérament, cela n'allait pas arranger les choses. Cependant ce n'était pas en lui mentant que j'arriverais à m'amuser avec elle. Enfin peut-être que si, j'avais peut-être fait le mauvais choix, je ne sais pas. Il aurait été possible qu'elle puisse comprendre par une autre méthode que par la vérité, mais je n'en connaissais pas. Alors bon, d'accord ma méthode l'énervait plus qu'autre chose, mais elle avait une chance de fonctionner. Du moins je l'espérais.

En attendant, je fumais toujours, elle n'avait pas l'air d'apprécier cela et me l'avait fait comprendre lors de la reprise des hostilités. Ma cigarette giclai en direction du feu. Je n'avais pas réussi à l'anticiper. Penser qu'elle allait attaquer ma cigarette, arf quelle action désagréable. Elle avait gâché ma cigarette, enfin je pouvais essayer de la récupérer avant qu'elle tombe dans le feu. Je pouvais y arriver, je devais y arriver. Si je n'avais pas ma cigarette pour décompresser en attendant qu'elle s'améliore. Je savais très bien ce qu'il allait arriver à cette jeune femme. Et cela m'aurait été encore plus désagréable de m'avoir donné tant de mal pour arriver à ce résultat.

D'autant plus qu'elle continuait à me surprendre. Quel me surprenne c'était bien, mais ma clope quoi ! Il fallait que je la récupère avant qu'elle tombe dans le feu. En utilisant deux Soru, un pour aller la chercher et un pour revenir à ma position initiale, j'ai pus sauvé de manière in extremis ma cigarette. Cependant cette action me fit prendre quelques coups et ces poing étaient plus puissants que précédemment. Malheureusement, ils n'étaient pas encore chargés d'amour. Je ne ressentais pas sa douleur, elle ne m'en infligeait donc pas. Mon corps lui souffrait un peu plus que précédemment. Serait ce suffisant pour me battre ? Je pense qu'elle connaissait bien la réponse. Elle n'était pas idiote quand même, alors qu'avait elle en tête ? En recommençant à fumer, j'encaissai et esquivai quelques coups de mon adversaire. Pourquoi ne mettait-elle pas d'amour dans son combat ? Il fallait que je lui dise.

" Tu n'es pas dans la bonne voie, tu mets que de la haine dans tes coups, tu ne me feras jamais mal ainsi, à la limite tu pourras seulement m'atteindre physiquement. Tes coups ne me blesseront pas si tu continues de la sorte..."



Cependant bien qu'il manquait cela, elle compensait avec autre chose. Elle faisait preuve d'ingéniosité, elle avait disposée quelques gouttes d'un produit sur mon T-shirt. Celui-ci tomba en lambeau en quelques secondes. Plutôt efficaces comme produit, mais quel est l'effet qu'il pouvait avoir sur la peau ? Cela attirait ma curiosité. J'avais bien fait de ne pas la tuer, la jeune demoiselle avait des talents cacher.

"Effectivement, tu vas me devoir beaucoup de choses, si tu continues sur cette lancée. D'ailleurs, ce n'est pas très gentils de m'avoir jetée ma cigarette, j'ai failli la perdre et les conséquences en auraient été désastreuses."


Je ne savais pas toutes fois si mes tentatives pour lui transmettre l'amour du combat allaient marcher. Je l'espérai, car ses capacités étaient surprenantes. Je pouvais même dire géniale. Cependant, pour moi elle n'était pas encore digne de les utilisées. Enfin la question de la dignité et quelque chose de très variable en fonction des personnes. D'ailleurs pour beaucoup de personnes, c'était plutôt moi qui n'étais pas digne d'avoir une telle force. Mais moi j'espérais pouvoir lui donner cette dignité.

"Tu es une demoiselle pleines de surprises, tu as du talent, si seulement tu l'exploitais. J'espère que tu vas comprendre et que je n'ai pas perdu mon temps avec toi."

Il était temps qu'elle comprenne, car après tous, je venais de finir ma cigarette...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux jouer au chat et à la souris ? [PV: Zaki]   Mar 10 Mar - 1:11

Fair AerithCivil
avatar

Messages : 153

Navigation
Doriki:
754/6000  (754/6000)
Fruit du Démon: -



Exaspérant, voilà ce qu'il était. Il m'irritait, je pensais même pas que c'était possible, je croyais que seuls mes grands frères en était capable lorsque l'un me disait que j'étais trop petite pour les aider à capturer des criminels et que l'autre me caresser les cheveux pour me consoler avant de me tapoter dessus pour me rappeler que j'étais plus petite que lui. Rien que d'y penser, j'avais envie de le frapper, les enflures. Lui il était tout pareille, à croire qu'il avait été fait dans la même matière que les deux autres. Pitié par encore un frère caché, un qui nous piquait notre terre c'était déjà bien assez, pas besoin d'un deuxième. Et puis de toute manière il avait la peau trop claire, mais il n'en restait pas moins énervant.

Comment ça mon corps n'avait aucune valeur ?! À cause de ma taille ? Et si je le faisais cuire là tout de suite ni vu ni connu ? Qui le regretterait ? Ah oui il avait peut-être une famille, c'était un risque. Mince, comment savoir si je pouvais le faire disparaître sans soupçon du coup. Il était insultant, à croire que je ne valais rien. Et je voyais pas pourquoi je devrai lui rembourser son fichu blouson. Je bouillais à l'intérieur, si bien que ma fiole faillit se briser entre mes doigts crispées de colère.

