AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ♦A meeting is a fight, I beat death and threaten the life♦ [Nana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Message
MessageSujet: Re: ♦A meeting is a fight, I beat death and threaten the life♦ [Nana]   Mar 17 Jan - 23:27

Strange D. NanaBloody Queen ♥ Nurse of Death
Bloody Queen ♥ Nurse of Death
avatar

Messages : 18131

Navigation
Doriki:
3632/6000  (3632/6000)
Fruit du Démon: Sang

L'île dont Nana était originaire était le joyaux du nouveau monde, le paradis dans cet mer qu'on surnomme l'enfer. Son île était la dernière avant Rough Tell, peu de personne s'y était rendu, car peu de personne avait survécu jusque là, ou avait trouver l'île. C'était un royaume tranquille, sans le moindre problème, le nom de Gol D. Roger les protégeaient bien faut dire. Le roi était un homme juste et bon, il avait été choisit par l'animal sacré de l'île, car le titre de roi ne se transmettait pas par héritage, car on ne sait jamais si les fils seront comme le père, mais c'était l'animal qui choisissait les êtres les plus pure de l'île et les nommait souverain de celle-ci. Il n'y avait jamais eut de révolte ni même de guerre civile, tout le monde était heureux sur cette île calme et paisible. Elle était comparable à la Rome, voir aussi la Grèce antique, autant par son architecture que les tenues vestimentaires. Une véritable source de bien être, des bains et des aires aquatiques partout, rendant l'atmosphère encore plus pure qu'il ne l'était. La flore et la faune était varier, c'était vraiment une île magnifique. Pourtant si tout n'était qu'amour et eau fraiche, les animaux de la race de Figaro, bien qu'il y en ait de toute sortes, n'étaient pas aussi gentils que lui en ce moment. Non c'était des animaux qui ne respectaient que ceux qui étaient plus fort qu'eux et encore, c'était rare. Par nature c'était des assassins qui aimaient tuer pour le simple plaisir de tuer. Pour pas que l'équilibre de paix ne soit rompu, ils n'attaquaient que les intrus sur leur territoire, jamais ils n'en sortaient, mais il y avait souvent des petits malins qui voulaient tenter de prouver qu'ils étaient fort et qui … finissaient déchiqueter par leur crocs, pendant que ces fauves les plantaient dans leurs chaire avec un plaisir sans pareille.

Maintenant tout était différent, Figaro n'avait plus de territoire et donc plus de repaire pour savoir où attaquer et où il ne fallait pas. Et puis il n'osait rien faire qui puisse contrarier sa maitresse, il savait qu'elle pouvait être plus redoutable que n'importe qui lorsqu'elle perdait le contrôle d'elle même. Pourtant quand on voit sa carrure imposante, pouvant d'un coup de patte vous découper en deux dans une facilités déconcertante, on avait du mal à croire qu'il pouvait se sentir impuissant face à se petit bout de femme aux cheveux flamboyant. Ce qui jouait aussi c'était qu'elle était comme lui, la seule survivante de cette île. Enfin bien qu'il ne sache plus quand tuer à tout va, cela ne voulait pas pour autant dire qu'il ne le faisait jamais, il lui était déjà arriver de planter ses crocs dans la chaire humaine et même de la dévorer sans retenu. Et ceux pas qu'une fois ! S'il pouvait de temps en temps ce le permettre c'est que la pirate ne l'en empêchait pas, elle connaissait sa nature, il avait besoin de tuer, il était fait ainsi, on y pouvait rien, sans compter que ceux qu'ils tuaient été généralement des hommes qui cherchaient à la capturer ou lui faire du mal directement. Souvent c'était des Marines. Cela lui permit d'avoir une petite prime sur sa tête pleine de poil.

Le temps, lui passa tranquillement sans rien dire, passant du crépuscule à la nuit noir de jais, avec pour seul luminosité les étoiles et la lune qui était pleine se soir là, sans aucun nuage pour la recouvrir et ainsi cacher sa lumière bien veillant. En la regardant elle se rappela alors de cette colonel qu'elle avait rencontré une fois, cette femme qui avait voulu se lier d'amitié avec elle, la faisant même manger à la table de ses parents. Dire qu'à cause d'un geste injustifiée de sa part, la pirate avait faillit la tuer dans la plus grande souffrance. Que devenait-elle maintenant ? Elle se le demandait bien … Un jour leurs routes se croiseraient surement, puisque la blonde n'avait d'yeux que pour elle. Pourquoi d'ailleurs ? Elle devait avoir ses raisons que la raison de la pirate ignorait. Imitant Zoro, elle s'allongea également sur le sol à côté de lui, Figaro suivit le mouvement et servit de repose tête à la jeune fille. Sa fourrure était si douce, si chaude. Un véritable plaisir. Elle était heureuse de voir que le bretteur était toujours prêt à en découdre, sa motivation n'était pas retomber pour un sous, c'était bon à savoir. Elle lui répondit par un large sourire tandis que son compagnon à patte fermait les yeux pour s'endormir tranquillement.

Puis il lui demanda si elle avait déjà été dans le nouveau monde. Là son sourire disparut et son visage se figea. Pendant quelque seconde, son esprit était partit ailleurs, ne pensant plus à rien, ou plus exactement ne pouvant plus penser. Reprenant ses esprits elle lui adressa un sourire nostalgique. Figaro ouvrit un œil et la regarda du coins de celui-ci, il avait bien senti, en étant collé à elle, qu'elle avait eut un moment d'absence et de tristesse. Comment lui en vouloir avec tous ses sombres souvenir qu'évoquait pour elle le nouveau monde berceau de sa naissance ? Après un moment de silence où ses souvenir avaient envahi son esprit, elle lui répondit
.

« Oui, enfaite j'y suis né … Après Marinford j'y suis retourner. Le nouveau monde … c'est votre prochaine étape n'est ce pas ? »

La jeune pirate avait beau y être retourner pour libérer Marco avec tout l'équipage du Moby Dick, elle restait toujours aussi triste lorsqu'on évoquait se mot. Lorsqu'elle y était aller pour la libération, le voyage fut si rapide, et ils y étaient restés si peu de temps qu'elle n'avait rien pu faire de ce qu'elle aurait aimé faire, comme revoir son île, voir dans quel état elle était maintenant, car son dernier souvenir était qu'elle disparaissait dans les flammes, consumant le corps inerte de sa mère… ça l'avait attristé mais elle savait qu'ils n'avaient pas eut le choix, ils n'avaient pas pu rester plus longtemps. Et puis durant le combat, on peut dire qu'elle avait dégusté, au point de vouloir fuir l'équipage pour leur cacher sa blessure, se retrouvant alors sur l'ile de la colonel qui l'avait soigné … Quelle honte vraiment, elle qui s'était juré de protéger Ace par tous les moyens, elle s'était fait avoir par des Vice-Amiraux. En réalité c'était normal, mais elle plaçait la barre tellement haut qu'elle ne se flagellait elle même pour des erreurs insignifiante.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦A meeting is a fight, I beat death and threaten the life♦ [Nana]   Jeu 19 Jan - 12:11

InvitéInvité
avatar


♦ Perhaps of shame ♦



Le ciel étoilé. Rien n’est vraisemblablement plus mystérieux et magnifique que ce dernier. Les étoiles, si loin et pourtant si brillantes. Si petites à nos yeux et bien plus grandes en réalité. Si visible et tellement abordable malgré leur mort réelle. Ces choses qui décorent notre ciel chaque nuit m’intrigueront toujours. Il existe tellement de rumeurs et superstitions sur elles que tout ce qui y touchent semble tellement irréel, tellement impalpable. J’aime croire que chacune d’elles représentent une âme défuntes, et ainsi, je sais à qui m’adresser lorsque je veux lui parler. Kuina, tu es si loin aujourd’hui et tu me sembles pourtant encore tellement accessible. Tout comme les étoiles tu me parais éphémère, vivante et toujours aussi mystérieuse, pourtant la réalité est toute autre, tu es belle et bien décédée, et ton rêve n’est plus caché. Je connais tout ce qui a à savoir sur toi, et c’est ainsi que je vis, pour toi, pour ton rêve, pour notre promesse. C’est si difficile de perdre un être cher, si dur de croire à nos existences et à nos ambitions lorsque l’on voit la fragilité du corps humain. J’ai poussé mon âme et mon cœur au delà de ce que beaucoup n’aurait pas pu supporter tout ça dans l’unique but d’atteindre mes désirs. J’ai tout supporter, les tranchants des épées, les balles perdues, les coups de pieds, de poings, les douleurs personnelles, et même celles des autres parfois, et ma foi reste intacte, mais jusqu’à quand. Je n’aurais plus d’espoir qu’à l’aboutissement de ma promesse, mais si mon corps ne tenait pas face à tous ses dangers, si ce soupçon de doute qui s’installe de temps en temps s’emparait de ma détermination. Je regarde le monde, nos ennemis, les dangers nous entourant. Et ce que je vois est effrayant, même pour moi, même pour cette personne qu’on voit, qu’on pense infaillible, inébranlable. Nous avons tous nos faiblesses. Les fruits du démons, quelque chose de si craintif pour nous, combattants sans pouvoirs. Il n’est pas dit que sans cette aide nous ne pouvons arriver au sommet mais une différence de facilité est bien présente. Je le vois, les possesseurs de ces fruits apprennent plus vite, deviennent forts bien plus rapidement, leur facilité à être motivé est plus accessible, rien ne leur est pas permis, tout peut leur sembler possible. Beaucoup de doute sont arrivés, les fruits du démons ont des faiblesses aussi, cela ne m’inquiétait pas plus que cela, mais plus la route se poursuit et plus les êtres puissants montrent des pouvoirs effrayants. Le haki est le dernier en liste. Je dois réellement devenir meilleur, plus fort, et tout ne se joue pas seulement physiquement, j’en prends conscience.

Mes pensées se troublèrent légèrement, c’était comme si je parlais à Kuina dans ma tête, je me sentais apaisé quelque part, j’arrivais à imaginer sa voix, son visage, ce qu’elle aurait pu dire pour me redonner courage. Je fonctionnais comme ça, j’avais besoin de ces petits coups de pouces, ces regains de motivation. Je souriais. Tout le monde m’imagine froid et sans faille, ce n’est pas le cas, je suis comme tout le monde, j’ai appris à être seul et à me contenter de moi même. Dès que j’appris son décès je me suis renfermé et j’ai redoublé d’effort. Elle le mérite bien, et grâce aux peu de souvenirs que j’en garde je trouve la force d’avancer, de rester au top, d’essayer de ne jamais décevoir. Ce n’était pas une tâche facile et mon ego tendait à trop gonfler. Tellement que je ne supportais pas l’échec, et le dernier que nous avions reçu avait au moins eu l’effet de me remettre les pieds sur terre. Nous avions enchaîner les victoires et les exploits, les gens en étaient même à nous redouter, à se dire les Mugiwaras ? Ils sont vraiment fort. Une situation appréciable, mais qui monte trop rapidement à la tête. Nous étions forts, il n’y avait pas de doute sur cela, mais pas à la hauteur et le progrès était toujours possible. Au vu de la différence de niveau clairement mise à nue, je savais que j’étais encore loin du titre de meilleur bretteur, mais je m’en rapprochais de plus en plus, chaque pas était une victoire, chaque millimètre me permettait d’y croire encore plus. J’y arriverai.

J’écoutais la réponde de Nana qui avait reproduit ma position, en ayant l’avantage d’avoir un coussin confortable, fait de fourrure qui semblait paradisiaque. Elle était donc née là bas, elle devait savoir un grand nombre de chose sur cette partie de l’océan. Ma curiosité n’aurait pas assez d’une nuit pour être rassasié, mais je pouvais au moins commencer par l’essentiel. A vrai dire après notre défaite, malgré l’entraînement, un monde qu’on surnomme l’enfer n’était pas le plus rassurant. Je commençais donc un certain nombre de question.


