AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il faut savoir se serrer les coudes (pv Zoro)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Il faut savoir se serrer les coudes (pv Zoro)   Dim 26 Fév - 17:40

InvitéInvité
avatar


Ca faisait quoi, un mois que Tooru avait quitté son chez soi et avait mené sa petite vie de pirate? Un mois super, dit en passant. Elle avait eu la chance de se trouver un équipage et un excellent Capitaine qui n'était autre que la grande supernova Jewelry Bonney. Femme que la jeune Lafe admirait. Mais malheureusement, Tooru n'eut même pas le temps de vivre de belles aventures avec son Capitaine et ses nouveaux camarades de voyage que la jeune pirate se fit capturer par la marine. On pourrait se dire que en un mois de temps Tooru était devenue une grande pirate reconnue et de ce fait ca aurait été la raison de son arrestation par la marine...Mais non. En fait la jeune femme , sur une île où elle et ses camarades avaient fait une halte pour s'approvisionner avant un long voyage en mer, avait simplement croisé sa mère.
Cette dernière , rappelons le, faisait partie de la marine au grade de colonel. Et que fut sa surprise et sa colère quand elle rentra sur l'île où vivait sa famille, pour n'y trouver que son époux et une pauvre lettre de sa fille lui annonçant qu'elle partait à l'aventure en tant que pirate...Donc ce fut normal de vouloir ramener sa fille sur la bonne voie...Mais celle-ci refusait d'entendre raison.

Tooru avait pourtant essayé de s'écharper et de rejoindre ses camarades et n'aurait pas pensé que sa propre mère la mettrait K.O elle même. Bah si. Et la jeune fille se réveilla dans une cabine, à l'intérieur d'un bateau de la marine, sans arme, et avec une bosse et un mal de crâne. En tant que fille, jamais elle n'aurait pu riposter face à sa mère, c'est pourquoi elle avait perdu.
La jeune Lafe se leva et enfila le seul vêtement visible dans la chambre: une robe bleu cyan lui arrivant jusqu'au genou. Elle fouilla dans sa petite chambre d'infortune -si elle pouvait trouver quelque chose qui pourrait lui être utile- mais il n'y avait rien. Sa mère la connaissait bien, elle savait que Tooru pouvait créer une arme juste avec une crayon de bois et un élastique...

La jeune femme soupira , donna un coup de pied dans une commode avant de se diriger vers la porte. En espérant qu'on ne l'ai pas enfermée. Au moment où elle allait saisir la poignée, cette dernière se tourna. La brune fit quelques pas en arrière. Sa mère accompagnée d'un marine rentra dans la pièce. To-chan aurait bien aimé savoir soutenir le regard de la femme en face d'elle, mais n'y parvint pas et baissa les yeux.


« Enfin réveillée, Tooru. Toi qui voulais être une pirate, tu n'as même pas su tenir quelques secondes face à un marine. »

En même temps le marine ca avait été un colonel et qui plus est, sa mère. Normal qu'elle n'avait pas tenu. Mais le jeune fille ne dit rien et ce contenta de hausser les épaules.

« Mes hommes ne diront rien à propos de toi à mes plus hauts gradés. Je ne te mettrai pas sous arrêt non plus, mais tu vas rester quelques temps avec moi, le temps de te reprendre en main! »

Le ton avait été autoritaire. Tooru ouvrit la bouche pour répliquer mais le regard que lui lança sa mère la fit se refermer tout de suite.
La colonel prit congé mais laissa le marine surveiller Tooru, pour pas qu'elle fasse de bêtise. La jeune fille dû avoir une sorte de « surveillant » qui devait l'empêcher de fouiner un peu partout.
Alors qu'une journée passa, la jeune Lafe, sur le pont du navire pensa à se que pouvait bien faire son Capitaine et ses camarades. Elle n'avait pas vécu beaucoup de chose avec eux , mais ils lui manquaient. Elle se demanda si ils étaient entrain de la chercher....Elle soupira une nouvelle fois et jeta un regard au marine qui la suivait partout. Il était sincèrement agaçant à toujours vanter son colonel en répétant que c'était une belle femme avec une bonne vison de la justice. Bon, biensur que Tooru pensait que sa mère était jolie -brune, grande mince et musclée , il y avait une sorte d'aura qui se dégageait d'elle- mais son sens de la justice était un peu trop, pour la jeune fille.