Sans répondre à ses provocations, je tentais de nouvelles attaques. Quelle idée de chercher sa cigarette, mais cela me fut profitable pour tester mes attaques combiner à mon parfum d'accélérateur. Il avait l'air de mieux les sentir ceux-là. Mais ça n'avait jamais l'air d'être assez pour lui. C'était quoi un roc ? Pourtant je ne me brisais pas les mains, tant mieux d'ailleurs. De la haine dans mes coups ? Sa faute, il m'énervait ! Comment je pouvais être calme alors que son comportement m'horripilait. Et puis après tout si je pouvais l'atteindre physiquement c'était déjà bien non ? Bah il verrait bien avec mon nouveau parfum.

- Désastreuses ? Au contraire, je préserve ta santé, tu devrai m'en être reconnaissant. J'ai fais la B-A du jours comme ça, m'occuper de la santé d'un inconnu. Ne suis-je pas une bonne âme ?

Je lui faisais un grand sourire toute fière de moi. L'avais-je finalement pas rembourser de sa veste en essayant de conservé sa santé ? Bon ça n'avait pas marché il l'avait récupéré, mais j'avais tenté, c'était déjà ça. Et puis j'étais assez contente de ses remarques, enfin presque, il trouvait à redire sur tout. I.N.S.U.P.P.O.R.T.A.B.L.E !!! J'allais finir par utiliser mon parfum corporelle si ça continuait. Quoique non, pas celui-là.

- Et j'ai encore bien d'autre surprise !

J'humectais encore une fois mon parfum d'accélération avant de le ranger pour me battre, j'en avais pour quelque minute avant de devoir en respirer une seconde fois, et je pouvais me donner mes coups rapidement tout en continuant d'utiliser mon parfum corrosif. Enfin pas trop, loin de moi l'idée de putréfier sa chaire, selon les parties du corps ça serait la mort assuré. J'aurai dû en mettre sur sa cigarette, mais maintenant qu'elle était terminée c'était trop tard. J'utilisais plus souvent mes pieds et genoux pour les coups, mes mains c'étaient uniquement pour parer ou jeter des goutes de parfums sur lui. Si seulement il ne bougeait pas, ça serait plus simple …

Finalement j'aimais bien ce combat, à vrai dire combattre un inconnu était bien plus amusant que mes frères, car souvent ils retenaient leurs coups, tout comme moi. Je n'avais pas envie de prendre trop de risque avec mes parfums, mais là je pouvais me défouler, c'était un bon entraînement, et puis j'adorai ça, jouer avec mes parfums. Aller encore un peu et j'utiliserai mes autres parfums. Quoique je ne savais pas lequel utiliser sur lui, ramollir ses muscles n'étaient pas tellement efficace. Même si j'avais l'impression qu'il avait intensifier ses attaques.

Oui j'avais mal, pourquoi est-ce que j'étais ni si fragile ? Tss, je détestais ça. Mais je devais profiter de ce combat, même si j'avais mal, je pouvais laisser libre court à mes envies, m'amuser comme je l'entendais. Avec quelqu'un d'autre je n'aurai peut être pas cette chance.

- Que dirais-tu que j'essaye autre chose ?

Un grand sourire sur les lèvres, des douleurs un peu partout sur le corps, et je ne pouvais pas toutes les tenir, à croire que poser sa main dessus l'effacerait. Subtilement, j'échangeais mon parfum de corrosion avec celui de rétrogradation. Avec lui pas besoin de goute, juste qu'il en respire une infime quantité. Ça ne durerait pas longtemps, mais relativement assez pour que je puisse récupérer un peu de mes blessures.

- Promit ça ne sera pas douloureux

Après quoi je m'étais élancée sur lui, ouvrant mon parfum, et dans un mouvement retourné, pour lui donner un coup de pied par le haut, je le lui avais mi sous le nez. Et le voilà plus proche du singe que de l'homme. Enfin je pouvais souffler, du moins un instant.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux jouer au chat et à la souris ? [PV: Zaki]   Mar 10 Mar - 20:04

Hashiro ZakiBandit
avatar

Messages : 201

Navigation
Doriki:
961/6000  (961/6000)
Fruit du Démon: -

Décidément elle comprenait rien, ma cigarette était pour elle, comme un moyen de survie. Enfin plus particulièrement, la nicotine qu'elle contenait. J'étais addict à la cigarette, c'était une réalité. Je ne pouvais pas m'en défaire. Le manque de nicotine, rappelait chez moi, mes instincts de bête sauvage, quand j'étais en manque je me contrôlais plus, je n'étais plus maître de moi-même. Je frappais et tuais tous ceux qui se tenaient en travers de ma route. La nicotine me permettait de garder le contrôle de moi-même. Ainsi en fumant, je lui permettais de survivre, elle ne l'avait pas compris. Enfin bon ce n'était plus mal, elle aurait été encore plus en colère si je lui disais que je retenais mes coups et que je n'avais pas envie de lui faire du mal avant qu'elle ne mûrisse. Je voyais en elle, un fruit qui était en train de grandir, si on lui donnait toutes l'attention qu'il méritait. Il pourrait enfin mûrir et devenir un fruit délicieux. J'étais en train de lui donner cette attention, elle ne le comprenait pas et sur ce point ce n'était pas plus mal, je n'avais pas envie qu'elle stoppe sa croissance pour me contrarier.

Elle était jeune et insouciante, en faisant sa bonne action comme elle le disait, elle avait mis sa vie en danger. Au lieu de vouloir protéger la santé des autres, elle devrait plutôt se préoccuper de la sienne. Vouloir se préoccuper des autres avant soi-même, ce principe était tellement stupide. Alors non pour moi, elle n'avait pas encore une bonne âme, son âme n'était pas mure, elle ne se préoccupait pas assez d'elle. Pourtant elle avait le potentiel pour devenir une âme de valeur. J'avais parié là-dessus, j'avais misé de mon temps, en espérant que je ne m'étais pas trompé.

