AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au revoir compagnon - Partie 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Au revoir compagnon - Partie 2   Jeu 27 Oct - 12:48

Nazario TaizoneDark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
Dark Killer ☣ Albino ☣ Crazy Cannibal
avatar

Messages : 2606

Navigation
Doriki:
3603/6000  (3603/6000)
Fruit du Démon: Suppai Suppai no mi




Le Nazario se trouvait allongé sur un fin matelas. Il se réveilla à cause d'une odeur assez envahissante, celle de la moisissure. Le jeune homme se leva difficilement, il avait encore un peu mal, mais ces blessures commençaient à cicatriser.

Taizone avança, main sur ses côtes qui ne faisaient que se remettre de Jaya et du choc que le navire venait d'encaisser comme son propriétaire. Il avança lentement, un pied après l'autre, mais tomba quelques instants plus tard à cause de marches qu'il n'avait pas vu arriver, même si voir n'était pas le mot parfait car c'est assez normal pour quelqu'un d'aveugles de ne pas voir. Enfin, heureusement pas à aveugle à vie, juste pendant un certain temps.

Les marches n'étaient pas très nombreuses et pas très haute, la chute fut donc moins dure à supporter qu'une dizaine d'épaisses marches. Il s'essuya le visage qui était couvert de boue, il devait donc pleuvoir souvent ici et cela expliquerait l'odeur de bois moisit. Le jeune homme s'appuya sur ses bras pour essayer de se relever, mais une étrange sensation le figea sur place.

Comment décrire une telle sensation ... c'était comme si ... comme si un puissant aura le mettait à genoux. Si c'était effectivement ça, cela voudrait dire que la personne qui arrivait devait être extrêmement puissante.
Le Haki, était-ce que cette personne possédait ?
Qui pouvait bien être la personne qui s'approchait ?

Les bruits des pas, ils se rapprochaient de plus en plus du Nazario qui restait figé sur place. Lorsque les pas s'arrêtèrent, le stress l'envahissait peu à peu, comme s'il venait de commettre une bêtise et que son maître chargé de l'apprentissage arrivait pour lui faire la morale.

- Te voilà enfin réveillé gamin ?

Cette voix, cette personne qui lui adressait la parole était un vieil homme d'après le timbre de la voix. Le Nazario leva la tête, comme pour essayer de le voir. Cette personne parlait avec une telle assurance face à lui, d'habitude au fond la voix on entendait la peur. Taizone essayait, mais en vain de se mettre sur ses deux jambes. La pression qu'exerçait ce vieil homme était trop grande.

- Oui monsieur.
Je vous remercie de m'avoir sauvé et ...


Voilà le peu qu'il pût dire malgré tout ce qu'il voulait dire. Pendant un cour moment la pression était redescendue, mais quand elle refit son apparition, il ne pouvait pas finir sa phrase.

Le vieil homme s'approcha de Taizone et le souleva d'une main. Pour être franc, l'ancien capitaine des Killers avait peur, peur de ce qui pourrait lui arriver. Depuis que la fin de son équipage, il n'était plus sur de rien. La puissance et la faculté de son fruit du démon lui conférait ne semblait qu'infime.

Il le déposa alors, le Nazario était maintenant debout, le vieil homme voulait donc juste le mettre sur ses jambes. Il souleva ensuite le bandeau couvert de boue que portait l'ancien capitaine sur ses yeux, il constata après quelques secondes que le jeune homme qui se tenait en face de lui était aveugle.

- Je vois ... Tu as perdu la vue n'est-ce pas petit ?

La réponse était évidente mais pas facile à dire vu l'énergie qui émanait de cet homme. En placer une était plus dure que s'il parlait à une personne normale. Il bougea la tête doucement de haut en bas pour indiquer qu'effectivement il ne voyait plus rien.

-Ahahah ! Je me disais bien aussi car si tu portes un bandeau cela voudrait soit dire que tu ne voix rien soit que ton Haki est bien développé.