« Oui la prochaine étape. Nous sommes motivés, mais, que peux tu me dire sur cet enfer ? C’est un passage obligatoire mais tout le monde semble hâtif d’y aller ? Je sais que c’est le début pour arriver au One Piece, mais pourquoi cette partie du monde semble si redouté et si populaire ? »


Je me posais beaucoup de questions sur ce qui nous attendait. Et je me rendais compte que je dépassais peut être mon calme naturel. Je me rattrapais, un peu.

« Excuse moi...Je cherche juste à savoir si nous sommes réellement prêt. »


J’avais conscience qu’il fallait avancer, mais je restais légèrement bloqué sur notre échec. Je savais qu’on serait tous plus fort, mais le serions nous assez ? Nous n’avions pas eu l’occasion de tester notre force face aux Amiraux ou à d’autres ennemis maîtrisant tous ces pouvoirs. Sors de moi doute..

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦A meeting is a fight, I beat death and threaten the life♦ [Nana]   Jeu 19 Jan - 14:35

Strange D. NanaBloody Queen ♥ Nurse of Death
Bloody Queen ♥ Nurse of Death
avatar

Messages : 18131

Navigation
Doriki:
3632/6000  (3632/6000)
Fruit du Démon: Sang

Le nouveau monde, la partie de Grand Line la plus mystérieuse, seuls les plus méritant pouvaient la parcourir mais rare étaient ceux qui y survivaient. Parfois les petits orgueilleux s'y rendaient pour se sentir puissant, égocentrique et sûr de leur puissance imaginaire, ils ne faisaient jamais long feu, bon nombre revenaient la queue entre les jambes si par chance ils n'étaient pas mort dans ses eaux. Le taux de survit était faible, et les Yonkou, ses seigneurs des mers y régnaient en maitre absolue. Avant c'était principalement Edward Newgate, soit Barbe Blanche qui régnait sur presque toute cette mers qu'on nommait mers blanche. La plupart des îles étaient alors sous sa protection, mais aujourd’hui les temps on bien changer, car il était mort. Depuis l'annonce de sa dite mort, tout était partie en vrille là bas, l'enfer que c'était avait redoublé de cruauté et les supernova avaient bien du mal à s'en dépatouiller. Le seul qui s'en sortait vraiment était surement Eustass Kid, car même Jewelry Bonney n'avait pas fait long feu, à peine arrivé qu'elle était tombé sur Barbe Noir, cet homme méprisable. Un jour oui, elle vengerait Ace et l'équipage du Moby Dick en tuant Barbe Noir. Peut être que son fruit du démon à elle avait une chance contre cette brute épaisse ? Enfin c'était beau de rêver, il était d'une puissance effrayante, il volait en plus les meilleurs fruit du démon, s'il venait à apprendre qu'elle fruit elle possédait, il était évident qu'elle figurerait sur son tableau de chasse. Pour l'heure il y avait peu de chance qu'elle survive à un combat contre lui, personne pouvait l'affronter en combat singulier sans perdre sa vie. Dire qu'il était dans le nouveau monde et qu'il pouvait y faire ce qu'il voulait, ça la dégoutait. En pensant à cette partie du monde, elle avait envie de pleurer la mort de ce cher Yonkou, protecteur des îles. Elle n'avait pas d'affection particulière pour lui, mais elle savait que s'il mourrait, tout le bel ordre du nouveau monde allait s’effondrer, et comme son île à la mort de Gol D. Roger, celles qui étaient sous la bannière de Barbe Blanche serrait les premières victimes de sa mort. Toutes détruites pratiquement par les nouveaux arrivant en soif de puissance et de renommer, ne se sentant plus pisser sachant qu'ils étaient dans le nouveau monde et qu'il n'avait plus à craindre les foudres de l'ancien.

La marine n'est pas censé protéger les civils d'ordinaire ? Alors pourquoi avoir laisser cet homme qui avait des dizaines et des dizaines d'île sous sa protections ?! C'était illogique ! Elle se souvenait avoir hurler à plein poumon contre la marine, les maudissants de tous les noms pour leur hypocrisie répugnante, vomissant leur slogan de justice tacher de sang et de mensonge. Pour le coup ce cher Marshall D. Teach était beaucoup plus honnête que ses gens se disant servir le bien en protégeant les innocents. Encore faudrait-il qu'il le fasse ! Sans compter que Maintenant, cette milice vulgaire était aux mains du pire tyran qu'il était possible d'imaginer, son pire ennemie, l'être le plus abject qu'il puisse exister : Akainu. Cet homme qui avait tenter de tuer son bien aimé et qui n'avait pas le moindre scrupule à tuer allier et innocent si ces derniers étaient dans son champs d'attaque. Comment avait-on pu confier la sécurité du monde à un monstre pareille ?! C'était incompréhensible. Rien que d'y penser ça l'énervait, son sang ne faisait qu'un tour. Sa haine envers lui était plus grande que n'importe quoi dans ce monde. Avec lui aux pouvoirs, aucunes chances que des jours tranquilles soient en vue, la vie serait encore plus difficile et violente qu'avant, et les pertes du côté des pirates ne fallait même plus la peine d'être compter dans le nombre était exorbitant. Un génocide, oui le but de cet homme était de faire un génocide sans comprendre en compte les dommages collatéraux ni même les valeurs d'autrui. Garp … Comment avait-il pu laisser faire ça ?! Cet homme avait tenter de tuer ses deux petits fils et même son petit protéger ! En y réfléchissant bien, il fallait qu'elle élimine cette honte de la Marine, tant pis s'il était amiral en chef, avant Barbe Noire.

En pensant à toutes ses choses plus déplaisantes les unes que les autres, se faisant même des scénarios sur comment elle avait réduire en charpie ses deux êtres infâmes, Zoro l'extirpa de tout ça en lui posant tout un tas de questions à la suite. Une avalanche de question à vous embrouiller l'esprit. Ça demande était légitime, il ne connaissait pas cette partie du monde et il devait s'y rendre avec le reste de son équipage, mieux valait qu'il soit un minimum préparé. La pirate originaire du nouveau monde le regarda nostalgiquement avec un sourire pendant qu'il s'excusait. C'était bien de chercher à savoir s'il était réellement prêt, ça montrait qu'il n'était pas du genre à foncer dans le danger tête baissé comme son capitaine. À moins que c'était exceptionnel qu'il cherche à se préparer avant de partir à l'aventure ? Allez savoir …


« Ce n'est rien, il vaut mieux en effet que tu sache ce qui va t'attendre là bas ... »

Son air devient soudain sérieux en repensant à toutes les horreurs qu'elle y avait vu. Durant ses deux ans l'était s'était surement dégradé encore plus que lorsqu'elle y était retourner libérer Marco avec toute l'armada de Barbe Blanche. Un jour elle prendrait le temps d'y retourner avec Ace et peut être quelque membre de l' équipage pour essayer de retrouver son île et voir ce qu'il en restait. Nana tout comme Figaro, avait peur d'y retourner, encore plus si c'était seule. Même eux deux ensembles d'ailleurs, il fallait la présence de quelqu'un d'autre sinon, la triste de voir tant de désolation risquerait de les achever tous deux psychologiquement, c'était certain et ils en avaient conscience. Peut être que leur chemin se recroiserait dans le nouveau monde ?

« Ce que je peux te dire ? C'est que là bas c'est une vrai jungle, le désespoir et la désolation sont partout. Encore plus depuis que Barbe Noire essaye de devenir le chef des lieux à la place de Barbe Blanche, et la marine n'aide en rien à ce problème ! Il est devenue bien trop puissant … Si les gens sont atif d'y aller c'est par concentricité, pour se dire qu'ils sont fort, qu'ils navigues sur les mêmes mers que l'île où se trouve le One Piece. C'est ce qui fait sa popularité, et puis c'est le royaume des Yonkou, tous ceux qui rêve de gloire et de puissance s'y rende, mais peut de gens y survive. Les supernova on eut du mal là bas, seul les plus sadiques ont pu s'en sortir. »

C'est vrai, si Eustass Kid et X-Drake s'étaient fait une réputation là bas ce n'était pas pour leur générosité bien loin de là, crucifier des pirates sous prétexte qu'ils sont trop faible parce qu'ils le suppliaient … Vraiment de quoi se faire remarquer. Oui des supernova, seul les plus sadiques s'en sortaient dans le nouveau monde. Une jungle où tout le monde se jetait dessus pour passer en dévorant l'autre ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦A meeting is a fight, I beat death and threaten the life♦ [Nana]   Ven 20 Jan - 2:14

InvitéInvité
avatar


♣ Harder, Better, Faster, Stronger ♣



La peur, la crainte, l’effroi, la souffrance, toutes ce sensations qui étaient pour moi des synonymes d’une faiblesse. Cependant, ces sentiments étaient humains, ne pas les ressentir m’aurait transformer en une espèce de monstre sans émotions, et ça, je ne le voulais pas. En ce moment je doutais pas mal, sur notre réelle puissance, je n’avais certes pas pu comparer mes progrès face à nos nouveaux adversaires mais j’avais à côté de mes craintes ma grande détermination et motivation. Je savais, enfin au moins une part de moi, qu’on allait réussir, j’avais foi et ça personne ne pourra me l’enlever, mais l’échec qu’on avait subit avait remis en cause notre réussite, il fallait bien l’avouer. Alors qu’allongé, là, regardant le ciel étoilé, se perdant dans nos paroles et dans nos pensées, je me laissais emporté pour toutes ces interrogations. Imaginer, n’est ce pas une chose splendide ? Nous pouvons tout imaginer, le bien, le mal, le succès, l’échec. Tellement de scénarios s’offraient à nous que notre esprit pouvait tous les voir, et c’est ce qui me plaisait de faire. Je nous voyais, réunis, partie pour le nouveau monde, parcourant îles après îles, déroutant nos ennemis, éliminant ceux qui nous bloquait la route et après quoi ? Luffy trouvait le One Piece et devenait le roi des pirates, Sanji trouvait All Blue, Robin arrivait à desceller le secret de l’Histoire, Nami finissait sa carte, Ussop devenait courageux et entrait dans la légende, Brook revoyait Laboon, Franky mènera le Sunny jusqu’au bout, Chopper trouvait des millions de potions et moi, moi, je battais l’actuel meilleur bretteur pour prendre sa place. C’est ainsi que tous devait se passer, c’est comme ça qu’on devait finir, mais si ça bloquait, si dans tous ça nous perdions en route quelques compagnons, si nous arrivions pas tous à notre but, aurons nous des regrets ? Bien sûr, nos rêves individuels étaient tous, sans exceptions, passés un peu après la vie de nos camarades. Nos ambitions n’étaient pas si importante face au fait que l’on réussisse tous. Beaucoup de choses avaient changés depuis mon départ, depuis ma errance.