En attendant de savoir, si oui ou non j'avais bien fait d'investir sur elle, le combat ce déroulait toujours. J'essayais d'adapter mes coups en fonction de sa résistance, il ne fallait pas qu'elle remarque que je me retenais. Elle n'allait pas l'apprécier si elle le découvrait. Mais moi je n'avais pas envie d'abîmer le fruit avant qu'il ne mûrisse. Pendant que je retenais mes coups, elle se déchaînait sur moi, elle innovait dans ses attaques, elle faisait preuve d'ingéniosité. Elle me demandait même mon avis pour qu'elle puisse essayer d'autres choses. Bien que cela n'était pas vraiment une question je lui répondais.

" Surprend-moi ! Essaye tout ce que tu veux, j'attends cela avec impatience."

Ce n'était pas vraiment ce qu'elle allait faire que j'attendais avec impatience, mais bon j'allais sûrement apprécier les techniques qu'elle allait me faire découvrir. Elle changea de flacon. Que pouvait contenir celui qu'elle venait de prendre ? A ce que j'avais pu constater, il fallait être en contact avec des gouttes pour que le produit de ces flacons fassent effet. Je n'avais pas pensé que celui là agirai aussi par inhalation. Me voilà à l'état d'un primate. Qu'avait elle fait ? Quelle idée stupide, me transformer en primate. En un être sous évoluer, qu'est-ce qu'il lui avait passé par la tête ? En plus elle m'avait frappé après que les premiers effets du parfum soient apparues.

Elle venait de me transformer en bête sauvage, elle avait réveillée la bête qui était en moi, celle que je m'étais donné tant de mal à contenir. Je n'étais pas en état de réfléchir, il n'y avait rien d'autres dans mon esprit que se défendre face à l'agresseur. Je n'étais plus conscient de qui j'étais, ni même de ce qu'elle était. La bête qui s'était réveiller allait être le cauchemar de la jeune femme. Je lui infligeais des coups sans me retenir, bien qu'ils furent données sans aucune stratégie, ni élégance. Je la frappais, comme on aurait frappé un sac de frappe pour se défouler. Il n'y avait aucune élégance, ni même de dignité dans mes gestes. Acculée par mon offensive, elle ne pouvait rien faire, subissant de plein fouet mon attaque. Elle s'évanouit, quand l'un de mes coups arriva au niveau de son cou. Une fois tombée, je continuais à la frapper, j'allais la tuer quand je repris mes esprits. Qu'avais je fais ?

Je ne compris pas tous de suite ce qu'il c'était passé, mais une chose était sûre, j'avais abîmer le fruit que je voulais tant. Heureusement que j'avais repris mes esprits avant que je ne l'achève. Mais que c'était il passer ? Pourquoi avais-je perdu l'esprit ? J'avais eu ma dose de nicotine pourtant ? Je n'avais pas eu à faire à une de mes pulsions meurtrières habituelles. Ah oui, j'avais inhalé ce qu'il y avait dans son flacon. Mais pourquoi cela m'avait rendu comme cela ? Je ne comprenais pas, j'étais dans le flou complet. D'ailleurs je m'en voulais d'avoir abîmer mon fruit. Mais pourquoi avait elle fait cela ? Si elle savait que cela allait me transformer en primate. Pourquoi n'était elle pas au courant qu'un primate en cas d'agression, avait deux possibilités, s'enfuir si l'agresseur était plus fort ou se défendre si l'agresseur était plus faible. Pourtant elle n'avait pas l'air d'être idiote, alors est-ce que les effets étaient aléatoire en fonction des personnes ?


En tout cas, elle était maintenant inconsciente, avec un corps en piteux état. Cela m'énervait, je m'étais donné tant de mal pour la préserver et à cause de son action stupide, j'avais réduit mes efforts à néant. Je me demandais que devais-je faire. La laisser là, inconsciente et abandonner tous espoir d'avoir ce que je souhaitais, ou alors la soignée et attendre quel ce rétablisse, en essayant de gérer au mieux son réveil. Celui-ci risquait d'être mouvementé, elle ne me tenait pas dans son coeur, il était donc dur pour moi d'anticiper sa réaction. En attendant, il fallait que je m'occupe d'elle. Cela en était déprimant, il fallait faire tant de choses barbantes pour avoir un peu de bonheur par la suite.

Je la mis donc sur mes épaules et je partis donc chercher une auberge. Une fois l'auberge trouvée, j'ai pris une chambre. Après avoir allongée la demoiselle sur le lit, je m'étais mis à la recherche d'herbe médicinal. Par chance, j'en avais vue sur le marché tout à l'heure. Au marché les gens me remerciaient, je ne comprenais pas qu'avais je fais de bien ? D'ailleurs, ils tenaient, pour la plus parts, à m'offrir des choses. Je ne comprenais pas, j'avais pourtant frappé un adolescent, pourquoi donc on m'idolâtrais ? Il fallut qu'on m'explique que c'était un racketteur qui sévissait depuis des mois sur le marché. Ah c'était donc ça... Enfin cela m'arrangeais, cela me permis d'obtenir des herbes sans la moindre difficulté. Revenu à l'auberge, je lui fis une infusion et lui fit avaler. Cela calmerait la douleur au réveil. J'aurais pu lui préparer une pommade aussi pour que son corps se remette plus vite, mais il ne fallait pas abuser non plus, je n'étais pas là pour jouer au docteur. En attendant son réveil, je lui confisquai toutes ses fioles. Je ne savais pas ce que c'était mais c'était dangereux. Les ayant mis en lui sûre, je partis boire un coup au bar. Je lui avais laissé un mot.