« Je trouve qu'elle en fait trop... »
« Tu es sa fille, tu ne devrais pas parler d'elle comme ca!On dirait que tu ne la respectes pas! »
« Je la respecte...C'est juste elle qui ne respecte pas mon choix de vie! »
« Ton choix de quoi? D'être une pirate? Faut arrêter ta crise d'adolescence là! »
« C'est pas une crise! Et arrête de me parler comme ci tu me connaissais depuis longtemps... »

Ce type était vraiment agaçant et le pire c'était qu'elle ne pouvait même pas le semer. Il restait collé à elle et quand Tooru était dans sa chambre il l'attendait prés de sa porte. A croire qu'il tenait son rôle à cœur pour briller au yeux de celle qu'il admirait. Mais To-chan avait plus d'un tour dans son sac...

Au troisième jour, Tooru pu enfin bien analyser les lieux et elle sut où ces armes étaient cachées. Dans le bureau de sa mère. Le pire endroit ! Elle se demanda comment elle pouvait les récupérer...Alors qu'elle était entrain de réfléchir à un plan, elle surprit la conversation de deux marines. Elle n'entendit pas tout mais elle put apprendre que dans la partie prison du navire était enfermé un dangereux pirate et si elle avait vraiment entendu c'était Zoro Ro-machin-chose...L'escrimeur de l'équipage de Luffy au chapeau de paille! Et lui elle connaissait car sa Capitaine lui en avait parlé. Mais comment un pirate qui devait surement être super fort c'était fait capturer?
Elle essaya plusieurs fois de se faufiler jusqu'au captif, mais avec un boulet qui vous suivait partout c'était difficile. Il fallait qu'elle ruse. Puis si c'était vraiment ce pirate qui avait été capturé, il allait peut-être pouvoir lui servir, au-delà du fait qu'elle voulait absolument rencontrer ce grand épéiste qui faisait parler de lui. Et puis elle était pirate, elle devait aider les pirates! Enfin être dans le même camps qu'eux du moins.
Pendant un moment d'inattention de la part de « son garde du corps » , To-chan partit voler des vêtements de marine, et se déguisa. Elle mit ses cheveux sous la coiffe et se dirigea vers la prison. Évidement il y avait des gardes.

« Qu'est-ce que tu veux? »
« On m'a demandé d'apporter à manger au prisonnier... »

Et oui elle avait pensé que ce stratagème fonctionnerait. Tooru montra le plateau qu'elle avait dans les bras. Les gardes parurent hésiter avant de la laisser passer. Et à la grande surprise personne ne descendit avec elle. Arrivée devant la cellule, To-chan posa la nourriture au sol et se colla au barreau. C'était ce type entrain de dormir et ronfler bruyamment qui faisait parti de l'équipage de Chapeau de paille?

« Héé pssst psssst! »

A priori ce n'était pas comme ca qu'elle allait le réveiller.
La demoiselle saisit le morceau de pain du plateau et le lança pile sur la tête de l'homme endormi. Ca eut pour effet de le sortir de son sommeil mais il avait l'air complétement à l'ouest.


« Hé toi,pssst! On a pas beaucoup le temps alors écoute. Ca te dirais de faire un marché avec moi? Je t'aide à t'enfuir d'ici et toi tu me récupères quelque chose. »

« Hé en bas, qu'est-ce que tu fous!? »


Tooru regarda en direction des escaliers avant de s'éloigner des barreaux.

« Je repasse plus tard, tu me diras ta réponse. »

Puis elle partit. C'était vraiment embêtant ce manque de temps. Mais elle reviendrait.
Le soir venu, Tooru reprit les vêtements de marine et ce dirigea de nouveau vers la prison et avec elle son petit sac avec des choses utiles. Elle demanda cette fois-ci comment elle allait pouvoir passer de nouveau les gardes. Elle réfléchit à toute allure avant de trouver l'idée d'une diversion. Mais quand on était seule, faire la bonne diversion c'était un peu difficile....Hum.


« On pourrait savoir ce que tu manigances? »

La concernée sursauta et fit volte face. Bon d'accord, ca pouvait paraître louche d'être cachée derrière un tonneau, mais elle pouvait toujours jouer l'innocente.

« Quand j'ai apporté à manger au prisonnier, j'ai fait tomber mon porte-bonheur par mégarde...Et j'aimerai bien le récupérer mais...Je pense que les gardes ne voudront pas me laisser passer... »

Elle baissa la tête pour paraitre triste mais aussi pour cacher son visage. Parce que prendre une voix plus grave pour faire genre d'être un garçon, elle pouvait le faire, mais changer ses traits féminins c'était pas trop possible.
Le marine la détailla un instant, et lui indiqua de le suivre. Tooru ne se fit pas prier. Ils parlèrent aux deux gardes qui les laissa passer. Et le petit problème fut que le marine la suivit.


