AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Soif de rouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Soif de rouge   Lun 27 Oct - 19:21

Shinachiku Fujimi
avatar

Messages : 230

Et un jour de plus. Encore. Je sens en mon cœur le poison vicieux de l'impuissance me ronger. Il est comme des millions de fournis rouges en train de le torturer. Des fourmis qui se répandent dans mon sang. Cette impuissance met mes nerfs à vifs. J'ai envie de pleurer, de hurler. Mais c'est un comportement que je ne me permet pas d'avoir. Les larmes ? Boarf, c'est pour les faibles ! Crier à s'en briser la voix ? Complètement inutile. Un violent frisson m'agite. Valérie dans ma main droite et Samantha dans la gauche, l'envie de tuer me démange. Il faut que je parte. Il faut que je parte. Il faut que je parte. Cette idée m'obsède, nuit et jour. Elle me rend folle. J'ai l'impression d'être enlisée dans le Temps.

Quelle doux rêve que je chéris, de pouvoir un jour planter mes haches dans le crâne de celui qui m'a fait ça. Un sourire extatique aux lèvres, j'imagine la scène. Une hache dans le crâne, s'enfonçant suffisamment profondément pour séparer les yeux. De la cervelle et du sang qui gicle partout. Sur moi, sur lui, sur ses subalternes... Son expression à la fois surprise et horrifiée, son regard plein de terreur à l'idée de trépasser. J'ai un rire léger, plein de folie guerrière. Il me secoue, me fait baver. Je veux tuer. Non, je ne dois pas céder. Respire. Oui, comme ça. Inspire, expire. Doucement. Profondément. Du calme. Repousse la folie. À quoi penserait ma mère si elle me voyait céder à de tels démons ? La tristesse et la honte m'envahissent.

Elle ne serait pas fière du tout. Me renierait-elle ? Sûrement. Non, ne pas pleurer ! Ravale ces larmes. Stop ! Continue de respirer. Les larmes... Ts ! Seuls les faibles pleurent. Suis-je fable ? Non. Bien sûr que non. Je partirais d'ici, quoi qu'il m'en coûte, et je retrouverais ma famille. Je regarde mes haches, déterminées. Quoi qu'il m'en coûte. Je les sauverais. Parole de warrior. Bon. J'avais prévu quoi pour aujourd'hui ? Ah oui ! Après l'entrainement, aller au port et voir s'il y a des navires prêts à m'aider. C'est peu probable, cependant... J'ai une prime sur ma tête, donc la marine ne souhaitera sûrement jamais m'aider.

On ne voit jamais de navires civiles accoster sans être abordés par des pirates. On ne voit jamais de marines ni de navires du gouvernement non plus, d'ailleurs. Pourtant, ça ferait pas de mal à cette île. Pas de révolutionnaires non plus. Ou alors je ne les ai jamais remarqués. Et les pirates ? Pouah ! Depuis que je suis ici, le chef de cette foutue île à changé deux fois. À chaque fois le type devenait chef des pirates de l'île, et à chaque fois il m'a dans le pif – c'est pas possible d'avoir aussi peu de chance, bordel ! – et comme les seuls navires pirates qui accostent sont sous ses ordres ou ses prisonniers, ben... Je reste coincée. Mais l'espoir fait vivre ! Un jour, j'en suis sûre, un équipage de purs badass accostera. Et je pourrais me casser avec eux.

Bon, bref, trêve de rêverie. Je pars m'entraîner. C'est parti pour une heure d'étirements, deux heures de musculations et de course d'endurance puis, enfin, trois heures d'entraînement au combat sur des troncs innocents. Ensuite, je mange pour cinq et, enfin, je fais deux heures de méditations. Voilà, après m'être levée avant le soleil, me voilà enfin prête à aller au port. Midi étant passé depuis un moment. Et j'y vais au pas de course, bien sûr. Et en chantant, histoire de mettre un peu plus à l'épreuve mon endurance. Je ne me ménage pas. Et je fais ça tous les jours – ou presque – depuis que je suis coincée ici. Ça m'aide à évacuer mon agressivité, même si ce n'est pas suffisant...