" Ne fais pas de carnage, l'auberge n'est pas à moi."
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux jouer au chat et à la souris ? [PV: Zaki]   Mer 11 Mar - 0:39

Fair AerithCivil
avatar

Messages : 153

Navigation
Doriki:
754/6000  (754/6000)
Fruit du Démon: -



Me voilà guillerette, tout ça parce qu'il était d'accord pour que je l'utilise comme cobaye. Bon, il est vrai que quel que soit ça réponse, cela n'aurait rien changé à mes intentions, je l'aurai quand même utilisé pour mes expériences, car certains de mes parfums, je ne les utilisais jamais sur mes frères pour les tester ou m'entraîner. Celui de rétrogradation, je l'utilisais rarement, il faut dire que mes frères ne me laissaient jamais me battre, l'une des rares fois où je l'avais utilisé, c'était dans un bar où tout le monde s'était mis joyeusement à se mettre sur la tronche et où j'avais rencontré un marine. Dire que j'avais failli rentrer dans les ordres ce jour-là, mais non, cela aurait été trop risqué, d'ailleurs, je n'en avais jamais fait part à mes frères.

D'ailleurs, j'aimais bien ce parfum, c'était souvent amusant, chacun réagissait différent, une fois c'était devenu un singe joueur, il cherchait des poux sur tous ceux qui croisaient sa route, la dernière fois c'était juste un primate un peu apeuré qui avait fuit en se grattant la tête. La première fois que j'avais créé ce parfum à partir de reste d'un supposé premier homme, mes frères aussi avait régressé, mais les deux n'avaient que se battre et se chercher des puces. Et si je l'utilisais de nouveau sur eux la prochaine fois qu'ils me disent que je ne peux pas les accompagner ? Ils seraient bien forcés d'accepter s'ils ne voulaient pas que je continue à les rendre ridicules et que cela nuit à leur mission.

- J'espère que ça sera amusant, je me demande comment tu vas réagir ...

Finalement il tenait plus de mes frères, son premier instinct se battre. Bon si je ne l'avais pas attaqué tout de suite ça aurait pu se passer d'une autre façon. Une meilleure façon, surtout pour moi. J'aurai dû utiliser le parfum de sommeil ou de paralysie. Mais ça n'aurait pas été intéressant, le regarder dormir ou dans l'incapacité de bouger. J'aurai fais quoi ? Le ruer de coup ? Ça aurait été lâche et indigne de notre famille. L'attacher ? Avec quoi ? Non je n'avais pas eut tant d'autre choix que ça au final, mais avec le sommeil j'aurai été tranquille pendant un moment, et la paralysé ça aurait pu le frustrer. Tant pis la prochaine fois.

Là j'avais juste mal, il était trop rapide, et ses coups trop forts. Ça me mettait hors de moi, ce qui ne servait à rien, la colère ne me rendait pas plus forte, ou si, mais comparé à sa force, ça ne valait pas grand chose. Je dus reprendre mon parfum d'accélérateur pour éviter la plupart des coups. Je ne pouvais même plus utiliser le pyrogène pour me défendre. Foutue, j'étais foutue. Et d'un coup plus rien, plus de douleur, le vide.

~~~~~~

Un chant lointain m'arriva. Où étais-je ? On dirait la voix de ma mère, non impossible, ce rythme de tambour, ce chant dont on dirait une incantation vaudou. Si c'était bien ma mère, elle était là, me caressant les cheveux soudain devenu longs. Cela m'allait plutôt bien. Tien, on était dans notre royaume, c'était mon grand frère à la tête. Ça y est, c'est sûr, c'est un rêve, si seulement c'était ça la vraie vie et pas l'inverse.

~~~~~~

Une lumière aveuglante, le soleil me força à fermer les yeux un moment, puis en essayant de me redresser la douleur me rappela la cruelle vérité. Pourquoi n'avais-je pas dormi plus longtemps, j'étais si bien, le royaume, ma mère ... Mais au fait ... J'étais où moi ?! Ce n'était pas ma chambre. Qu'est-ce que ... L'enflure, je lui ferai manger son petit mot. Et mes fioles où étaient mes fioles ?! Je m'étais redressé d'un coup, m'écroulant sur le sol à cause de mes blessures, mais j'écumais de rage. Me voilà sans fiole, dans un lit qui n'était pas le mien. Je détestais cette situation.

- Si je le trouve, je le tue.

Après quelque cris de rage et de souffrance, je mettais toutes mes dernières forces pour retourner la chambre, me blessant encore plus, mais il fallait que je les retrouve. Mais rien à faire, je ne trouvais pas l'endroit où il les avait cachés, pourtant j'avais tout fouillé, tout retourné, rien. Oh non et s'il était parti avec ?! Avec difficulté je me rendis jusqu'à la porte, ouf, elle était ouverte. Mais où chercher ensuite ? Je longeais les murs, ou plus exactement, je m'appuyais dessus pour réussir à marcher et trouver la sortit, il fallait que je retrouve mes armes.

Bah alors on a besoin d'aide ? Un petit coup te remettrait d'aplomb.
- J'ai une tête à boire ?

Le type s'était rapproché, bouteille en main à me la mettre sous le nez. Sérieusement, j'étais en train de souffrir le martyr et lui me proposer de boire ?! Il croyait quoi, que si j'étais contre les murs, c'était parce que j'étais ivre comme lui ? Car, qu'est-ce qu'il empestait l'alcool, j'avais m'évanouir. Par réflexe, je cherchais une fiole, ah oui j'en avais plus.

- Lâche moi !!!
- Aller viens, dans ton état ça te fera du bien.