« Allez , dépêche-toi! J'ai pas que ca à faire... »

La jeune Lafe jeta un regard rapide à Zoro avant de faire semblant de chercher. Il fallait qu'elle trouve une idée pour se débarrasser de ce type sans attirer l'attention des deux gardes ...Elle pensa à l'assommer mais elle était pas sur de son coup. Elle allait tenter quand même. Subitement alors que le marine regardait dans la direction du prisonnier, Tooru bondit avec une planche qui trainait par la dans les mains et lui assena un coup sur le crâne. Une fois l'homme à terre, la jeune femme le regarda. En espérant qu'elle ne lui est pas fait trop mal! Elle le dépouilla de son sabre qu'il avait attaché à la taille et se dirigea vers la porte de la cellule.


« Alors c'est oui? De toute manière on a plus trop le temps là. »

Non pas qu'elle commençait à paniquer...Mais un peu beaucoup quand même. C'était la première fois qu'elle était dans ce genre de situation où sa mère pouvait arriver à tout moment.


« Je pense que tu devras te changer avant de remonter. Tu lui piqueras ses vêtements et euh...Je t'ai fait un plan rapide du navire et j'ai mis une croix où sont mes affaires et tes sabres. Il sont dans le bureau de ma mér...Euh du colonel. Tu les récupères, sans tuer personne, s'il te plait et tu me rejoins sur le pont. J'essayerai de faire diversion pendant ce temps et je prépare une barque. »

En espérant qu'il est tout compris, parce que la demoiselle avait parlé super vite et jeté des regards tous les 5 secondes en directions des escaliers.
Grâce à une sorte de petite épingle, la brune ouvrit la porte de la cellule. Elle y rentra et retira les chaines qui liaient les mains et les chevilles de l'homme. Une fois complétement libre ,elle lui refila la carte et lui tendit la main avec un petit doigt en l'air.


« Bon on se promets qu'on s'en tient au plan et qu'on coopère jusqu'à être en lieu sur? »

C'était peut-être un peu enfantin, mais c'était comme ca qu'elle avait l'habitude de lier une promesse avec une autre personne.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il faut savoir se serrer les coudes (pv Zoro)   Jeu 1 Mar - 3:51

InvitéInvité
avatar


¤ Chut ! Je dors ! ¤


Nous faisons sans cesses des haltes par ci, des haltes par là. Tellement que je n’avais plus de temps pour m’entraîner, ou pour dormir. Je tombais de fatigue. Moi qui dormais un minimum de douze heures par jour, j’avais loupé au moins trois jours de sommeil. L’énergie de Luffy était impressionnante mais rien ne se passait, on visitait les îles de GrandLine, sans aucuns intérêt pour moi. Je n’étais pas touriste, j’avais un but, je devais m’entraîner. Je me baladais peu souvent, restant sur le bateau la plupart du temps. J’étais un solitaire après tout, je n’aimais avoir du bruit dans les oreilles. Nous dérivions depuis quelques mois sur diverses îles, et pas moyen de fermer l’oeil, entre les bruits le jour, et les ronflements la nuit, j’étais en retard sur mon programme. Essayez donc de dormir avec Luffy, Chopper et Ussop criant, riant, courant, ne s’arrêtant que pour manger. Bien que ma vigie était isolée, les bruits d’en bas étaient bien présents, constamment présent. Avec plus de cernes que de peau sous mes pauvres yeux fatigués, j’errais jour en jour, n’ayant à peine d’énergie pour m’entraîner. Je ne savais pas trop pourquoi je ne m’habituais plus à ces cris, j’avais mis tant de temps pour m’y faire. Je devais être frustré, et lorsque je suis décalé, il me faut une bonne nuit, et un peu plus, pour me remettre dans un rythme équilibré.

Bref, aujourd’hui était une journée comme une autre, nous dérivions et le Log Pose semblait indiquer une île toute proche. Le Sunny s’y dirigeait, et on sentait, enfin, on entendait déjà l’excitation de l’équipage. Lorsque nous accostions, je me disais que cela serait l’occasion parfaite pour me remettre de mon manque de sommeil. Manque de bol ! Franky voulait faire quelques réparations sur le Sunny, j’essayais de m’endormir, mais rien n’y faisait, et cela fut pire lorsqu’il se mit à chanter. Quelle vie on mène tout de même..