J’étais partis tôt, après m’être entraîner durement et l’aboutissement du style à trois sabres. Je chassais les primes pour vivre dans le strict minimum, je bougeais tout le temps, prenant le temps de dormir que chez les habitants que j’aidais. L’argent que je récoltais me servait à réparer mes katanas, rien d’une véritable vie passionnante. Et ensuite, je suis tombé sur Luffy, ce petit homme encore trop enfantin qui ne se souciait de rien, avançant comme cela lui arrangeait, sans vraiment regarder les dommages collatéraux. Il m’avait aidé, et je l’avais rejoins, après tout, ce qui m’apportait réellement était surtout l’arrivée à mon but, je n’avais encore tissé aucun lien. Mais on arriva bientôt sur une île, où on rencontra Nami. A vrai dire elle tombait à pic, aucun de nous deux ne savait diriger un bateau. On l’aida et des liens entre moi et mon capitaine se créait. Après tout combattre ensemble, s’entre aider, tout ça renforce une complicité. Nami ne tarda pas à rester avec nous, dans son but caché, mais malgré ça elle devenait déjà indispensable. Après nous rencontrâmes Ussop, et bien évidemment, en prime, le Vogue Merry, notre premier bâteau. Ensuite fut le tour de Sanji. Il était l’un des seuls qui avait une vie déjà tracé, faite, bien entouré et presque heureuse. Malgré la rivalité qui s’installait, on savait aussi bien l’un que l’autre, que chacune de nos places devenaient irremplaçable. Après ce fut le tour de Chopper, avec lequel on fit connaissance sur Grand Line, et ensuite beaucoup d’aventures se poursuivaient jusqu’à Franky, puis Brook. La chaîne était longue, et plus le temps avançaient plus une fraternité s’était installé. Nous étions un équipage soudé, et cela nous avait changé. Nous ne comparons pas le début de nos histoires à aujourd’hui, mais à l’intérieur de nous, nous étions tous différents. La plupart des membres étaient esseulés, en recherche de quelque chose, de quelqu’un, et nous l’avions tous trouvé grâce à Luffy, et je crois ne pas me tromper en affirmant que c’est cet acte qui fait de lui notre capitaine, notre excellent capitaine.

Quelques souvenirs nostalgiques s’installaient en moi, je gardais un léger sourire sur mes lèvres. Je sortis un peu de cet état oisif, reprenant mes esprits, revenant de loin. J’écoutais donc la réponse de Nana, qui confirma quelques doutes. Le Nouveau Monde était effrayant, et il ne fallait pas être des enfants de cœurs pour s’y plaire. Elle reparla de Barbe Noire, un nom qu’on entendait de plus en plus, on le qualifiait de cruel, et extrêmement puissant. De ce qu’on disait c’était lui qui avait envoyé Ace au gouvernement mondial, et rien que ça faisait de lui un adversaire redoutable. Nos routes se croiseront sans nul doute, dans ce monde infernal, effrayant qu’es le Nouveau Monde.


« Nous sommes forts et nous croyons en chacun d’entre nous. On a tant donné pour nos rêves, on ira jusqu’au bout. »


En même temps que de me rassurer avec une motivation qui revenait à temps pleins, je ne voulais pas instaurer de doute à Nana, elle qui avait l’air de s’en faire pour Luffy. Il était bien entouré, et nous avions de la chance de l’avoir, nous réussirons, il n’y a pas de raison que nous échouons, après tous, nous sommes les Mugiwaras.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦A meeting is a fight, I beat death and threaten the life♦ [Nana]   Ven 20 Jan - 10:56

Strange D. NanaBloody Queen ♥ Nurse of Death
Bloody Queen ♥ Nurse of Death
avatar

Messages : 18131

Navigation
Doriki:
3632/6000  (3632/6000)
Fruit du Démon: Sang

Il est impressionnant de remarquer comme un endroit, plus il est dangereux, plus il est attirant. Oui les gens avaient beau savoir qu'ils allaient y risquer leur vie, ils y allaient quand même, certain revenaient la queue entre les jambes pleurant leur stupidité, d'autre n'avait pas eut le temps ni de pleurer ni de revenir, le danger les avaient frapper à peine arrivé volant leurs rêves et leurs espoirs. Seul une minorité survivait. À quoi cela pouvait bien servir d'aller se jeter dans la gueule du loup en sachant qu'on allait pas y faire long feu pour ensuite regretter son choix ? C'était débile, être prévenu des risques, y aller quand même et au final vouloir faire un retour en arrière, non vraiment elle comprenait pas. L'égo de l'homme était bien trop disproportionné pour elle, et puis les rêves de gloire et de pouvoir n'était pas son genre. Du coup elle ne pouvait pas comprendre tous ses êtres qui se rendaient dans sa mers avec pour seul but de se sentir puissant et être reconnu par les autres en se faisant mousser pendant leur départ. Elle ne les supportait pas, tout ce qu'elle voulait c'était que ceux qui venaient dans le nouveaux monde pour des raisons aussi puéril meurent rapidement avant d'atteindre son île. C'était une pensés horrible certes, mais quand elle était petite, tout le monde était bien content que les mers étaient trop dangereuse, fauchant la vie de tous les impétueux qui naviguaient dessus, les empêchants de venir sur leur île. Seul Gol D. Roger était respecté, il était le seul pirate parmi ceux qui étaient parvenu sur son île a ne lui faire aucun mal, la prenant sous son aile et la protégeant. Il avait même donner les renseignements qu'il savait sur le monde, tout ce qu'il avait découvert pendant son voyage. Oui il avait offert à son île tout son savoir, jusqu'à l'emplacement du One Piece. C'était dire la confiance qu'il avait en ces habitants, dommage qu'aujourd'hui ils soient tous à ses côtés dans l'autre monde. Nana était la dernière gardienne de se savoir, un savoir d'une valeur inestimable qui ferait enrager le gouvernement mondiale s'il venait à être divulguer. Ces derniers pensaient avoir éradiquer le problème, mais jamais il n'avait envisager qu'ils y aient une survivante au massacre qu'ils avaient orchestrés. Ils voulaient protéger les secrets du mondes, non pas pour le bien du peuple qui y vit, mais bel et bien pour leur intérêt, après tout la mère de Nana écrivait trop de roman qui implicitement révélait des parts de secret, et qui surtout racontait la vérité sur les méchants du gouvernement, il fallait arrêter ça au plus vite, et quoi de mieux qu'un génocide fait par des pirates pour cacher un meurtre préméditer par le gouvernement ? Payer des pirates pour faire le sale travail n'était pas bien difficile pour eux.

Les mers du nouveau monde était imprévisible, vous transformant radicalement du jours au lendemain. Ces mers étaient le berceau de sa vie, mais aussi de son traumatisme, lui donnant la vie mais la lui brisant également. C'était pareille pour beaucoup d'autre dans le nouveau monde, ils y vivaient heureux jusqu'à ce qu'un beau jour, un être sanguinaire vienne tout briser pour une lubie personnelle. La folie de la jeune fille était née ici et elle se réveillait beaucoup plus souvent dans cet atmosphère, devenant de plus en plus dangereuse. Si au début elle était juste brisé au point de ne plus parler, maintenant sa folie était du stade à la cruauté de ses bourreaux. Ils l'avaient traumatisé au point qu'elle les imites tellement c'était incrusté dans son esprit. Malgré toute la souffrance qu'elle avait vécues en ses eaux, elle en était toujours ressortit vivante par on ne sait quel miracle, le destin était-il cruel à vouloir jouer ainsi avec elle, ou ce n'était que des testes pour voir si elle était digne de sa volonté ? Elle avait réussit à être sauvé des flammes, et lorsqu'elle y est retourné, elle avait survécu à un enfer dans le quartier de la marine le plus dangereux et instable du nouveau monde, pourtant les blessures qu'elle y avait reçut aurait pu lui être fatale. Sa bonne étoile devait être vicieuse pour la laisser au seuil de la vie et de la mort ainsi, la laisser se baigner dans la souffrance sans vouloir abréger ses souffrance une bonne fois pour toute. Non de toute façon, quand bien même elle subirait tous les malheurs du monde elle n'avait pas le droit de mourir, tant pis si on lui arrachait un bras ou une jambes, ou même tous ses membres et qu'elle se retrouve obligée de ramper sur le sol ! Elle avait un but à accomplir, elle n'avait pas le temps de mourir, il fallait qu'elle tient bon jusqu'à ce que son but sur terre soit accomplit. Mais est ce que son autre elle serait en accord avec ça ? Une partie qui ne pense qu'à la protection et l'autre qu'à la destruction ? Le nouveau monde l'avait partager en deux moitiés paradoxales, voilà ce qu'était la nouveau monde. Un océan qui vous noie dans la folie, rien de plus rien de moins.

Ce Zoro avait l'air confiant, il avait raison, mais en même temps il ne fallait pas l'être de trop, car le désenchantement était grand, et il risquait de tomber de haut. N'oublions pas que Luffy avait manqué de mourir avec Ace sur la première partie de Grand Line, durant la grande guerre de Marinford, les deux n'avaient même pas attendu d'être dans la pire des mers du monde pour voir de près la grande faucheuse ! D'ailleurs l'homme le plus fort du monde, et également le plus proche du One Piece n'était pas mort dans le nouveau monde mais à Grand Line, alors quand on se dit que le nouveau monde est pire que Grand Line et que leur différence de niveau n'avait aucun exemple comparable … ça faisait froid dans le dos. Si la première partie était capable de tel horreur, imaginez de quoi était capable la deuxième. Mais ce qui faisait le plus peur à la jeune fille était le fait de savoir que ce qui avait poussé Luffy à devenir plus fort était d'avoir frôler la mort et d'avoir vu son frère manquer de mourir. Il lui fallait ce genre de choque pour le pousser a aller plus loin. Dans cette dernière partie de Grand Line il lui faudrait encore un sacrifice pour le pousser à aller plus loin, mais qui ? Elle ne voulait pas le savoir. Elle réalisa que si la vie des deux frères n'avaient pas été si proche de l'autre monde, Luffy serait mort actuellement par son désir d'accomplir son rêve sans réaliser les danger qui l'entoure. Il fallait vraiment quelqu'un pour l'encadrer, son équipage réussirait-il à surveiller ce jeune écervelé ?


« Je l'espère, car la mort là bas est partout, elle frappe au hasard. Ses mers transformes les gens. Marinford à côté, c'était presque un plaisir, et pourtant les pertes furent importante … Faite très attention à vous. »

Ce qu'ils allaient voir là bas risquait probablement de changer certain de l'équipage, il faudra qu'elle les surveille de loin. Déjà il leur vaudrait passer l'ile des hommes poissons, mais ce n'est pas tout, les supernovas qu'ils avaient connus avant risquaient d'être un réel problème pour eux, car certains avaient déjà deux ans d'expérience de la violence du nouveau monde, eux n'étaient que des petites nouveaux. Ils ne seraient ainsi pas difficiles à quelqu'un comme Eustass Kid de les réduire à néant, la vie du nouveau monde s'était marqué sur son corps, il la connaissait bien, il avait apprit a la manier pour en faire un terrain de jeu. Ensuite, il y avait les Yonkou ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦A meeting is a fight, I beat death and threaten the life♦ [Nana]   Dim 22 Jan - 22:38

InvitéInvité
avatar


† Let's go †



Les Supernovas, voilà une qualification de plus qu’on m’attribuait. Nous étions onze dedans, et j’étais l’un des rares, non capitaine, à y faire partie. Bien que flatteur en un sens cela ne faisait qu’empirer les recherches sur notre équipage. Et avec les derniers événements, Luffy devait être une des cibles principales. Cela se résumait dans sa prime, simplement, 400 000 000 de berrys. Ainsi il était devenu le capitaine de la nouvelle vague de pirates le plus recherché, enfin, le plus primé pour le moment. En effet, tous les autres avaient deux ans d’avance, et ce n’était pas rien. Ils avaient pris une avance considérable sur nous mais pas seulement, ils savaient à quoi s’attendre, ils avaient de l’expérience, de plus en plus sur ce monde qui nous était, à nous Mugiwaras, encore inconnu. Tous ceci avait un attrait effrayant, déjà que les Supernovas n’avaient pas l’air d’être des enfants de cœurs, imaginez les avec deux ans d’expérience dans un monde appelé l’enfer. Il ne fallait pas oublier qu’en plus du gouvernement mondial, les pirates avaient comme ennemis les autres pirates. Il se pouvait qu’ils s’entre aident, parfois, mais au final, ils cherchaient tous une chose, le One Piece. Certains cherchait l’argent qu’il apportait, d’autre la gloire, ou encore le respect, et même l’honneur, mais tous le voulait, et ceux qui échoueront voudront à tout prix le voler, et ainsi de suite. L’aboutissement du rêve de Luffy ne marquera pas la fin de nos aventures, loin de là, il marquera notre expansion vers la légende, et c’est aussi ce que nous recherchons.