Il avait peut-être raison, mais à sa façon de parler, je n'étais pas convaincu. De plus si jamais ça tournait mal, je n'étais pas en état de défendre, et ça me frustrait déjà. J'avais essayé de lui mettre un coup, mais le pochtron était devenu hilare en me laissant tomber sur le sol. Qu'est-ce que j'avais mal. Si je retrouve le rouquin, je lui ferai payer toute cette situation.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux jouer au chat et à la souris ? [PV: Zaki]   Mer 11 Mar - 20:26

Hashiro ZakiBandit
avatar

Messages : 201

Navigation
Doriki:
961/6000  (961/6000)
Fruit du Démon: -

Une bonne bière, il n'y avait rien de telle ! A part peut-être une bonne clope, enfin quand on avait les deux, que pouvait on demander de plus ? Un bon repas ? Oui pourquoi pas, il fallait que je pense à manger, je commençais à avoir faim. Bon des qu'elle se réveillera, je commanderai à manger. D'ailleurs, cela ne tarda pas à arriver. Elle faisait un de ses vacarmes dans la chambre. Heureusement personne n'y faisait attention. Elle allait sûrement bientôt sortir de la chambre. Je me tournai donc en direction de la porte par laquelle elle était censée sortir. L'auberge était composée d'une salle centrale avec un bar au fond, un peu comme un saloon dans les western. Les chambres étaient sur les cotés, sur deux étages. Il y avait une petite mezzanine avec des tables pour accéder aux chambres du deuxième étage. Et c'est dans l'une d'elle que se trouvait la demoiselle que j'avais ramenée, pour qu'elle s'y repose.

Sa sortie ne fut pas très spectaculaire. Elle tenait à peine debout, elle s'appuyait sur les murs pour ne pas tomber. Ah la la, qu'est ce qu'elle était obstinée cette jeune femme. A peine sortie de la chambre, qu'elle se fit déjà accosté par un ivrogne. Cela allait être drôle, comme allait elle réagir face à cet homme qui l'importunait ? Elle était complètement incapable de se défendre dans son état actuel. Je me délectais du spectacle, il faut dire que cela était plutôt comique, qu'une jeune femme si fière, ne puisse pas se défendre face à un pauvre ivrogne. Comment allait elle se sortir de cette situation ? J'attendais avec impatience la suite du spectacle. Allait elle réussir à arriver jusqu'à moi ? Dans son état, j'en doutais très fortement. Mes doutes eurent confirmation quand elle s'effondra sur le plancher de la mezzanine.


Il était maintenant temps pour moi de rentrer sur scène. Je ne connaissais pas vraiment le script, mais l'improvisation c'était ce que je préférais de toute façon. Après avoir fini ma bière d'une traite, je partais en direction de la scène. Une fois arrivé devant la demoiselle allongée sur le sol. Je lui tendis la main. Rah voilà, que je passais pour quelqu'un de gentil. Décidément, cette journée était bizarre. J'étais un méchant, un vrai. Alors pourquoi j'aidais cette jeune femme ? On pouvait ce le demander, mais au fond de moi je le savais. C'était ma proie et elle m'appartenais. Je n'allais pas la laisser à cette ivrogne pour qu'il fasse, je ne sais quelle obscénité. D'ailleurs, celui-ci ne tarda pas à me faire remarquer que je le gênais.

"Et toi le rouquin, de quoi tu te mêles ?"

Un regard de tueur suffit à l'effrayer. Il fallait dire aussi, que j'avais déjà sortie ma dague " Au cas où" Il s'éloignait donc tranquillement de nous, il avait compris plutôt rapidement. Que je me demandais s'il était vraiment ivre ... Enfin bref, passons. J'étais en train de tendre la main à une personne dont je ne connaissais pas le nom. De plus, elle ne m'appréciait guère. Comment allait elle réagir, en me voyant lui tendre la main ? Je sentais que cela allait être drôle. Je ne pus m'empêcher de lui dire quelques mots.

"Bien dormi ? Tu es capable de te lever ? As-tu faim ?"



En ce qui me concernais, j'avais faim. Alors qu'elle se décide vite. Ah et pis merde, je n'avais pas que cela à faire d'attendre qu'elle prenne ma main. Je la saisis et la mise assit sur une chaise. Avant de m'installer devant elle, j'appelai l'aubergiste pour qu'il vienne prendre notre commande. En attendant ça venue, j'engageai la conversation avec mon acolyte.

" Au fait, si tu veux mettre un prénom sur la personne que tu détestes tant, je m'appelle Zaki. Enchanté de te connaître pour ma part."
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux jouer au chat et à la souris ? [PV: Zaki]   Jeu 12 Mar - 0:52

Fair AerithCivil
avatar

Messages : 153

Navigation
Doriki:
754/6000  (754/6000)
Fruit du Démon: -



Mon frère me l'avait dit pourtant, j'étais trop caractériel, et à m'énerver souvent, j'avais me faire encore plus mal. Et bien là, il n'avait pas tort, mes muscles déjà endoloris souffraient encore plus, je forçais, me crispais, c'était terrible, mais je devais vaincre la douleur. J'étais bien plus blessé à l'intérieur qu'à l'extérieur. Beaucoup plus et cette douleur m'aidait à lutter contre l'autre. Dans les dents le frangin, ma rage allait peut-être me faire souffrir, c'est un fait que je ne pouvais nier, j'en vivais l'atroce expérience en ce moment, mais ça allait aussi m'être utile. Sans cette rage, je n'aurai jamais pu tout retourner dans la chambre -comme si j'allais écouter ce qu'il m'avait dit sur son morceau de papier, juste resté à l'attendre docilement dans le lit. Non désolé pas mon genre. Même en miette, je préférais encore essayer de lui casser les dents.