Il connaissait donc l'existence du Haki, il était donc quelqu'un de puissant car tout le monde n'est pas au courant pour cette force qui est enfoui en chaque être humain qui peuple ce monde. Le jeune homme s'était finalement habitué à cette force. Taizone reprenait enfin le contrôle sur son corps. Il inspira avant d"expirer, se sentant prêt, il demanda alors au vieil homme.

- Vous connaissez l'existence du Haki alors je vous supplie de m'aider à l'utiliser !
S'il vous plait mister ! Je vous en prie, enseignez moi la maîtrise du Haki.


Le Nazario tomba à genoux, il pleurait car le choix de cet homme déciderait sans doute de l'avenir du jeune homme. Sa misérable vie ne l'intéressait plus mais si une chose pouvait lui redonner gout à la vie, il se pourrait qu'apprendre le maniement d'une arme comme le Haki pourrait le lui redonner. Le vieil homme ricana un bon coup puis il s'arrêta net pour répondre à son interlocuteur.

- Tu crois être à la hauteur pour maîtriser le Haki ? Je n'y crois pas.
Mais si je me trompe, tu n'a qu'à me le prouver.


Ce vieil homme ne croyait pas en la force du jeune homme, il devait lui prouver sa valeur. Était il s'y barbare pour mettre au défi une personne aveugle et fatigué physiquement et mentalement ? Évidemment que oui mais, le pauvre Taizone n'avait guère le choix, s'il voulait devenir plus puissant il devait obligatoirement affronter ce vieil homme.

Le Nazario acquiesça de la tête. Il se mit en garde, attendant que le combat commence. Le vieil homme débuta le combat avec un cri qui déstabilisa complètement son adversaire, il envoya un coup de pied dans le ventre du jeune homme. Taizone recula suite au coup qu'il venait de se prendre, il se stabilisa avant de repartir à la charge. Il enchaîna les coups de poings mais malheureusement, aucun ne touchèrent la cible. Le vieil homme en envoya un second qui fit tomber l'ancien capitaine au sol.

Il devait trouver une solution, car il ne voyait rien et le vieil homme s'amusait bien avec cette faiblesse. Le Nazario resta au sol quelques instants tandis que son adversaire préparait une troisième attaque. Une attaque qui aurait pu signer la fin d'une vie sinistre si elle n'avait pas été contrée par un Taizone, le sourire aux lèvres.

- Comment a tu fais pour me contrer petit ?

Le timbre de sa voix indiquait qu'il était un peu surpris, mais pas plus, comme s'il avait déjà remporté le combat. C'est vrai que l'issue du combat était déjà écrite mais pas le contenue, enfin même s'il se trouverait déjà écrit, il en écrirait un nouveau. Il respira quelques instants avant de répondre à la question du vieil homme.

    - Je me suis concentré afin d'entendre vos déplacements, l'air autour de moi me paressait agité alors j'ai tenté un contre. Je n'avais aucune idée de si j'allais effectivement vous contrez ou si j'allais simplement m'agiter comme un idiot et par chance j'ai réussi.


Le vieil homme ricana une nouvelle fois. Ce n'était pas un rire fait pour être blessant, mais plutôt un de soulagement. Ce qu'avait fait Taizone était donc le bon choix, c'était une bonne chose, car cela signifiait qu'il progressait. Le vieil homme décida d'écourter la discussion pour continuer le combat, il attaqua son adversaire avec une droite monumentale. Il esquiva encore, sa technique était efficace. Les coups que donnait le vieux étaient très puissant, mais son jeune adversaire avait trouvé la parade.

- C'est bien petit enfin vu que tu as compris comment esquiver je vais passer au niveau suivant, vas-tu réussir à suivre ?