C’était en tout cas ce que je recherchais, le titre de meilleur bretteur ne s’arrêtait pas par la victoire contre Mihawks. Même si c’était officiellement lui le meilleur, d’autres arriveront par la suite, je ne voulais pas seulement avoir ce titre, mais je voulais le défendre. Motivé d’autres jeunes épéistes à aller jusqu’au bout de leurs limites pour remplir leurs ambitions. C’est dans ces choses là que j’appréciais la piraterie. Au delà de ça, la plupart d’entre eux étaient des hommes sans paroles, vils, cruels, et parfois trop fier. Je les connaissais bien, je les avais traqués et vendus pendant plusieurs années. Mais c’est une vision qui partit lors de ma rencontre avec Luffy, j’en avais connu des pirates, tous avais des différences, mais Luffy était un spécimen complètement à part. Premièrement aucun pirate m’aurait aidé, de par ma renommé et mon manque évident de sociabilité. Personne aurait pris le risque de s’attirer des ennuis pour moi, personne aurait navigué sans navigateur ou carte pour se diriger, bref, il était complètement à part. Et c’est tous ses risques qu’il à prit pour me sauver que je l’ai rejoins. Nous étions tous des pirates différents, les autres Supernovas s’étaient distingués par leur cruauté, nous avions eu nos primes en aidant quelques personnes, rien de plus. C’est ce qui nous différenciait des autres, et c’est également pour cette raison que je craignais notre arrivée dans le Nouveau Monde. Et il y avait de quoi, les paroles de Nana me faisait réalisé, encore plus, que ce Monde était bien plus dangereux. Malgré nos progrès, des sacrifices seraient encore à faire. Mais même avec tous ça, je n’étais pas découragé, et je suis sûr que personne ne l’était. J’étais confiant, conscient que cela allait être difficile, mais confiant. Je croyais en nous, en notre détermination, c’était notre volonté qui nous avait placé jusque là, et j’étais certain qu’elle continuera à nous porter jusqu’au bout.


« Ne t’inquiètes pas, nous y arriverons. »

Je voulais également rassuré Nana, elle semblait anxieuse face à notre entrée au Nouveau Monde. Ce qui ne me rassurait pas vraiment vu qu’elle y était née, elle devait savoir à quoi nous allions nous attendre. Elle devait être inquiète pour Luffy, elle le considérait comme son frère et lorsqu’on le connaît on est capable de se faire du soucis s’il tiens une cuillère dans sa main. Oui, une cuillère peut devenir une arme dangereuse dans les mains de Luffy, le problème est qu’elle plus dangereuse pour lui que pour ce qui l’entoure. C’était encore un enfant, mais il pouvait très agir avec une grande sagesse. On savait jamais vraiment de quoi il était capable, il prenait certes parfois des décisions rapides, sur le tas, et qui paraissait risquées, mais il s’en sortait toujours avec assurance. Il était comme ça, à la fois enfantin et responsable. Il faisait preuve d’intelligence dans ses combats et c’est ce qui nous a mené aussi loin. Nous avions un bon capitaine. Le reste de l’équipage pouvait également assurer ses arrières, Sanji était un combattant aux corps à corps hors du commun, Ussop et Nami arrivaient très bien à gérer la distance, Franky et Brook se révélait très utile dans les combats, Robin et Chopper avaient des connaissances qui dépassaient ce que j’aurais pu imaginer, et bien tous assurant dans leurs duels. Nous étions un équipage puissant et redoutable, ma confiance était surtout dans nos liens, nous allions y arriver, même avec ses deux ans de retard, nous serons les premiers !

Nous étions tellement partit dans nos pensées et dans notre conversation, que le temps défilait. L’aube n’allait pas tarder, et nous devions nous tenir prêt pour enfin mettre fin à cette mission. Je dois dire l’avoir laissée un peu de côté, l’ayant presque oubliée finalement, toutes ces craintes ressenties avaient eus raison de moi. Mais il ne fallut que très peu de temps pour remettre ma motivation à flot. Je me relevais, tendant ma main vers Nana, voulant l’aider à se relever. Je la regardais, d’un air déterminé, le sourire aux lèvres, je finissais par exposé quelques mots.


« Prête ? »


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦A meeting is a fight, I beat death and threaten the life♦ [Nana]   Mar 24 Jan - 12:52

Strange D. NanaBloody Queen ♥ Nurse of Death
Bloody Queen ♥ Nurse of Death
avatar

Messages : 18131

Navigation
Doriki:
3632/6000  (3632/6000)
Fruit du Démon: Sang

(mouhahaha j'ai profiter de l'absence du prof pour te répondre ! Bon j'espère que c'est pas trop nulle par contre j'ai du faire un peu vite pour les deux réponses)

Depuis la guerre de Marinford, la jeune pirate avait rejoint les rangs de supernovas entant que douzième. Elle non plus n'était pas capitaine tout comme Zoro, la seule différence pour les deux était qu'elle était devenue supernova sans même passer la case « simple pirate », car directe sa première prime était tomber à plus de 100.000.00 berry ! Ça pouvait s'expliquer facilement par le fait qu'elle avait duper Akainu, elle était aller à Impel Down, puis elle avait blesser ledit Amiral durant la bataille et cracher son venin au visage de Sengoku, sans compter qu'elle était la seule survivante d'une île que le gouvernement mondiale avait voulu raser. Pourtant, alors que d'autre pirate serait heureux d'avoir son titre et sa prime, cela ne lui faisait absolument rien, prime ou pas pour elle ça ne changeait rien, elle n'avait jamais eut particulièrement envie d'être pirate, mais si pour sauver ses amis et réaliser ses ambitions on devait la considérer comme tel alors soit, elle serait une pirate ! Après tout, ceux qui cherchaient à découvrir le One Piece était des pirates, et elle, elle connaissait l'endroit où le trouver, donc dans un sens elle en était presque une à la base, puisque son rôle était de le protéger. Enfin pour l'instant elle le savait en sécurité, donc elle protégerait le trésor le plus précieux de Gol D. Roger, son fils Ace, à défaut de pouvoir aussi garder un oeil constant sur son petit frère Luffy. Ses rêves étaient plutôt simple, il n'y avait ni gloire ni rien de tout ça, juste faire vivre les légendes de ce monde à jamais, en les gravant dans l'histoire pour qu'ils ne disparaissent jamais des mémoires comme Gol D. Roger et bien d'autre. L'une des principales raisons qu'on entrait dans l'histoire ces derniers temps c'était la quête du One Piece, le saint Graal des pirates, mais encore fallait-il le mérité, et ça elle comptait bien faire en sorte que seule une personne de valeur l'emporte, si seulement ça pouvait être Luffy alors ça serait le mieux, mais elle ne pouvait se permettre de favoritisme, même si elle avait les moyens de le faire. Restait à savoir si réussirait à s'en emparer le premier, cette idée la faisait frémir.

Le seul problème c'est que dans la longue liste des prétendants au titre de seigneur des pirates, le nombre ayant suffisamment de valeur pour le porter était très restreint, le reste n'était que des barbares qui ne vivaient que pour le crime et une gloire pour les avoir commis. Pire, cette dernière catégorie était généralement beaucoup plus forte que la première, c'était aussi pour ça qu'elle s'inquiétait tellement pour ce cher Luffy, mais également son équipage. Elle voulait tellement que ce soit eux qui arrive en tête de la course, ils étaient pour elle les plus méritant, si jamais ils devaient se faire avaler par l'enfer, que resterait-il ? Dans un sens l'enjeu du monde était entre les mains des prétendants, et selon qui l'aurait, le monde changerait dans un sens ou dans l'autre. Elle regarda alors le bretteur avec un sourire sur les lèvres
.

« J'espère bien, sinon je vous tombe dessus ! »

Bien qu'elle en soit capable, elle savait aussi pertinemment que son cher capitaine ne laisserait jamais son petit frère sans surveillance dans des mers aussi hostile, même si c'était de loin, sans que l'intéresser sans rende compte. Enfin même en sachant ça ça ne l'empêchait pas de rester inquiète à l'idée que l'équipage des Mugiwara no Bushi entre dans la mer de son enfance, mais les paroles de Zoro la rassurait un peu, sa détermination montrait qu'il ne se laisserait pas abattre. Nana aimerait tellement rencontrer chacun des membres de l'équipage de Luffy, ils avaient tous leur particularité, leurs spécificités, leur rêve, elle voulait connaître tout ça, surtout si elle voulait les retranscrire.

Tout en y pensant son regard se noyait dans le ciel qui se décolorait. Ils l'avaient vu passer des douces couleurs orangé tirant sur le violet du crépuscule jusqu'à une nuit noir et là maintenant c'était l'inverse, le ciel passait du noir à couleur chaude de l'orange rouge de l'aurore. Elle le regardait en oubliant presque ce pourquoi elle était ici, le temps passe tellement vite lorsqu'on parle et qu'on réfléchit à plein de chose ! Heureusement que ce cher Zoro était là à lui tendre sa main sinon elle aurait surement été en retard pour les ventes d'esclaves. Elle lui rendit son sourire s'aidant de sa main pour se redresser, et lui répondit
.

« Plutôt deux fois qu'une mon cher Zoro ! Allons y des esclaves nous attende. »

Figaro aussi se redressa, poussant un bâillement d'une grande puissance, même un lion se serait tu en l'entendant. Ça la fit rire, des trois ils étaient finalement le seul à s'être reposé. Elle grimpa sur le dos son félin, il serait plus rapide pour rejoindre rapidement la zone où ils devaient se rendre, et en plus ça les fatigueraient moins pour les combats qu'ils auraient à mener. Elle regarda alors Zoro pour lui expliquer ce qu'elle avait prévu de faire.

« ça sera plus rapide si on y va sur le dos de Figaro si on s'accroche bien, ensuite il nous attendra un peu plus loin de la zone de vente, il est trop gros et a une prime sur sa tête, il sera facilement reconnaissable s'il nous accompagne jusqu'au bout. La première vente se trouve un peu loin, donc ça sera moins fatiguant pour nous, est ce que ça te va ? »

L'animal et sa maitresse attendait la réponse du jeune homme avant de partir à vive allure empêcher ses ventes d'être humain.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦A meeting is a fight, I beat death and threaten the life♦ [Nana]   Jeu 26 Jan - 17:49

InvitéInvité
avatar


♦ L'heure d'entrer en action ♦



Mes pensées restaient concentrées sur la nouvelle mission. Je mettais de côté mes peurs et mes craintes pour ne laisser qu’une seule chose en importance. Un bon combattant devait savoir faire la part des choses, je l’avais appris au fil des années. Être prêt, coûte que coûte, tel était mon esprit. Peut importe si notre cœur saigne, si notre esprit divague, il faut arriver à se concentrer dans la seconde, dès l’instant où nous voulons nous approcher de notre rêve. Je me souviens de mon combat face à Mister One, son corps entièrement fait d’acier, je butais à chaque tentative sur un corps qui me semblait impossible à blesser, à trancher. Et pourtant, la concentration, ne faire qu’un avec sa lame, ce n’est pas le katana qui choisit quoi pouvoir couper, mais c’est bien l’épéiste. A partir de là je fis un énorme pas en avant, tout me semblait plus accessible, je n’ai aucune limite. Et c’est ainsi que j’appris que les limites du corps et de l’esprit sont infinies, il suffit de les repousser encore et encore, certes parfois cela peut être dangereux, mais lorsque la volonté et la détermination d’y parvenir est en nous, nous ne pouvons que réussir. J’avançais en gardant cette philosophie en tête, et, de cette manière tout me semblait réalisable. Peut importe les obstacles, j’y parviendrais. De nombreux épéistes me couperont la route jusqu’à Mihawks, il faudrait battre un grand nombre de personnes avant d’atteindre mon but ultime, et je n’avais jamais été aussi prêt, j’y arriverais, peut importe la puissance de l’adversaire, peut importe l’épée qu’il aura entre les mains, je serais le meilleur, je les surpasserais, pas seulement pour elle, Kuina, mais aussi pour moi, pour respecter mon honneur, ma fierté, ma passion d’épéiste.