Là, il avait de la chance, il y en avait un autre à qui je voulais briser les molaires, mais c'était plus difficile que prévu. Tss, je détestais cette journée. Moi ? Ne pas arriver à briser cet ivrogne ? Ça me frustrait, si seulement l'autre n'avait pas disparu avec mes parfums. Mais qu'est-ce que je voyais maintenant que j'étais allongée sur le sol ? L'affreux rouquin en train de boire. Je le hai. Rien qu'à le voir me regarder, il devait bien se marrer en plus, je fulminais. Si seulement j'étais plus forte, mon poing dans la tronche, il le sentirait passer. Et voilà qui se ramenait, bah quoi l'autre c'était son copain ? Pour mieux se moquer de moi ? J'essayais de me redresser quand je vis sa main. Ma première pensée fut de la prendre pour m'aider, jusqu'à ce que je me souvienne : c'était sa main.

- J'peux me débrouiller toute seule. Dis-je en lui lançant un regard noir, vexée.

Puis j'avais détourné la tête. Pff, il allait voir si j'avais besoin d'aide ! Aller ma fille, debout !!! C'est dur, mais faut lui montrer qu'on n'a pas besoin de lui ! J'y étais presque -m'aidant du mur, quand je vis menacer l'autre abruti saoul. Ah oui, donc lui, il avait le droit à son jouet pointu et moi mes parfums, que-dalle ... Sympa, vraiment sympa le mec. Je retiens. Bon okay, j'étais en train de lutter pour y arriver, mes jambes tremblaient, je devais avoir des bleus partout, mais c'était une raison pour m'asseoir sur une chaise ?

- Le réveil était horrible et oui, j'ai faim. Merci de demander.

De toute façon, je doutais que cela l'intéressât, puisque que j'ai faim ou non, il avait appelé l'aubergiste. Il faisait exprès de m'exaspérer ou il était réellement comme ça ? Des gens arrivaient à le supporter ? Sérieusement ? Après un étirement du dos, plutôt douloureux, l'aubergiste arriva, et prit notre commande. Mes frères n'étant pas là, je pouvais en profiter pour boire une mousse, ça ne serait pas le rouquin qui me l'interdirait.

- Calypso, enchantée. Au moins tu as conscience de ce que je ressens, c'est plutôt pas mal. Et je peux savoir pourquoi je me suis réveillé dans un autre lit que le mien ?

Mon dernier souvenir, c'était qu'il était devenu une vraie bête sauvage, une sorte de gorille dominant qui cherchait à montrer que c'était lui le plus fort puis plus rien jusqu'à mon réveil. Il y avait bien que les douleurs qui pouvaient m'expliquer, je devais même avoir une cote cassé, si ce n'était pas d'autre os de mon corps qui l'étaient aussi. Il faudra sérieusement que je pense à trouver de quoi me soigner après avoir repris des forces avec le repas.

- Mes parfums t'en a fait quoi ? Est-ce que je te prends tes affaires moi ?

Bon, la cigarette ça ne comptait pas d'accord ?! Ce n'était pas du tout la même chose, lui sans sa cigarette, il pouvait se défendre, je le voyais mal menacer quelqu'un avec, ni même combattre avec ça comme arme. Quoique, l'image était amusante. Mais revenons à nos moutons. Je le fixais d'un regard plein de colère, je ne supportais pas qu'on puisse toucher à mes affaires, certains parfums, dans de mauvaises mains pouvaient être très dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux jouer au chat et à la souris ? [PV: Zaki]   Ven 13 Mar - 22:36

Hashiro ZakiBandit
avatar

Messages : 201

Navigation
Doriki:
961/6000  (961/6000)
Fruit du Démon: -

Sa fierté, je m'en ferais une joie de la briser. La joie remplissait mon coeur lorsqu'elle me lançait des regards noirs. Plus elle me détestait, mieux s'était, car plus il y avait de chances qu'elle veuille se venger un jour ou l'autre. Le jour où elle viendrait prendre sa vengeance, cela sera l'extase. Je pourrais me délecter de sa maturité, du fruit cultivés par la haine qu'elle éprouvait envers moi. En attendant, il fallait que je continue à donner de l'attention à ce jolie fruit, qui se prénommait Calypso. Un prénom peu commun, tout comme son caractère. De plus, qu'est ce qu'elle pouvait être curieuses. Pourquoi n'était elle pas dans son lit ? Qu'est ce qu'elle voulait que je lui dise ? Que j'avais perdu l'esprit suite à son parfum et que je l'avais ruée de coup ? Oui pourquoi pas, après tous c'était la vérité. Mais le problème c'est que je n'étais pas sûr que cela allait l'énerver. Car n'étant pas dans mon était normal, elle ne pouvait pas me le reprocher, enfin si j'avais bien compris sa logique. Il me fallait trouver, une autre explication, où plutôt tourner la vérité d'une manière plus intéressante et rentable pour moi.

" L'explication est assez simple, si tu ne t'es pas réveillée dans ton lit, c'est que tu ne t'étais pas couché dedans.... Enfin, je peux t'en dire plus, car tu dois le savoir. Tu as utilisé une très mauvaise stratégie et tu en as payé les frais."

J'avais hâte de voir sa petite tête me regarder avec encore plus d'énervement. Mais là elle était préoccupé par la disparition de ses parfums, elle voulait savoir ce que j'en avais fait. Elle insinua, en plus que je n'avais pas le droit de lui prendre ses affaires comme cela, car elle ne le faisait pas. Ah, la bonne blague, elle m'avait détruit une veste, un T-shirt et elle osait dire cela. Au moins, ces blessures n'avaient pas encore fait taire son insolence.