C'était évident, ce qu'affrontait le jeune homme, ce n'était pas un adversaire qui se donnait à fond. Il allait maintenant affronter le même, mais en plus puissant. Cela voudrait dire qu'il n'aura sans doute plus le temps d'être concentré pour ressentir l'air.

Au début, le fait que le vieil homme ai augmenté sa vitesse d'exécution fut dur à parer pour l'ancien capitaine qui se pris une belle raclée, mais les minutes passèrent et il fit un immense vide en lui. Taizone ne devait pas paniquer, s'en serait fini de lui s'il en venait à cela. Il garda alors un incroyable calme et réussi même à contrer la plupart des coups que son vieil adversaire donnait.

Encore un ricanement de la part ce vieux. Il mit la barre plus haut qu'elle ne l'était déjà pour le jeune homme qui redoubla d'effort afin de rester le plus zen possible. Il refoula toutes les émotions qu'il aurait dû exprimer pour rester impassible. En vérité, il était véritablement confiant, il était sur de pouvoir contrer plus de soixante-quinze-pour-cent des coups donnés par le vieil homme.

Il le pensait vraiment, il n'aurait peut-être pas dû, car juste à la suite de cette pensée, un coup de poing le mit au sol. Ce coup de poing était comme un coup marteau mais c'était bel et bien un poing qui l'avait frappé, car il l'avait ressenti. Le vieil homme avait peut-être utilisé le Haki vu la différence de force avec les coups précédents.

Le Nazario se trouvait à genoux sur le sol, crachant du sang suite au coup. Il se releva difficilement, grimaçant avant de reprendre le contrôle sur ses émotions. Il se fia au mouvement de l'air, certes maintenant le vieil homme avait décidé d'utiliser le Haki mais cela ne voulait pas dire qu'il ne faisait plus de bruit. La pression de l'air devenait de plus en plus intense à chaque fois qu'il se rapprochait de l'ancien capitaine.

En restant calme, il pouvait sentir l'air s'agiter. Puis après avoir reçu quelques nouveaux coups du vieil homme, Taizone pu placer une parade digne d'un véritable combattant. Il attrapa le bras du vieil homme pour le tirer vers lui avant d'envoyer un coup de genoux avec toute la force qui lui restait dans le ventre. En envoyant ce coup, un cri mêlant douleur et joie s'échappa de la bouche du jeune homme, il tomba ensuite raide au sol.

Taizone avait tout misé dans ce coup, il en tomba dans les pommes. Il se réveilla le lendemain, allongé sur le même lit que précédemment. Quand le soleil fut haut dans le ciel, le jeune homme se leva doucement, aussi lentement que la première fois. Un pied devant l'autre il avança, visualisant le terrain comme il l'avait senti la veille. Heureusement pour lui, il ne tomba pas, mais alla toujours d'un pas lent, marchant avant se s'arrêter brutalement.

La présence du vieil homme se faisait de nouveau ressentir, il était donc là. L'ancien capitaine se mit à genoux, il s'excusa alors pour ne pas avoir pu lui montrer qu'il était bel et bien capable de maîtriser la Haki. Un ricanement retenti une nouvelle fois de la part du vieil homme.

- Tu es drôle petit ! Tu t'es bien débrouillé hier même si pour te l'avouer, je ne croyais pas du tout au fait que tu pourrais réussir à me convaincre. Tu comprends vite, mais je dois te prévenir, si tu tiens vraiment à ce que je t'apprenne les bases, tu devras être prêt à souffrir !

Le Nazario se releva aussi vite qu'il s'était mis à genoux. Il remercia de tout son coeur et accepta de souffrir pour pouvoir un jour maîtriser le Haki. Le vieil homme l'aida à se remettre sur pied, il lui demanda par la suite de le suivre à l'aide du son de ses pas. Voilà donc son nouvel exercice !