Mon choix fut rapide, je quittais le navire, décidant, d’errer seul sur l’île. D’après Nami et les renseignements qu’elle avait récoltés, nous devions rester quelques jours, trois, quatre tout au plus, sur cette île. C’était long, surtout au vue de l’île. Quelques maisons parcourant une forêt immense. Moi et mon sens de l’orientation magnifique, je marchais, flânant. Une fois perdu, je me retrouvais seul en forêt. Bien qu’à la normale je me hâtais de courir partout pour retrouver une quelconque civilisation, cette fois, la fatigue m’emportait. L’endroit était propice pour une sieste de 24 heures, minimum ! Je m’allongeais donc, au creux d’un arbre gigantesque. La forêt était belle, parsemé d’herbe fraîche, un léger vent rafraîchissant sous un ciel bleu dégagé. Un Soleil chauffant pile comme il le devait, une odeur de champs, l’atmosphère parfait pour se reposer. Il ne devait pas exister meilleur endroit pour moi à cet instant précis. Je fermais les yeux, me laissant emporter par mon sommeil. C’était bon, presque trop beau pour être vrai.

Je partis dans le monde des rêves, sans me rendre compte que l’on me kidnappait. Vous avez bien lu. Alors que je dormais d’un sommeil tellement profond que je me retrouvais sans aucunes défenses, on m’emporta. En effet, j’avais tellement marché tantôt que j’avais presque traversé l’île, trop peu courte, des Marines, arrivant de l’autre rive m’avait vu au passage, et m’avait embarqué avec eux, sur leur bateau. Je dormais encore, et je ne m’en étais rendu compte que lors de mon réveil, brutal.

En effet, j’ouvrais les yeux, bien reposé, encore dans la douce brume du sommeil. Je n’avais pas compris, je voyais flou mais il semblait qu’une jeune fille me parlait. Je ne faisais pas attention à ses dires, me contentant d’acquiescer, pour retourner à mon sommeil. Quelques heures étaient passées, et je me réveillais enfin. M’étirant comme si j’étais encore en forêt, je me rendais compte que j’étais enfermé, derrière des barreaux. Ne reconnaissant rien autour de moi, j’étais démunis de mes sabres. Dépité, je me demandais dans quelle galère je m’étais fourré une nouvelle fois. Je croisais les bras derrière ma tête, m’adossant au mur, attendant que quelqu’un, quelque chose se passe. Je n’avais aucune idée de comment me sortir de là, il fallait être patient.

Et j’eus raison, quelques heures ou minutes, je ne me rendais pas trop compte du temps, une jeune fille arriva. Elle me disait quelque chose, je pensais avoir rêvée d’elle, et je réalisais qu’elle venait m’aider. Elle semblait être ici de son plein gré, et assomma le garde. Je ne captais pas un traître mot de ce qu’elle me disait, j’entendis seulement « plan », « sabres », « tuer personne » et « promet ». Alors qu’elle me libérait, j’enfilais les vêtements du Marine. Je ne savais pas trop ce que je devais faire, je pris son plan, fit oui de la tête, la regardant, lui souriant, et sans dire un mot je partis. Je n’allais pas répondre à des phrases que je n’avais pas vraiment entendu. Tout allait bien trop vite. Je remontais, passant inaperçu grâce au déguisement. De plus, la nuit étant tombée, peu de monde était présent. Je devais me dépêcher de retrouver mes sabres et de me tirer d’ici. Luffy et les autres vont s’inquiéter, et je ne veux pas louper leur départ de l’île. Je suivais donc son plan, et arriva devant une porte, je l’ouvrais, tout fier de moi. Et je vis alors que j’avais trouvé les toilettes. Je tirais une mine de déterré. N’ayant pas le temps de râler sur ce plan qui n’était, évidemment, pas correct, je courais dans tous les couloirs ouvrant les portes que je trouvais sur mon chemin. Je dus réveillé une bonne dizaine de soldats, pour les assommer ensuite. Une chance que j’avais l’effet de surprise avec moi. Je ne calculais pas le temps qui passait, mais le bruit lui faisait rage, et les lumières s’allumaient petit à petit.

Alors que j’avais bien du assommer une vingtaine de soldat, je tombais enfin dans la pièce où tout ce que j’avais besoin se trouvait. Je pris mes sabres, et ce qui semblait être les vêtements de l’autre demoiselle. La mission semblait être une parfaite réussite. Ralentissant le pas, je partais tranquillement sur le pont, lorsque je me retrouvais entouré par les soldats, et un colonel. Merci de prévenir ! Déposant les affaires de la jeune fille, les Marines commençaient à attaquer. Les frappant avec le plat de ma lame, je ne faisais aucun blessés. Soufflant en repensant à cette situation merdique, à cette journée pourrie, je ne savais pas ce qui pourrait arriver de bien désormais ?