En milieu d'après-midi, j'arrive en vue d'un petit port, peu fréquenté, auquel je n'ai pas rendu visite depuis un moment. Je m'y rend le plus discrètement possible. Sans un bruit, et en passant par des endroits que je sais presque abandonnés. Me dissimulant dans les ombres des bâtiments aux allures piteux, une cape à capuche me recouvrant pour tenter de dissimuler mon identité – même si mes fidèles Samantha et Valérie, accrochées dans mon dos, me trahissent un peu – j'arrive près des quais. L'endroit me paraît étrangement désert. Quoi ? Ils m'ont vu venir ? Pourquoi il n'y a personne ? Pourquoi ils ont déserté ?... C'est un piège ou quoi ? Perplexe, je regarde par les fenêtres des maisons pour voir si je trouve quelqu'un.

Ah, ce n'est pas si vide que ça, ils sont tous terrés chez eux !... Mais... Pourquoi...? … Ma question trouve presque immédiatement une réponse. Me tournant vers la mer pour voir si je peux "emprunter" un navire – ok, je sais pas naviguer, et ? – je vois, s'approchant à bonne vitesse, un navire énorme. Son drapeau ?... Celui de Barbe Blanche. Mmh... Mon petit doigt me dit que ça va pas tarder à chauffer dans le coin. Ça m'étonnerait que les proprios de l'île acceptent pareil concurrence, même s'ils ne sont que de passage... J'ai hâte de voir ça ! Mais où me poster pour espionner ? Certainement pas en hauteur, j'ai le vertige ! Bon, où alors ? Zut, zut, zut, ils approchent ! Et quelqu'un a dû partir prévenir les pirates de l'île pour leur dit qui arrivait. Mince ! Une cachette, vite !...

Ah ! Trouvé ! Un tonneau ! Zut, ya plein de saké dedans... Bon. Je vide le saké dans la mer – sans trop m'approcher du bord, s'agirait pas de tomber dedans, hein... –, je le remet à côté de ses copains et je m'installe dedans. J'y suis un peu à l'étroit... M'enfin. À l'aide d'une hache, je sépare légèrement deux planches pour pouvoir voir dehors, puis je remet le couvercle... Sans le rendre compte que je le remet à l'envers et que j'ai une touffe de cheveux qui dépasse. Très vite, l'accueil arrive. Hou hou hou ! J'ai hâte de voir ça ! Je me frotte les mains en ricanant doucement. Pour une fois que ce ne sera pas moins qui leur foutra des baffes à ces tarés ! Mais la grande question est... vais-je réussir à me retenir de venir taper sur tout ce qui bouge s'ils commencent à se battre ?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Soif de rouge   Jeu 30 Oct - 19:53

Strange D. NanaBloody Queen ♥ Nurse of Death
Bloody Queen ♥ Nurse of Death
avatar

Messages : 18123

Navigation
Doriki:
3632/6000  (3632/6000)
Fruit du Démon: Sang




Des ennuies, toujours des ennuies !



Depuis combien de temps ma vie avait changé déjà ? Ah oui deux ans, depuis le jour de cette fameuse guerre qui avait fait temps de ravage entre les pirates de Barbe Blanche et la marine. Le combat de ses deux fractions avaient tout de même changer une partie de la face du monde. Pas forcément en bien d'ailleurs, la croissance de la piraterie, la sauvagerie envers les civils pour récupérer les terres du pirates défunt, la marine qui était devenu plus stricte et plus violente aussi … Pourquoi est-ce que je m'étais laisser embarqué là dedans ? Les convictions, ça peut vraiment mener à sa perte parfois …

Et dire qu'au début de ses deux années je me dégouttais presque d'avoir rejoint un équipage de pirate. Mais avec le temps j'avais fini par céder, la solitude pendant des années, le fait d'avoir maintenant une famille prêt à me protéger au moindre problème, quitte à donner sa vie pour cela, tout cela avait eut raison de moi. Par les bottes de Davy Jones que j'étais faible ! Enfin, tout dépend, on dit que l'amitié est un trésor, je faisais sûrement partie des plus riches de se monde si c'était une monnaie. Dire que pour certain c'est un business … Certain être dans son monde son vraiment infâme.