Le chemin qu'ils empruntaient étaient vraiment compliqués, car assez dur d'accès, il se trouvait être très entravant pour un jeune homme ayant perdu la vue. Certes il savait maintenant entendre le vent et cela l'aidait pour visualisé ce qui l'entourait, mais le problème est que les éléments fixe ne bougent pas, ils ne font que barré la route du vent, mais Taizone ne peut donc pas les visualisé.

Il devait trouver une solution au plus vite, car les imposantes racines qui jonchaient le sol n'arrêtaient pas de le faire chuter. Il ne devait pas perdre le vieil homme, car sinon sa route s'arrêterait en quelques sortes là, sur cette île dont il ignorait tout.

Il ne savait toujours pas comment faire, à force de se prendre les pieds dans ces racines, l'une de ses jambes saignait. Il se releva et continua malgré sa blessure, mais il souffrait terriblement. Pendant plus de deux longues heures, le vieil homme fit visiter cette terrible forêt au Nazario.
Le vieil homme était stupéfait qu'un jeune homme avec un si gros handicap puisse y arriver. Il ricana encore une fois tout aussi bizarrement que les précédents.

- Ah petit tu es un vrai phénomène ! Tu es dans un sale état mais tu as réussi à me suivre, comment à tu fais ?

L'ancien capitaine tenait sa jambe blessée, il souffla dessus pour enlever les impuretés puis il leva la tête pour s'exprimer.

- Comment j'ai fait ? Drôle de question. Je ne sais pas vraiment comment je suis arrivé à vous suivre. Quand je croyais que j'étais fini, j'ai entendu comme une voix en moi, celle-ci m'a ordonné de me relever et de continuer comme si je courais sur un terrain que je connaissais. Comme si je voyais l'endroit où je courrais. Mon corps a dépassé certaines limites et grâce à cela, je ne sais comment, je ne suis plus tombé une seule fois. Je n'ai pas senti que j'esquivais certains objets qui faisaient barrage, mais je sais fort bien que ce n'était qu'une impression.

Le vieil homme éclata de rire, sans raison pour le Nazario. Mais pour le vieil homme, il y avait une raison. Pas de doute possible, il pourrait maîtrisé le Haki avec de l'entraînement.

Ils mangèrent ensuite du poisson, enfin Taizone dû les attraper à mains nues. Un exercice qui demandait de la détermination et de la patience car les poissons ressentent les vibrations dans l'eau alors il dût se mettre à la place de l'eau, fusionner avec la nature et ressentir les poissons ainsi que leurs mouvements.

Le pauvre Nazario passa environ trois heures pour ne capturer que six poissons, le vieil homme avait tranquillement fait une sieste pendant la pêche. L'ancien capitaine se fit aider pour faire chauffer les quelques poissons puis lorsqu'il eut terminé de manger, l'entraînement allait pouvoir continuer.

Après le combat et la course, le vieil homme l'emmena tranquillement près d'une cascade. Tour deux allèrent sous la tombée d'eau provenant de la cascade, l'eau qui y passait tombait puis suivait le canal. En bas de la cascade, il n'y avait pas beaucoup d'eau à cause de la profondeur trop restreinte.

Ils s'essayèrent en dessous de la coulée d'eau, telle deux moines méditant, fusionnant ainsi en quelque sorte avec la nature qui les entourent. Après s'être assit en tailleur, il mit ensuite sa main gauche dans sa main droite avant de redresser son dos, il fit exactement ce qu'avait demandé le vieil homme. Il trouvait cela assez stupide mais s'il fallait le faire, il le ferait.

Respirant et expirant aussi doucement qu'il le pouvait, le vieil homme était lui aussi calme que Taizone, il avoua ensuite :

- Concentre toi sur l'air qui entre dans tes narines, qui se déplace avant de sortir. Inspire à fond et continue ainsi.

Le jeune Nazario sentait son stress diminué nettement, il restait attentif au mouvement de son esprit tout en ayant l'esprit inoccupé, calme, reposé. Ils restèrent tous calme durant au moins une dizaine d'heure, le vieil homme lui demanda de se lever, ce qu'il fit.