Hrp : J'ai tourné ça comme ça pour rendre le tout plus intéressant et un peu plus long dans la durée. Dis moi si cela ne te convient pas.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il faut savoir se serrer les coudes (pv Zoro)   Dim 11 Mar - 17:09

InvitéInvité
avatar


Quand Tooru laissa l'épéiste, elle eut un doute. Est-ce qu'il avait bien tout compris au plan? En espérant que oui. Alors qu'elle sortit à son tour sur le pont, la jeune femme se dépêcha de chercher quelques vives qu'elle rangea dans une barque cachée sous une bâche. Heureusement peu de gens faisait attention à elle. En même temps elle faisait attention à ne pas paraître pressée ou de quelqu'un qui allait faire un mauvais coup. Pour le moment tout se passait bien. Elle retourna sur le pont et resta dans un coin attendant que l'ex-prisonnier arrive. Bon sang qu'est-ce que ca pouvait être stressant de faire ca!

Alors que Tooru était entrain de réfléchir , si oui ou non ils auraient besoin de beaucoup de provision pour la traversée en mer sur la barque, de l'agitation attira l'attention de la jeune femme. Des marines donnèrent des instructions à droite à gauche et se dirigèrent pratiquement tous dans la même direction. Là où était censé être Zoro. La jeune Lafe n'eut même pas le temps de prendre la décision d'aller voir se qui se passait, que l'épéiste aux cheveux verts déboula sur le pont...Et avec lui plus de la moitié des marines qui étaient présent sur la bateau. Et en bonus il y avait aussi le colonel. Tooru se pinça les lèvres et commença à paniquer. Normalement avec le plan qu'elle avait fournit à l'homme, ce dernier aurait du être assez discret. En plus la jeune Lafe avait réfléchit à ce que sa mère ne se trouve pas dans son bureau à ce moment. Bon maintenant, le plus important était de réfléchir à la situation présente. Personne ne faisait attention à elle -elle faisait assez discrète vu qu'elle était déguisée en marine-. Elle devait profiter de ce fait pour agir. Encore fallait-il savoir quoi faire.

Tooru remarqua que sa mère et l'épéiste étaient entrain de parler. La demoiselle regarda autour d'elle. Vraiment aucune idée ne lui venait. Bon pour une fois elle allait être téméraire. Elle fouilla dans son sac et en sortit une petit boule de tissu. Elle retira le contenu avant de l'allumer grâce à un mini briquet et le balança en direction des marines. C'était pas une bombe, mais une boule puante ca pouvait toujours jouer sur l'effet de surprise ca non? Elle agit pile au moment où les marines lancèrent l'offensive sur le pirate. Tooru pensa que sa boule puante surprendrait surement aussi Zoro. On pouvait pas penser à tout...

La mauvaise odeur se dégagea et Tooru-qui avait mis un foulard autour de son visage pour limiter la mauvaise odeur- rejoignit le vert et ramassa son sabre et ses deux revolvers que ses amis lui avaient donné. Elle faillit sauter de joie en retrouvant ses affaires mais c'était surement pas le bon moment.
Les marines ainsi que le colonel furent assez surprit de voir un marine rejoindre le camp d'un pirate. Mais la mère de Tooru la reconnut et sur son visage on pouvait voir la colère monter. Tooru tressaillit mais il était un peu tard pour faire marche arrière.
Le colonel s'avança.


« Et bien, ca me surprend encore Tooru. Tu me déçois de plus en plus...Il semble que tu es vraiment choisi ton camp, même si ce n'est pas le bon. Ne pense pas que je te ferai de cadeau cette fois. Tu seras mis au arrêt en même temps que ce criminel. »

Elle lança un regard remplis de haine et de dédain à Zoro avant de donner l'ordre à ses marines d'attaquer. Elle précisa de ne pas tuer les deux pirates. Elle les voulait vivant...Les marines chargèrent et Tooru eut un réflexe-pas très courageux- de se précipiter derrière Zoro. Bah quoi? Malgré qu'elle savait se battre avec son sabre, elle préférait de loin combattre à distance.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Il faut savoir se serrer les coudes (pv Zoro)   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Il faut savoir se serrer les coudes (pv Zoro)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il faut savoir faire table rase du passé.
» Parfois, il faut savoir faire le premier pas. ♥ Ethan
» Parfois il faut savoir sacrifier son présent pour améliorer son futur
» [Manoir Dragonstone] “Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir.” [Ryujia/Iseul]
» Il faut parfois savoir dire au revoir ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Autre îles-