De tout temps les bretteurs, que ce soit les samouraïs, les maîtres des bokkens et autres katanas divers. Tous, sans exception partageait cette même passion, cet honneur qui nous relie. Malgré le fait que nous nous combattons, que nous évaluons nos forces, il existe un certain respect des épéistes. Je l’avais, Mihawks aussi, j’espérais en rencontrer encore, voir à quel point cet art est diversifié. Mon style était un style unique, la santoryou, l’art des trois sabres, je devais être le seul à l’avoir poussé aussi loin, j’espérais inspirer plusieurs générations ainsi. La force de trois katanas, il ne fut pas aisé de maîtriser cet art, mais j’y suis parvenu en redoublant d’efforts. Malgré la difficulté je devais trouver un moyen de palier vitesse, puissance et précision. Le santoryou, je le considère comme un art plus complet que le nitoryou. Les deux katanas sont un avantages, mais le troisième offre une défense plus résistante et une attaque plus redoutable. Cependant, il faut prendre en compte que le nombres de katanas ne joue en rien sur le bretteur. Comme mon expérience me la montré, il n’a suffit qu’un couteau ridicule à Mihawks pour battre mes trois sabres, et ces derniers ont battu le style à huit katana d’Hachi. Bref, les katanas étaient aussi une véritable passion pour moi. Leurs histoires, leurs mystères, leurs forces, j’admirais aussi bien Mihawks pour son savoir faire que sa lame extraordinaire. Mes trois sabres à moi avaient une note nostalgique, j’avais celui de Kuina, le katana blanc, un excellent sabre, une lame maléfique, si effrayante et exaltante, et une lame fine et rapide. Les trois figuraient des les 21 plus grands sabres du monde, 7% de ces sabres se trouvaient entre mes mains, et pourtant, leurs puissances étaient faibles comparée aux 12 meilleurs, comme la lame de Mihawks. Rien que la réplique que le singe s’était forgée était effrayante, la sensation de se battre contre cette lame était énorme, un bonheur craintif comme si on hésitait à ne pas se faire couper soi même, tellement attirante et repoussante, un mélange d’émotions étranges, une oxymore personnifiée..

Je voyais Nana prendre ma main et se relever avec moi, m’affirmant qu’elle était prête. Alors que j’allais m’engager dans une direction complètement choisie au hasard, elle proposa une chose vraiment parfaite. Ce gros chat là, Figaro, il pouvait nous emmener. Sa fière allure et son imposante présence faisait presque trembler. Malgré le fait qu’on voit des choses peu communes dans ces mers, il était vraiment un animal qui semblait puissant. Ce n’est pas rien que je ne fus pas étonné qu’une prime soit mise sur lui. J’acceptais l’offre, et montait sur la bête. M’accrochant à sa fourrure, j’avais le plan en tête. J’eus à peine le temps de repenser aux paroles de Nana que nous étions déjà sur place. Figaro s’arrêta, puis partit se planquer, il était préférable qu’on ne le voit pas. Elle avait l’air très attaché à cette bête, il cela se ressentait ainsi que la réciprocité de ces sentiments. Accrochant un léger sourire, je suivais la jeune femme à la chevelure de flamme. Nous arrivions au point de vente, des hommes armés entouraient le bâtiment. On pouvait voir les vils nobles fouetter les esclaves, ces derniers chétifs, le teint pâle. Je posais ma main sur mes katanas, regardant Nana, j’attendais ces ordres.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦A meeting is a fight, I beat death and threaten the life♦ [Nana]   Sam 28 Jan - 1:10

Strange D. NanaBloody Queen ♥ Nurse of Death
Bloody Queen ♥ Nurse of Death
avatar

Messages : 18131

Navigation
Doriki:
3632/6000  (3632/6000)
Fruit du Démon: Sang

Zoro accepta donc de monter sur l'animal, se servant de sa fourrure pour ne pas tomber durant le course de l'animal, surtout à travers les branchages de la foret de Sabaody. Une fois proche du lieu de vente, Figaro s'arrêta presque net. Les deux pirates descendirent alors du fauve géant, pour continuer la route à pied pendant que l'animal partit de cacher dans les hauts branchages, prêt à intervenir au moindre problème. Bien qu'il était de nature paresseux, si sa maitresse était en danger, il arriverait le plus rapidement possible. La rouquine partie alors avec le bretteur, il avait ses katanas et elle sa lance, celle qui avait eut la chance de blesser l'amiral qu'on appelait Akainu. Sans elle, la pirate et ses amis seraient surement mort à l'heure actuel, car le petit revêtement de granite marin qui se trouvait sur la lame les avaient sauver face au logia du magma, sans ça, la lance aurait fondu lors du contacte. Bon là durant la vente il y avait peu de chance qu'ils tombent sur quelqu'un possédant un logia, du coup ça serait beaucoup plus simple, en plus son fruit du démon était inefficace contre des porteurs de se fruit, et contre des gens peu cultivé comme eux, peut de chance qu'ils comprennent quel était son fruit et qu'ainsi ce dernier soit découvert, car quand même son but était que personne ne le connaisse. Surtout que la nouvelle comme quoi Marshall D. Teach recherchait les fruits du démon les plus puissants pour son usage personnel n'était pas rassurant du tout, surtout que comme Edward Newgate elle avait un fruit capable de détruire le monde. L'un pouvait détruire la surface terrestre, l'autre pouvait détruire l'humanité. Dire qu'un de ses deux fruits se trouvaient entre les mains de cet horrible pirate, la survit du monde et de la piraterie ne tenait maintenant plus qu'à un fils.

Une fois sur le point de vente elle observa les hommes armées présent sur place, mais également les nobles qui faisait vivre des sévisse à de pauvre esclaves dans des états abominable. L'être humain était capable des pires horreur sous prétexte qu'il avait un peu de pouvoir. Ça la dégoutait, elle serrait un peu plus sa lance tandis qu'elle se faufilait à travers la foule, avec Zoro quand soudain, des hommes les reconnurent. Erreur fatal, les deux pirates s'y étaient rendu à visage découvert et avec leur wanted leur tête était connu de partout sur les mers ! Et comme leurs primes étaient bien plus alléchante qu'un nouvel esclave à torturer, tout le monde se retournèrent sur eux, les plaçant ainsi aux centres de toutes les attentions. Ceux qui étaient armées étaient déjà prêt à les attaquer, sauf que tous n'étaient pas du même groupe, et que dès qu'il s'agissait d'argent c'était un peu chacun pour soit et qu'aucun d'eux n'étaient prêt à partager la prime qui planait sur la tête des deux pirates. Ce fut alors le grande pagaille, tout le monde se jetait sur eux, oubliant les cages où étaient enfermé les esclaves à vendre, quelle aubaine, finalement c'était plutôt pratique qu'ils soient concentrer sur eux et non sur la vente. Elle n'aimait peut être pas les combats, mais cette fois pas le choix, lance à la main elle se lança dans le combat contre ceux qui les attaquait, il fallait réussir à se frayer un chemin jusqu'au cage, et ensuite mettre le plus d'ennemi hors jeu, car malheureusement les esclaves eux n'auraient pas la force de se battre longtemps vu leur état s'ils étaient poursuivit.

La rousse faisait attention à ne pas tuer ses ennemies, ni même à faire gicler trop de sang, elle savait à quel point la vue et l'odeur du sang en grande quantité était dangereux pour elle. Donc pendant qu'elle se battait elle et qu'elle les écorchait avec sa lame, elle prenait le contrôle de leur sang pour leur faire bouillir celui qui nourrissait leur cerveau, les faisant ainsi tomber dans les pommes. Le seul problème c'était que contrôler son propre sang était déjà éprouvant, mais celui des autres c'était pire, elle se fatiguait donc rapidement. Enfin cela ne l'empêcha pas de se faire un chemin jusqu'au cage, elle serait plus utile dans la libération des esclaves qu'au combat qui était indéniablement le domaine de prédilection de l'ancien chasseur de prime. Les ennemis tombaient petit à petit comme de vulgaire mouche, que se soit sous les coups du bretteur ou de sa technique un peu particulière. Nana cassa alors le cadenas de leur prison avec sa lance, et les laissa fuir avant de retourner combattre les vendeurs et les acheteurs, ils en restaient beaucoup moins, ça serait facile à deux. Mais il ne fallait pas oublier qu'il y aurait d'autre vente sur l'archipel aujourd'hui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦A meeting is a fight, I beat death and threaten the life♦ [Nana]   Sam 28 Jan - 16:42

InvitéInvité
avatar


☻ Easier ☻



N’étions pas nous mêmes esclaves attendant d’être libérés ? Nous vivons, dans nos rêves, libres, certes, mais nous sommes constamment limité par nous mêmes, par les possibilités du monde, par le réel. Pourquoi ne pas vivre d’irréel ? C’est bien une chose que j’admirais au sein de notre équipage, nous étions tous fou d’un rêve, nous voulions tous une chose différente, et cette ambition semblait si risible au départ. Être enfermé, entre les barreaux d’une cage, attachés, enchaînés, il nous arrive à tous de l’être, partiellement du moins. Mais ces gens là, ceux qu’on avait décidé d’aller libérer, eux vivait cet enfer dans la réalité. Nous sommes parfois enfermés par nos principes, limité par l’irréel, eux non, ils sont libres de l’irréel mais enfermés dans le réel. Physiquement, moralement atteint par cette douloureuse prison. Cela devait être quelque chose de difficile à vivre pour eux. Je n’aurais jamais pu accepter un tel sort. Quitte à mourir, j’aurais tout essayé pour m’en sortir. La liberté, mis à part ça, que nous reste-t-il ? Sans liberté pour tous, l’égalité n’existe plus, et pourtant nous sommes tous capable des mêmes choses avec la volonté. Il n’y a aucun secret pour réussir, il faut avoir une volonté à toute épreuve. J’en avais à revendre, ma volonté ne s’arrêtera qu’à mon dernier souffle, et lorsqu’elle avait un coup de mou, il me suffisait de penser à Luffy. Niveau volonté, on ne pouvait mieux faire, déjà qu’il était quelqu’un de fort, sa volonté le rendait magique. Grâce à son innocence, son insouciance, il ne voyait pas tous les dangers, les obstacles, ainsi sa volonté restait à son paroxysme, encore et encore. Et avec ça, sa puissance était illimitée. Cette force là je l’admirais d’un côté, je la craignais de l’autre. Comme tout bon compagnon, je m’inquiétais pour ses limites d’êtres humains. Mais j’avais énormément d’estime pour ce qu’il avait fait tout au long de nos aventures. L’admiration était importante pour un capitaine, chef d’équipe il se devait d’être toujours optimiste pour nous tous. Certes, chez les Mugiwaras, la hiérarchie n’était pas vraiment établie, nous avions tous notre mot à dire, mais Luffy pouvait à tout moment faire basculer la balance. Nous en étions conscient, et rien ne nous gênait dans ça, nous le suivrons tous, nous étions prêt, tous autant que nous sommes, quitte à y perdre la vie, au moins nous aurions vécu dans nos rêves, ambitieux, combatif pour nos ambitions, jusqu’au dernier souffle. Je mourais heureux quoiqu’il m’arrive.