Au moins j'avais pu réaliser mon rêve de raconter les aventures des cinq mers, enfin réaliser, ce n'était pas fini, il y avait encore plein d'histoire à retranscrire dans des recueilles d'aventure, j'attendais en particulier celle du prochain seigneur des pirates ! Les paries allaient de bon train, il y avait tellement de prétendant, impossible d'être sûr de qui trouvera le One Piece en premier. Surtout qu'il y en avait toujours un qu'on préférait aux autres, et un qu'on ne voulait surtout pas voir gagner.

En parlant d'aventure, j'avais entendu parler d'une île où nul n'allait jamais à cause de son emplacement particulier. En effet à cause du courant y accéder n'était pas chose aisé, et comme il n'y avait que des bandits dessus, s'y rendre n'était pas intéressant pour beaucoup de monde. Sauf pour moi ! J'avais envie de voir à quoi cette île et ses habitants pouvaient bien ressembler. Peut-être aussi sauvage que sur Jaya ? Allez donc savoir. En tout cas les membres de l'équipage avaient décidé de m'accompagner, ne voulant pas laisser leur fragile petite sœur toute seule. Enfin fragile, vu le nombre de fois qu'ils venaient me voir à l'infirmerie je me demandais qui était fragile finalement.

Toute une flotte -du moins ce qu'il en reste- part avec moi en direction de l'île, sur la route, peu avant le port, un navire pirate vient ouvrir le feu sur nous. Comme par hasard, c'est dingue, même au bout de deux ans, juste parce que le paternel -que je n'ai pas eu d'ailleurs- est mort, tout le monde pense pouvoir avoir sa chance. L'espoir fait vivre comme on dit. Sauf pour eux, ça les a plutôt tuer. Le diction est enfaîte une vrai merde, sûrement pour réduire la population mondiale qui sait.

Au moins ça c'est fait, le décor est posé, reste plus qu'à débarqué, ce qui ne prend pas longtemps avant qu'un autre comité d'accueil vienne nous accueillir. C'est fou ce qu'on est populaire, on devrait signer des autographes à forces. Non hors de questions, déjà qu'avoir une prime sur ma tête me faisait limite friser … Tout le monde était paré au combat, la tension était palpable : a qui allait bouger en premier. Le silence, le célèbre morceau de foin qui roule grâce au vent, et un mec ce décide à parler, sûrement le chef du coin.

Gentiment ou presque il nous demande de partir sinon on est mort, ça c'est de belle parole, par contre avant que je dise que j'en avais nullement envie, il fait la grave, très grave erreur de dire du mal de Newgate. Bah voilà, ils ont signés leur arrêt de mort en une seule prise de parole. Et nous voilà encore entrain de nous battre, j'en avais marre, heureusement sur le navire j'avais esquivé la bataille navale. En même temps j'aurai été d'aucune utilité.


« Mais c'est qui celui-là ? »

D'un coup sans prévenir, voilà qu'un sauvage sortit d'un tonneau à s'attaqua à tout le monde tel une furie. Il y avait vraiment des gens pas net dans le coin. Il aurait pu être un allié s'il ne s'en prenait pas à nos hommes également, il en blessait autant qu'il blessait d'ennemie, il fallait vraiment le mettre hors jeu. Un des commandant l'envoya voler vers moi, il avait beau s'être écrasé sur le sol, il se releva rapidement -il était vraiment costaud se type, on sentait qu'il avait envie de se battre. Je n'avais donc pas d'autre choix que de l'empêcher d'attaquer mes compagnons que de me battre contre lui.

« Désolé mais je peux pas te laisser attaquer les miens, les autres par contre j'en ai rien à cirer ! »

©Strange.D.Nana


_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Soif de rouge   Mar 18 Nov - 9:15

Shinachiku Fujimi
avatar

Messages : 230

Par une fente entre deux planches – faite grâce à Valérie – je peux voir, au loin, le navire approcher. Très vite, un autre bateau vient à leur rencontre pour tenter de les couler. Mais c'est l'arroseur arroser, il ne faut guère longtemps aux anciens pirates de Barbe Blanche pour couler leur agresseur. Ensuite, plus aucun navire ne vient les emmerder. Et ils approchent, lentement, doucement. Mon regard se plonge dans le vide. Qu'est-ce qu'on se fait chier. Putain. Je veux ma famille. Je veux pulvériser celui qui m'a fait ça. L'impuissance est une véritable torture. Mais j'impression d'être physiquement torturée tous les jours. Mais tout ça, c'est dans ma tête. Je crois que ça rend les choses encore pire.