" Tu le sauras que j'en aurais décidé, en attendant. C'est vrai que tu ne me prends pas mes affaires, mais est-ce réellement mieux de les détruire ? Je te laisse réfléchir sur la question"

Je continuais à l'énerver tranquillement, quand l'aubergiste arriva pour nous servir. Enfin, qu'est-ce que j'avais faim. Un bon gros steak dans mon assiette, je ne pouvais plus attendre. Je commençai à manger, après ma première bouché, je repris la parole.

" La haine que tu as envers moi est une bonne chose. Mais souviens toi, je t'ai sauvé de ton incompétence aujourd'hui, tu as une dette envers moi"


Là je m'attendais à avoir une réaction, si elle aurait pus m'attaquer, j'étais persuadé qu'elle l'aurait fait. Heureusement, elle avait déjà du mal à tenir sa fourchette. Ah j'aimais cette situation, je sentais que Calypso était de plus en plus frustrée, elle devait avoir tellement envie de me frapper. Tous doucement, je renforçais de plus en plus la haine qu'elle avait envers moi. Il ne fallait pas qu'elle m'oublie, il fallait qu'une fois notre séparation, qu'elle n'ait qu'une idée en tête. Me retrouver pour se venger.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux jouer au chat et à la souris ? [PV: Zaki]   Lun 16 Mar - 0:25

Fair AerithCivil
avatar

Messages : 153

Navigation
Doriki:
754/6000  (754/6000)
Fruit du Démon: -



Comme si je n'avais pas remarqué que j'avais utilisé une mauvaise stratégie, généralement mes victimes devenaient beaucoup plus primates que ça, juste des êtres primitifs, craintifs et stupides, lui il devait avoir un caractère bien singulier pour que ça ne marche pas comme prévu. J'avais voulu m'amuser, et maintenant je m'en mordais les doigts, une chance que mes frères ne soient pas là pour voir ça. Je ne savais même pas ce qui me dérangerait le plus, qu'ils sachent mon humiliante défaite et s'en servent comme nouvelle excuse pour pas être chasseuse de têtes ou pour me couver encore plus. Mais bon là en l'occurrence ce qui m'intéressait surtout, c'était de savoir pourquoi j'étais dans un lit, le sien si cela se trouvait en plus ! Logiquement j'aurai dû me réveiller dehors, mais dans un endroit relativement confortable pendant je que ne savais combien de temps.

- Merci de me le rappeler ... Et si j'avais pu coucher dans le mien, je l'aurai fait, mais je suis plus étonné que tu ne m'aies pas laissé là où nous nous battions, pourquoi m'avoir mise dans un lit ?

Il m'énervait tellement ! Pourquoi je restais là à manger avec lui en plus ?! Ah oui, il avait mes parfums ! Et le prendre par le col n'aurait servit à rien, puisqu'il en avait plus. Même là, fallait qu'il trouve quelque chose à redire. Sauf que non, ce n'était pas comparable, si ses affaires étaient détruites, c'était entièrement de sa faute, il l'avait voulu. Moi a aucun moment, j'avais voulu qu'on me voler les miennes. Est-ce qu'il les avait détruits pour se venger ?!

- Grrr ! En même temps, c'est de ta faute, t'as voulu que je m'amuse, je l'ai fait, et puis certain ça faisait longtemps que je ne les avais pas utilisés, fallait bien un cobaye, je n'étais même plus sûr de ce que ça allait faire.

Je tournais la tête contrariée, je voulais mes parfums. En plus je lui avais donné une occasion de refaire sa garde-robe, même mieux, il aurait plus trop chaud maintenant, il était bien mieux comme ça. Avec mon assiette qui arrivait devant moi, et ma boisson, j'avais autre chose à regarder. Je finis presque la moitié de ma bière tant j'avais soif. Mes frères n'étaient pas là pour m'en empêcher, je n'allais pas me gêner pour en boire une. Mais même pas le temps de manger qu'il recommençait à chercher à m'agacer. Il avait de drôle d'amusement, qu'est-ce qui ferai le plus mal ? Couteau ou fourchette ? Si seulement j'avais des forces ...

- C'est ça oui, je n'ai surtout pas voulu utiliser le dernier parfum qu'il me reste encore sur toi !

Je posais mon verre violemment sur la table, même si cela me fit mal, accompagné d'un petit sourire. Oui il m'en restait toujours un, le seul qu'on ne pouvait pas me voler, mon parfum d'extrême urgence, mais par fierté, je ne pouvais pas l'utiliser, même quand il m'avait rué de coup sauvagement. Maintenant je pouvais manger tranquillement, ou pas, pourquoi la viande était si dure ?! Et je regardais contrarier, c'était de sa faute si je ne pouvais pas couper correctement. Tant pis, je le ferai à la barbare.

- Mais du coup, ils sont où ? Je ne vais quand même pas te fouiller pour les récupérer ?!

Après avoir tenté de manger la moitié de mon assiette, ce qui était largement assez vu le mal que cela faisait de mâcher, je pouvais bien m'inquiéter de le savoir. Le repas bientôt fini pourrait me les rendre, il n'allait pas garder ça indéfiniment ? En plus il y avait plus grand chose à fouiller.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux jouer au chat et à la souris ? [PV: Zaki]   Mar 17 Mar - 19:50

Hashiro ZakiBandit
avatar

Messages : 201

Navigation
Doriki:
961/6000  (961/6000)
Fruit du Démon: -

"Mais de rien, c'est toujours un plaisir d'être franc avec les gens. Par contre, la raison pour laquelle je t'ai ramené ici, tu la découvriras plus tard."