Nous parcourions donc les Grooves sur le dos de Figaro. L’animal fusait, à toute allure nous arrivions à la première vente très rapidement. L’animal et sa maîtresse avait vraiment l’air très proche, cela était aussi comparable à une relation d’ami d’enfance. Nana avait l’air d’être quelqu’un de bien, elle s’inquiétait pour ses amis, pour son animal, elle avait l’air sensible et si forte. Mais il n’y avait pas la place pour réfléchir à tout cela, il fallait rester concentrer. Je me positionnais derrière elle, la laissant mener les opérations. J’observais les alentours, il y avait peu de monde à cette heure là, nous pouvions donc ainsi aisément nous battre sans trop faire de grabuges que des civils quelconque. Cela était un bon point. Nous avancions prudemment, sur place se trouvait, esclaves, soldats et nobles. Toujours ma main sur mes sabres, prêt à dégainer, je suivais la jeune femme. Bien que prudent, nous étions tout de même exposés, trop exposés. Ayant tout deux des primes puissantes et alléchantes pour ce genre de personnes, nous fûmes rapidement mis à découvert. Ces hommes, tous plus vénaux les uns que les autres, sortirent tous leurs armes. Les yeux braqués sur nous, ils étaient nombreux. Cela me rappela mon entraînement, j’étais seul, entourés de macaques. La seule chose qui changeait réellement aujourd’hui était que j’étais accompagné, et que les singes en face de moi étaient bien plus faibles. Alors qu’ils s’approchaient tous vers nous, j’eus un léger sourire, cela allait nous dégourdir un peu les jambes. Je craquais mon cou, sortant d’abord de la main gauche Shusui pour ensuite le prendre main droite, et enfin sortir Sendai Kitetsu pour ma main gauche. Je n’avais pas pris la peine de sortir le troisième sabre, je n’en avais pas besoin face à de tels ennemis. Ils couraient vers nous, certains tiraient quelques balles, ce n’était pas ça qui allait m’arrêter, stéréotypes de croire que les balles soient supérieures aux lames. Je fonçais donc sur nos ennemis, plaçant mes katanas du côté non tranchant, je continuais à courir sur tout les ennemis, un coup de lame dans le ventre, un autre derrière la tête, certains sur les jambes , finissant par quelques coups de pieds. Je cherchais seulement à les assommer, je n’étais pas un assassin. Et qui sait, si un jour il voulait leur revanche ?

Le combat se poursuivit quelques minutes après, alors que je retenais tous ses ennemis, Nana faisait de même. Je regardais comment elle se battait, même si je ne pouvais pas bien observer, tous ses ennemis tombaient dans les pommes après quelques coups de lame. Je fus très étonné par sa force. Je souriais également, elle maniait très bien les sabres. Elle alla délivrer les esclaves qui partirent tous heureux, les larmes aux yeux. Ils ne restaient qu’un groupe d’ennemis, certains avaient fuis, mais eux ne lâchaient pas l’affaire. Je rangeais mes sabres, préparant ma technique. Ils étaient légèrement éloignés, je ne voulais pas qu’ils touchent aux esclaves à peines libres. Il fallait que j’agisse rapidement. Je fermais les yeux, me mettant position, posant mes deux mains sur les katanas. La suite se fit rapidement. J’ouvrais les yeux en finissant mon geste.


« Nitoryou, Takanani. »


Ainsi grâce au souffle et à la vitesse de l’action, je pus me débarrasser de ses sous-fifres. L’attaque se propageant les ennemis voulant se relever trop vite furent remis à terre. Cette technique était pratique, puis je pouvais utiliser le côtés non tranchant des lames. Je concluais ainsi les ennemis debout, rengainant. Je n’avais pas vu la réelle augmentation de puissance sur mes techniques depuis mon entraînement. En ayant gagner en vitesse, cette attaque touchait plus de périmètre, et le souffle se retrouvait plus puissant. Je souriais légèrement, avançant vers Nana, nous avions réussis à libérer cette première vente, mais il en restait beaucoup d’autre. Nous retournâmes donc vers Figaro, pour repartir vers la deuxième vente prévue. Nous devions nous dépêcher avant que les esclaves ne soient vendus...

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦A meeting is a fight, I beat death and threaten the life♦ [Nana]   Lun 30 Jan - 12:09

Strange D. NanaBloody Queen ♥ Nurse of Death
Bloody Queen ♥ Nurse of Death
avatar

Messages : 18131

Navigation
Doriki:
3632/6000  (3632/6000)
Fruit du Démon: Sang

Depuis toujours la jeune femme n'avait jamais supporter l'esclavage, l'idée qu'on puisse vendre des êtres humains étaient révoltant, tout comme vendre des hommes poissons ou encore des bêtes pour les exhiber comme de vulgaire objets. Sa mère avait dénoncé ses pratiques dans ses livres qu'elle publiait, dénonçant même le faite que la Marine fermait les yeux dessus, profitant des pots de vins des vendeurs et protégeant ces être répugnant qu'on appelait Tenryuubito. Comment des individus aussi abjects pouvaient exister ? Ils n'avaient aucune moralité, ils n'étaient égocentrisme et avidité, et encore si on regardait bien, ils étaient tous les pêchers capitaux à la fois ! Strange D. rêvait de mettre fin à leur règne immonde de gros lard se prenant pour des êtres supérieurs seulement parce qu'ils sont pourris gâter depuis la naissance et qu'ils n'avaient jamais rien connus comme sentiment autre que la satisfactions d'avoir tout ce qu'ils désiraient et le pouvoir. Toute une éducation à refaire, il fallait les fouler aux pieds comme jamais avant de leur faire revivre ce qu'ils faisaient vivre à leurs esclaves. Elle se rappelait de l'horrible marque qui avait défiguré le dos de son petit protégé Yuurei, la maigreur de son petit corps, la peur qu'il avait de sa marque et les souvenirs terribles que cela lui rappelait, jamais elle ne pourrait pardonner à ces dragons célestes le mal qu'ils lui avaient fait, ni même le mal qu'ils faisaient aux autres. Un jour elle espérait bien l'abolition total de cette pratique de vente humaine, et elle remerciait l’existence des révolutionnaires qui faisaient tout pour renverser le gouvernement mondiale, se qui aurait justement pour effet de changer cette pratique. Heureusement que son équipage n'était pas très à cheval sur le taux de présence au seins de l'équipage, cela lui permettait d'aller à son aise empêcher ses ventes, enfin elle avait plutôt fuit son équipage, elle s'y sentait mal à l'aise ses derniers temps sans pour autant savoir pourquoi.

Enfin elle avait de la chance, sa route avait croiser celle de Roronoa Zoro, mettre fin aux ventes seraient beaucoup plus facile à deux que toute seule, surtout qu'il y en avait beaucoup. Quelle chance elle avait de pouvoir ce battre aux côtés de quelqu'un de si fort, c'était un rêve inespéré, la joie qu'elle ressentait en y pensait la faisait sourire malgré le faite qu'elle était en plein combat et qu'elle détestait ça. Semblant danser durant le combat, elle maniait sa lance avec légèreté et fluidité, retenant ses coups le plus possibles pour causer à ses ennemies le moins de dommage possible, refusant de tuer même s'ils le méritaient. Elle avait assez de sang sur les mains sans même le voir, ça l'horrifiait rien qu'à l'idée qu'elle puisse recommencer, encore plus en présence du bretteur, il la prendrait pour un monstre s'il était amener à voir son autre elle. D'ailleurs elle avait peur que des membres de son équipage s'en soit rendus compte ou ne finissent pas s'en rendre compte, elle serait à coup sûr rejeté, pourtant Akito était pareille lorsque Agito prenait le contrôle, mais était ce vraiment pareille ? Lui avait deux personnalités distinctes, alors que elle non, son autre elle n'était que haine à l'état pure, à tel point qu'il prenait possession de son corps, lui faisait perdre tout contrôle et agissant sans le moindre état d'âme ou conscience puisque ce tas de haine en était dépourvu. Dans cet état elle était capable des pires atrocités sans s'en rendre compte, et le réveille était toujours douloureux, ce qui agrandissait la brèche de son esprit, ce qui avait pour effet d'augmenté le pouvoir de sa haine. Un cercle vicieux sans aucune solution au final, jusqu'à ce qu'un jour elle soit totalement dévorer par cette autre partie d'elle même.

À force de coup de lance et en faisant sombrer ses ennemies aux sang apparent dans une sorte de coma, elle réussit petit à petit à se rapprocher des cages aux esclaves. Elle avait de la chance que les ennemies n'étaient pas de grand marine, leurs balles n'étaient ainsi pas en granite marin et traversaient aisément son corps. Tout comme les coups de lame, mais en contrôlant le sang de ses ennemies ses blessures superficiels ne guérissait pas. Enfin vu que leurs attaquants n'étaient pas d'un haut niveau, le peu de blessures qu'elle avait n'était pas plus grave qu'une simple coupure en prenant mal un feuille. Mais cela leur permettait de se remettre dans le bain des petits combats en leur évitant de s'encrouter à ne rien faire, et puis sauver des esclaves c'était une belle façon d'occuper son temps vous ne pensez pas ? Après avoir ouvert les cages elle empêchant les vendeurs et achetants de récupérer ce qu'ils prenaient pour de la marchandise qui venaient à peine de retrouver une liberté surement bien mérité. Comme le nombre d'ennemies avaient grandement diminué, elle pu porter toute son attention sur le bretteur, celui-ci avait mis à terre tous ses assaillants, il était vraiment remarquable en tout point. Lorsqu’elle eut terminée avec ceux qui étaient sur elle, elle l'observa complètement sans être déconcerté, elle put le voir ainsi faire une magnifique technique empêchant ainsi le reste des malfrats partir à la poursuite des pauvres esclaves à peine en fuite.


« Impressionnant, vraiment pratique comme technique ! »

Elle était pleine d'admiration, et dès que les deux eurent terminés ce qu'ils avaient à faire ils repartirent en direction de Figaro qui s'empressa de les joindre pour ne pas perdre de temps. Montant à une vitesse folle sur le dos de l'animal celui-ci repartit à grande vitesse en direction de la prochaine vente, celle-ci serait beaucoup plus compliqué car les hommes poissons étaient moins rapide sur la terre ferme pour fuir. Heureusement les sirènes ce n'était pas pour tout de suite, mais il y en aurait. La prochaine vente était un peu plus loin, mais ils furent rapidement sur place, il y avait un peu plus de monde, mais aucune grosse difficulté si ce n'est surveiller que les pauvres hommes poissons réussissent à s'enfuir.