Pour calmer la douleur de mon cœur, je me met à fredonner un petit air. Un air joyeux, tout bas. Pour essayer d'oublier. Comme un sort pour éloigner la tristesse et le désespoir. Mais j'ai pas vraiment la tête à ça. L'air devient mélancolique, puis carrément déprimant. Je me tais. Ils accostent. Aussitôt, des pirates sous les ordres du gouvernement en place viennent leur demander avec plein de diplomatie de partir. Comme je le craignais – et l'espérais, hélas – un combat éclate. Mes nerfs sont à vifs. Je me met à trembler. Ma respiration accélère. La peine coule dans mes veines comme un poison. Un poison qui me brûle, me tue. Il faut que j'évacue. Je pulvérise mon tonneau pour me jeter dans la mêlée, telle une bête.

Je ne répond plus de rien. Je ne suis que violence. Je frappe. Encore et encore, sans faire de distinction entre les inconnus et mes bourreaux. Ma vue se brouille. Je pleure ? Il semblerait. Quel soulagement. Tandis que je frappe, que je mutile, que je tue, je sens la tension se dissiper. C'est comme si je soignais mes plaies intérieures en blessant les autres. Comme un transfert. Ça fait tellement de bien que j'en oublie la morale que mes parents m'ont inculquée. Puis, d'un coup, tout s'arrête. Un coup violent me fait quitter terre. Je me met à voler sans aucun contrôle sur ma trajectoire.

Mon vertige me fait hurler à plein poumons. Et avec mon fruit, mon cri de terreur doit résonner sur au moins plusieurs kilomètres. Je vois de l'eau passer. Mon hurlement s'intensifie. Puis, boom!, je me vautre sur une surface dure. Du bois ! Quel soulagement. Ni une, ni deux, je me relève pour me venger. Holà, j'ai dû me faire mal à la tête : je tangue ! À moins que... Ah non, c'est pas moi qui tangue, c'est le sol. Quoi ? Mais non j'ai pas bu ! J'suis sur un bateau ! Face à moi, une jolie jeune femme aux cheveux rouges tellement ils sont roux. Je la regarde me barrer le chemin d'un air haineux.

- Désolé mais je peux pas te laisser attaquer les miens, les autres par contre j'en ai rien à cirer !

Les miens. Les miens. Ça fait tellement... famille. Mon visage se tord de douleur et de tristesse. Famille. La mienne est inaccessible. Loin de moi, et en danger. Sur le coup, j'ai un geste pour me jeter sur la jeune femme et la frapper. Mais je m'arrête. C'est difficile. Très difficile. Comme retenir un cheval fou. Je suis sur un bateau. L'espoir, douloureux espoir, nait dans mon cœur. Mes larmes ne cessent de couler. Un bateau et des inconnus. Je me met en garde, la menaçant des haches et l'assassinant du regard malgré mes larmes.

- Je vous épargne si vous me faites quitter cette île !

Mon cœur bat tellement vite, tellement fort. J'ai l'impression qu'il va exploser et que je vais mourir dans d'atroces douleurs. J'étais venue ici pour tenter de m'échapper, faisant semblant d'avoir de l'espoir, mais n'y croyant pas. Et pourtant... serait-ce ma chance ? J'espère tellement que, malgré ma fierté, j'ai du mal à ne pas supplier cette rousse inconnue à genoux.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Soif de rouge   Mar 18 Nov - 10:48

Strange D. NanaBloody Queen ♥ Nurse of Death
Bloody Queen ♥ Nurse of Death
avatar

Messages : 18123

Navigation
Doriki:
3632/6000  (3632/6000)
Fruit du Démon: Sang




S.O.S Taxi bonjours !



Il y avait des gens comme ça, ils ont beau voler et s'écraser sur plusieurs mètre, ils trouvent encore le moins d'être menaçant. Bon les grosses armes et la face patibulaire était beaucoup en général, mais quel était le crétin de frère qui m'avait envoyer un tel énergumène ?! Moi qui n'aimait pas me battre et que donc on m'avait dit d'arrivé en dernière. J'allais en frapper un ce soir c'était garantit. Surtout que j'aurai pu me le prendre en pleine poire, et vu le morceau, j'aurai eut une belle bosse. Bon c'était pas vrai, ils savaient tous que j'avais le haki de l'observation, mais tout de même, question de principe !