Le temps s'était écoulé rapidement. Il n'avait pas remarqué pendant tout le temps où il méditait qu'il se faisait déjà presque nuit. Ils firent ensuite demi-tour de la même façon qu'ils étaient arrivés à cette cascade. Le retour fut plus simple que l'avait prévu l'ancien capitaine des Killers, grâce à la méthode qu'il avait apprise lors de l'aller, cela était cent fois plus simple. L'instinct ou le Haki, qui sait, peut être était-ce la même chose ou cela était-il un début dans l'apprentissage du Haki.

Le retour ne se fit qu'en une heure, la méthode était donc bien utile pour se déplacer enfin assez risqué, car il laissait son corps se diriger.

Il alla ensuite se reposer, car d'après le vieil homme, la suite serait, encore plus compliquée. Il devait donc être en forme et près à se donner à fond. Le ciel était toujours sombre mais l'entraînement allait déjà recommencer, il avait peu dormit mais s'il devait le faire pour progresser alors il le ferait.

Il se leva puis alla se laver, le vieil homme l'y accompagna puis après qu'il se soit bien laver dans une source et qu'il se soit rhabiller, le vieil homme revint le chercher pour l'emmener à la suite de l'entraînement.

Ils marchèrent et arrivèrent au beau milieu d'un vaste terrain vierge, le Nazario utilisait ce qu'il avait appris pour essayer de voir ce qu'il l'entourait, mais il ne put distinguer qu'une forme, celle du vieil homme, il constata alors qu'il n'y avait absolument rien hormis la personne qui l'accompagnait.

- Je vais t'expliquer la suite de cet entraînement. Nous allons gravir un échelon, un très gros échelon, un pas de plus vers la maîtrise du Haki, mais avant je vais t'apprendre quelques petits trucs à propos du Haki. Premièrement, il y a trois sortes de Haki. Le Haki de l'armement, celui de l'observation et celui du roi conquérant.
Mon entraînement va te permettre de maîtriser celui de l'observation, mais si tu le souhaites, je pourrais t'apprendre aussi celui de l'armement.


Comme-ça, l'épreuve qui attendait le jeune homme allait être dur vu comment il en parlait. Le Haki devait donc être difficile à manier enfin pour les gens qui en ignorent tout. Taizone en faisait partit enfin maintenant, il savait qu'il y avait trois types de Haki et que d'après leur nom, le Haki de l'armement devait être une sorte de force intérieur servant à être plus fort et le Haki de l'observation devait être une sorte de force qui peut l'aider à sentir les choses ou sentir la présence des choses.

Donc le vieil homme essayait de lui apprendre le Haki dit de l'observation. C'est une bonne chose car cela pourrait l'aider à retrouver sa vu, enfin en quelque sorte.

Le vieil homme parla encore une dizaine de minutes.

La suite de l'entraînement allait être un test pour savoir quel était son niveau de maîtrise du Haki, un test qui durerait trois jours. Une épreuve qui peut être mortelle si l'on ne s'y donne pas à fond. Après l'explication des différents Haki et de leur acquisition si possible, le vieil homme expliqua plus en détail la suite de l'entraînement.

Effectivement, ce qu'il avait prévu allait être dur. Il allait tirer des flèches sur le Nazario de divers endroits ainsi puis il laisserait des bêtes plutôt sauvages s'attaquer à lui. Voilà donc à quoi ressemblait le futur qui approchait aussi rapidement que le ferait la mort pour prendre une vie.

Taizone accepta sans rechigner. Il se concentra comme le lui avait expliqué le vieil homme la veille puis il donna le signal de départ. Il devait réussir à tout prix, il le devait pour ces anciens compagnons et pour lui, car il avait intérêt à reprendre confiance en lui.