(désolé je viens de me rendre compte que je ne t'ai pas laisser beaucoup de marge de manoeuvre ...)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦A meeting is a fight, I beat death and threaten the life♦ [Nana]   Lun 30 Jan - 20:39

InvitéInvité
avatar


♥ On fait comme j'ai dis ♥



Nous venions donc de terminer cet échauffement. Car, en effet, il y avait peu de difficultés à réduire ce troupeau de faux soldats. Cela me décevait un peu, moi qui m’attendait à un niveau supérieur. Mais, d’un autre côté, il était vrai que je ressentais mieux les effets de l’entraînement de ses deux ans. Certes ces gars là n’étaient pas très fort, ils n’étaient pas d’une grande résistance, et cela faisait donc d’eux des adversaires faibles et facile à battre. Cependant, il y a deux, je n’aurais pas forcément eu autant d’aisance, et de rapidité pour les avoir. Je souriais face à tous ses bénéfices, et ses gains de temps. Mes katanas rangés, Nana me fit un compliment sur ma technique, je lui souriais, fier de ma réussite. Nous courions donc vers Figaro qui s’empressa également de nous rejoindre. Sur le dos de la bête, nous avancions donc vers la prochaine vente aux esclaves. Je repensais à l’esclavage, cela me faisait bien rire, ironiquement, que la Marine s’empresse d’exploiter tous les moyens possibles et imaginables pour stopper les pirates alors qu’elle fermait les yeux sur de telles injustices. Il y avait bien une raison derrière tout ça, et cette raison était les Tenryuubito. Ces infâmes personnes se croyant supérieur de par leur sang. Pour moi, chaque être humain, chaque personne respirant le même oxygène, avait le droit de vivre comme les autres. Ces derniers étaient clairement mis au dessus des autres, de n’importe qui d’autre. C’était une inégalité flagrante, reconnue par tous, par forcément acceptée, mais personne ne se bougeait pour les faire redescendre à leur niveau. Je me souvenais que c’était la faute d’une de ses personnes que nous avions été battus, et séparés. Luffy avait mis son poing dans la figure du plus prétentieux. Je ne regrette pas qu’il l’ai fait, malgré les conséquences du geste. Je dois même avouer que s’il ne l’avait pas fait, je l’aurais sûrement précédé, l’envie me chatouillait depuis un moment..

Notre naissance qualifiait ce que nous étions, mais pas ce que nous devenons, et heureusement. Je ne connaissais pas mes parents, je n’avais aucune idées de qui ils étaient, ni d’où ils pouvaient être, ni même à quoi ils ressemblaient. J’avais été abandonné dès ma naissance au sein du maître d’armes. Nous étions tous orphelins là bas d’ailleurs, et pour pas déchaîner notre haine envers le monde, nous apprenions à manier le sabre, nous défoulant. Nous étions à vrai dire des épéistes de premier choix, nous n’avions aucune attache, aucune valeur inculqué, nous étions simplement des bébés en attente d’apprendre le monde. C’est ainsi que le maître d’armes m’apprit tout ce que je devais savoir, j’appris le reste de moi même. Il nous enseigna à tous les bases de la vie quotidienne, et il ajoutait les rudiments du combat à l’épée. Très rapidement je m’étais imposé comme leader, c’était toute ma vie, tous ce dont j’avais besoin pour vivre. Ma passion des katanas et du combat arriva dès mon plus jeune âge, je me mis vite dans le bain. J’adorais les mouvements des sabres, le bruit qu’ils faisaient lorsqu’ils frissonnaient dans l’air, la légère courbe, le tranchant et tout le reste. Même si nous nous entraînions avec des sabres en bois, les rares fois où nous avions le droit d’avoir nos katanas étaient magiques. Puis, je rencontrais Kuina, la fille du maître d’arme. Nous étions tous des garçons, et j’arrivais même à surpasser quelques adultes. Mais elle, elle se battait d’une manière différente, elle ne posait pas tout sur la force, mais elle arrivait à déjouer toutes mes offensives, en arrivant même à détourner ma défense. J’avais beau redoubler d’efforts, elle me battait sans cesse. J’étais fou de jalousie, mais lors de notre dernière rencontre, notre promesse me donna un véritable but dans ma vie. Et son décès n’y changea rien. Je suis toujours là, presque dix ans après, le même rêve en tête. J’étais resté longtemps à m’entraîner, à perfectionner mon style à trois sabres, et aujourd’hui je me sens plus prêt que jamais à relever le défi, à remplir la promesse.

Je sortais de mes pensées lorsque nous arrivions enfin sur place. Les esclaves étaient des hommes-poissons, ce n’étaient pas les plus rapides sur la terre ferme, nous devions redoubler d’efforts pour qu’ils puissent s’échapper. Je regardais Nana, et lui proposa mon plan, enfin, je lui imposais, sans vraiment le vouloir.


« Je fais diversion, libère les, et rejoins moi après. »

Dès mes mots furent finis, je m’élançais vers eux. A vrai dire, j’aurais bien attendu son accord, mais le temps pressait un peu, et puis il fallait agir au plus vite. Mon plan me paraissait bon, alors je n’ai pas réfléchi. Je sortais mes katanas, tous me virent arrivé, comme prévu. Les trois katana de sortie, j’arrivais vers un groupe d’une dizaine de soldats, j’attaquais le premier.

« Ushi Bari. »


Les sabres placés comme des cornes de taureau, la lame vers le haut pour faire attention de juste les assommer, ou les affaiblir. Je m’élançais, les adversaires se multipliaient rapidement, j’attendais avec hâte que Nana vienne m’aider. Alors que des sabres tombèrent vers moi, je poursuivais avec quelques techniques, comme Tourou Nagashi, esquive et contre-attaque. Cela serait plus rapide.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦A meeting is a fight, I beat death and threaten the life♦ [Nana]   Mar 31 Jan - 10:39

Strange D. NanaBloody Queen ♥ Nurse of Death
Bloody Queen ♥ Nurse of Death
avatar

Messages : 18131

Navigation
Doriki:
3632/6000  (3632/6000)
Fruit du Démon: Sang

(dit bonjours aux vieux pavés inutiles ^^" gomen T_T)

Pour la jeune femme qui n'aimait pas le combat en particulier, bien que étrangement elle ne faisait que ça, ce genre de petit divertissement, car oui vu le niveau c'était un divertissement pour elle. Quand on affronte des amiraux et vice amiraux, ce genre de petit amuse gueule n'était rien. D'ailleurs en y repensant pourquoi est ce qu'elle se retrouvait toujours à se battre hein ? Elle n'aimait pas ça ! Et en plus contre des puissants de la marine, si le destin n'était pas un peu abusé des fois, à croire qu'il se moquait d'elle pour la pousser à se battre contre ses envies, enfin c'était un excellent moyen de la faire progresser rapidement après tout, et mine de rien c'était très important pour la réalisation de son rêve et le but de sa vie. Qui pourrait protéger les trésors de Gol D. Roger, aussi bien le One Piece que Ace, s'il n'avait aucun talent pour le combat ? Personne, surtout lorsqu'on savait que l'un des prétendants au titre de seigneur des pirates s'appelait Marshall D. Teach et qu'il avait le pouvoir de deux fruits du démons plus que puissant. Si jamais il venait à récupérer celui qu'elle possédait, alors il serait invincible et même immortel, rien que d'y penser ça glaçait le sang. Pour l'heure son fruit pouvait lui permette de le vaincre, mais la force qu'elle avait et le manque d'expérience au combat lui manquait cruellement pour réussir cette mission périlleuse. Peut être qu'elle devrait subir un entrainement finalement elle aussi ? Mais qui pourrait bien l'entrainer ? Pour le moment les seuls qu'elle avait connut c'était avec le grand père de Luffy et encore que très peu puisqu'il savait qu'elle n'aimait pas le combat et qu'il n'avait jamais pensé qu'elle se battrait un jour, et sur le tas. Car les combats servaient aussi d'entrainement, mais c'était loin de l'aider parfaitement à acquérir de vrai connaissance et tactique. Ace ou un autre membre de l'équipage du Moby Dick pourraient bien l'aider, mais aucun ne manier la lance, le seul qui le faisait était Edward Newgate et il était aujourd’hui décédé tragiquement. Il fallait quand même bien qu'un jour elle trouve quelqu'un pour l'entrainer au sommet de son art du combat pour qu'elle puisse accomplir pleinement son destin.

L'ironie de la situation était, qu'en plus du faite qu'elle se battait cette fois de son propre chef alors qu'elle n'aimait pas cela, enfaite le faite qu'elle libérait des esclaves de vente cruelle dont la Marine oubliait sa soi-disant justice pour le bien être d'enfant pourrit gâtés et qu'à l'époque de son vivant, sa mère dénonçait ces crimes et le faite que la prétendu justice du peuple fermer les yeux sur ses ventes humaines contre nature. En somme elle suivait un peu les traces de sa mère, de manière certes différente, en agissant, car selon elle c'était plus simple pour écrire comme sa mère des romans aussi proche de la vérité. Dire qu'en faite c'était le Gouvernement Mondiale lui même qui avait ordonné de détruire son île natale parce que sa mère dénoncé toute l'injustice du monde, toutes les bavures et abus du Gouvernement, prônant l'utilité de personne comme Roger ou encore les révolutionnaires à l'époque fraichement formé. Pourtant petite elle n'avait jamais rien eut contre la Marine, trop petite justement pour tout bien comprendre à la vie, et puis elle avait connu Garp qui était toujours gentil, bien que violent envers ses petits fils. Mais depuis qu'elle avait apprit que depuis toujours, les gens de la Marine recherchait le fils de Roger pour le tuer sous le prétexte qu'il était le fils du plus grand criminel du monde, elle l'avait en horreur. Depuis quand on tuait un enfant pour les crimes de son père ? Était ce ça la justice dans ce monde ? Si c'était ça alors il fallait la détruire au plus vite.

Sur le deuxième terrain de vente, après avoir une nouvelle fois quitté Figaro pour être plus discret, Zoro lui proposa un plan sans vraiment le proposer puisqu'il ne lui laissa pas plus que ça le choix de dire oui ou non. Cela ne la dérangeait nullement, elle le connaissait depuis peu mais elle avait déjà confiance en lui pour lui laisser mener la danse. C'était important la confiance lors de combat, surtout quand la vie d'autres personnes étaient en jeux et qu'il fallait donc surveiller plusieurs front en même temps. Elle à peine le temps de lui sourire et hocher la tête pour approuver le plan avant qu'il ne fonce sur l'ennemi, tant pis elle aurait bien voulu lui dire un mot d'encouragement. Ce n'était pas vraiment le moment surement. Il fallait donc qu'elle aille libérer les esclaves, elle partit donc en direction des cages avec sa lance, dire que lorsque se serait des sirènes ça serait bocaux et qu'elles ne pourraient pas se déplacer ensuite pour fuir. Sans perdre une seconde elle explosa le cadenas de la porte de la cage qui s'ouvrit sous le coup de l'impact, tous ses pauvres hommes-poissons purent fuir, selon leur morphologie ils avaient plus ou moins du mal à aller vite. Les vendeurs et achetants non plus ne perdirent pas de temps, ils se jetèrent à leur poursuite en trouvant la jeune femme sur leur route. Elle leur barrait la route de son corps, bien qu'il ne soit pas imposant du tout, la lance menaçante, fondant sur eux pour les mettre hors jeux rapidement.

Quelque coup bien placé, sans les tuer, les assommants également avec le manche de sa lance, elle les laissa tomber sur le sol avant de partir rejoindre le bretteur. Il en avait du monde autour de lui le chanceux, elle remarqua d'ailleurs qu'il y avait aussi pas mal de monde à ses pieds hors d'état de combattre pour un bon moment, si seulement ça pouvait les dissuader de continuer leur petite affaire malsaine ça serait parfait, mais connaissant la vermine que c'était mieux ne fallait pas trop espérer. Pour ne pas le gêner dans ses mouvements, elle se positionna derrière lui en se collant contre son dos protégeant ses arriéres, bien que vu son talent il en avait nullement besoin, mais au moins il s'avait qu'elle était revenu vers lui, le sourire aux lèvres.