« Hein ? T'es coincé ici ? »

Voilà qui me laissa sans voix un moment, il nous massacrait comme ça, on avait tenter de l'envoyer dans l'eau, et là il demandait à ce qu'on le prenne sur le bateau comme si on était une compagnie de taxi. Et puis pourquoi il demandait ça à nous ? Certes les autres il les tranchait joyeusement, mais nous aussi. Avions nous donc une tête plus sympathique ? Ça avait son côté flatteur.

« On est pas vraiment une compagnie de transport tu sais, et puis qui me dit que t'es pas juste là pour t'infiltrer chez nous et tenter de nous égorger durant la nuit hein ? »

Il y avait de quoi être suspicieux après tout, je ne connaissais rien de lui, et il m'avait menacer avant de me demander, surtout que ça n'était pas demandé gentiment, ça sonnait même plus comme un ultimatum : tu fais le taxi ou je te bute. Pas bien sûr d'aimer ce genre de discourt moi, mais bon si je peux m'épargner un combat, pourquoi pas, surtout que je ne pouvais pas décider seule, mes frères devaient forcément donner leur avale pour qu'un inconnu squatte la maison familiale.

« Bon, on peut toujours voir, mais plus vite on a éliminé les autres et plus vite on pourra partir, alors montre ce que tu as dans le ventre ! »

Voilà que je prend une corde que d'un bout j'accroche au navire et de l'autre j'envoie vers un de mes frères rattrape sur le ponton du port et avec un tissu je m'y accroche pour y glisser, mais avant j'attends qu'il vienne me rejoindre. Faut pas croire que j'allais le laisser tout seul.

« Au faite avant qu'on se prenne des coups, c'est quoi ton nom ? »

Puis on s'élança au combat sous le regard suspicieux de mon frère qui n'était pas ravi de revoir parmi nous celui qui essayait de les trancher en rondelle juste avant. Enfin on verra bien s'il est vraiment motivé à sortir de cette île.

« T'en fais pas, il va nous montrer ce dont il est capable face à nos adversaires, il veut qu'on l'aide à sortir de cette île. Ils n'ont pas l'air très ami, doit en avoir marre de leur tronche. »

J'eus pour réponse un ''bien'' avant de moi-même partir au combat, regardant mon frère qui ne lâchait pas le nouveau du regard. Mais pourquoi j'étais venu me battre ? D'ailleurs tiens, j'allais de ce pas me venger, je vis que celui qui m'avait envoyer mon cher ami n'était autre que mon commandant, je pris donc soin de lui envoyer tous les ennemies qui s'approchaient trop de moi avec me queue. Un jour je suis sûre que j'arriverai à me battre uniquement avec elles, et que je pourrai tranquillement prendre le thé pendant qu'elles massacreront les ennemies en les envoyant loin pour ne pas troubler ma tranquillité. En tout cas on commençait enfin à en voir le bout de l'attaque ennemie.

©Strange.D.Nana


_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Soif de rouge   Ven 28 Nov - 9:21

Shinachiku Fujimi
avatar

Messages : 230

- Hein ? T'es coincé ici ?

Cette remarque me pique au vif. Je me sens rougir. Comment elle a deviné si vite ?! C'est si évident que ça ? Et je pleure toujours. J'essuie brusquement le liquide salé qui dévale mes joues pour répliquer d'un air agressif :

- Pas du tout !

Ô fierté, tu finiras par me perdre...

- On est pas vraiment une compagnie de transport tu sais, et puis qui me dit que t'es pas juste là pour t'infiltrer chez nous et tenter de nous égorger durant la nuit hein ? Bon, on peut toujours voir, mais plus vite on a éliminé les autres et plus vite on pourra partir, alors montre ce que tu as dans le ventre !