Encore une réponse qui allait l'énerver, décidément, elle n'avait pas chance, manger avec une personne aussi désagréable que moi. Enfin, elle pouvait s'estimer heureuse d'avoir un repas à se mettre sous la dent. En attendant, elle rejetait la faute sur moi, ah bah bien sûr, c'est tellement plus facile de repousser la faute sur les autres. Bien qu'elle n'avait pas totalement tord, son état était en partie de ma faute. Mais qu'elle ne viennes pas dire que c'est moi qui l'ai provoquée. Ah ce que je me souvienne, c'était elle qui était venue à ma rencontre.

A la base, je jouais avec le petit jeune du marché, mais elle avait interférée. Donc forcément, comme c'était un nouveau jouet, je n'ai pas pu m'empêcher de jouer avec. Il faut me comprendre, je ne suis qu'un enfant dans un corps d'adulte. Mais apparemment, je n'étais pas la seule personne de cette table à être comme cela. Calypso aussi avait un comportement d'enfant, après avoir rejetée la faute sur moi, elle me déclarais qu'elle aurait pu me battre si elle avait sortie son arme secrète. Si elle le disait pourquoi cela ne serait pas vrai ? Cependant avec des SI on aurait pu refaire le monde. Mais là, cela ne s'était passé comme cela. Elle pouvait penser ce qu'elle voulait, je l'avais battue point.

D'ailleurs cela se voyait, elle ne pouvait même plus couper sa viande correctement. Ah quel spectacle risible, la pauvre, avoir tant de mal pour manger. Enfin je n'allais pas l'aider pour autant, je n'étais qu'un enfant après tout. La compassion n'était pas mon fort, je n'avais pas encore développé ce sentiment, lors de ma croissance. Calypso pendant que je finissais mon assiette, continuais à batailler avec son plat et commençait à s'inquiéter pour ses parfums. Après avoir fini mon assiette, je décidai enfin du lui répondre.

" Tu y tiens vraiment à tes petites fioles. Bon je suis d'accord pour te les rendre, mais il y a une condition. Je veux que tu me demandes pardon."

Alors là cela allait être drôle. Une personne si fier allait être confronté à ce qu'on appelle, un dilemme. Qu'allait elle choisir, sa fierté ou ses précieux parfum? Ah, j'allais bien profiter de cette situation. Impatient de me délecter du spectacle, je ne pu me retenir d'en rajouter une couche.

" Et dans les règles de l'art, s'il vous plaît mademoiselle Calypso."
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux jouer au chat et à la souris ? [PV: Zaki]   Mer 18 Mar - 0:13

Fair AerithCivil
avatar

Messages : 153

Navigation
Doriki:
754/6000  (754/6000)
Fruit du Démon: -



À un moment, j'allais bien finir par craquer s'il continuait avec mes nerfs comme un chat avec une pelote de laine. Et encore le chat à le mérite de passer rapidement à autre chose, lui c'était du genre à être aussi tenace qu'une sangsue. Pourtant avec mes frères je devrais avoir l'habitude, je devrais pouvoir me contrôler, mais rien, à l'intérieur je boulais de rage. Une théière ne serait pas plus chaude que moi. Ça explose les théières au bout d'un moment ?

- C'est surtout que tu ne sais pas quoi répondre, t'es pas tellement franc. Tu dis ça juste pour me contrarier avoue, et bien ça ne marche plus.

Surtout que la réponse aurait pu être bien plus énervante que me dire d'attendre. Mais il avait quoi comme raison pour me ramener dans un lit ? Après un regard pour le dévisager, je n'osais pas pousser la réflexion plus loin, je tenais à continuer de manger sans être dégoutée. Déjà que manger était compliqué, et j'étais si mal que même mon estomac ne semblait pas capable de terminer ce qu'il y avait dedans. Il était pas très gros en temps normal, mais là il avait carrément réduit de moitié sa capacité. Surement la défaite qui passait mal.

- De quoi ?!

Il était pas sérieux là ? Je le regardai halluciné. Comment il pouvait me demander ça ? Pourquoi je devrais lui demander pardon ? Et de quoi ? Dans le règle de l'art. Après une grande inspiration je pris mon verre pour le terminer, histoire de me calmer un peu. Bon c'était surement pas cela qui allait faire retomber ma tension, et dans mon état, ça relançait mon mal de tête. Calmement je posais le regard sur le couteau plein de graisse. Est-ce qu'il serait encore tranchant malgré tout ? Ou je tentai de l'essuyer au risque d'éveiller ses soupçons ? Non tant pis, ça sera le steak, un coup de poing dans le coin de l'assiette pour le faire voler jusqu'à sa tête et qu'il reste dessus en glissant. Il en restait pas beaucoup il avait de la chance.

- Là au moins j'aurai une raison de demander pardon et encore, je suis pas sûre de le vouloir, j'ai pas à demander pardon à quelqu'un qui me provoque.

Petit sourire. Sauf que maintenant je faisais quoi ? S'il était comme moi, il risquerait de se mettre en rogne, à moins qu'il n'ait le sang froid ? Mais si je voulais mes parfums il faudrait que je trouve une solution, et la fourchette ne serait pas forcément la solution. Mon dernier parfum ? Non, trop fière, et surtout il y avait trop de monde, pourtant, je risquai fort de ne pas avoir d'autre alternative.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tu veux jouer au chat et à la souris ? [PV: Zaki]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Tu veux jouer au chat et à la souris ? [PV: Zaki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Veux-tu jouer à chat avec moi ? [Pv. Aurora Azulis]
» "Tu veux jouer avec moi ?" *Rire sadique de Chucky*
» Jouer au chat et a la souris dans un tunnel, ça vous tente ? (Suite du rp studio)
» Tu veux jouer au docteur ? - Sofia & Edward
» Le Jumanji [Inscriptions closes]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Ukkari-