« Je t'ai manqué ? »

Ils en restaient assez pour les contenter tous les deux, et comme tous ceux qui avaient vu la direction qu'avait prit les hommes-poissons pour fuir étaient plongés dans un profond sommeil, ils n'avaient pas à se préoccuper pour leur fuite. Ils ne leur restaient alors plus qu'à vaincre ceux encore présent et ça serait bon. Ah ils étaient de bon samaritain, protecteur de la veuve et de l'orphelin presque. Repartant au combat, elle synchronisa ses mouvements d'attaque avec ceux de Zoro, c'était facile puisqu'elle pouvait relativement bien prédire ses attaques, comme ça elle était sur de ne pas entrer dans son champs d'attaque et recouvrir leur zone de combat a 360°, ça leur permettrait de finir rapidement ce travail.

Figaro lui attendait sagement, jusqu'à ce qu'aucun ennemie ne soient encore debout pour partir les rejoindre, et se diriger vers le prochain point de vente. Il avait bien envie de participer au combat lui aussi, mais son défaut était que sa nature était de prendre du plaisir à tuer, s'il le faisait, les deux jeunes pirates seraient encore plus mal vue après. Par contre si dans la prochaine vente il y avait des sirènes, la technique à utiliser serait beaucoup plus difficile, car le temps de les faire regagner la mer était énorme, Figaro serait obligé d'être de la partie, il faudrait qu'elle utilise encore plus son pouvoir au risque de ne pas pouvoir combattre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦A meeting is a fight, I beat death and threaten the life♦ [Nana]   Mer 1 Fév - 20:54

InvitéInvité
avatar


( Pas grave ^^, au moins tu arrives à en faire ><' ! Je te conseille la musique, c'est ce qu'il y a de mieux dans le rp --' ! )

♠ Pas de titre ♠



On n’avait déjà pas mal avancé dans les arrestations, ce n’était pas suffisant, mais les premiers éveillés de la première vente devaient probablement avoir appelé les autres vendeurs. Pour les effets de surprise, c’était cuit, nous serions attendus et donc nous n’avions plus qu’à foncer, même si ce n’était pas le plus prudent. Enfin, de toute manière, nous n’avions aucunes craintes à avoir envers ces adversaires. A deux, en faisant attention de juste les assommer, nous réussissions à dominer. La première avait été moins intéressante que celle là, à mon goût. En effet, je me retrouvais seul face à tous ses ennemis, l’adrénaline était là, un minimum. Je souriais en même temps que je les faisait valser. Mes trois lames tombaient sur eux, les assommant pour les deux heures à venir. Je tournoyais les envoyant plus loin, je contrais avec facilité pour redonner un coup direct. J’usais beaucoup de ma vitesse, employant quelques techniques que j’avais mises au point. Le combat était inégale, et même leur surnombre ne suffisait pas à combler la différence de niveau. Le truc le plus pénible était que du coup, c’était un combat long, ils ne lâchaient rien face à l’appât du gain. Ce genre de personnes adoraient l’argent, beaucoup trop. Plus rien ne comptaient pour eux, amis, familles, tout ça partait en fumée. Ce genre de personnes n’avait aucune valeur, ils vivaient simplement en vendant des esclaves, en réussissant à attraper quelques petites primes, léchant les bottes des Tenryuubito pour un berrys, ils étaient pires que la plupart des pirates. Et pourtant, eux, faisaient ce qu’ils voulaient, pendant que la Marine arrêtaient les pirates. C’était malheureux, surtout pour une instance se disant de suivre la « Justice ». Quel mot magnifique, mais il perd tout son sens lorsque l’on voit les enflures qui sont censés la faire passer. On en avait rencontré pas mal depuis nos débuts mais le pire restait encore à venir. Luffy, lui, il en avait combattu plus que nous, surtout avec les événements récents, il devait voir à quoi ressemble les défenseurs de la justice, ceux qui sont censés primer les règles justes et égales au détriment de leurs desseins personnels. Enfin, ce ne sont pas vraiment les valeurs des pirates par définition, du coup, que faisait les Shichibukais ? Je dis ça, je ne dis rien. Après tout, ils étaient pirates avant, qu’ils soient en faveur de la Marine aujourd’hui ne changeait pas grand chose, enfin si, ils avaient le droit de faire ce qu’ils voulaient, comme Crocodile avec Alabasta. Où est la Justice ?

Mihawks était un de ceux là, mais ses valeurs n’étaient pas crapuleuses. A vrai dire, je ne connaissais pas son rêve, je ne savais pas ce qu’il voulait, je savais qu’il s’était un minimum intéressé à mes capacités, sinon, il m’aurait tué depuis un moment. Mais il n’était pas comme les autres, il n’avait aucun équipage, il était solitaire, et avait une renommé extraordinaire. C’était un véritable modèle, j’aurais adoré faire cela. J’avais commencé seul, partir sur la mer, naviguer sans se soucier de demain, seulement vivre des primes, juste ce qu’il fallait. Mais, en y repensant, je n’aurais jamais réussi à m’améliorer autant. Certes, j’essayais de suivre ces traces, mais j’avais belle et bien l’intention de le surpasser, et de le devoir à Luffy et les autres. J’ai décidé de vivre cette aventure à plusieurs, de vivre mes rêves, de les partager aussi, et j’étais fier de ce choix. Après tout, le partage est une chose particulièrement joyeuse. Je ne me souviens pas d’avoir jamais été aussi heureux qu’en leur présence, la dernière que j’avais ressenti de tels sentiments c’était lors de mon enfance. A cette époque j’étais aussi entouré, ce n’était pas exactement la même relation avec les autres garçon du dojo que j’avais créé avec les Mugiwaras, mais on m’admirait, on m’aimait, on parlait avec moi, pour ce que j’étais. Et c’est comme cela que les liens se forment, et je plaignais Mihawks. Sa solitude devait être difficile à vivre, même si comme lui, je ne suis pas le plus social, le plus à l’aise, et que mon caractère est même froid aux premiers abords, j’aimais avec des gens avec moi. Être entouré d’amis c’était ça le plus important, et non d’être le meilleur épéiste du monde. Certes, ma promesse était importante, mais si je devais choisir, et je m’en excuse Kuina, mais je les choisirais, au périple de mon existence, de mon rêve, de ma raison d’avancer..

Je reprenais mes esprits lorsque je sentis une personne dans mon dos, j’avais reconnu Nana. Je souriais après sa petite phrase. Et je lui répondis directement, après avoir mis quelques coups de sabres aux gêneurs.


« Oh, j’arrive à me débrouiller, mais c’est plus drôle à deux. »

Je gardais un léger sourire, le combat était comme un jeu, c’était limite si nous comptions pas combien on en avait assommé pour savoir qui devrait se taper les corvées. L’enjeu était certes plus sérieux, mais on l’oubliait presque avec la facilité des combats. Nous poursuivons ainsi le combat, synchronisant nos gestes, nous étions redoutables, et cela fut rapidement terminé. Ainsi nous reprîmes le dos de Figaro vers une autre vente. Je ne savais pas combien il en restait encore mais, j’étais plutôt heureux de faire ça, rendre service dans une bonne ambiance, c’était sympathique...

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦A meeting is a fight, I beat death and threaten the life♦ [Nana]   Sam 4 Fév - 0:40

Strange D. NanaBloody Queen ♥ Nurse of Death
Bloody Queen ♥ Nurse of Death
avatar

Messages : 18131

Navigation
Doriki:
3632/6000  (3632/6000)
Fruit du Démon: Sang

[J'arrive jamais à choisir la musique lol, on se rajoute un marine au rp ou on le termine dans pas longtemps ?]

Après avoir rejoins Zoro, elle rigola à sa remarque, c'est vrai que c'était plus drôle à deux, toute seule elle se serait surement ennuyé à libérer les esclaves. En plus elle pouvait profiter de la vu de le voir combattre, elle gagnait sur tous les plans en fin de compte. À eux deux ils mirent enfin fin à la deuxième vente d'esclaves, et ils n'étaient qu'au milieu de la mâtiné. Les deux supernova finiraient surement par attirer l'attention sur eux avec tout ça, et les ventes finiraient bien par s'arrêter d'elle même, car les vendeurs ne risqueraient pas de continuer leur trafic d'être humain en sachant que deux pirates dont la réputation n'était plus à démontrer. Du moins c'est ce qu'elle espérait, car il en restait mine de rien encore six, soit au total huit vente en une journée, décidément ils avaient bien prévus leur coup. C'était une stratégie pratique, ils avaient du pensés qu'ainsi ils auraient moins de risque car personne ne pourrait être sur tous les fronts pour les faire arrêter, ainsi sur les huit, ils savaient que même pas deux se verraient fermé en cas de problème. Mais bon ça c'était sans compter sur les deux pirates qui avaient prit la décision d'arrêter toutes leur vente. Ils en avaient déjà arrêter deux, et ils partaient rejoindre la troisième sur le dos de Figaro, elle caressait son fauve pendant le voyage, il était bien gentil de faire tout ce chemin pour eux. Si les expressions du visage de l'animal était voyante, on pourrait y lire un sourire sur ses babines.

Une fois arrivé à destination, ils purent remarqué que le lieux de vente était différent, l'endroit était encore plus isolé que les autres mais surtout plus près de l'eau, enfin pas juste à côté, mais alors que les autres endroits étaient vraiment perdu en pleine forêt, là c'était un peu pareille mais d'un côté la forêt était moins dense car la plage de l'île s'y trouvait. Cela s'expliquait par la présence de sirène, c'était plus simple pour remplir leurs aquariums d'eau en se trouvant à proximité de celle-ci. Par chance il n'y en avais que trois, et dans le même aquarium, il y avait aussi des hommes poissons, ça risquait d'être un peu plus compliqué que tout à l'heure, car déjà que les homes poissons sont lent mais alors les sirènes c'était carrément pire. Elle resta au loin à regarder discrètement la zone de vente en cherchant une solution à ce gros problème, car ces pauvres sirènes ne pouvaient pas marcher. La pirate trouva enfin une solution et se retrouva vers Zoro et Figaro pour leur expliquer son plan.


« Bon ça va être juste plus compliquer car les trois sirènes pourront pas se déplacer. Zoro comme tu es plus fort que moi, tu pourras facilement briser le bocal où elle sont enfermé, Figaro toi tu auras pour mission de les transporter jusqu'à la mer ensuite, l'une après l'autre. Pendant ce temps moi je m'occupe des cages des hommes poissons et Zoro tu empêche les ennemies de récupérer les esclaves. »

En attendant leur réponse elle continuait de surveiller la vente avant de jeter un coup d'œil à Figaro, ce dernier avait approuver son plan d'un mouvement de la tête, il avait même comprit au regard de sa maitresse qu'il n'avait pas le droit de tuer qui que se soit. Après tout ils n'étaient pas là pour voler des vies même des vies d'hommes ne la méritant pas. Puis serrant fermement sa lance elle partit en direction de la vente, le plus simple était d'attendre que Zoro commence déjà à détruire le bocal, étant donné que les sirènes seraient les plus dures à sauver autant commencer par elles. En plus ça serait tellement la panique chez les vendeurs que sauver les hommes poissons ne seraient que plus facile. Figaro quand à lui restait loin en retrait sinon il attaquerait directement les ennemies, la rouquine aurait juste à prévenir les sirènes avant que Figaro ne s'occupe de les transporter, elle risquait sinon d'avoir peur de cet immense fauve.

[Pardon >_< il est super nul, j'ai rien fait dessus pardon pardon]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ♦A meeting is a fight, I beat death and threaten the life♦ [Nana]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

♦A meeting is a fight, I beat death and threaten the life♦ [Nana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» We will fight to the death [Livre I - Terminé]
» Jamaica struggles to fight crime
» Bite fight...
» Meeting with the infinity [TERMINE]
» Davy Back Fight !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Sabaody-