Quoi, le prix du voyage c'est juste de buter des gens ? Boah, ça devrait être facile alors ! Je sens, sur mes lèvres, pousser un sourire sadique. Tuer. Tuer. Tuer ceux qui m'obligent à rester ici. Les tailler en petits morceaux, les faire saigner, leur briser les os, réduire leur chaire à l'état de masse informe à forme de taper dessus, faire gicler leur cervelle... Ouais, je vais me faire un plaisir de le faire. Mon sourire disparaît quand je me rend compte que la rousse a attaché une corde au bateau, dont l'autre bout se retrouve dans la main d'un type en bas – en bas, brr – et qu'elle souhaite descendre avec un simple bout de tissu. Maman.

P'tain mais elle est folle ! Je descend pas comme ça, moi ! T'es fou ? Y'a de l'eau entre le bateau et là-bas ! Pis c'est haut en plus ! Ah, non, non, non ! Je descend pas comme ça ! Hors de question ! Je vais juste réussir à tomber dans l'eau, puis je vais me noyer comme une merde et on entendra plus jamais parler de moi. Non, non, non !!

- Au fait avant qu'on se prenne des coups, c'est quoi ton nom ?

Je me reprend, j'essaie de ne rien laisser paraître de la peur panique qui m'envahit à la vue de ce moyen de transport.

- F-F-Fujimi...!

Puis elle s'élance et... je reste derrière. R'ah, zut, la honte ! Cette bonne femme taillée comme une danseuse arrive à le faire et pas moi, grmh...! Je m'approche de la corde, pleine d'une volonté nouvelle, je sors un mouchoir de ma poche et... Non ! Non, non, non ! Je peux pas faire ça ! Demi-tour. Je tourne autour de l'obstacle, angoissée. Je suis en train de laisser passer ma chance. J'ai des larmes de rages. Quand je m'approche trop près, une peur panique m'envahit. Je ne peux m'empêcher de m'imaginer tombant à l'eau. Je suis sûre que le gars là-bas il va m'y laisser tomber en plus. Aussi, je fais demi-tour. Je cherche un autre moyen de descendre.

- Bon alors, qu'est-c'tu fout ?! Tu descends, oui ?! hurle une voix masculine, en bas.

- Ça va ! Ça va ! Je viens !

Mais non, je n'y arrive pas. Bon, tans pis. Je vais essayer autrement. Je vais tenter de ramener le danger à moi. Pour ça, je vais me cacher derrière le mat. Je m'éclaircie la gorge, je réfléchie. Que pourrais-je chanter ? Ah, oui, je sais !

Synchronicity

Mash up

Ma voix s'élève, multiple. À la fois masculine, féminine, instrumentale. Je suis un orchestre à moi toute seule. Sans effort, ou si peu. Pas une fausse note. La perfection. Résonnant aisément au dessus du vacarme des combats. Un silence surpris se fit même l'espace d'un instant. Brisé par une voix ennemie :

- La Bête du Rossignol !

- La Bête du Rossignol Rouge ! renchérit un autre.

Je n'ai guère longtemps à attendre pour voir mes premiers adversaires traverser les lignes défensives des anciens pirates de Barbe Blanche pour monter sur le bateau, rendus plus forts et plus fous par l'appât du gain. Je m'arme de mes haches. Je finis mon chant sur une ultime note, suraiguë, insupportable, qui tétanise mes ennemis l'espace de quelques secondes, ainsi que d'autres gens en bas. Je remarque que leurs oreilles ne saignent pas. Ils sont forts. Du moins, à peu près autant que moi. Je profite qu'ils soient tétaniser pour commencer à les tuer, puis les survivants s'en remettent et le vrai combat, sauvage, sans âme, mut uniquement par la soif de sang, éclate. Je prend grand plaisir à faire gicler le sang de mes ennemis, à leur briser les os et fendre leur chaire. C'est un régal malsain dans lequel je me perd pour oublier mes peines.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Soif de rouge   Mar 2 Déc - 0:14

Strange D. NanaBloody Queen ♥ Nurse of Death
Bloody Queen ♥ Nurse of Death
avatar

Messages : 18123

Navigation
Doriki:
3632/6000  (3632/6000)
Fruit du Démon: Sang




Qui m'aime me suive ... ou pas



On pourrait croire que sur les mers, à vivre tous les jours dans un équipage composé à pratiquement 100% d'homme, de pirate qui plus est, on pourrait être surprit de voir un homme pleurer, on pourrait même croire que c'est quelque chose de rare. Bah pas du tout, bien sûr ça surprend toujours, surtout quand on ne sait pas pourquoi, et que cela vient d'un inconnu, mais c'était plutôt habituel. Bon fallait dire aussi que j'étais arrivé dans l'équipage en pleine période de deuil, du coup des torrents de larme, j'en avais vu pratiquement tous les jours pendant une longue période.