Les flèches arrivèrent les unes après les autres à intervalle régulier, ce n'était pas si dur en fait, voilà les premières pensées de l'ancien capitaine. Des pensées qui après trente minutes s'effacèrent de sa mémoire, la difficulté monta d'un cran. Pour le moment, il arrivait à attraper les flèches qui lui fonçaient droit dessus, mais cela devenait de plus en plus dur, car il y avait plusieurs et ils arrivaient maintenant à intervalle irrégulier.

Deux flèches transpercèrent la jambe droite du jeune homme. Il n'avait pas le droit à l'erreur. Il devait rester debout et continuer même si la mort doit par la suite passer, il continuera. C'est vrai qu'avant le Nazario ravalait tous ses sentiments et ses douleurs en croyant devenir meilleur, mais en réalité, le contraire.

Ce n'était pas en essayant de devenir le plus grand psychopathe que l'on devenait quelqu'un de respecté, mais bien le contraire. Un homme bon avait plus de chance d'être respecté de ces pairs qu'un psychopathe incompris.

Les heures passèrent, lentement malheureusement pour le jeune homme même s'il tenait sur ses pieds, il souffrait. La plupart des flèches furent évités mais le reste terminèrent leurs courses dans la chair du Nazario ou au mieux le frôlèrent.

Lorsque le vieil homme s'arrêta, Taizone tomba raide. Durant cette épreuve, il venait de perdre une grande quantité de sang. Le vieil homme s'approcha de l'ancien capitaine pirate pour le soigner, il sortit une aiguille et de l'alcool, désinfecta l'aiguille avant de recoudre les plaies faites pas les flèches.

Les yeux grands ouverts et une grosse respiration, voilà comment se trouvait le jeune homme au sol.

En tout, il passa ensuite un peu plus d'un mois à s'entraîner. Perdant plus de sang à chaque nouvel entrainement, mais gagnant un peu plus d'expérience dans la maîtrise de ce Haki. Les durs travaux qu'il exécutait lui était bénéfique, car cela le calmait, ses pulsions meurtrières dû à ses changements de caractères purent être contrôlé avec un mental en total adéquation avec ce qui l'entourait.

Le temps continua de passer et Taizone était en meilleur état qu'avant. Les entraînements furent moins sanglant, mais plus niveau mental. Ses sens était maintenant plus développé que lorsqu'il arriva sur cette île. Son envie de devenir plus fort était en train de se réaliser, il espérait maintenant retrouver certain de ces anciens compagnons de bord pour leur montrer le nouvel homme qu'il était devenu au jour d'aujourd'hui.

Le Nazario arrivait alors à se diriger sans la vue, ce qui était magnifique. Le travail portait ses fruits ! Le gouvernement allait découvrir le nouveau visage de l'ancien Dark Killers. Mais au fond de lui, le moment n'était pas encore venu pour lui de revenir au-devant de la scène. Le calme qui régnait en lui le poussait à montrer une autre personnalité. Rejoindre de jeune pirate voilà ce qui lui fallait même si l'ancien capitaine n'avait pas encore dépassé la vingtaine.

Il était enfin temps d'y aller et de partir à la découverte du monde !

Le vieil homme et Taizone passèrent une soirée à boire ainsi qu'à faire la fête. Après au moins cinq heures à faire les fous, ils allèrent dormir. Le lendemain, à l'aube, il s'en alla après avoir fait ses adieux et ses remerciements les plus sincères à l'homme qui venait de lui apprendre la maîtrise du Haki.

251 lignes sous Open Office en Times New Roman (12)


TERMINER



Revenir en haut Aller en bas
 

Au revoir compagnon - Partie 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Au revoir Compagnon - Partie 1
» Un nouveau compagnon de route
» Manigat dit Au revoir à Marc Bazin
» Partie de plaisir
» L'heraldique des blasons - Partie 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece RPG Strong World :: L'aventure :: Grand Line :: Autre îles-