Bon visiblement le faite qu'il était coincé sur cette île était un sujet sensible, car malgré les pleurs, son ton était plutôt agressif. En avait-il honte ou bien je faisais totalement fausse route ? Dure d'être sûr devant tant de sauvagerie. D'ailleurs il ne me répondit même pas, il afficha juste un sourire loin d'être rassurant. Finalement il était peut-être bipolaire ? Le changement était relativement radicale. Enfin j'avais dis sauvage ? A voir sa tête sur la façon dont on allait descendre, il avait l'air tout perdu le gros dure, il avait quand même pas peur !

Fujimi, au moins j'avais un nom à mettre sur cette masse de muscle. Mais ou il était bègue, ou dire son nom était un effort. Devait pas avoir beaucoup d'ami ou tailler souvent le bout de gras lui. De toute façon sur un champs de bataille la parole ça sert pas à grand chose, c'est le langage du muscle qui se fait entendre.


« En avant !!! »

J'avais bien vite désenchanté d'être passé la première : le voilà qu'il était resté dans le navire ! Tout seul en plus ! J'allais me faire passer un de ses savons, c'était simple, un des commandant me jeta un regard, à croire que je devais m'occuper de babysitter monsieur muscle. Non mais comment j'aurai pu savoir que l'armoire à glace perforer de clou aurait peur du vide ou de la flotte ! Je suis pas devin non plus. On en oubliait presque de combattre tellement le regarder tourner autour de la corde était presque drôle, mais il avait vite fini par en avoir marre et tenta de l'appeler.

« Bah avec lui c'est pas gagné ... »

Le fou furieux de tout à l'heure semblait avoir disparut, dommage. En plus de combattre il fallait surveiller qu'il se tire pas avec le navire ! Mais bon d'abord le combat, car à le regarder, on était attaquer, et je n'aurai pas assez de queue pour venir à bout de tous mes assaillant à distance. Au moins je pouvais récupérer leur arme avant de le jeter à la flotte comme des galets. Par contre le corps humain pour les ricochets c'était pas le top, à moins que je n'étais tout simplement pas doué.

« Tien ? C'est qui ça ? »

C'était sa voix ça ? Au moins cela eu le mérite de faire taire tout le monde, aussi bien les corps que les armes, c'était pas plus mal pour les oreilles, si on oubliait les deux idiots qui avaient hurler le petit surnom de notre passager presque clandestin. Ils furent d'ailleurs rapidement mit hors service par des camarades, cela leur apprendra à rompre un silence.


« Ils ont pas l'air copain avec lui. »

En effet, tous les ennemies se jetais sur nous avec hargne pour essayer d'atteindre le navire. Ou il avait fait une belle crasse ou il avait une prime des plus alléchantes sur la tête. Mais d'un coup un son aigüe, c'est vraiment humain ça ?! Au moins beaucoup d'ennemie s'effondre, même quelque un de mes camardes. Cela me fait penser au haki mais s'en n'est pas.

« Fait moi retourner sur le navire !
- Pas de problème ! »

Voilà que qu'un camarade de forte corpulence musculaire et de très haute taille me soulève comme un simple paquet de plume et me jette en direction du navire, je m'accroche au cordage avec une de mes queues et rejoint le champs de bataille qui s'y déroule. D'autre de l'équipage nous rejoigne pour rapidement terminer le massacre.

« Bah toi dis donc, c'est impressionnant, un fruit du démon ou tu as passé trop de temps dans une chorale ? »

©Strange.D.Nana


_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Soif de rouge   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Soif de rouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [WIP] Blood Axes - Les peaux rouge du Desert !
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» Carton rouge...
» Bouge ton boule, c'est pour moi qu'on déroule le tapis rouge... >>Libre
» Les rouge vs les bleu :Un jeune est assassiné à Montréal.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Zaraki-